Groupe démocrate, MoDem et indépendants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Groupe démocrate, MoDem et indépendants
Image illustrative de l’article Groupe démocrate, MoDem et indépendants
Chambre Assemblée nationale
Législature(s) XVe et XVIe (Cinquième République)
Fondation (groupe MoDem)
Ancien(s) nom(s) Groupe du Mouvement démocrate et apparentés (2017-2020)
Groupe Mouvement démocrate et démocrates apparentés (2020-2022)
Partis membres Mouvement démocrate
La République en marche
Président Jean-Paul Mattei
Secrétaire général Séverine de Compreignac
Représentation
49  /  577
Positionnement Centre à centre droit
Idéologie Social-libéralisme
Démocratie chrétienne
Fédéralisme européen
Site Web groupemodem.fr

Le groupe démocrate, MoDem et indépendants est un groupe parlementaire centriste à l’Assemblée nationale française, composé essentiellement de députés du Mouvement démocrate.

Mis en place à la suite des élections législatives de 2017 sous le nom de groupe du Mouvement démocrate et apparentés, il est officiellement créé le pour la XVe législature de la chambre basse. Il est renommé groupe Mouvement démocrate et démocrates apparentés le .

Sous XVIe législature, le groupe, renommé groupe démocrate, MoDem et indépendants, est présidé par Jean-Paul Mattei et comprend 48 députés.

Historique[modifier | modifier le code]

À la suite d’un accord conclu le entre Emmanuel Macron et François Bayrou[1], plusieurs dizaines de candidats issus du Mouvement démocrate sont présentés aux élections législatives de sous la bannière de La République en marche (LREM), le mouvement présidentiel[2]. Avec 42 députés élus recensés, un groupe parlementaire du mouvement, inclus au sein de la majorité présidentielle, pourrait être créé à l’Assemblée nationale[3]. Depuis la XIIe législature (2002-2007), où des députés de l’Union pour la démocratie française (UDF) siégeaient dans le groupe Union pour la démocratie française et apparentés (UDF), il s’agirait de la première association de parlementaires composée de membres du Mouvement démocrate, formation politique issue de la dissolution de l’UDF[4].

Marc Fesneau, secrétaire général du Mouvement démocrate, député élu dans la première circonscription de Loir-et-Cher, est élu président du groupe à l'unanimité lors d’un séminaire d’élus organisé le [5],[6]. La déclaration politique du groupe et sa composition sont enregistrés à la présidence de l’Assemblée nationale le [α]. Patrick Mignola succède à Marc Fesneau le à la suite de la nomination de ce dernier dans le gouvernement d’Édouard Philippe comme ministre chargé des Relations avec le Parlement[7].

Le , le groupe devient le groupe Mouvement démocrate et démocrates apparentés[β].

Patrick Mignola échoue à être réélu député de la quatrième circonscription de la Savoie lors des élections législatives de juin 2022. Le 22 juin 2022, Jean-Paul Mattei est élu président du groupe dès le premier tour (36 voix) face à Nicolas Turquoi (9 voix)[8].

Effectifs et dénomination[modifier | modifier le code]

Année Nom Nombre
de membres
Nombre
d’apparentés
Nombre
de députés
Évolution Pourcentage
2017 Mouvement démocrate et apparentés 43 4 47 en augmentation 47 8,15 %
2018 42 46 en diminution 1 7,97 %
2019 41 5 46 en stagnation
2020 Mouvement démocrate et démocrates apparentés 49 8 57 en augmentation 11 9,88 %
2022 Démocrate, MoDem et indépendants 48 0 48 en diminution 9 8,32 %

Organisation[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Liste des présidents de groupe successifs
Période Identité Parti Qualité
Marc Fesneau[9] MoDem Député de la 1re circonscription de Loir-et-Cher (2017-2018)
Patrick Mignola Député de la 4e circonscription de la Savoie (2017-2022)
en cours Jean-Paul Mattei Député de la 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques (depuis 2017)

Secrétaire générale[modifier | modifier le code]

  • depuis 2017 : Séverine de Compreignac

Composition[modifier | modifier le code]

XVIe législature[modifier | modifier le code]

Membres[modifier | modifier le code]

Parti Nom Circonscription
MoDem Anne-Laure Babault 2e circonscription de la Charente-Maritime
Erwan Balanant 8e circonscription du Finistère
Géraldine Bannier 2e circonscription de la Mayenne
Jean-Noël Barrot 2e circonscription des Yvelines
Philippe Berta 6e circonscription du Gard
Philippe Bolo 7e circonscription de Maine-et-Loire
Jean-Louis Bourlanges 12e circonscription des Hauts-de-Seine
Vincent Bru 6e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Mickaël Cosson 1re circonscription des Côtes-d'Armor
Laurent Croizier 1re circonscription du Doubs
Jean-Pierre Cubertafon 3e circonscription de la Dordogne
Geneviève Darrieussecq 1re circonscription des Landes
Romain Daubié 2e circonscription de l'Ain
Sarah El Haïry 5e circonscription de la Loire-Atlantique
Marina Ferrari 1re circonscription de la Savoie
Marc Fesneau 2e circonscription de Loir-et-Cher
Estelle Folest 6e circonscription du Val-d'Oise
Bruno Fuchs 6e circonscription du Haut-Rhin
Maud Gatel 11e circonscription de Paris
Perrine Goulet 1re circonscription de la Nièvre
Cyrille Isaac-Sibille 12e circonscription du Rhône
Élodie Jacquier-Laforge 9e circonscription de l'Isère
Sandrine Josso 7e circonscription de la Loire-Atlantique
Mohamed Laqhila 11e circonscription des Bouches-du-Rhône
Florence Lasserre 5e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Philippe Latombe 1re circonscription de la Vendée
Pascal Lecamp 3e circonscription de la Vienne
Delphine Lingemann 4e circonscription du Puy-de-Dôme
Aude Luquet 1re circonscription de Seine-et-Marne
Emmanuel Mandon 3e circonscription de la Loire
Éric Martineau 3e circonscription de la Sarthe
Jean-Paul Mattei (président) 2e circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Sophie Mette 9e circonscription de la Gironde
Bruno Millienne 9e circonscription des Yvelines
Louise Morel 6e circonscription du Bas-Rhin
Hubert Ott 2e circonscription du Haut-Rhin
Jimmy Pahun 2e circonscription du Morbihan
Frédéric Petit 7e circonscription des Français établis hors de France
Maud Petit 4e circonscription du Val-de-Marne
Josy Poueyto 1re circonscription des Pyrénées-Atlantiques
Richard Ramos 6e circonscription du Loiret
Sabine Thillaye 5e circonscription d'Indre-et-Loire
Nicolas Turquois 4e circonscription de la Vienne
Laurence Vichnievsky 3e circonscription du Puy-de-Dôme
Philippe Vigier 4e circonscription d'Eure-et-Loir
LREM Christophe Blanchet 4e circonscription du Calvados
Blandine Brocard 5e circonscription du Rhône
Frantz Gumbs Circonscription de Saint-Barthélemy et Saint-Martin

