Banshee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Banshee (homonymie).

Banshee

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Banshee, illustration de W.H. Brooke pour les Fairy Legends and Traditions of the South of Ireland de Thomas Crofton Croker, 1825.

Créature

Autres noms banshie, irlandais : bean sí, écossais : bean shìth, bean shìdh
Nom moyen irlandais bean sídhe
Groupe Créature de la mythologie et du folklore
Sous-groupe Aos sidhe / Sidhe
Caractéristiques Lien avec la mort et l'Autre monde
Proches Bean nighe, Sluagh

Origines

Origine Mythologie celtique des Gaëls (Bansidh)
Région Irlande, Écosse

Une banshee[1], banshie ou bean sí est une créature féminine surnaturelle de la mythologie celtique irlandaise, considérée comme une magicienne ou une messagère de l'Autre monde (sidh). Elle est comparable à d'autres créatures mythologiques d'Europe (mythologie galloise ou nordique).

Ultérieurement, dans les légendes du folklore irlandais et écossais, la banshee est décrite comme une messagère de mort, une créature surnaturelle féminine qui commence à gémir ou crier quand quelqu'un est sur le point de mourir. Elle est souvent confondue avec la bean nighe, vue en train de nettoyer du linge. La banshee est souvent comparée à d'autres créatures légendaires d'Europe ou du monde, comme la Dame blanche.

Étymologie[modifier | modifier le code]

La banshee est connue par différents noms, selon les langues et les époques. La désignation actuelle la plus commune est le terme anglais banshee (attesté en 1771) qui dérive du gaélique irlandais par emprunt phonétique[2].

En gaélique d'Irlande, le terme est bean sidhe (ou bean sí, anciennement ben síd), en gaélique d'Écosse bean sith, signifiant littéralement « femme du sidh »[2],[3]. Le sidh (ou , síd, sith, sidhe) désignait l'Autre Monde dans la mythologie celtique du peuple Gaël, puis ce terme pris ultérieurement le sens de « colline, tertre, monticule » (donnant accès au royaume des dieux ou de la mort), puis le sidhe/sith (confondu avec Aos sidhe) pris finalement le sens de « peuple des collines » ou de « fée » (anglais fairy)[2].

La banshee est parfois désignée d'après son comportement : en Irlande par bean chaointe (écossais caointeach, anglais keening woman), c'est-à-dire la « femme qui hurle des mélopées funèbres »[3].

Dans le sud-est de l'Irlande, la banshee est également désignée par différentes formes dialectales de badhbh ; ce terme dérive de Badh (ancien Bodhb), nom d'une déesse protectrice (ou guerrière) dans la mythologie celtique ou médiévale[3].

Mythologie celtique des Gaëls[modifier | modifier le code]

En vert, les régions de langues gaéliques des îles Britanniques vers le Ve siècle.
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

Si la documentation nous provient essentiellement de la littérature irlandaise médiévale (après la christianisation de l'Irlande), la bean sí est probablement d'origine celtique.

Il est difficile de déterminer le sens originel de bean sí, en raison du mélange de concepts pagannistes et christianniques dans les textes médiévaux. Anciennement, bean sí aurait pu désigner une « qualité mystique ou magique » () attachée à une « femme » (bean). Ce ne serait qu'à partir du VIIIe siècle, que la bean sí prendrait dans les textes le sens de « femme de l'Autre monde ».

Ce sont des magiciennes qui se déplacent généralement sous la forme de cygnes, et qui chantent une musique divine. Systématiquement, les récits insistent sur leur jeunesse et leur beauté, leur irrésistible pouvoir de séduction. Leur magie est plus puissante que celle des druides pour les affaires d’amour. Elles servent d’intermédiaire entre les dieux des Tuatha Dé Danann et les hommes.[réf. nécessaire] Parfois elles accordent leurs faveurs à des hommes, s’ils en sont dignes, c’est-à-dire à des héros ou à des guerriers émérites, tels Conle ou Bran Mac Febail et les emmènent avec elles, dans la « Plaine des Plaisirs », Mag Meld, un autre nom du Sidh. Parfois leur apparition provoque une maladie que nulle médecine ne peut guérir, et qui conduit à la mort, à moins d’une intervention divine.

Le récit, superficiellement christianisé, de la mort de Muirchertach Mac Erca (Aided Muir-chertaig Meic Erca) nous présente une bansidh et ses pouvoirs. Dans cette histoire, le héros n’est pas emmené dans le sidh, mais la femme exerce dans le monde avant de se convertir. Sin, la femme de l’Autre Monde, est d’une telle beauté que le roi ne peut résister à la séduction et elle exige qu’il répudie et chasse son épouse. Il lui est interdit de prononcer le nom de la femme (geis), sous peine de mort. Sa magie est telle qu’elle peut créer des armées, changer l’eau en vin, transformer des pierres en moutons et des fougères en porcs, elle peut aussi faire de l’or et de l’argent.

Article connexe : Aos sí.

Folklore des îles Britanniques[modifier | modifier le code]

The Banshee (1897), aquarelle de Henry Meynell Rheam
The Banshee (1902), Henry Justice Ford

La banshee du folklore concerne toutes les légendes et croyances populaires des îles Britanniques (Irlande et Grande-Bretagne). Ces légendes étaient transmises de génération en génération, principalement par voie orale (contes, récits, chants, rites). Les banshee sont restées un objet de croyance depuis le Moyen Âge jusqu'au début du XXe siècle où les légendes et contes populaires ont été collectés par des chercheurs.

Protectrice des terres et familles[modifier | modifier le code]

Chaque grande famille irlandaise avait sa propre banshee. Celle-ci suivait la famille si elle déménageait dans un autre pays.

« Une des plus belles superstitions des fictions irlandaises est d'assigner à certaines familles d'une vieille souche et d'un rang distingué, le privilège d'une banshie, ainsi nommée, ou fée domestique, dont l'office est d'apparaître en deuil pour annoncer la mort prochaine d'un membre de cette race. »[4]

Souvent, la venue d'une banshee associée à une ancienne famille s'accompagne de celle d'un coche noir, conduit par un fantôme sans tête. C'est lui qui est alors chargé de recueillir l'âme du défunt. En janvier 1804, deux soldats du Coldstream Regiment virent passer un tel attelage à Londres. Lorsqu'ils virent une femme sans tête se déplacer le long du Birdcage Walk en coche, ils eurent une frayeur telle qu'ils durent séjourner quelque temps à l'hôpital[5].

Cette tradition d'une banshee protectrice des familles peut être comparée à d'autres figures légendaires d'Europe, comme les lares de l'Antiquité romaine, d'origine étrusque : des divinités protectrices particulières à chaque famille (Lar familiaris)[6].

Messagère de mort[modifier | modifier le code]

Une caractéristique majeure du folklore de la banshee est son lien avec l'annonce ou le présage de mort. Dans les traditions et récits médiévaux, la manifestation de la banshee était liée aux aspects guerriers, avec l'annonce des morts durant les batailles sanglantes et la symbolique du passage vers l'Autre Monde (chrétien ou paganiste). À l'époque moderne, dans le contexte d'une société paisible, la banshee annonce généralement les morts (de cause naturelle) au sein d'une famille ou d'une maison.

Selon Lysaght, l'origine principale des légendes de Banshee, en tant que messagère de mort, est la figure et le rôle de déesses mythologiques celtiques irlandaises[7]. D'autres origines sont parfois supposées, comme l'ancienne tradition et pratique irlandaise des lamentations funèbres, le folklore anglo-saxon des fées (fairies), le folklore médiéval et moderne des fantômes et esprits revenants d'une femme (attachée à une famille)[7] ou le folklore autour du « peuple des monticules » (aos sidhe).

Laveuse des morts[modifier | modifier le code]

D'après la tradition orale du XXe siècle, dans le Comté de Galway (ouest de l'Irlande) et ses régions limitrophes, la banshee nettoie parfois un linge dans un cours d'eau ; à l'identique d'autres légendes de lavandière de nuit, comme le présage de mort de la bean nigh du folklore gaélique d'Écosse ou la kannerezed noz de Bretagne.

Selon Lysaght, ce folklore moderne est directement relié aux histoires médiévales irlandaises qui mentionnent que la déesse celte Badb annonçait les morts à la bataille en nettoyant les vêtements ensanglantés des personnes destinées à mourir[3].

Pleureuse[modifier | modifier le code]

Selon la tradition, la banshee annonce parfois la mort par des pleurs, des gémissements ou des lamentations ; ou plus exactement des « mélopées funèbres ». Par ce comportement, elle est ainsi dénommée en irlandais bean chaointe, écossais caointeach, anglais keening woman (« femme pleureuse »).

Ces « mélopées funèbres » (keening en anglais) font directement référence à l'ancienne pratique gaélique des pleureuses ; des femmes qui improvisaient des lamentations vocales durant les processions funèbres et les enterrements, afin de rendre hommage au mort et à sa famille. Cette pratique funèbre (présente dans plusieurs région du monde) est attestée en Irlande et en Écosse durant le Moyen Âge. Elle a progressivement disparu, suite à l'interdiction de cette pratique par l'Église catholique en Irlande[8]. Ces pleureuses (parfois rémunérées) imitaient généralement les aspects de la banshee légendaire, en portant par exemple leurs cheveux dénoués, une longue robe, les pieds nus…

Crieuse[modifier | modifier le code]

Dans le folklore plus tardif, notamment la tradition orale du XXe siècle, la banshee annonce la mort par un cri ou hurlement terrifiant. Cette tradition moderne semble particulièrement présente dans les régions influencées par des cultures non gaéliques, telles que l'Est de l'Irlande, le sud de l'Écosse, le pays de Galles.

Le cri de la banshee se distingue clairement d'un cri humain ou animal, et il se fait toujours entendre durant la nuit. Il est entendu le soir par les personnes encore éveillées, ou bien il réveille les personnes durant leur sommeil. Ce cri annonce la mort d'une personne dans la maison ou la famille, ou bien c'est le présage de la mort imminente d'une personne.

Cette banshee crieuse, souvent assimilée à un esprit ou fantôme, est similaire à d'autres figures de revenants du folklore médiéval d'Europe, qui par leurs cris annoncent un décès[9].

Apparence[modifier | modifier le code]

D'après les récits et témoignages collectés, il apparait plusieurs caractéristiques fréquentes sur l'apparence de la banshee. La banshee est toujours un être solitaire.

Elle est très souvent décrite portant de longs cheveux, qui sont dénoués et visibles, à l'inverse de l'ancienne tradition irlandaises des femmes cachant leurs cheveux dans un foulard. Quelques légendes mentionnent la banshee se coiffant ou son peigne volé par un humain.

La banshee porte généralement une longue robe, à la mode ancienne. Parfois la banshee est pieds nus. Les descriptions reprennent parfois certaines caractéristiques légendaires des fantômes, telle que l'extrême pâleur ou la blancheur de sa peau ou les traits morbides de son visage.

Légendes et créatures apparentées[modifier | modifier le code]

D'autres créatures légendaires sont apparentées à la banshee :

Les sluagh, sont les esprits des morts sans repos, dans le folklore irlandais et le folklore écossais. Interdits dans l'Autre Monde (Paradis, Enfer, Sidh), ils apparaissent aux humains et sont souvent décrits comme des créatures perturbatrices ou destructrices.

Le folklore de la Dame blanche se confond parfois avec celui de la banshee, en un personnage trouble ayant les mêmes caractéristiques. La Dame blanche, mythe plus moderne semble clairement dérivé de celui de la banshee[réf. nécessaire]. On peut supposer que, fort de son succès, la légende de la Dame blanche a ultérieurement influencé le folklore d'Angleterre, Irlande et Pays de Galles, puisqu'on y trouve mention de Dame blanche en même temps que des banshees. En France, certaines Dames blanches sont parfois comparées aux banshees : à l'exemple de la Dame du palais des Bourbons, qui se manifestait la veille de la mort d’un des membres de cette famille.

D'autres créatures comme Mélusine, Aine, Aeibhinn, Aoibheall, sainte Brigitte ont des caractéristiques parfois comparées à celles de la banshee.

Littérature (18-19e)[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire contemporaine[modifier | modifier le code]

Illustration moderne d'une banshee.
Illustration moderne d'une banshee.
Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

Littérature[modifier | modifier le code]

  • Léa Silhol, À l’ombre des ifs foudroyés (nouvelle) in : La Tisseuse, Éditions de l’Oxymore
  • Armand Cabasson, La Dame des MacEnnen (roman), Éditions Glyphe (ISBN 2352850487)
  • Gilles Bergal, L’appel de la Banshee, Francis Valéry, FV Fictions, 1981
  • Dominique Arly, L’immonde banshee, Fleuve Noir Angoisse no 193, 1971
  • Rachel Vincent, série "Les voleurs d'âme", DARKISS, éditions Harlequin, Paris, 2010-2011, Tome 1 : De toute mon âme, Tome 2 : La voleuse d'âmes, Tome 3 : Sauve mon âme !, Tome 4 : La rose et l'ombre, Tome 5 : Survivante
  • Terry Pratchett, Timbré, L'Atalante, 2008
  • Touya Mikanagi dans le manga Karneval (manga), on y voit des banshee, elles sont nommées ainsi dans le Tome 4.
  • Joseph Delaney, dans Les Sorcières de l'Epouvanteur : Tom Ward affronte une banshee dans l'histoire La Banshie (ISBN 978-2-7470-3639-9)

Fantasy et jeux de rôles[modifier | modifier le code]

  • Dans Baldur's Gate II, le « Cri de la Banshee » est un sort causant un maximum de dégât. Il est classé sort de niveau 9, c'est-à-dire le plus élevé.
  • Dans Fable II de Lionhead Studios, les Marégores sont infestés de banshees. Ces banshees sont des monstres à combattre, qui racontent la douleur que le personnage a pu faire éprouver à sa famille.
  • Dans Donjons et Dragons 3.5 : il s'agit d'un monstre (Manuel des Monstres II). À l'origine (Donjons et dragons 1re édition) il s'agissait d'une elfe mauvaise devenue morte vivante dont le cri causait la mort des auditeurs. Le monstre était aussi appelé « esprit hurleur ». Cette créature fut reprise ensuite par les jeux Games Workshop comme une guerrière elfique.
  • Dans l’univers de Warhammer 40,000, créé par Games Workshop en 1987, les banshees sont des guerrières de la race des Eldars capables de damner les âmes d'un simple cri.
  • Dans Heroes of Might and Magic V, une capacité de la race des nécromanciens est nommée « hurlement de banshee » et permet d’infliger une perte de moral et d’initiative aux créatures adverses.
  • Dans Warcraft III: Reign of Chaos, les banshees sont des créatures combattantes, aux côtés des morts-vivants, capables, entre autres, de prendre le contrôle d’une créature ennemie. Sylvanas Coursevent en est un bon exemple…
  • Dans StarCraft II, les banshees sont des unités aériennes Terran qui peuvent devenir invisibles.
  • Dans le jeu Loch Ness, publié par Wanadoo édition en 2001, une banshee est présente tout au long de l’énigme pour aider le joueur.
  • Dans la série de jeux Halo, la banshee est un vaisseau de guerre Covenant (pilotable par le joueur) dont le bruit émis par son système de propulsion ressemble à un cri de banshee.
  • Dans Aion, les Banshees sont des monstres à combattre ; elles se trouvent à Brusthonin, chez les Asmodiens. Elles possèdent une attaque spéciale, en anglais « horrifying scream » qui fait fuir le personnage du joueur.
  • Dans le jeu Le Chateau Hanté de Malloy - Nancy Drew 9 (jeu vidéo), publié par Micro Applications en 2009, une banshee est présente tout au long de l’énigme.
  • Dans Final Fantasy XI les banshees sont également des monstres à combattre, les premiers que vous pourrez apercevoir se trouvent à Qufim Island et n'apparaissent que la nuit.
  • Dans Castlevania: Order of Ecclesia, la banshee est un ennemi résidant au monastère.
  • Dans League of Legends, le Voile de la Banshee (Banshee's Veil) est un objet anti-magie.
  • Dans Dark Age Of Camelot, la banshee est une classe de personnage d'hibernia (une des trois factions), elle est un mage puissant dont les cris ont divers effets, mais sont surtout axés sur des dégâts de zone importants.
  • rajouter runescape…
  • Dans Descent: FreeSpace, le Banshee est une arme aidant à neutraliser les boucliers adverses, leur assurant une mort prochaine.
  • Dans Warhammer, les banshee sont des créatures liées aux comtes vampires.
  • Dans Mass Effect 3, le résultat de la transformation des Asari par les Moissonneurs. Des machines possédant des pouvoirs biotiques, parmi les plus difficiles adversaires du jeu.
  • Dans Wizard101, les banshees sont des ennemies à combattre ainsi que le sort niveau 10 de l'école de la mort.
  • Dans le jeu en ligne Shakes & Fidget les banshees sont des adversaires de type magicien rencontrés dans les aventures et le monstre du sixième étage du premier donjon. Elles sont représentées comme un fantôme de femme aux vêtements blancs déchirés, aux cheveux bleus dans le vent et la bouche ouverte en criant.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Cry of the Banshee est le titre d'une chanson de Brocas Helm.
  • The cry of the Banshee est le titre d'une chanson de Pagan Altar
  • "Skeleton Jack might catch you in the back, And scream like a banshee, Make you jump out of your skin!" extrait des paroles de "This is Halloween". Cette chanson fait partie de l'OST du film "The Nightmare Before Christmas" de Tim Burton, et a été écrite par Danny Elfman.
  • La Banshee est evoquée dans Peacemaker, un titre de l'album 21st century breakdown de Green Day : "Well, call of the banshee hey hey".
  • "The Tempest (The Siren's Song; The Banshee's Cry)" est le titre du premier morceau du second album "Lullabies for the Dormant Mind" du groupe metal The Agonist sorti en 2009.
  • "Banshee" est le titre de l'une des chanson de John Hawkins (musicien classique canadien).
  • The Banshee est une pièce d'Henry Cowell pour "String Piano".

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans la série populaire de MTV, Teen Wolf, après un long questionnement, le personnage de Lydia s'avère être une banshee.
  • Une représentation de l'image de la banshee est réalisée dans l'épisode 21 de la saison 3 de Charmed. La traduction française a d'ailleurs adapté le mot « banshee » en « bannie ». Si l'apparence des bannies (peau et cheveux blancs) ainsi que leurs cri perçant est en accord avec ce que disent les légendes, il y a eu cependant quelques modifications de la tradition dans l'épisode. Une banshee apparaît également dans l'épisode 9 de la série Lost Girl.
  • Dans le film Avatar de James Cameron, les Ikrans, sortes de dragons que chevauchent les Na'vis, sont appelés banshees par les humains[10].
  • Dans le film La Guerre des Invisibles, il y a une seule banshee — appelée « grande banshee » — qui fait office de déesse de la nature.
  • Dans le manga Yukikaze, le Banshee IV est un porte-avions volant qui sera abattu par la Fairy Air Force quand celui-ci sera infiltré par les JAM.
  • Le film Scream of the Banshee (en) de Steven C. Miller raconte l'histoire d'un professeur et de ses étudiants qui se retrouvent confrontés à une banshee.
  • Dans le film Dark Shadows de Tim Burton, la mère du petit David Collins est une banshee.
  • Dans l'anime Hakushaku to Yousei (en), une banshee apparait et pleure des larmes d'ambre qui annoncent la mort du Comte.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans le jeu Dark Age of Camelot, l'une des classes jouable sur le royaume d'Hibernia est la Bainshee. Ce personnage, ne pouvant être que féminin, prend l'apparence d'un spectre vêtu de voilages blancs.
  • Dans la série de jeux vidéo Creatures, les trois espèces jouables[11] auraient été créées par les Shee, qui ont préféré les Norns aux Ettins et Grendels, et dont il existe une race rebelle ayant préféré les vicieux Grendels, appelée Banshee.
  • Dans Warcraft 3 et World of Warcraft, la banshee est une créature spectrale femelle qui appartient aux factions mort-vivantes du Fléau et des Réprouvés. Cette dernière est dirigée par une banshee, la reine Sylvanas Coursevent.
  • Dans Starcraft II, la Banshee est un aéronef utilisé par les Terrans qui a la faculté de se rendre totalement invisible.
  • Dans Eve Online, les « Banshee torpedo » sont des missiles hybrides tirés par les Sanshas.
  • Dans Castlevania les Banshee sont des ennemies récurrents.
  • Dans Fable 2, les Banshee sont des spectres que l'on peux croiser (à Bloodstone, l'île de Knothole…), il y a aussi une reine Banshee vêtue d'une robe blanche.
  • Dans Dark Reign 2, la Banshee est une unité d'infanterie de l'armée Sprawler : il s'agit de femmes utilisant de lourds mortiers portatifs au combat.
  • Dans Mass Effect 3, les Banshees sont des Ardat Yakshi (des Asari tueuses et très dangereuses) qui ont été transformées en créatures semi-synthétiques et semi-organiques. Comme dans la mythologie, leurs cris et leur aspect glacent le sang.
  • Dans Tales of Symphonia: Dawn of the New World, banshee est l'évolution du hanteur (lui-même l'évolution du fantôme).
  • Dans GTA III et volets suivants, il s'agit d'un coupé sportif qui tient de la Dodge Viper RT/10 (américaine commercialisée de 1992 à 1995).
  • Dans Left 4 Dead et Left 4 Dead 2, le zombie spécial la "Witch" semble très clairement s'en inspirer (femme pleurant accroupie dans un coin qu'il ne faut pas énerver sous peine de se voir infliger des blessures à chaque fois quasiment mortelles).
  • Dans la série de jeux vidéo Halo, le Banshee est un aéronef armé en forme de W de couleur violette qui sert aussi bien sur une planète que sa version spatiale. Il est utilisé par la race extra-terrestre Covenante, plus précisément par la caste des Élites.
  • Dans le jeu sur PC, Wizard101, les Banshees se trouvent à l'Avenue Triton. C'est aussi le nom d'une attaque de la mort.
  • Dans le jeu Final Fantasy XII, les Banshees sont des zombies que l'on trouve dans les Terres mortes de Nabreus.
  • Dans le jeu League of Legends, un objet porte le nom "voile de la banshee"

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Lorsque banshee désigne une catégorie d'êtres légendaires, comme lutin et ou fée, c'est un nom commun s'écrivant sans majuscule.
  2. a, b et c http://www.etymonline.com/index.php?allowed_in_frame=0&search=banshee
  3. a, b, c et d Patricia Lysaght, « Banshee » dans John Koch, Celtic culture: a historical encyclopedia, volume 1, p.189-191 [1]
  4. La démonologie, ou histoire des démons et des sorciers - Walter Scott - Paris - 1832 - p251
  5. Anecdote citée dans le dictionnaire féerique d'André-François Ruaud.
  6. Rapprochement entre banshee et lares, par M. A. Lefèvre — cité dans Walter Evans-Wentz, The fairy-faith in Celtic countries, p.342 [2]
  7. a et b The Concept of the Goddess p.153
  8. mentionnée dans les synodes de 1631, 1748 et 1800
  9. Didier Lett, Nicolas Offenstadt, Haro ! Noël ! Oyé !: Pratiques du cri au Moyen Âge p. 28 et C. Lecouteux, chasses fantastiques… 1999 p.48-49
  10. Vidéo sur le design des banshees dans Avatar
  11. Sauf dans Creatures (jeu vidéo, 1996) où il n’y en a que deux, dont une seule est jouable.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources primaires[modifier | modifier le code]

  • Thomas Crofton Croker (1798-1854), Fairy legends and traditions of the South of Ireland, 1834. [3]

Articles et ouvrages savants[modifier | modifier le code]

  • (en) Patricia Lysaght, The banshee: The Irish death-messenger, 1986-1997. — Étude de référence sur la banshee (mythologie, textes médiévaux, folklore moderne).
  • (en) John Koch, Celtic culture: a historical encyclopedia [4] — avec un article « banshee » (Lysaght)
  • Évelyne Sorlin, Cris de vie, cris de mort : les fées du destin dans les pays celtiques., Helsinki : Suomalainen Tiedeakatemia, 1991 (ISBN 951-41-0650-4). Approches ethnologiques et comparaison de la mythologie irlandaise et gauloise. Certaines analyses de Sorlin sont contestées par d'autres spécialistes.
  • (en) Sandra Billington, Miranda Green, The Concept of the Goddess — dont un article (Lysaght) sur les similitudes entre la déesse de la mythologie celtique et la banshee du folklore.

Ouvrages de vulgarisation[modifier | modifier le code]

  • Édouard Brasey, art. Banshie, in : L'encyclopédie du merveilleux, T1, Des peuples de la lumière, Le Pré aux Clercs, s.l., 2005, p.37-39. (ISBN 2842282345), la grande bible des fées = p. 102-103
  • J. Collin de Plancy, art. Banshee, in : Dictionnaire infernal, Slatkine, Genève, 1993, p. 78. (ISBN 2051012776)
  • Michael Page, Robert Ingpen, art. Banshee, in : Encyclopédie des mondes qui n'existent pas, Gallimard, Paris, 1987, p. 221.. (ISBN 2070510328)
  • André-François Ruaud, Le dictionnaire féerique, col. "Comme des Ozalids", Éditions de l'Oxymore, s.l., 2002, pp. 31-34. (ISBN 2913939236)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :