Robin Reda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Robin Reda
Illustration.
Robin Reda en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(3 ans, 8 mois et 7 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 7e de l'Essonne
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Éva Sas
Conseiller de la Métropole du Grand Paris
En fonction depuis le
(5 ans, 1 mois et 6 jours)
Élection
Président Patrick Ollier
Conseiller régional d'Île-de-France

(1 an, 6 mois et 28 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Valérie Pécresse
Président de la communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne

(1 an, 9 mois et 4 jours)
Élection 27 mars 2014
Prédécesseur François Garcia
Maire de Juvisy-sur-Orge

(3 ans, 3 mois et 4 jours)
Prédécesseur Étienne Chaufour
Successeur Michel Perrimond
Biographie
Date de naissance (29 ans)
Lieu de naissance Savigny-sur-Orge (Essonne, France)
Nationalité Française
Parti politique UMP (2006-2015)
LR (2015-2019)
SL (depuis 2019)
Diplômé de IEP de Paris

Robin Reda, né le à Savigny-sur-Orge, est un homme politique français.

Membre de l’UMP puis des Républicains, il est élu député dans l'Essonne en 2017. Il quitte LR en 2019 pour rejoindre Soyons libres de Valérie Pécresse.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Il naît le à Savigny-sur-Orge (Essonne)[1]. Il viendrait d'une grande famille égyptienne[2], et a des origines franc-comtoises et bretonnes[2],[3],[4].

Le 1er septembre 2018, il épouse Lamia Bensarsa à Juvisy-sur-Orge [5].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

À l'âge de 15 ans, il commence à militer à l'UMP, puis devient responsable départemental des Jeunes Populaires pour l'Essonne. Étudiant à Sciences Po Paris (où il obtient un master en affaires publiques en 2014)[6], la liste qu'il conduit l'emporte dès le premier tour à Juvisy-sur-Orge lors des élections municipales de 2014. Âgé de 22 ans, il met fin à 43 ans de gestion socialiste de la ville[7]. Il est également élu président de la communauté d'agglomération Les Portes de l'Essonne.

À l'issue des élections régionales de 2015 en Île-de-France, il est élu conseiller régional sur les listes UMP-UDI de Valérie Pécresse[8]. Lors de ces élections, il qualifie le candidat PS, Claude Bartolone, de « parfaite incarnation des élus mafieux » ; l'entourage de celui-ci annonce alors son intention de porter plainte[9],[10].

Lors de la primaire française de la droite et du centre de 2016, il soutient Bruno Le Maire, dont il est proche. François Fillon l'emporte mais échoue lors de l'élection présidentielle ; a posteriori, Robin Reda considère que le projet de ce dernier comportait une « forme de brutalité »[11].

À 26 ans, il est élu au second tour député dans la 7e circonscription de l'Essonne[12] face à une candidate de LREM qui l'avait distancé de plus de sept points au premier tour[13]. Il indique avoir mené une campagne « sans logo, la plus possible déconnectée de la politique nationale »[13]. Frappé par la législation limitant le cumul des mandats en France, il démissionne de son siège de maire de Juvisy-sur-Orge, dont il demeure conseiller municipal et communautaire[14],[15]. Il abandonne son poste de conseiller régional, le 16 juillet 2017[16].

Au congrès des Républicains de 2017, qui élit le président du parti, il soutient la candidature de Florence Portelli[11], qui s'inclinera face à Laurent Wauquiez.

Le 25 Janvier 2018, il fait polémique en tenant des propos sexistes à l'encontre de la député Yaël Braun-Pivet[17].

Le , il est élu président de la fédération des Républicains du département de l'Essonne avec 72,8 % des voix[18].

Le , il quitte Les Républicains pour rejoindre le mouvement de Valérie Pécresse Soyons libres[19].

Lors des élections municipales de 2020, la candidature puis la victoire de sa femme, Lamia Bensarsa Reda, pour prendre sa succession à Juvisy-sur-Orge suscitent la polémique chez ses adversaires, qui dénoncent un potentiel clientélisme électoral[20].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « INFOGRAPHIES. Législatives : l'Assemblée prend un coup de jeune historique avec l'arrivée de 28 députés vingtenaires », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juin 2017).
  2. a et b « Le supplément du 22 juin sur Canal+ - Lire la page 2 (TeleScoop) », sur Telescoop (consulté le 22 février 2020)
  3. Sébastien Tronche, « Robin Reda : «Petit, je rêvais de devenir Arthur !» », sur Libération.fr, (consulté le 22 février 2020)
  4. « Robin Reda — Suffrage Universel », sur wiki.suffrage-universel.be (consulté le 22 février 2020)
  5. Sciences-Po, « Emile, le magazine des Sciences-Po, n°14 », sur https://www.sciences-po.asso.fr, trimestriel, (consulté le 20 janvier 2020)
  6. http://www.sciences-po.asso.fr/profil/robin.reda14.
  7. Tristan Quinault Maupoil, « À 22 ans, Robin Reda fait basculer Juvisy-sur-Orge à droite », lefigaro.fr, 27 mars 2017.
  8. Laurent Degradi, « Juvisy-sur-Orge : Robin Reda (LR) se lance aux législatives », leparisien.fr, 20 février 2017.
  9. Aurélie Marcireau, « Régionales : quand le maire LR de Juvisy, Robin Reda, qualifie Claude Bartolone de "parfaite incarnation des élus mafieux" », lelab.europe1.fr, 10 décembre 2015.
  10. Nicolas Domenach, « Robin Reda ou la parfaite incarnation du député sexiste », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le 25 janvier 2018)
  11. a et b Robin Reda, interviewé par Dominique Albertini, « Robin Reda : "Ne pas être seulement la droite des 4 × 4 », Libération, 6 novembre 2017, pages 14-15.
  12. « Résultats dans la 7e circonscription de l’Essonne : Robin Reda (LR) élu député à 26 ans ! », leparisien.fr, 19 juin 2017.
  13. a et b Pierre-Alain Furbury, « Les « jeunes schnocks » de la droite », sur lesechos.fr, (consulté le 23 juillet 2020).
  14. Jérôme Lemonnier, « Juvisy : Robin Réda passe la main », Essonne info,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2017)
  15. Nolwenn Cosson, « Michel Perrimond (LR) devient le nouveau maire de Juvisy », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 5 juillet 2017) « Robin Reda devient lui conseiller municipal et continuera de siéger au sein de l’Établissement public territorial Grand-Orly Seine Bièvre » .
  16. « Séance plénière des 6 & 7 juillet 2017-procès-verbal » (consulté le 26 octobre 2017)
  17. Hadrien Mathoux, « "Vous pourriez être ma mère" : le député LR Robin Reda pris en flagrant délit de sexisme puéril », sur www.marianne.net, 2018-01-25utc09:58:24+0000 (consulté le 4 février 2021)
  18. M.-C. D., « Essonne : Robin Reda est le nouveau patron des Républicains : L’ex-maire de Juvisy-sur-Orge a recueilli 72,8 % des voix face à Stéphane Kutnérian », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019) « Si le taux de participation au scrutin de ce samedi n’est pas encore connu, l’ex-maire de Juvisy-sur-Orge n’en a pas moins recueilli 72,8 % des voix, neuf mois après la démission du maire de Courcouronnes, Stéphane Beaudet, de ce même poste ».
  19. Nolwenn Cosson, « Le député de l’Essonne Robin Reda quitte Les Républicains dans le sillage de Valérie Pécresse », Le Parisien, édition de l'Essonne,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juin 2019).
  20. Nolwenn Cosson et Laurent Degradi, « La femme de Robin Reda se lance dans la campagne des municipales à Juvisy », sur leparisien.fr, (consulté le 1er juillet 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]