Serge Grouard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Serge Grouard
Illustration.
Fonctions
Maire d'Orléans
En fonction depuis le
(2 ans, 6 mois et 23 jours)
Élection 4 juillet 2020
Coalition LR-UDI
Prédécesseur Olivier Carré

(14 ans, 2 mois et 28 jours)
Élection
Réélection
23 mars 2014
Prédécesseur Jean-Pierre Sueur
Successeur Olivier Carré
Président d'Orléans Métropole
En fonction depuis le
(1 an, 2 mois et 18 jours)
Élection
Prédécesseur Christophe Chaillou
Conseiller municipal d'Orléans
En fonction depuis le
(27 ans, 7 mois et 9 jours)
Élection juin 1995 à juin 2020
Maire Jean-Pierre Sueur
Lui-même
Olivier Carré
Adjoint au maire d'Orléans
délégué à la stratégie métropolitaine

(4 ans et 3 jours)
Maire Olivier Carré
Successeur Délégation supprimée
Président de la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale

(1 an, 6 mois et 18 jours)
Législature XIIIe (Cinquième République)
Prédécesseur Christian Jacob
Successeur Jean-Paul Chanteguet
Député français

(15 ans et 1 jour)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
17 juin 2012
Circonscription 2e du Loiret
Législature XIIe, XIIIe et XIVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2002-2015)
LR (2015-2017)
Prédécesseur Éric Doligé
Successeur Caroline Janvier
Biographie
Nom de naissance Serge Grouard
Date de naissance (63 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Français
Parti politique RPR (jusqu'en 2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Diplômé de IEP de Paris
École supérieure des officiers d'état-major
École nationale d'administration
Profession Haut fonctionnaire

Serge Grouard
Maires d'Orléans

Serge Grouard, né le à Paris, est un haut fonctionnaire et homme politique français. Membre du RPR, de l’UMP puis des Républicains, il est député du Loiret de 2002 à 2017 ainsi que maire d'Orléans de à et depuis .

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Serge Grouard est le fils de Jean Grouard, directeur commercial, et d'Anne-Marie Clément, artiste peintre. Il est père de trois enfants.

Diplômé de l'Institut d'études politiques de Paris en 1981[1], il est titulaire d'un DEA en relations internationales et stratégie et d'un brevet de l'École supérieure des officiers d'état-major (ESORSEM).

Il a également été élève de l'École nationale d'administration (ENA)[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Sa carrière d'administrateur civil s'est déroulée à la ville de Paris ainsi qu'au ministère de la Défense. Il a notamment été conseiller technique au cabinet du maire de Paris, Jacques Chirac puis Jean Tibéri, de 1993 à 1996. Il fut également chargé de cours en relations internationales jusqu'en 2001[2].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Premiers mandats de maire d'Orléans (2001-2015)[modifier | modifier le code]

Serge Grouard entame son parcours politique en 1995. Il est troisième sur la liste du candidat UDF à la mairie d'Orléans Jean-Louis Bernard. Ce dernier étant battu par le maire PS sortant Jean-Pierre Sueur, Serge Grouard prend la tête de l'opposition municipale jusqu'aux élections municipales suivantes.

Après avoir fait une alliance avec Charles-Éric Lemaignen et Olivier Carré, Serge Grouard est élu maire d'Orléans à la suite des élections municipales de 2001, sa liste ayant devancé, à la surprise générale[réf. souhaitée], celle du maire socialiste sortant Jean-Pierre Sueur. Charles-Éric Lemaignen devient président de la communauté d'agglomération Orléans Val de Loire et Olivier Carré premier adjoint au maire.

Au cours de son premier mandat, le conseil municipal lance des projets de rénovation urbaine dans les quartiers et de restauration du centre ancien. Il est à l'origine de la création du Festival de Loire qui accueille des centaines de milliers de personnes sur les quais d'Orléans au mois de septembre, une année sur deux.

En 2001, il met en place une politique de tolérance zéro dans la lutte contre la délinquance, basée sur le triptyque sanction, prévention et réussite éducative. La ville enregistre au fil des années une baisse spectaculaires du nombre de délits commis sur son territoire faisant d'Orléans un "laboratoire de la lutte contre la délinquance en France". Les statistiques sur vingt ans font état d'une chute des faits de délinquance de proximité à hauteur de 84%[3].

En , Serge Grouard intente une action en justice contre le blogueur orléanais Antoine Bardet, alias « Fansolo », qui figurait sur une liste socialiste aux élections municipales[4]. Serge Grouard lui reproche d'avoir créé un blog ironique, « Les amis de Serge Grouard », en usurpant son identité, et dénonce l'utilisation d'images détournées qui le caricaturent en Dark Vador ou en soldat SS, selon les avis des uns et des autres. [5],[6]. Le blogueur est condamné à verser près de 10 000 € au plaignant[4]. Le jugement est confirmé en appel[7], mais intégralement cassé en cassation, Serge Grouard étant condamné en retour à verser 3 000 euros d'indemnités à Antoine Bardet en sus du remboursement de tous les frais engendrés par la procédure[8]. Ce jugement, qui fait jurisprudence[9], « élargit le champ de la loi du 29 juillet 1881 sur la liberté d'expression à tous les blogueurs » souligne Le Canard enchaîné[10].

Le projet de création d'une Arena en partenariat public-privé crée la polémique, tant sur son opportunité que sur son financement et son lieu d'implantation. La mairie abandonne le projet quand les subventions prévues – de l'État notamment – ne sont finalement pas accordées. Elle a toutefois dépensé 12 millions d'euros dans ce projet avorté (dont près de 8 millions pour l'achat des bâtiments et du terrain de l'ancienne usine Famar), le « plus grave échec en matière d'urbanisme » du maire souligne La Tribune d'Orléans[11].

Le , la liste qu'il conduit obtient 53,65 % des suffrages exprimés dès le premier tour des élections municipales, devant la liste PS-EELV-PRG, qui recueille 23,23 % des suffrages. C'est la première fois qu'un maire est élu pour trois mandats consécutifs à Orléans et de surcroît dès le premier tour. Serge Grouard est à l'origine d'une nouvelle polémique en créant une délégation chargée de lutter contre l'immigration clandestine[12]. L'ancien maire Jean-Pierre Sueur a demandé au préfet et au ministre de l'Intérieur d'étudier les recours possibles contre de telles prérogatives qui sont en principe celles de l'État[13]. Le préfet du Loiret a invité le maire à changer le nom de la délégation « afin d'éviter toute confusion avec les compétences de l'État »[14].

Il annonce le sa décision de mettre fin à son mandat de maire d’Orléans pour des raisons de santé[15]. C'est son premier adjoint et dauphin Olivier Carré qui lui succède. Il reste adjoint au maire, chargé de la stratégie métropolitaine, jusqu'à sa démission en [16] à l’issue de nombreux désaccords avec son ancien premier adjoint qui lui avait succédé.

Député du Loiret (2002-2017)[modifier | modifier le code]

Serge Grouard est élu député avec 57,59 % des voix le 16 juin 2002, dans la 2e circonscription du Loiret[17]. Le , il est réélu avec 54,65 % des suffrages au second tour[18]. À l'Assemblée nationale, il fait partie du groupe UMP[19]. Lors des élections législatives de 2012, il est réélu une nouvelle fois, avec 50,37 % des voix au second tour[20],[21].

Il est à l'origine d'un amendement de la loi dite « Grenelle I » () supprimant l'avis conforme de l'architecte des bâtiments de France pour les constructions réalisées dans les zones protégées. Le caractère obligatoire de cet avis a été rétabli à l'initiative de Dominique Braye par le Sénat en , dans le cadre de la loi dite « Grenelle II »[22].

Du à la fin de la XIIIe législature, il préside la commission du Développement durable et de l'Aménagement du territoire de l'Assemblée nationale[23].

Pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016, il soutient François Fillon, dont il est responsable du projet[24]. Il travaille notamment sur les questions régaliennes dont celles liées à la politique internationale, à la sécurité et à la lutte contre l’islamisme radical, estimant dans un premier temps qu’elles sont insuffisamment traitées dans le programme présidentiel. Serge Grouard participera ainsi à l’écriture du livre Vaincre le terrorisme islamique signé par François Fillon[25]. Ce livre remarqué, sorti en pleine campagne des primaires et succès de librairie, avait contribué à relancer le candidat Fillon en le positionnant sur les questions géopolitiques et d’immigration, notamment face à Alain Juppé. Partageant avec le candidat LR le constat selon lequel « la France est un État en faillite » mais qu’il n’est pas question de s’y résoudre, Serge Grouard participe à l’élaboration d’un plan de redressement.

Le 4 mars 2017, alors que François Fillon, en pleine tourmente liée au PenelopeGate, tient meeting au Trocadéro, Serge Grouard lui aurait proposé de prendre sa place comme candidat à l'élection présidentielle[26].

Briguant un quatrième mandat aux élections législatives de 2017, il est battu par la candidate de La République en Marche Caroline Janvier, qui l'emporte par 51,2 % des suffrages exprimés[27].

Réélection à la mairie d'Orléans en 2020[modifier | modifier le code]

Serge Grouard est candidat à sa réélection aux élections municipales de 2020, face notamment à Olivier Carré, soutenu par La République en marche, alors qu'il avait annoncé en 2015 qu'il ne se représenterait pas.[28]Arrivé en tête à l'issue du premier tour de scrutin avec sa liste « Les Orléanais au cœur », il gagne la triangulaire du second tour avec 40,3 % des suffrages[29] représentant 9098 voix sur 62896 inscrits[30]. Le , il est élu maire d'Orléans pour la quatrième fois consécutive[31], ce qui n'était jamais arrivé à Orléans, après une campagne au climat délétère notamment marquée par l'affaire des notes de frais d'Olivier Carré[32] et l'affaire de la distribution de masques par Serge Grouard et son équipe[33].

Dans le contexte sanitaire de Covid-19 empêchant la tenue des traditionnelles fêtes de Jeanne d'Arc, une vive polémique éclate a première année de mandat est marquée par une polémique au sujet des fêtes de Jeanne d'Arc, à la suite du refus de diffusion par France 3 Centre-Val de Loire d'un documentaire commandé par la mairie d'Orléans et que la chaîne s'était engagée à diffuser le 8 mai. France 3 Centre-Val de Loire est revenue in extremis sur son engagement car une partie du documentaire était commentée par la journaliste, et ancienne Jeanne d'Arc à Orléans, Charlotte d'Ornellas[34]. Dénonçant une censure, Serge Grouard est invité sur de nombreux plateaux pour s'en expliquer et le sujet prend une dimension nationale[pertinence contestée].

Il engage la ville d'Orléans dans un ambitieux projet de transition écologique, souhaitant faire de la cité johannique une « ville décarbonée à l'horizon 2050 », avec une baisse des gaz à effet de serre de 50% d'ici 2030. La ville devrait produire sa propre énergie renouvelable grâce, notamment, au photovoltaïque. « Les ambitions seront de réduire par deux les émissions de gaz à effet de serre d'origine énergétique et de doubler les capacités de production en énergies renouvelables, de baisser de 26% les consommations énergétiques... »[35] Le plan pluriannuel d'investissement (PPI) voté par la métropole en janvier 2022 prévoit 250 millions d'euros pour les actions de transition écologique et énergétique, et de protection de la biodiversité.

Élection à la présidence d'Orléans Métropole en 2021[modifier | modifier le code]

Contrairement aux engagement qu'il avait pris lors des élections municipales de 2020, où il s'était prononcé « contre le cumul des fonctions de maire et de président de la métropole », Serge Grouard se présente et est élu à la présidence d'Orléans Métropole le [36], en l'absence de candidat et afin que la collectivité soit en mesure de "retrouver une capacité de porter des beaux projets" [37]dans un contexte d'endettement massif. Il est élu avec 47 voix pour sa candidature sur 89 élus (soit 52,8 % des voix).

