Charles-Ange Ginésy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Charles-Ange Ginésy
Illustration.
Charles Ange Ginésy en 2017.
Fonctions
Président du conseil départemental des Alpes-Maritimes
En fonction depuis le
(11 mois et 19 jours)
Prédécesseur Éric Ciotti
Président de l'Association nationale des Maires des Stations de Montagne
En fonction depuis le
(4 ans, 3 mois et 14 jours)
Prédécesseur Gilbert Blanc Tailleur
Député de la 2e circonscription des Alpes-Maritimes

(5 ans)
Élection 17 juin 2012
Législature XIVe
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Muriel Marland-Militello
Successeur Loïc Dombreval
Conseiller départemental des Alpes-Maritimes
élu dans le canton de Vence
En fonction depuis le
(3 ans, 5 mois et 5 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Anne Sattonnet
Président du Parc national du Mercantour
En fonction depuis le
(2 ans, 10 mois et 1 jour)
Prédécesseur Fernand Blanchi
Maire de Péone
Élection 11 mars 2001
Prédécesseur Charles Ginésy
Successeur Guy Ammirati
Conseiller général des Alpes-Maritimes
élu dans le canton de Guillaumes

(11 ans, 6 mois et 15 jours)
Réélection 21 mars 2004
20 mars 2011
Prédécesseur Charles Ginésy
Successeur Canton supprimé
Président du SICTIAM
En fonction depuis le
(10 ans, 3 mois et 19 jours)
Député de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes

(1 an, 4 mois et 21 jours)
Législature XIIIe
Prédécesseur Christian Estrosi
Successeur Christian Estrosi

(8 mois et 12 jours)
Législature XIIIe
Prédécesseur Christian Estrosi
Successeur Christian Estrosi

(1 an, 11 mois et 16 jours)
Législature XIIe
Prédécesseur Christian Estrosi
Successeur Christian Estrosi
Conseiller régional de PACA

(6 ans et 12 jours)
Élection 15 mars 1998
Président Michel Vauzelle
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Nice (Alpes-Maritimes, France)
Nationalité française
Parti politique RPR
UMP
LR
Père Charles Ginésy

Charles-Ange Ginésy, né le à Nice, est un homme politique français. Passionné par la montagne, successivement moniteur, exploitant de remontées mécaniques et hôtelier, il est le président du conseil départemental des Alpes-Maritimes, le maire Les Républicains (ex-UMP) de Péone Valberg, président de la Communauté de communes Alpes d'Azur, Président de l’Association nationale des maires des stations de montagne et député des Alpes-Maritimes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chef d'entreprise de profession, président de la SICTIAM[1], il fait son entrée en politique l'année 1983, entrant au Conseil du Syndicat intercommunal de Valberg, élu par le conseil municipal de Péone (Alpes-Maritimes) alors dirigé depuis 1959 par son père Charles Ginésy, ancien sénateur des Alpes-Maritimes et ancien président du conseil général des Alpes-Maritimes. Il sera ensuite élu conseiller municipal et adjoint au maire en 1989 à l'occasion des élections municipales françaises, puis réélu aux élections municipales de 2001, il devient alors le maire de Péone.

En 1998, il est élu conseiller régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur ; il n'effectuera qu'un mandat à l'assemblée régionale, pour raison de cumul de mandats, ayant été élu, au premier tour avec 75,40 % des suffrages, conseiller général du canton de Guillaumes lors d'une cantonale partielle le , à la suite de la démission de son père, et il fait son entrée au conseil général des Alpes-Maritimes. Il est réélu dès le premier tour lors des élections générales de 2004 avec plus de 66 % des voix. Il devient alors premier vice-président du conseil général.

En 1997, il est élu comme suppléant de Christian Estrosi, député de la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes. Le il est à nouveau réélu comme suppléant. Il siège à l'Assemblée nationale à partir du , après la nomination de Christian Estrosi au gouvernement Villepin. Il est alors membre de l'Union pour un mouvement populaire et siège jusqu'à la fin de la XIIe législature, le .

Lors des élections législatives de 2007, il se présente une fois de plus comme suppléant de Christian Estrosi, qui l'emporte. Ce dernier ayant été nommé au gouvernement Fillon le , Charles-Ange Ginésy siège donc au palais Bourbon à partir du . Il démissionne de son poste de député le , à la suite du départ de Christian Estrosi du gouvernement. Le 15 mai 2008, il est élu Président du Syndicat Intercommunal des Collectivités Territoriales Informatisées des Alpes-Maritimes (SICTIAM). Après que Christian Estrosi ai été nommé ministre chargé de l'Industrie, Charles-Ange Ginésy le remplace cette fois encore à l'Assemblée Nationale à partir du , pour la quitter une nouvelle fois un mois après cette énième sortie du gouvernement de Christian Estrosi lequel redevient ainsi légitime député de la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes, en date du . En mars 2011, Charles-Ange Ginésy est réélu conseiller général du canton de Guillaumes dès le premier tour des élections cantonales avec 68,76 % des suffrages puis reconduit en tant que premier vice-président du conseil général des Alpes-Maritimes.

Il soutient la candidature de François Fillon à la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012[2].

Le 4 janvier 2014, il est élu président de la communauté de communes des Alpes d'Azur avec 33 voix sur 50[3]. Cette structure intercommunale créée le 1er janvier 2014 regroupe plusieurs anciennes communautés de communes dont celle de Cians Var que Charles-Ange Ginésy présidait jusqu'alors.

En mai 2014, il se voit élu pour la première fois président de l'Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM[4])[5].

En mars 2015, il est réélu aux élections départementales en tant que conseiller départemental du canton de Vence [6]où il retrouve son poste de 1er vice-président du département des Alpes-Maritimes.

Le 2 novembre 2015, il est élu président[7]du Parc national du Mercantour, fonction qu'occupa son père Charles Ginésy pendant un quart de siècle, de 1979 à 2005.

Il soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[8].

Détail des mandats[modifier | modifier le code]

Député
Conseiller régional
Conseiller général puis départemental
Conseiller municipal / Maire
Mandats intercommunaux

Décorations et honneurs[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de l’Ordre National du Mérite
  • Chevalier de la Légion d’Honneur
  • Marianne d'Or du Tourisme Durable, pour son implication sur les questions environnementales.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Organigramme du SICTIAM », sur www.sictiam.fr (consulté le 18 août 2016)
  2. « UMP : Charles-Ange Ginesy choisit François Fillon », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)
  3. « Charles-Ange Ginésy premier président de la communauté de communes des Alpes d'Azur », sur http://www.nicematin.com/, Nice-Matin, (consulté le 5 janvier 2014)
  4. -, « Bienvenue sur le site officiel de l'ANMSM », sur www.anmsm.fr (consulté le 23 juillet 2015)
  5. « Charles-Ange Ginésy élu président de l'association nationale des maires des stations de montagne », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)
  6. « Départementales: Ginesy-Sattonnet réélus dans le canton de Vence », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)
  7. « Charles-Ange Ginésy, nouveau président du parc du Mercantour », sur www.nicematin.com (consulté le 3 novembre 2015)
  8. « Serge Dassault et Patrick Balkany parmi les parlementaires qui soutiennent Nicolas Sarkozy », lemonde.fr, 9 septembre 2016.
  9. « Législatives: le grand chelem de l'UMP dans le 06 (vidéo) », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)
  10. « Municipales à Péone-Valberg: Charles-Ange Ginésy repart pour " l'union et l'intérêt local " », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)
  11. « Charles-Ange Ginésy premier président de la communauté de communes des Alpes d'Azur », sur www.nicematin.com (consulté le 23 juillet 2015)

Liens externes[modifier | modifier le code]