Jacques Kossowski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jacques Kossowski
Image illustrative de l'article Jacques Kossowski
Fonctions
Député des Hauts-de-Seine
Élu dans la 3e circonscription
En fonction depuis le
(18 ans 7 mois et 25 jours)
Élection
Prédécesseur Jean-Yves Haby (UDF)
Maire de Courbevoie
En fonction depuis le
(20 ans 7 mois et 12 jours)
Élection
Prédécesseur Charles Deprez (UDF)
Président de l'Établissement public territorial Paris Ouest La Défense
En fonction depuis le
(26 jours)
Élection
Prédécesseur aucun (nouvelle fonction)
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Paris
Nationalité Française
Parti politique RPR UMP Les Républicains

Jacques Kossowski est un homme politique français, né le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été directeur de société avant de s'engager en politique et d'être élu Maire de Courbevoie en 1995 (et réélu trois fois depuis, en 2001, 2008 et 2014).

Il est élu député de la 3e circonscription des Hauts-de-Seine le , contre le député sortant Jean-Yves Haby investi par l'UDF et le RPR[1], réélu le 9 juin 2002 puis le dès le premier tour des élections législatives. Il fait partie du groupe UMP.

Travail législatif[modifier | modifier le code]

Le , il vote contre la loi relative à la reconnaissance du 19 mars comme Journée nationale du souvenir et du recueillement à la mémoire des victimes civiles et militaires de la guerre d'Algérie et des combats du Maroc et de Tunisie[2]. En effet, pour lui, la date officielle de l'Hommage aux morts pour la France durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie doit rester fixée au 5 décembre.

Le , il dépose une proposition de loi visant à instaurer un service garanti dans les transports en commun en cas de grève. 314 députés UMP - soit la majorité des membres de l'Assemblée nationale - avaient cosigné son texte, un record sous la Ve République. En , il est nommé rapporteur spécial pour le projet de loi sur le dialogue social et la continuité du service public dans les transports terrestres réguliers de voyageurs. La loi sera promulguée le . Celle-ci fait désormais l'objet d'un véritable consensus politique et syndical. Les usagers ont aussi pu constater une vraie amélioration de la circulation des transports les jours de grève[réf. nécessaire].

Le , il est cosignataire de la proposition de loi de Richard Dell'Agnola et Olivier Dassault tendant à rétablir la peine de mort pour les auteurs d'actes de terrorisme[3].

Autres activités politiques[modifier | modifier le code]

Le , il a été nommé conseiller exécutif du président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, ainsi que Président de la Commission nationale thématique « Rémunérations et gouvernance d’entreprise ». Il est ainsi au cœur de l'équipe qui conduit les campagnes électorales de 2007 autour de Nicolas Sarkozy.

Le , Jacques Kossowski fait partie de l'équipe nationale de l'UMP en étant nommé Secrétaire National chargé de l'emploi des seniors[4]. Depuis , il est le premier homme politique à consacrer un blogue à la question de l'avenir du système de retraite français : quinquasplus.net. Il est aussi le créateur des Assises parlementaires dédiées à l'emploi des seniors.

En 2009, il intègre deux groupes de travail réunissant des députés de la majorité : La Droite sociale animé par Laurent Wauquiez et la Droite industrielle et ouvrière créé par Bernard Carayon. Un objectif : contribuer au programme présidentiel de 2012.

D'autre part, il assure la vice-présidence de l’Établissement public d’aménagement de La Défense[5] (EPAD) et la Présidence du Centre hospitalier Courbevoie/Neuilly-sur-Seine[6], en alternance avec le maire de Neuilly.

En 2014, il est réélu maire de Courbevoie dès le premier tour avec 55,95 % des voix.

Mandats[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]