Tibet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tibet (homonymie).
Cultural/historical Tibet (highlighted) depicted with various competing territorial claims.
Light green.PNG Solid yellow.svg  Région autonome du Tibet dans le cadre de la République populaire de Chine
Red.svg Solid orange.svg Solid yellow.svg  « Grand Tibet », le Tibet revendiqué par les exilés tibétains
Solid lightblue.png Solid orange.svg Light green.PNG Solid yellow.svg  Zones tibétaines désignées comme telles par la République populaire de Chine
Light green.PNG  Zones sous administration chinoise revendiquées par l'Inde comme faisant partie de l'Aksai Chin
Solid lightblue.png  Zones sous administration indienne revendiquées par la République populaire de Chine comme faisant partie du Tibet
Solid blue.svg  Autres zones géographiques ayant appartenu dans le passé à la sphère culturelle tibétaine

Le Tibet (tibétain བོད་, Wylie : Bod , chinois : 西藏 ; pinyin : Xīzàng) est une région de plateau située au nord-est de l'Himalaya, en République populaire de Chine, et habitée par les Tibétains et d'autre groupes ethniques tels que les Monbas, Qiang, Lhobas, mongols, ouïghours, Hans et Huis. C'est le plateau habité le plus élevé de la planète, avec une altitude moyenne de 4 900 m.

Sous l'appellation « Tibet historique », cette aire, revendiquée par le gouvernement tibétain en exil, est composée de trois régions traditionnelles : l'Ü-Tsang (dont la plus grande partie du territoire est comprise dans la Région autonome du Tibet), l'Amdo (éclaté entre les provinces du Qinghai, du Gansu et du Sichuan) et le Kham (dont le territoire est partagé entre les provinces du Sichuan et du Yunnan et la région autonome du Tibet)[1].

Au recensement de 2000, le nombre de Tibétains dans l'ensemble de ces régions était de 5 020 000, selon le bureau des statistiques de la Chine[2], et d'environ 6 millions selon le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala (Inde). La Région autonome comptait 2 616 000 habitants en 2000[3]. Au recensement national de 2010, elle en comptait 3 002 166, soit une hausse de 14,75 %. 90 % des habitants sont des Tibétains de naissance[4]. Quelque 150 000 Tibétains vivent actuellement en exil, principalement en Inde. Certains quittèrent le Tibet en 1959.

La superficie du Tibet varie de 1 221 600 km2 pour la Région autonome du Tibet (qui correspond à peu près au Tibet indépendant de facto entre 1912 et 1950, mais est plus réduite que celle du territoire administré par les dalaï-lamas sous la dynastie Qing)[5] à 2 500 000 km2 pour le « Tibet historique »[6] ou « Grand Tibet »[1]. La capitale historique qui, traditionnellement, concentre l'autorité religieuse et temporelle du Tibet, est Lhassa.

Tibet est parfois orthographié « Thibet », notamment dans les récits de l'exploratrice et orientaliste Alexandra David-Néel et ceux du missionnaire catholique Nicolas Krick. Les Tibétains parlent un des trois dialectes du tibétain, une langue de la famille tibéto-birmane, et sont majoritairement bouddhistes, pratiquant plus précisément le bouddhisme vajrayâna.

Sommaire

Définitions du Tibet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Définitions du Tibet.

La question « Qu'est-ce que le Tibet ? » appelle bien des réponses. On peut définir ce territoire sous les angles géographique, ethnique et politique (Stephanie Roemer)[7], mais aussi historique et culturel.

Tibet géographique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Tibet.

Le plateau tibétain, le plus grand au monde, est parfois appelé le « toit du monde ». Il est bordé de trois gigantesques chaînes de montagnes : les monts Kunlun, la chaîne de l’Himalaya et le Karakoram (ou Karakorum), qui constituent autant de frontières naturelles[8].

« Tibet politique »[modifier | modifier le code]

Selon Melvyn C. Goldstein, le gouvernement tibétain ayant perdu le contrôle de la majeure partie du Kham et de l'Amdo au milieu du XVIIIe siècle au profit des empereurs mandchous, l'historiographie tibétaine en Occident a pris l'habitude de distinguer le « Tibet politique », c'est-à-dire le territoire resté sous le contrôle du gouvernement tibétain jusqu'en 1951 (l'entité politique gouvernée par le dalaï-lama), des autres régions habitées par des Tibétains. Ainsi, le diplomate et historien britannique Hugh Richardson, à la suite des travaux de Sir Charles Bell, différenciait le « Tibet politique » du « Tibet ethnographique » des anciennes provinces du Kham et de l'Amdo[9].

Anne-Marie Blondeau évoque la distinction faite par Melvyn Goldstein, entre « Tibet Politique » qui équivaudrait à la région autonome du Tibet, et « Tibet ethnographique », qui serait ceux que d'autres appellent « Tibet Historique » : « Ces définitions, pour commodes qu'elles soient nous semblent réductrices et dangereuses pour un éventuel règlement de la question tibétaine. Elles veulent nettement séparer le problème de la RAT de celui des provinces orientales incorporées dans les provinces chinoises[10]. » Jean-Paul Mari précise que le Tibet a été divisé en 5 parties, la région autonome constituant environ un tiers du pays[11].

Région autonome du Tibet ou Xizang[modifier | modifier le code]

Province du Xikang (西康, de 1939 à 1955) et du Qinghai (青海, de 1911 à 1949) en République de Chine.

La région autonome du Tibet est un ensemble administratif créé en 1965 par la République populaire de Chine, couvrant quelque 1,2 million de kilomètres carrés[12], et désignée sous le nom de « Tibet » par le gouvernement de la Chine mais aussi, selon Andrew Martin Fischer, par la plupart des médias occidentaux[13], ainsi que par des encyclopédies et des guides de voyage[14]. En mandarin le nom de cette entité administrative, dont la capitale proclamée est Lhassa, est Xizang. Ainsi, lorsque la République populaire de Chine utilise le terme Tibet, elle fait référence à cette région autonome du Tibet, qui est l'une des cinq régions autonomes de la République populaire de Chine[15] ; elle y inclut la plus grande partie de l'État indien de l'Arunachal Pradesh, dont elle et la République de Chine revendiquent la possession[16].

Bien qu'il existe des districts autonomes dit « tibétains », en référence à la minorité nationale qui y est majoritaire, comme la préfecture autonome tibétaine de Dêqên, dans les provinces voisine, cette 'région autonome du Tibet' est la seule entité administrative active portant le nom de « Tibet » (indépendamment de ses habitants)[12],[17].

Sous la République de Chine -entité politique n'administrant aujourd'hui plus que l'île de Taïwan-, cette province était elle-même divisée en deux de 1939 à 1950, avec, pour le tiers Est, la province du Xikang, dont la capitale était Kangding. Il s'agissait auparavant d'un district administratif spécial au sein du Tibet. En 1955, une partie du Xikang fut intégrée à la province du Sichuan[18].

La dénomination de Tibet pour cette région administrative est cependant contestée par des ethnologues, des historiens ainsi que par les militants de la cause tibétaine, qui jugent son périmètre excessivement restreint par rapport au Tibet géographique et ethnique, ce qu'ils imputent généralement à des motivations géopolitiques du gouvernement chinois :

  • ainsi, pour le Gouvernement tibétain en exil, le Tibet renvoie à une région plus vaste comprenant l’ensemble des anciennes provinces de l'Ü-Tsang, du Kham et de l'Amdo, à l'exception de l'Arunachal Pradesh[19].
  • pour Katia Buffetrille, ethnologue et tibétologue, « Les frontières actuelles du Tibet, donc ce qu’on appelle la Région autonome du Tibet, n’est de loin pas tout le Tibet. Cela correspond à une délimitation administrative imposée par les Chinois en 1965. Il faut y ajouter les régions tibétaines au Gansu, au Yun’nan, au Sichuan et au Qinghai »[20]. Françoise Robin précise que cette réalité de « couverture géographique du Tibet » est connue des spécialistes mais elle est restée invisible du grand public[21].

