Ian Boucard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boucard.

Ian Boucard
Illustration.
Ian Boucard en 2017.
Fonctions
Député français
En fonction depuis le
(1 an, 10 mois et 8 jours)
Élection 4 février 2018
Circonscription 1re du Territoire de Belfort
Législature XVe
Groupe politique LR
Prédécesseur Lui-même (indirectement)

(5 mois et 17 jours)
Élection 17 juin 2017
Circonscription 1re du Territoire de Belfort
Législature XVe
Groupe politique LR
Prédécesseur Damien Meslot
Successeur Lui-même (indirectement)
Biographie
Date de naissance (31 ans)
Lieu de naissance Belfort
Nationalité française
Parti politique LR

Ian Boucard, né le à Belfort, est un homme politique français.

Il est député, élu dans la première circonscription du Territoire de Belfort, de juin à décembre 2017 (annulation de son élection par le Conseil constitutionnel) et depuis février 2018.

Biographie[modifier | modifier le code]

Situation personnelle[modifier | modifier le code]

Il naît le à Belfort[1].

Parcours politique[modifier | modifier le code]

D'abord assistant parlementaire du député Damien Meslot (2013), il est devenu conseiller municipal de Belfort en 2014, chargé de l’enfance, de la jeunesse et de la vie associative et vice-président de la communauté d'agglomération du Grand Belfort, chargé de l'habitat et de la politique de la ville[2]. Il est par ailleurs administrateur de l’Office public de l’habitat et de la société d’équipement du Territoire de Belfort (Sodeb) — une entreprise publique locale (EPL)[3].

Depuis 2016, Ian Boucard est secrétaire départemental du parti Les Républicains, auquel il a adhéré dès ses 20 ans (alors Union pour un mouvement populaire)[3].

En juin 2017, il est élu député de la première circonscription du Territoire de Belfort, sous l'étiquette Les Républicains, au second tour des élections législatives, avec 279 voix de plus que le candidat La République en marche ! Christophe Grudler[4]. Son suppléant est Damien Meslot, le député sortant.

Il parraine Laurent Wauquiez pour le congrès des Républicains de 2017[5].

Son élection est annulée par le Conseil constitutionnel le 8 décembre 2017 en raison de la diffusion par Ian Boucard de deux tracts apparaissant faussement comme issus de La France insoumise et du Front national[6]. Il avait aussi commis la négligence de faire figurer la facture de l'imprimerie concernant ces tracts dans son compte de campagne[7].

Le 4 février 2018, il est réélu avec 59 % des voix au second tour[8].

Il est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Besançon le 26 juin 2019, pour « manœuvres frauduleuses », après la diffusion de faux tracts dans le cadre de la campagne législative de 2017[9].

Positions[modifier | modifier le code]

Il revendique « une inclinaison sociale plus forte que la droite historique »[10].

Détail des fonctions et des mandats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ian Boucard », sur assemblee-nationale.fr (consulté le 24 juin 2017)
  2. Sophie Courageot avec AFP, « Qui est Ian Boucard, 29 ans, le nouveau député de Belfort-Sud ? », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  3. a et b Philippe Piot, « Ian Boucard : député à 29 ans », L'Est républicain,‎ (lire en ligne)
  4. « Résultats des législatives 2017: dans le Territoire de Belfort, Les Républicains ont bien résisté », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Ludovic Vigogne, « La liste des 136 parrains de Laurent Wauquiez », lopinion.fr, 11 octobre 2017.
  6. Conseil Constitutionnel : Communique des decisions du 8 décembre 2017
  7. Le Canard Enchaîné, mercredi 13 décembre 2017, page 2, 5e colonne.
  8. https://www.huffingtonpost.fr/2018/02/04/legislative-partielle-a-belfort-ian-boucard-depute-sortant-lr-elu-face-au-candidat-lrem_a_23352508/
  9. https://france3-regions.francetvinfo.fr/bourgogne-franche-comte/ian-boucard-depute-lr-du-territoire-belfort-sera-juge-26-juin-correctionnelle-1640880.html
  10. Pierre-Alain Furbury, « Les « jeunes schnocks » de la droite », les Echos, 23 janvier 2019

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]