XVe législature[modifier | modifier le code]

Personnalités issues du groupe pendant la XVe législature[modifier | modifier le code]

Anciens députés du groupe[modifier | modifier le code]

Membres du gouvernement[modifier | modifier le code]

Deux députés du Mouvement démocrate sont nommés membres du second gouvernement d’Édouard Philippe[11] :

Ces derniers sont reconduits au sein du gouvernement Jean Castex, tandis que deux autres députées du groupe sont nommées secrétaires d’État[12] :

Élection annulée[modifier | modifier le code]

Décès[modifier | modifier le code]

Démission[modifier | modifier le code]

Fin de mandat[modifier | modifier le code]

Départ[modifier | modifier le code]

Membres du bureau de l’Assemblée nationale[modifier | modifier le code]

Parmi les 20 membres du bureau de l’Assemblée nationale élus le , deux sont membres du groupe[18] :

Présidents de commission[modifier | modifier le code]

Lors de la XVe législature, une des huit commissions de l’Assemblée nationale, la commission des Affaires étrangères, est présidée par un membre du groupe[19] :

Avec la décision de Sabine Thillaye de rejoindre le groupe le , la commission des Affaires européennes est présidée par un membre du groupe[21].

Identité visuelle[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Remplace Marielle de Sarnez, décédée le .
  2. Remplace Sarah El Haïry, nommée au gouvernement, à compter du .
  3. Remplace Geneviève Darrieussecq, nommée au gouvernement, à compter du .

Sources[modifier | modifier le code]

  1. « Déclarations politiques des groupes », Journal officiel de la République française, no 150,‎ (lire en ligne [PDF]).
  2. a et b « Modification de la dénomination d’un groupe », Journal officiel de la République française, no 233,‎ (lire en ligne [PDF]).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Urvoy, « La fâcherie de Bayrou peut lui rapporter gros », Ouest-France,‎ .
  2. « Ce que nous apprend la nouvelle liste des investitures de La République en marche », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. « L’Assemblée devrait compter sept groupes parlementaires, un record », Sud-Ouest,‎ (lire en ligne).
  4. Laure Cometti, « Législatives : personne n’en parle, mais Bayrou et le Modem ont réalisé un coup de génie », 20 minutes,‎ (lire en ligne).
  5. « Marc Fesneau élu président du groupe Modem à l’Assemblée nationale », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  6. Christophe Forcari, « Modem : Sarnez laisse le groupe à Fesneau », Libération,‎ (lire en ligne).
  7. Christophe Forcari, « Assemblée nationale : au groupe Modem, Mignola succède à son “pote” Fesneau », Libération,‎ (lire en ligne).
  8. « Jean-Paul Matteï, proche de François Bayrou, élu nouveau président des députés MoDem », sur Ouest France, (consulté le )
  9. « Marc Fesneau élu président du groupe Modem à l’Assemblée nationale », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  10. « Groupe du Mouvement démocrate et apparentés », Assemblée nationale, 2017.
  11. « Geneviève Darrieussecq nommée secrétaire d’État auprès du ministère des Armées », Les Échos,‎ (lire en ligne).
  12. « Le MoDem s'offre deux secrétaires d'État à l'Éducation, le dada de Bayrou », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  13. « L'élection du député MoDem Thierry Robert invalidée par le Conseil constitutionnel », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  14. « La députée MoDem de Vendée Patricia Gallerneau est morte », sur France Info, (consulté le ).
  15. « La députée et ancienne ministre Marielle de Sarnez est décédée », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  16. « Laxou. Retour gagnant de Laurent Garcia », sur estrepublicain.fr (consulté le ).
  17. Modifications à la composition des groupes.
  18. « Le bureau de l’Assemblée nationale », Assemblée nationale, 2017.
  19. Loris Boichot, « Assemblée : quels présidents pour les commissions ? », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  20. « Assemblée: Bourlanges succède à Sarnez à la tête de la commission des Affaires étrangères », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  21. Etienne Baldit et Sylvain Chazot, « Recrutement de Sabine Thillaye : le «trouble jeu» du Modem vis-à-vis de LREM », sur Libération.fr, (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Groupe du Mouvement démocrate et apparentés » sur le site de l’Assemblée nationale [lire en ligne (page consultée le 28 juin 2017)].
  • « Le bureau de l’Assemblée nationale » sur le site de l’Assemblée nationale [lire en ligne (page consultée le 29 juin 2017)].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]