Antoine Herth

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Antoine Herth
Illustration.
Fonctions
Député de la 5e circonscription du Bas-Rhin
En fonction depuis le
(16 ans et 26 jours)
Élection 16 juin 2002
Réélection 10 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Législature XIIe, XIIIe, XIVe et XVe
Groupe politique UMP (2002-2007) (apparenté)
UMP (2007-2015)
LR (2015-2017)
LC (depuis 2017)
Prédécesseur Germain Gengenwin (UDF)
Conseiller régional d'Alsace

(5 ans, 8 mois et 21 jours)
Élection 21 mars 2010
Président Philippe Richert
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Sélestat (Bas-Rhin)
Nationalité française
Parti politique UMP (jusqu'en 2015)
LR (2015-2018)
Agir (depuis 2017)
Profession Agriculteur

Antoine Herth est un homme politique français, né le à Sélestat (Bas-Rhin).

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire d'un BTS agricole et d'un baccalauréat D obtenu en candidat libre, Antoine Herth reprend l'exploitation familiale d'Artolsheim en 1984[1]. Il milite très tôt au sein des Jeunes agriculteurs de son canton. Il accède ensuite à des responsabilités départementales, nationales et européennes au sein du Centre national des jeunes agriculteurs.

Entre 1994 et 1998, il siège au Conseil économique et social[précision nécessaire]. Il présente notamment un rapport sur les enjeux de l'équilibre alimentaire mondial[2].

En 2002, il est désigné par l'UDF pour être le candidat du parti aux élections législatives dans la 5e circonscription du Bas-Rhin. Il s'y présente sous l'étiquette UMP, à la suite du retrait du député sortant Germain Gengenwin et est élu le , à l'âge de 39 ans. Il rejoint l'UMP à la suite de cette élection, où, toujours investi sur les questions concernant le monde agricole, il est nommé en 2005 secrétaire national chargé de l'agriculture.

Il consacre son premier mandat de député à des travaux sur le commerce équitable, le développement durable et les biocarburants. Il est également rapporteur de la loi d'orientation agricole en 2005 et auteur d'un rapport d'information sur les biocarburants en 2006. Il lui sera confié une mission parlementaire sur le commerce équitable et rend son rapport au Premier ministre Jean-Pierre Raffarin en mai 2005[3], une première à cette échelle[réf. nécessaire] en France.

Le , il est réélu député avec 58,01 % des voix au premier tour pour un deuxième mandat de député. En 2008, il est rapporteur du projet de loi relatif aux OGM et auteur d'un rapport d'information sur la mise en œuvre de la loi d'orientation agricole. En 2010, il est auteur d'un nouveau rapport d'information, cette fois-ci sur l'application de la loi relative aux OGM.

Le , il est élu conseiller régional d'Alsace sur la liste menée par Philippe Richert. Il est nommé vice-président de la Région chargé des transports.

En février 2011, il est pressenti pour faire son entrée au gouvernement[4].

En avril 2011, il remet un rapport sur le biocontrôle au ministre de l'Agriculture. Il formule quinze propositions visant à la promotion d'une agriculture durable moins dépendante des produits chimiques, trouvant notamment écho dans le plan "Ecophyto 2018".

Le , il est réélu député au second tour des élections législatives avec un score de 67,78 %. Lors de cette législature, il a été whip du groupe UMP à la commission des affaires économiques ainsi que responsable des questions agricoles et agro-alimentaires. Lors des élections internes pour la présidence de l'UMP en 2012, il est, conjointement avec sa collègue Laure de La Raudière, le premier député à soutenir la candidature de Bruno Le Maire. Il le soutient également pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[5]. En septembre 2016, il est nommé directeur de campagne régional pour le Grand-Est[6].

Le 18 juin 2017, il est réélu député au second tour des élections législatives avec un score de 54,14 %[7],[8]. Il continue à siéger au sein de la commission des affaires économiques. Par ailleurs, il est président du groupe d'amitié France-Bulgarie. Dès le début de la XVe législature, il rejoint le groupe parlementaire des Constructifs (actuellement groupe UDI, Agir et indépendants) et en novembre 2017, il participe à la création d'Agir, la droite constructive. Il y est responsable, conjointement avec le député du Nord Paul Christophe, des relations avec le monde associatif et consulaire. En mai 2018, il vote contre l'interdiction du glyphosate.

Mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux
Mandats régionaux
  • 2010-2015 : Conseiller régional et vice-président de la région Alsace
Mandats locaux
  • 1995- : Conseiller municipal d'Artolsheim (3 mandats, élections de 1995, 2001 et 2008), dont un mandat (2001-2008) en tant qu'adjoint au maire

Responsabilités politiques[modifier | modifier le code]

  • 2005-2013 : Secrétaire national de l'UMP chargé de l'agriculture
  • 2017- : Co-responsable des relations avec le monde associatif et consulaire au sein d'« Agir, la droite constructive ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yolande Baldeweck, « Faut-il avoir le bac pour être député ? »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur LAlsace.fr, .
  2. L'équilibre alimentaire mondial : quels enjeux géostratégiques pour l'Europe ? (rapport au Conseil économique et social, présenté par Antoine Herth), (lire en ligne).
  3. Le commerce équitable : quarante propositions pour soutenir son développement, , 104 p. (lire en ligne [PDF]).
  4. Anne Rovan et Solenn de Royer, « Sarkozy résolu à remanier rapidement », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  5. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite : la liste des premiers soutiens parlementaires », sur LOpinion.fr, .
  6. « Équipe politique autour de Bruno Le Maire »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur BrunoLemaire.fr (consulté le 19 septembre 2016).
  7. « Élections législatives 2017 », sur Elections.Interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  8. « Antoine Herth élu au 2nd tour des élections législatives », sur LeMonde.fr (consulté le 27 mars 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]