François Vannson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Vannson
François Vannson lors du Festival international de géographie 2015.
François Vannson lors du Festival international de géographie 2015.
Fonctions
Député de la 3e circonscription
des Vosges
Élection
Réélection
Prédécesseur Christian Spiller
Successeur Christophe Naegelen
Président du conseil
départemental des Vosges
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 17 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Christian Poncelet
Conseiller départemental des Vosges
Elu dans le canton de Remiremont
En fonction depuis le
(2 ans, 9 mois et 17 jours)
Élection 29 mars 2015
Prédécesseur Christian Poncelet
Conseiller général des Vosges
Elu dans le Canton du Thillot

(5 ans, 11 mois et 21 jours)
Prédécesseur Étienne Géhin
Successeur Dominique Peduzzi
Biographie
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Épinal (Vosges)
Parti politique LR
Profession Opticien lunetier

François Vannson

François Vannson, né le à Épinal (Vosges), est un homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né dans les Vosges d'un père chauffagiste et d'une mère directrice d'école, François Vannson a trois frères et sœur. Sa famille compte quelques hommes politiques, comme André Boileau et Christian « Coco » Spiller. Il obtient son bac F1 à Remiremont.

En 1988, il revient dans les Vosges (après des études supérieures suivies à Lille) afin d'exercer dans son domaine d'activité l'optique lunetterie jusqu'en 1993. En 1989, il accepte la responsabilité du syndicat d'initiatives du Thillot, promouvant ainsi le tourisme en vallée de la Moselle. Il instaurera également le feu d'artifice estival.

En 1993, il est élu conseiller général dans le canton du Thillot puis se présente aux législatives du 28 mars et devient ainsi député de la troisième circonscription des Vosges : il prend la succession de son oncle Christian Spiller, qui ne se représente pas.

Il épouse Marie-Odile Hummel, chef du service des urgences de l'hôpital de Remiremont, en 1996. L'année suivante, il est réélu député des Vosges.

François Vannson sera l'un des députés les plus farouchement opposés au PACS. Alors que le député Georges Sarre déclarait à l'Assemblée Nationale qu'il ne voulait pas « faire semblant de passer sous silence les couples homosexuels qui sont, au premier titre, concernés par ce projet », François Vannson l’interrompit par la phrase : « Et les animaux de compagnie ? »[1].

La campagne électorale pour les législatives de 2002 provoque des tensions au sein de la droite vosgienne. Alors que le président du Sénat et du conseil général des Vosges Christian Poncelet manœuvre pour lui soustraire l'investiture de l'UMP[2], le scrutin est sans appel : François Vannson devance le candidat investi par l'UMP, Jean-Paul Didier, dans toutes les communes de la circonscription.

Il brigue un nouveau mandat en 2007, et se fait réélire au premier tour pour un 4e mandat, le 10 juin, avec 53,7 % des voix.

François Vannson fait partie, en 2006 et 2007, de la commission d'enquête parlementaire sur l'affaire d'Outreau.

Il est réélu lors des élections législatives françaises de 2012 au second tour, avec 52,69 % des suffrages[3]

Il est membre du Collectif parlementaire de la Droite populaire, un groupe parlementaire créé en juin 2010 par Lionnel Luca et Thierry Mariani. Ils étaient 42 députés français membres de l’UMP cherchant à mettre en avant certaines thématiques, notamment sur l’identité française, la sécurité ou l’immigration. Aujourd'hui, 20 députés élus le 17 juin 2012 ont adhéré au Collectif parlementaire de la Droite populaire. François Vannson soutient la candidature de François Fillon pour la présidence de l'UMP lors du congrès d'automne 2012.

Lors des élections départementales de 2015, il est élu dans le canton de Remiremont en compagnie de Valérie Jankowski sous l'étiquette de l'UMP. À la suite de la décision de Christian Poncelet, président sortant, de ne pas se représenter, il devient président du conseil départemental des Vosges le 2 avril 2015[4].

Il annonce au début de l'année 2017 son intention de ne pas briguer un nouveau mandat de député pour pouvoir se consacrer à son rôle de président du Conseil Départemental. Soutenant tout d'abord son ancien suppléant et candidat investi par Les Républicains Patrick Lagarde, il appelle à voter Christophe Naegelen suite au retrait du premier.

Synthèse des mandats[modifier | modifier le code]

Mandats nationaux[modifier | modifier le code]

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pacs sur liberation.fr du 31 décembre 2009
  2. Le Monde, 16 mai 2002
  3. Nathalie Bontems, François Vannson garde son fauteuil , Vosges Matin, 17/06/2012 article en ligne
  4. « Dans les Vosges, François Vannson succède à Christian Poncelet, "monstre sacré" de la droite », Loractu.fr, 2 avril 2015.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bertrand Munier (préface de Robert Chambeiron), Le Grand Livre des élus vosgiens, 1796-2003, éditions Gérard Louis