Raphaël Schellenberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Schellenberger.

Raphaël Schellenberger
Illustration.
À l'Assemblée nationale, juin 2017.
Fonctions
Député de la 4e circonscription du Haut-Rhin
En fonction depuis le
(1 an et 29 jours)
Élection
Groupe politique LR
Prédécesseur Michel Sordi (LR)
Maire de Wattwiller

(3 ans, 8 mois et 11 jours)
Prédécesseur Jacques Muller (EELV)
Successeur Maurice Busche
Conseiller départemental du Haut-Rhin
(élu pour le Canton de Cernay)

(2 ans, 9 mois et 8 jours)
Biographie
Date de naissance (28 ans)
Lieu de naissance Mulhouse (Haut-Rhin)
Parti politique LR
Diplômé de Institut des hautes études européennes
Profession Attaché parlementaire

Raphaël Schellenberger, né le à Mulhouse[1], est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Raphaël Schellenberger s'est engagé à 18 ans à l'UMP.

Titulaire d'un bac S, il a étudié le droit et la gestion à la faculté de droit de l'Université de Strasbourg (UdS). En 2012 il obtient un Master 1 de Sciences Politiques et Sociales à l'Institut des Hautes Études Européennes de l'UdS puis en 2013 un Master 2 en Administration des collectivités Territoriales[2] à l'Institut d'Études Politiques (IEP) de Strasbourg.

De 2013 à 2014 il est collaborateur parlementaire de la sénatrice Françoise Boog (entrée en fonction en 2013)[3],[4]. À la suite du renouvellement des sénatoriales de septembre 2014 dans le Haut-Rhin, il devient le collaborateur du sénateur René Danesi jusqu'à son élection en tant que député en juin 2017.

En 2014, il est élu maire de Wattwiller, ce qui en fait le plus jeune maire du département[5]. L'année suivante, il est élu conseiller départemental du canton de Cernay. Au sein du conseil départemental du Haut-Rhin il préside notamment le groupe majoritaire.

En juin 2017, candidat du parti Les Républicains, il remporte le second tour des élections législatives dans la quatrième circonscription du Haut-Rhin. Avec 50,88 % des voix, il bat la candidate LREM Aurélie Tacquard, qui l'avait pourtant largement devancé lors du premier tour[6].

Membre de la commission des Lois et de la commission des Affaires européennes de l'Assemblée nationale[7], ses travaux parlementaires portent notamment sur les collectivités territoriales et la décentralisation[8]. Engagé pour que l'Alsace retrouve une existence institutionnelle[9], il a déposé une proposition de loi tendant à ce que les électeurs d'une région supprimée en 2015 puissent en obtenir le rétablissement par référendum[10].

Dans le cadre de ses fonctions parlementaires, Raphaël Schellenberger est nommé membre titulaire du Haut comité pour la transparence et l’information sur la sécurité nucléaire[11]. Il est opposé à la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim annoncée par le gouvernement[12].

Références[modifier | modifier le code]

  1. « INFOGRAPHIES. Législatives : l'Assemblée prend un coup de jeune historique avec l'arrivée de 28 députés vingtenaires », Franceinfo,‎ (lire en ligne)
  2. « Raphael Schellenberger », sur jeunesrepublicains.com, (consulté le 19 juin 2017)
  3. « Wattwiller : Raphaël Schellenberger, 24 ans, plus jeune maire d’Alsace », sur dna.fr, (consulté le 25 juin 2017)
  4. « Mon équipe – Assistant Parlementaire à Colmar », sur francoiseboog.wordpress.com (consulté le 25 juin 2017)
  5. « A 25 ans, Raphaël Schellenberger est le plus jeune maire et maintenant le plus jeune conseiller départemental du Haut-Rhin », sur france3-regions.francetvinfo.fr, (consulté le 25 juin 2017)
  6. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le 19 juin 2017)
  7. Assemblée Nationale, « M. Raphaël Schellenberger - Haut-Rhin (4e circonscription) - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 8 février 2018)
  8. « Assemblée nationale ~ Deuxième séance du jeudi 30 novembre 2017 », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 8 février 2018)
  9. Yolande BALDEWECK, « « Le premier signe positif » », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ (lire en ligne)
  10. « N° 419 - Proposition de loi de M. Raphaël Schellenberger tendant à ce que les électeurs d’une région supprimée en 2015 puissent en obtenir le rétablissement par référendum », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 8 février 2018)
  11. HCTISN, « Membres », sur www.hctisn.fr, (consulté le 8 février 2018)
  12. « Fermeture de Fessenheim : « Je ne m’opposerai pas en jusqu’au-boutiste » », Contexte,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

  • Fiche sur le site de l'Assemblée nationale