euronews

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Euronews
Logo d'Euronews.
Logo d'Euronews.

Création
Propriétaire Euronews S.A.
Slogan « All Views »
Format d'image 576i (SDTV)
Langue français, allemand, anglais, arabe, espagnol, grec, hongrois, italien, persan, polonais, portugais, russe, turc, ukrainien
Statut Chaîne semi-publique pan-européenne internationale d'information en continu
Siège social Drapeau de la France Lyon (Métropole de Lyon)
Site web http://fr.euronews.com/
Diffusion
Aire mondiale
Diffusion Numérique terrestre, satellite, câble, télévision IP, streaming
Logo alternatif d'euronews.

Euronews est une chaîne de télévision pan-européenne internationale d’information en continu, lancée en 1993 et basée à Lyon, en France. Lors de sa création, la chaîne entend représenter la « première expérience de chaîne d'information multilingue au monde[1]. ». Depuis juillet 2015, le groupe de presse Media Globe Networks (MGN) dirigé par l'homme d'affaires égyptien copte Naguib Sawiris détient 53 % du capital de l'entreprise.

Euronews peut être regardé 24/7 sur Youtube.

Historique de la chaîne[modifier | modifier le code]

1993 : Création d'Euronews[modifier | modifier le code]

La guerre du Golfe de 1990 à 1991, couverte en direct par CNN International, révèle la puissance de la chaîne américaine, créée dix ans plus tôt. Cette dernière montre qu'une chaîne d'information en continu peut influencer l'opinion publique et politique : c'est le décrié effet CNN (en)[2]. Le , l'Union européenne de radio-télévision (UER) présente à la Commission européenne son projet de chaîne de télévision d'information multilingue Euronews qui doit rivaliser avec la chaîne américaine[3].

Le , la chaîne Euronews est lancée en cinq langues : français, anglais, allemand, espagnol et italien[4]. Elle est gérée par la SOCEMIE (Société opératrice de la chaîne multilingue d'information Euronews), elle-même détenue par la SECEMIE (Société éditrice de la chaîne multilingue d'information Euronews) qui maitrise la ligne éditoriale de la chaîne. La SECEMIE est la propriété des groupes audiovisuels publiques[5] français (France Télévisions), italien (Rai), chypriote (Société de radiodiffusion de Chypre), grecque (ERT), égyptien (ERTU), belge (RTBF), portugais (RTP), espagnol (RTVE), monégasque (TMC) et finlandais (YLE). Les groupes allemands (ZDF et ARD) et anglais (BBC) s'opposent à la création de la chaîne[6], tandis que le suisse SSR devient actionnaire quelques mois plus tard[7]. Le siège de la chaîne est établit à Lyon (France), qui est choisie face à Munich (Allemagne), Bologne (Italie) et Valence (Espagne)[4].

La chaîne emploie des journalistes de plusieurs nationalités et est cliente des agences de presse française Agence France-Presse (AFP), anglaise Reuters, espagnole EFE, allemande Deutsche Presse-Agentur (DPA) et italienne Agenzia Nazionale Stampa Associata (ANSA). Ces multiples sources de pays différents permettent à la chaîne d'obtenir des points de vue différents sur les évènements relatés[4].

Au fil des années, plusieurs groupes audiovisuels publics rejoignent Euronews : l'algérien EPTV, le bulgare BNT, le malte PBS, le tchèque ČT, le slovénien RTVSL et le tunisien ERTT[8].

1995 : Ouverture aux actionnaires privés[modifier | modifier le code]

En , en proie à des difficultés financières, Euronews ouvre son capital au secteur privé. Le groupe français Alcatel, via sa filiale la Générale Occidentale, acquiert 49 % de la SOCEMIE pour un montant estimé à 115 millions de francs. Euronews est alors disponible en Europe dans 18,5 millions de foyers par câble et 57 millions de foyers par voie hertzienne[5],[9].

En , la société de production britannique Independent Television News (ITN) rachète les parts d'Alcatel dans Euronews pour un montant estimé à 50 millions de francs[10]. La chaîne connait un nouvel habillage et une nouvelle charte graphique. La langue anglaise est désormais plus présente à l'antenne, notamment parce que les directs des leaders internationaux se multiplient, mais Euronews garde sa diversité linguistique[4].

En , Euronews lance son site web, et en , elle commence sa diffusion en numérique via le satellite Hot Bird 3[11],[12]. En 1999, le groupe irlandais Raidió Teilifís Éireann (RTÉ) devient actionnaire d'Euronews[13] et cette dernière se dote d'une langue supplémentaire, le portugais[4]. Le , la chaîne russe RTR devient à son tour actionnaire de la chaîne, ce qui mène au lancement d'un service en russe en septembre de la même année[14].

2003 : Chaîne publique européenne[modifier | modifier le code]

En , ITN annonce son intention de vendre sa participation dans Euronews. Des négociations débutent en avec plusieurs groupes de médias[13]. Finalement, en , les 19 groupes publics actionnaires rachètent les 49 % d'ITN afin de faire d'Euronews une chaîne publique européenne[15].

À partir de , Euronews est diffusée en Asie via le satellite Eutelsat 5 West A[11],[16].

Le , Euronews signe une convention avec l'Union européenne. Elle obtient une subvention de 5 millions d'euros par ans pendant cinq ans pour remplir une « mission d'information européenne ». Elle s'engage à consacrer 10 % de son temps d'antenne à l'information européenne[17].

En , la chaîne débute sa diffusion sur YouTube[11],[18]. La chaîne lance de nouvelles langues au cours des années : l'arabe en , le turc en , le persan en , l'ukrainien en [11].

Le , l'assemblée générale des actionnaires approuve la fusion des sociétés SECEMIE SA (société éditrice) et SOCEMIE SA (société opératrice) en une seule entité juridique : Euronews SA, qui reste de droit français. Une nouvelle gouvernance et mise en place avec un conseil de surveillance, composé de trois personnalités et de neuf chaînes actionnaires, et un directoire, composé d'un président et d'un directeur général[19],[20].

En 2011, Euronews passe au format 16/9, adopte un nouvel habillage et met en place de nouveaux programmes. Après avoir ouvert des bureaux à Bruxelles (Belgique), au Caire (Égypte) et à Doha (Qatar), la chaîne en ouvre d'autres à Londres (Royaume-Uni), Paris (France), Kiev (Ukraine), Istanbul (Turquie), Dubaï (Émirats arabes unis), Washington (États-Unis) et Pékin (Chine)[21]. Elle lance son application mobile pour iOS et Android, puis pour télévision connectée[11].

Le , la chaîne lance une radio numérique dénommée Euronews Radio, qui mélange bulletins d'information et programmation musicale. Elle diffuse sur le web et les applications mobiles[11],[22]. La chaîne de télévision se dote d'un service en grec en , et d'un autre en hongrois en 2013. En 2014, elle devient disponible sur Windows Phone, BlackBerry OS et l'application Flipboard[11].

En , la chaîne lance son offre Euronews Campus qui permet aux universités partenaires de diffuser la chaîne en direct ainsi que d'utiliser ses programmes pour leurs cours. Sept universités représentant 130 000 étudiants inaugurent l'offre : l'Université de Marmara en Turquie, l'Université d'Auckland en Nouvelle-Zélande, l'Université Future d'Égypte (en), l'Institut des hautes études des communications sociales (IHECS) et le Collège Vesalius (en) en Belgique, l'Institut de technologie de Chypre, et l'EM Lyon Business School[11],[23].

2015 : Rachat par Media Globe Networks[modifier | modifier le code]

Début 2015, Euronews entre en négociations avec le milliardaire égyptien Naguib Sawiris pour que ce dernier rachète une majorité du capital de la chaîne[24]. Le , Media Globe Networks (MGN), contrôlé par la famille Sawiris, acquiert 53 % de la chaîne contre une augmentation de capital de 35 millions d'euros. Les 47 % restants restent la propriété des 21 groupes audiovisuels publics et 3 collectivités territoriales. Pour garantir l'indépendance de la ligne éditoriale de la chaîne, un conseil éditorial est créé aux côtés du conseil de surveillance et du directoire[25],[26].

Le , Euronews inaugure son nouveau siège mondial situé dans le quartier de La Confluence, à Lyon. Le cabinet d'architectes Jakob + MacFarlane conçoit un bâtiment moderne d'une superficie de 10 000 m2 en forme de rectangle vert pouvant accueillir les 800 collaborateurs internationaux de la chaîne. Les travaux, débutés en , ont couté 60 millions d'euros[27].

Le , Euronews SA lance le site web de la nouvelle chaîne panafricaine Africanews, petite sœur de la chaîne pan-européenne Euronews. La chaîne commence à émettre le en français et en anglais depuis Pointe-Noire en République du Congo[11],[28],[29]. La chaîne compte une cinquantaine de journalistes de quinze nationalités, ainsi que 45 correspondants répartis sur le continent africain[30].

Le , Euronews se dote d'une nouvelle identité visuelle conçue par l'agence britannique Lambie-Nairn : elle change d'habillage d'antenne et de logo, et met en ligne un nouveau site web[11],[31].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

[modifier | modifier le code]

Le , la chaîne change d'habillage d'antenne et de logo[32].

Le , Euronews adopte un nouvel habillage d'antenne de l'agence FFL. Elle change de logo pour un cercle blanc « synthétisant la simplicité et l'universalité »[33],[34].

Le , Euronews se dote d'une nouvelle identité visuelle conçue par l'agence britannique Lambie-Nairn : elle change d'habillage d'antenne et de logo, et met en ligne un nouveau site web[11],[31].

Slogans[modifier | modifier le code]

  • -  : « L'info pure » ou « Euronews pure »
  • Depuis le  : « All views »

Spécificité éditoriale et stratégie[modifier | modifier le code]

Dans sa stratégie de communication, Euronews entend délivrer une « information juste, vraie et détachée de toute opinion politique, permettant à chaque individu de se forger sa propre opinion sur le monde ». La chaîne est diffusée simultanément en 13 langues, présentant l’actualité d'un point de vue européen. Lors de son développement, Euronews est l'une des rares chaînes d'information à n'avoir aucun présentateur, notamment en plateau. En 2011, la chaîne se réorganise et met en place un plus grand nombre de reporters sur le terrain afin d'offrir une couverture éditoriale plus efficace, lors de grands événements.

Dans sa communication, Euronews affirme sa différence, notamment par rapport aux chaînes concurrentes anglo-saxonnes, en prétendant donner « la priorité aux faits et en refusant tout sensationnalisme quant au traitement de l’information ». L'émission emblématique No Comment constituée d'un reportage brut sans commentaire, veut refléter ce positionnement éditorial.

Organisation[modifier | modifier le code]

Dirigeants[modifier | modifier le code]

De sa création le à la mise en place d'une nouvelle gouvernance le , Euronews est dirigé par un président.

Depuis le , date de la fusion de la SECEMIE et de la SOCEMIE en Euronews SA, la chaîne a optée pour une structure de gouvernance « à l'allemande », composée d'un conseil de surveillance et d'un directoire[35],[36]. Elle est également dotée d'un conseil éditorial depuis 2015[37].

Présidents d'Euronews (1993-2008) :

Directoire[modifier | modifier le code]

Michael Peters, président du directoire.

Le directoire est l'organe responsable de la gestion exécutive de la chaîne.

Présidents du directoire :

Le directoire est également composé de Lucian Sârb, directeur de la rédaction, et d'Olivier de Montchenu, directeur commercial et directeur général d'Euronews sales[11].

Conseil de surveillance[modifier | modifier le code]

Le conseil de surveillance veille au bon fonctionnement de la chaîne et rend compte aux actionnaires. Il est composé de personnes physiques ainsi que de représentants des sociétés actionnaires.

Présidents du conseil de surveillance :

Conseil éditorial[modifier | modifier le code]

Le conseil éditorial garantit l'indépendance de la ligne éditoriale de la chaîne vis à vis de ses actionnaires.

Présidents du conseil éditorial

Capital[modifier | modifier le code]

Article connexe : Euronews SA.

À sa création le , Euronews est la propriété de la SOCEMIE (Société opératrice de la chaîne multilingue d'information Euronews), elle-même détenue par la SECEMIE (Société éditrice de la chaîne multilingue d'information Euronews). La SECEMIE est alors la propriété de 10 groupes audiovisuels publiques européens[5],[45].

En , le groupe français Alcatel, via sa filiale la Générale Occidentale, acquiert 49 % de la SOCEMIE[5],[46]. En , la société de production britannique Independent Television News (ITN) rachète les parts d'Alcatel dans Euronews[47]. En , les 19 groupes publics actionnaires rachètent les 49 % d'ITN dans Euronews[48].

Le , les sociétés SECEMIE SA (société éditrice) et SOCEMIE SA (société opératrice) fusionnent en une seule entité juridique : Euronews SA[49],[50]. Depuis le , Euronews SA est détenue à 53 % par Media Globe Networks (MGN), propriété du milliardaire égyptien Naguib Sawiris. Les 47 % restants restent la propriété de 21 groupes audiovisuels publics et 3 collectivités territoriales[51],[52].

En 2015, les 25 actionnaires sont[53] :

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières (en millions d'euros)
2012[54] 2013[54] 2014[55]
Chiffre d'affaires 60,04 52,48 51,09
Résultat net 1,84 1,13 - 10,46

Siège[modifier | modifier le code]

Siège d'Euronews dans le quartier de La Confluence à Lyon.

De sa création en 1993 à 2015, le siège d'Euronews se situe à Écully, dans la métropole de Lyon[56].

Depuis le , le siège mondial d'Euronews se situe au 56 quai Rambaud, dans le quartier de La Confluence, à Lyon. Conçu par le cabinet d'architectes Jakob + MacFarlane, le bâtiment moderne d'une superficie de 10 000 m2 est en forme de rectangle vert[57].

La chaîne possède des bureaux éditoriaux et de correspondants dans plusieurs villes du monde[11],[58] :

Effectifs[modifier | modifier le code]

En 2010, Euronews compte 700 employés de plus d'une vingtaine de nationalités, dont 370 journalistes organisés en desk éditoriaux de 10 journalistes (un par langue diffusée)[59].

En 2015, Euronews emploie 800 collaborateurs de 25 nationalités différentes, dont une rédaction de 400 journalistes[11].

Programmes[modifier | modifier le code]

La chaîne diffuse des bulletins d’information toutes les demi-heures ainsi que des magazines traitant de l’actualité économique, sportive, politique, européenne, scientifique et culturelle [60].

Les principales sources audiovisuelles sont deux agences d’images internationales APTN (Associated Press Television News) et Reuters TV (RTV) auxquelles Euronews est abonnée ainsi que les chaînes partenaires qui échangent leurs images dans le cadre de l’Union européenne de radio-télévision (UER). S'ajoutent également, le contenu délivré par les agences d’information AFP, ANSA, Lusa, DPA, EFE, ITAR-TASS, Cyprus News Agency, Reuters, Anadolu. Ce large choix de sources et d'images permet aux journalistes de traiter et analyser une synthèse, un comparatif et de relayer toutes les tendances et opinions, sans privilégier tel ou tel point de vue national.


Grille des programmes[modifier | modifier le code]

Infos[modifier | modifier le code]

  • news : l'information internationale toutes les 30 minutes.
  • No Comment : la parole aux images, à l'état brut et sans commentaires.
  • interview : entretiens avec les personnalités qui font l'actualité mondiale.
  • flashback :
  • the global conversation :
  • the network :

Sport[modifier | modifier le code]

  • sport : les temps forts et les résultats des grands événements sportifs dans le monde.
  • the corner : magazine hebdomadaire (lundi) sur le football européen.
  • speed : magazine sur les sports mécaniques (Formule 1, Moto GP et rallye WRC)
  • gravity : magazine hebdomadaire sur les compétitions de ski

Économie et finance[modifier | modifier le code]

  • business : l'actualité économique, financière et le monde des affaires.
  • markets : la bourse, les taux de change et le prix des matières premières.
  • wall street live :
  • business middle east :
  • business planet :
  • real economy :

Affaires européennes[modifier | modifier le code]

  • brussels bureau : les dernières informations politiques, économiques et sociales dans l'Union européenne, par la rédaction d'Euronews à Bruxelles
  • perspectives : un sujet d'actualité vu par différentes chaînes de télévisions européennes.
  • europe weekly : la revue hebdomadaire sur les événements de la semaine, enrichie par les réactions des internautes.
  • U talk :.

reportages et sociétés[modifier | modifier le code]

  • reporter : l'information mondiale, traitée d'un point de vue européen
  • learning world : une revue des différentes facettes de l'éducation dans le monde.
  • focus : les derniers reportages, d'un point de vue européen, des journalistes d'euronews.

Science et nouvelles technologies[modifier | modifier le code]

  • sci-tech : les derniers développements technologiques et la couverture des salons internationaux.
  • science : magazine consacré aux projets scientifiques en Europe.
  • space : l'activité spatiale européenne, magazine de Jeremy Wilks
  • futuris : les programmes de recherche menés au sein de l'Europe, magazine de Denis Loctier
  • smart care :

Art de vivre[modifier | modifier le code]

  • le mag : les nouvelles tendances culturelles et artistiques.
  • rendez-vous : l'agenda européen de la culture.
  • cinema : avant-premières, sorties en salle et interviews de ceux qui font l'actualité du 7e art.
  • life : voyage autour du monde et fait escale chaque mois dans un pays différent.
  • musica : les concerts, les artistes et les festivals en Europe.
  • postcards : Seamus Kearney porte un regard particulier sur l’héritage culturel des pays visités

Météo[modifier | modifier le code]

  • meteo world : les prévisions météo des cinq continents.
  • meteo europe : les prévisions météo complètes du continent européen.
  • meteo airport : pour les voyageurs, la météo des principaux aéroports dans le monde.

Diffusion[modifier | modifier le code]

En 2009 Euronews est reçue par plus de 294 millions de foyers dans 150 pays à travers le monde[61], deux ans plus tard en 2011 la chaîne est reçue dans 155 pays, couvrant environ 350 millions de foyers[61] à travers la diffusion par numérique par satellite, les réseaux câblés et les réseaux hertziens.

Après avoir exploité la norme analogique PAL pour sa diffusion, Euronews opte pour la norme numérique DVB-T. Depuis le , la chaîne est diffusée au format 16/9 et abandonne ainsi le format 4/3 de ses origines. Les canaux audio exploités pour chaque langue étant monophoniques. Euronews exploite également les services télétexte.

Satellite et câble[modifier | modifier le code]

Depuis son lancement, Euronews est diffusée en clair par satellite (sans nécessité d'abonnement), disposant d’une couverture globale grâce à un réseau de 35 satellites. La chaîne est diffusée en numérique clair (accès libre, ne nécessite pas d'abonnement) via les satellites Hot Bird 6, Astra, Eurobird, Noorsat, Hispasat, Nilesat et Arabsat.

Elle fait également partie d’une trentaine de bouquets numériques dont Canalsat en France, Canal + en Espagne, ZON TV au Portugal, Sky au Royaume-Uni et en Irlande, Sky Italia en Italie, ainsi que Dish Network aux États-Unis, Select TV en Australie, Digiturk en Turquie et Orbit au Moyen-Orient. Ses programmes sont également repris par une partie des réseaux câbles et ADSL des pays touchés.

Hertzien[modifier | modifier le code]

Euronews est une des quatre chaînes de télévision diffusée sur le bouquet de télévision numérique terrestre de la RTBF en Communauté française de Belgique et par débordement dans le nord de la France.

Euronews est également reçue par 203 millions de foyers par voie terrestre via 49 chaînes nationales dans 33 pays qui diffusent le signal d’Euronews en simultané sur leur réseau terrestre[62]. TVR, la chaîne publique roumaine, diffuse ainsi du lundi au vendredi à 22 h 00, un bulletin d’information d’Euronews en roumain auprès de 8 millions de foyers. En France, France 3 diffuse chaque matin Euronews en direct de 6 h à 7 heures, tout comme La Trois en Communauté française de Belgique qui diffuse le JT et le magazine entre 19h00 et 19h30. Mais aussi les États-Unis sur MHz Networks, IHTN et RNT ou encore sur Rossiya K en Russie et Télé Congo au Congo-Brazzaville, etc.[61]

Chaînes reprenant Euronews dans leur programme national :

Télévision sur IP[modifier | modifier le code]

La chaîne est également diffusée depuis 2004 sur plates-formes numériques dont l’ADSL et la télévision numérique terrestre[62].

Euronews diffuse également par podcast, sur son site officiel, son programme No Comment. Il est également mis à disposition des internautes sur le site de partage YouTube, depuis [63].

Langues de diffusion[modifier | modifier le code]

Euronews est diffusé simultanément en treize langues :

Audience[modifier | modifier le code]

Cumulant une audience de 6 millions de téléspectateurs par jour, elle s'affiche comme la première chaîne internationale d'information en Europe, devant CNN International, BBC World News, CNBC Europe[65] et France 24.

La chaîne souscrit aux études audiométriques de différents pays.

Selon ces études, euronews est la première chaîne d'information en Europe, du fait que ces sondages précisent qu'elle est regardée quotidiennement par près de 2,9 millions de foyers européens via le câble et les satellites ainsi que par près de 3,7 millions via les réseaux terrestres (hertziens). Conformément à ces études, Euronews rassemble quotidiennement le double de téléspectateurs que l'américaine CNN international et cinq fois plus de téléspectateurs que la britannique BBC World News. Elle est également la deuxième chaîne d'info au monde sur YouTube, derrière Russia Today[66].

Régie publicitaire[modifier | modifier le code]

Le groupe est aussi doté d'une régie publicitaire, dont les trois composantes sont filiales de Euronews SA : Euronews Sales Ltd (Royaume-Uni), Euronews Sales SARL (France) et Euronews Sales GmbH (Allemagne).

Euronews radio[modifier | modifier le code]

Logo de Euronews radio (webradio)

Sources[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Rivas 2004, p. 110
  2. Raphaël Garrigos et Isabelle Roberts, « La première chaîne d'information en continu a vingt ans. CNN, le culte du direct permanent », sur le site de Libération,‎ (consulté le 15 mai 2016).
  3. « Présentation de la chaîne d'information Euronews », sur le site des Échos,‎ (consulté le 16 mai 2016).
  4. a, b, c, d et e [PDF]Luis Rivas, Euronews, l'information dans les langues de l'Europe, Hermès, (lire en ligne).
  5. a, b, c et d (en) Christopher H. Sterling, Encyclopedia of Journalism, SAGE Publications, , 3136 p. (ISBN 9781452261522, lire en ligne), p. 551-554.
  6. Dominique Marchetti, En quête d'Europe: Médias européens et médiatisation de l'Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res publica », , 301 p. (ISBN 2-86847-936-7, notice BnF no FRBNF39170626, lire en ligne).
  7. N.V., « Euronews cherche de nouveaux partenaires », sur le site des Échos,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  8. « Projet de loi de finances pour 1996 - Euronews », sur le site du Sénat,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  9. Bernard Fromentin, « Euronews ouvre son capital à la Générale Occidentale », sur le site de Libération,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  10. J.-C. F., « Le britannique ITN a repris les 49 % d'Euronews que détenait Alcatel », sur le site des Échos,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  11. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m et n [PDF]« Euronews - Kit Media 2016 », sur le site d'Euronews,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  12. « Euronews sur Hot Bird 3 », sur le site de Stratégies,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  13. a et b G.P., « Le britannique ITN va se désengager du capital d'Euronews », sur le site des Échos,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  14. « La première chaîne russe d'information sera lancée en septembre 2001 », sur telesatellite.com,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  15. « L'opérateur privé britannique ITN quitte le capital d'Euronews », sur le site du Soir,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  16. « Partenariat Eutelsat-EuroNews en Asie », sur le site d'Eutelsat,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  17. « Rapport - Organisation et financement de l'audiovisuel extérieur », sur le site de l'Assemblée nationale,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  18. « Description - Euronews », sur le site de YouTube (consulté le 26 juillet 2016).
  19. « Nouvelle gouvernance au sein d’Euronews », sur lemediaplus.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  20. (en) Julian Clover, « Euronews restructures », sur broadbandtvnews.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  21. « Euronews se donne une nouvelle dimension en 2011 », sur le site de Capital,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  22. Serge Surpin, « Euronews radio : déjà 300.000 auditeurs », sur satmag.net,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  23. « Les universités internationales et Euronews s'associent pour l'information et l'enseignement des étudiants », sur lyon-communiques.com,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  24. Hind Talha, « Euronews - Naguib Sawiris : l'Égyptien qui veut s'offrir l'Europe », sur le site du Point,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  25. Pierre-Anthony Canovas, « Et Euronews passa sous pavillon Égyptien... », sur le site de L'Obs,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  26. Joël Té-Léssia, « Naguib Sawiris prend officiellement le contrôle d'Euronews », sur le site de Jeune Afrique,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  27. « Confluence : "Avec ce bâtiment, Euronews dispose de ce qu’il a de plus moderne" », sur LyonMag,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  28. « Africanews, la nouvelle chaîne d'information panafricaine », sur le site d'Euronews,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  29. Enguérand Renault, « Euronews lance sa chaîne africaine le 20 avril », sur le site du Figaro,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  30. Joan Tilouine, « Africanews, la chaîne qui ambitionne d'informer le continent depuis Brazzaville », sur le site du Monde,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  31. a et b « Euronews va dévoiler à Cannes sa nouvelle identité visuelle », sur le site du Progrès,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  32. « Euronews dans ses habits neufs », sur le site de Libération,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  33. Alice Géraud, « Euronews new look », sur le site de Libération,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  34. « Un nouvel habillage pour la chaîne d'info Euronews », sur jeanmarcmorandini.com,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  35. « Nouvelle gouvernance au sein d’Euronews », sur lemediaplus.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  36. (en) Julian Clover, « Euronews restructures », sur broadbandtvnews.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  37. Joël Té-Léssia, « Naguib Sawiris prend officiellement le contrôle d'Euronews », sur le site de Jeune Afrique,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  38. (es) « Televisión 1996 - Cronologia », sur le site d'ABC (consulté le 27 juillet 2016).
  39. « L'opérateur privé britannique ITN quitte le capital d'Euronews », sur le site du Soir,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  40. « Nouvelle gouvernance au sein d’Euronews », sur lemediaplus.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  41. Paule Gonzales, « Changement à la tête d'Euronews », sur le site du Figaro,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  42. « Nouvelle gouvernance au sein d’Euronews », sur lemediaplus.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  43. « Une nouvelle équipe aux commandes d’Euronews », sur lettreaudiovisuel.com,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  44. a et b Enguérand Renault, « Naguib Sawiris : "Euronews a un énorme potentiel" », sur le site du Figaro,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  45. Dominique Marchetti, En quête d'Europe: Médias européens et médiatisation de l'Europe, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Res publica », , 301 p. (ISBN 2-86847-936-7, notice BnF no FRBNF39170626, lire en ligne).
  46. Bernard Fromentin, « Euronews ouvre son capital à la Générale Occidentale », sur le site de Libération,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  47. J.-C. F., « Le britannique ITN a repris les 49 % d'Euronews que détenait Alcatel », sur le site des Échos,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  48. « L'opérateur privé britannique ITN quitte le capital d'Euronews », sur le site du Soir,‎ (consulté le 25 juillet 2016).
  49. « Nouvelle gouvernance au sein d’Euronews », sur lemediaplus.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  50. (en) Julian Clover, « Euronews restructures », sur broadbandtvnews.com,‎ (consulté le 26 juillet 2016).
  51. Pierre-Anthony Canovas, « Et Euronews passa sous pavillon Égyptien... », sur le site de L'Obs,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  52. Joël Té-Léssia, « Naguib Sawiris prend officiellement le contrôle d'Euronews », sur le site de Jeune Afrique,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  53. Guillaume Lamy, « Pourquoi France Télévisions s'est retirée d'Euronews », sur le site de Lyon Capitale,‎ (consulté le 28 juillet 2016).
  54. a et b Marie-Annick Depagneux, « Euronews  : Naguib Sawiris veut développer le numérique », sur le site de La Tribune,‎ (consulté le 29 juillet 2016).
  55. « Euronews », sur societe.com (consulté le 29 juillet 2016).
  56. Patrice Pessia, « Le départ d'Euronews a laissé un petit vide dans les commerces », sur le site du Progrès,‎ (consulté le 29 juillet 2016).
  57. « Confluence : "Avec ce bâtiment, Euronews dispose de ce qu’il a de plus moderne" », sur LyonMag,‎ (consulté le 27 juillet 2016).
  58. « Contact Euronews Team », sur le site d'Euronews (consulté le 29 juillet 2016).
  59. « La bataille des chaînes d'information en continu », sur le site de La Croix,‎ (consulté le 29 juillet 2016).
  60. Dossier de presse, page 3
  61. a, b et c http://fr.euronews.com/the-station/
  62. a et b Dossier de presse, page 4
  63. Liberation.fr, article du 10 octobre 2007
  64. Fraissard 2007
  65. La chaîne Euronews
  66. Renault 2013, p. 35

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paule Gonzales, « Euronews crée une chaîne pour YouTube », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Daniel Psenny, « Euronews bientôt en arménien », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Enguérand Renault, « Michael Peters : « Euronews est la deuxième chaîne d'info au monde sur YouTube » », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  • Guillaume Fraissard, « Euronews va proposer une version en arabe en juillet 2008 », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  • Peter Barabas, « Romania Jewish Museum Vandalized », Associated Press,‎ (lire en ligne)
  • Luis Rivas, Euronews, l'information dans les langues de l'Europe, (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]