Laurence Trastour-Isnart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Laurence Trastour-Isnart
Illustration.
Laurence Trastour-Isnart en juillet 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(2 ans, 5 mois et 16 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 6e des Alpes-Maritimes
Législature XVe (Cinquième République)
Prédécesseur Lionnel Luca
Conseillère municipale de Cagnes-sur-Mer
En fonction depuis le
(21 ans, 8 mois et 7 jours)
Réélection 2001, 2008, 2014
Maire Louis Nègre
Conseillère régionale de Provence-
Alpes-Côte d'Azur

(1 an, 6 mois et 3 jours)
Élection 10 décembre 2015
Président Christian Estrosi
Biographie
Date de naissance (47 ans)
Lieu de naissance Cagnes-sur-Mer
Nationalité Française
Parti politique LR
Diplômé de Université Nice-Sophia-Antipolis
Profession Fonctionnaire

Laurence Trastour-Isnart, née le à Cagnes-sur-Mer, est une femme politique française, membre de Les Républicains (LR). Elle est élue députée dans la 6e circonscription des Alpes-Maritimes le 21 juin 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendante de père français et mère italienne[1], Laurence Trastour-Isnart débute son engagement dans le monde associatif en 1994 au sein de l'association Passion pour tous qui œuvre en faveur des enfants séparés de leurs parents[2].

Elle est élue conseillère municipale de Cagnes-sur-Mer, déléguée à la petite enfance, en 1998 jusqu'en 2001. Depuis 2001, elle est adjointe au maire. Entre 2014 et 2016, elle siège au sein de la Métropole Nice Côte d'Azur.

En 2015, elle est élue conseillère régionale de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur sur la liste de Christian Estrosi. Elle exerce la fonction de vice-présidente de la commission « lycée, apprentissage, formation professionnelle ».

Candidate pour les élections législatives, elle est élue députée dans la 6e circonscription des Alpes-Maritimes le 18 juin 2017[3].

Intéressée par les sujets de défense nationale, elle est nommée en 2018 auditrice de la 4e session "Enjeux et stratégie maritimes" de l'IHEDN[4].

Députée de la XVème législature[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (juin 2019). Découvrez comment la « wikifier ».

Travaux parlementaires[modifier | modifier le code]

En devenant députée, elle devient membre de la commission de la défense nationale et des forces armées et membre de la Délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre hommes et femmes[5],[6]. Elle est co-rapporteure de la mission d'information sur le suivi des blessés de la commission de la défense nationale et des forces armées[7],[8].

Six mois après son arrivée à l’Assemblée nationale, le magazine Capital indique qu’elle fait déjà partie des 30% des députés les plus actifs[9].

Son travail parlementaire s’axe autour du dépôt de propositions de lois et d’amendements émanant des problématiques de terrain. Au parlement, elle intervient sur de nombreux thèmes tels que l’éducation, le pouvoir d’achat, la sécurité, l’agriculture, l’alimentation, l’économie, la santé, l’égalité hommes-femmes ou encore la défense des collectivités territoriales.

Le site nosdeputes.fr la classe d’ailleurs dans les députés de la XVème législature déposant le plus d’amendements, de propositions de loi, de questions écrites et posant le plus de questions au gouvernement[10].

Le 16 mai 2018, son amendement visant à promouvoir le principe de conception universelle pour une société inclusive vis-à-vis des personnes en situation de handicap ou en perte d’autonomie dans les zones urbaines et rurales est adopté[11],.

En plein cœur de l’affaire Benalla, elle interpelle lors des questions au gouvernement le Premier ministre Edouard Philippe à ce sujet. Elle déclare alors que cette affaire « a révélé au grand jour les dérives d'un Président de la République jupitérien »[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],.

Dans un contexte de manque de moyens financiers dédiés à la recherche française contre le cancer de l’enfant qui peine à avancer, elle est la seule députée à proposer un amendement pour augmenter ces moyens financiers lors de la discussion sur la première partie du budget de 2019[19],[20],[21],[22]. Son amendement fait consensus parmi l’opposition et est repris par des députés de tout bord politique quelques semaines après[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31]. Ce consensus oblige le gouvernement et la majorité LREM à financer de 5 millions d'euros supplémentaires par an la recherche contre le cancer de l’enfant[32],[33].

