Classement IRB des équipes nationales de rugby à XV

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Classement IRB des équipes nationales de rugby à XV est un classement créé par l'International Rugby Board (IRB) qui permet de comparer les performances des équipes nationales masculines de rugby à XV. Il a été publié pour la première fois le 13 octobre 2003, au début de la coupe du monde, mais ce premier classement prenait en compte tous les résultats depuis 1871. Seules l'Angleterre, la Nouvelle-Zélande et l'Afrique du Sud ont déjà été en tête de ce classement.

Premiers du
Classement IRB

Équipe d'Afrique du Sud de rugby à XV Équipe de Nouvelle-Zélande de rugby à XV Équipe d'Angleterre de rugby à XV

Principes[modifier | modifier le code]

Le classement est fondé sur un système d'échange de points. Après chaque match international, l'équipe gagnante prend des points à l'équipe perdante. Le nombre de points échangés dépend de la différence de points entre les deux équipes au début du match : il est plus important si l'équipe la moins bien classée remporte le match. Cependant, il est plafonné et varie entre 0 et 2.

Les victoires par plus de 15 points d'écarts augmentent le nombre de points échangés de 50 % et les matchs de phase finale de coupe du monde valent double. Tous les autres matchs internationaux sont traités de la même manière, qu’il s’agisse de matchs de compétitions internationales ou de matchs amicaux. Par ailleurs, l'avantage de jouer à domicile est également pris en compte.

Toutes les nations ont un nombre de points compris entre 0 et 100, celui de l'équipe classée en tête étant habituellement supérieur à 90.

Historique[modifier | modifier le code]

Le classement a été publié pour la première fois le 13 octobre 2003, au début de la coupe du monde. À l'époque, l'Angleterre, en tête avec 89,95 points, devance de très peu la Nouvelle-Zélande (89,80 points). L'Australie, troisième, est loin derrière avec 84,76 points. La victoire de la Nouvelle-Zélande en quart de finale face à l'Afrique du Sud, pendant que l'Angleterre ne gagne aucun point en battant le pays de Galles, lui permet de prendre la tête mais sa défaite la semaine suivante laisse au XV de la Rose, finalement vainqueur de cette coupe du monde, la première place pendant plusieurs mois.

En juin 2004, les Néo-Zélandais reprennent la tête du classement en battant deux fois de suite les Anglais à domicile, 36-3 à Dunedin puis 36-12 à Auckland. Ils ne la quittent plus jusqu'à la coupe du monde 2007. L'Afrique du Sud s'empare de la première place après sa victoire face à l'Angleterre en finale et la garde jusqu'au Tri-nations suivant. En effet, lors du premier match de l'édition 2008, les Néo-Zélandais battent les Sud-africains à Wellington et les dépassent au classement. La revanche la semaine suivante à Dunedin (30-28) rend la place de leader aux Springboks, mais les Blacks s'imposent au Cap le 16 août et remontent sur la plus haute marche pour une année.

Lors du Tri-nations 2009, l'Afrique du Sud devance à nouveau la Nouvelle-Zélande après sa victoire à Durban le 3 août. Sa victoire dans ce tournoi lui permet de conserver la tête du classement mais les défaites en France et en Irlande en novembre 2009, combinées aux victoires des All Blacks en Australie, au pays de Galles, en Angleterre puis en France sur la même période, redonnent la place de no 1 aux Néo-Zélandais le 30 novembre. Ceux-ci remportent la coupe du monde en 2011 face aux Français 8-7 et conservent donc leur place de meilleure équipe du monde, celle-ci étant renforcée par les deux titres consécutifs remportés au "Four-nations" ainsi que par les bons résultats obtenus lors des tests matches, en 2012 et en 2013.

Classification des équipes nationales[modifier | modifier le code]

L'International Rugby Board met en place en 2004 un système de classification des équipes nationales en trois niveaux appelés les tiers[1] : le tier 1 regroupe les six équipes du Tournoi des Six Nations, les trois équipes du Tri-nations et l'Argentine ; le tier 2 regroupe sept équipes historiques du rugby mondial[réf. nécessaire] et le tier 3 comprend toutes autres équipes.

Répartition des équipes dans les Tiers
Équipes du Tier 1 Équipes du Tier 2 Équipes du Tier 3

toutes les autres

Ce système de répartition est depuis révolu, on retrouve cependant de nombreuses références à cet ancien système dans la nouvelle organisation. En effet, depuis 2008, une nouvelle classification remplace le système des Tier. Il s'agit d'une classification par bande qui définit les quatre niveaux suivants[2] :

  1. le High performance band, qui regroupe les dix-sept pays des tier 1 et 2 ;
  2. le Performance band composé de l'Espagne, la Géorgie, la Namibie, le Portugal, la Russie et l'Uruguay[3] ;
  3. le Targeted band, comprenant quatre pays ciblés à fort potentiel de développement ;
  4. le Developmental band, qui regroupe tous les autres pays.
Répartition des équipes dans les bandes
Équipes du High performance band Équipes du Performance band Équipes du Targeted band Équipes du Developmental band

toutes les autres

Classement[modifier | modifier le code]

Les listes ci-dessous donnent le classement établi le 23 juin 2014 pour les vingt premiers[4].

Rang Pays Points Évolution

rang

1 Drapeau : Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande 93.81 en stagnation
2 Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud 89.34 en stagnation
3 Drapeau : Australie Australie 86.94 en stagnation
4 Drapeau : Angleterre Angleterre 85.68 en stagnation
5 Drapeau : Irlande Irlande 83.44 en stagnation
6 Drapeau : Pays de Galles Galles 80.70 en stagnation
7 Drapeau : France France 80.01 en stagnation
8 Drapeau : Écosse Écosse 77.78 en stagnation
9 Drapeau : Samoa Samoa 76.59 en stagnation
10 Drapeau : Japon Japon 75.39 en augmentation
11 Drapeau : Fidji Fidji 74.56 en diminution
12 Drapeau : Argentine Argentine 73.98 en diminution
13 Drapeau : Tonga Tonga 72.58 en stagnation
14 Drapeau : Italie Italie 70.92 en stagnation
15 Drapeau : Géorgie Géorgie 70.46 en stagnation
16 Drapeau : Roumanie Roumanie 68.42 en augmentation
17 Drapeau : Canada Canada 68.01 en diminution
18 Drapeau : États-Unis États-Unis 67.30 en stagnation
19 Drapeau : Uruguay Uruguay 62.89 en augmentation
20 Drapeau : Russie Russie 62.06 en diminution

Règle de calcul des points échangés[modifier | modifier le code]

Pour calculer le nombre de points gagnés ou perdus par une équipe après un match, on calcule d'abord la différence de points qu'elle a avec l'équipe adverse avant le match :

D = \mathrm{points\ au\ classement\ IRB\ de\ l'\acute equipe\ }-\mathrm{\ points\ au\ classement\ IRB\ de\ l'\acute equipe\ adverse\ } +\ B

avec B=3 si l'équipe joue à domicile, B=-3 si elle joue à l'extérieur, B=0 si le match se joue sur terrain neutre.

Ensuite, le nombre de points échangés est linéaire selon D. Pour plafonner ce nombre, on considère qu'une différence de points D supérieure à 10 équivaut à une différence de points égale à 10. Ainsi, si D > 10, on prend comme valeur D = 10 et si D < -10, on prend comme valeur D = -10. En cas de victoire, l'équipe gagne 2 points si D = -10 (victoire surprenante) mais 0 point si D = 10 (victoire prévisible). De même, en cas de défaite, l'équipe perd 2 points si D = 10 mais 0 point si D = -10. Après un match nul, l'équipe perd 1 point si D = 10 et gagne 1 point si D = -10.

Enfin, selon le score et l'importance du match, on prend en compte un coefficient multiplicateur C qui vaut :

  • C = 1 avec une victoire de 15 points ou moins
  • C = 1.5 pour une victoire avec plus de 15 points d'écart
  • C = 2 pour une victoire en coupe du monde, avec 15 points d'écart ou moins
  • C = 3 pour une victoire en coupe du monde, avec plus de 15 points d'écart

Finalement :

  • si l'équipe gagne, elle remporte C \times \left(1-\frac{D}{10}\right) points. L'équipe adverse perd ce même nombre de points.
  • si l'équipe perd, elle perd C \times \left(1+\frac{D}{10}\right) points. L'équipe adverse gagne ce même nombre de points.
  • s'il y a match nul, l'équipe gagne ou perd, suivant la valeur de D, C \times \frac{D}{10} points. L'autre équipe gagne ou perd ces points.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] (en) « IRB Strategic Plan from », sur www.irb.com, IRB,‎ novembre 2004 (consulté le 14 novembre 2013)
  2. (en) « IRB announces increased funding for the game », sur www.irb.com, IRB,‎ 25 janvier 2008 (consulté le 14 novembre 2013)
  3. Toutes les équipes pays du Performance band ont participé à au moins une Coupe du monde.
  4. (en) « IRB World Rankings », sur www.irb.com, IRB,‎ 23 juin 2014 (consulté le 23 juin 2014)

Lien externe[modifier | modifier le code]