Marie de Guise (1515-1560)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marie et Marie de Guise.

Marie de Guise

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Marie de Guise

Titre

Reine consort d’Écosse

18 mai 153814 décembre 1542
(4 ans, 6 mois et 26 jours)

Prédécesseur Madeleine de Valois
Successeur François II de France
Biographie
Dynastie Maison de Guise
Naissance 22 novembre 1515
Bar-le-Duc (Duché de Lorraine)
Décès 11 juin 1560
Château d'Édimbourg (Écosse)
Père Claude de Lorraine
Mère Antoinette de Bourbon
Conjoint Louis II d'Orléans-Longueville
(1534-1537)
Jacques V d'Écosse
(1538-1542)
Enfant François III d'Orléans-Longueville
Marie IreReine d’Angleterre

Marie de Guise, née le 22 novembre 1515 à Bar-le-Duc et décédée le 11 juin 1560 à Édimbourg, fut duchesse de Longueville puis reine et régente d'Écosse. Fille de Claude de Lorraine et d'Antoinette de Bourbon, elle appartient à la branche Guise de la Maison de Lorraine, elle est la nièce du duc Antoine Ier de Lorraine et de Bar dit « Le Bon ».

Elle épouse en 1538 le roi Jacques V d'Écosse, membre de la dynastie des Stuart. Elle eut notamment pour petit-fils Jacques Ier, qui réunit en 1603 les trônes d'Écosse et d'Angleterre sous l'autorité d'un seul monarque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Marie est la fille du premier duc de Guise, Claude de Lorraine et la sœur de François de Guise, qui sera le leader des catholiques intransigeants durant les guerres de religion. Si son père, valeureux officier au service des rois de France, a été naturalisé français, il n'en garde pas moins la distinction de prince « issu d'une famille souveraine étrangère » à la cour de France et conserve les honneurs qui vont de pair avec cette dignité. La famille de Guise, comme la Maison de Lorraine tout entière, est alors ouvertement engagée dans la défense de la cause catholique.

La mère de la princesse est issue de la Maison de Bourbon, qui descend du saint roi Louis IX de France. Par elle, Marie est une cousine germaine d'Antoine de Bourbon, roi de Navarre et père du roi Henri IV de France.

Premier mariage[modifier | modifier le code]

Marie de Guise fut élevée pendant 10 ans au château de Frouard[1] et à reçu une excellente éducation catholique au couvent des Clarisses de Pont-à-Mousson avant d'épouser le 4 août 1534, à 19 ans, au Louvre, Louis II d'Orléans, duc de Longueville, dont elle eut deux fils, François III d'Orléans, duc de Longueville, né le 20 octobre 1535 (décédé en 1551) et Louis d'Orléans-Longueville né en 1536 et décédé la même année . L'alliance de François Ier et du roi d'Ecosse Jacques V se concrétisa quand celui-ci épousa Madeleine de France, mais la jeune fille était de complexion délicate et mourut quelques mois plus tard.

Reine d’Écosse[modifier | modifier le code]

Armoiries de Marie de Guise, reine d’Écosse (1560)

Veuve à 20 ans du duc de Longueville, Marie est une jeune femme riche et brillante. Au roi Henri VIII d'Angleterre qui s'intéresse à elle, elle fait savoir « qu'elle n'avait pas le cou assez long », faisant allusion à la décapitation d'Anne Boleyn, précédente épouse du roi[2].

Le 12 juin 1538 à Saint-Andrews, elle épouse le roi Jacques V d'Écosse dont elle aura trois enfants, deux fils morts au berceau puis une fille née le 8 décembre 1542, Marie Stuart.

À la mort de celui-ci en 1542, nommée régente, elle gouverne le royaume d'Écosse pour le compte de sa fille Marie Ire Stuart. Durant son gouvernement, elle combat l'essor des presbytériens protestants.

Régente d'Écosse[modifier | modifier le code]

Jacques V étant mort le 14 décembre 1542, six jours après la naissance de leur fille, Marie de Guise assuma la régence du royaume d'Écosse pendant 18 ans.

S'appuyant sur des troupes françaises, elle combattit, dès son arrivée en Écosse, l'expansion du mouvement presbytérien, un protestantisme spécifique à l'Écosse, plus proche du protestantisme hollandais ou français que de l'église anglicane. En raison de ce combat sanglant, elle fut violemment dénoncée par le théologien presbytérien John Knox, disciple et ami de Jean Calvin.

Toujours alliée à la France, elle est choisie en 1550 pour être la marraine du prince Louis de France, second fils du roi Henri II et de la reine Catherine de Médicis, titré duc d'Orléans.

En 1558, Marie Stuart, âgée de 16 ans et élevée en France, est mariée avec le dauphin François (futur roi François II de France). La famille de Guise espère ainsi consolider un empire franco-écossais, combattant le protestantisme, à l'image de leur allié l'empereur Charles Quint et de son fils Philippe II d'Espagne, qui a épousé en 1554 la reine Marie Ire d'Angleterre qui tente de restaurer le catholicisme dans son pays.

Fin de vie et décès[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative de 1911 au château d’Édimbourg

En 1558, la cousine de Jacques V, Marie Ire d'Angleterre, décède. La fille de Marie de Guise, Marie Stuart, est alors la plus proche parente catholique de la reine défunte pour le trône d'Angleterre mais elle est catholique et le trône va à la jeune Élisabeth, demi-sœur protestante de Marie Tudor, sans aucune attache espagnole et beaucoup moins encline que sa sœur aînée à combattre des protestants écossais de plus en plus nombreux. La nouvelle souveraine n'aura ni mari ni enfant, mais restera 45 ans sur le trône.

La même année, la jeune Marie Ire d'Écosse épouse le futur roi François II de France alors Dauphin. Le jeune couple monte sur le trône des Lys l'année suivante, s'intitulant « roi et reine de France et d'Écosse ». Pendant ce temps, en Écosse, Marie de Guise rencontre une opposition croissante des presbytériens, encouragée par la nouvelle reine d'Angleterre. La révolte de l'opposition protestante écossaise (Covenant), majoritaire au parlement, appuyée par des relais dans l'aristocratie et le soutien de l'Angleterre, va s'amplifiant lorsque le 11 juin 1560 Marie de Guise meurt à l'âge de 45 ans. Elle est enterrée à l'Abbaye Saint-Pierre-les-Dames à Reims.

Le Traité d'Édimbourg du 6 juillet 1560 ordonne alors l'expulsion des soldats français, puis en août 1560, le protestantisme est proclamé religion d'État par le parlement écossais.

François II meurt en décembre 1560, après dix-sept mois de règne sans laisser de postérité. Marie Ire d'Écosse, qui s'était retirée à Reims, rentre alors en Écosse, un pays qu'elle ne connait pas. En conflit avec Elisabeth I, elle est maintenue dix-huit ans en résidence forcée avant d'être exécutée en 1587. C'est le fils de Marie Stuart, dernière reine d'Écosse, Jacques I, petit-fils de Marie de Guise, qui va monter en 1603 sur le trône d'Angleterre unifiant en sa personne les deux pays ennemis.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. Michel Perrin, Les grandes heures de la Lorraine, p. 116
  2. Orthense Dufour, Marie Stuart, Édition Durocher, p.27

Voir aussi[modifier | modifier le code]