Patrick Hetzel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hetzel.

Patrick Hetzel
Illustration.
Patrick Hetzel en septembre 2014.
Fonctions
Député de la 7e circonscription du Bas-Rhin
En fonction depuis le
Élection
Prédécesseur Émile Blessig (UMP)
Biographie
Date de naissance (54 ans)
Parti politique UMP puis Les Républicains
Profession Professeur des universités
Résidence Sarre-Union (Bas-Rhin)

Patrick Hetzel, né le , est un homme politique et universitaire français ayant exercé plusieurs fonctions importantes dans la haute administration du Ministère de l'Éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche. Il est actuellement député du Bas-Rhin (7e circonscription). Membre du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale, il siège à la commission des Finances, de l'Économie générale et du Contrôle budgétaire. Il est par ailleurs co-président de la mission d'évaluation et de contrôle (MEC), vice-président de l'Office Parlementaire d'Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques (OPECST), président de groupe d'étude sur l'enseignement privé, et vice-président du groupe d'amitié France-Allemagne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marié et père de deux enfants, ses parents exploitaient jadis l'emblématique hôtel-restaurant du Cheval Noir, au centre de Sarre-Union[1] (Alsace).

Il est diplômé de l'EM Strasbourg Business School, anciennement IECS, titulaire d'un doctorat en sciences de gestion et agrégé des facultés de droit, mention gestion. Professeur des universités à l'université Paris 2 Panthéon Assas depuis 1999 après avoir enseigné au sein des universités de Strasbourg et de Lyon 3, il y a fondé et dirigé le laboratoire de recherche en gestion (LARGEPA[2]) de Panthéon-Assas, ainsi que le programme doctoral en sciences de gestion. Parallèlement, il a exercé la fonction de chef du service des études de défense au sein de l’Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) de 2001 à 2004

Membre de plusieurs comités d'experts nationaux et internationaux, il a été rédacteur en chef de la revue « Décisions Marketing » (revue de l'Association française du marketing) durant quatre années et fait toujours partie de nombreux comités éditoriaux de revues internationales. Il contribue régulièrement en tant qu’expert pédagogique aux travaux des comités du ministère de la Défense auprès du commissariat de l’Armée de terre, de la Marine et de l’Air.

Patrick Hetzel a, par ailleurs, été professeur invité de plusieurs universités étrangères (université du Minnesota, Exeter, Warwick, Innsbruck, Pékin et Shanghaï) et a participé aux travaux du groupe de haut niveau mis en place pour accélérer le développement des coopérations scientifiques franco-allemandes.

En février 2005, il est nommé Recteur de l'académie de Limoges. Il l'est jusqu'en mai 2007, date à laquelle il rejoint le cabinet du Premier ministre, à Matignon.

En avril 2006, Patrick Hetzel est nommé président de la commission chargée de rapprocher l'Université et l'emploi[3], la Commission nationale du débat Université-Emploi. Il a remis au Premier Ministre, le 24 octobre 2006, un rapport intitulé « de l’université à l’emploi »[4] qui synthétise les travaux de la « Commission Hetzel » telle qu'elle fut baptisée alors par la presse, les parlementaires, le gouvernement et les milieux professionnels.

De mai 2007 à août 2008, il est conseiller éducation, enseignement supérieur et recherche du Premier ministre François Fillon. Il est ensuite directeur général pour l'enseignement supérieur et l'insertion professionnelle au Ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, jusqu’en 2012[5]. Ces deux fonctions successives lui permettent alors de jouer un rôle essentiel et stratégique dans la conception puis la mise en œuvre de la loi Liberté et Responsabilités des Universités de 2007 visant à donner plus d'autonomie aux établissements français d'enseignement supérieur et de recherche.

Il est candidat, investi par l'UMP, aux élections législatives de 2012 dans la septième circonscription du Bas-Rhin[6]. Le 17 juin 2012, il remporte au second tour cette circonscription avec 57,21 % des suffrages exprimés, succédant ainsi au député sortant Emile Blessig. Il devient membre de la commission des Affaires culturelles et de l'Éducation à l'Assemblée nationale et fait partie de l'office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (O.P.E.C.S.T.). Il fut secrétaire national de l'UMP chargé de l'éducation entre 2013 et 2015. Il fut membre du bureau du groupe UMP à l'Assemblée nationale entre 2014 et 2015. Il est actuellement membre du bureau du groupe Les Républicains. Entre juin et décembre 2015, il assura la direction de la campagne de Philippe Richert, candidat de la droite et du centre pour l'élection régionale en Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine. En janvier 2016, il a rejoint la commission des finances, de l'économie générale et du contrôle budgétaire à l'Assemblée nationale. Dans le cadre de la primaire de la droite et du centre de novembre 2016, il assura la présidence de la commission d'organisation de celle-ci pour le département du Bas-Rhin. Parallèlement, il fut l'un des porte-parole nationaux du candidat François Fillon.

Il est membre du Cercle Le Siècle[7], du Cercle de l'Ill, du Cercle Charlemagne et du Cercle des constitutionnalistes.

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[8].

Il est candidat, investi par les Républicains et l'UDI, à sa réélection aux élections législatives de 2017 dans la 7e circonscription du Bas-Rhin. Le 18 juin 2017, il remporte à nouveau cette circonscription au second tour, avec un score de 62,61 % des suffrages exprimés face à une candidate de la République en marche[9].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[10].

Débat national Université-Emploi[modifier | modifier le code]

Patrick Hetzel en 2010.

En avril 2006, François Goulard et Gilles de Robien, alors respectivement ministre délégué à la recherche et à l’’enseignement supérieur et ministre de l’Éducation nationale confient à Patrick Hetzel la mission d’animer les travaux de commission du débat national Université-Emploi (que beaucoup appellent alors la Commission Hetzel) dont les thèmes sont : l’orientation, l’information et l’insertion professionnelle ; la professionnalisation des études dans le cadre du cursus « Licence Master Doctorat » ; l’apprentissage et le développement de l’alternance. Un bilan d’étape des travaux est restitué en juin 2006 et le rapport définitif est remis au Premier Ministre le 24 octobre 2006.

Le rapport établit des propositions autour de six axes forts pour permettre, à partir de la mission d’insertion professionnelle qui serait dévolue aux établissements de bâtir une nouvelle stratégie pour l’université française :

  1. lutter contre l’échec principalement dans le premier cycle universitaire ;
  2. repenser l’information et l’orientation ;
  3. améliorer la professionnalisation ;
  4. rapprocher durablement l’université du marché du travail ;
  5. créer un partenariat universités/employeurs pour la croissance ;
  6. faire évoluer le système universitaire dans son ensemble.

La quasi-totalité des propositions ont été mises en œuvre entre 2007 et 2012. Parmi les plus emblématiques :

La mission d'orientation et d'insertion professionnelle des établissements d'enseignement supérieur[modifier | modifier le code]

La loi Libertés et responsabilités des universités (LRU) du 10 août 2007 est venue confier cette nouvelle mission d’orientation et d’insertion professionnelle aux établissements d’enseignement supérieur dès son article 1er [11]. Une enquête nationale [12]sur l’insertion professionnelle des diplômés de master a été initiée en 2010. Des indicateurs fiabilisés et comparables sont désormais à la disposition des étudiants, de leur famille et des établissements.

Bureau d’aide à l’insertion professionnelle[modifier | modifier le code]

L’article 21[13]de la loi du 10 août 2007 relative aux libertés et responsabilités des universités prévoit la création, dans chaque université, d’un bureau d’aide à l’insertion professionnelle (BAIP). Le BAIP est « notamment chargé de diffuser aux étudiants une offre de stages et d’emplois variée et en lien avec les formations proposées par l’université et d’assister les étudiants dans leur recherche de stage et d’un premier emploi ». Dès 2008, les universités se dotent d’un schéma directeur d’aide à l’insertion professionnelle. Ces derniers se traduisent aujourd’hui par :

  • le développement de partenariats avec les entreprises, organisations et branches professionnelles mais aussi des structures chargées de l’emploi (APEC, Pôle emploi, ABG, AFIJ…)
  • la création de réseaux d’anciens étudiants permettant de disposer de contacts privilégiés avec les entreprises
  • l’information des étudiants sur les métiers, les entreprises mais aussi l’information des entreprises sur les formations préparées par les universités et sur les compétences acquises par les étudiants ;
  • la mise en œuvre de modules de préparation à l’insertion professionnelle, d’acquisition de techniques de recherche d’emploi, d’aide au bilan de compétences des étudiants
  • la collecte et la diffusion des offres d’emploi par la création de bases de données parfois alimentées par les entreprises elles-mêmes.
  • la traduction des diplômes en compétences et la présentation de l’offre de formation par grand domaines professionnels plutôt que par domaines disciplinaires pour une meilleure lisibilité par les entreprises voire une mise en correspondance métiers/formations.
  • la sensibilisation des étudiants à l’esprit d’entreprendre et à l’entrepreneuriat
  • la sensibilisation des étudiants à l’intelligence économique

Admission Post-bac[modifier | modifier le code]

Autre proposition du rapport ayant trouvé une traduction dans la loi LRU : toute inscription dans un établissement d’enseignement supérieur est désormais subordonnée à une préinscription. Cette préinscription s’effectue dans le cadre du « dossier unique » à travers le portail Admission Post-Bac. Généralisée en 2009 à l’ensemble des académies, la « plate-forme d’orientation » Admission Post-Bac (APB) concerne aujourd'hui plus de 750 000 candidats qui peuvent s'inscrire parmi les 10 400 formations qu'elle regroupe. Ce site unique permet à l’élève de s’informer sur les cursus offerts et les établissements d’enseignement supérieur, d’émettre des vœux de poursuite d’études, de suivre son dossier de candidature. APB s'est progressivement ouvert aux formations par apprentissage. Les 991 formations en apprentissage référencées sur le site ont généré 3 616 propositions lors de la session 2011. Cet outil permet, dès la mi-juillet, à la quasi-totalité des néo-bacheliers de connaître la formation de leur choix, dans laquelle ils pourront poursuivre leur cursus supérieur.

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Lauréat du Prix du Jeune chercheur de la Ville de Lyon en 1990
  • Fellow de la Royal Society of Arts de Grande-Bretagne depuis 1997
  • Médaillé de l'Académie des sciences commerciales en 2002
  • Commandeur de l’Ordre des Palmes Académiques en 2005
  • Chevalier de l’Ordre national du Mérite depuis 2006
  • Chevalier de l’Ordre national de la Légion d'honneur depuis 2010
  • Bretzel d'or depuis 2012

Publications[modifier | modifier le code]

  • Planète Conso : marketing expérientiel et nouveaux univers de consommation, éditions Eyrolles, Paris, mai 2002
  • Le marketing relationnel, Collection Que Sais-je ?, Presses universitaires de France, Paris, juin 2004
  • De l'Université à l'Emploi, La documentation française, novembre 2006

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]