Patrice Martin-Lalande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (décembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Patrice Martin-Lalande
Image illustrative de l'article Patrice Martin-Lalande
Fonctions
Député de la 2e circonscription de Loir-et-Cher
En fonction depuis le
(23 ans 3 mois et 8 jours)
Élection
Réélection
Prédécesseur Jeanny Lorgeoux (PS)
Conseiller général du Loir-et-Cher
élu dans le canton de Lamotte-Beuvron

(36 ans et 14 jours)
Élection
Prédécesseur Étienne Schricke
Maire de Lamotte-Beuvron

(18 ans 6 mois et 17 jours)
Successeur Robert Sèvres (LR)
Conseiller régional du Centre

(12 ans et 1 mois)
Élection
Biographie
Date de naissance (68 ans)
Lieu de naissance Grenoble (Isère)
Nationalité Française
Parti politique Les Républicains

Patrice Martin-Lalande, né le à Grenoble (Isère), est un homme politique français, député de Loir-et-Cher.

Biographie[modifier | modifier le code]

Patrice Martin-Lalande passe sa jeunesse à Lamotte-Beuvron. Il continue sa scolarité aux lycées Pothier et Sainte-Croix d'Orléans, puis en Faculté de droit. Il part ensuite suivre à Paris des cours de l'Université Paris II et de l'Institut d'études politiques de Paris, qu'il quitte avant d'obtenir son diplôme [1].

Il s'engage dans la vie politique dès 1969 en adhérant à l’Union des jeunes pour le progrès (UJP), le mouvement des jeunes gaullistes dont il est le responsable de la section de Lamotte-Beuvron, puis du département de Loir-et-Cher et de la région Centre [2]. Entre 1969 et 1970, il est membre du bureau national (chargé des relations avec la presse) de l’Alliance des mouvements réformistes universitaires (AMRU), un syndicat étudiant qui soutient la réforme universitaire lancée après 1968 par le ministre de l'Éducation nationale Edgar Faure. À Sciences Po Paris en 1970, il milite au sein de l’Union des Étudiants Gaullistes [1].

Il est membre actif du « Club Nouvelles Frontières » présidé par l’ancien ministre Jean Charbonnel entre 1971 et 1972.

Patrice Martin-Lalande entame en 1972 une carrière au sein des cabinets ministériels. Il participe successivement aux cabinets de Raymond Marcellin à l'Intérieur, Joseph Fontanet à l'Éducation nationale, Robert Galley à la Coopération et à la Défense, Jean-Pierre Soisson aux Universités, Antoine Rufenacht à l'Industrie et Jean-Philippe Lecat à la Culture [1].

Lors de l'alternance de 1981, il devient, jusqu'en 1983, directeur de cabinet de Jean Delaneau, président du conseil régional du Centre. De 1984 à 1986, il est chargé de mission au cabinet de Michel Giraud, président du conseil régional d'Île-de-France[1]. Il se retrouve ensuite, auprès d'Alain Carignon à l'Environnement, un cabinet ministériel.

Il soutient Nathalie Kosciusko-Morizet pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016.

Mandats[modifier | modifier le code]

Mandats législatifs[modifier | modifier le code]

Député de Loir-et-Cher depuis 1993 (réélu en 1997, 2002, 2007 et 2012), il a été membre de la Commission de la défense (1993-1997), secrétaire de la Commission des affaires culturelles (1997-2002), membre de la Commission des finances et rapporteur spécial du budget des « Médias » (2002-2012). Depuis 2012, il est membre de la Commission des affaires étrangères, dans le cadre de laquelle il préside notamment une Mission d’information sur la Chine.

Membre du Groupe UMP, il a siégé au Bureau de ce groupe de 2002 à 2012. Il a été nommé en novembre 1996, par le Premier ministre Alain Juppé et le ministre des Télécommunications François Fillon, « parlementaire en mission » ; il leur remet en avril 1997 le rapport L’internet, un vrai défi pour la France qui présentait 134 propositions pour développer l’internet en France. Créateur en 1997 du Groupe d’études sur l’internet de l’Assemblée nationale, groupe d’études qu’il copréside depuis sa création, sous l’actuelle 14e législature, il est le vice-président des groupes d’études sur la chasse et les énergies et le vice-président des groupes d’amitié avec la Corée du Sud, la Guinée-Bissau, la Jamaïque, le Mexique, le Qatar et Singapour.

De 2007 à 2012, il est le président exécutif du Groupe français (50 députés et 50 sénateurs) de l’Union interparlementaire (UIP, organisation mondiale des parlements) et a présidé l’une des 3 commissions de l’UIP. Depuis 2012, il est vice-président du Groupe français de l’UIP et membre du bureau de la Commission UIP des affaires des Nations Unies.

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Maire-adjoint d’Olivet de 1977 à 1979, il a été conseiller général du canton de Lamotte-Beuvron pendant 35 ans à l’issue du mandat en cours (élu en mars 1979, mars 1982, octobre 1988, mars 1994, mars 2001 et mars 2008).

Il est vice-président du Conseil général depuis mars 1994 et 1er vice-président depuis 2012, chargé depuis 2004 des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Maire de Lamotte-Beuvron pendant plus de 18 ans (élu en septembre 1982, mars 1983, mars 1989 et juin 1995), jusqu’en mars 2001, il a été conseiller régional du Centre et président de la commission « éducation et formation » pendant sept ans (1986-1993), jusqu’à son élection comme député.

Il a aussi été président du Syndicat de la Sologne de 1986 à 2009 et préside le Pays de Grande Sologne depuis sa création en 1997.

Fonctions à l'Assemblée nationale [3][modifier | modifier le code]

Sous l'actuelle 14e législature, Patrice Martin-Lalande est membre de la Commission des affaires étrangères. Entre autres responsabilités, il est président d'une mission d'information sur la Chine mise en place dans le cadre de la Commission des affaires étrangères, coprésident du Groupe d'études sur l'internet, vice-président du Groupe français de l'Union interparlementaire (UIP) et membre du bureau de la Commission UIP des affaires des Nations Unies. Son équipe est composé de sa femme, Farida Martin-Lalande et de son fils Nicolas Martin-Lalande[4].

Dans le Loir-et-Cher, Patrice Martin-Lalande est premier vice-président du Conseil général, chargé des technologies de l'information et de la communication. Sous la précédente 13e législature, il est membre de la Commission des finances. Entre autres responsabilités, il était rapporteur spécial de la Commission des finances pour le budget des médias, coprésident du Groupe d'études sur l'internet et président exécutif du Groupe français de l'Union interparlementaire (UIP).

Publications[modifier | modifier le code]

  • L’internet: un vrai défi pour la France, rapport au Premier Ministre, rapport comme « parlementaire en mission », 1997
  • Le Loir-et-Cher, Hachette, coll. « Gens et Pays de France », 1983.
Publications de l’Assemblée nationale
  • De nombreux rapports législatifs, et notamment 11 rapports sur le budget des « médias » de 2002 à 2012 ;
  • De nombreux rapports d’information, notamment sur « la redevance audiovisuelle » (2003) et « le bilan de la réforme de la redevance audiovisuelle » (2008), « les conventions collectives des personnels de l’audiovisuel public » (2004), « les comptes et la gestion des opérateurs de l’audiovisuel extérieur » (2008), « la société de l’information dans le budget de l’État » (2007).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]