François-Xavier Bellamy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bellamy.

François-Xavier Bellamy
Illustration.
François-Xavier Bellamy en 2015.
Fonctions
Député européen
En fonction depuis le
(1 mois et 16 jours)
Élection 26 mai 2019
Circonscription France
Législature 9e
Groupe politique PPE
Adjoint au maire de Versailles
chargé de l’emploi, de la jeunesse, de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur
En fonction depuis le
(11 ans, 4 mois et 28 jours)
Élection
Réélection
Maire François de Mazières
Biographie
Date de naissance (33 ans)
Lieu de naissance Paris (France)
Nationalité Française
Parti politique SE (2008-2019)
LR (depuis 2019)
Diplômé de École normale supérieure
Université Paris-Sorbonne
Profession Professeur agrégé de philosophie
Essayiste
Religion Catholicisme

François-Xavier Bellamy, né le à Paris, est un professeur agrégé de philosophie, essayiste et homme politique français.

Adjoint au maire de Versailles depuis 2008, il conduit aux élections européennes de 2019 en France la liste des Républicains (LR), qui arrive en quatrième position. Il siège depuis au Parlement européen.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et formation[modifier | modifier le code]

François-Xavier Bellamy est né le à Paris[1]. Fils d'un cadre et d’une enseignante de français[2], il passe sa jeunesse à Versailles et effectue sa scolarité à l'école privée Sainte-Marie des Bourdonnais[3], puis au lycée Notre-Dame-du-Grandchamp[4]. Il passe par le scoutisme à l’Association des guides et scouts d'Europe[5], où il occupe des responsabilités en étant assistant du commissaire national éclaireur pour les scouts marins et chef de la Passerelle (équipe responsable du scoutisme marin) en 2009[6].

Après des classes préparatoires au lycée Henri-IV (section A/L) à Paris, il intègre l’École normale supérieure en 2005, dans le but de devenir professeur de philosophie[1],[7]. Dans le cadre de sa scolarité, il effectue des stages au sein des rédactions du Times et du Sunday Times à Londres[8].

Professeur de philosophie[modifier | modifier le code]

Après avoir obtenu une maîtrise de philosophie à l'université Paris-Sorbonne, il est reçu à l'agrégation de philosophie en 2008[9],[10].

Après une année de césure (2008-2009) où il travaille en cabinet ministériel et enseigne dans les lycées privés Sainte-Geneviève et Notre-Dame-du-Grandchamp à Versailles, il suit l'IUFM et son stage d'enseignement (2009-2010), puis enseigne comme professeur agrégé titulaire. Entre 2009 et 2011, il enseigne la philosophie au lycée Auguste-Renoir d'Asnières, puis au lycée Louis-Bascan à Rambouillet et au lycée hôtelier de Guyancourt[9],[11].

Depuis 2011, il est en détachement dans le privé et enseigne la philosophie en classes préparatoires littéraires à l'École normale catholique (ENC), dite lycée Blomet, dans le 15e arrondissement de Paris[5],[12].

En 2013, François-Xavier Bellamy crée à Paris « Les Soirées de la Philo »[13],[14], un cycle de conférences bimensuelles de philosophie ouvertes au grand public. Elles se déroulent au lycée Saint-Jean-de-Passy les deux premières années (2013-2015) puis au théâtre de l'Œuvre en septembre 2015 en raison de leur succès. Elles sont organisées par l'association Philia, constituée à cette occasion, et que préside Bellamy[13]. Depuis septembre 2016, elles se déroulent au théâtre Saint-Georges à Paris et rassemblent plusieurs centaines de personnes deux fois par mois[15], et toutes les semaines depuis la rentrée 2018[16].

François-Xavier Bellamy donne aussi des conférences sur les sujets de l'éducation, de la transmission et des enjeux économiques et sociaux dans des séminaires de formation dédiés à la jeunesse (tels que l'Institut de formation politique[17] ou Acteurs d'avenir[18]), aux entrepreneurs et dirigeants d'entreprise (tels que l'association CroissancePlus[19] ou l'université Hommes-Entreprises du CECA au château Smith Haut Lafitte[20]), ou à des laïcs catholiques engagés dans la vie politique et culturelle (tels qu'ICHTUS ou Renaissance catholique[21]). Il fait également des interventions dans des lycées, grandes écoles et universités (telles que pour l'association des étudiants d’HEC, European Horizons ou d'Audencia, Iségoria[22]).

Depuis 2014, il est membre associé de l'Académie des sciences morales, des lettres et des arts de Versailles et d'Île-de-France[23].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Collaborateur en cabinet ministériel[modifier | modifier le code]

En 2006, en parallèle de sa scolarité à l'École normale supérieure, il entre comme chargé de mission au cabinet du ministre de la Culture et de la Communication, Renaud Donnedieu de Vabres[12] qui l'a repéré à l'occasion d'une polémique sur la tenue d'une exposition à Versailles[24]. Il rejoint le cabinet de la garde des Sceaux, ministre de la Justice, Rachida Dati, pendant une année de césure (2008-2009)[9]. Il est alors chargé des études et de la rédaction des discours[25]. Il intègre ensuite, comme chargé de mission, le cabinet de Nathalie Kosciusko-Morizet, nommée secrétaire d'État chargée de la Prospective et du Développement numérique puis ministre de l'Écologie (2009-2010)[8].

Adjoint au maire de Versailles[modifier | modifier le code]

François-Xavier Bellamy en 2014.

En vue des élections municipales de 2008 à Versailles, François de Mazières demande à François-Xavier Bellamy, qui n'a jamais été membre d'un parti politique, de rejoindre sa liste divers droite[1]. Celle-ci l'emporte avec 63,4% des voix au second tour[26] et il devient le plus jeune adjoint au maire d’une grande ville de France, chargé de la Jeunesse et de l'Enseignement supérieur[9]. Il y lance « les Vendredis du rock », « l'Atelier », un lieu de travail et club culturel, inauguré en janvier 2011[27], ainsi que le forum « 24 heures vers l’emploi ». Il préside à titre bénévole la mission locale intercommunale de Versailles qui accompagne chaque année environ 2 000 jeunes vers la formation et l'emploi[28]. À l'occasion des élections municipales de 2014, la liste de François de Mazières dont il fait partie, l'emporte à nouveau, avec 55 % des voix au premier tour[29].

Élections législatives de 2017[modifier | modifier le code]

François de Mazières annonce en janvier 2017 qu'il ne souhaite pas briguer un nouveau mandat de député dans la première circonscription des Yvelines, en raison de la loi sur le cumul des mandats[30]. Il se prononce pour une candidature de François-Xavier Bellamy, qui accepte de se présenter aux élections législatives de juin 2017[31] et qui se voit investi peu après par le parti Les Républicains face à trois autres candidats[31],[32]. Il est battu au second tour par le candidat de LREM, Didier Baichère, qui l'emporte avec 51,1 % des voix[33]. Cette circonscription, qui avait élu un candidat de droite ou de centre-droit à chaque législative depuis 1963, bascule pour la première fois avec 825 voix d’écart, alors qu’une majorité LREM s'impose à l'Assemblée nationale[34],[33],[35].

Peu de temps après cette élection, il décline la proposition de La République en marche de l'investir tête de liste pour les élections sénatoriales de 2017 dans les Yvelines[36].

En juin 2018, comme il déclare l'avoir promis lors de sa campagne pour les élections législatives[37], il rend publique la création du mouvement politique « Unis pour servir », aussi dénommé « Servir. », créé en novembre 2017[38]. Il en prend la présidence pour « préparer le terrain pour la reconquête dans cinq ans »[39].

Influence au sein des Républicains[modifier | modifier le code]

Dans le prolongement de son opposition à la loi Taubira, il prépare en 2014 la création de Sens commun, mouvement intégré à l'UMP (devenue LR) issu de La Manif pour tous[40]. Quelques semaines avant son lancement, il renonce cependant à y participer[39]. Il n'y a depuis jamais adhéré, et rafle à Laurence Trochu, la présidente de ce mouvement, l'investiture LR dans les Yvelines aux élections législatives de 2017[41]. Il était toutefois l'un des intervenants prévu à la journée de rentrée 2017 du mouvement[39], annulée après la polémique consécutive aux déclarations de son ancien président en faveur d'un rapprochement avec Marion Maréchal.

Sans être adhérent au parti, François-Xavier Bellamy est considéré, à l'automne-hiver 2017, comme un intellectuel influent au sein des Républicains[39], participant à ses Ateliers de la refondation, à une convention de Force républicaine, micro-parti présidé par Bruno Retailleau et fondé par François Fillon et aurait retenu l'attention de Laurent Wauquiez, qui est présenté comme l'un de ses « fan[s] »[39].

En novembre 2018, il refuse d'intégrer le contre-gouvernement du parti[42]. En décembre 2018, Laurent Wauquiez lui rend un hommage appuyé devant les militants de Sens commun[43].

Élections européennes de 2019[modifier | modifier le code]

À l'automne 2018, les médias font part de l’intention de Laurent Wauquiez de lui confier la tête de liste du parti Les Républicains pour les élections européennes de 2019[44],[45],[46]. Marion Maréchal déclare alors que sa désignation serait un signe d'« un discours de plus en plus proche du Front national » et rendrait possible une alliance entre LR et le RN[47]. Jacques de Guillebon, proche de Marion Maréchal, indique qu'il côtoie « les mêmes personnes » que François-Xavier Bellamy et que « sur le plan des idées rien ne le distingue de Marion »[21]. Mais selon France Inter, il est peu enclin à favoriser l'union des droites, « surtout avec le Rassemblement national »[48]. Le , il est désigné pour conduire la liste LR, avec Agnès Evren (proche de Valérie Pécresse) et Arnaud Danjean (ancien soutien d'Alain Juppé) en deuxième et troisième positions[49]. Le parti s’allie avec Les Centristes (LC) et Chasse, pêche, nature et traditions (CPNT)[50].

François-Xavier Bellamy soutient la candidature de Manfred Weber, membre de la CSU et chef de file désigné par le PPE pour présider la Commission européenne, et défend la « tradition chrétienne » de l'Union européenne[51]. Pour lutter contre le réchauffement climatique, il assume une forme de protectionnisme économique en proposant l'instauration d'une « barrière écologique pour protéger le marché européen »[52]. Sur l'immigration, il exprime son opposition à un traitement exclusif de la question à l'échelon national, tout en rejetant la répartition des demandeurs d'asile adoptée par le Conseil de l'Union européenne en 2015[53].

Sa campagne est marquée par plusieurs polémiques. Bien qu'il se défende de vouloir en faire un thème de mobilisation électorale et qu'il y voit une volonté de le caricaturer[54], il doit se justifier sur son hostilité à l'interruption volontaire de grossesse à titre personnel[55],[56],[57]. Il se déclare dans le même temps « plutôt Macron que Le Pen », ce qui le conduit, pour contrer les attaques du RN et de DLF, à réaffirmer son souverainisme en déclarant qu'« il ne peut y avoir une souveraineté européenne puisqu’il n’y a pas de peuple européen »[58],[59]. En février, une de ses déclarations, favorable à une renégociation de l'accord sur le Brexit, lui vaut un « recadrage » de Michel Barnier[60]. Il déclare le même mois « ne pas croire en la démocratie européenne », puis soutient la présence de Viktor Orbán au sein du PPE, tout en condamnant sa campagne hostile à Jean-Claude Juncker[61],[62]. Le 19 mai, il salue la décision de justice qui suspend l'autorisation donnée aux médecins de mettre un terme aux soins de Vincent Lambert[63] ; ses opposants rappellent alors ses propos de 2015 selon lesquels « décider ainsi de sa vie ou de sa mort […] est à soi seul un crime contre l’humanité »[64]. Ces différentes déclarations lui attirent des critiques des tenants de l’aile centriste du parti[65],[66],[67].

François-Xavier Bellamy (à gauche), Laurent Wauquiez (au centre) et Manfred Weber (à droite) lors d'un meeting à Strasbourg le 26 avril 2019.

Il soulève néanmoins l’enthousiasme des militants, de Laurent Wauquiez et d'Hervé Morin[68],[69],[70],[71]. Cette « Bellamy mania » donne un certain souffle, notamment médiatique, à la liste[72],[73],[74]. Après Valérie Pécresse en mars[75], Michel Barnier en avril[76], plusieurs personnalités LR, comme Gérard Larcher[77] ou Christian Estrosi[78], qui s'étaient montrées hostiles[79] ou réservées[80] sur sa désignation, choisissent de le soutenir pleinement en mai, alors que sa liste est créditée de 12 à 15 % dans les sondages.

Le soir des résultats, la liste qu'il conduit réunit 8,48 % des suffrages exprimés et finit en quatrième position avec huit élus (contre 20,81 % et 20 députés en 2014). Ce résultat est historiquement faible pour le parti[81]. Cependant, la responsabilité de cet échec ne lui est pas exclusivement imputée[82],[83], Laurent Wauquiez se voyant davantage critiqué[84],[85],[86]. Au niveau européen, la liste LR-LC-CPNT représente près d'un tiers du recul en sièges du Parti populaire européen, qui en perd 34 au total. À Versailles, la liste est légèrement devancée par celle de la majorité présidentielle[87].

Député européen[modifier | modifier le code]

Après avoir été donné écarté au profit de Geoffroy Didier, François-Xavier Bellamy est confirmé à la tête de la délégation LR au Parlement européen[88].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Sensibilité générale[modifier | modifier le code]

François-Xavier Bellamy est généralement présenté comme un conservateur, la plupart du temps « de droite »[39],[40], mais aussi « inclassable » et « bouleversant les clivages traditionnels »[89]. Proche d'Hubert Védrine ou Édouard Balladur, il se montre aussi prompt à vanter « le verbe »[41] et les campagnes « magnifiques »[2] de Jean-Luc Mélenchon, la « cohérence de la vision écologique »[41] et la « lucidité »[2] de José Bové, ainsi que certaines prises de positions du patron de la CFDT, Laurent Berger, que celles-ci soient en faveur de l’universalité des allocations familiales[2] ou bien d'une sortie de la crise des Gilets jaunes[41]. Il partage également la volonté de Michel Onfray de « rendre la culture à tous », et salue la « rigueur intellectuelle » d'Alain Finkielkraut[41].

Bien que lui-même refuse l'étiquette de conservateur[2],[34] et critique l'immobilisme qui peut y être attaché, il est cité parmi les « nouveaux conservateurs », qui font l'objet d'un essai de la rédactrice en chef adjointe de La Vie, Pascale Tournier, désignant sous cette appellation « ces conservateurs à la française [qui] s’accordent à peu près tous sur un projet qui tourne autour de l’idée de limite » et « demandent des repères dans le temps et dans l’espace », parmi lesquels figurent aussi Natacha Polony, Mathieu Bock-Côté ou Eugénie Bastié[90],[91]. Pour Les Inrocks, ceux-ci « n’hésitent pas à brouiller les lignes entre droite traditionnelle et extrême-droite »[90], une analyse que démentent les déclarations de Bellamy pour qui « le Front national ne sera jamais qu'une impasse pour les électeurs qui se tournent vers lui », en tant que « formidable machine à empêcher le renouveau, et à maintenir en fonction les tenants de la déconstruction »[92].

Lors de la campagne des européennes de 2019, il dénonce comme des « caricatures stupides » les déclarations de Jean-Christophe Lagarde le positionnant « à l'extrême droite de LR » et de Yannick Jadot, qui l'avait qualifié de « national-populiste »[93].

Union européenne[modifier | modifier le code]

En 2005, il vote contre la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe. En 2017, il déclare se référer à Jean-Pierre Chevènement sur la question européenne[39]. Le Figaro le décrit en 2018 comme une figure susceptible de « réconcilier souverainistes et pro-européens » dotée d'une « solide culture européenne » et capable de « porter le débat européen à un haut niveau »[94].

Il refuse l'étiquette de souverainiste, qu'il juge « réductrice »[95]. Il estime qu'il n'existe pas de peuple européen et que par conséquent il ne peut y avoir « [d']exercice démocratique unifié »[95]. Il insiste sur le fait qu’il n’y a pas « d’État européen, il y a une civilisation européenne » puisque la démocratie se vit « à l’échelle des peuples ». Il se dit en faveur d'une « alliance de démocraties », notamment afin de traiter la question migratoire et écologique[95].

Hostile au fédéralisme européen, il se prononce en faveur d'une coopération renforcée entre les pays européens comme alliance de nations souveraines. Il estime irréalisable et antidémocratique l'établissement d'une armée européenne en raison de la diversité des règles d'engagement et du caractère régalien de cette compétence[96].

Il affirme en 2019 vouloir bâtir « une Europe du patrimoine », en consacrant une partie du budget de l’Union européenne à la « protection et valorisation du patrimoine européen »[97].

Économie[modifier | modifier le code]

François-Xavier Bellamy en 2016.

Favorable à l'entreprise, il critique cependant la croissance économique et le libre-échange comme fin en soi[98], affirmant notamment qu'il n'aurait pas voté en faveur des traités de libre-échange avec les États-Unis (TAFTA) et le Canada (CETA). Selon lui, ces accords ne permettent pas d’obtenir une « réciprocité qui serait l’équilibre élémentaire pour pouvoir défendre l’intérêt de nos entreprises ». Il considère que les peuples européens « subissent » la mondialisation et « payent les conséquences de la guerre commerciale »[97].

Critiquant l'excès de la pression fiscale en France, il souhaite une baisse de la fiscalité et des dépenses publiques[99].

Éducation[modifier | modifier le code]

Il est l'un des premiers à dénoncer une « crise de la transmission » au sein de la société[100], en regrettant que l'Éducation nationale soit devenue le système « le plus inégalitaire de tout l’OCDE »[2]. En 2012, il publie dans Libération une première tribune remarquée sur le sujet, intitulée « Jeunes de France, battez-vous »[101], en réponse à la tribune de Félix Marquardt publiée quelques jours plus tôt, intitulée « Jeunes de France, votre salut est ailleurs : barrez-vous ! »[102]. En 2014, il publie un essai sur la crise de la culture et de la transmission intitulé Les Déshérités, ou l’urgence de transmettre (voir la section Essayiste), qui rencontre un succès de librairie[103],[104] qui le conduit à animer plusieurs centaines de conférences partout en France[2]. Lors de ces rendez-vous, il vante les bienfaits d’une « culture enracinée, fruit d’une longue maturation, dont le flambeau passe d’une génération à l’autre »[103].

Immigration[modifier | modifier le code]

Il se prononce en faveur d'un meilleur contrôle des frontières, prônant une coopération renforcée entre États européens pour « mettre fin au flux et à la traite d’êtres humains ». Il propose ainsi d'allouer plus de moyens à l'Agence européenne de contrôle des frontières, Frontex. Il fustige la loi Asile et Immigration, permettant le regroupement familial des mineurs étrangers isolés en France, qu'il qualifie de « catastrophique »[97].

Laïcité[modifier | modifier le code]

Le Journal du dimanche le présente comme un « fervent défenseur de la laïcité »[105]. Inquiet de la communautarisation des débats[34], il affirme en novembre 2018 avoir été « scandalisé par la façon dont Emmanuel Macron a invité les catholiques à s'engager en politique pour défendre leurs valeurs »[44], estimant que la politique ne doit pas être le lieu où des lobbies ou communautés s'affrontent pour imposer leurs valeurs[34]. Il prône une laïcité qui permette à la politique d'être « la recherche partagée du bien et du juste, pas le lieu d'expression des convictions particulières et religieuses ! »[44].

Écologie[modifier | modifier le code]

En janvier 2019, il propose de financer la lutte contre le réchauffement climatique en faisant payer les importateurs en France de produits qui ne respectent pas « les normes environnementales que nous imposons à nos propres entreprises »[101].

Société[modifier | modifier le code]

Il intervient régulièrement dans les médias sur les sujets de société, notamment ceux qui touchent à la famille et à la bioéthique[5]. Il y défend l’idée de « repères » et de « limite », dans le but de préserver les « grands équilibres » menacés par la « force corrosive de l’individualisme »[106]. En 2013, il participe au mouvement des Veilleurs, donne fréquemment des conférences, et est l'auteur de plusieurs tribunes en opposition au projet de loi d'ouverture du mariage aux couples homosexuels et à l’extension de la procréation médicalement assistée aux femmes seules et couples de femmes[5]. Ces propositions s’inscrivent selon lui dans une logique de dérégulation comparable à la dérégulation de « la finance, [du] rapport à la consommation et à l’environnement »[5], et qui franchit « la dernière frontière avant le transhumanisme »[2].

Il reprend les mots de Simone Veil en affirmant que « tout avortement est et restera un drame »[107], et il dit avoir participé à plusieurs reprises à la marche pour la vie. Cependant, il estime qu'« aujourd’hui, personne en France ne pense qu’il est possible d’abroger la loi Veil », et interrogé dans le cadre des élections européennes de 2019, il confirme qu'« il n'est pas question de revenir sur la loi Veil »[108]. Il se dit en faveur d'une politique de santé publique visant à « faire baisser le nombre d'avortements en France », « indépendamment de tout jugement moral ou de toute considération religieuse »[109],[107].

Essayiste[modifier | modifier le code]

Les Déshérités[modifier | modifier le code]

Dans un premier essai paru en 2014, il analyse la crise de la culture et la faillite de l’Éducation nationale comme une crise de la transmission[110]. Intitulé Les Déshérités, son titre fait écho aux Héritiers de Pierre Bourdieu, paru cinquante ans plus tôt, où le sociologue expliquait les mécanismes de reproduction sociale des élites au sein de l’institution scolaire, considérant que l’héritage familial - surtout culturel - entretenait des inégalités d’accès à la culture légitime, système qui favorise la reproduction sociale et, ce faisant, les héritiers. Le système éducatif a alors remplacé l’acquisition du savoir par la production par l’élève de son propre savoir, et le « cours magistral » a été remplacé par l’« itinéraire de découverte »[111].

Pour Bellamy, c’est précisément ce refus de transmission qui est à l’origine de la faillite de la culture. Ce refus procède selon lui d’une idéologie dont les principaux représentants seraient René Descartes, qui oppose raison et transmission et appelle à se défaire de toutes les opinions reçues auparavant, Jean-Jacques Rousseau, qui estime que la culture pervertit l'homme et l'éloigne de son état idéal de nature, et Pierre Bourdieu, qui considère que la valorisation du capital culturel par l’école engendre la reproduction sociale des élites[111],[112].

Ce livre rencontre un important succès avec plus de 60 000 exemplaires vendus[113], et est traduit en plusieurs langues. Il reçoit le prix Henri-Malherbe de l'Association des écrivains combattants et le prix d'Aumale de l'Institut de France, décerné sous la coupole de l'Académie française[113]. Il est finaliste du prix Femina essai[114] et du prix des Impertinents[115]. À la suite de sa publication, François-Xavier Bellamy a donné près de 200 conférences en France, à l’invitation d’étudiants, enseignants, libraires, associations culturelles, etc[116].

Demeure[modifier | modifier le code]

En 2018, il publie un essai intitulé Demeure sur la fascination du mouvement qui caractérise selon lui l'ère moderne, et dans laquelle il voit la cause de la crise de sens qui affecte l’Occident. Depuis la chute du mur de Berlin[117], la modernité se caractérise selon lui non pas tant par le règne de la raison critique contre la tradition que par l’idéologie du changement[118], par l’avènement d’une société liquide où rien ne doit faire obstacle à la fluidité universelle[117]. Au lieu d’être une transition vers un objectif entre deux états stables, le changement devient un objectif en soi, le fait d’être en marche devient une finalité. « Vers où aller ? Il semble qu'aujourd'hui il manque le but qui donne un sens au mouvement »[119]. À cette question, Bellamy propose comme réponse : vers notre maison, habiter notre demeure. Il propose de renverser la perspective, plutôt que de regarder tout changement comme un progrès, voir ce qui est bon dans le réel, habiter le présent, s’émerveiller de ce qui est et préserver ce qu’il a de meilleur[117],[120].

À l’occasion de la sortie de son livre Demeure en octobre 2018, il fait la une du Figaro Magazine, qui titre : « Le nouveau philosophe. À 32 ans, François-Xavier Bellamy redonne des idées à la droite »[121].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Déshérités ou l'urgence de transmettre, Paris, Plon, , 207 p. (ISBN 9782259223430)[122],[123]
  • Les Plus Beaux Discours à la jeunesse, Paris, J'ai lu, coll. « Librio », , 96 p. (ISBN 9782290120613)[124]
  • Éduquer avec Rousseau, Paris, SOS Éducation, coll. « Réfléchir avec », , 32 p. (ISBN 1093981121)[125]
  • A la jeunesse : De Saint-Exupéry à Steve Jobs, de grandes voix appellent à vivre intensément, J'ai lu - Librio, coll. « Librio Idées », , 104 p. (ISBN 978-2290120613)
  • Pourquoi enseignons-nous ? : Ecole du sens, sens de l'école, SOS Education, coll. « Réfléchir », , 144 p. (ISBN 979-1093981017)
  • Éduquer avec Rousseau : Conférence à destination des parlementaires prononcée le 20 mai 2015, SOS Education, coll. « Réfléchir », , 32 p. (ISBN 979-1093981123)
  • Demeure : Pour échapper à l'ère du mouvement perpétuel, Grasset, coll. « essai français », , 272 p. (ISBN 9782246815594, EAN 9782246815587)[126]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Isabelle de Chatellus, « Francois-Xavier Bellamy, chercheur de vérité entre politique et philosophie », Sources, no 254,‎ (lire en ligne)
  2. a b c d e f g et h « François-Xavier Bellamy, le philosophe très à droite qui a séduit Laurent Wauquiez », sur Slate.fr, (consulté le 20 décembre 2018)
  3. école privée Sainte-Marie des Bourdonnais
  4. Sainte-Marie des Bourdonnais, « Conférence de François-Xavier Bellamy à l'école Sainte-Marie des Bourdonnais », (consulté le 14 novembre 2016).
  5. a b et c Olivia Elkaim, « François-Xavier Bellamy. En état de veille », La Vie,‎ (ISSN 0151-2323, lire en ligne).
  6. Antoine Chataignon, Scouts marins, parés!: histoire des scouts marins, L'Harmattan, 2010, p. 260
  7. « Bellamy », sur a-Ulm.
  8. a et b « BELLAMY,François-Xavier », sur www.academiedeversailles.com (consulté le 23 novembre 2018)
  9. a b c et d « François-Xavier Bellamy : l’heureux élu de Versailles », sur famillechretienne.fr, Famille chrétienne,
  10. Voir sur lesbiographies.com.
  11. Voir sur academiedeversailles.com.
  12. a et b Laurent Dandrieu, « François-Xavier Bellamy, un philosophe en politique », sur valeursactuelles.com,
  13. a et b « Les soirées de la philo », sur philia-asso.fr.
  14. « François-Xavier Bellamy en conférence à l'Ircom », sur ircom.fr (consulté le 8 novembre 2015).
  15. Alexandre Devecchio, « François-Xavier Bellamy : « La politique est devenue un théâtre d'ombres » », Vox, sur lefigaro.fr, Le Figaro,
  16. Anastasia Colosimo, « L’ère du mouvement perpétuel », France Culture,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2019)
  17. http://www.ifpfrance.org/portofolio/venus-a-former-auditeurs-de-lifp/
  18. https://www.famillechretienne.fr/eglise/pelerinages-et-rassemblements/acteurs-d-avenir-les-jeunes-decideurs-cathos-se-preparent-a-servir-148883
  19. Stéphane Vernay, « Les entrepreneurs de CroissancePlus refont le monde à Deauville », sur ouest-france.fr, Ouest France,
  20. https://universitehommes-entreprises.com/22eme-universite-hommes-entreprises/francois-xavier-bellamy
  21. a et b Lucie Delaporte, « Les fréquentations d’extrême droite de François-Xavier Bellamy », sur Mediapart, (consulté le 17 mars 2019).
  22. https://www.audencia.com/articles/evenement/conference-isegoria-francois-xavier-bellamy/
  23. Voir sur academiedeversailles.com.
  24. Olivier Faye, « François-Xavier Bellamy : philo, catho, boulot », Charles,‎ (lire en ligne)
  25. « Les intervenants », édition 2012, sur acteursdavenir.net (consulté le 28 août 2014).
  26. Résultats des élections municipales 2008 à Versailles sur interieur.gouv.fr.
  27. Camille d'Aillières, « A Versailles, les 15 politiques les plus influents », sur lexpansion.lexpress.fr, (consulté le 27 août 2014)
  28. Voir sur mliv.org.
  29. Résultats des élections municipales 2014 à Versailles sur interieur.gouv.fr.
  30. Laurent Mauron, « Versailles : le député-maire « renonce à l’assemblée » », sur leparisien.fr, (consulté le 24 janvier 2017)
  31. a et b Valeurs actuelles, « Versailles : François-Xavier Bellamy candidat aux législatives », sur valeursactuelles.com, (consulté le 25 janvier 2017)
  32. LP/F.-X.C, « Versailles : François-Xavier Bellamy officiellement investi pour les législatives », sur leparisien.fr, (consulté le 11 février 2017)
  33. a et b Voir sur elections.interieur.gouv.fr.
  34. a b c et d La-Croix.com, « François-Xavier Bellamy, la tentation politique », sur La Croix, (consulté le 12 janvier 2019)
  35. Laure Cometti, « Européennes : Qui est le philosophe François-Xavier Bellamy, probable tête de liste LR? », 20 Minutes,‎
  36. Marion Mourgue, « François-Xavier Bellamy a refusé une investiture LREM aux sénatoriales de 2017 », Le Figaro,‎
  37. « Unis pour Servir – fxbellamy.fr | Pour le jour qui vient », sur www.fxbellamy.fr (consulté le 3 décembre 2018)
  38. « L'organisation | Servir », sur www.unispourservir.fr (consulté le 7 décembre 2018)
  39. a b c d e f et g « François-Xavier Bellamy, le philosophe très à droite qui a séduit Laurent Wauquiez », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  40. a et b Ludovic Vigogne, « François-Xavier Bellamy veut «servir» », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2018)
  41. a b c d et e « François-Xavier Bellamy, le favori de Wauquiez en quête de conversions pour les européennes », La Lettre A,‎ (lire en ligne, consulté le 4 janvier 2019)
  42. « Laurent Wauquiez dévoile (enfin) son « shadow cabinet » », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 décembre 2018)
  43. « Les Républicains : Jean Leonetti ne sera pas candidat aux européennes », sur Europe 1 (consulté le 7 décembre 2018)
  44. a b et c Anna Cabana, « François-Xavier Bellamy, l'intellectuel que Wauquiez veut comme tête de liste aux européennes », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018)
  45. Marion Mourgue, « Européennes : à droite, l'hypothèse Bellamy fait son chemin », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 30 novembre 2018).
  46. « François-Xavier Bellamy, l'intellectuel que Wauquiez veut comme tête de liste aux européennes », lejdd.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 20 novembre 2018).
  47. Charlie Vandekerkhove et Agathe Lambret, « Marion Maréchal: « le conservatisme doit irriguer la vie politique » », sur BFMTV, (consulté le 30 novembre 2018).
  48. « Cure de jouvence pour les têtes de liste aux élections européennes », sur France Inter, (consulté le 19 décembre 2018).
  49. « Bellamy tête de liste : comment Wauquiez a réussi à contenir la fronde », sur RTL.fr (consulté le 30 janvier 2019).
  50. https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/europeennes-le-carentanais-pascal-marie-est-candidat-6357686
  51. « Élections Européennes. Wauquiez et Bellamy vantent l’« Europe de l’identité » », sur www.lalsace.fr (consulté le 2 août 2019).
  52. « François-Xavier Bellamy : « Il faut une barrière écologique pour défendre le marché européen » », sur Les Echos, (consulté le 2 août 2019).
  53. François Tonneau, « À Marseille, Bellamy et Wauquiez torpillent Macron », sur Le Point, (consulté le 2 août 2019).
  54. Par Quentin Laurentet Alex et re SulzerLe 29 janvier 2019 à 20h50, « Bellamy : «Une Europe qui permet de ne plus subir la mondialisation» », sur leparisien.fr, (consulté le 2 août 2019).
  55. Le JDD, « François-­Xavier Bellamy, opposé à l'IVG : "Une conviction personnelle que j'assume" », sur lejdd.fr (consulté le 1er août 2019).
  56. « François-Xavier Bellamy (LR) critiqué pour son opposition «personnelle» à l'IVG », sur FIGARO, (consulté le 1er août 2019).
  57. BFMTV, « La position anti-IVG du LR François-Xavier Bellamy vivement critiquée », sur BFMTV (consulté le 1er août 2019).
  58. « Bellamy "plutôt Macron que Le Pen", ou le casse-tête des Républicains », sur Boursorama, (consulté le 1er août 2019).
  59. « Bellamy "plutôt Macron que Le Pen" : le candidat LR s'explique », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2019).
  60. « Barnier recadre Bellamy », sur Atlantico.fr (consulté le 1er août 2019).
  61. Aline Robert, « Françoix-Xavier Bellamy, une tête de liste décalée pour LR », sur euractiv.com, (consulté le 1er août 2019).
  62. « Bellamy craint une «fracturation» de la droite européenne autour du cas Orban », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  63. « François-Xavier Bellamy soutient les parents de Vincent Lambert », sur FIGARO, (consulté le 1er août 2019).
  64. « Bellamy a-t-il affirmé que laisser mourir Vincent Lambert était un «crime contre l'humanité» ? », sur Libération.fr, (consulté le 1er août 2019).
  65. « Pour Eric Woerth, F-X Bellamy «représente une droite qui amène des débats qui n’ont pas leur place dans le débat européen» », sur L'Opinion, (consulté le 1er août 2019).
  66. Ouest-France avec AFP, « Élections européennes. Pour Gérard Larcher, « Bellamy ne coche pas toutes les cases pour être une tête de liste LR » », sur Ouest-France.fr, (consulté le 1er août 2019).
  67. RMC, « Christian Estrosi: « Passer de Simone Veil à M. Bellamy c'est compliqué » », RMC (consulté le 1er août 2019).
  68. « Européennes : Les Républicains se remettent à y croire », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  69. « Dans l'est, Bellamy et Wauquiez sur un nuage », sur LExpress.fr, (consulté le 1er août 2019).
  70. « Européennes : derrière la Bellamy-mania, la précaire unité de la droite », sur Marianne, (consulté le 1er août 2019).
  71. Par Quentin LaurentLe 15 mai 2019 à 23h15, « Unis autour de Bellamy, LR rêve d’un nouveau départ », sur leparisien.fr, (consulté le 1er août 2019).
  72. « à droite, la Bellamymania bat son plein. », sur LExpress.fr, (consulté le 1er août 2019).
  73. https://www.france24.com/fr/20190527-france-europeennes-republicains-laurent-wauquiez-francois-xavier-bellamy
  74. http://www.rfi.fr/france/20190531-france-bientot-fin-wauquiez
  75. Le Point magazine, « Européennes : Valérie Pécresse soutient François-Xavier Bellamy », sur Le Point, (consulté le 1er août 2019).
  76. « Michel Barnier soutient la liste LR malgré certaines réserves », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  77. « Européennes : Gérard Larcher se dit "séduit" par François-Xavier Bellamy », sur RTL.fr (consulté le 1er août 2019).
  78. « Estrosi, Robinet... ces maires LR «Macron-compatibles» qui soutiennent Bellamy », sur www.lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  79. Le JDD, « Européennes : pourquoi Gérard Larcher ne veut pas de François-Xavier Bellamy », sur lejdd.fr (consulté le 1er août 2019).
  80. RMC, « Christian Estrosi: « Passer de Simone Veil à M. Bellamy c'est compliqué » », RMC (consulté le 1er août 2019).
  81. Par Quentin LaurentLe 27 mai 2019 à 00h32 et Modifié Le 27 Mai 2019 À 01h08, « Européennes 2019 : une débâcle historique pour Les Républicains », sur leparisien.fr, (consulté le 2 août 2019).
  82. « Geoffroy Didier (LR) : "Nous avons perdu un point lorsque François-Xavier Bellamy a commencé à faire revenir son conservatisme sociétal en disant devenir un acteur de l'histoire sur Vincent Lambert" », sur www.msn.com (consulté le 1er août 2019).
  83. « Pour Damien Abad (LR), "le problème de François-Xavier Bellamy, c'est sa ligne politique, parler matin, midi et soir de l'IVG, ou de l'affaire Lambert, les Français en ont ras-le-bol" - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 2 août 2019).
  84. https://www.interieur.gouv.fr/Elections/Elections-europeennes-2019/Resultats-des-elections-europeennes-2019
  85. « Elections européennes 2019 : le « tout sauf Wauquiez » se met en place chez LR », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 1er août 2019).
  86. «Bellamy n’est pas responsable du désastre : la droite paye 35 ans de renoncements et de trahisons !», sur www.lefigaro.fr, (consulté le 1er août 2019).
  87. https://france3-regions.francetvinfo.fr/paris-ile-de-france/yvelines/europeennes-versailles-droite-francois-xavier-bellamy-font-resistance-1676343.html
  88. http://www.leparisien.fr/politique/bellamy-sera-bien-le-chef-de-la-delegation-lr-a-strasbourg-28-05-2019-8082027.php
  89. Alexandre Devecchio, « François-Xavier Bellamy, le philosophe qui redonne des idées à la droite », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 2 janvier 2019)
  90. a et b « “Anarchrists”, “bioconservateurs”, cathos identitaires… Qui sont les nouveaux conservateurs ? », sur Les Inrocks (consulté le 7 décembre 2018)
  91. Pascale Tournier, Le vieux monde est de retour : enquête sur les nouveaux conservateurs, Paris, Stock, , 280 p. (ISBN 9782234083547, lire en ligne)
  92. « François-Xavier Bellamy : « A droite tout est à reconstruire, tout commence » », Le Figaro, 26 avril 2017.
  93. Le Point magazine, « Bellamy : « J'ai l'impression d'être devenu une fake news ! » », sur Le Point, (consulté le 2 août 2019)
  94. « Guillaume Tabard: « Bellamy, la carte de la jeunesse mais aussi la carte des idées » », sur Le Figaro, (consulté le 20 décembre 2018)
  95. a b et c « Bellamy : «Une Europe qui permet de ne plus subir la mondialisation» », sur leparisien.fr, (consulté le 29 janvier 2019)
  96. Marion Mourgue, « François-Xavier Bellamy : « L'Europe est un projet plus nécessaire que jamais » », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  97. a b et c Marianne Lecach, « [Son programme pour l'Europe] Défense, immigration, économie, souverainisme, écologie, culture... Ce que pense vraiment Bellamy », sur Valeurs actuelles (consulté le 14 février 2019)
  98. Valérie Landrieu, « François-Xavier Bellamy : « Nous avons été les naïfs de la construction européenne » », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  99. « "Je n'étais pas destiné à cette candidature" aux élections européennes, confie François-Xavier Bellamy », sur France Info (consulté le 26 février 2019)
  100. Michel de Jaeghere, « Demeure de François-Xavier Bellamy : un manifeste pour les droits de l'âme », Le Figaro,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  101. a et b « Jeunes de France, battez-vous ! », sur Libération.fr, (consulté le 11 janvier 2019)
  102. « Jeunes de France, votre salut est ailleurs : barrez-vous ! », sur Libération.fr, (consulté le 11 janvier 2019)
  103. a et b Pascal Simon, « Le carton de la philosophie avec François-Xavier Bellamy ! », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  104. « « Les Déshérités ou l’urgence de transmettre » de François-Xavier Bellamy », sur Polémia, (consulté le 11 janvier 2019)
  105. Gaël Vaillant, « François Xavier-Bellamy : ce que les mots du philosophe candidat disent de lui », sur lejdd.fr, (consulté le 17 mars 2019).
  106. « François-Xavier Bellamy : « Nous devons élaborer la vision d'un destin partagé » », sur lesechos.fr (consulté le 11 janvier 2019)
  107. a et b « François-Xavier Bellamy attaqué sur la question de l’IVG », sur La Croix, (consulté le 22 janvier 2019)
  108. « François-Xavier Bellamy : «L'Europe est un projet plus nécessaire que jamais» », sur FIGARO, (consulté le 15 février 2019)
  109. « François-Xavier Bellamy (LR) critiqué pour son opposition «personnelle» à l'IVG », sur Le Figaro, (consulté le 22 janvier 2019)
  110. Florie Cedolin, « François-Xavier Bellamy veut provoquer un débat sur l'éducation », sur lesnouvelles.fr, (consulté le 1er février 2015)
  111. a et b François-Xavier Bellamy, « Les Déshérités, le livre que Najat Vallaud-Belkacem doit lire avant la rentrée », sur lefigaro.fr, .
  112. Benoît Couëtoux du Tertre, « « Les Déshérités ou l’urgence de transmettre » de François-Xavier Bellamy », sur polemia.com, .
  113. a et b Le Parisien, L’élu de Versailles primé pour son livre « Les Déshérités », 25 novembre 2015
  114. 20minutes avec AFP, « Prix Femina 2014: Le jury dévoile ses finalistes », sur 20minutes.fr, (consulté le 28 août 2015)
  115. « Prix des Impertinents | Livres Hebdo », sur www.livreshebdo.fr (consulté le 28 août 2015)
  116. http://www.fxbellamy.fr/blog/2015/08/28/un-an-apres/
  117. a b et c Alexandre Devecchio, « François-Xavier Bellamy: « L'essentiel n'est pas d'avancer, mais de savoir où nous allons » », Le Figaro Magazine,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  118. Michel De Jaeghere, « Demeure de François-Xavier Bellamy : un manifeste pour les droits de l'âme », ’’Le Figaro’’,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  119. https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/metiers/art-culture-edition/demeure-francois-xavier-bellamy-clame-le-besoin-de-retrouver-des-points-fixes-pour-donner-un-but-au-mouvement_2974567.html
  120. « François-Xavier Bellamy : "On nous somme de tout changer en permanence pour progresser mais sans jamais nous dire où nous allons" », Atlantico,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2018)
  121. http://kiosque.lefigaro.fr/figaro-magazine/2018-09-28
  122. « Les Déshérités, le livre que Najat Vallaud-Belkacem doit lire avant la rentrée », sur lefigaro.fr,
  123. Johan Rivalland, « L’enfer est pavé de bonnes intentions (17) : la place de la culture dans notre société », sur contrepoints.org, .
  124. Natacha Polony, « Choc des incultures : le défi des politiques », sur europe1.fr, (consulté le 6 janvier 2015).
  125. « Éduquer avec Rousseau - François-Xavier Bellamy sur Fnac.com », sur Fnac.com (consulté le 1er juillet 2016).
  126. France 3, « "Demeure" : François-Xavier Bellamy clame le besoin de retrouver des points fixes pour donner un but au mouvement », sur francetvinfo.com, .

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vincent Trémolet de Villers, Raphaël Stainville, Et la France se réveilla : Enquête sur la révolution des valeurs, éditions du Toucan, Paris, 2013 Chapitre 7, « 4 décembre 2012, le Péril jeune », sous-titré « Où la tribune d'un philosophe de 27 ans signée par mille jeunes et publiée dans Libération révèle la défiance d'une partie des moins de 30 ans vis-à-vis du mariage pour tous. »

Liens externes[modifier | modifier le code]