Michel Vialay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Michel Vialay
Illustration.
Michel Vialay en septembre 2010.
Fonctions
Député français

(5 ans)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 8e des Yvelines
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Françoise Descamps-Crosnier
Successeur Benjamin Lucas
Maire de Mantes-la-Jolie

(12 ans, 11 mois et 15 jours)
Élection 9 mars 2008
Réélection 30 mars 2014
Prédécesseur Pierre Bédier
Successeur Raphaël Cognet
Conseiller général des Yvelines

(3 ans, 10 mois et 20 jours)
Circonscription Canton de Mantes-la-Jolie
Prédécesseur Pierre Bédier
Successeur Pierre Bédier
Biographie
Date de naissance (62 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité française
Parti politique RPR
UMP
LR

Michel Vialay, né le à Paris (Seine), est un homme politique français. Il est député de la 8e circonscription des Yvelines de à . Il est maire de Mantes-la-Jolie de 2005 à 2017 et conseiller général pour le canton de Mantes-la-Jolie de 2009 à 2013.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Maire de Mantes-la-Jolie[modifier | modifier le code]

Michel Vialay est adjoint au maire de Mantes-la-Jolie, chargé des sports, entre 1995 et 2005. Il devient maire de Mantes-la-Jolie en 2005, à la suite de la démission de Pierre Bédier, touché par la règle du cumul des mandats.

En 2017, il décide de fermer le centre d'action culturelle (CAC) Georges-Brassens après 45 ans d'existence[1].

Élection municipale de 2008[modifier | modifier le code]

Il se présente à l'élection municipale de à la tête de la liste « Ensemble pour Mantes-la-Jolie ». Le 9 mars 2008, sa liste remporte l'élection au premier tour avec 51,78 % des suffrages.

Élection cantonale partielle 2009[modifier | modifier le code]

À la suite de la condamnation de Pierre Bédier à une peine d'inéligibilité, Michel Vialay et sa suppléante Pascale Bédier se présentent à l'élection cantonale partielle du canton de Mantes-la-Jolie, organisée les 21 et .

Au 1er tour, Michel Vialay arrive en tête avec 53,07 % des voix, mais la faible participation (29,36 %) oblige à un second tour, où il affronte Guillaume Quévarec. Le , Michel Vialay est élu conseiller général des Yvelines en remportant 59,27 % des suffrages. Le , Michel Vialay démissionne de son siège à l'assemblée départementale ouvrant ainsi la voie à une possible candidature de Pierre Bédier, de nouveau éligible à la suite d'une condamnation, à l'élection cantonale partielle qui se déroulera le et le [2].

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

Il se présente aux élections législatives de 2017 sur la huitième circonscription des Yvelines. Après avoir été devancé, au 1er tour, par la candidate de LREM, il parvient à renverser la tendance. Il est élu député à l'issue du second tour et devient alors le seul député Les Républicains sur le département — les autres circonscriptions ayant toutes été remportées par des candidats issus de la majorité présidentielle LREM/MoDem. D'après le magazine Marianne, ce renversement de tendance est notamment dû à la mobilisation en sa faveur par Pierre Bédier, le président du conseil départemental, des responsables musulmans intégristes, desquels il se serait rapproché à des fins électorales[3].

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[4].

Le , il rédige, en collaboration avec onze autres parlementaires de son parti, une « proposition de loi visant à la suppression progressive des bouteilles en plastique au profit du développement de la filière de réutilisation des bouteilles en verre. »[5]. »

Élections législatives de 2022[modifier | modifier le code]

Il se représente aux élections législatives de 2022, toujours dans la huitième circonscription des Yvelines. Il est éliminé dès le premier tour. Le siège est remporté, le par Benjamin Lucas de la NUPÈS.

Yvelines F1 - La Vallée de l'Automobile[modifier | modifier le code]

En , il rejoint le Comité de soutien du projet d'implantation du circuit de Formule 1 sur le site de Flins/les Mureaux. Il crée ainsi le Comité de soutien des maires du Mantois, afin que les élus et la population puissent porter ce projet qu'ils jugent bénéfique pour le développement économique et surtout pour l'emploi local.[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cacgeorgesbrassens, « La mort du CAC Georges-Brassens », (consulté le ).
  2. « Pierre Bédier peut revenir au conseil général », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  3. « Dans les Yvelines, vote communautaire et "abandon de l'État" », sur marianne.net, .
  4. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  5. « Proposition de loi no 1209 - visant à la suppression progressive des bouteilles en plastique au profit du développement de la filière de réutilisation des bouteilles en verre », sur NosDéputés - Observatoire citoyen de l'activité parlementaire, (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]