Star Wars, épisode VI : Le Retour du Jedi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Star Wars (homonymie).

Star Wars, épisode VI :
Le Retour du Jedi

alt=Description de l'image Episode6.jpg.
Titre original Return of the Jedi
Réalisation Richard Marquand
Scénario Adaptation :
George Lucas
Lawrence Kasdan
Histoire :
George Lucas
Acteurs principaux
Sociétés de production Lucasfilm
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Science-fiction
Sortie 1983
Durée 131 minutes

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Retour du Jedi (titre original : Return of the Jedi) est un film de science-fiction (space opera) américain réalisé par Richard Marquand, sorti en 1983.

C'est le troisième opus de la saga Star Wars par sa date de sortie, et le sixième par l'ordre chronologique de l'histoire. Le scénario a été co-écrit par George Lucas et Lawrence Kasdan. Deux nouvelles versions du film, comprenant des ajouts de post-production comme de nouveaux effets spéciaux, sont sorties respectivement en 1997 et 2004[1].

Le Retour du Jedi clôt la trilogie originale débutée avec l'Épisode IV en 1977, et achève de faire de Star Wars un phénomène planétaire.

Résumé[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bataille d'Endor.
Emblème de l'Alliance rebelle

Une nouvelle station de combat impériale, l'Étoile de la mort, est en construction en orbite autour de la lune forestière d'Endor. Dark Vador débarque dans une navette pour annoncer la venue prochaine de l'Empereur Palpatine en personne. Terrorisé, le commandant annonce que les équipes vont redoubler d'efforts.

Sur Tatooine, C3PO et R2-D2 se retrouvent en mission dans le palais de Jabba le Hutt, afin de délivrer un message de la part de leur maître Jedi, Luke Skywalker. Ce message demande une audience à Jabba pour négocier la vie de Han Solo, encore congelé dans un bloc de carbonite, et offre au Hutt ses messagers en gage de bonne volonté. Jabba refuse de négocier mais accepte tout de même le cadeau de Luke et prend les droïdes à son service. Entre en scène un chasseur de primes, Boushh, amenant avec lui une prise de plus pour Jabba : le grand Wookie Chewbacca livré enchaîné. Boushh utilise un détonateur thermique, sorte de bombe à retardement, comme moyen de négociation. Amusé, Jabba l'accepte dans sa Cour, aux côtés de contrebandiers et d'autres chasseurs de primes comme Boba Fett. La nuit venue, Boushh s'approche du caisson cryogénique pour libérer Solo. Le chasseur de primes casqué se révèle être la princesse Leia. Han est temporairement aveugle, un effet secondaire de la congélation. Les convives de Jabba, qui ont assisté à toute la scène, se tordent de rire, Salacious Crumb en tête. Jabba jette Han en cellule avec Chewbacca. Quant à Leia, séduit par son charme, il la prend comme danseuse. Le lendemain, Luke influence les gardes grâce à la Force et parvient à entrer dans la salle du trône. La discussion avec Jabba tourne court (celui-ci étant insensible à la Force), Luke tombe dans une fosse pour être soumis aux mâchoires d'un terrible monstre, le Rancor. Il parvient à le tuer en l'écrasant sous la porte magnétique qui sépare son antre des douves. Courroucé par la perte de son monstre favori, Jabba décide de jeter Skywalker et Solo en pâture au Sarlacc, qui consiste en une lente digestion dans l'estomac d'une terrible créature pendant plus de mille ans. Arrivé sur le site, Luke déclenche l'hilarité générale en professant des menaces de mort à toute l'assistance. Sûr de lui, il est le seul à remarquer R2 sur le pont principal de la barge. Au signal convenu, le droïde expulse un sabre laser dans les airs. Le Jedi s'en empare et s'ensuit une bataille tumultueuse qui voit la fin de Jabba et de sa Cour dans l'explosion de la navette. Han envoie incidemment Boba Fett, le chasseur de primes responsable de sa capture, tout droit dans la gueule du Sarlacc.

Un cosplay du chasseur de primes Boba Fett.

Au même moment, l'Empereur Palpatine débarque à bord d'une navette impériale sur le site de construction de son Étoile de la mort, avec sa garde et ses dignitaires, sur fond de flotte ininterrompue de chasseurs TIE illustrant la grandeur de l'Empire galactique. Il vient s'enquérir de l'avancement des travaux et annonce à son fidèle apprenti Dark Vador la fin proche de l'Alliance rebelle et du jeune Skywalker.

En quittant Tatooine à bord de son X-wing, Luke entreprend de rendre visite à son vieux mentor Yoda sur Dagobah. Très affaibli, ce dernier lui annonce qu'il n'a plus rien à lui apprendre. La dernière étape de Luke dans sa formation de Jedi sera d'affronter Vador, son propre père, à nouveau. Alors que Luke s'apprête à repartir, désemparé, l'esprit d'Obi-Wan Kenobi lui apparaît. Le fantôme du maître Jedi raconte brièvement la déchéance d'Anakin Skywalker, son ancien apprenti et père de Luke, vers le Coté obscur. Le jeune homme apprend avec stupeur l'existence d'une sœur jumelle cachée à sa naissance. Se fiant à son intuition, il découvre que cette sœur n'est autre que son amie Leia.

Dans le vaisseau amiral de l'Alliance, Mon Mothma, la chef de l'Alliance, résume la situation : un champ de protection, provenant de la lune d'Endor, protège l'Étoile de la Mort de toute attaque extérieure. Afin d'avoir des chances de succès dans le conflit, les rebelles doivent détruire cette nouvelle menace avant qu'elle ne soit opérationnelle. Pour cela, ils disposent d'une navette impériale dérobée et des mots de passe d'accès de sécurité donnant accès à la lune d'Endor. Leur plan consiste à désactiver le champ de protection du site, en faisant sauter la source d'énergie contenue dans un bunker sur la lune : ce seront Luke, Leia et Han qui s'en occuperont, à la tête d'un commando. La flotte rebelle, en sortant de l'hyperespace, est chargée de détruire la station spatiale par une attaque éclair en espérant que le bouclier soit désactivé; c'est l'amiral Ackbar, originaire de Dac, qui dirigera la flotte. Enfin, une escouade composée de X-Wing, B-Wing, A-Wing ainsi que du Faucon Millenium, devra porter le coup final : dès la dissipation du champ de protection, les chasseurs s'infiltreront dans la trouée d'alimentation de l'Étoile, pour atteindre le générateur d'énergie situé en son cœur et le détruire, provoquant la destruction de l'ensemble par une réaction en chaîne ; c'est Lando, récemment promu général, qui dirigera l'escouade depuis le Faucon, dont le copilote est Nien Nunb.

Ce plan doit se confronter à ceux de l'Empereur, qui a décidé de tendre un piège à l'Alliance à ce même endroit. Tout se passe relativement bien au début pour les rebelles, malgré un passage difficile au moment de la divulgation du mot de passe, ce qui fait dire à Luke, percevant réciproquement la présence de son père dans le croiseur impérial qui effectue le contrôle, que sa propre présence est un danger pour la mission.

La lune forestière d'Endor correspond à des tournages en extérieur filmés au parc national de Redwood, Californie.

La lune d'Endor contient des surprises : des mauvaises, les motos à suspension qui permettent aux éclaireurs impériaux d'atteindre des vitesses considérables dans les forêts de séquoias et des bonnes, la tribu des petits Ewoks, par l'intermédiaire de Wicket qui croise le chemin de Leia. Ils prennent 3PO, le droïde doré, pour un dieu parlant leur dialecte et sont prêts à aider le commando. Les Ewoks se joignent à la cause rebelle, l'attaque du bunker est prévue pour le lendemain. La nuit, dans le village des Ewoks, Luke s'éclipse du groupe, ayant réfléchi sur l'événement avec son père, qui l'a détecté sur la navette lors du contrôle orbital du mot de passe : il décide de se livrer aux forces impériales. La rencontre a lieu sur la passerelle du bunker impérial. Vador constate que Luke s'est confectionné un nouveau sabre à cristaux verts depuis leur dernière rencontre. Il lui concède que sa formation est à présent presque achevée, mais que c'est l'Empereur Palpatine qui va la terminer. Luke tente de ramener son père à la raison, de le faire revenir du côté des forces du Bien, mais l’allégeance au Côté Obscur est irrémédiable selon le seigneur Noir...

Pendant ce temps, la flotte rebelle s'aperçoit à sa sortie d'hyperespace qu'elle est piégée, que le bouclier de l’Étoile est toujours actif et que la flotte impériale est finalement au rendez-vous leur coupant toute retraite. L'Empereur annonce à Luke qu'ils vont observer ensemble l'extinction des forces de l'Alliance et lui confie que le superlaser de la station est d'ores et déjà opérationnel : les premiers croiseurs rebelles sont désintégrés dans de lumineuses explosions. L'amiral Ackbar ne peut rien face à cette puissance de feu et ordonne à ses navires de s'approcher à portée des croiseurs impériaux, pour échapper aux tirs de l'Étoile. Sur la planète, Solo et ses acolytes se mesurent aux forces impériales terrestres. Dans les quartiers privés de l'Empereur, Luke confronte une nouvelle fois son père en duel, sous le regard amusé de Palpatine. Vador sent à travers la Force l'existence de sa fille. Il menace le jeune Jedi de s'en prendre à elle. Sous la colère, Luke brandit son sabre et tranche la main de son père. L'Empereur jubile et tente de faire basculer Luke une dernière fois dans le Côté Obscur, en lui demandant d’exécuter Vador de sang-froid. Luke refuse de s’abandonner à la haine pour servir le Mal. Le seigneur Sith décide alors de tuer le Jedi avec de puissants éclairs de Force. C'est alors qu'Anakin Skywalker, l'ancienne identité de Dark Vador, ressurgit. Voyant son fils se faire torturer par l'homme qui lui a volé sa propre vie, Anakin décide d'agir. Il soulève Palpatine avec ses dernières forces et, non sans être électrocuté à son tour, le jette dans le profond puits de la station.

L'Étoile en construction est ébranlée au même moment par les tirs du Faucon Millenium et va bientôt imploser. Luke et son père, gravement blessé, tentent de quitter la station. Anakin, grièvement blessé par les éclairs de Palpatine, demande à son fils de lui retirer son masque pour le voir une dernière fois avec ses propres yeux. Purgé de toute la haine qui le consumait depuis des années, il s'éteint en paix. Luke parvient à s'échapper à bord d'une navette alors que l'Étoile de la Mort est finalement détruite. De Coruscant à Naboo en passant par Mos Eisley et Bespin, toute la galaxie célèbre la fin de l'Empire galactique. Sur Endor, Luke se recueille devant le bûcher où brûle son père mort, selon la tradition Jedi. Après avoir rejoint sa sœur Leia et leurs amis Han, Chewbacca, Lando, Wedge C-3P0, R2-D2 et l'ensemble des membres de l'Alliance; le jeune homme voit les esprits d'Obi-Wan, de Yoda et son père Anakin se matérialiser. Il peut à présent partager la joie de la victoire avec tous.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Production[modifier | modifier le code]

Un sabre laser, arme symbolique des Jedi.

Après le très grand succès au box-office de L'Empire contre-attaque en 1980, les fans de Star Wars attendent de pied ferme le dernier opus de la trilogie de George Lucas. Ce dernier décide de s'associer de nouveau avec le scénariste Lawrence Kasdan pour écrire le scénario. L'idée générale du film est bien sûr que Luke Skywalker affronte encore une fois Dark Vador, mais cette fois en tant que père et fils et non plus en ennemis jurés.

Dans la première vision du script, Han Solo devait mourir et le film se clôturait sur le couronnement de la princesse Leia. « Pour ce film, nous avions une ligne directrice, convenue entre nous et George Lucas l'a complètement modifiée. À la place d'une fin douce amère, George Lucas a voulu cette fin euphorique, où tout le monde est content. L'idée originale était que les héros retrouvent Solo, après son kidnapping et que ce personnage meure dans la seconde partie du film, lors de l'attaque d'une base impériale. [...] George a décidé qu'il ne voulait plus qu'aucun des personnages principaux disparaisse, à cause de l'importance énorme des ventes de jouets » explique le producteur Gary Kurtz. Quant à la fin, elle voyait « Leia accepter ses nouvelles responsabilités de reine, tandis que Luke repartait seul à la manière de Clint Eastwood dans les westerns spaghettis »[3]. L'idée de faire mourir Han Solo s'expliquait par le fait que la production ne voulait pas renouveler le contrat de Harrison Ford qui, entre temps, était devenu bien plus célèbre grâce à son rôle d'Indiana Jones. L'acteur avait alors suggéré que dans l'histoire, Solo restait congelé dans la carbonite et s'immolait lentement. Mais Lucas tenait absolument à faire revenir Solo, toujours interprété par Ford (celui-ci venant par ailleurs de subir un échec commercial avec Blade Runner). À l'origine les Wookiees devaient remplacer les Ewoks pour la grande bataille finale, mais la production a jugé l'espèce de Chewbacca beaucoup trop avancée technologiquement[4].

Luke Skywalker devient bien plus mûr que dans le précédent volet. Il utilise les pouvoirs de la Force et a construit son propre sabre laser. « Les gens ont vraiment perçus qu'il s'agissait du dernier chapitre de l'histoire, et non un cliffhanger, raconte Mark Hamill. C'est la grande finale, tout s'arrête ici (...) Mon costume reflète vraiment ça, je porte l'uniforme noir d'un chevalier Jedi »[5]. Dark Vador est moins malfaisant dans L'Empire contre-attaque. Le spectateur comprend que cet homme, qui représentait le Mal absolu dans les deux précédents volets, n'est qu'un pantin entre les mains de l'obscur Empereur Palpatine. Ce dernier est incarné par l'acteur de théâtre Ian McDiarmid. Palpatine est décrit par Lucas comme un « sorcier ou Seigneur noir des Sith » responsable de la chute de l'Ancienne République.

La réalisation est confiée à Richard Marquand, Lucas gardant sa casquette de producteur exécutif. La tension est palpable sur le plateau : Lucas supervise de très près le tournage pour éviter le dépassement de budget comme sur le précédent opus[6]. Le film est tourné aux studios d'Elstree (Angleterre) et en extérieurs en Californie (parc national de la vallée de la Mort et le fleuve Smith). Pour éviter les dépassements de budget et afin de contrer les profiteurs qui surtaxaient leurs services afin de tirer eux aussi profit de la manne financière qu'était la saga Star Wars, le superviseur de production donna un faux nom au film : Blue Harvest (« Moisson bleue »). Le titre original est initialement Return of the Jedi. Mais le producteur Howard Kazanjian préfère utiliser le titre Revenge of the Jedi (« La Revanche du Jedi ») pour la promotion du film. Mais trois semaines avant la sortie, George Lucas impose le titre initialement prévu, arguant qu'un Jedi « ne recherche en aucun cas la vengeance »[7].

Les aventures de Luke Skywalker se poursuivent sous forme de romans et bande dessinées dans l'Univers étendu de Star Wars. L'Empire galactique survit grâce à une poignée d'officiers avec à leur tête le Grand Amiral Thrawn (L'Héritier de l'Empire). Luke fonde une Académie Jedi pour les réceptifs à la Force (La Quête des Jedi). L'idylle entre Han Solo et Leia est conclue dans Le Mariage de la Princesse Leia[8]. La saga se poursuit jusqu'à plus d'un demi-siècle après Le Retour du Jedi. Certaines séries connaissent un franc succès en explorant le passé des personnages, comme les deux trilogies sur la jeunesse de Solo : les publications de ce type connaissent une grande mode dans les années 1990[9]. Les récits s'inspirent souvent de la forme des films et parfois réciproquement. Les trames souvent fondées sur des personnages et éléments familiers creusent cependant l'histoire de la saga avant et après les événements des films[10].

En 1996, La Menace fantôme entre en pré-production sous la direction de George Lucas, pour ce qui va devenir la « prélogie » (ou prequel trilogy), se situant des années avant l'Épisode IV. En 2014, Lucas annonce la mise en chantier d'une troisième trilogie faisant suite au Retour du Jedi, avec le retour du casting original comme Mark Hamill, Harrison Ford ou encore Anthony Daniels[11].

Accueil[modifier | modifier le code]

Lors de sa sortie initiale au cinéma, le film a connu un très grand succès commercial, rapportant environ 418 000 000 $ au box-office, dont 252 583 000 $ Amérique du Nord, pour un budget de 32 500 000 $[12]. En France, il a réalisé 3 277 005 entrées lors de sa sortie initiale[13].

En comptant ses trois sorties en salles (1983, 1985 et 1997), le film a rapporté plus de 572 700 000 $ au box-office mondial[14]. En France, il a réalisé au total 4 243 984 entrées[13]. Il a reçu un accueil critique favorable, recueillant 79 % de critiques positives, avec une note moyenne de 6,8/10 et sur la base de 68 critiques collectées, sur le site agrégateur de critiques Rotten Tomatoes[15]. Sur Metacritic, il obtient un score mitigé de 52/100, sur la base de 14 critiques collectées[16].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Rééditions[modifier | modifier le code]

Quelques scènes ont été retouchées pour la ressortie des films lors de l' Édition spéciale en 1997, notamment la scène finale ou encore celle avec le Sarlacc dans le désert de Tatooine. Une nouvelle musique a été composée et enregistrée par John Williams et plusieurs séquences numériques ont été intégrées, par exemple le concert du Max Rebo Band dans le repaire de Jabba le Hutt ou encore les réactions de la population à l’annonce de la mort de l’Empereur sur Tatooine et Bespin, ainsi que sur la capitale galactique, Coruscant (sa première apparition dans un Star Wars à l'époque, avant La Menace fantôme).

La séquence de fin a de nouveau été retouchée pour l'édition DVD en 2004. Anakin Skywalker y apparaît maintenant sous les traits de Hayden Christensen et non plus sous ceux de Sebastian Shaw comme dans la version originale. Toutefois Shaw apparaît toujours lorsqu'Anakin est vu sans son casque, avec des retouches numériques lui enlevant les sourcils (qui sont censés avoir brûlé dans La Revanche des Sith) et changeant la couleur de ses iris (les seigneurs sith étant censés avoir des yeux orangés). Un plan montrant les réjouissances sur Naboo a également été intégré et la scène de Coruscant laisse maintenant apparaître, en décors de fond, le Temple Jedi et le Sénat galactique, toujours debout, mais probablement physiquement dégradés par plus de vingt ans de répression impériale.

Dans la version Blu-ray de 2011, la porte du palais de Jabba a été élargie numériquement pour paraître plus impressionnante. Parmi les créatures présentes dans le palais, on voit désormais un Dug (comme Sebulba dans La Menace fantôme). Les Ewoks clignent des yeux. Des accessoires supplémentaires ont été insérés sur R2-D2 au moment où celui-ci disjoncte (après qu'un stormtrooper lui ait tiré dessus). Enfin une réplique a été ajoutée lorsque Vador jette Palpatine dans le puits de l’Étoile de la Mort : Il hurle « Non ! Non ! Non ! » avant de jeter son maître dans le vide.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.


Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]