Motorola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour Motorola après la restructuration de 2011, voir Motorola Solutions et Motorola Mobility.

Motorola

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Logo de Motorola Mobility depuis Juin 2013

Création 1928
Disparition 4 janvier 2011, scission en Motorola Mobility et Motorola Solutions
Fondateurs Paul Galvin
Forme juridique Public
Action NYSE : MOT
Slogan HelloMoto
Siège social Drapeau des États-Unis Schaumburg, Illinois (États-Unis)
Direction Greg Brown, CEO & Chairman
Produits Téléphone mobile
semi-conducteurs
talkie-walkie
Effectif 64 000 (au 31 décembre 2008)
Site web www.motorola.com

Motorola Inc. était une entreprise américaine, fondée en 1928 par Paul Galvin[1] et scindée en deux en 2011. Spécialisée dans l'électronique et les télécommunications, l'entreprise est basée à Schaumburg dans la banlieue de Chicago (États-Unis). Après avoir accusé entre 2007 et 2009 des pertes de plus de 4,3 milliards d'euros, elle est scindée en deux entités, Motorola Solutions et Motorola Mobility, le 4 janvier 2011. Motorola Mobility est racheté par Google le 15 août 2011[2], qui le revend en janvier 2014 à Lenovo pour 2,91 milliards de dollars[3] tout en conservant un portefeuille de brevet.

Historique[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Fondée en 1928 à Chicago dans l'Illinois aux États-Unis, par Paul Galvin sous le nom de Galvin Manufacturing Corporation. Elle adopte le nom de Motorola en 1930. En 1941, elle commercialise le talkie-walkie militaire SCR-300 (en)[1].

Après la seconde guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1950, elle met sur le marché un poste de télévision grand public qui lui permet de devenir peu à peu une très grande entreprise[1].

En 1997, sa branche Motorola Semiconductor, spécialisée dans les semi-conducteurs, réalise environ 1/4 du chiffre d'affaires[4]. En 2004, elle se sépare de cette branche, qui devient Freescale Semiconductor.

En 2006, l'entreprise subit l'abandon par la société Apple de ses processeurs RISC PowerPC, au profit de l'architecture x86 de son concurrent d'alors Intel Corporation.

Depuis 2008[modifier | modifier le code]

L'entreprise termine bénéficiaire l'année 2007 mais, en 2008, elle accuse un recul important de part de marché sur la téléphonie mobile, qui lui cause des pertes financières[5].

La situation s'aggrave en 2009[6]. Début 2010, l'entreprise annonce son intention de scinder ses activités en deux pôles autonomes, les équipements professionnels et les terminaux mobiles[6]. En cours d'année, elle cède l'activité d'équipements de réseau à Nokia Siemens Networks, pour la somme de 1,2 milliard de dollars (environ 920 millions d'euros).

En 2011, elle se scinde en deux, Motorola Solutions et Motorola Mobility. En août de la même année, Google acquiert cette dernière contre 12,5 milliards $.

En janvier 2014, Google revend Motorola Mobility à Lenovo pour 2,91 milliard de dollars[7].

Métiers[modifier | modifier le code]

Motorola s'est illustrée en créant de nombreux objets devenus usuels, tels que l'autoradio ou le talkie-walkie. Elle a été parmi les premiers à construire des récepteurs de télévision en couleur. Elle est connue pour avoir fabriqué des appareils à usage domestique comme des set-top box et des magnétoscopes numériques.

Elle concevait et commercialisait des équipements d'infrastructure pour réseau sans fil tels que des stations de base et amplificateurs de signal pour des transmissions sans fil. Dans le domaine des produits à usage industriel et militaire, elle a participé au lancement de la constellation de satellites de télécommunication Iridium.

Elle a été compétiteur d'Intel dans le domaine des semi-conducteurs, en particulier avec des gammes de processeurs (680x0, 88000, PowerPC, DragonBall et ColdFire) et de microcontrôleurs (68HC11).

Production[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des produits Motorola.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]