Ingrid Bergman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bergmann.

Ingrid Bergman

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Ingrid Bergman en 1944.

Nom de naissance Ingrid Bergman
Naissance 29 août 1915
Stockholm, Suède
Nationalité Drapeau de la Suède Suédoise
Décès 29 août 1982
Londres, Angleterre
Profession Actrice
Films notables Casablanca
Pour qui sonne le glas
Hantise
La Maison du docteur Edwardes
Les Enchaînés
Stromboli
Anastasia
Sonate d'automne
Site internet http://www.ingridbergman.com

Ingrid Bergman, née le 29 août 1915 à Stockholm, Suède et morte le 29 août 1982 à Londres, Royaume-Uni, est une actrice suédoise.

Ingrid Bergman a déjà tourné quelques films en Suède lorsque le producteur David O. Selznick lui propose en 1939 de reprendre le rôle principal du remake américain d'Intermezzo, ce qui la fait connaître dans son pays. Sa carrière internationale est lancée et sa popularité s'accroit de films en films : Casablanca, Pour qui Sonne le Glas, Hantise (qui lui vaut l’Oscar de la meilleure actrice) et Jeanne d'Arc en font la star mondiale la plus désirée et la mieux rémunérée.

Ingrid Bergman connaît son apogée avec trois films d'Alfred Hitchcock : La Maison du docteur Edwardes, Les Enchaînés et Les Amants du Capricorne.

Elle fait scandale lorsqu'elle part rejoindre le metteur en scène Roberto Rossellini, laissant derrière elle son mari et sa fille, pour tourner Stromboli. Les attaques conjointes de groupements religieux, d'associations féministes et même de politiciens la font bannir du cinéma américain pendant sept ans. En 1956, elle tourne à Paris avec Jean Renoir dans Elena et les Hommes, puis à Londres dans Anastasia, qui lui vaudra un deuxième Oscar.

Ingrid Bergman est entrée dans l’histoire du cinéma comme l’une de ses plus grandes actrices. En 1999, l’American Film Institute, dans son classement AFI’s 100 Years… 100 Stars, l’a placée au quatrième rang du panthéon des plus grandes actrices du cinéma américain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ingrid Bergman à l'âge de 14 ans.

Ingrid Bergman naît le 29 août 1915 à Stockholm. Sa mère, Friedel Adler Bergman[1], une Allemande, meurt lorsque sa fille a tout juste trois ans[2]. Son père, Justus Bergman, un Suédois, l'élève seul jusqu'à sa mort : elle a alors douze ans[2]. Elle est ensuite confiée à l'une de ses tantes, puis passe son adolescence chez un de ses oncles[2].

Ingrid Bergman entre à la Kungliga Dramatiska Teatern or Dramaten de Stockholm pour un an, période pendant laquelle elle fait ses débuts au cinéma. Elle interprète une femme de ménage dans Munkbrogreven, sous la direction de Gustaf Molander - avec qui elle tournera à six autres reprises[2] dont Intermezzo, en 1936 - , ce qui changera sa vie. C'est grâce à ce film, où elle interprète une jeune professeur de piano dont tombe amoureux le père de son élève, qu'elle est remarquée par le producteur de Autant en emporte le vent, David O. Selznick. Ce dernier produit le remake d'Intermezzo où Ingrid tient à nouveau le rôle principal. Le film est un succès et lui ouvre les portes d'Hollywood. Elle est décrite comme un « illustre cadeau de la Suède à Hollywood. » Selznick lui fait alors signer un contrat d'une durée de sept ans, bien qu'ils ne fissent que deux films ensemble au cours de cette période[2].

Dès lors, Ingrid Bergman tourne avec les plus grands acteurs hollywoodiens sous la direction de réalisateurs fameux. Si elle tourne relativement peu de films, elle reste fidèle à quelques réalisateurs, comme Alfred Hitchcock. Elle tient la vedette dans quelques longs métrages comme La Famille Stoddard de Gregory Ratoff, La Proie du mort de W. S. Van Dyke ou encore Docteur Jekyll et M. Hyde de Victor Fleming. Ces différents rôles lui permettent d'améliorer son jeu d'actrice[3]. En 1942, elle séduit Humphrey Bogart dans Casablanca. Il s'agit de son rôle le plus célèbre qui fait d'elle une star mondialement connue[4].

Deux ans plus tard, Ingrid Bergman obtient sa première présélection pour l'Oscar de la meilleure actrice pour Pour qui Sonne le Glas (For Whom the Bell Tolls) de Sam Wood, où elle côtoie Gary Cooper. La statuette est finalement obtenue par Jennifer Jones. Ingrid Bergman gagne néanmoins la récompense l'année suivante pour son rôle d'épouse psychologiquement fragile, victime d'un leurre machiavélique dans Hantise (Gaslight) de George Cukor. Elle reçoit sa troisième nomination consécutive pour l'Oscar de la meilleure actrice avec le film Les Cloches de Sainte-Marie (The Bells of St. Mary's) en 1945. En 1946, elle donne l'une de ses interprétations les plus marquantes, aux côtés de Cary Grant, dans le film d'espionnage Les Enchaînés (Notorious) d'Alfred Hitchcock. Jeanne d'Arc (Joan of Arc) de Victor Fleming lui vaut une nouvelle présélection en 1948.

En 1949, Ingrid Bergman rencontre le réalisateur Roberto Rossellini dont elle admirait les films. Elle en tombe amoureuse et joue dans son film Stromboli (1950). Elle abandonne alors son mari, Petter Lindström, et leur fille, Pia, et vit maritalement avec Rossellini qu'elle épousera plus tard. Ils auront trois enfants.

Les ligues de vertu américaines s'émeuvent que Bergman s'en aille vivre avec Rossellini alors qu'elle n'est pas encore divorcée et contribuent à scandaliser le public américain ainsi que Hollywood. Certains[Qui ?] la surnomment alors « l'apôtre de l'avilissement de Hollywood »[réf. nécessaire].

Ingrid Bergman tourne quatre autres films sous la direction de Rossellini, ouvrant la période dite des « Bergman-films » et marquant une étape décisive dans leurs carrières respectives : Europe 51, Voyage en Italie, La Peur, Jeanne au bûcher. Avec le rôle principal dans Anastasia d'Anatole Litvak (1956) (qui en fait l'héritière inconnue de la couronne des Romanov, massacrés après la révolution russe), Bergman fait son grand retour à Hollywood et remporte l'Oscar de la meilleure actrice pour la seconde fois de sa carrière.

Cette récompense a donc valeur de pardon accordé par le « métier » à la star pour ses escapades italiennes. La comédienne, revenue au zénith, alterne plusieurs rôles dans des films américains et européens. Elle obtient le troisième et dernier Oscar de sa carrière, le seul en tant qu’actrice dans un second rôle, pour sa participation au Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express) en 1975. Deux ans plus tard, elle interprète le personnage de Charlotte, pianiste virtuose mais mère indigne, dans Sonate d'automne (Autumn Sonata) d'Ingmar Bergman, pour lequel elle reçoit sa septième nomination aux Oscars. Ce dernier rôle pour le grand écran est considéré comme l'une de ses prestations les plus abouties.

En 1982, le jour de son soixante-septième anniversaire, Ingrid Bergman meurt à Londres des suites d'un cancer du sein. Son corps sera incinéré en Suède. Une partie de ses cendres est dispersée dans la mer, l'autre partie étant inhumée au Norra begravningsplatsen (Cimetière du Nord) de Stockholm.

Ingrid Bergman est honorée d'un Emmy Award à titre posthume en tant que meilleure actrice, pour le feuilleton télévisé Une femme nommée Golda (A Woman Called Golda), retraçant la vie du Premier ministre israélien Golda Meir.

Relation avec Rossellini[modifier | modifier le code]

C'est en 1948, après avoir vu Rome, ville ouverte, qu'Ingrid Bergman écrivit à Roberto Rossellini pour lui proposer de travailler avec elle :

« Cher M. Rossellini,
J'ai vu vos films Rome, ville ouverte et Païsa, et les ai beaucoup appréciés. Si vous avez besoin d'une actrice suédoise qui parle très bien anglais, qui n'a pas oublié son allemand, qui n'est pas très compréhensible en français, et qui en italien ne sait dire que « ti amo », alors je suis prête à venir faire un film avec vous. »

— Ingrid Bergman

Elle accepta le rôle du film qu'il avait alors en préparation,Stromboli. Ils se marièrent le 24 mai 1950 et eurent trois enfants : les jumelles Isabella Rossellini (qui deviendra actrice) et Isotta (qui sera professeur d'université) ; et un fils, Roberto Ingmar Rossellini. Cette relation suscita un scandale : Bergman, enceinte au moment de son mariage, fut présentée comme « l'apôtre de la dégradation d'Hollywood »[réf. nécessaire] et contrainte à quitter les États-Unis d'Amérique. Au cours des années suivantes, elle apparut dans quatre autres films de Rossellini, dont Voyage en Italie (1954), film très important, considéré par plusieurs critiques des Cahiers du cinéma comme étant le premier « film moderne ». Rossellini et Bergman divorceront le 7 novembre 1957.

