Georges Ginesta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Georges Ginesta
Image illustrative de l'article Georges Ginesta
Fonctions
Député de la 5e circonscription du Var

(15 ans et 1 jour)
Réélection 10 juin 2007
17 juin 2012
Prédécesseur François Léotard
Successeur Philippe Michel-Kleisbauer
Maire de Saint-Raphaël
En fonction depuis le
(22 ans, 1 mois et 7 jours)
Réélection 11 mars 2001
09 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Charles Omede
Biographie
Nom de naissance Jordi Ginesta
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Saint-Raphaël
Nationalité Française
Parti politique UMP
Les Républicains
Profession Ingénieur

Jordi Ginesta dit Georges Ginesta, né le à Saint-Raphaël (Var), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jordi (« Georges ») Ginesta est ingénieur ESTP 1968.

Il est élu député le , pour la XIIe législature (2002-2007), dans la cinquième circonscription du Var. Il fait partie du groupe UMP. Il est également maire de Saint-Raphaël et président de la Communauté d'agglomération Var Estérel Méditerranée.

Georges Ginesta a cosigné en 2004 une proposition de loi tendant à rétablir la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme[1] mais a voté en 2007 le projet de loi constitutionnelle relatif à l'interdiction de la peine de mort[2].

Il est réélu comme député le dès le premier tour avec 57,17 % des voix.

Le , il devient le nouveau président de la Fédération UMP du Var pour 3 ans après avoir été élu par le comité départemental de son parti lors d'une élection où il fut le seul candidat. Il succède ainsi à Hubert Falco.

Il soutient la candidature de François Fillon pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012.

Dans Les Frères invisibles[3], Ghislaine Ottenheimer et Renaud Lecadre indiquent que Georges Ginesta n’a jamais fait mystère de son engagement dans la franc-maçonnerie française.

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[4].

Polémique[modifier | modifier le code]

En juillet 2015, le Canard enchaîné révèle que la maison personnelle de Georges Ginesta, située dans le quartier de Boulouris, a été déclarée par ses soins comme permanence électorale. Le journal satirique révèle qu'il s'agit d'une villa de 240 m² avec piscine à débordement, chambre de maître, terrasse privative et jardin de 2 300 m². Et que ce bien aurait été acquis grâce à l'Indemnité représentative de frais de mandat.[5]

Mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]