Virginie Calmels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Calmels.
Virginie Calmels
Virginie Calmels en novembre 2016.
Virginie Calmels en novembre 2016.
Fonctions
Première adjointe au maire de Bordeaux
chargée de l'économie, de
l'emploi et de la croissance durable
En fonction depuis le
(3 ans 1 mois et 6 jours)
Élection 23 mars 2014
Maire Alain Juppé
Prédécesseur Hugues Martin
Conseillère régionale d'Aquitaine-
Limousin-Poitou-Charentes

Présidente du groupe les Républicains
En fonction depuis le
(1 an 3 mois et 25 jours)
Élection 13 décembre 2015
Président Alain Rousset
Vice-présidente de Bordeaux Métropole
chargée des sites majeurs d'attractivité économique
Conseillère Communautaire de Bordeaux Métropole de 2014 à 2015
En fonction depuis le
(1 an 4 mois et 11 jours)
Président Alain Juppé
Prédécesseur Josy Reiffers
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Talence (Gironde)
Nationalité Française
Parti politique LR
Conjoint Jérôme Chartier
Enfants Deux enfants (Fitzgerald et Pénélope)
Diplômé de Toulouse Business School
INSEAD
Profession Chef d’entreprise
Religion Catholique
Résidence Bordeaux

Virginie Calmels, née le à Talence (Gironde), est une chef d'entreprise et femme politique française. Ancienne dirigeante des groupes de médias Canal+ et Endemol, elle est actuellement première adjointe au maire de Bordeaux, Alain Juppé et vice-présidente de Bordeaux Métropole. Elle est également présidente de l'EPA Bordeaux-Euratlantique[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Études[modifier | modifier le code]

Virginie Calmels fait ses études au lycée Marceau de Chartres puis intègre une classe préparatoire aux grandes écoles au lycée Claude-Bernard de Paris. Elle est diplômée de l'École supérieure de commerce de Toulouse[2] (promotion 1993), d'études supérieures comptables et financières (DESCF) en 1994, d'expertise comptable et commissariat aux comptes en 1998[3] ainsi que de l'Advanced Management Program (AMP) de l'Institut européen d'administration des affaires (Insead, promotion 2002).

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Sa carrière débute en 1993 en tant qu'auditrice financière[4] puis comme directrice de mission au cabinet Salustro Reydel.

En 1998, elle rejoint NC Numericable (CANAL+) en qualité de directrice financière. En 1999, elle devient directrice administrative et financière de la start-up Skygate BV (hautes technologies satellitaires) montée à Amsterdam aux Pays-Bas par Christian Blanc[3].

En parallèle de ses activités, elle devient co-fondatrice et trésorière de l’association caritative Ares Coop (insertion) avant que cette dernière ne soit absorbée par l'association Ares. Elle en devient alors administratrice jusqu’en 2006[5].

De 2000 à 2002, elle est directrice financière de l'international et du développement du groupe Canal+, puis directrice financière de Canal+SA. En 2002, elle est nommée directrice générale adjointe puis co-directrice générale déléguée de la chaîne[3].

En 2003, elle rejoint le groupe de production télévisuelle Endemol France en tant que directrice générale. Elle en devient présidente en 2007[6]. Le 11 mai 2012, au vu du taux de rentabilité d'Endemol France (le plus élevé des 31 pays du groupe), elle devient directrice générale d'Endemol Monde, tout en conservant ses fonctions de présidente d'Endemol France.

En 2004, elle devient membre du Centre d’étude et de prospective stratégique (CEPS). Elle en sera administratrice à partir de 2009, puis vice-présidente en 2010. Elle démissionne en 2015.

Elle est nommé vice-présidente du Syndicat des producteurs et créateurs d'émissions de télévision (SPECT) à sa création, en 2004. Elle en démissionnera en janvier 2013.

Depuis 2009, elle est administratrice de la société Iliad (Free). Elle est également administratrice d'Assystem[7] depuis mars 2016 et censeur de Technicolor[8] depuis juillet 2016, après en avoir été administratrice de 2014 à 2016.

Le 8 janvier 2013, elle est nommée présidente du Conseil de Surveillance d’Euro Disney, dont elle était déjà membre depuis 2011[9], mandat dont elle a démissionné le 8 février 2017[10].

Le 18 janvier 2013, elle annonce sa décision de démissionner de ses fonctions de directrice générale d'Endemol Monde et de présidente d'Endemol France pour créer sa propre entreprise, Shower Company[11].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

À la suite des élections municipales de mars 2014, Virginie Calmels est élue aux côtés d'Alain Juppé première adjointe, chargée de l'économie, de l'emploi et de la croissance durable[12]. Elle est également vice-présidente de Bordeaux Métropole chargée des sites majeurs d'attractivité économique, depuis le 18 décembre 2015[13].

En vue des élections régionales de décembre 2015, elle est investie tête de liste d'Union de la droite et du centre dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes[14]. À l'issue du second tour, le 13 décembre 2015, sa liste arrive en deuxième position derrière celle menée par le député socialiste Alain Rousset, président sortant de l'ancienne région Aquitaine. Elle est élue conseillère régionale et préside le groupe d'opposition « RépublicainsCPNT » au Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine.

Depuis mars 2016 elle est présidente de l'Établissement public d'aménagement (EPA) Bordeaux-Euratlantique[1].

Elle est investie par Les Républicains pour les élections législatives de 2017 en Gironde mais a finalement fait savoir qu'elle ne serait pas candidate afin de se consacrer à la mairie de Bordeaux[15],[16].

En décembre 2016, elle créé son mouvement politique, DroiteLib[17]. Elle le lance officiellement depuis Bordeaux, le 25 janvier 2017, en présence de François Fillon et d'Alain Juppé[18].

Le , Virginie Calmels reprend sur LCP un argument mensonger en affirmant, dans le contexte de l'affaire Fillon, que le Canard Enchaîné percevrait des subsides de l'État[19]. Le journal ne touche en effet aucune aide directe de la part de l'État, mais bénéficie comme « 200 autres journaux » d'une aide indirecte versée à La Poste pour la distribution[19].

Le 3 mars 2017, dans le cadre de l'affaire Fillon, elle renonce à soutenir le candidat LR François Fillon à l'élection présidentielle[20]. Quelques semaines plus tard, elle participe toutefois à un meeting du candidat à Biarritz[21].

Décoration[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Virginie Calmels est la fille de Jean-Marie Calmels, pied-noir d'Algérie, viticulteur ruiné lors de la guerre d'indépendance[23], administrateur de sociétés, et de Paule Calmels, conseillère en audit social[24].

Mariée à 25 ans, divorcée à 28 ans « pour échapper à un futur trop prévisible d'épouse bourgeoise à Versailles »[24], Virginie Calmels a deux enfants, prénommés Fitzgerald et Pénélope.

Après avoir vécu en couple avec Christian Blanc pendant cinq ans[24], elle vit maritalement avec l'homme politique Jérôme Chartier[25],[26] qui fait partie des équipes de François Fillon lors des primaires de la droite et du centre en 2016.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Nouvelle gouvernance de Bordeaux Euratlantique | Bordeaux Euratlantique », sur www.bordeaux-euratlantique.fr (consulté le 18 juillet 2016)
  2. Ex-groupe ESC Toulouse et actuellement Toulouse Business School.
  3. a, b et c Gaël Tchakaloff, « Portrait de Virginie Calmels », lenouveleconomiste.fr, 14 juin 2007.
  4. (fr) David Abiker, « Parlons Net reçoit Virginie Calmels, patronne d’Endemol » sur le site officiel de France Info, 15 mai 2009.
  5. http://www.lenouveleconomiste.fr/virginie-calmels-ou-comment-une-femme-peut-en-cacher-une-autre-21375/
  6. (fr) Emmanuel Beretta, « Endemol : Virginie Calmels succède à Stéphane Courbit » sur le site officiel de l'hebdomadaire Le Point, 3 octobre 2007.
  7. http://www.assystem.com/ContentFiles/GalleryCMS/2497/Assystem_VCalmels_2247.pdf
  8. « gouvernance technicolor », sur technicolor.com
  9. « Euro Disney : Virginie Calmels nommée présidente du conseil de surveillance », Capital.fr, 8 janvier 2013.
  10. « Du mouvement chez Euro Disney après un début d'exercice morose », Boursier.com, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  11. Emmanuel Berretta, « Virginie Calmels démissionne d'Endemol », sur Le Point.fr,
  12. « Virginie Calmels au côté d'Alain Juppé à Bordeaux », lesechos.fr, 12 mars 2014.
  13. « Le Journal des entreprises - Aquitaine - Virginie Calmels élue vice-présidente de Bordeaux Métropole », sur www.lejournaldesentreprises.com (consulté le 6 juin 2016)
  14. « Régionales : Virginie Calmels, proche d’Alain Juppé, investie par l'UMP », sur lemonde.fr,
  15. « Virginie Calmels : "C'est lui qui souhaiterait que ce soit moi qui lui succède" », sudouest.fr, 28 juin 2016.
  16. Loick Guellec, « Bordeaux : après le retrait de Virginie Calmels, quels prétendants à droite pour les législatives ? », francebleu.fr, 3 décembre 2016.
  17. Sylvain Chazot, « Virginie Calmels, première adjointe d'Alain Juppé, lance son mouvement pro-Fillon et anti-Macron : DroiteLib », lelab.europe1.fr, 13 décembre 2016.
  18. Loick Guellec, « Bordeaux : Virginie Calmels lance ce mercredi le mouvement Droitelib avec François Fillon », France Bleu,‎ (lire en ligne)
  19. a et b Etienne Baldit, « Affaire Fillon : Virginie Calmels reprend l'intox sur Le Canard Enchaîné qui "reçoit des subsides de l'État" », Le Lab Europe 1,‎ (lire en ligne)
  20. « Le compteur des lâcheurs de Fillon », liberation.fr.
  21. « Biarritz : plus de 2500 personnes à la Halle Iraty pour François Fillon », larepubliquedespyrenees.fr, 24 mars 2017.
  22. « Virginie Calmels », sur Who's Who 2010 (consulté le 20 avril 2010).
  23. Béatrice Brasseur, « Virginie Calmels, la sprinteuse des élections régionales », sur lefigaro.fr, .
  24. a, b et c Guy Dutheil, « Virginie Calmels : la dame de fer de la télé », sur lemonde.fr, .
  25. « Les bras droits de Fillon et Juppé, adversaires en politique, en couple à la ville », leparisien.fr,‎ (lire en ligne)
  26. Jean-Jacques Allevi, « Bordeaux: Virginie Calmels au scanner », lexpress.fr, 13 juin 2016.

Lien externe[modifier | modifier le code]