Candidature à la présidence des Républicains en 2022[modifier | modifier le code]

Le 7 juillet 2022, il annonce sa candidature à la présidence des Républicains pour la succession de Christian Jacob, dont l'élection aura lieu, lors du congrès des Républicains de 2022, le 3 et le 4 décembre 2022 pour le premier tour, puis le 10 et le 11 décembre 2022 pour le second tour si aucun des candidats n'a obtenu de majorité de plus de 50 % dès le premier scrutin[38].

Il n'arrive pas à obtenir les parrainages requis pour se présenter à cette élection interne au parti[39].

Prises de position[modifier | modifier le code]

En tant que député et maire d'Orléans, Serge Grouard participe de manière très active à une campagne nationale pour la libération de Florence Cassez, détenue au Mexique entre 2005 et 2013. Serge Grouard fera plusieurs déplacements au Mexique afin de soutenir Florence Cassez, rencontrer ses avocats et donner le plus large écho, politique et médiatique, à cette affaire. Le , Florence Cassez est faite citoyenne d’honneur de la ville d’Orléans[40][source insuffisante].

En , il refuse l'implantation d'une école musulmane à Orléans, invoquant la « laïcité » et déclarant : « Après, on m'oppose l'argument des écoles dédiées à d'autres religions. Mais ça n'a rien à voir ! Les écoles catholiques, notamment, sont sous contrat, avec un programme, et une obligation de respect de la laïcité ! Et elles acceptent aussi des enfants d'autres religions, des enfants musulmans. Si l'État accepte et veut la mettre sous contrat, c'est un autre sujet. Mais là, c'est une porte ouverte vers de possibles dérives »[41].

Le 13 janvier 2015, il entonne spontanément la Marseillaise dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale à l’issue de l’hommage rendu aux 17 victimes des attentats. Une initiative saluée par l’ensemble de la classe politique, « un fait inédit sous la Ve République – dont le précédent remonte au 11 novembre 1918 »[42][pertinence contestée].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • depuis le  : conseiller municipal d'Orléans
  • -  : maire d'Orléans
  • -  : adjoint au maire d'Orléans, délégué à la stratégie métropolitaine
  • depuis le  : maire d'Orléans
  • -  : président délégué d'Orléans Métropole
  • depuis le  : président d'Orléans Métropole[43]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Stratégies européennes et espace militaire, éd. FEDN, 1989, 88 p.
  • La Guerre en orbite : essai de politique et de stratégie spatiales, éd. Economica, 1994. 383 p.
  • Ce que je voulais vous dire, Corsaire, 2018.
  • Assez de mots, des actes, comment rétablir la sécurité, Vérone Éditions, 2021.

Articles[modifier | modifier le code]

  • « Brilliant Pebbles » (en coll.), dans Défense nationale, no 46, , p. 147-157.
  • « Le rôle des satellites américains dans la région du Golfe », dans Défense nationale, no 46, , p. 77-86.
  • « Le conflit du Golfe : un laboratoire pour l'espace », dans Stratégique, no 51-52, 1991, p. 345-371.
  • « Une défense européenne à inventer », dans Relations internationales et stratégiques, no 9, printemps 1993, p. 27-37.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Biographie », sur https://www.sergegrouard.fr (consulté le )
  2. Biographie de Serge Grouard, Les Echos
  3. Charles Guyard, « À Orléans, la sécurité comme credo », sur Le Point, (consulté le )
  4. a et b « Un blogueur blagueur dans la mire », Le Canard enchaîné, 15 octobre 2008, p. 5.
  5. « Le soldat Grouard part en guerre contre l'humour potache », LibéOrléans, 25 septembre 2008
  6. « Le maire d'Orléans poursuit un blogueur », Le Figaro, 25 septembre 2008.
  7. « La condamnation du blogueur potache confirmée en appel », LibéOrléans, 22 mars 2010.
  8. « La Cour de cassation étend le droit de la presse au blog », Rue89, 7 octobre 2011.
  9. «Arrêt no 904 du 6 octobre 2011 de la Cour de cassation »
  10. « La fête du maire », Le Canard enchaîné, 12 octobre 2011, p. 5.
  11. La Tribune d'Orléans, jeudi 20 mars 2014, no 345, p. 4.
  12. « À Orléans, le maire UMP veut chasser les clandestins », sur L'Humanité, (consulté le )
  13. France Inter avec agences, « Orléans veut lutter contre l'immigration clandestine », sur franceinter.fr, (consulté le ).
  14. « Le nom de la délégation municipale orléanaise « de lutte contre l'immigration clandestine » doit changer », La République du Centre, 24 avril 2014.
  15. « Le maire d’Orléans met fin à son mandat », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  16. François Guéroult et Christophe Dupuy, « Serge Grouard quitte sa fonction d'adjoint à Orléans : la rupture est consommée avec Olivier Carré », sur France Bleu, (consulté le ).
  17. Élections législatives de 2002 - résultats dans la 2e circonscription du Loiret, sur le site du ministère de l'Intérieur
  18. Élections législatives de 2007 - résultats dans la 2e circonscription du Loiret, sur le site du ministère de l'Intérieur
  19. Fiche biographique sur le site de l'Assemblée nationale
  20. « Résultat des élections législatives 2012 : Loiret - 2e circonscription », sur L'Express
  21. «France3 Centre : deuxième mandat pour Serge Grouard »
  22. « L'avis conforme des ABF rétabli par les sénateurs », LibéOrléans, 18 septembre 2009.
  23. « Actuelle composition de la commission du développement durable »
  24. Sébastien Tronche, « Le député LR Serge Grouard en charge du projet de François Fillon pour la primaire », lelab.europe1.fr, 25 mai 2016.
  25. Ludovic Vigogne, « François Fillon: le nègre Serge Grouard vous salue bien... », L’Opinion, 23 octobre 2018.
  26. « Quand Grouard voulait détrôner Fillon à la présidentielle », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  27. Ministère de l'Intérieur, « Elections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  28. Centre France, « Serge Grouard : « La page se tourne, je ne reviendrai pas » », sur www.larep.fr, (consulté le )
  29. « Résultats municipales 2020 à Orléans », sur Le Monde.fr (consulté le ).
  30. « Municipales 2020 - 2ème tour | Orleans Metropole », sur www.orleans-metropole.fr (consulté le )
  31. Orléans Métropole, « Serge Grouard, réélu maire d'Orléans », sur orleans-metropole.fr, (consulté le )
  32. « Enquête sur les notes de frais du maire d'Orléans : Olivier Carré auditionné par la police », sur ici, par France Bleu et France 3, (consulté le )
  33. Centre France, « Inédit - Municipales 2020 à Orléans : Serge Grouard, la victoire à quel prix ? [4/5] », sur www.larep.fr, (consulté le )
  34. « Orléans : polémique autour d'un documentaire sur l'hommage à Jeanne d'Arc », sur France Bleu, (consulté le )
  35. Centre France, « Environnement - Le plan d’actions pour la transition écologique d'Orléans Métropole présenté ce jeudi : à quoi faut-il s'attendre ? », sur www.larep.fr, (consulté le )
  36. François Guéroult, « Serge Grouard prend la présidence d'Orléans métropole », sur France Bleu, (consulté le )
  37. Centre France, « Politique - Orléans Métropole : Serge Grouard, comme prévu », sur www.larep.fr, (consulté le )
  38. « Les Républicains : candidat à la présidence, Serge Grouard veut un "accord de gouvernement" », sur cnews.fr, (consulté le ).
  39. "Le maire d'Orléans, Serge Grouard, écarté de la course à la présidence des Républicains", La République du Centre, 3 novembre 2022.
  40. Centre France, « Florence Cassez libérée : le soulagement de son comité de soutien… orléanais », sur www.larep.fr, (consulté le )
  41. Pas d'école musulmane à Orléans, larep.fr, 5 mars 2013
  42. « Qui est Serge Grouard, le député qui a entonné en premier la Marseillaise ? », sur TF1 INFO, (consulté le ).
  43. « Serge Grouard élu nouveau président d’Orléans Métropole », sur Orléans Métropole, (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]