Élie Aboud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Élie Aboud
Illustration.
Élie Aboud, en septembre 2008.
Fonctions
Député de la 6e circonscription de l'Hérault

(4 ans, 6 mois et 3 jours)
Élection 16 décembre 2012 (partielle)
Prédécesseur Dolorès Roqué (PS)
Successeur Emmanuelle Ménard

(4 ans, 11 mois et 15 jours)
Élection 17 juin 2007
Prédécesseur Paul-Henri Cugnenc (UMP)
Successeur Dolorès Roqué (PS)
1er Maire-Adjoint de Béziers

(4 ans, 9 mois et 23 jours)
Élection 16 mars 2008
Maire Raymond Couderc
Successeur Michel Mazuet
Biographie
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Beyrouth (Liban)
Nationalité Française
Parti politique RPR
UMP
Les Républicains
Profession Médecin, praticien hospitalier

Élie Aboud, né le 12 octobre 1959 à Beyrouth (Liban), est un médecin et homme politique français, membre du parti politique Les Républicains (LR). Il devient député de la sixième circonscription de l'Hérault en 2007, après le décès de Paul-Henri Cugnenc. À l'issue des élections législatives partielles de 2012, il est élu député de la sixième circonscription de l'Hérault avec 61,91 % des voix. Il est battu en 2017.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Liban, il y obtient son baccalauréat à l'âge de seize ans, puis se rend en France où il s'inscrit à la faculté de médecine de Montpellier[1].

Élu de Béziers depuis 1995, c'est un proche du sénateur-maire Raymond Couderc.

Il est candidat aux élections cantonales de 2004 dans le canton de Béziers-3 mais il est battu au 2nd tour en triangulaire au profit du candidat PS Jean-Michel du Plaa.

Suppléant de Paul-Henri Cugnenc, il lui succède à sa mort le comme député de la 6e circonscription de l'Hérault, dans la XIIIe législature.

Suite aux élections municipales de 2008 à Béziers qui voient Raymond Couderc, sénateur-maire sortant, être réélu, Elie Aboud devient 1er adjoint au maire.

Le , il perd son siège à l'Assemblée nationale au profit de la socialiste Dolorès Roqué, qui l'emporte de 10 voix à l'issue d'une triangulaire avec le Front national. À l'issue d'un recours qu'il dépose en raison d'un trop petit écart de voix, l'élection dans la 6e circonscription de l'Hérault est annulée[2] . Élie Aboud redevient alors député le , après sa victoire avec 61,91 % des voix face à Dolorès Roqué[3],[4],[5].

Au sein de l' Assemblée Nationale, il fait partie de la commission des affaires sociales. Il préside le groupe d'études parlementaire sur les rapatriés et est secrétaire du groupe d'études parlementaire sur la viticulture.

Il est désigné en tant que délégué national chargé des rapatriés par le Président de son parti politique Les Républicains, Nicolas Sarkozy, en juin 2015.

Il est président de l'antenne biterroise du club « Génération France.fr »[6] fondé par Jean-François Copé.

Le 30 mars 2014, il perd la triangulaire des élections municipales à Béziers contre Robert Ménard, soutenu alors par le Front national.

Il a été élu le 30 janvier 2016 Président de la fédération des Républicains de l’Hérault.

Candidat à un 3e mandat de député, il est éliminé dès le 1er tour 18,28% des voix.

Mandat parlementaire[modifier | modifier le code]

Député

  • Du 4 juillet 2007 au 19 juin 2012 : député de la 6e circonscription de l'Hérault.
  • Depuis le 17 décembre 2012 : député de la 6e circonscription de l'Hérault.

Activité parlementaire[modifier | modifier le code]

Sous la XIVe législature , il est l'auteur de plusieurs propositions de lois :

  • Proposition de loi no 2818 de contribution aux frais d'incarcération en juin 2015[7].
  • Proposition de loi no 2640 en mars 2015[8].
  • Proposition de loi no 2333 visant à la création d'emplois, en novembre 2014[9].
  • Proposition de loi no 2275 portant reconnaissance officielle de la responsabilité de l'État français dans le drame du 26 mars 1962, rue d'Isly, au cours de la guerre d'Algérie en octobre 2014[10].
  • Proposition de loi no 1306 instituant un indice mesurant la persistance, la bioaccumulation et la toxicité des résidus médicamenteux dans les eaux de surface juillet 2013[11].
  • Proposition de loi no 1257 instituant un libre choix pour la mère salariée de transférer une partie des droits à congé de maternité vers le père salarié en juillet 2013[12].

Anciens mandats locaux[modifier | modifier le code]

Conseil municipal :

  • 19 juin 1995-18 mars 2001 : conseiller municipal de Béziers
  • mars 2001-mars 2008 : 8e adjoint au maire de Béziers

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

  • mars 2008 - janvier 2013 : 1er adjoint au maire de Béziers
  • depuis janvier 2013 : conseiller municipal de Béziers[13]
  • À la suite son élimination dès le premier tour des législatives de juin 2017, il démissionne de son mandat de conseiller municipal. Il est remplacé par François Perniola.

Polémiques[modifier | modifier le code]

Triangle noir[modifier | modifier le code]

Le 5 février 2013, lors de la discussion à l'Assemblée nationale du projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, Élie Aboud évoque le triangle rose[14], remplacé par « un triangle noir »[15] : « Ce n’est pas du triangle rose dont parle un pédopsychiatre[16], mais d’un triangle noir, avec inscription SOS Danger » ; cette intervention provoque la colère de la garde des Sceaux Christiane Taubira qui la trouve « inqualifiable »[17],[18].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.charliehebdo.fr/news/beziers-1115.html
  2. Législative partielle sous tension dans l'Hérault, Le Figaro, 5 décembre 2012.
  3. « Élie Aboud en ballottage très favorable dans l'Hérault », Le Figaro, 9 décembre 2012.
  4. « Législatives partielles : un désaveu pour le PS », Le Figaro, 9 décembre 2012.
  5. « Législatives partielles : succès pour l'UMP, qui reprend un siège au PS », Le Monde, 16 décembre 2012.
  6. Génération France.fr
  7. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion2818.asp
  8. http://www.assemblee-nationale.fr//14/propositions/pion2640.asp
  9. http://www.assemblee-nationale.fr//14/propositions/pion2333.asp
  10. http://www.assemblee-nationale.fr//14/propositions/pion2275.asp
  11. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1306.asp
  12. http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion1257.asp
  13. http://www.midilibre.fr/2013/01/08/beziers-gilbert-oules-nomme-premier-adjoint-au-maire,623602.php
  14. Faisant écho aux propos de Christian Assaf, une semaine auparavant, qui avait déclaré que « le temps du triangle rose [était] terminé ».
  15. Sylvain Mouillard, « Mariage pour tous : à l'Assemblée, “triangle noir” et passe d'armes musclée », Libération, 5 février 2013.
  16. Dont il refuse de donner le nom, malgré sa notoriété, dans un entretien donné au Midi Libre le lendemain.
  17. « Le député Élie Aboud évoque le “triangle noir” et provoque la colère de Taubira », lelab.europe1.fr, 5 février 2013.
  18. « Le “triangle noir” du député UMP Elie Aboud déclenche la colère de Mme Taubira », Le Monde, 5 février 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]