Iona (Écosse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Iona.
Iona
Abbaye de l'île d'Iona
Abbaye de l'île d'Iona
Géographie
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Archipel Hébrides intérieures
Localisation Océan Atlantique
Coordonnées 56° 20′ 00″ N 6° 25′ 00″ O / 56.333333, -6.41666756° 20′ 00″ N 6° 25′ 00″ O / 56.333333, -6.416667  
Superficie 8,77 km2
Point culminant Dùn Ì (101 m)
Géologie Île continentale
Administration
Nation constitutive Écosse
Council Area Argyll and Bute
Démographie
Population 125 hab. (2001)
Densité 14,25 hab./km2
Plus grande ville Baile Mór
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+0

Géolocalisation sur la carte : Argyll and Bute

(Voir situation sur carte : Argyll and Bute)
Iona
Iona

Géolocalisation sur la carte : Royaume-Uni

(Voir situation sur carte : Royaume-Uni)
Iona
Iona
Îles du Royaume-Uni

Iona est une petite île du nord-ouest de l'Écosse, dans les Hébrides intérieures, séparée de l'île de Mull par le détroit d'Iona. L'île, avec 4,8 km du nord au sud et 2,4 km de d'est en ouest, s'étend sur 800 hectares. Le point le plus élevé, Dun I, culmine à 101 m. L'île est reliée à sa voisine Mull via un ferry de Fionnphort à la petite agglomération de Baile Mor.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 563[1], saint Colomba d’Iona ou Columcille, exilé d'Irlande, a fondé un monastère sur l'île sous le double patronage de Conall mac Comgaill, roi de Dal Riada, et de Brude mac Maelchon, roi des Pictes. Sa communauté connut une belle évolution, comme en témoignent les croix savamment sculptées et les pierres tombales, mais fut décimée par les invasions nordiques au VIIIe et au IXe siècles.

De là, partit la christianisation de l'Écosse. La communauté fut dirigée pendant une centaine d'années par des princes abbés issus comme le fondateur de la dynastie irlandaise du Cenél Conaill[2].

En 716 après une période de troubles, la communauté monastique d'Iona abandonne finalement le christianisme celtique et accepte les usages romains sous l'influence de la prédication d' Egbert de Northumbrie[3].

On croit aussi que le Livre de Kells a été rédigé sur l'île à cette époque. Le monastère est brûlé par les Vikings en 802[4] et en 806 lorsque 68 membres de la communauté sont massacrés[5]. Un nouveau monastère mieux abrité des envahisseurs sera construit à Kells en 807[6]. En 830, l'abbé Diarmait transportera les reliques de Saint Colomba en Irlande pour les protéger des Vikings. À cette époque l'église de Iona se divise entre une « paruchia » scote établie à Dunkeld et une « paruchia » irlandaise dont le centre qui sera transféré de Kells à Raphoe puis Derry. Les liens entre les deux églises se dissolvent vers 986.

En 989 Dub dá Leithe, « successeur de Patrick » (i.e abbé d'Armagh), assume la succession de Colum Cille à la demande des hommes d'Irlande et d'Alba [7]. La dignité d'abbé sera ensuite dévolue à des abbés irlandais de Kells puis de Derry, non résidents jusqu'à Amalgaid Ua Fergail vers 1204, abbé de Derry.

Le monastère sera reconstruit en 1203 pour les Bénédictins par Reginald ancêtre du Clan Donald, Maître de Mull et Seigneur des Îles et survivra jusqu'à la Réforme et la destruction des bâtiments en 1561 sur ordre du Parlement d'Écosse.

Iona était aussi devenue la nécropole des rois de Dal Riada et de leurs successeurs, les premiers rois d'Écosse qui y furent inhumés jusqu'à Donald Ban à la fin du XIe siècle. Ecgfrith de Northumbrie et son vainqueur le roi des Pictes Brude mac Bili y trouvèrent également leur sépulture à l'époque de l'abbé Adomnan d'Iona.

En 1938, George MacLeod y a fondé une communauté œcuménique chrétienne.

Liste des abbés d'Iona[modifier | modifier le code]

  • 563- † 9 juin 597 : Colomba mac Feidlimid mac Fergus Cennfhota mac Conall Gulban
  • 597- † 9 juin 598/601 : Baithéne mac Brénainn mac Fergus Cennfhota mac Connal Gulban.
  • 598/601- † 16 septembre 605/608 : Laisren mac Feradach mac Ninnid mac Fergus Cennfhota mac Conall Gulban.
  • 605/608- † 2 mars 623/624 : Fergnae Brit mac Failbe mac Faelan mac Rodaige mac Gintech mac Éndae Boguine a quo Cenél mBoguine.
  • 623/624- † 12 août 652 : Ségéne mac Fiachra mac Feradach mac Ninnid mac Fergus Cennfhota mac Conall Gulban.
  • 652- † 11 janvier 657 : Suibhne mac Urthi
  • 657- † 24 février 669 : Cumméné Find mac Eman mac Fiachra mac Feradach mac Ninnid mac Fergus Cennfhota mac Conall Gulban.
  • 669- † 22 mars 679 : Failbe mac Pipan mac Amalgaid mac Daui mac Ninnid mac Fergus Cennfhota mac Conall Gulban.
  • 679- † 23 septembre 704/705 : Adomnan descendant à la 6e génération de Fergus Cennfhota mac Connal Gulban.
  • 704/705- déposé en 707 : Conamail mac Failbi des Ui Maic Uais † 11 septembre 710
    • 707- déposé en juin 713 restauré 716,  : Dunchad mac Cinn Faelad † 25 mai 717
  • 713- † 28 octobre 713 : Dorbbéne Foto
  • 716- déposé en 722 restauré : Faelchu mac Doirbéne † 724
  • 722- déposé avant 724 : Fedlimid † 767
  • 724- † 726 : Cilléne Fota
  • 726- † 752 : Cilléne Droichtech (i.e: « le constructeur de ponts »)
  • 752- résilié en 766 : Sléibéne † 767
  • 767- résilie en 771 : Suibne † 772
  • 772- † 801 : Bressal mac Ségéne
  • 801- † 802 : Connachtach
  • 802- résilie en 814 : Cellach mac Congaile † 815
  • 814- résilie en 831 : Diarmaitdaltae Daigri
  • 832- résilie en 854 : Innrechtach ua Finsnechtai, tué par les Saxons sur la route d'un pèlerinage à Rome le 12 mars 854[8].
  • 854- † 865 : Cellach mac Ailello également abbé de Kildare depui 852.
  • 865- † 880 : Feradach mac Cormaic
  • 880- † 20 avril 891: Flan mac Máele Duin
  • 891- † 22 février 927 : Máele Brigte mac Tornáin également abbé d'Armagh depuis 883 ;
  • 927- 938 : Dubthach mac Dubáin également, abbé de Raphoe ;
  • 947-954 : Cáenchomarac abbé d'Iona ?
  • 954-959 : Robartach, abbé de Raphoe ;
  • 959-964 : Dub Duin ua Stepháin
  • 964- 980/981 : Mugron abbé d'Iona "coarb de ColumCille in Ire & Scotland" ,
  • 980/981 - † 24 décembre 986 : Máel Ciaráin ua Maigne, abbé d'Iona ;
  • 986-989  : Dunchad ua Robacháin abbé de Raphoe ;
  • 989 - † juin 998 : Dub dá Leithe mac Cellaig également abbé d'Armagh depuis 965 ;
  • 998 - 1005 : Máel Brigte mac Rimeda, abbé d'Iona ;
  • 1005 - résilie 1007 : Muiredach Mac Cricháin abbé de Raphoe † 1011 ;
  • 1007- 1008 : Ferdomnach abbé de Kells ;
  • 1009-1025 : Máel Muire hUchtáin, abbé de Kells ;
  • .../...

Dans la fiction[modifier | modifier le code]

Dans le roman Le Rayon-Vert de Jules Verne, les héros visitent Iona aux chapitres 13 à 16. L'inspiration est romantique, les ruines de l'île propices à la rêverie. La jeune héroïne, Helena Campbell, soutient que l'Ecosse en général et Iona en particulier sont le théâtre de l'apparition de lutins et autres démons familiers.

Dans le roman de Jean Raspail L'Anneau du pêcheur (1995), son cardinal est l'un des derniers à soutenir l'antipape Benoît XIII et ses successeurs.

Dans le roman La Pierre Sculptée (par Guillaume Prévost), le jeune Samuel Faulkner est projeté dans le temps alors qu'il recherche son père et atterrit sur Iona en l'an 800, alors menacée par les Vikings.

Le film d'animation Brendan et le secret de Kells (The secret of Kells réalisé par Tomm Moore ; 2009) fait référence à l'invasion des Vikings et au manuscrit du Livre de Kells.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Annales de Tigernach T563.1
  2. Francis J Byrne Irish Kings and High-Kings Four Courts Press (réédition Dublin 2001) (ISBN 1-85182-196-1) « Abbots of Iona and Cenél Conaill Kings of Tara » p. 258
  3. Bède le Vénérable Histoire ecclésiastique du peuple anglais Éditions Gallimard (Paris 1995) (ISBN 2-07-0730015-8[à vérifier : isbn invalide]). Chapitre XXII p. 358-359
  4. Annales d'Ulster U802.9
  5. Annales d'Ulster U806.8
  6. Annales d'Ulster U807.4
  7. Annales d'Ulster: AU 989.7
  8. Annales d'Ulster U854.4

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) P.A. Macnab, Mull & Iona, Prevensey Island Guides (1995) réédition (2003) (ISBN 0907115926)
  • Korentin Falc'hun, « Iona, l'île sainte des Gaëls et de la chrétienté celtique », ArMen (2009), no 169, p. 28-35.
  • (en) T.W. Moody, F.X. Martin, F.J. Byrne A New History of Ireland Oxford University Press réédition 2011 (ISBN 9780199593064) « Iona (I Coluim Cille) Comarbai Coluim Cille » p. 256-259.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :