Vivaro-alpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vivaro-alpin
vivaro-aupenc, vivaro-alpenc, prouvençau aupenc
Parlée en France, Italie
Région Auvergne, Rhône-Alpes, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Piémont, Calabre
Typologie SVO
syllabique
Classification par famille
Codes de langue
ISO 639-1 oc[1]
ISO 639-2 oci[1]
ISO 639-3 oci[1]
IETF oc[1]

Le vivaro-alpin (ou vivaroalpin) est un dialecte de l'occitan[2],[3] parlé dans les Alpes méridionales de part et d'autre de la frontière franco-italienne ainsi qu'en Calabre. Les parlers des colonies vaudoises du Wurtemberg (notamment Neuhengstett, Serres et Pinache), aujourd'hui éteints, en faisaient également partie[4].

Nomination et classification[modifier | modifier le code]

Le vivaro-alpin a longtemps été considéré comme un sous-dialecte du provençal, sous l'appellation provençal alpin voire nord-provençal[5]. Son extension dans le Sud du Dauphiné lui a aussi valu l'appellation de dauphinois. L'UNESCO le classe « en danger » dans son Atlas des langues menacées[6].

Sous-dialectes[modifier | modifier le code]

Caractérisation[modifier | modifier le code]

Le vivaro-alpin partage avec les autres variétés du nord-occitan (limousin, auvergnat) la palatalisation des consonnes k et g devant a notamment : chantar (« chanter »), jauta (« joue »). L'occitan méridional a respectivement : cantar, gauta.

Sa caractéristique principale est la chute des dentales intervocaliques latines simples : chantaa ou chantaia pour chantada (« chantée »), monea pour moneda (« monnaie »), bastia ou bastiá pour bastida (« bâtie »), maür pour madur (« mûr »). En particulier, le t final des participes passés masculins y est amuï : chantà (noté chantat en graphie classique) pour chantat (« chanté »).

La désinence verbale de première personne y est -o (comme en italien, catalan nord-occidental et catalan central, castillan et portugais, mais aussi en piémontais, la variété la plus proche de l'italien septentrional): parlo pour parli ou parle (« je parle »), parlavo pour parlavi ou parlave (« je parlais »), parlèro pour parlèri ou parlère (« j'ai parlé, je parlai »).

Un trait fréquent est le rhotacisme de l (passage de l à r) : barma pour balma ou bauma (« grotte »), escòra pour escòla (« école »), saraa ou saraia pour salada (« salade »).

Dans les parlers des Alpes et du Nord-Est de la Haute-Loire, le vivaro-alpin a maintenu la prononciation de r final des infinitifs (fait exceptionnel en occitan moderne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abert, E. (1994), La chanson du paysan, Valence, Empire et Royaume-La Bouquinerie, p. 217–257 : « Grammaire et vocabulaire, par l’auteur ».
  • Associazione culturale La Valaddo (2003), Prontuario morfologico della parlata occitano-provenzale alpina di Champlas janvier et du Col, Pinerolo, Alzani editore.
  • Associazione culturale La Valaddo (2003), Prontuario morfologico della parlata occitano-provenzale alpina di Oulx, Pinerolo, Alzani editore.
  • Associazione culturale La Valaddo (2003), Prontuario morfologico della parlata occitano-provenzale alpina di Pragelato, Pinerolo, Alzani editore.
  • Baccon-Bouvet, C. (1987), A l’umbra du cluchî. Salbertrand : patuà e vita locale attraverso i tempi, Turin, éd. Valados Usitanos (grammaire et lexique italien-occitan).
  • Baccon-Bouvet, C. (2003), Prontuario morfologico della parlata occitano alpina di Salbertrand, Oulx, Comunitá montana Alta Valle Susa.
  • Blinkenberg, Andréas (1939 et 1940), « Le patois d'Entraunes » (ndlr: commune d'Entraunes à la source du Var dans les Alpes-Maritimes), tome I, Matériaux phonétiques, morphologiques et syntactiques 132 p. (1939) et tome II Matériaux lexicologiques 128 p. (1940), Acta jutlandica aarsskrift for Aarhus universtet XI, 1 et XII, 1, Universitetsforlaget I Aarhus einar munksgaard - Kobenhavn (Copenhague) - Danemark. Voir l'analyse que lui a consacrée André Payan-Passeron dans le chapitre 8 « Culture et patrimoine » de l'article Entraunes.
  • Bouvier, J.-C. & Martel, C. (1975-1983), Atlas linguistique et ethnographique de Provence, CNRS, 3 vol, (ALP).
  • Bronzat, F. (1975), « La lenga de J. B. Jaime », Novel Temp 1 (Un poeta occitan dal segle XIX : Jan-Batista Jaime, supplemento al no 1, anno V de Lou Soulestrelh), p. 16–22.
  • Chabrand, J.-A. & Rochas d’Aiglun, A. (1877), Patois des Alpes cottiennes (Briançonnais et Vallées vaudoises) et en particulier du Queyras, Grenoble-Paris.
  • Chaix, B. (1854), Préoccupations statistiques, géographiques, pittoresques et historiques du département des Hautes Alpes, t. II, Gap, p. 318–328 et p. 493–496 (concerne Le Monêtier).
  • Dalbera, J.-Ph. (1994), Les Parlers des Alpes-Maritimes : étude comparative, essai de reconstruction, Londres, Association internationale d’études occitanes – Université de Londres.
  • Dufaud, J. (1986), L’Occitan nord-vivarais : région de La Louvesc, Davezieux (07).
  • Dufaud, J. (1998), Dictionnaire français-nord-occitan : Nord du Vivarais et du Velay, Jean-Pierre Huguet (ISBN 2-907410-23-7)
  • Dufaud, J. (2004), Des mots à la phrase occitane (complément à l’occitan Nord-Vivarais). Parlarem en Vivarés.
  • Effantin, J.-M. (1996), Enquête dialectologique inédite sur l’occitan en Briançonnais (manuscrits et bandes magnétiques).
  • Felice, Th. de (1983), Le Patois de la zone d’implantation protestante du Nord-Est de la Haute-Loire, Paris-Genève, Champion-Slatkine.
  • Gamonnet, É. (2001), Glossaire du parler des Boutières, noté à Saint-Julien-du-Gua. Édition à compte d'auteur.
  • Gardette, P. (1941), Géographie phonétique du Forez, Mâcon. Gillieron, J. & Edmont E. (1902-1910), Atlas linguistique de la France, Paris, (ALF).
  • Gleise-Bellet, A. (2000), ‘L cäíë d’ lä mèitrë. Ciclo di lezioni sul patuà di Bardonecchia e Millaures. Dran k’lä sië tro tar, Pinerolo, Alzani.
  • Gleise-Bellet, A. (2003), Appunti morfologici della parlata occitano alpina di Bardonecchia, Oulx, Comunitá montana Alta Valle Susa.
  • Grassi, C. (1964), « Profilo linguistico della Valle di Susa », in Segusium, p. 19–25.
  • Griset, I. (1966), La parlata provenzaleggiante di Inverso Pinasca (Torino) e la penetrazione del piemontese in Val Perosa e val San Martino, Torino, Giappichelli Editore.
  • Hirsch, E. (1978), Provenzalische Mundarttexte aus Piemont, Tübingen, Max Niemeyer Verlag.
  • Jayme, G. (2003), Appunti morfologici della parlata occitano provenzale alpina di Oulx, Oulx, Comunitá montana Alta Valle Susa.
  • Keller, H.-E. (1974), « Un échantillon provençal de l’enquête Coquebert de Monbret : la réponse de l’abbé Rey de Saint-Chaffrey », in J.-M. De Caluwé et alii (éd.), Mélanges d’histoire littéraire, de linguistique et de philologie romane offerts à Charles Rostaing, Liège (concerne Briançon).
  • Mailles, A. (1981), Enquête dialectologique inédite sur l’occitan en Briançonnais (notes et bandes magnétiques ; données communiquées par Jean-Michel Effantin).
  • Martel, Ph. (1983), "L’espandi dialectau occitan alpenc : assag de descripcion", Novel Temp 21, p. 4–36.
  • Martin, J.-B. (1997), Le Parler occitan d’Yssingeaux, Yssingeaux, Histoire et Patrimoine.
  • Masset, A. (1997), Dizionario del patois provenzale di Rochemolles, Borgone, Ed. Melli.
  • Masset, A. (1997), Grammatica del patois provenzale di Rochemolles, Borgone, Ed. Melli.
  • Morosi, G. (1890-92), « L’odierno linguaggio dei Valdesi del Piemonte », Archivo glottologico italiano XI, p. 309–416. en ligne
  • Moutier, L. (1882), Grammaire dauphinoise, dialecte de la vallée de la Drôme, Montélimar.
  • Nauton, P. (1974), Géographie phonétique de la Haute-Loire, Paris, Les Belles Lettres.
  • Perron, P. (1984), Grammatica del patoua di Jouvenceaux, Turin, Edizioni Valados Usitanos.
  • Pons, T. & Genre A. (1997), Dizionario del dialetto occitano della Val Germanasca, Alessandria, Ed. dell’Orso.
  • Pons, T. & Genre, A. (2003), Prontuario morfologico del dialetto occitanoprovenzale alpino della Val Germanasca, Pinerolo, Alzani editore.
  • Quint, N. (1999), Le Parler occitan ardéchois d’Albon, canton de Saint-Pierreville, Ardèche, Paris, L’Harmattan.
  • Revest, L. (2009), L'Occitan alpin ou gavot, aire d'extension et caractéristiques linguistiques (06, 04, 05, sud 38, est 26), thèse de doctorat, université de Nice-Sophia Antipolis.
  • Rostolland, H. (1930), Névache et la Vallée de la Haute-Clarée, Gap, 1930 (chapitre « Langue » p. 73–75).
  • Roux, A. (1964), Le Parler de Cervières, mémoire de DES sous la direction de Ch. Rostaing, Faculté des Lettres d’Aix-en-Provence (consultable aux Archives départementales des Hautes-Alpes).
  • Schook, H. (2002), Lo Tresaur dau Dioàs, glossaire de l'occitan diois, Ponet, ed. Lo Pitron.
  • Schook, H. (2007), Lo Tresaur dau Trièvas, glossaire de l'occitan du Trièves, Ponet, ed. Lo Pitron.
  • Sibille, J. (2003), La Passion de saint André, drame religieux de 1512 en occitan briançonnais : édition critique, étude linguistique comparée, thèse de doctorat, université Lyon-II.
  • Talmon, A. (1914), « Saggio sul dialetto di Pragelato », Archivo glottologico italiano XVII, p. 1–101.
  • Telmon, T. (1974), Microsistemi linguistici in contatto in Val di Susa: l’articolo determinativo, Pisa, Pacini.
  • Telmon, T. (1974), « Problèmes d’intéraction et de changement dans le système de l’article défini du patois provençal de Chiomonte (Turin) », in A. Mören et Boudreau M. (éd.), Actes du XIIIe congrès de linguistique et de philologie romanes, Québec, Presses de L’Université Laval, vol. 1, p. 375–389.
  • Telmon, T. (2000), Bärdounàichë in koumbë, sin patouâ. Le inchieste per la Carta dei Dialetti Italiani svolte a Bardonecchia e nelle frazioni nel 1967, Università degli studi di Torino – Comune di Bardonecchia, Turin – Bardonecchia.
  • Telmon, T. & Canobbio, S. (1985...), Atlante linguistico del Piemonte occidentale, Regione Piemonte (ALEPO).
  • Vignetta, A. (1981), Patua : grammatica del dialetto provenzale-alpino della medio-alta Val Chisone, Pinerolo, Alzani.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d code générique
  2. Jean-Marie Klinkenberg, Des langues romanes. Introduction aux études de linguistique romane, De Boeck, 2e édition, 1999,
  3. La langue se divise en trois grandes aires dialectales : le nord-occitan (limousin, auvergnat, vivaro-alpin), l'occitan moyen, qui est le plus proche de la langue médiévale (languedocien et provençal au sens restreint), et le gascon (à l'ouest de la Garonne). in Encyclopédie Larousse
  4. Cf. Morosi (1890) dans la bibliographie
  5. Jean-Claude Bouvier, "L'occitan en Provence : limites, dialectes et variété" in Revue de linguistique romane t. 43, pp 46-62
  6. UNESCO Interactive Atlas of the World's Languages in Danger

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]