David Lisnard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

David Lisnard
Illustration.
David Lisnard en 2020.
Fonctions
Président de l'Association
des maires de France
En fonction depuis le
(17 jours)
Élection
Prédécesseur François Baroin
Maire de Cannes
En fonction depuis le
(7 ans, 7 mois et 29 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Bernard Brochand
Président de la Communauté d'agglomération Cannes Pays de Lérins
En fonction depuis le
(4 ans, 4 mois et 14 jours)
Prédécesseur Bernard Brochand
Conseiller général puis départemental
des Alpes-Maritimes
En fonction depuis le
(13 ans, 8 mois et 18 jours)
Élection 16 mars 2008
Réélection 22 mars 2015
20 juin 2021
Circonscription Canton de Cannes-Est (2008-2015)
Canton de Cannes-2 (Depuis 2015)
Biographie
Date de naissance (52 ans)[1]
Lieu de naissance Limoges (Haute-Vienne)
Nationalité Française
Parti politique RPR (1996-2002)
UMP (2002-2015)
LR (depuis 2015)
SL (depuis 2017)
Nouvelle Énergie (depuis 2013)
Diplômé de IEP de Bordeaux

David Lisnard, né le à Limoges, est un homme politique français. Membre des Républicains, il est notamment maire de Cannes depuis 2014, vice-président du conseil départemental des Alpes-Maritimes depuis 2015, président de la communauté d'agglomération Cannes Pays de Lérins depuis 2017 et président de l'association des maires de France depuis 2021.

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Origines et famille[modifier | modifier le code]

Issu d’une vieille famille de pêcheurs installés à Cannes depuis le XVe siècle[2], David Lisnard naît le 2 février 1969 à Limoges, où ses parents ont vécu plusieurs années. Son arrière-grand-père Léon Lisnard[2], un entrepreneur du BTP, construisit le marché Forville situé au cœur du quartier historique de Cannes, et ses grands parents Raymond Lisnard et son épouse[2], ont tenu l’hôtel cannois Le Soleil d’Azur[2].

Son père, Denis Lisnard, commence sa carrière de footballeur professionnel[2] à l’AS Cannes, puis la poursuit en D2 au Limoges FC de 1968 à 1970 et au FC Bourges de 1970 à 1974[3], puis sera entraîneur de l'équipe du Vigenal de Limoges[4]. Sa mère, une ancienne danseuse de ballet[5] à Bordeaux, à Lille et à Besançon, dirige des cours de danse au centre culturel Jean Gagnant de Limoges[6]. Ses parents, ayant fait tous deux une carrière sportive dès l'adolescence[7], se reconvertissent ensuite dans le commerce et possèdent plusieurs enseignes à Limoges et à Cannes.

Études, formation et mariage[modifier | modifier le code]

David Lisnard commence sa scolarité à Limoges[4] puis la poursuit au lycée Carnot de Cannes et passe son baccalauréat au lycée Bristol[2].

David Lisnard est diplômé de l'Institut d'études politiques de Bordeaux (promotion 1992)[8],[5].

Marié, il est père de trois enfants[9],[7].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Avant d'entrer en politique, il exerce plusieurs métiers : déménageur, boucher au Géant Casino ou encore commerçant[7].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Débuts de carrière[modifier | modifier le code]

Il milite pour Jacques Chirac aux élections présidentielles de 1988 et 1995[7].

De 1996 à 1999, David Lisnard est directeur de cabinet et attaché parlementaire de Jacques Pélissard, député-maire de Lons-le-Saunier[7], vice-président de l’Association des maires de France.

En juin 2008, il intègre les instances nationales de l'UMP en tant que conseiller exécutif. Par ailleurs, il est membre du comité départemental de l’UMP des Alpes-Maritimes. Début 2015, face à la montée du Front national, il réclame un programme à son parti[10].

Reconnu pour ses qualités de gestionnaire rigoureux[non neutre][réf. nécessaire] et ses résultats obtenus à la SEMEC[11],[12] comme au SICASIL, où il obtient une baisse de 25 % du prix de l'eau pour les usagers[13], il devient, en juin 2008, président de Service Public 2000, le principal cabinet de conseil aux collectivités locales[14]. Sous son premier mandat de maire de Cannes, la ville enregistre une baisse historique de la dette[15].

Conseiller général puis départemental[modifier | modifier le code]

Le , David Lisnard est élu conseiller général des Alpes Maritimes (canton de Cannes-Est)[7].

Le , sur proposition du président Éric Ciotti, David Lisnard est élu vice-président du conseil général, délégué au tourisme. En 2015, l'appellation change en conseil départemental.

Pour les élections départementales de 2015, David Lisnard se représente à Cannes, où il avait remporté 52,58 % des suffrages lors des précédentes cantonales de 2008[16]. Cette fois, c'est au côté de Chantal Azémar-Morandini dans un nouveau canton de Cannes-2. Leur liste est élue dès le premier tour avec 54,52 % des suffrages exprimés[17].

Député suppléant de Bernard Brochand[modifier | modifier le code]

Il est député suppléant de Bernard Brochand, pour la XIVe législature (2012-2017), dans la 8e circonscription des Alpes-Maritimes.

Organisant la primaire présidentielle des Républicains de 2016 dans les Alpes-Maritimes, il ne soutient aucun candidat[18]. Après la victoire de François Fillon, il devient l'un de ses porte-parole[19]. Pendant la campagne présidentielle, il défend en particulier l’idée de « coupes franches dans la fonction publique » et l’augmentation de la durée du travail pour les fonctionnaires sans compensation salariale équivalente[20].

En février 2018, il intègre l'organigramme de Libres !, le mouvement de Valérie Pécresse, en tant que conseiller politique[21].

Président du comité régional du tourisme[modifier | modifier le code]

Lors de l'assemblée générale du 29 juin 2015, sur la proposition du président du conseil départemental Éric Ciotti, David Lisnard, est élu président du comité régional du tourisme Côte d'Azur avec comme slogan : « Il faut en finir avec le Côte d'Azur bashing » en :

  • affirmant sa volonté d'« écrire une nouvelle page du tourisme azuréen en faisant du CRT une véritable agence de développement de la marque Côte d'Azur »[22],[23] ;
  • réorganisant la stratégie numérique, notamment sur les réseaux sociaux, montrant que la ville est très attractive au plan international[24].

Conseiller municipal de Cannes[modifier | modifier le code]

En 2001, David Lisnard est élu conseiller municipal de la ville de Cannes[7]. Il officie alors comme 2e adjoint de Bernard Brochand, en ayant les délégations du développement économique, du tourisme, de l’événementiel, de l’emploi, des cultes et des problèmes de proximité.

La même année, il est nommé président de la SEMEC (gestion du palais des Festivals et des Congrès de Cannes). Sous sa présidence, le palais devient le premier établissement de ce type en France en matière de chiffre d'affaires (Paris exclu)[7]. Il préside également le syndicat intercommunal traitant de l'eau potable du bassin cannois (SICASIL).

En 2008, David Lisnard est réélu conseiller municipal et devient premier adjoint, en charge des mêmes délégations que sous le mandat précédent.

Maire de Cannes[modifier | modifier le code]

Le , il annonce sa candidature à la mairie de Cannes pour les élections municipales de 2014. Il est notamment soutenu par l'ancien président Nicolas Sarkozy[14]. Le maire sortant, Bernard Brochand, est présent sur sa liste[25].

Lors de cette campagne électorale, David Lisnard émet diverses propositions au niveau national, dont un contrôle de TRACFIN ou celui d'une autre instance agréée par la Haute Autorité, afin de « contribuer à rendre la confiance »[26]. La liste qu'il mène l'emporte au second tour avec 58,97 % des voix[27]. Il est élu maire par le conseil municipal le [28].

Le , à l’occasion de sa rentrée politique sur la butte Saint-Cassien, David Lisnard formule des propositions de réformes pour la France, dont la fusion du Sénat et du Conseil économique et social[29].

Fin juillet 2016, après l'attentat de Nice et comme d'autres maires avant lui[30],[31], il prend un arrêté interdisant le port « d'une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d'actes terroristes », ce qui suscite une polémique[32]. Fin août 2016, le Conseil d'État statue sur l'illégalité d'une telle pratique lors du jugement en référé de l'arrêté similaire du maire de Villeneuve-Loubet[33]. En mai 2018, la ville de Cannes est condamnée à rembourser l'amende d'une vacancière verbalisée en vertu de cet arrêté[34]. Quatre ans plus tard, après l'assassinat de Samuel Paty le 16 octobre 2020, il publie une tribune dans laquelle il dit être « essentiel de lutter aussi contre l'islamisme à bas bruit »[35].

Sous son premier mandat, la ville de Cannes entreprend plusieurs démarches en faveur de la protection de la Méditerranée. C'est ainsi qu'en mars 2016, elle lance la campagne de sensibilisation « Ici commence la mer »[36], reprise ensuite par plusieurs autres villes comme Collioure[37], Grenoble[38], Dijon[39] ou Dinan[40]. En 2019, la ville de Cannes impose une charte environnementale aux navires de croisières[41] et lance, l'année suivante, un plan « Zéro plastique », proscrivant l'utilisation de vaisselle en plastique à usage unique de tous les exploitants du domaine public[42].

Le 15 mars 2020, il est réélu maire de Cannes, dès le premier tour, avec 88,08 % des voix[43],[7].

En mars 2020, pendant le premier confinement décidé par le Gouvernement dans le cadre de la pandémie mondiale de Covid-19, il décide d'ouvrir un second centre d’accueil pour les personnes sans domicile fixe au Palais des festivals[44]. La ville de Cannes procède ensuite à une distribution massive de masques alternatifs cannois à sa population[45]. Le 14 avril 2020, il réclame à l’État un plan Marshall du tourisme[46].

Le 14 novembre 2020, il dénonce la « folie bureaucratique française » dans une tribune parue sur le site du Figaro[47].

Lutte contre l'incivilité[modifier | modifier le code]

Lors de sa campagne électorale de 2013, David Lisnard met en avant la lutte contre l'incivilité dans sa ville, parlant de « véritable enjeu de société », voulant faire de sa ville un laboratoire. En 2015, il annonce de nouveaux arrêtés municipaux[48]. Cette initiative est mise en exergue dans de nombreux médias nationaux[49] et France 3 Côte d'Azur[50]. Il développe tout un arsenal de moyens, dont :

  • encore plus de caméras dans un réseau le plus dense de France : 468 caméras, soit environ une pour 156 habitants[51].
  • une réorganisation entière de la police municipale pour quadriller le terrain[52].
  • un déploiement de la police équestre en centre ville[53].

En 2016, un an après son lancement, la campagne de la ville « Stop aux incivilités ! » refait parler d'elle. Le plan de lutte contre l'incivisme sera présenté au congrès des maires de France, du 31 mai au 2 juin, à Paris[54].

Défense du développement de l’activité spatiale à Cannes[modifier | modifier le code]

Inauguration du bâtiment Séléné, avec de gauche à droite : Henry Leroy, maire de Mandelieu ; Bernard Brochand, président Communauté d'agglomération des Pays de Lérins ; Adolphe Colrat, préfet des Alpes-Maritimes ; Jean-Loïc Galle, PDG Thales Alenia Space ; David Lisnard, maire de Cannes ; Éric Ciotti, président du conseil départemental des Alpes-Maritimes ; Alain Gournac, sénateur des Yvelines, membre du Groupe sur l'Espace (GPE).

David Lisnard, dans la continuité des actions de ses prédécesseurs, défend le développement de l'industrie spatiale à Cannes. Dans cette optique, il accueille, le 13 février 2015, Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense, et l’accompagne pour visiter l’entreprise locale de Thales Alenia Space, en présence de Jean-Loïc Galle, président de Thales Alenia Space, et Patrice Caine, directeur général de Thales. Thales Alenia Space, premier employeur privé des Alpes-Maritimes, qui a son siège social à Cannes, développe son implantation grâce à un partenariat majeur avec la mairie de Cannes. Ce partenariat comprend notamment un bail emphytéotique pour l’extension de son implantation, permettant ainsi le développement d’une nouvelle filière d’activité optique sur la commune[55].

Le 2 octobre 2015, il inaugure le nouveau bâtiment « Séléné », construit dans la continuité du projet « Odyssée » et du bail emphytéotique de la ville de Cannes[56],[57].

Le 20 juillet 2017, lors de son élection à la présidence de l'agglomération de Lérins, il promet de « renforcer le pôle spatial autour de Thales Alenia Space et du projet Odyssée[58], avec le développement d'un pôle d'industrie et d'économie créative, un territoire de créations, de mutualisations, de pépinières d'entreprises »[59].

Le 24 janvier 2018, David Lisnard est élu vice-président du GPE, le Groupe Pour l’Espace des élus français[60],[61].

De gauche à droite : Hervé Derrey, PDG Thales Alenia Space ; Franck Riester ; Éric Imbert, vice-président de Thales Alenia Space en charge de l’international ; Anne Frackowiak-Jacobs, sous-préfète de Grasse ; David Lisnard, maire de Cannes.

En janvier 2021, Franck Riester, ministre chargé du Commerce extérieur visite le Centre, accompagné de David Lisnard[62].

Soutien aux chrétiens d'Orient[modifier | modifier le code]

Accueillant Alain Juppé dans le cadre de sa venue au MIPIM de Cannes en mars 2015, David Lisnard lui fait visiter le monastère de l'île Saint-Honorat, où ils rencontrent le père-abbé Vladimir Gaudrat pour exprimer leur soutien commun aux minorités et chrétiens d'Orient menacés par le groupe État islamique (EI)[63].

Président de l’Association des maires de France[modifier | modifier le code]

Le 9 juin 2021, sur la chaîne CNews, David Lisnard annonce qu’il lance le mouvement national « Une Nouvelle Énergie », qui souhaite peser dans la nomination du candidat LR à l'élection présidentielle de 2022.

Selon Le Canard enchainé, il renonce à sa candidature à la primaire LR de 2021 en échange du soutien du parti à sa candidature à la présidence de l’Association des maires de France (AMF)[64]. Le 25 août 2021, François Baroin quitte la présidence de l'AMF et lui apporte son soutien pour lui succéder[65]. Le , malgré l’hostilité du président Emmanuel Macron à sa candidature, David Lisnard est élu à la tête de l’AMF avec 62,3 % des suffrages exprimés, face à Philippe Laurent, maire UDI de Sceaux et secrétaire général sortant de l’institution[66].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Avec Jean-Michel Arnaud, Refaire communauté. Pour en finir avec l'incivisme, éditions Hermann, 2018.
  • Avec Christophe Tardieu, La culture nous sauvera, éditions de L'Observatoire, 2021, 192 p. (ISBN 979-10-329-1404-5).

Décoration[modifier | modifier le code]

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans Les 155 jours de Marine Le Pen, de Blaise de Monluc, paru en 2021 aux éditions de l’Archipel, Marine Le Pen devient Premier ministre en remportant les élections législatives de 2022, après la réélection d'Emmanuel Macron pour un second mandat. David Lisnard devient alors ministre des Collectivités locales[68].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir site web David Lisnard
  2. a b c d e et f Jérôme Cordelier, « Les vérités de David Lisnard », sur lepoint.fr, .
  3. « Fiche de Denis Lisnard », sur footballdatabase.eu
  4. a et b Jean-François Julien, « David Lisnard, de Limoges à la Croisette », sur lepopulaire.fr, (consulté le )
  5. a et b Carl Meeus, « David Lisnard, "l’incontournable" », Le Figaro Magazine,‎ , p. 38-40 (lire en ligne).
  6. Voir centres culturels de Limoges
  7. a b c d e f g h et i Anne Fulda, « David Lisnard, la montée des marches », Le Figaro, cahier « Le Figaro et vous »,‎ , p. 38 (lire en ligne).
  8. « Le Réseau de Sciences Po Bordeaux », sur reseau.sciencespobordeaux.fr (consulté le )
  9. Bruno Jeudy, « David Lisnard, le maire du festival », Paris Match, semaine du 17 au 23 mai 2018, p. 44-45.
  10. Renaud Pila, « Quand un maire UMP dénonce "une spirale du buzz extrêmement destructrice" », dans MyTF1 News, 12 février 2015, Quand un maire UMP dénonce "une spirale du buzz extrêmement destructrice"
  11. Année record du Palais des Festivals en 2008, nicematin.com
  12. Résultat record du Palais des Festivals en 2011, tourmag.com
  13. Prix de l'eau : à Cannes, le SICASIL annonce une baisse jusqu'à 25 % !, webtimemedias.com
  14. a et b « Nicolas Sarkozy choisi son candidat à Cannes », sur Le Monde
  15. « Comment la ville de Cannes a réussi à baisser sa dette de 55,5 millions d’euros en cinq ans », sur Nice-Matin, (consulté le )
  16. Jérôme Cordelier, « Départementales 2015 - David Lisnard : "Le politique doit retrouver le sens des temps longs" », dans Le Point, 10 mars 2015, Départementales 2015 - David Lisnard : "Le politique doit retrouver le sens des temps longs"
  17. M. G.-B., « Un record pour le duo Lisnard Azemar », dans Nice-Matin, 23 mars 2015.
  18. « Sarkozy, Juppé, Fillon, Le Maire, Coppé: pour qui voteront vos élus azuréens ? », nicematin.com, 23 août 2016.
  19. « François Fillon présente son équipe de campagne », parismatch.com, 15 décembre 2016.
  20. Raphaël Goument, « David Lisnard : «Notre projet passe par des efforts, mais des efforts partagés» », sur Libération.fr,
  21. Emmanuel Galiero, « Pécresse irrite un peu plus les wauquiézistes », Le Figaro, samedi 17 février 2018, page 5.
  22. « David Lisnard, nouveau Président du CRT Côte d'Azur », dans Gralon, 2 juillet 2015, David Lisnard, nouveau Président du CRT Côte d'Azur
  23. David Lisnard élu président du CRT Côte d'Azur, dans TourMag, 30 juin 2015, David Lisnard élu président du CRT Côte d'Azur
  24. Eric Galliano, « David Lisnard, nouveau président du comité régional du tourisme », dans Nice-Matin, 30 juin 2014, David Lisnard "Il faut en finir avec le Côte d'Azur bashing".
  25. « David Lisnard à Nice-Matin: "Oui, je suis candidat à la mairie de Cannes" », sur Nice-Matin, .
  26. Saïd Mahrane, « Des idées pour plus de transparence », dans Le Point, 12 décembre 2013, en ligne sur le blog de David Lisnard
  27. Résultats des élections 2014 à Cannes
  28. « David Lisnard officiellement élu maire de Cannes », sur Nice Matin,
  29. « Les propositions du maire de Cannes », dans Le Figaro, 19 septembre 2014, en ligne sur le site du Figaro
  30. « Interdiction du port du burkini: un précédent en France », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. « Non, Cannes n'était pas la première commune azurénne à bannir le burkini de ses plages », Nice-Matin,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. « Le maire de Cannes interdit le port du burkini sur les plages », nicematin.com, 11 août 2016.
  33. Conseil d'État, Juge des référés, formation collégiale, 26/08/2016, 402742, Publié au recueil Lebon, (lire en ligne)
  34. Le Point magazine, « Arrêt anti-burkini : la ville de Cannes condamnée à rembourser une amende », sur Le Point, (consulté le )
  35. « David Lisnard: «Il est crucial de lutter aussi contre l’islamisme “à bas bruit”» », sur LEFIGARO (consulté le )
  36. « LANCEMENT DE LA CAMPAGNE "ICI COMMENCE LA MER" », sur cpieazur.fr (consulté le )
  37. « Collioure distille des messages percutants dans les rues pour réduire la pollution », sur LEFIGARO (consulté le )
  38. La métro, « « Ici commence la mer » : sensibiliser les métropolitains à la pollution des eaux », sur www.grenoblealpesmetropole.fr (consulté le )
  39. « Ville de Dijon », sur ville-dijon.info (consulté le )
  40. « Ici commence la mer - Actualités », sur www.dinan.fr (consulté le )
  41. « Cannes impose une charte environnementale aux navires de croisières », sur Les Echos, (consulté le )
  42. « Cannes s’engage un peu plus dans le zéro plastique », sur Monaco Tribune, (consulté le )
  43. « Elections municipales et communautaires 2020 », sur elections.interieur.gouv.fr (consulté le )
  44. « À Cannes, le Palais des festivals a été transformé en centre d'accueil pour SDF », sur Le HuffPost, (consulté le )
  45. « La ville de Cannes commence la distribution massive de masques à sa population », sur LEFIGARO (consulté le )
  46. « A Cannes, David Lisnard veut proposer "Un plan Marshall pour le tourisme" », sur Nice-Matin, (consulté le )
  47. « David Lisnard: «La crise du Covid révèle la folie bureaucratique française» », sur LEFIGARO (consulté le )
  48. Delphine Parra, « Campagne anti-incivilités : chasse, presse et réactions », dans Nice-Matin, 10 juin 2015.
  49. Laurence Giudicelli, « David Lisnard : "J'assume une répression des incivilités" », dans Le Point, 2 juin 2015, David Lisnard : "J'assume une répression des incivilités"
  50. Henri Migout, « La Voix est Libre avec David Lisnard », sur France 3 Côte d'Azur, 12 septembre 2015, A revoir sur France 3 Côte d'Azur
  51. Laurence Giudicelli, « Encore plus de caméras », dans Le Point, 2 juin 2015, David Lisnard : Encore plus de caméras
  52. Laurence Giudicelli, « Manuel de bonne conduite à la cannoise », dans Le Point, 2 juin 2015, Manuel de bonne conduite à la cannoise
  53. Audrey Emery, « Cannes : Moins de délinquance, plus de répression », dans Le Point, 2 juin 2015, Cannes : Moins de délinquance, plus de répression
  54. Raphaël Perrot, « Plan anticivisme : Cannes fait école », dans Le Point, 25 mai 2016, Plan anticivisme : Cannes fait école
  55. Frédéric Jaubert, « Thales Alenia Space a accueilli Jean-Yves le Drian », dans Channel Riviera, 19 février 2015, Thales Alenia Space a accueilli Jean-Yves le Drian
  56. « Thales Alenia Space inaugure son nouveau bâtiment d’intégration optique », Communiqué de presse Thales Alenia Space, 2 octobre 2015, en ligne sur le site de Thales
  57. Jean-Pierre Largillet, « Thales Alenia Space inaugure son bâtiment d’intégration optique », dans WebTimeMedias, 8 octobre 2015, en ligne sur le site WTM
  58. Isabelle Auzias, Tribune Côte d'Azur, 21 juillet 2017, Thalès Alenia Space, première entreprise des Alpes-Maritimes en effectifs et en chiffre d'affaires mobilise la municipalité cannoise, à travers le projet Odyssée. Et bien au delà.
  59. Isabelle Auzias, Tribune Côte d'Azur, 20 juillet 2017, David Lisnard élu président de l'agglo de Lérins.
  60. Jean-Pierre Largillet, WebTimeMedias, 25 janvier 2018, « Cannes confirme son positionnement dans le paysage industriel spatial »
  61. Nice-Matin, 25 janvier 2018, « Le maire de Cannes, David Lisnard, a été élu mercredi 24 janvier, vice-président du GPE, Groupe Pour l'Espace des élus français. »
  62. Voir communiqué de presse dans CASPWiki
  63. « Depuis Saint-Honorat, Juppé et Lisnard défendent les Chrétiens d'Orient », sur Nice-Matin,
  64. « Le festival du maire de Cannes », Le Canard enchainé,‎ , p. 2
  65. « François Baroin quitte l'AMF et soutient la candidature de David Lisnard », sur LEFIGARO (consulté le )
  66. Romain Herreros, « David Lisnard président de l'AMF, un camouflet pour Emmanuel Macron », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  67. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres - été 2020 ».
  68. Blaise de Monluc, Les 155 jours de Marine Le Pen, Éditions de l'Archipel, (ISBN 978-2809841763), p. 228

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]