Marine Brenier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Marine Brenier
Illustration.
Marine Brenier en 2017.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 ans, 11 mois et 10 jours)
Élection
Réélection 18 juin 2017
Circonscription 5e des Alpes-Maritimes
Législature XIVe et XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR (2016-2017)
LC/UAI (2017-2018)
LR (depuis 2018)
Prédécesseur Christian Estrosi
Adjointe au maire de Nice
En fonction depuis le
(13 ans, 1 mois et 19 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
15 mars 2020
Maire Christian Estrosi
Philippe Pradal
Christian Estrosi
Présidente des Jeunes Républicains

(1 an, 10 mois et 2 jours)
Prédécesseur Stéphane Tiki
Direction collégiale
Successeur Direction collégiale
Aurane Reihanian
Conseillère départementale des Alpes-Maritimes

(1 an, 2 mois et 21 jours)
Élection 29 mars 2015
Circonscription Canton de Nice-2
Président Éric Ciotti
Prédécesseur Jean-Auguste Icart
Successeur Valérie Sergi
Biographie
Date de naissance (34 ans)
Lieu de naissance Nice (France)
Nationalité Française
Parti politique UMP (2007-2015)
LR (depuis 2015)
LFA (depuis 2017)
Diplômée de Université Nice Sophia Antipolis
Université d'Aix-Marseille
Profession Juriste

Marine Brenier, née le à Nice, est une femme politique française.

Adjointe au maire de Nice depuis 2008, elle est présidente des Jeunes Républicains entre 2015 et 2017 et députée depuis 2016, élue dans la cinquième circonscription des Alpes-Maritimes.

Elle est commissaire aux affaires sociales à l'Assemblée nationale[1], membre de la Commission nationale d'investiture des Républicains[2] et membre du parti politique La France audacieuse[3].

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et études[modifier | modifier le code]

Issue de la bourgeoisie niçoise, elle est la fille d'un couple de dentistes[4].

Après avoir suivi des études de droit à la faculté de Nice, elle est diplômée de deux masters à l'université d'Aix (dont un en droit de la santé)[5] et exerce la profession de juriste[6] aux affaires juridiques du CHU de Nice, après avoir décidé de ne pas passer (Le Figaro indique pour sa part qu'elle a échoué) le concours de la fonction publique en 2012[7] (elle a préparé ce concours à l'IEP d'Aix-en-Provence)[8],[9].

Débuts politiques[modifier | modifier le code]

Elle est liée à Christian Estrosi depuis sa jeunesse. Adolescente, elle participe à ses côtés à des réunions politiques locales, à Nice[7].

En 2007, elle adhère à l'UMP à la suite de la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle[6] et milite pendant la campagne[7]. Elle devient la même année responsable des jeunes UMP des Alpes-Maritimes[9].

Élue conseillère municipale de Nice en 2008 à seulement 21 ans (elle ne siège en réalité qu'à partir de 2009[7]), elle se voit chargée de la délégation au sport[10]. En , elle devient adjointe de territoire de la mairie de Nice, dirigée par Christian Estrosi[11]. L'année suivante, elle est élue conseillère départementale.

En , Marine Brenier est élue présidente des Jeunes Républicains, dans un contexte de forte abstention (77,1 %) et avec près d'un tiers de votes blancs[12]. Elle était la seule liste candidate, ce qui a suscité des critiques sur le verrouillage du scrutin[13],[7].

À contre-courant de son parti qui y était majoritairement opposé, elle soutient le projet de loi autorisant le mariage entre personnes du même sexe[7].

Députée[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission de Christian Estrosi de son poste de député de la 5e circonscription des Alpes-Maritimes, elle est investie le pour représenter Les Républicains à cette élection[14]. Son suppléant est Christian Estrosi. Le scrutin a lieu les 22 et [15]. Elle obtient 47 % des voix à l'issue du premier tour[16], puis 64 % au second tour, et est donc élue députée. Âgée de 29 ans, elle devient alors la vice-benjamine de l'Assemblée nationale, après Marion Maréchal-Le Pen[10].

Elle démissionne du conseil départemental des Alpes-Maritimes le .

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016. Dans le cadre de sa campagne, elle est nommée oratrice nationale chargée de la jeunesse. Malgré la défaite de ce dernier au profit de François Fillon, elle reste présidente des Jeunes Républicains. Sous sa présidence a lieu en un remaniement du bureau national des Jeunes Républicains, qui est critiqué par plusieurs militants, évoquant une « purge », un « déni de démocratie » ou encore « une chasse aux sorcières »[17],[18].

Elle soutient le candidat LR François Fillon, qui échoue à l'élection présidentielle[19]. Elle signe ensuite une tribune de soutien à Emmanuel Macron pour le second tour du scrutin, qui oppose le candidat En marche ! à Marine Le Pen[20]. La République en marche ! ne lui oppose pas de candidat lors des élections législatives[21], le président de la commission d'investiture de LREM, Jean-Paul Delevoye, indiquant que cela « fait partie des gestes politiques que nous avons faits à l’égard de celles et ceux qui ont manifesté avec sincérité leur volonté de soutenir le projet présidentiel »[22]. Elle l'emporte au second tour face à la candidate du Front national avec 61,21 % des voix[23], soit le meilleur score obtenu par un candidat LR dans les Alpes-Maritimes. 

Le , elle est suspendue de ses fonctions de présidente des Jeunes Républicains, notamment en raison de son rapprochement avec Emmanuel Macron et du fait que, statutairement, elle est trop âgée pour être encore membre du mouvement de jeunesse LR[24].

À l'Assemblée, elle rejoint à son arrivée en 2017 le groupe Les Constructifs : républicains, UDI, indépendants pour le quitter en , rejoignant celui de LR[25].

Le 14 janvier 2020, Marine Brenier est condamnée par la cour d'appel d'Aix-en-Provence à verser 1000 euros de dommages et intérêts à son adversaire lors de l'élection législative de 2016 : elle était accusée d'irrégularités (affichage en dehors des emplacements autorisés, tweet électoral le jour du premier tour, etc.)[26].

À l'Assemblée nationale, elle porte notamment les sujets de la santé, avec des thématiques sur les hôpitaux et établissements privés, sur les professions libérales et paramédicales, sur le handicap, sur la sécurité sociale et sur la psychiatrie. Elle s'intéresse aussi aux questions relatives à la sécurité et à l'écologie.

Elle a par ailleurs été commissaire spéciale sur le projet de loi bioéthique et commissaire spéciale chargée d'examiner le projet de loi instituant un système universel de retraite et le projet de loi organique relatif au système universel de retraite.

En tant que membre de la commission d'enquête chargée d'évaluer les politiques publiques de santé environnementale, elle a été nommée en avril 2020 rapporteure dans le cadre de la mission de suivi du financement de la Sécurité Sociale suite à la crise du COVID-19. L’objet de cette mission est double : contrôler l’action du Gouvernement et s’assurer que les promesses d’aides soient bien tenues[27].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « NosDéputés.fr par Regards Citoyens », sur NosDéputés.fr (consulté le 24 septembre 2020)
  2. « Nos instances », sur les Républicains, (consulté le 24 septembre 2020)
  3. « Les principaux élus de La France Audacieuse :: La France Audacieuse », sur www.la-france-audacieuse.fr (consulté le 3 mai 2021)
  4. Laurent David Samama, « Qui est Marine Brenier, la protégée d’Estrosi devenue présidente des Jeunes Républicains ? » sur Les Inrocks, 2 avril 2016
  5. Antoine Giannini, « Marine Brenier (UMP) et Mélanie Russo (PS) : Des jeunes femmes prêtes pour la relève politique » sur Nice-Matin, 7 juin 2013
  6. a et b Julien Vacheron, « Marine Brenier, l’atout jeune d’Estrosi » sur Nice-Matin, 17 juillet 2011
  7. a b c d e et f La Revue de Charles, « La Revue de Charles »
  8. Tristan Quinault Maupoil, « La présidente des Jeunes Républicains bien partie pour faire son entrée à l'Assemblée » sur lefigaro.fr, 5 avril 2016
  9. a et b Portrait de Marine Brenier, nouvelle présidente des Jeunes Républicains sur leparisien.fr, 11 septembre 2015.
  10. a et b Qui est Marine Brenier, qui succède à Christian Estrosi dans les Alpes-Maritimes, article sur metronews.fr, 30 mai 2016
  11. Les adjoints et leurs délégations au nouveau conseil municipal de Nice sur Nice-Matin, 4 avril 2014
  12. Tristan Quinault Maupoil, « Marine Brenier, élue présidente des Jeunes Républicains dans la douleur » sur lefigaro.fr, 10 septembre 2015.
  13. Étienne Baldit, « Président des Jeunes Républicains : vers une élection à une seule liste » sur lelab.europe1.fr, 28 juillet 2015.
  14. T.P., « Législative partielle: Marine Brenier sera la candidate des Républicains », sur Nice-Matin,
  15. Amandine Réaux, « Après avoir démissionné de son mandat de député, Christian Estrosi est suppléant à la législative partielle » sur Le Lab, 30 avril 2016
  16. Kevin Boderau, « Marine Brenier en tête au premier tour des législatives partielles » sur France Bleu, 23 mai 2016.
  17. Étienne Baldit, « Des Jeunes Républicains crient au scandale démocratique après une réorganisation décidée par le parti », lelab.europe1.fr, 16 février 2017.
  18. Guillaume Petit, « Jeunes Républicains : un remaniement au profit des fillonistes passe mal », lci.fr, 16 février 2017.
  19. Tiphaine Paucot-Landelle, « Christian Estrosi sifflé à plusieurs reprises lors du meeting de François Fillon à Nice », lci.fr, 18 avril 2017.
  20. « "Nous, Jeunes Républicains, voterons pour Emmanuel Macron" », lopinion.fr, 26 avril 2017.
  21. Laurent de Boissieu, « Analyse des circonscriptions sans candidat macroniste », sur ipolitique.fr, (consulté le 16 mai 2017).
  22. Denis Carreaux, « Le patron des investitures d'En Marche! explique pourquoi il n'y aura pas de candidat officiel de son parti face à Marine Brenier », nicematin.fr, 23 mai 2017.
  23. Ministère de l'Intérieur, « Élections législatives 2017 », sur elections.interieur.gouv.fr, (consulté le 19 mai 2018).
  24. « Macron-compatible, la députée Marine Brenier démise de ses fonctions de présidente des Jeunes populaires », nicematin.com, 11 juillet 2017.
  25. « Les Républicains : Marine Brenier quitte Les Constructifs », valeursactuelles, 23 janvier 2018.
  26. « La député azuréenne Marine Brenier condamnée à verser des dommages au candidat qu'elle avait battu aux législatives », sur Nice-Matin, (consulté le 3 mars 2020)
  27. petitesaffiches.fr, « Nominations - Marine BRENIER nommée rapporteure dans le cadre de la mission de suivi du financement de la Sécurité sociale », sur Petites Affiches des Alpes-Maritimes - annonces légales, appels d'offres, ventes aux enchères... (consulté le 24 septembre 2020)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :