Frédéric Lefebvre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lefèvre.
 Ne pas confondre avec Frédéric Lefèvre, écrivain et critique littéraire.
Frédéric Lefebvre
Frédéric Lefebvre en 2010.
Frédéric Lefebvre en 2010.
Fonctions
Député de la 1re circonscription des Français établis hors de France
En fonction depuis le
(3 ans 9 mois et 19 jours)
Élection
Législature XIVe
Groupe politique UMP puis LR
Prédécesseur Corinne Narassiguin
Secrétaire d'État
chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation

(1 an 5 mois et 26 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon III
Prédécesseur Hervé Novelli
Successeur Benoît Hamon (Consommation)
Sylvia Pinel (Commerce, Artisanat et Tourisme)
Député de la 10e circonscription
des Hauts-de-Seine

(2 ans et 4 jours)
Législature XIIIe
Prédécesseur André Santini
Successeur André Santini
Biographie
Date de naissance (53 ans)
Lieu de naissance Neuilly-sur-Seine (Seine)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Chef d'entreprise
Avocat

Frédéric Lefebvre, né le 14 octobre 1963 à Neuilly-sur-Seine, est un homme politique Français, membre de l'UMP puis des Républicains.

Un temps porte-parole de l'UMP, il est député de la dixième circonscription des Hauts-de-Seine de 2007 à 2009, en tant que suppléant d'André Santini. Dans le gouvernement Fillon III, de 2010 à 2012, il est secrétaire d'État chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation. Il est élu député de la première circonscription des Français établis hors de France en 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts au sein des cabinets[modifier | modifier le code]

Fils d'un médecin « antigaulliste[1] » à cause de la guerre d'Algérie, Frédéric Lefebvre est marié à la graphologue Valérie Lefebvre, et père de deux enfants, Quentin et Alix.

Il est responsable des jeunes RPR de Garches lorsqu'il rencontre Nicolas Sarkozy à l'occasion de la campagne présidentielle de Jacques Chirac de 1981[2].

Licencié en droit privé et titulaire d'un DEA en droit public interne, il commence sa carrière en 1986 comme collaborateur de Gérard-Henri Mathieu, secrétaire général du groupe RPR au Conseil de Paris[3].

En 1987, il rejoint le cabinet de Jacques Chaban-Delmas, président de l'Assemblée nationale, comme chargé de mission aux côtés de Patrick Ollier. En 1988, ce dernier l'embauche pour devenir, jusqu'en 1993, son assistant parlementaire ainsi que celui de Michèle Alliot-Marie[3].

Il entre au conseil municipal de Garches en 1989, et devient adjoint au maire[2].

Conseiller de Nicolas Sarkozy et lobbyiste[modifier | modifier le code]

À partir de 1993, il collabore avec Nicolas Sarkozy, ministre du Budget et porte-parole du gouvernement Édouard Balladur, d'abord comme attaché parlementaire, puis comme chef adjoint de cabinet, chargé de la communication jusqu'à la victoire de Jacques Chirac à l'élection présidentielle de 1995, durant laquelle il a organisé les déplacements de soutien de Nicolas Sarkozy à Édouard Balladur.

De 1995 à 2002, il est assistant parlementaire de Nicolas Sarkozy à mi-temps. À cette époque, en 1996, il crée avec notamment Steven Zunz et Stéphan Denoyés, anciens assistants parlementaires de Christian Estrosi et Charles-Ange Ginesy, Perroquet institutionnel communication (Pic conseil), cabinet parisien de communication institutionnelle et de lobbying[4], ayant pour clients entre autres les industries du tabac, de l'alcool et les casinos[5]. Même s'il dit ne plus être actif dans sa société depuis 2000[6], il a touché 199 325 € à titre d'actionnaire en 2008, d'après un document interne à Pic Conseil[7].

En mai 2002, après la nomination de Nicolas Sarkozy comme ministre de l'Intérieur, puis au ministère de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, il reprend son rôle de conseiller, chargé des Relations avec le Parlement jusqu'en novembre 2004, et comme chargé de relations avec les élus entre 2004 et 2005, dans son cabinet de président du conseil général des Hauts-de-Seine[3]. À ces fonctions, il tisse des réseaux pour le compte du ministre auprès des parlementaires UMP, ce qui permet à Nicolas Sarkozy de briguer la tête du parti, puis la présidence de la République[8].

Réélu adjoint au maire de Garches aux municipales de 1995 et 2001, il siège à la communauté d'agglomération Cœur de Seine[9] depuis sa création en 2005 et jusqu’à l'obtention de son poste de député d'Issy-les-Moulineaux et de Vanves, obtenu par la nomination en tant que ministre d'André Santini, dont il était le suppléant. Il est aussi élu en 2004 conseiller régional d'Île-de-France sur la liste d'union UMP-UDF-MPF de l'opposition régionale. Il retrouve 9 juin 2005 son poste de conseiller chargé des relations avec le Parlement au cabinet de Nicolas Sarkozy lorsque celui-ci redevient ministre de l'Intérieur[10].

Pic conseil, dont Frédéric Lefebvre était encore l'actionnaire majoritaire en nue-propriété fin 2006, s'unit en 2004 à une autre agence de lobbying, Causalis, sous la marque Domaines publics et vend notamment ses services au Syndicat national des professionnels immobiliers, au groupe Lucien Barrière, à Bouygues, à Altadis, et à Alcatel. En janvier 2005, Frédéric Lefebvre fonde une société de conseil en communication, Frédéric Lefebvre Conseil[11], et reprend à mi-temps, en juin suivant, ses fonctions de conseiller chargé des relations avec le Parlement après le retour de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur[12].

Après avoir créé le « pôle relation élus » de l’UMP en novembre 2004, il devient quelques mois plus tard directeur de cabinet du président de l'UMP, puis membre de son équipe de campagne pour l'élection présidentielle de 2007. Lors de la réorganisation de l'UMP qui suit la victoire de Nicolas Sarkozy, il est nommé secrétaire national de l’UMP chargé de l’économie, des finances publiques et des nouvelles technologies. Il occupe cette fonction jusqu'en 2011[13].

Député, porte-parole de l'UMP[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives de 2007, Frédéric Lefebvre est choisi comme suppléant par le député sortant de la dixième circonscription des Hauts-de-Seine, le centriste André Santini, qui, réélu le 17 juin 2007 avec 55,90 % des voix au second tour, est nommé dans le 2e gouvernement Fillon le 19 juin. Frédéric Lefebvre est ainsi proclamé député le 20 juillet 2007 à sa place, siégeant au sein du groupe UMP alors qu'André Santini s'était inscrit dans le groupe Nouveau Centre[1].

À l’Assemblée nationale, il multiplie les responsabilités dans le domaine économique et financier. Membre de la commission des Finances, il est nommé rapporteur du budget de l’emploi et prend la parole sur « les niches fiscales, les retraites, les prêts à taux variable, le tarif social pour le gaz, la participation des salariés aux résultats des entreprises, les règles anti-concentration pour les chaînes hertziennes, l'adhésion de la Turquie à l'Union européenne... »[14], au point d'« irrite[r] au sein du groupe, où beaucoup se méfient de sa proximité avec le chef de l'État »[15], mais parvient à faire voter à l'Assemblée huit de ses amendements à l'unanimité durant la première session parlementaire de 2008[16].

Président avec Jérôme Chartier d’un groupe de travail sur le pouvoir d’achat au sein du groupe UMP, il est coprésident du club parlementaire sur l'avenir de l'audiovisuel public et du groupe d'études sur l'audiovisuel et le cinéma, travaillant sur les réformes de l'audiovisuel en parallèle de la commission Copé, provoquant ainsi des tensions au sein du parti majoritaire[17]. Il est ainsi l'auteur d'amendements discutés, tel celui voté par l'Assemblée nationale le 5 juin 2008 relevant de 2,5 % à 8 % le seuil d'audience d'une chaîne de télévision en dessous duquel la chaîne n'a pas à se conformer au plafond de 49 % de détention de son capital par un même opérateur. Cet amendement a été critiqué comme trop favorable à TF1 et M6[18]. Il est également l'auteur, en 2008, d'un amendement sur la discrimination positive à France Télévision[19].

Très présent dans les médias par sa fonction de porte-parole du parti présidentiel, qu'il occupe de mars 2008 à décembre 2010, il multiplie les prises de parole, sans craindre la polémique[8]. Ainsi, il critique en mai 2008 l'absence de reprise par l'AFP de communiqués de presse de l'UMP concernant Ségolène Royal[8], affirme que les « provocations » des collectifs d'aide aux étrangers en situation irrégulière dont RESF auraient amené à l'incendie du centre de rétention de Vincennes[20],[21], et défendant en février 2009 la proposition d'Éric Besson de régulariser les immigrés clandestins qui dénonceraient des passeurs, en déclarant que « la dénonciation est un devoir républicain »[22], à ne pas confondre avec la délation, qui, elle, est « condamnable »[23]. Ces déclarations fracassantes, parfois appelées lefebvreries, lui valent le surnom de « sniper de l'UMP »[24].

De mars 2009 à mars 2010, Frédéric Lefebvre est coresponsable de la e-campagne de Valérie Pécresse pour les élections régionales d'Île-de-France.

Le 23 juin 2009, lors du remaniement ministériel, André Santini n'est pas reconduit au gouvernement[25]. En conséquence, à la suite de la modification de l'article 25 de la réforme constitutionnelle de l'année précédente, André Santini a la possibilité de retrouver son siège automatiquement. Le 24 juillet 2009, le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer, annonce que Frédéric Lefebvre n'est plus député.

Partisan déclaré de la régulation d'Internet, Frédéric Lefebvre s'est beaucoup exprimé sur le sujet. Il déclare, en décembre 2008, que « l'absence de régulation du Net provoque chaque jour des victimes ». Certains[Qui ?] lui reprochent alors un amalgame très controversé[26] entre internautes et trafiquants, proxénètes, racistes, violeurs et psychopathes[27]. Il a également comparé certains sites de streaming illégaux à des dealeurs de drogue[28] et lié éducation des enfants et piratage[29]. Dans le cadre de la loi Création et Internet, dite loi Hadopi, il a déposé un amendement pour taxer les sites collaboratifs au profit de France Télévisions[30]. Il a également défendu un amendement mettant l'Internet français sous tutelle du CSA : « Le CSA, dont chacun se plait à souligner le travail en matière de protection des enfants sur tous les diffuseurs de contenus, doit pouvoir étendre son action à Internet[31]. » Ces positions lui valent en 2009 un Big Brother Award[32].

Frédéric Lefebvre prête serment comme avocat au barreau de Paris le 22 octobre 2009[33].

En , du fait de signalements d'internautes hostiles, il est le premier responsable politique français à se voir suspendre son compte Twitter fraîchement créé — qu'il récupère rapidement[34],[35].

Du 3 mars 2009 à décembre 2010, il est chargé de l'économie, de la refondation du capitalisme et du nouveau partage des richesses à la direction de l'UMP[36]. Il cumule ces fonctions avec celles de porte-parole du parti présidentiel. Avec les ateliers du changements, il est également l'un des instigateurs de plusieurs propositions pour réformer le capitalisme[37].

Secrétaire d'État[modifier | modifier le code]

Le 14 novembre 2010, Frédéric Lefebvre est nommé secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation, dans le gouvernement François Fillon III, succédant ainsi à Hervé Novelli, avec un portefeuille élargi notamment aux professions libérales. Son passage est marqué par un mouvement de simplification pour les entreprises, particulièrement les PME[38]. Il lance également sur le modèle de la fête de la musique initiée par Jack Lang, la première fête de la gastronomie[39], qui sera poursuivie par le gouvernement Ayrault dans lequel 4 ministres différents se partagent son portefeuille : Benoît Hamon à la consommation, Fleur Pellerin aux PME, Sylvia Pinel à l'artisanat et au tourisme, le reste de son portefeuille étant assumé directement par Pierre Moscovici.

Le 2 avril 2011, lors de la journée du livre politique, il confond le Zadig de Voltaire avec la marque de vêtements Zadig et Voltaire[40].

Député des Français de l'étranger[modifier | modifier le code]

Il fonde un think tank, dénommé Nouveaux Horizons[41].

Fin 2011, il est désigné par l'UMP candidat aux législatives pour la première circonscription des Français établis hors de France (États-Unis et Canada)[42],[43]. Devant faire face à des candidatures dissidentes à droite, il arrive en deuxième position au premier tour et est battu au second par la socialiste Corinne Narassiguin, qui remporte 54,01 % des voix[44]. Le 15 février 2013, le Conseil constitutionnel annule le scrutin en raison d'irrégularités et déclare Corinne Narassiguin inéligible.

Frédéric Lefebvre arrive en tête du premier tour de l'élection législative partielle, devançant notamment de plus de 20 % le candidat de l'UDI Louis Giscard d'Estaing qui n'atteint pas les 9 %[45]. À l'issue du second tour, le 9 juin 2013, il est élu député face au candidat socialiste, Franck Scemama, avec 53,72 % des voix, dans un contexte de forte abstention[46],[47].

Il dépose quatre propositions de loi dans la semaine qui suit son élection, et fait adopter un amendement au projet de loi sur la consommation, tout en adoptant un discours moins offensif qu'à l'époque où il était dans la majorité[48]. En 2013, il lance une pétition pour « une règle de platine » sur les prélèvements obligatoires en France[49]. En 2014, il assiste au voyage de François Hollande aux États-Unis[50]. Devant les critiques croissantes sur le RSI, il provoque une pétition en février 2016[51] pour réformer le statut des indépendants.

En juin 2016, Nicolas Sarkozy s'oppose à sa réinvestiture en tant que candidat Les Républicains pour la 1re circonscription des Français établis hors de France pour les élections législatives de 2017[52]. Son investiture est finalement accordée le 23 mars 2017[53]

Il tente sans succès de se présenter à la primaire présidentielle des Républicains de 2016, n'obtenant pas un nombre de parrainages d'élus et d'adhérents suffisant[54]. Il entend contourner l'obstacle en se présentant au titre de son micro-parti, Nouveaux Horizons, mais sa candidature est rejetée par la Haute Autorité de la primaire[55],[56]. Il annonce alors son soutien à la candidature d'Alain Juppé[57], lequel perd la primaire au second tour contre Francois Fillon le 27 novembre 2016[58].

En sa qualité de député représentant les Français d'Amérique du Nord, il est le seul officiel français à être invité et à assister à l'investiture du 45e président des États-Unis, Donald Trump[59].

Hormis Henri Guaino, qui tente de se présenter à l'élection présidentielle de 2017 sans passer par la primaire organisée par LR, il est le seul député sortant LR à ne pas être investi par son parti en vue des élections législatives de 2017 pour avoir participé, les 23 et 24 septembre 2016, au « sommet des réformistes européens » en présence, entre autres, d'Emmanuel Macron[60].

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

  • 20 mars 1989 - 30 mars 2007 : adjoint au maire de Garches (Hauts-de-Seine)
  • 28 mars 2004 - 13 décembre 2015 : membre du conseil régional d'Île-de-France
  • 20 juillet 2007 - 24 juillet 2009 : député de la dixième circonscription des Hauts-de-Seine (en tant que suppléant d'André Santini)
  • novembre 2007 - juin 2010 : vice-président de l'Association nationale pour la démocratie locale (ANDL)
  • 11 novembre 2010 : Chevalier de l'ordre national du Mérite
  • 14 novembre 2010 - 10 mai 2012 : secrétaire d'État auprès de la ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie, chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation
  • en 2011, Frédéric Lefebvre se voit décerner le prix de l'encouragement Press Club humour et politique
  • depuis le 30 mai 2012 : membre fondateur de l'Association « Les amis de Nicolas Sarkozy »
  • depuis le 10 juin 2013 : député de la première circonscription des Français établis hors de France
  • il est également membre de la commission de la défense nationale et des forces armées

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le mieux est l'ami du bien (Le Cherche midi, 2011), (ISBN 9782749118710)
    Ce livre a été au centre d'une controverse concernant plusieurs passages qui ont été recopiés, sans citer la source, d'articles provenant de Wikipédia et de l'AFP[61],[62]. Son éditeur le défend cependant soulignant que l'essentiel est sourcé et que les passages incriminés sont dans un autre pas d'écriture. « L'origine des citations figure expressement dans le livre. Celles qui ont échappé à ma vigilance seront réintégrées par l'éditeur lors de la réimpression » a déclaré à ce sujet Frédéric Lefebvre[63].
  • Le travail, aujourd'hui (Le Cherche midi, 2012), (ISBN 9782749126364)
    Frédéric Lefebvre livre dans cet ouvrage sa vision du travail.
  • Vous êtes prioritaires (UPblisher, 2014), (ISBN 9782759901661)
  • Vues du ciel (Les éditions de Passy, 2015), (ISBN 9782351460719)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martine Chevalet, « Lefebvre, le député du président », Le Parisien, 28 mai 2008
  2. a et b « Frédéric Lefebvre », C à dire, France 5.
  3. a, b et c Notice biographique in Who's Who in France, 2007
  4. Hélène Constanty, « À la croisée des couloirs », L'Express, 28 septembre 2006.
  5. Députés sous influences ISBN 978-2-213-63008-3 (Fayard)
  6. Frédéric Lefebvre a-t-il touché de l'argent des lobbys audiovisuels ?, Guillaume Champeau, Numerama, 17 novembre 2009
  7. Frédéric Lefebvre accusé de conflit d'intérêt, il dément, Tefy Andriamanana, L'express.fr, 13 novembre 2009
  8. a, b et c Ivan Porspoder, « Lefèbvre, l'aboyeur de Sarkozy », leJDD.fr, 1er mai 2008
  9. « Compte-rendu de la séance d'installation du Conseil communautaire » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le
  10. Arrêté du 9 juin 2005 portant nomination au cabinet du ministre d'État.
  11. « Frédéric Lefebvre ou le retour de la Firme », Marianne2, 4 avril 2008
  12. Vincent Nouzille, Un Perroquet conseille l’Intérieur, Bakchich.info, 8 décembre 2006
  13. UMP - Notre équipe, site de l'UMP.
  14. Lefebvre (UMP): "rassurer sur la Turquie" , lefigaro.fr, 28 avril 2008
  15. P.F, « Ces députés UMP qui ont gagné en influence - Frédéric Lefebvre : l'ubiquiste », Les Échos, 2 juillet 2008
  16. « En forme - Frédéric Lefebvre », Le Point no1843, 10 janvier 2008
  17. Régis Soubrouillard, Frédéric Lefebvre ou le retour de la Firme, Marianne, 4 avril 2008
  18. « Première étape pour un allègement du seuil anticoncentration pour la TNT », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  19. Diversité à la télévision : l'amendement Lefebvre adopté
  20. « Notre conférence. Lundi 13H », Mediapart,‎ (lire en ligne)
  21. « Incendie du centre de rétention: L’UMP met en cause RESF », Libération, 23 juin 2008.
  22. UMP : « La dénonciation est un devoir républicain », paru le 7 février 2009, sur le site du Nouvel Observateur.
  23. La dénonciation est un devoir républicain
  24. Les meilleures sorties du "sniper" Frédéric Lefebvre, lemonde.fr, 15 novembre 2010
  25. « Décret du 23 juin 2009 relatif à la composition du Gouvernement », Légifrance
  26. « Ces propos sur la nécessité d'une régulation d'Internet témoignent d'une profonde méconnaissance de ce domaine, il ne connait absolument pas l'Internet », Pierre Kosciusko-Morizet, cofondateur de Price Minister et directeur de l'Association pour le commerce et les services en ligne.
  27. « La mafia s’est toujours développée là ou l’État était absent ; de même, les trafiquants d’armes, de médicaments ou d’objets volés et les proxénètes ont trouvé refuge sur Internet, et les psychopathes, les violeurs, les racistes et les voleurs y ont fait leur nid. », Première séance du lundi 15 décembre 2008 sur le site de l'Assemblée nationale
  28. http://www.20minutes.fr/article/302080/Media-Frederic-Lefebvre-Les-sites-comme-beeMotion-sont-des-dealers.php
  29. http://www.pcinpact.com/actu/news/49503-frederic-lefebvre-argent-poche-itunes.htm
  30. Vincent Delfau, « Frédéric Lefebvre pourrait succéder à Éric Besson à l'Économie numérique », Le Monde informatique, 6 janvier 2009
  31. http://www.assemblee-nationale.fr/13/cri/2008-2009/20090103.asp
  32. « Frédéric Lefebvre reçoit un Big Brother Award », Libération,‎ (lire en ligne)
  33. « Frédéric Lefebvre devient avocat », dépêche AFP reprise par Le Figaro, 22 octobre 2009.
  34. L'Obs, « Antisémitisme : Twitter sanctionne (enfin) un politique », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ .
  35. « Frédéric Lefebvre sur Twitter : « I'm back », sur zdnet.fr,‎ .
  36. « L'UMP s'attaque à la "refondation du capitalisme" », sur La Figaro,‎
  37. L'UMP s'attaque à la «refondation du capitalisme»
  38. Valérie Talmon, « Frédéric Lefebvre dévoile un programme de simplification pour les PME », sur Les Échos Business,‎
  39. Thibaut Danancher, « Frédéric Lefebvre : "La gastronomie écrit de belles histoires" », sur Le Point,‎
  40. « La bourde culturelle de Frédéric Lefebvre », L'Express, 4 avril 2011.
  41. [1]
  42. "Législatives : les batailles internes de la majorité", "Le Monde.fr, 9 janvier 2012
  43. Législatives : Frédéric Lefebvre à la conquête de l'Amérique, Le Point, 14 mai 2012.
  44. Résultats des élections législatives : 1re circonscription - Amérique du Nord, Le Monde, juin 2012.
  45. « Suite à l'invalidation de l'élection de Corinne Narassiguin (PS), Frédéric Lefebvre (UMP) a été élu en Amérique du Nord », sur Le Petit Journal,‎
  46. http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/vivre-a-l-etranger/vivre-a-l-etranger-vos-droits-et/elections-legislatives-partielles/article/elections-legislatives-partielles-107272
  47. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-politique/legislatives-frederic-lefebvre-elu-depute-des-francais-d-amerique-du-nord-09-06-2013-2880199.php
  48. « Frédéric Lefebvre, l'opposition médiatique », sur France-Amérique,‎
  49. Frédéric Lefebvre prône une «une règle de platine» en matière de fiscalité
  50. L’Élysée salue «l’esprit républicain» de Frédéric Lefebvre
  51. lefigaro.fr, « RSI: le député Frédéric Lefebvre lance une pétition sur le Net », sur Le Figaro (consulté le 3 mars 2016)
  52. « Les Républicains: Sarkozy bloque l’investiture de Frédéric Lefebvre pour les législatives »,‎ (consulté le 10 juillet 2016)
  53. « Frederic Lefebvre obtient son investiture », sur loutardeliberee.com,‎ (consulté le 24 mars 2017)
  54. http://lelab.europe1.fr/la-tentative-desesperee-de-frederic-lefebvre-pour-se-presenter-a-la-primaire-2842576
  55. « Primaire à droite : ce que vont faire les recalés » (consulté le 10 septembre 2016)
  56. http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/09/14/primaire-de-la-droite-la-candidature-de-frederic-lefebvre-jugee-irrecevable_4997589_4854003.html
  57. « Primaire de la droite : Frédéric Lefebvre annonce son ralliement à Alain Juppé », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  58. « https://resultats.primaire2016.org/#/total », sur primaire2016.org,‎
  59. « Frédéric Lefebvre présent à l’investiture de Donald Trump »
  60. Laurent de Boissieu, « Frédéric Lefebvre, Emmanuel Macron, Henri de Castries et François Fillon », sur ipolitique.fr,‎ (consulté le 9 février 2017).
  61. « FIGURE DE STYLE - Lefebvre copie-colle », bigbrowser.blog.lemonde.fr, 24 mars 2011.
  62. « Lefebvre plagie pour boucler son bouquin », Matthieu Deprieck, L'express.fr, 24 mars 2011
  63. « Des références du livre de Frédéric Lefebvre empruntées et non sourcées » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]