Maison-tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tours de San Gimignano en Italie

La maison-tour est un type d'habitat médiéval. Ces tours peuvent être trouvées en grand nombre dans les villes en Italie, où elles sont appelées Casatorre ou simplement Torre en Toscane. Elles forment aussi la base de nombreux châteaux d'Écosse, où l'on parle de tower-house. En Italie, elles étaient initialement fortifiées lors de leur apparition au Xe siècle puis elles perdirent leur rôle défensif, les attributs militaires symbolisant alors la puissance de leurs propriétaires. En Écosse au contraire, les châteaux sont fréquemment développés autour de la maison-tour, ajoutant donc de nombreux bâtiments et défenses.

En Écosse et en Irlande[modifier | modifier le code]

Une maison-tour est une structure en pierre construite à la fois pour se défendre et pour y habiter. Ces bâtiments étaient érigés dans les parties les plus sauvages de la Grande-Bretagne, plus particulièrement en Écosse et en Irlande, à partir du haut Moyen Âge jusqu'au XVIIe siècle. On en trouve un grand nombre dans la région des Scottish Borders, où on considère au même titre les tours de guet (peel tower) et les bastle houses (sortes de fermes fortifiées). Certaines tours sont toujours intactes et habitées tandis que d'autres ne sont plus que des ruines.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

En Toscane[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Maison-tour toscane.

Un grand nombre de maisons-tours citadines peuvent être trouvées en Toscane ; dans les années 1200, on en trouvait par exemple 167 dans la seule ville de Florence. Initialement fortifiées dès leur apparition au Xe siècle, les maisons-tours perdent leur rôle défensif ; leurs attributs militaires symboliseront alors la puissance de leurs propriétaires principalement dans les principales métropoles : Lucques, Florence, Pise, Sienne, San Gimignano, Pérouse.

Tours à Florence
  • 22 tours dans le quartier romain dont Torre degli Adimari, Torre degli Amidei, Torre dei Baldovinetti, Torre dei Buondelmonti, Torre della Castagna, Torre dei Ciacchi, etc.
  • 6 tours dans le quartier de Santa Croce : Torre degli Alberti, Torre dei Bagnesi, Torri di Corso Donati, Torre dei Filipetri, Torre dei Pazzi di Valdarno, Torri dei Peruzzi.
  • 10 tours dans l'Oltrarno : Torre del Gallo, Torre degli Angiolieri, Torri dei Barbadori, Torre dei Belfredelli, Torre dei Lanfredini, Torre dei Mannelli, Torre dei Marsili, Torre dei Ramaglianti, Torre dei Rossi-Cerchi, Torre degli Ubriachi.
Tours à San Gimignano
  • Torre Rognosa, 52 m
  • Torre Grossa, 54 m
  • Torri dei Salvucci, jumelles de 51 m
  • Torri degli Ardinghelli
  • Torre dei Becci
  • Torre Chigi
  • Torre dei Cugnanesi
  • Torre del Diavolo
  • Torre di palazzo Pellari

En Ombrie[modifier | modifier le code]

Pérouse : fresque de Sant Ercolano et San Ludovico (1454) par Benedetto Bonfigli
  • À Pérouse  : sur la cinquantaine de tours attestées au XIIIe siècle et détruites en 1531 sur ordre du pape Paul III profitant d'une rébellion des Pérugins contre une taxe papale, seule la Torre degli Sciri subsiste, un des sommets de la ville (46 m).

À Bologne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tours de Bologne.

Dans le sud-ouest de la Chine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tours de l'Himalaya.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Le Torri di Firenze e del suo territorio, Lara Mercanti et Giovanni Straffi, Alinea Editrice, Florence (2003)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :