Harrison Ford

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ford (homonymie).
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'acteur américain né en 1942. Pour l'acteur américain de cinéma muet (1884-1957), voir Harrison Ford (acteur de cinéma muet).

Harrison Ford

Description de cette image, également commentée ci-après

Harrison Ford en 2010.

Nom de naissance Harrison Ford
Naissance 13 juillet 1942 (72 ans)
Chicago, Illinois, États-Unis
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Films notables Star Wars (saga)
Indiana Jones (saga)
Blade Runner
Le Fugitif
Air Force One
Présumé Innocent
Jeux de guerre
Apparences

Harrison Ford est un acteur américain né le 13 juillet 1942 à Chicago (Illinois, États-Unis).

Sa collaboration avec George Lucas, qui a été le premier à lui donner l'occasion de s'affirmer en tant qu'acteur avec American Graffiti, lui permet d'accéder au rang de vedette internationale avec les rôles de Han Solo dans la trilogie originelle de Star Wars et d'Indiana Jones. Son statut d'acteur majeur du cinéma de divertissement lui vaut d'être consacré « star du siècle du box-office » en 1994 par l'Association nationale des propriétaires de salles de spectacle. En effet, les films dans lesquels il a tenu un rôle majeur ont engendré près de six milliards de dollars dans le monde.

Depuis plusieurs années, Harrison Ford met sa notoriété au service de la conservation de la nature et de la préservation de l'environnement en sensibilisant l'opinion notamment sur le cas critique de la déforestation des forêts tropicales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éducation[modifier | modifier le code]

Chicago, ville natale d'Harrison Ford.

Harrison Ford naît en 1942 à Chicago[1] d'un père catholique, Christopher Ford, et d'une mère juive, Dorothy Nidelman[2]. Son grand-père paternel, John Fitzgerald Ford, est irlandais et sa grand-mère, Florence Veronica Niehaus, est allemande. Ses grands-parents maternels, Harry Nidelman et Anna Lifschutz, sont des immigrés juifs venus de Minsk, en Biélorussie[3]. Sa mère est actrice de radio, avant de se consacrer à son foyer, tandis que son père est un directeur publicitaire[4] faisant occasionnellement l'acteur de radio comme sa femme[5].

Harrison et son frère Terence, né en 1945, grandissent dans une famille de la classe moyenne[1]. Christopher et Dorothy Ford élèvent leurs enfants en « inventant » une éducation basée sur la combinaison de leurs convictions religieuses et culturelles respectives[1]. Aujourd'hui, quand il est question de savoir quelle est sa religion, Harrison Ford répond avec humour : « démocrate »[6]. Il dit également qu'il se sent « Irlandais en tant que personne mais Juif en tant qu'acteur »[7].

Scolarité[modifier | modifier le code]

Harrison Ford débute sa scolarité à l'école élémentaire Graeme Stewart[8]. Celui que ses copains appellent « Harry », est admis à la Maine East High School[8] en 1956[9]. Élève moyen[5], il participe néanmoins à toutes sortes de clubs au sein de l'établissement : président du club de sciences sociales, membre du club de modélisme ferroviaire, représentant du club des garçons de l'école et délégué de classe[8]. À cette période il effectue également ses premières performances publiques en étant la voix de la radio du collège[8] qui vient d'être créée[10]. Par ailleurs, il intègre la troupe de danse de l'école ainsi que l'équipe de gymnastique pour une brève période[8].

En 1960, il quitte le lycée diplômé[8] et intègre sous la pression de ses parents le Ripon College, dans le Wisconsin[2]. Il fait partie de la fraternité Sigma Nu[11] et étudie la littérature anglaise et la philosophie[2] mais ses résultats sont catastrophiques[12]. En troisième année, le mauvais élève qu'il est prend part aux cours d'art dramatique, pensant ainsi saisir l'opportunité d'obtenir facilement de bonnes notes[2] : c'est le déclic, Harrison sait désormais ce qu'il veut faire de sa vie professionnelle. En 1964, à trois jours de la remise des diplômes, il apprend qu'il ne sera pas diplômé à cause de ses absences répétées[13]. Il rentre en Illinois avec un sentiment mêlant honte et humiliation[14].

Débuts[modifier | modifier le code]

Malgré leur scepticisme vis-à-vis de la voie choisie par leur fils, ses parents l'encouragent[2]. Sachant que ce n'est pas dans le Wisconsin qu'il pourra lancer sa carrière, Harrison décide de se rendre à Hollywood[15] avec Mary Marquardt, une comédienne qu'il a rencontrée durant ses années universitaires et qu'il épouse en 1964.

Une fois en Californie, les rôles ne se bousculent pas. Mais après une série de castings sans résultats, Harrison Ford se voit proposer par la Columbia Pictures un contrat de 150 dollars par semaine[16] pour faire de petites apparitions à la télévision. Durant cette période, il échappe de peu à la mort lors d'un accident de voiture quand il perd le contrôle de son véhicule et percute un poteau[17]. Sa cicatrice au menton, aujourd'hui l'un de ses signes distinctifs, constitue une séquelle de cet évènement[18]. Finalement en 1966, il apparaît pour la première fois sur grand écran dans Un truand avec James Coburn, dans un rôle pour lequel il n'est pas crédité au générique. La même année, il échappe à un départ pour la Guerre du Viêt Nam en simulant la folie[5]. À la suite de cela, il écrit une lettre pseudo-philosophique aux autorités pour expliquer les raisons de son acte[19].

En 1967, il obtient un deuxième rôle, toujours sans être crédité au générique, dans Luv. C'est finalement dans La Poursuite des tuniques bleues, la même année, que son nom apparait pour la première fois sur l'écran. Cependant, il est crédité sous le nom de « Harrison J. Ford » pour le différencier de l'ancien acteur de films muets portant le même nom que lui[16]. Malgré ces petits rôles, ses revenus sont modestes, ce qui est d'autant plus problématique que son épouse donne naissance à leur fils Benjamin[9]. L'acteur accepte mal les petits rôles que la Columbia lui affecte, et il se voit dans l'impossibilité d'exprimer son jeu ainsi que sa personnalité[19]. Son contrat est alors rompu sous prétexte de son manque de charisme et en raison de ses remarques successives sur la pauvreté des scénarios qui lui sont soumis[5]. Il admet aujourd'hui ne pas avoir été très coopératif avec le studio[19], mais juge que c'est cette arrogance qui lui a permis de croire en sa carrière et de cacher sa timidité[20], même s'il était alors à deux doigts d'abandonner cette voie[19]. Peu de temps après, il s'engage avec Universal Pictures avec qui il obtient des petits rôles dans des séries telles que Le Virginien ou L'Homme de fer. Mais ses petites apparitions ne sont pas suffisantes pour subvenir aux besoins de sa famille. Il recherche donc une alternative au métier d'acteur[21].

Nouveau départ[modifier | modifier le code]

George Lucas lance pour de bon la carrière de Harrison Ford en lui donnant un rôle dans American Graffiti (Photo de 2006).

En effectuant des travaux dans sa maison, Harrison Ford décide soudainement de devenir charpentier[22]. Il renonce à devenir acteur et apprend à travailler le bois à travers les livres qu'il emprunte à la bibliothèque locale[23]. Il trouve son premier travail sur le chantier d'un studio d'enregistrement pour le compositeur Sergio Mendes[23]. En parallèle de son nouveau métier, il accepte quelques petits rôles que ce soit au cinéma (Zabriskie Point en 1970) ou dans des séries télévisées (Sur la piste du crime en 1969 ou Gunsmoke en 1972). Durant cette période, sa femme donne naissance à leur deuxième fils, Willard[9].

Au fil de ses rencontres, Harrison Ford s'est fait un ami en la personne de Fred Roos[24], le directeur de casting d'Universal, chez qui il fait régulièrement des travaux. Alors qu'il termine un chantier au Samuel Goldwyn Studio, Fred Roos lui présente un jeune réalisateur encore inconnu, George Lucas. Peu de temps après, ce dernier fait appel au charpentier pour faire des travaux d'aménagement chez lui[5]. Cette rencontre est déterminante pour la carrière d'acteur de Harrison Ford[25].

En 1972, George Lucas propose à Harrison Ford le rôle du féru de vitesse Bob Falfa dans son prochain film, American Graffiti. Harrison accepte car il juge le rôle suffisamment important pour l'impliquer dans la réussite du film[25]. Pour tourner ses scènes, il doit se couper les cheveux ; mais craignant ne pas pouvoir honorer les propositions de tournage supplémentaires qui pourraient lui parvenir, il suggère à George Lucas d'affubler Bob Falfa d'un chapeau de cow-boy[25]. Le film sort durant l'été 1973 et engrange plus de 21 millions de dollars[26] lors de sa première exploitation en salle. Malgré ce succès, Harrison reprend son activité de charpentier car le cachet de 600 dollars qu'il touche pour le tournage de ce film est insuffisant pour faire vivre sa famille. Cependant, sa motivation à faire carrière dans le cinéma est réanimée[27].

Harrison Ford reprend donc son travail tout en acceptant d'autres petits rôles. Après des travaux dans le bureau de Francis Ford Coppola, Il se voit proposer un rôle par ce dernier dans son film Conversation secrète avec Gene Hackman en vedette. Il doit tenir le rôle de Mark, mais au dernier moment, Frederic Forrest obtient le rôle ; Harrison Ford, qui récupère finalement le personnage de Martin Stett, en est furieux[28]. Pourtant grâce à ce rôle, le jeune acteur commence à faire parler de lui à Hollywood[29].

Jusqu'en 1976, Harrison Ford obtient quelques rôles à la télévision et vit plutôt bien de sa double activité. Pendant des travaux effectués chez George Lucas[5], celui-ci lui demande de donner la réplique aux acteurs lors du casting pour son prochain film. Une audition que le réalisateur, souhaitant travailler avec de nouveaux visages, lui refuse de passer. Mais après quelques répliques, Lucas tient son acteur pour le rôle de Han Solo[30].

Consécration[modifier | modifier le code]

Star Wars[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Star Wars.
Mark Hamill, l'interprète de Luke Skywalker (Photo de 1978).

En 1976, malgré ses réticences à voir jouer des inconnus dans le film[30], la 20th Century Fox accepte que Harrison Ford soit choisi pour incarner Han Solo dans ce qui sera une des plus grandes sagas du cinéma : Star Wars. Harrison Ford obtient le rôle face à la concurrence de Kurt Russell[30], Nick Nolte[31], Christopher Walken[32], Al Pacino[33] ou Richard Dreyfuss[34]. George Lucas juge Harrison Ford plus à même d'incarner un personnage disposant d'une dimension cynique qui tranche avec Luke ou Leia. C'est également un personnage plus âgé que les autres, à l'exception notable de celui joué par Alec Guinness, un acteur britannique dont la présence compense un casting composé d'acteurs inconnus. La prise de risque paraît étonnante pour un film d'une telle envergure. Pensant jouer dans un film pour enfants, les acteurs ont du mal à interpréter leur rôle sérieusement et multiplient les pitreries[30].

Avec un salaire de 650 000 dollars, ce film permet enfin à Ford d'abandonner son métier de charpentier et de se concentrer pleinement sur sa carrière artistique[30]. Malgré l'échec prématurément annoncé par la Fox, Star Wars est un énorme succès et fait de l'acteur la nouvelle coqueluche du public[30].

Carrie Fisher, l'interprète de Leia Organa (Photo de 2009).

Le film donne lieu à deux suites dans lesquelles il reprend le rôle. Dans L'Empire contre-attaque, son jeu de comédien prend une nouvelle dimension avec l'évolution dramatique du rôle de Han Solo, liée à la fois à sa relation amoureuse avec Leia et à sa position inconfortable face à la trahison de son ami, Lando Calrissian. Juste avant qu'il soit congelé dans la carbonite, la princesse lui déclare son amour et il doit répliquer « je t'aime aussi ! ». Voyant le résultat peu convaincant, Irvin Kershner, le réalisateur, lui demande d'improviser. Il change donc la réplique en « je sais… », qui restera indissociable de son personnage[30]. Le fait que Solo soit plongé dans la carbonite constitue en outre une alternative pour les scénaristes si Harrison Ford refuse de jouer dans le troisième volet de la saga. En effet, George Lucas n'est pas assuré que sa vedette accepte de reprendre à nouveau le rôle après son succès dans Les Aventuriers de l'arche perdue[30].

Sa participation est finalement confirmée. Dans Le Retour du Jedi, le manque de profondeur de son personnage ne lui permet pas d'exploiter le début du film qui est pourtant consacré à sa libération. Pour compenser cette faiblesse, il souhaite une mort héroïque pour Han Solo, afin qu'il puisse retrouver la stature des épisodes précédents[35]. George Lucas refuse[30].

Trente-deux ans plus tard, en 2013, il confirme son retour dans la saga pour reprendre son rôle de Han Solo dans Star Wars, épisode VII[36].

Indiana Jones[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Indiana Jones.

À la fin des années 1970, George Lucas et Steven Spielberg travaillent sur leur prochaine production : un film rendant hommage aux serials de leur enfance[37]. Pour ce projet, Steven Spielberg pense immédiatement à Harrison Ford pour jouer le héros digne d'Allan Quatermain, mais George Lucas y est opposé[38]. En effet, en plus de n'être toujours pas favorable à l'idée de reprendre un acteur qu'il a déjà fait jouer (« Je ne veux pas en faire mon Robert De Niro ! », référence au lien qu'entretient l'acteur avec Martin Scorsese)[37], il craint qu'une confusion soit faite entre ce nouveau personnage et Han Solo. Plusieurs acteurs sont alors approchés pour le rôle. C'est finalement Tom Selleck qui est choisi pour incarner l'aventurier[37] mais il refuse le rôle à cause de son contrat qui le lie à la série Magnum[38]. Après ce faux bond, Steven Spielberg persuade George Lucas qu'« Indy » est un personnage taillé pour Harrison Ford. L'acteur et le réalisateur sont mis en relation par George Lucas et malgré l'hésitation de signer pour trois films, l'acteur accepte l'offre. Indiana Jones est né[37].

Pour jouer l'aventurier, Harrison Ford doit apprendre à manier le fouet et se préparer physiquement pour un tournage éprouvant. Il arbore pour Indy le look-type de l'aventurier avec une barbe de trois jours et un vieux blouson de cuir, sans oublier ce qui deviendra ses signes distinctifs, le Borsalino usé et le fouet. Il campe ainsi un personnage « multi-facettes » : tantôt courageux puis romantique, drôle ou encore fragile[37].

Kate Capshaw, partenaire de Harrison Ford dans Indiana Jones et le Temple maudit (Photo de 1984).

Le tournage des Aventuriers de l'arche perdue est éprouvant pour toute l'équipe. Lors de la scène de bagarre contre un mécanicien nazi, l'avion roule sur la jambe de Harrison Ford. Il se retrouve avec un ligament déchiré au fin fond de la Tunisie. Mais au lieu de le soigner, on lui bande la jambe pour qu'il puisse continuer à tourner[37]. Plus tard, il se blesse sérieusement aux côtes en voulant assurer lui-même la cascade où Indiana est tiré au sol par un camion. En ce qui concerne la scène où Indy affronte un guerrier le menaçant d'un sabre, pour laquelle était prévue un combat élaboré qui avait nécessité une longue préparation, Harrison Ford n'est pas, au moment de la tourner, en mesure de la jouer : comme beaucoup de membres de l'équipe à ce moment-là, il est malade[37]. Pour se ménager, il propose à Steven Spielberg de simplement tirer sur l'opposant[39]. Le succès de cette courte scène auprès des membres de l’équipe est tel qu'elle est gardée au montage. Les Aventuriers de l'arche perdue sort sur les écrans en 1981 et connait un grand succès. Harrison Ford réussit à surpasser la notoriété de Han Solo avec Indiana Jones et devient une star reconnue[40].

En 1984 sort Indiana Jones et le Temple maudit. Le pendant féminin d'Indy, après Karen Allen dans Les Aventuriers, est Kate Capshaw. C'est Harrison Ford qui, sous l'influence de Steven Spielberg, la choisit pour interpréter Willie Scott[41].

Durant le tournage des scènes où il est mené au palais du Maharadjah, Harrison Ford commence à souffrir d'une hernie discale à force de chevaucher un éléphant. Et c'est lors du combat contre un Thug dans la chambre d'Indy que la hernie le paralyse pour de bon. Aucun soin fait sur place ne faisant effet, il est rapatrié d'urgence aux États-Unis pour se faire opérer[41]. Lors de sa convalescence, il suit un traitement à base d'enzyme de papaye. Le remède est efficace et l'acteur fait son retour au Sri Lanka au bout de trois semaines[41]. À la suite de cela, le tournage reprend normalement. Lors de sa sortie en salle, bien que la critique trouve le film trop noir, Indiana Jones et le Temple maudit est un succès[41].

Sean Connery, interprète le père d'Indy dans Indiana Jones et la Dernière Croisade (Photo de 2008).

Le 16 mai 1988 débute le tournage de Indiana Jones et la Dernière Croisade[42]. Ce film dévoile la relation qu'entretient Indy avec son père avec comme toile de fond la quête du Graal. Alors que Harrison Ford revêt de nouveau son costume d'aventurier, son « rat de bibliothèque » de père est joué par Sean Connery. Cette confrontation père/fils permet à Harrison Ford d'exploiter et d'exprimer d'autres facettes de la personnalité de son personnage. Dans ce film on peut voir Indy adolescent et c'est Harrison Ford qui suggère un interprète. Il propose à Steven Spielberg et George Lucas le jeune acteur qui avait joué son fils dans Mosquito Coast, River Phoenix. Pour justifier ce choix il déclare : « Celui qui me ressemble le plus à cet âge, c'est River »[18]. Sur le plateau l'ambiance est enjouée, comme pour la séquence où Indy et son père parlent à bord du Zeppelin. Harrison Ford et Sean Connery la jouent sans pantalon à cause de la chaleur qui règne[18]. Harrison Ford, qui a pris l'habitude de faire une grande partie de ses cascades, se retrouve suspendu au canon d'un tank et contre une paroi en pierre pendant que les accessoiristes lui jettent des morceaux d'argile au fur et à mesure que l'engin avance. Il doit également recommencer maintes fois une course de cheval à cause de son chapeau qui s'envole, car il est inimaginable qu'Indiana Jones perde son chapeau. Après un tournage sans problème majeur, le film sort en mai 1989 et est, comme les précédents, un succès commercial[18].

Un quatrième volet est évoqué dès 1994, mais les emplois du temps surchargés de Ford, Lucas et Spielberg repoussent sans arrêt la mise en chantier du film. Après avoir hésité à faire ce nouvel épisode, Harrison Ford fini par proposer à Steven Spielberg de le faire : « Pourquoi ne pas faire un autre de ces films ? Le public est demandeur ». Il finit par convaincre George Lucas et le projet est lancé. C'est le 10 septembre 2007 qu'est enfin dévoilé le titre de ce nouvel opus : Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal. L'action du film se déroule pendant la guerre froide, avec un Indiana Jones vieillissant. Malgré son âge avancé, Harrison Ford se soumet à un entraînement et un régime très stricts pour revenir en forme. Ainsi, il peut réaliser lui-même la plupart de ses cascades. Le film est présenté le 18 mai 2008 en avant-première au festival de Cannes[43], 19 ans après la dernière aventure. Harrison Ford n'avait pas remonté les marches depuis 1989 pour Working Girl. Le box-office témoigne de l'attente suscité par le public. Avec près de 800 millions de dollars engendrés dans le monde entier, Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal est le plus gros succès de la série[44].

Blade Runner[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Blade Runner.

Dans ce film de Ridley Scott, d'après le roman Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? de Philip K. Dick, Harrison Ford incarne Rick Deckard, un détective privé désabusé et cynique. Son interprétation y est intense tout en donnant une image vulnérable au personnage. Son ambiguïté morale est l'un des atouts du film. En effet, l'empathie qu'il manifeste lors de ses actions exécutoires envers les réplicants, rappelle justement celle de ses proies[45].

Edward James Olmos joue le mystérieux Gaff (Photo de 2006).

Le premier acteur envisagé par le scénariste Hampton Fancher est Robert Mitchum. D'autres noms viennent ensuite s'ajouter à la liste des potentiels Rick Deckard comme Dustin Hoffman, Peter Falk, Al Pacino, Nick Nolte ou Burt Reynolds. Finalement, Harrison Ford est suggéré à Hampton Fancher, qui est également producteur du film[29]. La production contacte Steven Spielberg, qui est sur le montage des Aventuriers de l'arche perdue, pour avoir des renseignements sur l'acteur. La réponse du réalisateur est sans équivoque : « C'est une grande star maintenant ». À la suite de cela, Ridley Scott part à Londres voir les rushes du film de Steven Spielberg et trouve Harrison Ford parfait[29].

La vedette est intéressée par le film mais la lecture du premier scénario le laisse perplexe à cause de la présence d'une voix off racontant aux spectateurs ce qu'ils ne verront pas de l'investigation de Deckard. Il veut que l'on voit les choses plutôt qu'elles ne soient racontées[29]. Des tensions s'établissent entre le réalisateur et son interprète principal[46], Ridley Scott ayant tendance à se soucier plus des décors que de ses acteurs[29],[47]. C'est ainsi que le personnage joué par Edward James Olmos est créé pour combler une erreur de conception : le cockpit du véhicule que Harrison Ford doit piloter se trouve être trop étroit pour lui. L'idée retenue est d'embaucher un acteur plus petit pour piloter l'engin. Edward James Olmos est l'acteur qui conduit tandis que Harrison Ford est recroquevillé sur le siège passager[47].

Daryl Hannah interprète Pris, un des quatre réplicants que Rick Deckard a pour mission de trouver et « retirer » (Photo de 2006).

Malgré les divergences, Harrison Ford s'implique tant qu'il le peut. Dans la scène où il se bat avec Daryl Hannah, il insiste pour qu'elle ne simule pas. Elle s'exécute et lui fourre les doigts dans le nez, à tel point qu'il se retrouve en sang à la fin des prises. Finalement, c'est certainement par son mal-être au moment du tournage que Harrison Ford donne une dimension dramatique à son personnage[29].

Après les projections tests, l'interprétation de Harrison Ford est mal accueillie par les spectateurs. En effet, son image est celle du héros sans peur et sans reproches depuis ses rôles de Han Solo et d'Indiana Jones et les fans ne le supportent pas dans le rôle d'un personnage quelque peu lâche. Pour ces raisons (et d'autres purement commerciales), les producteurs font remonter le film pour simplifier l'histoire et éliminer des thèmes parallèles. La fin est modifiée, transformant l'esprit du dénouement original[29].

Malgré son désaccord, l'acteur est contraint par contrat d'enregistrer la voix off qui aiguillera le spectateur dans sa compréhension du film, ce qui est un vrai supplice pour lui[48]. Après la lecture de six versions différentes de la narration, la lassitude du travail demandé est ressentie par sa voix monocorde que l'on entend dans le film[29].

Le film sort en 1982, les critiques ne sont pas tendres[49] et c'est un échec commercial[50]. Le rôle complètement différent de Harrison Ford par rapport aux précédents et la noirceur du film en sont les principaux facteurs. Mais il est également éclipsé par la sortie quelques jours plus tôt de E.T. l'extra-terrestre, de Steven Spielberg[50].

Cependant, Blade Runner gagne son statut de film culte au fil des années, grâce notamment à la sortie de versions plus proches de la vision du réalisateur (Director's cut)[50]. Aujourd'hui, une question reste en suspens : Rick Deckard est-il un réplicant ? Ridley Scott répond par l'affirmative alors que Harrison Ford soutient le contraire[51].

Autres films[modifier | modifier le code]

Après Conversation secrète, Francis Ford Coppola fait jouer Harrison Ford dans Apocalypse Now (Photo de 2001).

Après Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, Harrison Ford tourne plus régulièrement qu'auparavant grâce au statut qu'il vient d'acquérir. Il est engagé pour le film Héros qui est réalisé par Jeremy Kagan, un ami de George Lucas[52]. Il a pour partenaire Henry Winkler et campe Ken Boyd, un jeune homme avec des rêves plein la tête. Les critiques saluent sa performance pour un personnage qu'il avoue adorer mais le film passe inaperçu et ne lui permet pas d'accentuer sa notoriété[52].

Le besoin d'argent se faisant de nouveau ressentir[53], il réussit à obtenir l'un des rôles principaux de L'ouragan vient de Navarone, la suite des Canons de Navarone. Le film, sorti en 1978 et dans lequel il partage l'affiche avec Robert Shaw, est un échec aux États-Unis, mais le nom de la nouvelle vedette attire le public en France ce qui permet à L'ouragan vient de Navarone de faire un nombre d'entrées proche du million[54].

L'année suivante sort Apocalypse Now de Francis Ford Coppola, où il apparait dans une seule séquence. Il interprète le Colonel Lucas qui transmet l'ordre de mission du Capitaine Willard, joué par Martin Sheen. Bien que ce film sorte en 1979, Harrison Ford a en fait tourné sa scène durant l'année 1976, avant d'être connu pour son rôle de Han Solo[55].

Harrison Ford incarne un pilote de B-25 dans Guerre et Passion.

Cette même année sort Guerre et Passion de Peter Hyams. Il y interprète David Halloran, un pilote américain posté en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale, qui tombe amoureux d'une infirmière anglaise et qui a pour mission d'escorter en France un agent du service de renseignements britannique s'avérant être le mari de celle-ci. Ce rôle lui permet d'expérimenter son jeu pour la première fois dans des genres romantique et dramatique. Le film est un échec et ne permet pas à Harrison Ford de confirmer ses prédispositions à tenir une tête d'affiche.

Son film suivant est Un rabbin au Far West, une comédie de Robert Aldrich. Initialement prévu pour John Wayne[56], le rôle du cow-boy Tommy est accepté par Harrison Ford sous la « gentille pression » de son fils Willard. C'est également pour lui l'occasion de retrouver les tournages américains après deux films en Angleterre. Il joue aux côtés de Gene Wilder, un acteur qui a collaboré à plusieurs reprises avec Mel Brooks. La comédie n'étant pas le domaine de prédilection du réalisateur, le film ne répond pas aux attentes qu'on y avait placées, mais attire tout de même plus que Guerre et Passion[57].

En 1986, River Phoenix interprète le fils de Harrison Ford dans Mosquito Coast (Photo de 1989).

Il reprend ensuite son rôle de Bob Falfa pour une petite apparition non créditée dans la suite de American Graffiti. La consécration arrive par ses prestations dans la suite de la saga Star Wars puis se confirme avec les aventures d'Indiana Jones. Après le tournage de Blade Runner, il participe à celui d'E.T. l'extra-terrestre dans lequel il joue le proviseur de l'école qui convoque Elliott après le déclenchement de la rébellion en salle de classe[58]. Dans cette scène il est filmé de dos et on ne voit pas son visage[58]. Cette séquence est finalement coupée au montage initial et n'est pas intégrée dans la version du 20e anniversaire du film car Steven Spielberg ne veut pas apporter trop de changement par rapport à l'original qu'il considère comme un de ses films « les plus parfait »[58].

En 1985, sa carrière prend un nouveau tournant avec Witness de Peter Weir. Il met de côté les super productions à grand spectacle et campe le rôle de John Book, un policier chargé de la protection d'un jeune Amish. Avant le tournage, il prépare méticuleusement son rôle de policier en suivant quelque temps la brigade criminelle de Philadelphie avec qui il effectue des patrouilles de nuit[59].

En 1986, il joue de nouveau pour Peter Weir dans ce qui semble être pour lui son meilleur rôle[40] : Allie Fox dans Mosquito Coast. Il y incarne un père de famille inventeur et maniaque qui se laisse absorber par ses idéaux. Le rôle d'un de ses fils est tenu par River Phoenix, avec qui il partagera le rôle d'Indiana Jones quelques années plus tard dans Indiana Jones et la Dernière Croisade. De Mosquito Coast à À propos d'Henry, en passant par Frantic, Harrison Ford confirme son orientation prise depuis Witness avec des rôles aux caractères singuliers dans des films forts[40].

Les années 1990[modifier | modifier le code]

En 1989, il se voit proposer le rôle de Jack Ryan pour jouer dans À la poursuite d'Octobre rouge, adaptation du roman de Tom Clancy. Mais préférant le rôle du Commandant Marko Ramius, déjà réservé pour Sean Connery, il décline l'offre[60]. Finalement, le rôle est obtenu par Alec Baldwin. C'est en 1992, après s'être désengagé d'un projet de la Paramount Pictures, qu'il récupère le rôle de l'agent de la CIA, laissé vacant par Alec Baldwin qui préfère jouer sur scène à Broadway[60]. Harrison Ford interprète alors le héros de Tom Clancy dans le diptyque Jeux de guerre (1992) et Danger immédiat (1994) réalisé par Phillip Noyce. Le scénario de Jeux de guerre doit être réadapté pour le nouvel acteur car il faut passer d'un agent de 35 ans à un autre de 50[60]. Ce premier film est l'occasion de mettre plus en avant le personnage de Jack Ryan et sa famille après un rôle secondaire dans Octobre Rouge. Harrison Ford impose un personnage vulnérable[60], l'opposé d'un héros d'action sans crainte et sans reproche, ce qui correspond à l'analyste de la CIA et au père de famille qu'est le personnage. Le scénario de Danger immédiat est lancé en même temps que celui de Jeux de guerre. Les deux films sont des succès[60] et c'est au milieu du tournage de celui-ci que le deuxième film est confirmé[61].

En 1993, entre les deux aventures de Jack Ryan, Harrison Ford redonne un coup de fouet à sa carrière en tournant dans Le Fugitif de Andrew Davis, adaptation de la série télévisée homonyme. Il y incarne le docteur Richard Kimble accusé à tort du meurtre de sa femme. Une traque impitoyable, engagée par un marshal, mène Kimble jusqu'à Chicago où il va tout faire pour prouver son innocence. Ford y change de look pour les scènes d'avant son échappée, et y campe un homme décidé à faire éclater un scandale lié à un laboratoire pharmaceutique. Le film est un succès mondial qui propulse Harrison Ford au sommet de la hiérarchie des acteurs les plus populaires de Hollywood et qui permet à Tommy Lee Jones d'obtenir l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle.

En 1995, il reprend le rôle de Linus Larrabee dans le Sabrina de Sydney Pollack, initialement tenu par Humphrey Bogart dans le film original de Billy Wilder. Après une année sans tourner, Ennemis rapprochés sort sur les écrans en 1997. Harrison Ford y partage la vedette avec Brad Pitt dont la carrière commence réellement à prendre de l'envergure. Le film, dont la thématique est la trahison du mentor par son protégé, est un échec.

Dans Air Force One, Harrison Ford incarne le président des États-Unis faisant face à un commando terroriste ayant pris le contrôle de l'avion présidentiel.

Cette même année sort Air Force One, réalisé par Wolfgang Petersen. Le scénario est écrit pour Kevin Costner mais celui-ci n'est pas disponible quand le film est prêt à être lancé[62]. C'est lui qui suggère à la production le nom de Harrison Ford pour le remplacer[62]. Une fois l'affaire entendue, Wolfgang Petersen propose Gary Oldman à son interprète principal, pour jouer le terroriste qui détourne Air Force One[62]. Pour le rôle de la vice-présidente le réalisateur veut dès le début Glenn Close, mais il redoute un refus pour ce petit rôle[62]. Harrison Ford étant du même avis que lui pour l'attribution de ce rôle, se charge lui-même de le proposer à l'intéressée. C'est lors d'un dîner de charité dans le Wyoming, où ils habitent tous les deux, que l'acteur fait la proposition à Close. À ce dîner se trouve également Bill Clinton qui apprécie l'idée d'une femme vice-présidente. C'est sur les encouragements du président que l'actrice accepte le rôle[62]. Bill Clinton, très enthousiaste à propos du film, invite une petite partie de l'équipe du film, dont le réalisateur et Harrison Ford, à bord du véritable avion présidentiel afin de faire des repérages pour la reconstitution intérieure de l'avion pour le film[62]. Pour sa scène de discours au début du film, Harrison Ford doit apprendre un texte en russe, une langue qu'il ne connait pas malgré ses origines de Minsk. Les seules scènes qu'il partage avec Glenn Close sont des dialogues au téléphone ; généralement c'est un assistant qui donne la réplique au téléphone à l'acteur, mais Ford fait le déplacement pour le faire lui-même et ainsi donner une meilleure base de travail à l'actrice[62]. C'est en contraste avec le film en lui-même, que le tournage se déroule dans une ambiance enjouée, au point que l'équipe surnomme le film « Air Force Fun »[62]. Dans les scènes de bagarre, qu'il considère comme ses meilleures[62], l'acteur n'est pas doublé par un cascadeur[62]. Dans la scène où il est pour la première fois face au terroriste joué par Gary Oldman, celui-ci lui assène un coup au visage. Harrison Ford insiste pour qu'il ne simule pas le coup porté. Le lendemain de cette scène, qui a nécessité treize prises (donc treize coups au visage), Harrison Ford arrive sur le plateau avec le visage marqué, obligeant Wolfgang Petersen à le filmer d'un angle permettant de cacher les séquelles[62]. Le film met en scène le président des États-Unis, ancien soldat de la guerre du Viêt Nam et distingué par la Médaille d'honneur, faisant face à un commando terroriste russe qui détourne Air Force One. Habituellement, dans les thrillers ou les films d'action, le Président est le personnage protégé mais dans Air Force One il se change en « homme d'action », ce qui donne un aspect pro-américain au film[62]. Après un tournage de 75 jours, le film sort lors de la période estivale et profite de son statut de blockbuster pour rencontrer un gros succès sur le sol américain[62].

L'été 1998 voit le retour de l'acteur dans une comédie avec 6 jours, 7 nuits d'Ivan Reitman où il interprète un pilote d'avion bougon. Son film suivant, L'Ombre d'un soupçon de Sydney Pollack, est un échec cuisant. Il y interprète un sergent de police qui enquête sur les circonstances de la mort de sa femme lors d'un crash aérien et découvre qu'elle était accompagnée d'un homme. Son enquête le mène jusqu'à l'épouse de ce dernier (jouée par Kristin Scott Thomas) avec qui une relation forte et particulière s'installe.

De 2000 à aujourd'hui[modifier | modifier le code]

Michelle Pfeiffer interprète la femme de Harrison Ford dans Apparences, le thriller de Robert Zemeckis (Photo de 2007).

Harrison Ford est choisi par Robert Zemeckis pour jouer dans son prochain film[63]. Le concept très différent des autres films auxquels il a pu participer l'attire, ainsi que le soin apporté à la construction du scénario et l'originalité de son personnage[63]. Apparences sort sur les écrans en 2000 et la vedette dévoile une nouvelle facette de son jeu d'acteur en incarnant l'un de ses rares rôles de « méchants », loin du héros des films d'actions habituels pour lui. Il joue le rôle de Norman Spencer et sa femme est interprétée par Michelle Pfeiffer ; celle-ci est prise de visions qui compromettent la tranquillité du couple. Ce thriller fantastique, qui est un hommage au cinéma d'Alfred Hitchcock[63], rencontre un très grand succès et permet à Harrison Ford de retrouver les sommets du box-office[64].

Durant cette même période il refuse plusieurs rôles dans des films à succès tel que Traffic[65], En pleine tempête ou encore The Patriot[40]. Pour ce dernier, son choix est motivé par la violence montrée et notamment un infanticide[66].

Le K-19, décor principal du film mettant en scène son équipage qui fait face à une fuite de réacteur.

Il faut attendre deux années avant de le revoir sur le grand écran. K-19 : Le Piège des profondeurs sort en 2002 et est réalisé par Kathryn Bigelow. Pour ce film, en plus d'être l'interprète principal, il s'essaie en tant que producteur délégué et prend sa fonction très à cœur en s'impliquant dans le développement de l'histoire et tous les autres aspects de la production. Le film, qui relate un fait historique durant la guerre froide, lui offre l'un de ses meilleurs rôles. Il joue un commandant de sous-marin nucléaire russe, le K-19, dont la prise de fonction semble contestable. La place de commandant qu'il prend au capitaine Mikhail Polenin (Liam Neeson), qui lui se retrouve second, font de lui un personnage antipathique. L'attitude de son personnage contraste avec celle de son acolyte qui est plus proche de ses hommes. Puis il se retrouve confronté au regard de son équipage à la suite d'une fuite de réacteur. Mais cette antipathie se transforme en héroïsme du fait de la tournure des évènements. Le film, malgré le grand soin apporté à la production, est le plus gros échec de Harrison Ford depuis qu'il est en haut de l'affiche[67].

Harrison Ford est ensuite pressenti pour interpréter le rôle de Bob Barnes dans Syriana (finalement joué par George Clooney, qui remporte un Oscar pour ce rôle), mais il refuse. Une décision qu'il regrette après coup[68]. Suivent deux autres désillusions pour l'acteur. D'abord avec Hollywood Homicide qui réussit l'exploit d'engendrer encore moins d'argent que K-19, puis avec Firewall qui obtient un accueil mitigé. C'est finalement avec Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, que Harrison Ford retrouve le sommet du box-office.

En 2009, il partage la vedette avec Ray Liotta et Ashley Judd dans Droit de passage de Wayne Kramer. Tourné en 2007, le film met en avant l'histoire de personnes étrangères qui vivent illégalement sur le sol américain. Harrison Ford joue Max Brogan, un agent expérimenté de la brigade de l'immigration qui tente d'aider une jeune mère mexicaine sur le point d'être expulsée[69].

En 2011, il partage la vedette avec Daniel Craig dans le western de science-fiction Cowboys et Envahisseurs, réalisé par Jon Favreau et produit entre autres par Steven Spielberg. En 2014, il intègre le casting d' Expendables 3. Le film est ensuite sélectionné hors compétition lors du 67e Festival de Cannes[70].

Travail d'acteur[modifier | modifier le code]

Salaires et cachets[modifier | modifier le code]

Au début de sa carrière, Harrison Ford est sous contrat avec la Columbia Pictures qui lui verse un salaire hebdomadaire fixe. C'est ainsi qu'il gagne 150 dollars par semaine[16] en 1966 et 1967, période durant laquelle il fait ses premières apparitions au cinéma dans Un truand, Luv et La Poursuite des tuniques bleues. En 1973, il perçoit 600 dollars pour jouer Bob Falfa, son premier rôle notable, dans American Graffiti de George Lucas[27].

Pour son rôle de Han Solo dans Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir, il signe un contrat qui lui permet de gagner mille dollars hebdomadaire ainsi que mille dollars supplémentaires par semaine de tournage en Angleterre[71]. À cela s'ajoute un pourcentage sur les revenus du film accordé par George Lucas[71]. En 1983, Harrison Ford touche un salaire de 500 000 dollars pour reprendre son rôle dans Le Retour du Jedi[72].

En 1990, pour Présumé innocent d'Alan J. Pakula, l'acteur négocie un contrat qui lui permet de gagner douze millions et demi de dollars. En acceptant le rôle de Jack Ryan, Harrison Ford obtient au total un salaire de dix millions de dollars pour jouer dans deux films (neuf millions pour Jeux de guerre et un million pour Danger immédiat)[73].

Avec de grands succès commerciaux tel que la saga Indiana Jones et Le Fugitif, Harrison Ford est l'un des acteurs les plus « bankable » du cinéma hollywoodien. C'est avec cette réputation qu'il négocie un salaire de vingt millions de dollars pour Ennemis rapprochés, Air Force One[74], 6 jours, 7 nuits, L'Ombre d'un soupçon et Apparences[72]. Avec K-19 : Le Piège des profondeurs, il atteint même un salaire de 25 millions de dollars ainsi qu'une participation au bénéfice en tant que producteur délégué à hauteur de 20 %[72].

Pour reprendre son rôle d'Indiana Jones dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, l'acteur accepte, comme George Lucas et Steven Spielberg, de ne pas recevoir de salaire en échange d'un intéressement sur les recettes du films[75] qui ont atteint plus de 780 millions de dollars dans le monde entier[44].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Les empreintes de Harrison Ford dans le ciment du Grauman's Chinese Theatre.

Malgré de nombreux succès publics avec les sagas Star Wars et Indiana Jones, Harrison Ford obtient plus difficilement la reconnaissance de ses pairs. En effet, il n'a à son actif qu'une seule nomination à l'Oscar du meilleur acteur, obtenue pour son rôle dans Witness. C'est au fil des années que l'industrie cinématographique souligne finalement son apport à la profession avec notamment trois nominations aux Golden Globes et sa consécration en tant que « star du siècle du box-office » par l'Association nationale des propriétaires de salles de spectacle en 1994[76]. En 2002, il est honoré du Cecil B. DeMille Award pour l'ensemble de sa carrière précédent ainsi son obtention d'une étoile sur le Walk of Fame au 6801 Hollywood Boulevard[77] le 30 mai 2003[78]. Avant cela, le 4 juin 1992, il avait eu l'honneur de laisser ses empreintes dans le ciment du Grauman's Chinese Theatre[79], une tradition pour les vedettes hollywoodiennes. De plus, il est élu en 1998, à 56 ans, l'homme vivant « le plus sexy du monde » par le magazine américain People[80].

L'étoile de Harrison Ford sur Hollywood Boulevard.

En plus des distinctions personnelles qu'il a reçues, six des films auxquels il a participé figurent au National Film Registry (American Graffiti, Apocalypse Now, Blade Runner, Conversation secrète, Les Aventuriers de l'arche perdue et Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir)[81] et cinq sont classés dans le « top 100 » de l'American Film Institute (La Guerre des étoiles, Apocalypse Now, Les Aventuriers de l'arche perdue, American Graffiti et Blade Runner)[82]. Toujours dans les classements établis par l'American Film Institute, deux des personnages qu'il a interprétés, Indiana Jones (classé deuxième) et Han Solo (classé quatorzième), figurent dans le « top 50 » des plus grand héros du cinéma[83].

L'acteur vu par lui-même[modifier | modifier le code]

Harrison Ford est, selon Mike Nichols, la « Ferrari des acteurs » (Photo de 2008).

Le métier d'acteur est d'après lui rien de plus qu'un « boulot » et qu'il n'a pas vocation à rendre le spectateur heureux mais plutôt à l'aider à devenir plus altruiste[20]. Contrairement à ses débuts où il reproche aux producteurs de ne pas le laisser assez s'exprimer, il se qualifie de « serviteur de l'histoire » et qu'il interprète ce qu'on lui dit[20]. Il ne se considère pas comme une star mais comme quelqu'un qui a eu beaucoup de chance en début de carrière et encore plus pour être toujours en haut de l'affiche[20], ce qui n'est pas l'avis du réalisateur Mike Nichols qui le considère comme la « Ferrari des acteurs »[84].

« J'ai eu une chance inouïe. Le Harrison de La Guerre des étoiles a eu une sacrée veine de s'être trouvé un emploi, et le « vieux » Ford a de la chance d'avoir duré si longtemps. »

— Harrison Ford contre Harrison Ford[20].

L'acteur vu par la critique[modifier | modifier le code]

Le rôle dans Star Wars permet à Harrison Ford d'accéder au-devant de la scène. Pour ce film, la critique est enthousiaste pour son interprétation rafraîchissante de Han Solo qui mêle sarcasme et humour. Pour certains, il réussit à rendre son personnage comme le plus cohérent du film[85]. Le choix de ses films fait l'unanimité[86], car malgré des scénarios ou des interprétations loin d'être innovantes, il semble comprendre ce que le public recherche au cinéma. Son faible nombre de nominations aux Oscars reflète cette tendance à privilégier le spectacle plutôt qu'une grande performance d'acteur. Après Indiana Jones, les journalistes spécialisés commencent à douter de ses capacités à jouer autre chose qu'un héros digne des bandes dessinées, mais il réussit à sortir de cette image stéréotypée avec Witness[87], qui lui vaut d'ailleurs sa seule nomination aux Oscars. Dans Mosquito Coast, il confirme cette nouvelle trajectoire prise dans sa carrière avec une prestation « géniale »[88]. Après des interprétations « bouleversantes » dans À propos d'Henry et Présumé innocent[89], son rôle de prisonnier en cavale dans Le Fugitif conquiert tout le monde. Sa prestation d'un homme ordinaire traqué sans relâche est qualifiée de « formidable » tant ses expressions émotionnelles et physionomiques sont justes[89]. Les années passent et l'accumulation des rôles de « Boy Scout » sans peur et sans reproche semble le décrédibiliser. Il s'essaye à la comédie avec 6 jours, 7 nuits mais son rôle d'aventurier bougon ne convient plus à une personne de son âge (56 ans au moment du film)[90]. Son changement de registre pour Apparences est salvateur. Il est très convaincant en « méchant »[91]. Son rôle dans Firewall est moyennement accueilli. Son jeu est juste[92] mais le personnage vieillissant au cœur d'un film d'action donne l'impression amère de déjà-vu[93]. Avant l'avant-première d'Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal au Festival de Cannes, la critique est plutôt enthousiaste de retrouver sur grand écran l'aventurier, surtout ceux qui ont grandi avec lui[94]. La performance de Harrison Ford en vieux baroudeur n'est pas remise en cause à l'inverse du film qui est parfois « accusé » de suffisance par rapport aux anciens opus[95],[96],[97].

Activités publiques et engagements[modifier | modifier le code]

Engagement pour l'environnement[modifier | modifier le code]

Dès son adolescence, Harrison Ford côtoie la nature de près en assistant de temps à autres un garde forestier[18]. Et c'est en achetant son ranch à Jackson, dans le Wyoming, qu'il décide de se consacrer à la préservation de l'environnement. Il cède ainsi près de la moitié de ses terres au Jackson Hole Land Trust à des fins de conservation de la nature[98].

Harrison Ford siège au conseil d'administration de la Conservation International depuis 1991[99],[100] et il est l'un des « gardiens volants » de la Riverkeeper, une organisation dont le but est d'identifier et poursuivre en justice les pollueurs du fleuve Hudson. En 2003, il reçoit le « Prix Lindbergh »[101] pour ses patrouilles en hélicoptère au-dessus du fleuve[98].

Le 6 octobre 2006, il est honoré du « Jules Verne Spirit of Nature Award » remis par l'association Jules Verne Aventures, pour son engagement pour la protection de l'environnement[102]. En avril 2008, dans un spot publicitaire, il s'épile le torse avec de la cire, pour dénoncer symboliquement la déforestation des forêts tropicales. Ce geste attire l'attention et permet de mettre en lumière un point critique de la déforestation[103],[104].

Son action écologique est aussi récompensée par diverses distinctions, dont le « Prix mondial du citoyen écologique » de la Faculté de médecine de Harvard[105] ou le « Prix mondial d’écologie » du Centre international pour l’écologie tropicale, mais la récompense la plus insolite reste le baptême d'une fourmi native du Honduras et de Belize, sous le nom de Pheidole harrisonfordi[98],[106] et à une araignée californienne, Calponia harrisonfordi, une reconnaissance à ses efforts en faveur du American Museum of Natural History[107].

Convictions politiques[modifier | modifier le code]

Le producteur et réalisateur Khashyar Darvich avec le Dalaï Lama en Inde durant le tournage du documentaire Dalai Lama Renaissance.

Comme ses parents, Harrison Ford est un démocrate de longue date[108]. En 2003, il condamne publiquement la guerre d'Irak et appelle à un changement de gouvernement aux États-Unis[109]. Il accuse Hollywood de produire trop de films violents. Il est également pour un plus grand contrôle des armes à feu dans le pays[109].

L'acteur s'oppose à la réélection du gouverneur de Californie, Gray Davis, mais avertit que le remplacer par Arnold Schwarzenegger serait une erreur[110].

En 2007 pour Action de grâce, lui et Calista Flockhart se joignent à Kirk Douglas pour servir des repas chauds aux sans-abris de Los Angeles[111]. Cette action permet de ne pas faire oublier que Los Angeles est la ville qui compte le plus de sans-abris aux États-Unis[111].

Depuis des années, Harrison Ford soutient également la cause des Tibétains et de leur chef spirituel, le Dalaï-lama. Le 7 septembre 1995, il intervient au Congrès des États-Unis pour témoigner de son expérience du Tibet[112]. Ford et son épouse Melissa Mathison ont soutenu le Tibet, et à l'instar d'autres célébrités d'Hollywood se virent interdit d'entrer en Chine. En 2007, il matérialise de nouveau ce soutien en étant le narrateur du documentaire Dalai Lama Renaissance[112]. Ce film témoigne de la rencontre du Dalaï-lama avec des penseurs occidentaux à Dharamsala et qui abordent ensemble les questions de savoir comment changer le monde et comment résoudre ses problèmes[113].

Archéologie[modifier | modifier le code]

Après avoir joué l'archéologue au cinéma, Harrison Ford soutient ensuite le travail des archéologues professionnels. Depuis 2008, il siège au conseil d'administration de l'Institut archéologique américain (AIA) en tant qu'administrateur général[114]. Sa nomination est due, d'après le président de l'AIA, « à son rôle significatif qui a stimulé l'intérêt du public pour les explorations archéologiques ». À la suite de son intégration à l'organisation, l'acteur déclare que « la connaissance est pouvoir et que comprendre le passé nous aide à faire le présent et le futur »[115].

Cependant, cette nomination fait polémique au sein de la profession. Oscar Muscarella, ancien conservateur du Metropolitan Museum of Art et pourfendeur du trafic d'antiquités, estime que l'image d'Indiana Jones et donc de Harrison Ford est l'inverse de ce qu'est un vrai archéologue. En faisant référence à l'intervention du président de l'AIA, il déclare qu'« Indiana Jones est l'antithèse de l'archéologue. Il a en fait joué un rôle en stimulant les destructeurs de sites et les pilleurs qui approvisionnent les musées en antiquités »[116].

Aviation[modifier | modifier le code]

Au cours d'un vol d'entrainement en hélicoptère au-dessus du Lac Piru, Harrison Ford et son instructeur sont victimes d'un crash.

Harrison Ford commence à prendre des cours de pilotage dans les années 1960. Il vole sur un biplan TriPacer, mais le prix de onze dollars de l'heure est trop élevé pour qu'il puisse continuer l'apprentissage[117]. Son intérêt pour le pilotage renaît au milieu des années 1990 quand il achète un Grumman Gulfstream II. Il demande alors à un pilote expérimenté, Terry Bender, de lui donner de nouvelles leçons de pilotage. Les leçons commencent sur un Cessna 182, pour ensuite passer sur un Cessna 206[117]. Il obtient finalement son brevet de pilotage en 1996 et étend, par la suite, sa pratique au pilotage d'hydravions et d'hélicoptères[118].

Dans le cadre de sa participation avec les autorités locales pour des interventions d'urgence, il secourt un randonneur isolé pris de déshydratation[119]. Il assiste également le service de secours du Comté de Teton pour d'autres sauvetages en montagne[120].

Le 23 octobre 1999, Harrison Ford est victime d'un crash en hélicoptère[121] lors d'un vol d'entraînement de routine au-dessus du Lac Piru, près de Santa Clarita en Californie. Lors d'une tentative d'autorotation, il perd de l'altitude et percute violemment le sol. Ni lui, ni son instructeur ne sont gravement blessés[122]. Quand, lors de son émission de télévision, James Lipton demande à Harrison Ford ce qui s'est passé, celui-ci répond simplement : « Je l'ai cassé »[3].

En mars 2004, Harrison Ford devient le président des Young Eagles, un programme de l'Experimental Aircraft Association qui consiste à initier les enfants à l'aviation. Il est invité par le vice-président de la EAA à remplacer Chuck Yeager, parti à la retraite. Harrison Ford a, depuis sa première participation au programme en 2001, volé avec plus de 250 enfants[118].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Harrison Ford et Calista Flockhart lors de l'édition 2009 du Festival du cinéma américain de Deauville.

Harrison Ford épouse Mary Marquardt le 18 juin 1964. Ensemble, ils ont deux garçons : Benjamin, né le 22 septembre 1967 et Willard, né le 14 mai 1969. Ils divorcent en 1979[123]. Atteinte ultérieurement de sclérose en plaques, Mary est soutenue psychologiquement et financièrement par l'acteur. Ainsi, il lui achète une maison et prend en charge son traitement et tous les frais médicaux qui lui sont nécessaires[124].

Le 14 mars 1983, il épouse la scénariste Melissa Mathison[125] avec laquelle il a un fils, Malcolm, né le 10 mars 1987, et une fille, Georgia, née le 30 juin 1990[123]. Ils divorcent après plus de 20 ans de mariage, le 6 janvier 2004. Ce divorce est l'un des plus coûteux de Hollywood[126].

Après plusieurs années de vie commune, Harrison Ford se marie avec l'actrice Calista Flockhart le 15 juin 2010[127]. Ensemble, ils élèvent le garçon, prénommé Liam, que l'actrice a adopté le 1er janvier 2001[128].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Harrison Ford lors du tournage d'Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal en 2008.
Le chapeau et le fouet sont deux des accessoires distinctifs d'Indiana Jones.

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sources : IMDb[135] (sauf précisions)

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Film
1982 Saturn Awards Meilleur acteur Les Aventuriers de l'arche perdue[136]
1994 MTV Movie Awards Meilleur duo à l'écran Le Fugitif, partagé avec Tommy Lee Jones[137]
1996 Saturn Awards Prix pour l'ensemble de sa carrière[138] -
2000 American Film Institute Life Achievement Award Prix pour l'ensemble de sa carrière[139] -
2002 Golden Globes Cecil B. DeMille Award[140] -
2010 César du cinéma César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière[141] -

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie ou récompense Prix Film
1985 Saturn Awards Meilleur acteur Indiana Jones et le Temple maudit
1986 BAFTA Awards Meilleur acteur Witness[142]
Golden Globes Meilleur acteur dans un film dramatique
Oscars Meilleur acteur
1987 Golden Globes Meilleur acteur dans un film dramatique Mosquito Coast
1987 Saturn Award Meilleur acteur Indiana Jones et la Dernière Croisade
1994 Golden Globes Meilleur acteur dans un film dramatique Le Fugitif
MTV Movie Awards Meilleure interprétation masculine
1996 Golden Globes Meilleur acteur dans un film musical ou une comédie Sabrina
1998 MTV Movie Awards Meilleure bagarre Air Force One, partagé avec Gary Oldman[143]
2008 Teen Choice Awards 2008 Meilleur acteur de film d'action et d'aventures Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal[144]

Box-office[modifier | modifier le code]

Film[145] Budget Drapeau des États-Unis États-Unis[146] Drapeau de la France France[54] Monde Monde Bénéfices[147]
(estimation)
Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir 11 000 000 $[148] 460 998 007 $ 6 450 000 entrées 775 398 007 $[148] 415 468 904 $
L'ouragan vient de Navarone N.C. 7 230 000 $ 890 000 entrées N.C. N.C.
Guerre et Passion 5 000 000 $[149] 3 000 000 $ 10 649 entrées N.C. N.C.
Un rabbin au Far West N.C. 9 346 177 $ 156 000 entrées N.C. N.C.
Star Wars, épisode V : L'Empire contre-attaque 18 000 000 $[150] 290 475 067 $ 4 051 000 entrées 538 375 067 $[150] 278 106 287 $
Les Aventuriers de l'arche perdue 18 000 000 $[151] 242 374 454 $ 6 397 117 entrées 384 140 454 $[151] 193 277 250 $
Blade Runner 28 000 000 $[152] 32 768 670 $ 2 040 068 entrées 33 139 618 $[153] -9 773 210 $
Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi 32 500 000 $[154] 309 306 177 $ 4 237 000 entrées 475 106 177 $[154] 228 808 398 $
Indiana Jones et le Temple maudit 28 000 000 $[155] 179 870 271 $ 5 683 254 entrées 333 107 271 $[155] 155 209 000 $
Witness 12 000 000 $[156] 68 706 993 $ 2 201 335 entrées N.C. N.C.
Mosquito Coast 25 000 000 $[157] 14 302 779 $ 457 000 entrées N.C. N.C.
Frantic N.C. 17 637 950 $ 1 293 000 entrées N.C. N.C.
Working Girl 28 000 000 $[158] 63 779 477 $ 768 157 entrées N.C. N.C.
Indiana Jones et la Dernière Croisade 48 000 000 $[159] 197 171 806 $ 6 247 000 entrées 474 171 806 $[159] 212 794 494 $
Présumé innocent N.C. 86 303 188 $ 712 000 entrées 221 303 188 $[160] N.C.
À propos d'Henry N.C. 43 001 500 $ 450 000 entrées N.C. N.C.
Jeux de guerre 45 000 000 $[161] 83 351 587 $ 1 236 000 entrées 178 051 587 $[161] 52 928 373 $
Le Fugitif 44 000 000 $[162] 183 875 760 $ 3 555 000 entrées 368 875 760 $[163] 158 881 668 $
Danger immédiat 62 000 000 $[164] 122 187 717 $ 949 579 entrées 215 887 717 $[164] 56 738 245 $
Sabrina 58 000 000 $[165] 53 672 080 $ 288 965 entrées 87 100 000 $[166] -10 095 000 $
Ennemis rapprochés 90 000 000 $[167] 42 868 348 $ 1 288 360 entrées 140 807 547 $[167] -12 555 849 $
Air Force One 85 000 000 $[168] 172 956 409 $ 941 140 entrées 315 156 409 $[168] 88 336 025 $
6 jours, 7 nuits 70 000 000 $[169] 74 339 294 $ 1 275 000 entrées 164 839 294 $[170] 20 661 612 $
L'Ombre d'un soupçon 64 000 000 $[171] 31 502 583 $ 792 000 entrées 74 608 570 $[171] -22 965 286 $
Apparences 100 000 000 $[172] 155 464 351 $ 1 842 000 entrées 291 420 351 $[172] 60 281 194 $
K-19 : Le Piège des profondeurs 100 000 000 $[173] 35 168 966 $ 287 529 entrées 65 716 126 $[173] -63 856 130 $
Hollywood Homicide 75 000 000 $[174] 30 940 691 $ 171 426 entrées 51 142 659 $[174] -46 871 537 $
Firewall N.C. 48 751 189 $ 102 635 entrées 82 751 189 $[175] N.C.
Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal 185 000 000 $[44] 315 089 984 $ 4 193 192 entrées[176] 780 106 671 $[44] 244 058 670 $
Droit de passage N.C. 455 654 $ 92 062 entrées[177] 3 529 869 $[178] N.C.
Mesures exceptionnelles 31 000 000 $[179] 12 068 313 $ 54 780 entrées[180] 15 134 293 $[179] N.C.
Morning Glory 40 000 000 $ [181] 31 011 732 $ 218 438 entrées [182] 58 785 180 $[181] N.C.
Cowboys et envahisseurs 163 000 000 $ [183] 100 240 551 $ 893 929 entrées [184] 174 822 325 $[183] N.C.
Film Budget Drapeau des États-Unis États-Unis Drapeau de la France France Monde Monde Bénéfices

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Les films dans lesquels Harrison Ford tient un rôle majeur ont engendré plus de trois milliards de dollars. Douze de ces films ont dépassé la barre des cent millions de dollars. Les films qui l'ont mené au sommet du box-office sont principalement issus de sa collaboration avec George Lucas. Star Wars et la saga Indiana Jones cumulent à eux seuls près de deux milliards de dollars. Blade Runner, aujourd'hui considéré comme culte, est déficitaire.

Avant Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal, Harrison Ford reste sur quatre échecs. L'Ombre d'un soupçon, K-19 : Le Piège des profondeurs, Hollywood Homicide et Firewall n'ont pas réussi à attirer les spectateurs et n'ont pas pu mettre à profit les investissements mis en œuvre à leur production. Les trois premiers cités finissant déficitaires, tout comme l'ont été Sabrina et Ennemis rapprochés.

Harrison Ford occupe la quatrième place du classement des acteurs les plus prolifiques du box-office américain. Il est devancé par Frank Welker (un acteur donnant sa voix à de nombreux personnages de films d'animations), Samuel L. Jackson et Tom Hanks[185].

En France[modifier | modifier le code]

Les films de l'acteur ont cumulé plus de 58 millions de spectateurs dans l'Hexagone. Quinze de ces films ont atteint plus d'un million d'entrées et sept ont dépassé les quatre millions de billets vendus. Son plus gros succès est Un nouvel espoir, suivi de près par Les Aventuriers de l'arche perdue et Indiana Jones et la Dernière Croisade. Ces trois films culminent à plus de six millions d'entrées.

Certains films qui n'ont pas tellement séduit aux États-Unis ont eu plus de succès en France, comme Blade Runner ou Frantic. Comme aux États-Unis, Harrison Ford doit attendre Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal pour retrouver le succès qui lui échappe depuis Apparences.

Voix francophones[modifier | modifier le code]

En France, Francis Lax l'a doublé dans quelques uns de ses premiers grands rôles, notamment celui de Han Solo. Depuis 1989 et Indiana Jones et la Dernière Croisade, Richard Darbois est la voix régulière de Harrison Ford , après l'avoir cependant déjà doublé pour la première fois dans Blade Runner en 1982 puis dans Witness en 1985 et Working Girl en 1988.

Au Québec, le doublage local n'est effectif que depuis les années 1990. Harrison Ford n'y a pas de voix habituelle, plusieurs comédiens lui ont ainsi prêté leur voix[186] dont Ronald France, Mario Desmarais et Alain Zouvi.

En France[modifier | modifier le code]

et aussi :

Au Québec[modifier | modifier le code]

  • Alain Zouvi dans Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c (en) Harrison Ford: The Films, p. 5.
  2. a, b, c, d et e (en) Harrison Ford, p. 12.
  3. a et b (en) Fiche de l'acteur sur le site de Entertainment Television, page consultée le 4 novembre 2008.
  4. (en) The Films of Harrison Ford, p. 1.
  5. a, b, c, d, e et f (en) Biographie de l'acteur sur NNDB, page consultée le 4 novembre 2008.
  6. (en) « Celebrity Jews » de Nate Bloom sur The Jewish News Weekly, consultée le 4 novembre 2008.
  7. (en) « Ten American showbiz celebrities of Russian descent » sur Pravda, page consultée le 4 novembre 2008.
  8. a, b, c, d, e et f (en) Harrison Ford: The Films, p. 6.
  9. a, b et c (en) Frise chronologique de la carrière de l'acteur sur Harrison Ford Web, page consultée le 4 novembre 2008.
  10. (en) « WMTH History » sur WMTH Alumni, page consultée le 4 novembre 2008.
  11. (en) « Gamma Mu : University of Illinois - Urbana Champaign » sur le site de la fraternité Sigma Nu, page consultée le 4 novembre 2008.
  12. (en) Biographie de l'acteur sur le site de The New York Times, page consultée le 4 novembre 2008.
  13. (en) Harrison Ford: The Films, p. 9.
  14. (en) Harrison Ford: The Films, p. 10.
  15. (en) Harrison Ford, p. 14.
  16. a, b et c (en) Harrison Ford: The Films, p. 15.
  17. (en) Harrison Ford: The Films, p. 13.
  18. a, b, c, d et e Indiana Jones : Naissance d'une trilogie, Indiana Jones et la Dernière Croisade disponible dans le coffret DVD de la trilogie.
  19. a, b, c et d (en) Harrison Ford, p. 16.
  20. a, b, c, d et e « Harrison Ford contre Harrison Ford » entretien avec l'acteur dans Première.
  21. (en) Harrison Ford: The Films, p. 19.
  22. (en) Harrison Ford, p. 18.
  23. a et b (en) Harrison Ford: The Films, p. 23.
  24. (en) « Actors don't have many choices - they have to work! » sur Berlinale Talent Campus, page consultée le 4 novembre 2008.
  25. a, b et c The Making Of American Graffiti de Laurent Bouzereau, disponible sur le DVD du film American Graffiti.
  26. (en) Box-office d'American Graffiti sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  27. a et b (en) Photo de son contrat visible dans Entertainment Memorabilia Auction, p. 34.
  28. (en) Harrison Ford, p. 20.
  29. a, b, c, d, e, f, g et h Charles De Lauzirica, Dangerous Days : Making Blade Runner, disponible sur le 2e disque du coffret DVD de Blade Runner.
  30. a, b, c, d, e, f, g, h et i Edith Becker et Kevin Burns, L'Empire des rêves : L'Histoire de la trilogie Star Wars, disponible dans le coffret DVD de la trilogie.
  31. (en) Skywalking, p. 152.
  32. (en) George Lucas, p. 78.
  33. (en) Texte associé à l'affiche 28953 dans Heritage Vintage Movie Posters, p. 286.
  34. Secrets de tournage d'Un nouvel espoir sur AlloCiné, page consultée le 4 novembre 2008.
  35. « Harrison Ford aurait tué Han Solo » sur le site Canoë, page consultée le 4 novembre 2008.
  36. Thomas Sotinel, « Le casting de « Star Wars VII » mêle anciens et nouveaux », sur Le Monde,‎ 29 avril 2014 (consulté le 29 juin 2014)
  37. a, b, c, d, e, f et g Indiana Jones : Naissance d'une trilogie, Indiana Jones et les Aventuriers de l'arche perdue, disponible dans le coffret DVD de la trilogie.
  38. a et b (en) Steven Spielberg, a Biography, p. 31.
  39. (en) Interview de l'acteur sur Cinemas Online, page consultée le 4 novembre 2008.
  40. a, b, c et d Frédéric Raes, Biographie de l'acteur sur CinEmotions, page consultée le 4 novembre 2008.
  41. a, b, c et d Indiana Jones : Naissance d'une trilogie, Indiana Jones et le Temple maudit, disponible dans le coffret DVD de la trilogie.
  42. (en) Box-office sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  43. (en) Dates de sortie sur IMDb, page consultée le 21 septembre 2009.
  44. a, b, c et d (en) Fiche de Indiana Jones and the Kingdom of the Crystal Skull sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  45. « Blade Runner : The Final Cut - Documentaire Dangerous Days : Making Blade Runner », Warner Home Video, 2007, DVD
  46. (en) Harrison Ford: The Films, p. 95.
  47. a et b « Blade Runner : Dans les coulisses du film-culte de Ridley Scott », SFX, Cinéma et Effets spéciaux.
  48. (en) « Blade Runner Was a Nightmare » sur Moono.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  49. Secrets de tournage de Blade Runner sur AlloCiné, page consultée le 4 novembre 2008.
  50. a, b et c Blade Runner, Dixième Planète.
  51. Charles De Lauzirica, Deck-a-Rep : The True Nature of Rick Deckard, disponible sur le 4e disque du coffret DVD de Blade Runner.
  52. a et b (en) Harrison Ford, p. 32.
  53. (en) Harrison Ford: The Films, p. 52.
  54. a et b Box office des films de Harrison Ford sur Box Office Story, page consultée le 4 novembre 2008.
  55. François Forestier, « Le tournage d'Apocalypse Now », page consultée le 4 novembre 2008.
  56. (en) Anecdotes sur IMDb, page consultée le 22 septembre 2009.
  57. (en) Harrison Ford: The Films, p. 57.
  58. a, b et c Laurent Bouzereau, L'Évolution et la Création d'E.T., disponible sur le 2edisque de l'édition prestige du DVD E.T. l'extra-terrestre.
  59. Interview de Peter Weir sur la première édition du DVD Witness.
  60. a, b, c, d et e Patriot Game Close Up disponible sur l'édition collector du DVD Jeux de guerre.
  61. Clear and Present Danger, Behind the Danger disponible sur l'édition collector du DVD Danger immédiat.
  62. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Commentaire audio de Wolfgang Petersen disponible sur l'édition spéciale du DVD Air Force One.
  63. a, b et c Notes de production disponible sur le DVD du film Apparences.
  64. (en) Box-office mondial de l'année 2000 sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  65. (en) Rebecca Ascher-Walsh, « Red Light, Green Light », Entertainment Weekly, page consultée le 4 novembre 2008.
  66. (en) Fiche de l'acteur sur ClassicSciFi, page consultée le 4 novembre 2008.
  67. The Making Of K-19: The Widowmaker disponible sur le DVD du film K-19 : Le Piège des profondeurs.
  68. (en) « I should have been in Syriana », Breaking News, page consultée le 4 novembre 2008.
  69. (en) Budget sur IMDb, page consultée le 22 septembre 2009.
  70. « Cannes 2014 : les Expendables 3 monteront les marches ! », sur http://www.allocine.fr (consulté le 2 mai 2014)
  71. a et b (en) Harrison Ford: The Films, p. 34.
  72. a, b et c (en) Guylaine Cadorette, « Hollywood.com Sounds Off: Hollywood's A-List » sur Hollywood.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  73. (en) The Films of Harrison Ford, p. 200.
  74. (en) The Films of Harrison Ford, p. 237.
  75. « Harrison Ford : 0 dollar pour Indiana Jones » sur telepro.be, page consultée le 22 septembre 2009.
  76. (en) The Everything Filmmaking Book, p. 78.
  77. (en) « Hollywood Walk of Fame » sur Hollywood & Los Angeles, page consultée le 4 novembre 2008.
  78. (en) « Recent Hollywood Events » sur Seeing Stars in Hollywood, page consultée le 4 novembre 2008.
  79. (en) « Mann's Chinese Theater Imprints » sur Screen Source, page consultée le 4 novembre 2008.
  80. (en) « All-Time Sexiest Men » sur le site de People Magazine, page consultée le 4 novembre 2008.
  81. (en) « Films Selected to The National Film Registry, Library of Congress (1989-2007) » sur le site de la Bibliothèque du Congrès, page consulté le 4 novembre 2008.
  82. (en) « AFI's 100 Years...100 Movies » sur AFI.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  83. (en) « AFI's 100 Years...100 Heroes & Villains » sur AFI.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  84. Première no 198, p. 44.
  85. Critique de L'Empire contre-attaque dans Les Cahiers du cinéma no 316, p. 52.
  86. The Best of Hollywood, p. 72.
  87. Critique de Witness dans Positif no 293, p. 108.
  88. (en) Variety's Film Reviews (1985-1986).
  89. a et b Critique de Le Fugitif dans Première.
  90. Critique de 6 jours, 7 nuits sur Fluctuat.net, page consultée le 4 novembre 2008.
  91. Critique de Apparences sur Le Quotidien du cinéma, page consultée le 4 novembre 2008.
  92. Critique de Firewall sur Comme au Cinéma.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  93. Critique de Firewall dans L'Express Mag no 2857, p. 61.
  94. Critique de Indiana Jones et le Royaume du Crane de Cristal sur Comme au Cinéma.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  95. Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal dans TéléCinéObs no 2273, p. 12.
  96. Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal dans Mad Movies no 209, p. 22.
  97. Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal dans Télérama no 3046, p. 58.
  98. a, b et c « Harrison Ford, acteur célèbre dans le monde entier et écologiste convaincu » dans le Programme des Nations Unies pour l’environnement, page consultée le 4 novembre 2008.
  99. (en) « Harrison Ford's Charity Work » sur Celebrity Charity News & Information, page consultée le 4 novembre 2008.
  100. (en) Conseil d'administration de la Conservation International sur leur site, page consultée le 19 novembre 2008.
  101. (en) Lauréats du Prix Lindbergh sur le site de la Fondation Charles Lindbergh, page consultée le 4 novembre 2008.
  102. (en) Biographie de l'acteur sur le site de Jules Verne Aventures, page consultée le 4 novembre 2008.
  103. (en) « Harrison Ford s'épile le torse… » sur Actustar.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  104. (en) « PSA: Harrison Ford Loses An Acre », vidéo visible sur le site de la Conservation International, page consultée le 19 novembre 2008.
  105. (en) Alvin Powell, « Real-life hero Ford gets environmental award » sur Harvard University Gazette Online, page consultée le 4 novembre 2008.
  106. (en) « The Ant Society: Honoring Conservation Heavyweights » sur le site de la Conservation International, page consultée le 19 novembre 2008.
  107. (en) Platnick Norman I., « A new genus of the spider family Caponiidae (Araneae, Haplogynae) from California », American Museum Novitates, vol. 3063,‎ 1993, p. 1–8 (lire en ligne)
  108. (en) Donation politique de Harrison Ford sur Newsmeat, page consultée le 4 novembre 2008.
  109. a et b (en) « Harrison Ford Blasts U.S. Iraq Policy » sur IslamOnline.net, page consultée le 4 novembre 2008.
  110. « Des stars d'Hollywood se démarquent de la candidature de Schwarzenegger » selon une dépêche de l'AFP, page consultée le 4 novembre 2008.
  111. a et b (en) « Kirk Douglas, Harrison Ford Feed Homeless for Thanksgiving » sur le site du China Daily, page consultée le 4 novembre 2008.
  112. a et b (en) « Tibet and Harrison Ford » sur Tibetan Kung Fu and Tai Chi Chuan, page consultée le 4 novembre 2008.
  113. (en) Harrison Ford, p. 93
  114. (en) « About the AIA » sur le site de l'institut archéologique américain, page consultée le 4 novembre 2008.
  115. (en) « Harrison Ford Elected to AIA Board » sur le site de l'institut archéologique américain, page consultée le 4 novembre 2008.
  116. (en) « Indiana Jones is a plunderer. What do you think ? » sur Safe Corner, page consultée le 4 novembre 2008.
  117. a et b (en) Di Freeze, « Harrison Ford: Promoting Aviation through Young Eagles » sur Airport Journals, page consultée le 4 novembre 2008.
  118. a et b (en) « Harrison Ford, EAA Young Eagles Chairman » sur le site de l'Experimental Aircraft Association Young Eagles, page consultée le 4 novembre 2008.
  119. (en) « Harrison Ford credited with helicopter rescue of sick hiker in Idaho » sur le site de CNN, page consultée le 4 novembre 2008.
  120. Olivier Corriez, « Harrison, mon héros » sur le site de LCI, page consultée le 4 novembre 2008.
  121. (en) « Plane Crash Involving Actor Harrison Ford » sur Airsafe.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  122. (en) Rapport de l'accident sur le site du Conseil national de la sécurité des transports, page consultée le 4 novembre 2008.
  123. a et b (en) Entertainment Celebrities, p. 234.
  124. (en) « Ford and Flockhart are wonderful, says his ex-wife » sur contactmusic.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  125. (en) The World's Stupidest Celebrities, p. 73.
  126. (en) « Harrison Ford and Melissa Mathison in $85 million dollar divorce settlement » sur Starswelove.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  127. « Harrison Ford et Calista Flockhart, alias Ally McBeal, se sont mariés » sur le site du Parisien, page consultée le 5 juillet 2010.
  128. (en) Calista Flockhart sur Adoption.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  129. (en) Liste artistique d'Un truand sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  130. (en) Liste artistique de Luv sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  131. (en) Liste artistique de Zabriskie Point sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  132. (en) Liste artistique d'American Graffiti, la suite sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  133. (en) Liste artistique de Jimmy Hollywood sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  134. (en) Liste artistique de The Teeth of the Barracuda sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  135. Page consultée le 4 novembre 2008.
  136. (en) Les meilleurs acteurs sur le site de l'Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur, page consultée le 4 novembre 2008.
  137. (en) MTV Movie Awards 1994 sur le site de MTV, page consultée le 4 novembre 2008.
  138. (en) Lauréats du « Life Career Award » sur le site de l'Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur, page consultée le 4 novembre 2008.
  139. (en) Rochelle L. Levy, « The achievement of Harrison Ford » sur AFI.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  140. (en) Les derniers lauréats du « Cecil B. DeMille Award » sur Hollywood Foreign Press Association, page consultée le 4 novembre 2008.
  141. Vidéo de la remise du prix sur le site de Canal+, page consultée le 28 février 2010.
  142. (en) BAFTA Awards 1985 sur le site des British Academy of Film and Television Arts, page consultée le 4 décembre 2008.
  143. (en) 1998 MTV Movie Awards sur le site de MTV, page consultée le 22 septembre 2009.
  144. (en) TC Movie Nominees sur le site des Teen Choice Awards, page consultée le 4 novembre 2008.
  145. Films où Harrison Ford à un rôle notable.
  146. (en) Box office des films de Harrison Ford sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  147. D'après Boxofficemojo.com, les studios de productions perçoivent environ 55 % des recettes mondiales. Le calcul du bénéfice provenant d'un film correspond à peu près à ces 55 % - le budget de production. Pour mieux faire il faudrait ajouter les revenus liés aux produits dérivés ainsi que de la location/vente vidéo.
  148. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  149. Commentaire audio de Peter Hyams disponible sur le DVD de Guerre et Passion.
  150. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  151. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  152. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  153. (en) Fiche du film sur The Numbers, page consultée le 4 novembre 2008.
  154. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  155. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  156. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  157. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  158. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  159. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  160. (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  161. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  162. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  163. (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  164. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  165. (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  166. (en) Fiche du film sur The Numbers, page consultée le 4 novembre 2008.
  167. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  168. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  169. (en) Chiffres sur IMDb, page consultée le 4 novembre 2008.
  170. (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  171. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  172. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  173. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  174. a et b (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  175. (en) Fiche du film sur Boxofficemojo.com, page consultée le 4 novembre 2008.
  176. Box office sur AlloCiné, page consultée le 4 novembre 2008.
  177. « Droit de passage : box-office », sur Jp's Box-office (consulté le 15 avril 2013).
  178. « Box-office du film », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2013).
  179. a et b (en) Fiche du film sur Box Office Mojo, consulté le 15 avril 2013.
  180. « Mesures exceptionnelles : box-office », sur Jp's Box-office (consulté le 15 avril 2013).
  181. a et b « Morning Glory », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2013).
  182. « Morning Glory : box-office », sur Jp's Box-office (consulté le 15 avril 2013).
  183. a et b « Cowboys & Aliens », sur Box Office Mojo (consulté le 15 avril 2013).
  184. « Cowboys et envahisseurs : box-office », sur Jp's Box-office (consulté le 15 avril 2013).
  185. (en) « All Time Top 100 Stars at the Box Office » sur The Numbers, page consultée le 4 novembre 2008.
  186. [http://www.doublage.qc.ca/p.php?i=164&idacteuren=589 Fiche de Harrison Ford sur Doublage.qc.ca, page consultée le 16 août 2014.
  187. a, b et c « Comédiens ayant doublé Harrison Ford en France » sur Doublagissimo, consulté le 16 mars 2014
  188. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé Harrison Ford en France » sur RS Doublage, consulté le 16 mars 2014

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Alan McKenzie, The Harrison Ford Story, Arbor House Pub Co,‎ 1984, 109 p. (ISBN 0877956677)
  • (en) Paul Honeyford, Harrison Ford: A Biography, Sidgwick & Jackson,‎ 1986, 152 p. (ISBN 0283993200)
  • (en) Minty Clinch, Harrison Ford: A Biography, New English Library,‎ 1987, 214 p. (ISBN 0450399400)
  • (en) Ethlie Ann Vare et Mary Toledo, Harrison Ford, St. Martin's Press,‎ 1988, 127 p. (ISBN 0312906323)
  • (fr) Jean-Jacques Jelot-Blanc, Harrison Ford. Le Dernier Aventurier Du Cinéma, Sévigny,‎ 1989, 150 p. (ISBN 2907763024)
  • (en) Edward Gross, The Films of Harrison Ford, Pioneer Books,‎ 1990 (ISBN 155698247X)
  • (en) Robert Sellers, Harrison Ford: A Biography, Hale,‎ 1993, 219 p. (ISBN 0709048289)
  • (en) Garry Jenkins, Harrison Ford: Imperfect Hero, Carol Pub. Group,‎ 1998, 362 p. (ISBN 1559724439)
  • (en) Robert Abele, Harrison Ford: A Biography, Time Inc.,‎ 2000, 132 p.
  • (en) Lee Pfeiffer et Michael Lewis, The Films of Harrison Ford, Kensington Publishing Corporation,‎ 2002, 259 p. (ISBN 0806523646)
  • (en) Brad Duke, Harrison Ford: The Films, McFarland,‎ 2005, 333 p. (ISBN 0786420162)
  • (en) Laurence Caracalla, Harrison Ford, Silverback Books,‎ 2007, 116 p. (ISBN 2752802471)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Olivier Assayas, « Critique de L'Empire contre-attaque », Les Cahiers du cinéma, no 316,‎ octobre 1980
  • Michel Sineux, « Critique de Witness », Positif, no 293,‎ juillet 1985
  • (en) Bowker Staff, Variety's Film Reviews 1985-1986, Garland Pub.,‎ 1988 (ISBN 0835227995)
  • « Critique de Le Fugitif », Première, no 198,‎ septembre 1993
  • « Blade Runner : Dans les coulisses du film-culte de Ridley Scott », SFX, Cinéma et Effets speciaux, no 11,‎ décembre 1993
  • Maurice Arina, « Harrison Ford contre Harrison Ford », Première, no 241,‎ avril 1997
  • (en) Dale Pollock, Skywalking, Da Capo Press,‎ 1999, 332 p. (ISBN 0306809044)
  • (en) Dana White, George Lucas, Twenty-First Century Books,‎ 1999, 128 p. (ISBN 0822549751)
  • (en) Lee Pfeiffer et Michael Lewis, The Films of Harrison Ford, Kensington Publishing Corporation,‎ 2002, 259 p. (ISBN 0806523646)
  • Pierre Pittiloni, « Blade Runner », Dixième Planète, no 19,‎ octobre/novembre 2002 (lire en ligne)
  • (en) Brad Duke, Harrison Ford: The Films, McFarland,‎ 2005, 333 p. (ISBN 0786420162)
  • (en) Norbert B. Laufenberg, Entertainment Celebrities, Trafford Publishing,‎ 2005, 888 p. (ISBN 1412053358)
  • (en) Ivy Press, Heritage Vintage Movie Posters, Heritage Capital Corporation,‎ 2005 (ISBN 1599670046)
  • Massimo Gihaldi, Enrico Lancia et Fabio Melelli, The Best of Hollywood, Gremese Editore,‎ 2006, 206 p. (ISBN 8873016227)
  • Thomas Leroux, Les 100 films de l'histoire du cinéma, Studyrama,‎ 2006, 211 p. (ISBN 284472826X)
  • J.W., « Critique de Firewall », L'Express Mag, no 2857,‎ avril 2006
  • (en) Laurence Caracalla, Harrison Ford, Silverback Books,‎ 2007, 116 p. (ISBN 2752802471)
  • (en) Kathi Jackson, Steven Spielberg, a Biography, Greenwood Publishing Group,‎ 2007, 143 p. (ISBN 0313337969)
  • (en) Barbara Karg, Rick Sutherland et Lucie Cave, The World's Stupidest Celebrities, Adams Media Corporation,‎ 2007, 221 p. (ISBN 1598695959)
  • (en) Barbara Karg, Jim Van Over et Rick Sutherland, The Everything Filmmaking Book, Everything Books,‎ 2007, 305 p. (ISBN 1598690922)
  • (en) Ivy Press, Gary Dowell, Kim Jones, Don Mangus et James L. Halperin, Heritage Music & Entertainment Memorabilia Auction, Heritage Capital Corporation,‎ 2007, 305 p. (ISBN 1599671247)
  • O.B., « Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal », TéléCinéObs, no 2273,‎ mai 2008
  • Aurélien Ferenczi, « Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal », Télérama, no 3046,‎ 31 mai - 6 juin 2008
  • Cédric Delelée, « Critique de Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal », Mad Movies, no 209,‎ juin 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 17 octobre 2008 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.