Olivier Dassault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dassault.

Olivier Dassault
Illustration.
Olivier Dassault, en 2012.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(16 ans, 5 mois et 24 jours)
Élection 16 juin 2002
Réélection 17 juin 2007
17 juin 2012
18 juin 2017
Circonscription 1re de l'Oise
Législature XIIe, XIIIe, XIVe, XVe (Cinquième République)
Groupe politique UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
Prédécesseur Yves Rome (PS)

(8 ans, 7 mois et 3 jours)
Élection
Réélection 28 mars 1993
Circonscription 1re de l'Oise
Législature IXe, Xe (Cinquième République)
Groupe politique RPR
Prédécesseur Aucun (scrutin proportionnel)
Successeur Yves Rome (PS)
Conseiller général de l'Oise
Élu dans le Canton de Beauvais-Nord-Est

(4 ans, 10 mois et 6 jours)
Prédécesseur Michel Gorin (UDF)
Successeur Henri Bonan (PS)
Biographie
Date de naissance (67 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt (Seine)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Père Serge Dassault
Profession Président de société
Commandant de réserve dans l'Armée de l'air
Distinctions Chevalier de la Légion d’Honneur
Officier dans l’ordre national du Mérite

Olivier Dassault, né le à Boulogne-Billancourt, est un homme politique et homme d'affaires milliardaire français.

Il est le fils de Serge Dassault et le petit-fils de Marcel Dassault.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation et carrière militaire[modifier | modifier le code]

Ingénieur de l’École de l'air (1974), Olivier Dassault y a suivi une formation d'officier, d'ingénieur et de pilote. Il suit également une formation scientifique, obtenant un DEA de mathématiques de la décision en 1976 et un doctorat d’informatique de gestion en 1980[1]. Il est commandant de réserve de l'Armée de l'air[2].

Activités professionnelles[modifier | modifier le code]

Au décès de Marcel Dassault, en 1986, son père, Serge Dassault, le nomme directeur-adjoint d’Europe Falcon Service et directeur de la stratégie des avions civils de la Société Dassault Aviation.

Il est également vice-président du groupe de presse Valmonde (Le Spectacle du Monde, Valeurs actuelles, Jours de Chasse) administrateur du Journal des Finances, et, depuis l’entrée du groupe Dassault dans Le Figaro (2004), administrateur de la Socpresse[3]. En 2011 il est nommé président du Conseil de Surveillance du Groupe Dassault[4],[5], ce qui, selon la presse, le place en bonne position pour reprendre plus tard la holding familiale Dassault[6].

Il est toutefois amené à démissionner de la présidence du conseil de surveillance de la holding familiale en raison d'un risque de conflit d'intérêt avec son mandat de député[7],[8] et y est remplacé par sa sœur Marie-Hélène Habert[9].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Après une première expérience au Conseil de Paris (1977/1989), Olivier Dassault décide de renouer avec la tradition familiale dans l'Oise et y est élu député dans la la première circonscription lors des élections législatives françaises de 1988[10].

Cette circonscription, celle de son grand-père jusqu'en 1986, voit s'opposer en 1988 le maire socialiste de Beauvais (1977/2001) Walter Amsallem et l'ancien suppléant de Marcel Dassault mais les bulletins de vote du candidat socialiste sont annulés[11]. À la suite de l'invalidation de l'élection par le Conseil constitutionnel, Olivier Dassault se porte candidat pour le Rassemblement pour la République (RPR) et est élu. Réélu député lors des élections législatives françaises de 1993 dès le premier tour, Olivier Dassault est battu en 1997 à l'occasion d'une triangulaire avec le Front national par le socialiste Yves Rome. Il est ensuite réélu en 2002, 2007, 2012 et 2017.

Parallèlement à son engagement politique national, il se lance dans une carrière politique locale dans le Beauvaisis.Tête de liste de la droite aux élections municipales de Beauvais en 1989 et 1995, il est battu deux fois par Walter Amsallem. Tête de file de l'opposition au conseil municipal, son élection de 1995 est invalidée en 1996, pour dépassement de ses frais de campagne. Il est parallèlement la tête de liste départementale aux élections régionales de 1992 et devient premier vice-président du conseil régional de Picardie. Il abandonne cependant le conseil régional pour être candidat, en 1994 à l’occasion d’une élection cantonale partielle, au conseil général de l’Oise (canton de Beauvais-Nord-Est) de 1994 à 1998.

Il ne se représentant pas en 1998, son canton est remporté par le 1er adjoint de Walter Amsallem, le socialiste Henri Bonan. Après l'élection aux municipales de Beauvais de Caroline Cayeux, Olivier Dassault réussit son retour en 2002 à l'occasion des législatives et élimine Caroline Cayeux au premier tour, retrouvant ainsi son siège de député de la 1re circonscription de l'Oise le . Il ne sera cependant pas élu aux cantonales[12].

Le 17 juin 2007, il est réélu député de l'Oise avec plus de 58,6 % des voix face au président du conseil général de l'Oise, son éternel rival socialiste, Yves Rome.

Il fait partie du groupe UMP à l'Assemblée nationale où il siège au sein de la commission des finances. Rapporteur spécial du budget du commerce extérieur de mars 1993 à mai 1997, il est rapporteur spécial du budget de la Culture, pour la XIIe législature avant de redevenir rapporteur spécial du budget du Commerce extérieur pour la 13e législature.

Parlementaire nommé en mission par le Premier ministre Jean-Pierre Raffarin (mars-octobre 2004), Olivier Dassault est l’auteur de deux rapports : un rapport d'information pour la commission de l'Assemblée nationale et un rapport sur le Portage comme technique d'internationalistation des PME[13]. Il préside, de 1995 à 1997, l’Intergroupe parlementaire sur la communication.

À son retour à l’Assemblée, dès juillet 2002, il fonde, avec Jean-Michel Fourgous et Hervé Novelli, le groupe d’étude parlementaire « Génération entreprise ». En 2012, Génération entreprise devient Génération Entreprise - Entrepreneurs Associés et regroupe 120 parlementairesGhislaine Ottenheimer, « GEEA fait un carton au parlement », Challenges,‎ qui se rencontrent lors de colloques biannuels, de petits déjeuners mensuels et autour de sa revue.

Parallèlement à son mandat parlementaire, Olivier Dassault a été délégué national du RPR chargé de la mondialisation et du commerce extérieur. Il est notamment, l’auteur du « Livre blanc sur le commerce extérieur de la France » (1991) et d’une synthèse pour l’Association des amis de Jacques Chirac intitulée La mondialisation, un atout dans notre main en avril 2000. Fondateur du club « Partenariat France », avec Yves Galland, alors ministre du commerce extérieur, chargé d’aider les PME françaises à l’exportation, il en est président d’honneur depuis 1996.

Le 8 juin 2015, Olivier Dassault est nommé président du comité des entrepreneurs pour les Républicains avec Jean-Charles Taugourdeau, vice-président, et Sébastien Pilard, secrétaire général[réf. nécessaire].

En mai 2016, il figure dans la liste des parlementaires parrainant la candidature de Jean-François Copé à la primaire présidentielle des Républicains de 2016[14].

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Emmanuel Macron à Marine Le Pen, il prend position pour le candidat En marche ![15].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[16].

En mars 2018, il propose de mettre à disposition des 46 députés membres du groupe d'amitié France-Monaco son Falcon personnel pour un voyage d'études dans la principauté[17].

Propositions de lois et rapports[modifier | modifier le code]

  • Juillet 2003 : il coprésente une proposition de loi visant à instituer une Journée nationale du souvenir des morts pour la France pendant la guerre d’Algérie et les combats de Tunisie et du Maroc[18].
  • Septembre 2004 : il cosigne la proposition de loi limitant le recours aux dispositions fiscales rétroactives. Proposition présentée par Alain Suguenot et Louis Giscard D’Estaing[19].
  • Juin 2005 : il réalise au nom de la Commission des affaires culturelles, familiales et sociales un rapport sur la proposition de loi tendant à instaurer une journée nationale des fondations[20].
  • Septembre 2007 : il coprésente la proposition de loi précisant les possibilités de mise en fourrière des bateaux et navires épaves ou abandonnés ou présentant un danger pour la collectivité[21].
  • Octobre 2011 : il coprésente une proposition de loi pour la préservation de l’autorité partagée et la résidence alternée pour l’enfant en cas de séparation des parents[22].
  • Septembre 2012 : il cosigne la proposition de loi visant à créer une médaille d’honneur de bénévolat[23].
  • Novembre 2012 : il est coauteur de la proposition de loi tendant à réformer les modes de scrutins[24].
  • Décembre 2012 : il est coauteur de trois propositions de lois, deux constitutionnelles (pour l’instauration d’une journée nationale des fondations et pour l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales) et une organique également pour l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales[25].
  • Avril 2013 : il cosigne la proposition de lois visant à promouvoir l’action citoyenne en cas d’urgence[26].
  • Juin 2013 : il est coauteur, au nom de la commission des lois constitutionnelles, de la législation et de l’administration générale de la république, de deux rapports sur l’encadrement de la rétroactivité des lois fiscales[27].

Mandats[modifier | modifier le code]

  • -  : Membre du Conseil de Paris (conseil municipal et général)
  • -  : Membre du Conseil de Paris
  • -  : Député de l'Oise
  • -  : Membre du conseil municipal de Beauvais (Oise)
  • -  : Vice-président du conseil régional de Picardie
  • -  : Député de l'Oise.
  • -  : Membre du conseil général de l'Oise. Il ne se représente pas en 1998. En 2004, à nouveau candidat pour le canton de Beauvais-Nord-Est, il est battu par le socialiste Henri Bonan.
  • - 1996 : Membre du conseil municipal de Beauvais (Oise) (son élection est invalidée pour dépassement de ses frais de campagne)
  • -  : Député de l'Oise
  • -  : Réélu député de l'Oise
  • -  : Réélu député de l'Oise
  • [28] - : Réélu député de l'Oise

Association[modifier | modifier le code]

Olivier Dassault est également fondateur de l'Association d'Entraide en faveur des personnes âgées et défavorisées du département de l'Oise[29].

Président de l'association[Quand ?] GEEA (Génération Entreprises-Entrepreneurs associés) qui regroupe plus 150 parlementaires et des entrepreneurs ayant l'ambition pédagogique de rappeler à l’opinion publique et aux acteurs politiques que les entreprises, par leur dynamisme et leur réussite économique participent pleinement à la solidarité nationale, créent des emplois et augmentent au bout du compte la richesse de tous les Français. Leur vocation est d’être une force de propositions et de contribuer à créer un environnement légal et fiscal optimal pour les entrepreneurs. De nombreux colloques et petit-déjeuners sont organisés à l'Assemblée nationale avec des personnalités du monde des entreprises et de la politique[réf. nécessaire].

Membre du Prix Edgar Faure fondé par Rodolphe Oppenheimer, il est aussi président du groupe d'amitié[Quand ?] France-Arabie saoudite à l'Assemblée nationale[30].

En avril 2018, il est nommé membre de la Fondation Interpol, alors que, pour Mediapart, l'entreprise Dassault « est pourtant citée dans les « Paradise Papers » comme possible complice de fraude à la TVA »[31].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Olivier Dassault a deux enfants, d'une première union, une fille, prénommée Héléna, née 1990 et un fils, Rémi, né en 2001 et un autre fils, avec sa seconde épouse, Natacha Nikolajevic, Thomas, né en 2011[réf. nécessaire].

Musiques et photographies[modifier | modifier le code]

Olivier Dassault en 2017 à la cérémonie des Globes de cristal.

Il a pour passion la musique et la photographie[32]. On lui doit de nombreuses musiques originales de films, mais aussi la réalisation de courts métrages et de films publicitaires. Pionnier en Europe de l’emblème sonore [réf. nécessaire], il imagine l’identité de nombreuses collectivités ou sociétés, et met en musique plusieurs fêtes ou célébrations (feu d’artifice de l’An 2000 à Paris, inauguration du Parc Vulcania…)[33].

Il publie treize ouvrages de photographie et expose régulièrement en France comme à l'étranger[34],[35].

Compositions musicales[modifier | modifier le code]

  • 26 Works, Louise Stern Fine Arts (mars-avril 2016)
  • Langage de murs (Galerie Maeght, novembre-décembre 2015)
  • Drouot vu par Olivier Dassault (Paris, avril 2015)
  • Arrêt sur Images (Paris)
  • BRAFA (Bruxelles, janvier 2015)
  • Lumières Captives
  • Regards Croisés
  • Captures
  • Anamorphose
  • Réminiscence OD chez SMETS
  • Les Instantanés d'Olivier Dassault
  • Galerie Young - Bruxelles
  • Insights (Opéra Gallery Londres)
  • Voyages Imaginaires (Artcurial - Paris)
  • Improvisation
  • Rencontres (Galerie Clarus, Paris)
  • Photographismes (Guy Pieters Gallery - Knokke Le Zoute)
  • Métaphores (Agence Barnes - Neuilly sur Seine)
  • Acrobaties (Agence Barnes Bonaparte - Paris, 2010)
  • Mémoires d’art (Galerie Didier Aaron - Paris, 2010)
  • Totem & Tabou (Galerie Pierre Mahaux - Megève, 2010)
  • Dialogue autour de l’Abstraction (Galerie Artistes en Lumière - Paris, 2010)
  • Abstraction
  • Surimpressionnisme
  • Urbania
  • Invitation aux voyages
  • Ciels
  • Les Visions récompensées
  • Lumières de ciel, lumières de ville
  • Rencontre A3 - Une nuit d'art... ventrues
  • La Cinquième Dimension
  • Découvertes
  • Photocolorism
  • FIAC Paris
  • Égypte
  • Oniropolis
  • Fugues

Ouvrages photographiques[modifier | modifier le code]

  • Abstraction (2009)
  • Ciels, cercle d'art (2005) (ISBN 978-2702207932)
  • La Cinquième Dimension (2002)
  • Entre terre et ciel (1989)
  • Photocolorism (1989)
  • Danse de feu (1987)
  • Lignes d'imaginaire (1984)
  • Ces regards d'enfant (1983)
  • Égypte (1978)
  • Oniropolis (1977)

Œuvres Littéraires[modifier | modifier le code]

Autre[modifier | modifier le code]

Il est pilote professionnel IFR depuis 1975 : co-recordman du monde de vitesse avec Hervé Le Prince-Ringuet - en 1977 de New York à Paris sur Falcon 50 et en 1987 de La Nouvelle-Orléans à Paris sur Falcon 900 - et avec Guy Mitaux-Maurouard et Patrick Experton – en 1996 sur Falcon 900 EX de Paris à Abou Dabi et de Paris à Singapour. Olivier Dassault est le seul pilote qualifié sur la totalité de la gamme d’avions d’affaires Falcon[36].

Décorations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Informatique, Sudoc
  2. « Olivier Dassault », sur L'Internaute
  3. « Socpresse : Une restructuration en bonne voie », sur Stratégie,
  4. « Organigramme », sur Dassault.fr
  5. Marie Bordet, « Ça plane pour Olivier Dassault : Succession. Le fils aîné de Serge Dassault prend la tête du holding familial. Rencontre avec l'héritier. », Le Point,‎ (lire en ligne).
  6. « Serge Dassault donne la préférence à son fils Olivier pour lui succéder l'heure venue », sur Les Échos,
  7. AFP, « Activités parallèles au mandat d'Olivier Dassault : l'Assemblée saisit les Sages : Le Conseil constitutionnel a été saisi du cas de l'élu (LR) de l'Oise. En cause : un "doute" sur la compatibilité d'une des activités exercées en parallèle de son mandat de député », Europe 1,‎ (lire en ligne).
  8. Halima Najibi, AFP, « Le député de l'Oise Olivier Dassault abandonne sa fonction dans la holding familiale : Le bureau de l'Assemblée nationale avait émis un "doute" sur l'exercice d'une fonction du député Olivier Dassault, dans le cadre des nouvelles obligations en matière de transparence et de cumul des mandats. Il a annoncé qu'il se plier aux règles et abandonne sa fonction dans la holding familiale », France 3 Hauts-de-France,‎ (lire en ligne) « Je me mets en conformité » avec l'avis du bureau de l'Assemblée et "n'aurai plus de fonction exécutive" au sein du groupe industriel Dassault, a déclaré le député LR, après avoir envoyé une lettre en ce sens au PDG, qui n'est autre que son père Serge Dassault ».
  9. « Changement de gouvernance feutré au holding Dassault - Les Echos », sur www.lesechos.fr (consulté le 25 avril 2018)
  10. Patrick Caffin, « Oise : il y a 30 ans, Olivier Dassault était élu député pour la première fois : Le petit-fils de Marcel Dassault perpétue la tradition familiale à l’Assemblée nationale. Élu presque sans discontinuité depuis 1988, il compte bien se représenter en 2022 », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ .
  11. Le nom du candidat socialiste et celui de son suppléant avaient été inversés sur les bulletins de vote
  12. par Henri Bonan. L'échec de la droite locale à ces élections permet à la gauche de s'emparer du conseil général, dont Yves Rome devient président, à une voix de majorité
  13. Un rapport d’information pour la commission des finances de l’Assemblée nationale, « l’Asie : un défi et une chance pour l’exportation », et un rapport au Premier ministre, « Le Portage : une technique d’internationalisation des PME »
  14. Jean-François Copése qualifie pour la primaire à droite, Le Figaro
  15. Olivier Dassault, « Olivier Dassault : Entre le Front national et nous, il y a la croix de Lorraine et bien plus encore… », lefigaro.fr, 5 mai 2017.
  16. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  17. H.L., « Dassault fait décoller l'Assemblée », Le Canard enchaîné,‎ , p. 3
  18. « Proposition de loi du 26 juillet 2003 », sur Babelouedstory
  19. « Proposition de loi constitutionnelle limitant le recours aux dispositions fiscales rétroactives », sur Assemblée nationale,
  20. « Rapport de Monsieur Olivier Dassault au sujet du projet de loi de M. Olivier Dassault », sur Assemblée nationale,
  21. « Proposition de loi n°216 », sur Assemblée nationale,
  22. Jeanne Hillion, « Une Proposition de loi vise à privilégier la résidence alternée », sur Poil de carotte,
  23. Jean-Charles Taugourdeau, « Proposition de loi n°222 visant à créer une médaille d'honneur du bénévolat », sur Nos Députés,
  24. « Réformer nos scrutins », sur Assemblée nationale
  25. « Olivier Dassault », sur Assemblée nationale
  26. Alain Moyne-Bressand, « Proposition de loi n°950 visant à promouvoir l'action citoyenne en cas d'urgence », sur Nos Députés,
  27. « Rapports d'Olivier Dassault », sur Nos Députés
  28. Pauline Pennanec'h, « Législatives : qui est Olivier Dassault, le nouveau député Les Républicains de la 1re circonscription de l'Oise ? : Olivier Dassault candidat Les Républicains a été élu ce dimanche député de la 1re circonscription de l'Oise avec 67,07% des suffrages, en battant Denis Flour de La République en Marche au second tour des élections législatives 2017 », France Bleu Picardie,‎ (lire en ligne).
  29. « Association d'entraide Olivier Dassault en faveur des personnes agées et défavorisées du département de l'Oise », sur Développement durable
  30. Composition du groupe d'amitié France-Arabie Saoudite, 14e législature, sur assemblee-nationale.fr
  31. « Le député Dassault, cité dans les «Paradise Papers», rejoint la Fondation Interpol », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  32. Marie Bordet, « Ça plane pour Olivier Dassault », Le Point,‎ (lire en ligne)
  33. Marcel Quillévéré, « Olivier Dassault, photographe, compositeur », Les traverses du temps, France Musique, (consulté le 26 octobre 2018).
  34. Mr B., « La culture, ciment du couple France-Belgique ? », sur Street Press,
  35. « Olivier Dassault », sur Young Gallery
  36. « La nouvelle livrée du F10 d’Olivier DASSAULT réalisée par Didier WOLFF », sur Happy Design
  37. Décret

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :