Abel Gance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Abel (homonymie).

Abel Gance

Description de l'image  GANCE Abel-24x30-.jpg.
Nom de naissance Abel Eugène Alexandre Perthon
Naissance 25 octobre 1889
Paris (France)
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès 10 novembre 1981 (à 92 ans)
Paris (France)
Profession Réalisateur
Films notables J'accuse,
La Roue,
Napoléon,
Austerlitz

Abel Gance est un réalisateur français, scénariste et producteur de cinéma, né Abel Eugène Alexandre Perthon, le 25 octobre 1889 à Paris 18e[1], et mort le 10 novembre 1981 à Paris 16e. Abel Gance est l'un des pères du langage cinématographique moderne et compte parmi les plus importants pionniers de son histoire, avec D. W. Griffith aux États-Unis et Sergueï Eisenstein pour l'URSS.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abel Gance avec Arthur Honegger vers 1923.

Né à Paris, Abel Gance avait par sa mère, Françoise Perthon[2], une origine bourbonnaise. Il passa une partie de sa petite enfance à Commentry (Allier) chez ses grands-parents[3]. Il commença des études de droit, les abandonna pour se consacrer au théâtre et à la poésie, puis au cinéma vers 1909.

Il s'affirme dès 1918 comme un cinéaste novateur, dont le style empreint de lyrisme tranche sur la production de l'époque. J'accuse et La Roue font de lui un réalisateur vedette, tandis que Napoléon est l'un des derniers grands succès français du cinéma muet. Mais le grave échec financier de La Fin du monde brise sa carrière. Il est amené à tourner des films moins personnels et, bien que sa carrière compte des succès commerciaux comme Lucrèce Borgia ou La Tour de Nesle ou Austerlitz (1960), il ne retrouvera jamais le prestige qui était le sien.

En 1974, il a reçu le prix national du Cinéma et, en 1981, un hommage à la cérémonie des César, quelques mois avant sa mort, qui survient le 10 novembre de la même année. Kurosawa et Coppola n'ont jamais caché leur admiration pour Gance. Il a eu comme secrétaire et assistante Nelly Kaplan.

La rue Abel-Gance à Paris porte son nom en hommage. Il est inhumé au cimetière d'Auteuil, à Paris.

Gance et la technique[modifier | modifier le code]

Abel Gance élabore en 1925 avec André Debrie, 40 ans avant le cinérama, un procédé de film avec trois caméras par juxtaposition qui donne une largeur d'image trois fois supérieure au format traditionnel et permet aussi un récit en trois images différentes, la « polyvision ». Voir Napoléon (1927).

En 1929/1932, il dépose, avec André Debrie, un brevet sur la « perspective sonore », ancêtre de la stéréophonie. En 1934, il sonorisa son film Napoléon, avec ce procédé.

Il met au point à partir de 1937, avec l'opticien Pierre Angénieux, le « pictographe », appareil optique pour remplacer les décors par de simples maquettes ou photographies, et qui est à l'origine de l'incrustation télé d'aujourd'hui.

Ses derniers travaux avant sa mort portaient sur l'image virtuelle.

État civil[modifier | modifier le code]

  • Le père d'Abel ne le reconnaît pas à sa naissance, il est donc inscrit à l'état-civil par un tiers sous le nom de sa mère, selon l'usage de l'époque.
  • 25 septembre 1895 : Françoise Perthon reconnaît Abel pour son fils, toujours selon l'usage en vigueur, suivant acte passé à la mairie du 18e arrondissement de Paris[4].
  • 5 juin 1897 : Françoise Perthon épouse Adolphe Gance à la mairie de Saint-Leu-Taverny, Seine-et-Oise (aujourd'hui, Saint-Leu-La-Forêt, Val d'Oise). Par leur mariage, ils légitiment Abel, qui portera désormais le patronyme de Gance[5].
  • 9 novembre 1912 : il épouse en premières noces Mathilde Angèle Thizeau à Paris 16e.
  • 7 novembre 1922 : il épouse en secondes noces Marguerite Danis (1894-1986) à Neuilly-sur-Seine.
  • 7 octobre 1933 : il épouse en troisièmes noces l'actrice Sylvie Grenade, Sylvie Gance, née Odette Vérité (1902-1978) à Paris, dont il aura une fille, Clarisse.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Metteur en scène[modifier | modifier le code]

Hommages[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Kevin Brownlow, Napoléon. Le grand classique d'Abel Gance, Armand Colin, Paris, 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, acte no 4880
  2. parfois orthographié Péreton
  3. Monique Kuntz et Georges Frélastre, Hommes et femmes célèbres de l'Allier, Paris, Bonneton,‎ 1995, 160 p. (ISBN 2-86253-189-8)
  4. Acte no 4467, image 27
  5. Dès la reconnaissance d'un enfant par le père, le nom du père se substitue au patronyme de naissance qui est rayé dans le registre par l'officier d'état civil, comme c'est le cas pour Abel (voir l'acte en ligne)
  6. Jacqueline Tuillier. La Cathédrale de Cendres au Théâtre d’Aujourd’hui // Libération. 1958. 27 oct.
  7. Salle Abel Gance, ECPAD.
  8. Ratio : 4,00.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :