Gauzbert du Maine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gauzbert († 851) fut comte du Maine de 840 à 851. Il était de la famille des Rorgonides.

Origine[modifier | modifier le code]

Gauzbert serait le fils putatif et homonyme de Gauzbert abbé de l'abbaye Saint-Maur de Glanfeuil, le frère de Rorgon Ier. Ses deux frères, Gauzlin et Theodrad († 861), sont successivement eux aussi abbés de Saint-Maur[1].

André Chédeville et Hubert Guillotel[2], comme Janet L. Nelson[3], distinguent Gauzbert le « Jeune » (juvenis), qui était l'ennemi de Lambert II de Nantes tué en combattant pour Charles le Chauve lors de la bataille de Jengland, et son fils et homonyme Gauzbert le « Petit », le « Tout Jeune » ou encore le « Jeunet » (juvenculus), exécuté deux ans après.

Gauzbert le Jeune[modifier | modifier le code]

Gauzbert « le Jeune » († 851) est cité pour la première fois en 839 dans une charte de Rorgon Ier, comte du Maine. Ce dernier meurt peu de temps après, laissant des enfants en bas âge, et Gauzbert assure le gouvernement et la défense du comté du Maine contre les Vikings. Il doit aussi lutter contre le comte de Nantes Lambert II et son allié le roi Erispoë, et il est tué avec d'autres grands du royaume – comme le comte Vivien, chambrier, et Hilmerad le comte palatin, tous deux au service de Charles le Chauve –, à la bataille de Jengland, le 22/23 août 851[4].

Gauzbert le Jeunet[modifier | modifier le code]

C'est son fils et homonyme Gauzbert « le Jeunet » († 853) qui tue Lambert II dans une embuscade, le 1er mai 852[5] et fait exécuter son frère Garnier.

En mars 853, Charles le Chauve accuse Gauzbert d'alliance avec les Bretons, alors en révolte, et le fait décapiter (decollatus). Cette exécution, qui était le châtiment réservé aux traîtres, incite certains Grands du royaume à se révolter et à appeler à l'aide Louis le Germanique [6]. Selon la Chronique de Saint-Maixent, Gauzbert est tué par les Nantais[7].

On ne sait pas s'il se maria, ni s'il eut des enfants. C'est Rorgon II qui lui succéda.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale. Paris, Publications de la Sorbonne, 1995 (ISBN 2859442685). Tableau no 61, « Les Rorgonides », p. 445.
  2. La Bretagne des Saints et des rois Ve-Xe siècle. Rennes, Ouest-France Université, 1984 (ISBN 2858826137), « Tableau généalogique de la famille de Rorgon, comte d'Alet puis du Maine », p. 221.
  3. Charles le Chauve. Paris, Aubier, 1994 p. 194-195.
  4. André Chédeville Hubert Guillotel, La Bretagne des saints et des rois Ve-Xe siècle. Rennes, Ouest-France Université, 1984 (ISBN 2858826137), p. 285.
  5. Chronique de Saint-Maixent : « Et l'année suivante, Lambert, comtes de Nantes, est tué dans une guerre par Gausbert, comte du Maine. »
  6. Janet L. Nelson, op. cit., p. 195.
  7. Chronique de Saint-Maixent, p. 59 : « Gaubert, comte du Maine tomba dans une embuscade des Nantais et fut tué. »

Sources[modifier | modifier le code]

  • Régine Le Jan, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale. Paris, Publications de la Sorbonne, 1995 (ISBN 2859442685).
  • Janet L. Nelson, Charles le Chauve. Paris, Aubier, 1994 (ISBN 2700722612).

Liens externes[modifier | modifier le code]