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Ingrid Bergman dans Casablanca

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Ingrid Bergman en 1945
Ingrid Bergman dans Docteur Jekyll et M. Hyde (1941)
Paul Henreid et Ingrid Bergman dans Casablanca (1942)
Hantise (1944)


Année Titre du Film Réalisateur Rôle Détails
1932 Landskamp Gunnar Skoglund non créditée
1935 Munkbrogreven Edvin Adolphson Elsa Edlund
Bränningar Ivar Johansson Karin Ingman
Swedenshielms Gustaf Molander Astrid
Valborgsmassoafton Gustaf Molander Lena Bergström
1936 Intermezzo Gustaf Molander Anita Hoffman
Pa Solsidan Gustaf Molander Eva Bergh
1938 Dollar Gustaf Molander Julia Balzar
Quatre filles courageuses (Die vier Gesellen) Carl Froelich Marianne Kruge
En kvinnas ansikte Gustaf Molander Anna Holm, aka Anna Paulsson
1939 En enda natt Gustaf Molander Eva Beckman
Intermezzo ou Envol vers le bonheur ou La rançon du bonheur (Intermezzo: A Love Story) Gregory Ratoff Anita Hoffman
1940 Juninatten Per Lindberg Kerstin Norbäc - aka Sara Nordanå
1941 La Famille Stoddard (Adam Had Four Sons) Gregory Ratoff Emilie Gallatin
La Proie du mort (Rage in Heaven) W. S. Van Dyke Stella Bergen Monrell
Docteur Jekyll et M. Hyde Victor Fleming Ivy Peterson
1942 Casablanca Michael Curtiz Ilsa Lund
1943 Pour qui Sonne le Glas (For Whom the Bell Tolls) Sam Wood María
1944 Hantise (Gaslight) George Cukor Paula Alquist Anton Oscar de la meilleure actrice, Golden Globe
1945 La Maison du docteur Edwardes (Spellbound) Alfred Hitchcock Dr Constance Petersen
L'Intrigante de Saratoga (Saratoga Trunk) Sam Wood Clio Dulaine
Les Cloches de Sainte-Marie (The Bells of St. Mary's) Leo McCarey Sœur Mary Benedict Golden Globe
1946 American Creed Elle-même Court-métrage
Les Enchaînés (Notorious) Alfred Hitchcock Alicia Huberman
1948 Arc de Triomphe (Arch of Triumph) Lewis Milestone Joan Madou
Jeanne d'Arc (Joan of Arc) Victor Fleming Jeanne d'Arc
1949 Les Amants du Capricorne (Under Capricorn) Alfred Hitchcock Lady Henrietta Flusky
1950 Stromboli (Stromboli) Roberto Rossellini Karin
1952 Europe 51 (Europa '51) Roberto Rossellini Irene Girard
1954 Voyage en Italie (Viaggio in Italia) Roberto Rossellini Katherine Joyce
La Peur (La paura) Roberto Rossellini Irene Wagner
Jeanne au bûcher (Giovanna d'Arco al rogo) Roberto Rossellini Jeanne d'Arc
1956 Elena et les Hommes Jean Renoir Elena Sokorowska
Anastasia Anatole Litvak Anastasia Oscar de la meilleure actrice, Golden Globe
1958 Indiscret (Indiscreet) Stanley Donen Anna Kalman
L'Auberge du 6ème Bonheur (The Inn of the Sixth Happiness) Mark Robson Gladys Aylward
1961 Aimez-vous Brahms ? (Goodbye Again) Anatole Litvak Paula Tessier
1964 La Rancune (The Visit) Bernhard Wicki Karla Zachanassian
La Rolls-Royce jaune (The Yellow Rolls-Royce) Anthony Asquith Gerda Millett
1967 Stimulantia (Goodbye Again) Hans Abramson et Hans Alfredson Mathilde Hartman
1969 Fleur de Cactus (Cactus Flower) Gene Saks Stephanie Dickinson
1970 La Pluie de Printemps (A Walk in the Spring Rain) Guy Green Libby Meredith
1973 From the Mixed-Up Files of Mrs. Basil E. Frankweiler Fielder Cook Mrs. Frankweiler
1974 Le Crime de l'Orient-Express (Murder on the Orient Express) Sidney Lumet Greta Ohlsson Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle, Golden Globe
1976 Nina (A Matter of Time) Vincente Minnelli Comtesse Sanziani
1978 Sonate d'automne (Höstsonaten) Ingmar Bergman Charlotte Andergast

Télévision[modifier | modifier le code]

Année Titre du téléfilm Réalisateur Rôle Détails
1959 Startime: The Turn of the Screw John Frankenheimer Governess
1961 24 Hours in a Woman's Life Silvio Narizzano Clare Lester
1963 Hedda Gabler Alex Segal Hedda Gabler
1966 The Human Voice Ted Kotcheff (monologue)
1977 Great Performances: Childhood Invitée
1979 The American Film Institute Salute to Alfred Hitchcock Elle-même
1982 Une femme nommée Golda (A Woman Called Golda) Alan Gibson Golda Meir

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Emmy Award[modifier | modifier le code]

Ingrid Bergman est honorée à titre posthume d’un Emmy Award en tant que meilleure actrice pour le feuilleton télévisé Une Femme nommée Golda (A Woman Called Golda), relatant la vie du Premier ministre israélien Golda Meir.

Oscars[modifier | modifier le code]

Golden Globe Award[modifier | modifier le code]

Primetime Emmy Awards[modifier | modifier le code]

BAFTA Awards[modifier | modifier le code]

Bambi Awards[modifier | modifier le code]

David di Donatello Awards[modifier | modifier le code]

Italian National Syndicate of Film Journalists[modifier | modifier le code]

National Board of Review[modifier | modifier le code]

National Society of Film Critics Awards[modifier | modifier le code]

New York Film Critics Circle Awards[modifier | modifier le code]

Venice Film Festival[modifier | modifier le code]

Autres distinctions[modifier | modifier le code]

  • 1946 : Lauréate du prix de la Star Féminine la plus populaire lors de la cérémonie des Photoplay Awards
  • 1947 : Lauréate du prix de la Star Féminine la plus populaire lors de la cérémonie des Photoplay Awards
  • 1948 : Lauréate du prix de la Star Féminine la plus populaire lors de la cérémonie des Photoplay Awards
  • 1958 : Lauréate du prix de la Star Féminine lors de la cérémonie des Laurel Awards
  • 1959 : Lauréate du prix de la Star Féminine lors de la cérémonie des Laurel Awards
  • 1960 : Lauréate du prix de la Star Féminine lors de la cérémonie des Laurel Awards
  • 1976 : Lauréate du César d'honneur lors de la cérémonie des César Awards

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Festival du film de Venise en 1952 : Bien qu'annoncée comme la gagnante du prix de la meilleure actrice pour son rôle dans Europe 51 lors de la cérémonie de clôture, Bergman n'a pas reçu le prix parce qu'elle était doublée par Lidia Simoneschi dans la version originale du film et les règlements du festival stipulaient qu'un interprète doublé aurait dû être disqualifié de la compétition. Les règles ont été modifiées par la suite et, sous la direction artistique de Gillo Pontecorvo, le prix a été décerné à titre posthume à Bergman et accepté par son fils Robertino Rossellini lors de la cérémonie de clôture de l'édition du festival 1992.

Voix françaises[modifier | modifier le code]

et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Charlotte Chandler, Ingrid: Ingrid Bergman, A Personal Biography, Simon & Schuster, New York, 2007, p. 21. (ISBN 0-7432-9421-1)
  2. a, b, c, d et e (en) Biographie de Ingrid Bergman, 1e partie - The Official Ingrid Bergman Website
  3. (en) Biographie de Ingrid Bergman, 2e partie - The Official Ingrid Bergman Website
  4. (en) From quintessential "good girl" to Hollywood heavyweight - The Official Ingrid Bergman Website
  5. Jean Lebrun, « Robert Capa », émission La Marche de l'Histoire sur France Inter, 15 mars 2013
  6. http://www.woodyguthrie.org/Lyrics/Ingrid_Bergman.htm

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ingrid Bergman et Alan Burgess, Ma Vie, Éditions Fayard, 1980, (ISBN 2-213-00907-4)
  • Isabella Rossellini et Lothar Schirmer, Ingrid Bergman, Actes sud, 2013
  • Bertrand Meyer-Stabley, La Véritable Ingrid Bergman, Pygmalion, 2002
  • Donald Spoto, Ingrid Bergman, Presses de la Cité, 1997
  • Laurence Leamer, Ingrid Bergman, Perrin, 1991
  • Christian Dureau, Ingrid Bergman, Visual, 1982

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]