Lucien Degauchy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lucien Degauchy
Image illustrative de l'article Lucien Degauchy
Fonctions
Député de la 5e circonscription de l’Oise

(24 ans, 2 mois et 18 jours)
Élection 28 mars 1993
Réélection 1er juin 1997
16 juin 2002
17 juin 2007
17 juin 2012
Législature Xe, XIe, XIIe, XIIIe et XIVe
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Michel Françaix
Successeur Pierre Vatin
Maire de Courtieux
En fonction depuis le
(40 ans, 8 mois et 26 jours)
Élection 13 mars 1977
Conseiller général de l'Oise
Élu dans le canton d'Attichy

(29 ans, 3 mois et 21 jours)
Prédécesseur Henri Massein
Successeur Canton supprimé
Biographie
Date de naissance (80 ans)
Lieu de naissance Hautefontaine (Oise)
Nationalité Française
Parti politique UMP
Les Républicains
Profession Horticulteur

Lucien Degauchy est un homme politique français né le à Hautefontaine (Oise).

Biographie[modifier | modifier le code]

Député de la 5e circonscription de l'Oise depuis le (Xe législature), il a été réélu le 1er juin 1997, pour la XIe législature puis le , pour la XIIe législature (2002-2007). Il a été réélu dès le 1er tour le , pour la XIIIe législature 2007-2012.

Il fait partie du groupe Les Républicains.

En octobre 2012, il fait partie des dix-sept députés du groupe UMP (sur 195) à voter contre la ratification du pacte budgétaire européen.

Il soutient Alain Juppé pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

En 2017, il ne se présente pas à sa propre succession à la fonction de député de la cinquième circonscription de l'Oise ; c'est son ancien attaché parlementaire, Pierre Vatin, qui est élu député en juin 2017, Lucien Degauchy en étant le suppléant[1].

Affaires et polémiques[modifier | modifier le code]

Il est un des députés qui a sifflé, avec Patrick Balkany, la ministre du Logement Cécile Duflot le 17 juillet 2012 à l'Assemblée nationale parce qu'elle portait une robe[2].

En octobre 2014, il reconnaît avoir eu un compte non déclaré en Suisse mais plaide la bonne foi[3]. Selon lui, son compte en Suisse a été ouvert en 1981, et il utilisa les fonds pour pallier les dégâts d'un orage de grêle sur les récoltes des plantations de ses enfants. Son compte en Suisse contenait 200 000 .

En pleine affaire Cahuzac, il cosigne en mars 2013 avec 19 députés UMP un projet de loi pour amnistier les exilés fiscaux[4].

Le 13 novembre 2014, la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique annonce avoir transmis au Parquet le dossier de M. Degauchy et celui de deux autres parlementaires, pour « doute sur omission d'avoirs détenus à l'étranger »[5]. Le 6 octobre 2017, il est condamné à quatre mois d'emprisonnement avec sursis et 30 000 euros d'amende[6].

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]