Groupe Les Républicains (Sénat)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Groupe Les Républicains
Image illustrative de l’article Groupe Les Républicains (Sénat)
Chambre Sénat
Ancien(s) nom(s) Groupe de l'Union pour un mouvement populaire
Partis membres Les Républicains
Soyons libres
Oser la France
Nous France
Alliance solidaire des Français de l'étranger
La France audacieuse
Rassemblement saint-martinois
Saint-Barth d'abord
Le Rassemblement
Président Bruno Retailleau
(sénateur de la Vendée)
Trésorier Jean-Pierre Vogel
Représentation
133  /  348
Positionnement Droite[1],[2],[3],[4]
Idéologie Conservatisme[5],[6],[7],[8],[9],[10]
Gaullisme[11],[12],[13],[14],[15],[16]
Opposition à l'immigration[17],[18],[19],[20]
Site Web lesrepublicains-senat.fr

Le groupe Les Républicains (REP)[a], anciennement groupe de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), est un groupe parlementaire de droite au Sénat français. Il regroupe principalement des sénateurs du parti Les Républicains, nouveau nom de l'UMP depuis 2015.

Avec 133 membres, il est actuellement le groupe le plus nombreux au Sénat. Le président du Sénat, Gérard Larcher, en est issu.

Historique[modifier | modifier le code]

Le groupe UMP est créé en 2002, lors de la création de l'UMP, par fusion des groupes du RPR (94 sénateurs), des Républicains et indépendants (associés à Démocratie libérale, 40 sénateurs sur 41) et des dissidents de l'Union centriste (représentant l'UDF, 29 sénateurs sur 54) et du Rassemblement démocratique et social européen (réunissant des élus de tendance radicale depuis le XIXe siècle, quatre sénateurs sur 21) ainsi qu'un non-inscrit.

Depuis 2014, il n'y a plus qu'un des huit sénateurs du Parti radical et un des treize sénateurs du Nouveau Centre à siéger au sein de ce groupe. S'y ajoutent plusieurs sénateurs divers droite. Il compte 126 membres, 4 apparentés et 13 rattachés[22]. Il a détenu la majorité absolue (jusqu'en 2004) puis la majorité relative (jusqu'en 2011).

En 2015, le groupe UMP est renommé groupe « Les Républicains », suivant le changement de nom du parti[23].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Portrait Nom Dates du mandat Notes
Josselin de Rohan Sénateur du Morbihan, il est président du groupe RPR au Sénat de 1993 à 2002. Lors de la création de l'UMP qui remplace le RPR, il conserve sa fonction de président de groupe. Il quitte cette fonction en 2008 lorsqu'il devient président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat
Henri de Raincourt Sénateur de l'Yonne, il est vice-président du groupe UMP de 2002 à 2008 avant d'en devenir président en 2008. Il quitte cette fonction en 2009 lorsqu'il est nommé ministre délégué aux Relations avec le Parlement au sein du gouvernement Fillon.
Gérard Longuet Sénateur de la Meuse, il est élu président du groupe en 2009. Il quitte cette fonction en 2011 lorsqu'il est nommé ministre de la Défense et des Anciens Combattants au sein du gouvernement Fillon.
Jean-Claude Gaudin Sénateur des Bouches-du-Rhône, il est élu président du groupe en 2011. Il quitte cette fonction en 2014 lorsqu'il devient premier vice-président du Sénat.
Bruno Retailleau En fonction Sénateur de la Vendée, il est élu président du groupe en 2014 puis réélu en 2017 et 2020. En 2015, le groupe UMP devient groupe LR à la suite du changement de nom du parti.

Secrétaires généraux[modifier | modifier le code]

  • 1983-1992 : Jean-François Probst (groupe RPR)
  • 2002-2014 : Alain Sauret
  • Depuis 2014 : Jean-François Dejean

Effectifs et dénominations[modifier | modifier le code]

Année Nom Membres App. Ratt. Total Évolution %
2002 Union pour un mouvement populaire 168 Nv. 48,28
2004 145 5 6 156 en diminution 12 44,83
2008 137 4 10 151 en diminution 5 43,39
2011 120 1 11 132 en diminution 19 37,93
2014 126 4 13 143 en augmentation 11 41,09
2015 Les Républicains
2017 129 6 11 146 en augmentation 3 41,95
2020 121 14 13 148 en augmentation 2 42,53
2023 100 20 13 133 en diminution 15 38,22

Composition actuelle[modifier | modifier le code]

Liste des membres[modifier | modifier le code]

En , le groupe est composé des 133 sénateurs (100 membres, 20 apparentés et 13 rattachés) suivants[24] :

Département Nom Parti
Ain Patrick Chaize LR
Sylvie Goy-Chavent LR
Aisne Antoine Lefèvre LR
Pascale Gruny LR
Allier Bruno Rojouan LR
Alpes-Maritimes Dominique Estrosi Sassone LR-NF
Henri Leroy LR
Alexandra Borchio-Fontimp LR
Philippe Tabarot LR
Patricia Demas LR
Ardèche Mathieu Darnaud LR
Anne Ventalon LR
Ardennes Marc Laménie LR
Else Joseph LR-OLF
Aveyron Jean-Claude Anglars LR
Bouches-du-Rhône Valérie Boyer LR-OLF
Stéphane Le Rudulier LR
Calvados Pascal Allizard LR
Cantal Stéphane Sautarel LR
Charente-Maritime Daniel Laurent LR
Corinne Imbert LR
Cher Rémy Pointereau LR
Marie-Pierre Richer LR
Corrèze Claude Nougein LR-SL
Corse-du-Sud Jean-Jacques Panunzi LR
Côte-d'Or Alain Houpert LR
Côtes-d'Armor Alain Cadec LR-NF
Doubs Jacques Grosperrin LR
Drôme Gilbert Bouchet LR
Eure Kristina Pluchet LR
Eure-et-Loir Albéric de Montgolfier LR
Chantal Deseyne LR
Daniel Guéret LR
Finistère Philippe Paul LR
Gard Vivette Lopez LR
Laurent Burgoa LR
Haute-Garonne Alain Chatillon LR
Brigitte Micouleau LR
Gironde Florence Lassarade LR
Ille-et-Vilaine Dominique de Legge LR
Indre Frédérique Gerbaud LR
Nadine Bellurot LR
Indre-et-Loire Jean-Gérard Paumier LR
Isère Michel Savin LR
Frédérique Puissat LR
Damien Michallet LR
Jura Clément Pernot LR
Loire Hervé Reynaud LR
Haute-Loire Laurent Duplomb LR
Loire-Atlantique Laurence Garnier LR
Loiret Pauline Martin LR
Hugues Saury LR
Lot-et-Garonne Christine Bonfanti-Dossat LR
Maine-et-Loire Stéphane Piednoir LR
Manche Béatrice Gosselin LR
Philippe Bas LR
Marne Christian Bruyen DVD
Haute-Marne Bruno Sido LR
Anne-Marie Nédélec DVD
Mayenne Guillaume Chevrollier LR
Meurthe-et-Moselle Jean-François Husson LR
Morbihan Muriel Jourda LR
Moselle Catherine Belrhiti LR
Khalifé Khalifé LR
Nord Marc-Philippe Daubresse LR
Oise Olivier Paccaud LR
Sylvie Valente-Le Hir DVD
Paris Francis Szpiner LR
Catherine Dumas LR
Marie-Claire Carrère-Gée LR
Agnès Evren LR
Pas-de-Calais Jean-François Rapin LR-NF
Puy-de-Dôme Jean-Marc Boyer LR
Pyrénées-Atlantiques Max Brisson LR
Pyrénées-Orientales Lauriane Josende LR
Jean Sol LR
Bas-Rhin André Reichardt LR
Laurence Muller-Bronn LR
Elsa Schalck LR
Haut-Rhin Christian Klinger LR
Sabine Drexler DVD
Rhône François-Noël Buffet LR
Catherine Di Folco LR
Étienne Blanc LR
Haute-Saône Alain Joyandet LR
Olivier Rietmann LR-NF
Saône-et-Loire Marie Mercier LR
Fabien Genet LR
Sarthe Louis-Jean de Nicolaÿ LR
Jean-Pierre Vogel LR
Savoie Martine Berthet LR
Cédric Vial LR
Haute-Savoie Cyril Pellevat LR
Sylviane Noël LR
Seine-Maritime Agnès Canayer LR
Seine-et-Marne Anne Chain-Larché LR
Pierre Cuypers LR
Deux-Sèvres Philippe Mouiller LR-SL
Gilbert Favreau LR
Somme Laurent Somon LR
Tarn-et-Garonne François Bonhomme LR
Var Michel Bonnus LR
Françoise Dumont LR-SL
Jean Bacci LR
Vaucluse Alain Milon LR
Jean-Baptiste Blanc LR
Vendée Bruno Retailleau LR
Didier Mandelli LR
Vienne Yves Bouloux LR
Bruno Belin LR
Vosges Daniel Gremillet LR
Yvelines Gérard Larcher LR
Sophie Primas LR
Marta de Cidrac LR
Territoire de Belfort Cédric Perrin LR
Essonne Jean-Raymond Hugonet LR
Hauts-de-Seine Roger Karoutchi LR-SL
Christine Lavarde LR
Marie-Do Aeschlimann LR
Seine-Saint-Denis Thierry Meignen LR-SL
Val-de-Marne Christian Cambon LR
Marie-Carole Ciuntu LR
Val-d'Oise Arnaud Bazin LR
Jacqueline Eustache-Brinio LR
La Réunion Viviane Malet LR
Saint-Barthélemy Micheline Jacques LR-SBD
Saint-Martin Annick Petrus LR-RSM
Nouvelle-Calédonie Georges Naturel R-LR
Français de l'étranger (série 1) Ronan Le Gleut LR
Jean-Luc Ruelle ASFE
Évelyne Renaud-Garabedian ASFE
Français de l'étranger (série 2) Jean-Pierre Bansard ASFE
Christophe-André Frassa LR

Répartition partisane[modifier | modifier le code]

Parti Nombre
Les Républicains 121
Les Républicains - Soyons libres 6
Les Républicains - Oser la France 4
Les Républicains - Nous France 4
Les Républicains - Alliance solidaire des Français de l'étranger 3
Les Républicains - Rassemblement saint-martinois 1
Les Républicains - Saint-Barth d’abord 1
Le Rassemblement-Les Républicains 1
Divers droite 3

Détournements de fonds publics[modifier | modifier le code]

En , le journal Le Parisien révèle que le parquet de Paris a ouvert une information judiciaire sur des faits de possibles détournements de fonds publics de 400 000 euros ponctionnés dans les caisses du Sénat au profit de plusieurs sénateurs UMP, dont Jean-Claude Carle, trésorier du groupe[25].

En , Le Journal du dimanche indique que le groupe UMP au Sénat aurait entre 2002 et 2014 organisé une comptabilité occulte qui permettait à certains élus de détourner pour eux-mêmes de l'argent normalement destiné à rémunérer leurs assistants parlementaires[réf. souhaitée]. Selon Michel Talgorn, ancien collaborateur du groupe UMP mis en examen, une quarantaine de sénateurs auraient collaboré à ce système[26]. Cette pratique était surnommée « les chocolats du Sénat »[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Depuis le , le groupe Les Républicains est officiellement abrégé « REP » par les services du Sénat, bien que le parti porte l'abréviation « LR »[21].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Elections sénatoriales : la droite renforcée, LRM stable et le retour des écologistes », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. François Vignal, « Résultats des élections sénatoriales 2023 : le groupe LR en léger recul », sur Public Sénat, (consulté le )
  3. (en) « Right-wing keeps hold of the Sénat in France », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Elections sénatoriales 2023 : la droite reste majoritaire, la gauche progresse, le RN revient… Les 5 faits marquants du scrutin », sur L'Obs, (consulté le )
  5. Fabien Escalona, « Les Républicains sont l’un des partis conservateurs les plus en perdition », sur Mediapart, (consulté le )
  6. (en) « French conservative party chooses between moderate, right-wing presidential candidates », sur France 24, (consulté le )
  7. (en) « In first, French conservatives pick a woman as presidential candidate », sur euronews, (consulté le )
  8. (en) « French legislative elections: Conservative party Les Républicains hang on to survival », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. (en) « Meet the three candidates competing to lead France's conservative party Les Républicains », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. (en) « France's conservative Républicains elect new leader to revive political fortunes », sur RFI, (consulté le )
  11. « LR : le maire d’Orléans annonce quitter les Républicains car « la position du parti est devenue illisible » », sur lejdd.fr, (consulté le )
  12. « À Carcassonne, Les Républicains revendiquent "l'héritage" du général De Gaulle », sur lindependant.fr (consulté le )
  13. « Eric Ciotti élu président de LR », sur Les Echos, (consulté le )
  14. « En un graphique : l’effondrement des Républicains et du Parti socialiste au fil des dernières présidentielles », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  15. « Le maire d'Orléans Serge Grouard quitte (cette fois définitivement) le parti Les Républicains », sur France Bleu, (consulté le )
  16. François-Xavier Roucaut, « Débâcle des Républicains, le gaullisme en état de mort cérébrale », sur Revue politique et parlementaire, (consulté le )
  17. « Sécurité, immigration : les propositions des Républicains pour « réarmer l'État » », sur Le Point, (consulté le )
  18. « LR, à l'offensive sur l’immigration, veut afficher une image d’unité après les divisions sur les retraites », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. « La droite républicaine face à ses démons », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. « Immigration, justice, Europe… la droite lance une offensive contre l’Etat de droit », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Sénat, Informations sur la composition et les activités du Sénat au 31 décembre 2015, (lire en ligne).
  22. Liste des sénateurs par groupes politiques.
  23. « Groupes politiques », sur senat.fr.
  24. Composition, en temps réel, des groupes politiques sur le site du Sénat
  25. Mathilde Mathieu, « Au Sénat, l'argent du groupe UMP échappait aussi à tout contrôle », Mediapart, (consulté le ).
  26. « «Je rédigeais les chèques, les sénateurs venaient dans mon bureau» », Mediapart,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. « 117 sénateurs sont soupçonnés d'avoir détourné 8 millions d'euros », lepoint.fr, 13 octobre 2017.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]