Marie Stopes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marie Stopes dans son laboratoire en 1904.

Marie Charlotte Carmichael Stopes (15 octobre 1880 - 2 octobre 1958) était une paléobotaniste écossaise, une militante pour le droit des femmes et une pionnière du contrôle des naissances.

Biographie[modifier | modifier le code]

Malgré son éducation scientifique, elle se maria en 1912 avec un botaniste, en ignorant comme beaucoup de femmes de son époque les mécanismes les plus sommaires de la sexualité. Elle ne prit conscience qu’après un an de mariage que son mari était impuissant. Son manuel d’éducation sexuelle, intitulé Married Love (1918), connut un grand succès et provoqua la controverse en affirmant le droit de la femme mariée au plaisir sexuel. Interpelée par les nombreuses lettres qu’elle reçut de ses lectrices au sujet des mécanismes de la procréation, elle consacra son second ouvrage, Wise Parenthood (1918) au thème du contrôle des naissances[1].

Elle est également célèbre pour son militantisme eugénique, à une époque où l'eugénisme comptait beaucoup d'adhérents parmi les intellectuels de gauche comme de droite. Dans son livre, Radiant Motherhood (1920) elle appelle à ce que la stérilisation des personnes inaptes à être parents soit une possibilité, voire une obligation.[2]

En 1935, elle assiste au congrès international pour la Science de la population à Berlin, sous les auspices du régime nazi[réf. souhaitée]. Marie Stopes aurait aussi déshérité son fils lorsqu'il épousa Mary Eyre Wallis parce qu'elle était myope.[réf. souhaitée]

Marie Stopes International[modifier | modifier le code]

Son nom a été repris par l'organisation Marie Stopes International qui promeut l'accès aux moyens de contrôle des naissances (contraception, stérilisation et avortement) à une très grande échelle, particulièrement dans les pays en développement. L'ONG est active notamment au Cambodge, où elle cherche à atteindre les populations dans lesquelles les relations sexuelles sans contraceptif sont les plus répandues. Marie Stopes International publie de nombreux documents en partenariat avec Nova Design.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Angus Mc Laren, Histoire de la contraception de l'Antiquité à nos jours, Noêsis, Paris, 1996, p. 326.
  2. Radiant Motherhood (1920) page 221

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Diane B. Paul, Controlling Human Heredity: 1865 to the Present, Atlantic Highlands, N.J.: Humanities Press, ISBN 978-0-391-03915-5
  • Angus Mc Laren, Histoire de la contraception de l'Antiquité à nos jours, Noêsis, Paris, 1996, p. 326.
  • Steve Jones, Borin Van Loon La génétique sans aspirine, Flammarion, 2001 ISBN 2080680307
  • June Rose Marie Stopes and the Sexual Revolution, Londres, Faber and Faber, 1992.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]