Brigitte Kuster

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Kuster.
Brigitte Kuster
Brigitte Kuster en 2011.
Brigitte Kuster en 2011.
Fonctions
Députée française
En fonction depuis le
(4 mois et 26 jours)
Élection 18 juin 2017
Circonscription 4e de Paris
Législature XVe (Cinquième République)
Groupe politique LR
Prédécesseur Bernard Debré
Maire du 17e arrondissement de Paris

(9 ans, 3 mois et 12 jours)
Réélection 30 mars 2014
Prédécesseur Françoise de Panafieu
Successeur Geoffroy Boulard
Conseillère régionale d'Île-de-France
En fonction depuis le
(11 ans, 2 mois et 9 jours)
Réélection 21 mars 2010
13 décembre 2015
Président Jean-Paul Huchon
Valérie Pécresse
Biographie
Nom de naissance Brigitte Thomas[1]
Date de naissance (58 ans)
Lieu de naissance Saint-Cloud (Hauts-de-Seine, France)
Nationalité Française
Parti politique Les Républicains
(anciennement RPR, puis UMP)
Conjoint Gérard Kuster

Brigitte Kuster, née le à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), est une femme politique française, membre de l'UMP, puis des Républicains, conseillère régionale depuis 2006, conseillère de Paris depuis 2001 et maire du 17e arrondissement de Paris entre 2008 et 2017. Elle est porte-parole des Républicains depuis 2016. En 2017, elle est élue députée de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Étudiante en journalisme, Brigitte Kuster commence sa carrière professionnelle comme journaliste à Europe 1[2].

En 1979, elle entre au ministère de l'Environnement comme rédactrice et responsable des publications. Elle est successivement, jusqu'en 1986, chargée de mission au service de presse, puis chargée d'information de la délégation à la Qualité de la vie.

De 1986 à 1988, elle est assistante parlementaire de Gérard Kuster, député du Doubs, avec qui elle est mariée (ils se sont rencontrés en 1979[3]). Elle retourne au service communication du ministère de l’Environnement après la défaite de son mari à Montbéliard lors des élections législatives de juin 1988.

De 1993 à 1995, elle dirige le service de presse de Michel Barnier, ministre de l'Environnement dans le gouvernement d'Édouard Balladur[4].

En 1995, elle devient conseillère technique chargée de la communication de Françoise de Panafieu, ministre du Tourisme dans le gouvernement d'Alain Juppé[4]. Elle suit ensuite Françoise de Panafieu à la mairie de Paris où, jusqu'en 2000, elle est chargée de mission au sein du cabinet de l'adjointe au maire de Paris chargée des parcs et jardins.

En octobre 2000, Michèle Alliot-Marie la nomme directrice adjointe de la communication du RPR[5].

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Son premier engagement politique date de ses 15 ans, où elle milite au sein des Jeunes giscardiens[4].

En mars 2001, elle entre au Conseil de Paris en tant qu'élue du 17e arrondissement[6]. Elle est à deux reprises la suppléante de Patrick Stefanini, candidat dans la dix-septième circonscription de Paris lors des élections législatives 2002 et lors de l'élection partielle de 2003 face à Annick Lepetit.

En 2004, elle est candidate à Paris lors des élections régionales sur la liste UMP menée par Jean-François Copé et entre au Conseil régional en septembre 2006 à la suite de la démission de Dominique Versini.

Membre du Conseil national de l'UMP, elle devient la directrice de campagne de Françoise de Panafieu, d'abord lors des primaires internes à l'UMP pour désigner le candidat à l'élection municipale de 2008, puis lors de la campagne municipale à partir du .

Lors des élections législatives de juin 2007, elle est la candidate UMP dans la 17e circonscription de Paris. Bien qu'arrivée en tête lors du premier tour avec 36,48 % des suffrages exprimés contre 33,11 % à Annick Lepetit, députée socialiste sortant, Brigitte Kuster est battue lors du second tour. Lors des élections législatives de juin 2012, elle se présente en tant que candidate dissidente face à Bernard Debré, candidat officiel de l'UMP, dans la 4e circonscription de Paris[7]. Elle emporte 23 % des voix au premier tour, contre 41 % à Bernard Debré ; qualifiée pour le second tour, elle retire néanmoins sa candidature le lendemain des résultats en se ralliant à son concurrent[8],[9].

Elle soutient Jean-François Copé lors du congrès de l'Union pour un mouvement populaire de 2012. Celui-ci la nomme ensuite secrétaire nationale de l'UMP chargée des transports. Elle devient également membre de la commission nationale d'investiture (CNI)[10].

Maire d'arrondissement[modifier | modifier le code]

Elle devient maire du 17e arrondissement de Paris en mars 2008 après le renoncement de Françoise de Panafieu, pourtant tête de liste aux élections municipales qui ont lieu la même année mais auxquelles elle échoue, malgré sa victoire dans son arrondissement[11].

Elle se prononce en faveur de l'installation du tribunal de grande instance aux Batignolles plutôt que dans le 13e arrondissement. Elle obtient[12], le 29 mars 2009, du président de la République l'installation de la Cité judiciaire qui réunit le TGI et la direction régionale de la police judiciaire (le fameux 36 quai des Orfèvres).

Le maire du 17e arrondissement se prononce en faveur du prolongement de la ligne 14 vers la mairie de Saint-Ouen passe, non seulement par la Porte de Clichy, mais également par un arrêt supplémentaire à Pont-Cardinet[réf. nécessaire]. Cet arrêt est désormais inscrit sur le tracé du Grand Paris Express. Ses adversaires politiques l'accusent de tenter d'usurper la victoire sur ce dossier[13].

Elle milite également en faveur de la requalification de l'avenue de la Grande-Armée (elle s'associe à l'Axe majeur, projet défendu par Jean-Christophe Fromantin, maire de Neuilly-sur-Seine) et de la couverture du périphérique aux portes des Ternes, de Villiers et de Champerret (elle obtient du préfet et des ministres concernés la garantie de l'engagement financier de l'État mais se heurte au refus du maire de Paris de lancer la consultation publique).[réf. nécessaire]

Elle innove dans le domaine culturel en lançant le PASS17 qui permet aux habitants de l'arrondissement de bénéficier de réductions dans les théâtres, cinémas et salles de spectacle du 17e.

Elle se présente aux élections législatives de 2012 dans la même circonscription que le député UMP sortant Bernard Debré[14] ; pour cela, elle se met en congé de l'UMP afin de sa candidature ne soit pas assimilée à une « dissidence »[15].

Elle est la tête de liste UMP-UDI-MoDem dans le 17e arrondissement pour les élections municipales de 2014 à Paris qu'elle remporte dès le premier tour avec 53,53 % des voix[16].

Elle siège au conseil d'administration de l'OTCP (Office du tourisme et des congrès de Paris) et du CRT (Comité régional du tourisme)[5].

Elle figure en deuxième place de la liste parisienne Les Républicains-UDI-MoDem conduite par Pierre-Yves Bournazel, dont la cheffe de file régionale est Valérie Pécresse, lors de l'élection régionale de 2015 en Île-de-France[17]. Elle est réélue conseillère régionale.

Le 6 janvier 2016, elle est nommée porte-parole des Républicains, en tandem avec Guillaume Peltier, Valérie Debord et Guillaume Larrivé[18].

Elle soutient Nicolas Sarkozy pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[19]. Dans le cadre de sa campagne, elle est nommée oratrice nationale chargée du Grand Paris.

Dans l'entre-deux-tours de l'élection présidentielle de 2017 qui oppose Marine Le Pen à Emmanuel Macron, elle annonce qu'elle votera pour le candidat En marche ![20].

Députée de Paris[modifier | modifier le code]

En juin 2017, elle candidate LR-UDI dans la quatrième circonscription de Paris pour les élections législatives de 2017. En ballottage défavorable à l'issue du premier tour face à la candidate de La République en marche ! Ilana Cicurel (36,4 % contre 46,0 %), elle parvient à renverser la tendance au second tour, est élue députée avec 51,5 % des suffrages exprimés.

Elle parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017, scrutin lors duquel est élu le président du parti[21].

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, 130 pages.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des électeurs au conseil régional d’Île-de-France.
  2. Biographie sur le point.fr.
  3. Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, page 25.
  4. a, b et c Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, page 24.
  5. a et b Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, page 27.
  6. Quelle maire pour le 17e arrondissement ?, sur lcp.fr
  7. Fronde de femmes aux législatives parisiennes, sur lemonde.fr
  8. Kuster, dissidente UMP, se retire, Le Figaro, 11 juin 2012.
  9. Législatives : Brigitte Kuster retire sa candidature à Paris, sur elle.fr.
  10. Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, page 31.
  11. G. P., « Paris XVIIe : Panafieu "passe le témoin" à Kuster », lefigaro.fr, 19 mars 2008.
  12. Brigitte Kuster, Madame le ou la maire ? Appelez-moi Brigitte !, éditions Panthéon, février 2014, pages 42-43.
  13. La défaite est orpheline, la victoire a mille parents sur le blog de Julien Bargeton
  14. Des ténors UMP soutiennent une dissidente à Paris, Le Figaro, 8 juin 2012.
  15. Candidate face à Bernard Debré, Kuster se met en congé de l'UMP, sur lci.tf1.fr.
  16. Candidate face à Bernard Debré, Kuster se met en congé de l'UMP, sur paristribune.info.
  17. Sophie Huet, « Les listes de Valérie Pécresse validées à l'unanimité », Le Figaro, vendredi 30 octobre 2015, page 6.
  18. « Les nouveaux porte-paroles des Républicains », sur republicains.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  19. Marie-Anne Gairaud, « À Paris, les soutiens de Sarkozy s’organisent », leparisien.fr, 2 juin 2016.
  20. Marie-Anne Gairaud, « Présidentielle : les élus LR de Paris appellent à voter Macron », leparisien.fr, 28 avril 2017.
  21. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.

Liens externes[modifier | modifier le code]