Elle est l'auteure de plusieurs propositions de loi. Elle a propose notamment de mettre fin à la prise en compte des revenus de la conjointe ou de la conjoint dans le calcul de l'allocation aux adultes handicapées pour arrêter, selon elle, "le lien de dépendance financière pour la personne en situation de handicap vis-à-vis du conjoint alors que le principe même de l’allocation est de garantir l’autonomie du bénéficiaire"[34]. Un de ses textes vise également à renforcer la prévention et la sécurité routière ainsi que l'accompagnement des victimes des accidents de la circulation[35]. En outre, elle a déposé une proposition pour lutter contre l'habitat indigne[36].

Groupes de travail, d'étude et d'amitié à l'Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Laurence Trastour-Isnart est vice-présidente du groupe d’études sur les rapatriés. Elle est également secrétaire des groupes d’études sur les startup, PME et ETI, sur les droits de l'enfant et protection de la jeunesse et sur la démocratie participative. Enfin, elle est membre de 26 autres groupes d’études[37],[38].

Elle est présidente du groupe d’amitié France-Slovénie et vice-présidente des groupes d’amitié avec la Suède, l’Irlande, le Pérou, le Bruneï-Malaisie, le Kazakhstan et la Macédoine du Nord. Elle est également secrétaire d’une dizaine de groupe d’amitié dont les groupes d’amitié France-Monaco et France-Finlande[39].

Détail des fonctions et mandats[modifier | modifier le code]

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Laurence Trastour Isnart deputato in Francia », sur Settimanale LAncora (consulté le 27 juillet 2017)
  2. « A propos de », sur Site officiel (consulté le 20 juin 2017).
  3. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  4. « A propos de ».
  5. « Composition de la commission de la défense »
  6. « Composition de la délégation aux droits des femmes »
  7. « Composition de la mission d’information suivi des blessés »
  8. « Composition de la mission d’information suivi des blessés »
  9. « Classement capital des députés après 6 mois de mandat »
  10. « Activité parlementaire de Laurence Trastour-Isnart »
  11. « Amendement adopté 318 Laurence Trastour-Isnart »
  12. « Questions au gouvernement 24 juillet vidéo »
  13. « Questions au gouvernement 24 juillet compte-rendu »
  14. « Article du Monde sur l’affaire Benalla citant l’intervention de Laurence Trastour-Isnart »
  15. « A cause de l’affaire Benalla, la députée Laurence trastour-Isnart veut la peau de la réforme constitutionnelle »
  16. « La depeche Philippe répond aux députés »
  17. « Le Figaro : affaire Benalla »
  18. « CNEWS : l’affaire Benalla »
  19. « Amendement de Laurence Trastour-Isnart du 7 octobre 2018 sur la première partie du plf, amendement visant à augmenter de 18millions d’euros les moyens dédiés à la recherche contre les cancers pédiatriques »
  20. « Défense par Eric Woerth de l’amendement de Laurence Trastour-Isnart du 7 octobre 2018 visant à augmenter de 18millions d’euros les moyens financiers dédiés à la recherche contre les cancers pédiatriques »
  21. « Laurence Trastour-Isnart veut davantage de moyens pour la recherche contre le cancer de l’enfant ! Article de presse »
  22. « Intervention Laurence Trastour-Isnart sur la recherche contre les cancers pédiatriques lors de l’examen de la 2ème partie du plf »
  23. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  24. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  25. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  26. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  27. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  28. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  29. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  30. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  31. « Amendement cancer de l’enfant 2ème partie du plf déposé quelques semaines après l’amendement de Laurence trastour-Isnart »
  32. « Cancer de l’enfant 5 millions d’euros de plus par an pour la recherche fondamentale »
  33. « LCP les députés allouent 5 millions d’euros pour lutter contre le cancer de l’enfant 5 millions d’euros de plus par an pour la recherche fondamentale »
  34. « Proposition de loi 563 »
  35. « proposition de loi n°1929 »
  36. « Proposition de loi n°1773 »
  37. « Laurence Trastour-Isnart Députée site de l’Assemblée nationale »
  38. « Site de l’Assemblée nationale »
  39. « Site de l’Assemblée nationale »

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :