Phoque gris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phoque gris

Description de cette image, également commentée ci-après

Jeune phoque gris (Halichoerus grypus)

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Mammalia
Sous-classe Theria
Infra-classe Eutheria
Ordre Carnivora
Sous-ordre Caniformia
Famille Phocidae

Genre

Halichoerus
Nilsson, 1820

Nom binominal

Halichoerus grypus
(Fabricius, 1791)

Répartition géographique

Description de l'image  Distribution of the grey seal.png.
Description de l'image  Image:Halichoerus grypus colony (Faroe Islands).JPG .

Colonie de phoques gris

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

Le phoque gris (Halichoerus grypus) est un mammifère carnivore, de la famille des phocidés. Halichoerus grypus est la seule espèce du genre Halichoerus. Le phoque gris et le veau marin sont les seules espèces de phoques qu'il est possible d'apercevoir sur certaines plages du Nord et du Nord-Ouest de la France.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Cette espèce répartie en 2 sous-espèces :

  • Halichoerus grypus grypus ;
  • Halichoerus grypus macrorhynchus.


Description[modifier | modifier le code]

Squelette de phoque gris exposé à la Station exploratoire du Saint-Laurent, à Rivière-du-Loup
Crâne de Halichoerus grypus

Le phoque gris mâle peut atteindre une longueur de 4 m et une masse de 1/2 tonne tandis que la femelle atteint 2,2 m et 190 kg. Leur corps est trapu et fusiforme. Leurs yeux sont relativement petits par rapport au reste du corps. Les pattes sont palmées, larges, courtes et épaisses.

La coloration du phoque gris présente une variété de tons de gris avec un dimorphisme sexuel visible. Les mâles ont une fourrure à poils courts gris foncé presque noir parfois avec des taches plus claires, les femelles étant plus claires avec des taches foncées.

Le jeune, qui à la naissance mesure entre 90 et 105 cm et pèse de 11 à 20 kg, est couvert d'un fin pelage laineux blanc (lanugo), ce pourquoi on le nomme parfois «blanchon». Ce dernier grandira assez rapidement, gagnant de 1,2 à 2 kg par jour.

Régime alimentaire[modifier | modifier le code]

Le phoque gris est opportuniste; il se nourrit de ce qui est disponible. Il mange donc toutes sortes de poissons côtiers et hauturiers, ainsi que des crustacés et des mollusques.

Reproduction[modifier | modifier le code]

Certaines femelles atteignent la maturité sexuelle à 3 ans, mais la plupart ne l'atteindront qu'à leur cinquième année. Les mâles, eux, sont sexuellement matures entre 3 et 4 ans, mais s'accouplent rarement avant l'âge de 8 ans, en raison de la compétition pour les femelles. Une fois assez gros pour maintenir un harem en tenant les autres mâles à l'écart, le phoque gris s'accouple avec autant de femelles que possible. La période de reproduction varie selon les régions. Par exemple, sur les côtes de Grande-Bretagne, les accouplements ont lieu entre septembre et décembre, alors que sur les côtes canadiennes, c'est entre décembre et février que ces phoques procréent. Après une période de gestation durant généralement 11,3 mois, incluant la période de diapause du blastocyste), les femelles mettent bas sur la terre ferme ou sur la glace. Elles mettent au monde un petit, parfois deux. Les chiots sont allaités pendant trois semaines environ, à la suite desquelles ils perdent leur lanugo, fourrure douce et soyeuse de couleur crème.

Habitat[modifier | modifier le code]

Le phoque gris fréquente les zones côtières et vient sur les côtes sableuses et rocheuses. Il affectionne aussi îles et îlots rocheux. En hiver, c'est sur la banquise qu'on le retrouve.

Population[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Le phoque gris réside dans l'Atlantique Nord, dans les eaux subarctiques et tempérées froides. On le retrouve en Amérique du Nord, en Europe du Nord et en mer Baltique.

En Europe, les grandes colonies sont situées en Angleterre, en Irlande et en Écosse.

En France, il existe des petites colonies sur les côtes bretonnes et plus particulièrement sur l'archipel de Molène et l'archipel des Sept-Îles. Des phoques gris ont été observés dans la partie est de la Manche depuis une dizaine d'années et dans la zone sud du golfe de Gascogne. A l'intersection de la Manche et de la mer du Nord, autour du cap Gris-Nez, presque toutes les criques ont été occupées par au moins une femelle phoque à l'été 2009, notamment devant Audresselles. À la fin de l'été, certaines ont côtoyé et suivi de très près de nombreux baigneurs avec lesquels, en l'absence de mâle de leur espèce, certaines semblaient chercher à s'accoupler.

La présence du phoque gris est attestée en France depuis le XVIIIe siècle, mais il est probablement présent depuis des milliers d'années.

Cette espèce est également présente dans les eaux de côte est canadienne, où elle est assez commune.

Prédateurs et parasites[modifier | modifier le code]

Orques, requins et ours polaires peuvent s'attaquer aux phoques gris de tous âges. Les jeunes peuvent également être les proies d'oiseaux tels le pygargue à tête blanche ou la corneille d'Amérique. Le phoque gris est l'hôte de nombreux parasites. On trouve parmi ces derniers plusieurs anisakidés (Marcogliese et al., 1996), le principal étant le ver de la morue (Pseudoterranova decipiens).

Menace[modifier | modifier le code]

Longtemps chassé par l'Homme pour sa fourrure et sa graisse, notamment au XIXe siècle, le phoque gris a disparu de nombreuses régions de son aire normale de répartition. Il est actuellement protégé par des réglementations nationales et internationales, mais continue à souffrir de prises involontaires, de braconnage (tir au fusil) et de la pollution (du fait de sa position dans le haut de la chaîne alimentaire, son organisme est particulièrement chargé en polluants marins).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • P.-H. Fontaine, Baleines et phoques, biologie et écologie, Éditions MultiMondes, Québec, 2005, 432 p. (ISBN 2-89544-076-X)
  • J.-P. Sylvestre, Guide des mammifères marins du Canada, Broquet, Ottawa, 1998, 330 p. (ISBN 2-89000-428-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :