Château de Stirling

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Château de Stirling
Image illustrative de l'article Château de Stirling
Château de Stirling vu sous l'angle sud-ouest
Nom local Stirling Castle
Période ou style Forteresse
Début construction XVe siècle
Propriétaire actuel Historic Scotland
Protection  Classé en catégorie A[1]
Coordonnées 56° 07′ 23″ N 3° 56′ 48″ O / 56.12313, -3.94666 ()56° 07′ 23″ Nord 3° 56′ 48″ Ouest / 56.12313, -3.94666 ()  
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation Écosse Écosse
Ville Stirling

Géolocalisation sur la carte : Écosse

(Voir situation sur carte : Écosse)
Château de Stirling

Situé dans la ville de Stirling en Écosse, le château de Stirling est l'un des plus grands et des plus importants châteaux d'Écosse, et même d'Europe occidentale, tant du point de vue historique qu'architectural. Il a été érigé sur la "colline du château" (the castle hill), un crag volcanique, et il est entouré sur trois côtés par des falaises à pic, ce qui le rendait facile à défendre. Cette caractéristique, ainsi que sa position stratégique, ont fait de lui une importante place forte dès l'origine. Le château est classé monument national, et est régi par Historic Scotland, l'agence écossaise des Monuments historiques.

Description[modifier | modifier le code]

Les jardins du château

La plupart des bâtiments principaux du château datent des XVe et XVIe siècles, bien que quelques édifices du XIVe siècle aient été conservés. Les défenses extérieures faisant face à la ville datent, elles, du début du XVIIIe siècle. Au tout début du XIVe siècle, le château fut assiégé par Édouard Ier d'Angleterre au cours de sa campagne en Écosse. Les historiens notent que c'est au cours de cet assaut que « Warwolf » (le Loup de guerre), le plus grand trébuchet jamais construit, fut utilisé pour la première fois, et ce avec des effets dévastateurs.

La bretèche, qui défend l'entrée du château proprement dit depuis les défenses extérieures, fut érigée par Jacques IV d'Écosse et constituait à l'origine une partie d'un splendide avant-corps, qui s'étendait sur toute la largeur du rocher. À ses deux extrémités se trouvaient des casemates rectangulaires massives, et, en son centre, quatre grandes tours rondes, aux toits coniques, encadraient l'entrée. De ce superbe ensemble, il ne subsiste que la casemate sud, ou Tour du prince, attenante maintenant au palais actuel, une fraction contiguë du mur d'enceinte, l'entrée, les parties basses des tours rondes intérieures, et des vestiges des tours extérieures et de la casemate nord.

Durant la guerre civile, la garnison du château, qui arborait les couleurs du roi, fit feu sur le marquis d'Argyll, lors de sa fuite de la bataille du pont de Stirling.

À gauche de la bretèche, se trouve le palais lui-même, qui forme le côté sud de la cour principale. Sa construction débuta avec Jacques IV, mais il est surtout l'œuvre de Jacques V. Avec sa combinaison d'architecture Renaissance et de gothique flamboyant réalisée en maçonnerie de grande qualité, il est l'un des bâtiments d'Écosse les plus impressionnants du point de vue de l'architecture. Le plafond de la salle d'audience du roi était décoré à l'origine avec les célèbres portraits en médaillon, connus sous le nom de « Têtes de Stirling », qui furent retirés en 1777. Beaucoup d'entre eux ont été conservés au château, quelques-uns au Smith Institute de Stirling, et d'autres au Musée national des Antiquités d'Édimbourg. Il est question de remettre le plafond au plus près de sa forme originelle.

La cour principale est close à l'est par le Grand Hall, construit par Jacques IV. Il a été restauré dans son aspect original en 1999, après avoir été, pendant des décennies, utilisé comme caserne. Mesurant 38 mètres de long sur 11 mètres de large, il possède à son extrémité sud deux magnifiques oriels encadrant le dais. À son côté est, se tient le « Cunzie Hoose », l'ancien Hôtel de la Monnaie. La chapelle royale, d'architecture Renaissance, qui forme le côté nord de la cour principale, a été construite par le roi Jacques VI en 1594 pour le baptême de son fils et héritier, le prince Henri, sur l'emplacement de la chapelle royale médiévale.

L'image du château apparaît au dos des billets de 20 £ de la Clydesdale Bank.

L'esplanade du château, le terrain de manœuvre, a été utilisée comme salle de spectacle à ciel ouvert pour plusieurs représentations musicales connues, qui ont tiré parti du château et de ses abords pour enregistrer des DVD « en concert ». Parmi les représentations récentes, on compte R.E.M., Ocean Colour Scene, Bob Dylan, Wet Wet Wet, Runrig. L'esplanade accueille aussi les célébrations de Hogmanay de la ville.

Principaux événements de l'histoire du château[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Légende[modifier | modifier le code]

Comme la plupart des châteaux écossais, Stirling a ses fantômes. Le plus connu est celui d'une "dame verte" qui aurait été une servante de la reine Marie Stuart, à qui elle aurait sauvée la vie en découvrant à temps un incendie dans les tentures de sa chambre pendant qu'elle dormait. Depuis lors, cette "dame verte" apparaîtrait régulièrement pour annoncer des incendies ou des catastrophes[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Historic Scotland, « Notice no 41141 », sur hsewsf.sedsh.gov.uk.
  2. Les lieux hantés - Éditions Time-Life - Amsterdam - 1989

Source[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]