Ainsi, les subdivisions administratives autonomes tibétaines de la République populaire de Chine existant à la périphérie orientale et méridionale de la région autonome du Tibet, font partie administrativement des provinces limitrophes du Qinghai, du Sichuan, du Gansu et du Yunnan.

Autres subdivisions autonomes[modifier | modifier le code]

La République populaire de Chine a par ailleurs créé des subdivisions autonomes tibétaines dans les provinces chinoises du Gansu, du Sichuan, du Qinghai et du Yunnan (le Tibet oriental, les anciens Kham et Amdo). Ces subdivisions sont au nombre de douze avec dix préfectures et deux comtés[22] :

Autres définitions[modifier | modifier le code]

Il existe des définitions du Tibet autres qu'administratives ou officielles.

« Tibet culturel »[modifier | modifier le code]

Article connexe : Culture tibétaine.

Le concept de « Tibet culturel » a une acception plus ou moins étendue, englobant soit uniquement un ensemble formé par la région autonome du Tibet et les zones autonomes tibétaines, soit cet ensemble augmenté des régions tibétaines existant dans les pays limitrophes du Tibet. Ainsi, pour le tibétologue Andrew Martin Fischer, la région autonome du Tibet, jointe aux autres zones tibétaines autonomes (préfectures et comtés) incluses dans d'autres provinces chinoises, forment ce qu'on appelle le Tibet culturel ou Grand Tibet[23]. Par contre, pour Annika Antoinetta Lundkvist, auteur d'une thèse sur le bouddhisme vajrayana dans l'État de New York aux États-Unis, le Tibet culturel englobe également les populations tibétaines présentes non seulement en Chine occidentale, mais aussi au Bhoutan, en Inde (Ladakh, Zanskar, Lahul, Spitti and Kinnaur), au Pakistan (Baltistan), au Népal, et au Sikkim[24].

« Tibet ethnique » ou « ethnologique »[modifier | modifier le code]

Groupes ethno-linguistiques de la République populaire de Chine (carte du Bureau de renseignement géographique de la CIA, 1967). En violet, les langues tibéto-birmanes.

Selon Stephanie Roemer, le Tibet ethnique ou ethnologique dépasse les frontières naturelles. Il représente toutes les régions qui furent autrefois habitées uniquement ou majoritairement par des gens d’origine tibétaine. Il s’agit du Tibet géographique plus le Bhoutan, les régions orientales et occidentales du Népal, les régions, actuellement indiennes, du Ladakh, de Spiti et de Kinnaur, de l’Arunachal Pradesh (en partie) et du Sikkim[25],[26].

« Tibet des trois provinces »[modifier | modifier le code]

Selon le gouvernement tibétain en exil et la diaspora tibétaine, le Tibet est composé de trois régions[27] :

  • l'Ü-Tsang (prononcé [ytsaŋ] en tibétain central), en chinois « Wei-Zang 卫藏 », correspond à la Région autonome du Tibet,
  • l'A-mdo, en chinois Anduo 安多, au nord, concerne des provinces chinoises du Qinghai, du sud du Gansu, et du nord du Sichuan (district de rNga-ba 阿坝),
  • le Kham, en chinois Kang 康, à l'est et au sud-est, qui correspond aujourd'hui à une partie de l'est de la région autonome et de deux provinces chinoises : le Yunnan et le Sichuan (district de dKar-mdzes 甘孜).

L'ensemble de ces régions a été unifié au VIIe siècle sous le règne du roi Songtsen Gampo, mais aussi de Tri Ralpachen qui signa le traité de paix sino-tibétain de 822[28], ou au XVIIe siècle sous le 5e dalaï-lama[29].

Selon Melvyn C. Goldstein, cette unité ne s'applique pas toutefois aux onze siècles qui suivirent la dislocation de l'empire tibétain au IXe siècle et virent nombre de régions périphériques devenir indépendantes ou tomber sous la coupe d'États voisins[30]. Selon le gouvernement chinois, des populations non tibétaines sont installées depuis des siècles dans certaines zones ; c'est notamment le cas de Hans autour de Xining et dans l'est du Kham, de Mongols autour du lac Kokonor et dans le bassin du Qaidam, de Hui, de Tu (ou Mongour) et de Qiang[31].

« Tibet historique »[modifier | modifier le code]

Le Tibet culturel.

Pour certains historiens, la notion de « Tibet historique » renvoie aux VIIe et VIIIe siècles, lorsque le Tibet, dans son âge d'or, s'étendait sur une bonne partie de l'Asie y compris certaines parties de la Chine[32].

Divers auteurs utilisent l'expression de « Tibet historique » pour désigner l'ensemble formé par la Région autonome du Tibet, le Kham et l’Amdo[33],[34],[35],[36],[37],[38],[39]. Cette expression de « Tibet historique », appliquée à l'ensemble de la région autonome du Tibet et aux préfectures et comtés tibétains, est présente également sur le site de l'association Free Tibet Campaign[40] et sur le site World Tibet News[41].

Pour le professeur A. Tom Grunfeld, l'idée que le Tibet couvre la totalité des territoires habités par des Tibétains équivaut à inclure dans une carte du Mexique la totalité du sud-ouest des États-Unis[42].

« Grand Tibet »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Grand Tibet.

Le tibétologue américain Melvyn C. Goldstein emploie l'expression « Grand Tibet » (Greater Tibet) dans son livre The Snow Lion and the Dragon. Selon lui, le gouvernement en exil s'est fermement engagé à recréer le Grand Tibet, englobant dans une seule unité administrative le Tibet politique et le Tibet ethnographique, en raison du grand nombre de réfugiés issus du Tibet ethnographique et pour éviter le risque d'une scission dans la communauté des exilés[43].

Lors d'interviews en 2008 et en 2010, le dalaï-lama a indiqué que l'appellation de « Grand Tibet » est utilisée par le gouvernement chinois, mais que les autorités tibétaines en exil ne l’utilisent jamais[44],[45].

Géographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Géographie du Tibet.

S'étendant d'est en ouest sur une distance d'environ 2 400 km, et du nord au sud sur environ 1 000 km, le plateau du Tibet est situé entre les longitudes 78°24' et 104°47' Est et les latitudes 26°2' et 40°3' Nord au cœur du continent asiatique. C'est un pays gigantesque d'environ 2,5 millions de km2 (soit 5 fois la France) avec une altitude moyenne de 4 200 m, qui rassemble les plus hautes montagnes du monde.

Le plateau du Tibet abrite, dans la province de Qinghai, la Réserve naturelle des Sources des trois rivières, plus grande réserve naturelle de Chine et la plus élevée au monde, d'où partent les trois grands fleuves chinois le Mékong, le Yángzǐ Jiāng (扬子江) et le Huáng Hé (黃河). Le Tibet est le principal réservoir d'eau de l'Asie et la source des plus grands fleuves et rivières.

Le nom occidental Tibet, apparenté au nom mongol Töbüt, n'est pas lié au nom indigène Bod. En chinois, le nom ancien du Tibet est Tǔfān (吐蕃, incorrectement prononcé Tubo par beaucoup de Chinois), mais le nom actuel de la région autonome est Xīzàng (西藏, littéralement Zàng de l'Ouest), où veut dire « ouest » et zàng désigne une des deux parties de la région de l'U-Tsang, Xīzàng ayant été employé pour la première fois par l'empereur Qiánlóng (乾隆, 1711-1799) de la dynastie mandchoue Qing. Pour le gouvernement tibétain en exil et ses partisans en Occident, Xizang voudrait dire « trésor de l'Ouest » (développé en « maison des trésors de l'Ouest » ou encore « réservoir de ressources naturelles de l'Ouest »), la Chine voyant ce territoire comme une énorme réserve de richesses minrales à exploiter. Pour le tibétologue Elliot Sperling, cette idée est manifestement erronée : si le « Zang » de Xizang peut certes signifier « réserve », il est toutefois employé dans cette appellation simplement en tant que transcription de Gtsang, terme qui renvoie à cette partie de la région désignée généralement sous le nom de Tibet central ou Dbus-Gtsang en tibétain[46]. Jack Lu, dans Les Deux visages du Tibet, parle d'« erreur de traduction », xi signifiant l'ouest, zang provenant du mot tibétain Tsang et Xizang signifiant en chinois « la terre tibétaine de l'Ouest »[47].

Les noms de lieux ont été changés depuis la promulgation du système unifié de romanisation par la République populaire de Chine : le pinyin : gZhi-ka-rtse devient ainsi Xigaze. Aussi un même lieu au Tibet peut-il avoir de nombreuses « orthographes » : le nom en caractères chinois, dont la transcription peut être en pinyin ou dans les anciennes transcriptions occidentales, comme le Wade-Giles (anglo-saxons) ou la transcription EFEO (francophones), et le nom en tibétain, qui peut aussi être translittéré de différentes façons. La meilleure solution est d'utiliser la translittération Wylie de l'orthographe tibétaine, selon l'usage des tibétologues aussi bien occidentaux que chinois, bien que celle-ci rende compte de l'orthographe et non de la prononciation.

Climat[modifier | modifier le code]

À 3 700 m d'altitude, la végétation est encore dense autour des lacs.

Le climat du Tibet est très continental, froid et sec. Paradoxalement, la température moyenne annuelle est supérieure à celle de l'atmosphère à une altitude équivalente (rayonnement de la terre). Cet effet provoque d'importants gradients nord-sud de pression, et participe activement au phénomène de mousson. Les changements de températures sont assez brusques sur le plateau du Tibet : par un temps ensoleillé et chaud, la température peut chuter brusquement de plusieurs dizaines de degrés, si des nuages viennent couvrir le ciel. Le climat varie également très fortement entre la nuit et le jour[48].

Géologie[modifier | modifier le code]

Modèle numérique de terrain du plateau tibétain et des chaînes de montagne périphériques.

Le plateau tibétain résulte de la collision depuis 50 millions d'années entre les plaques indienne et eurasienne. Il est de loin le plus haut (plus de 5 000 m) et le plus vaste plateau au monde (plus de cinq millions de km2). Il est bordé par différentes chaînes de montagnes (Tien Shan au NO, Qilian Shan au NE, Himalaya au Sud. Sa taille exceptionnelle résulte directement de la collision de l'Inde et de l'Eurasie, à une vitesse rapide (15 cm/an avant la collision, 5 cm/an actuellement). Les déformations associées à cette collision se retrouvent dans une grande partie de l'Asie, jusqu'en Sibérie. Le très faible relief du plateau, malgré la haute altitude, est lié aux limites rhéologiques de la croûte continentale : la collision provoque son épaississement (60 à 90 km d'épaisseur), soit plus du double d'une croûte normale. La croûte continentale contient des isotopes radioactifs du thorium, de l'uranium et du potassium qui produisent de la chaleur. Cette plus forte concentration d'isotopes radioactifs provoque un réchauffement de la croûte : elle devient « molle », et ne permet plus de supporter un épaississement plus important. On observe alors une déformation extensive (failles normales au sein même de la zone en compression) et la propagation de la déformation horizontalement. Les tremblements de terre sont fréquents sur le plateau du Tibet : afin d'en limiter les effets, les maisons sont construites autour de gros piliers faits de troncs d'arbres entiers.

Ressources naturelles[modifier | modifier le code]

Yaks décorés.

Ressources hydrauliques et hydroélectriques[modifier | modifier le code]

La première ressource naturelle du Tibet est l'eau. Le Tibet est en effet la source de nombreux fleuves : le Yangzi Jiang, le Huang He, le Mékong, l'Indus, le Brahmapoutre, le Salween, l'Irrawaddy, le Sutlej et deux affluents du Gange : le Ghaghara et le Gandaki. Le potentiel hydraulique et hydroélectrique est donc énorme. 30 % des ressources hydrauliques chinoises se situeraient au Tibet[49]. Les stocks d'eau du Tibet et l'importance considérable de ces fleuves font du Tibet une sorte de « château d'eau de l'Asie ». C'est la raison pour laquelle, selon la journaliste Caroline Dubois[50], les deux géants asiatiques que sont la Chine et l'Inde convoitent cette ressource précieuse[51].

Ressources minières[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, le Tibet a de nombreuses ressources naturelles notamment en pétrole[52], en gaz[53], en bauxite, en étain, en arsenic, en charbon, en jade, en saphir, en quartz, en sel[54], en chrome, en cuivre, en borax, en uranium, en lithium, en fer, en or, en argent, en plomb, en zinc et en cobalt. Le potentiel du Tibet en ressources minérales est estimé à 78,4 milliards de dollars[49]. Selon le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, l'ouverture des voies d'accès et l'exploitation des gisements miniers décidées par Pékin ont souvent été réalisées sans considération pour l'environnement et causé une pollution alarmante qui affecte l'hydrographie, l'atmosphère et les sols[55].,[56].

Une enquête du Tibet Information Network, citée par Barry Sautman, indique que nombre des ressources minérales du Tibet sont inexploitables commercialement. La plupart des mines au Tibet sont de petites entreprises « artisanales ». Quasiment aucune mine exploitée par l'État dans les régions tibétaines n'est rentable. Le TIN cite des études constatant que la plupart des usines et mines au Tibet sont déficitaires, et que le gouvernement central compense le manque à gagner au taux de 2,14 yuan pour chaque yuan de perte. Les activités minières dans les zones tibétaines bénéficient aux responsables locaux, tibétains pour nombre d'entre eux, qui en tirent des revenus, et aux paysans et éleveurs locaux, qui en retirent de quoi payer leurs impôts. L'étude du TIN reconnaît que l'exploitation minière en République populaire de Chine répond traditionnellement à des nécessités de production et non de profit. Pour s'alimenter, l'industrie chinoise trouvera des ressources minérales moins chères à l'étranger qu'au Tibet, si bien que l'extraction minière, tout comme l'exploitation forestière, diminuera probablement. Un seul gisement minier au Tibet semble intéresser des pays étrangers[57].

Environnement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Arme nucléaire au Tibet.
Panneau prévenant des hauts risques d'incendie, dans le parc protégé de Pota tso en tibétain zang, chinois han et anglais.

L'équilibre écologique du plateau tibétain est très fragile en raison du climat et de l'altitude qui ralentissent le renouvellement biologique. On y trouve une biodiversité importante, comparable à celle de la forêt amazonienne : selon le gouvernement tibétain en exil, elle connaissait en 2000 un très rapide déclin[58],[59].

Une partie du Tibet est aujourd'hui encore considérée comme une des dernières zones écologiques vierges de notre planète ; il s'agit du nord-ouest du Chang Tang ou plateau Tibétain, au sud du désert du Taklamakan dans le Xinjiang. Michel Peissel l'a partiellement exploré avec son équipe[60].

Les régions tibétaines s'étendent de la haute steppe glacée jusqu'aux déserts des hauts plateaux, aux forêts tropicales, et aux prés alpestres. Elles concernent la région autonome du Tibet, les provinces limitrophes du Qinghai, du Sichuan et du Yunnan, et la province non limitrophe du Gansu. Le Tibet est également la source de l'ensemble des grands fleuves d'Asie, comprenant le Gange, le Salween, le Huang He (ou fleuve Jaune), le Mékong, le Brahmapoutre, le Yangzi Jiang (ou Yangtzé), le Sutlej et l'Indus ; ils sont alimentés par des précipitations moyennes de 100 mm dans le nord du pays jusqu’à plus de 1 000 mm dans le sud-est, mais avec le réchauffement climatique, ces fleuves tendent à se tarir. En raison d'une pluviométrie très basse en 2009, la production hydroélectrique devrait chuter de 30 %, ce qui a justifié la construction d'une centrale thermique de 100 MW pour alimenter Lhassa[61]. Pour Nathan Hill, la fonte des glaciers himalayens, bien que grave, ne fera pas courir de risque à l'alimentation en eau de l'Asie car l'apport de la fonte des glaces au débit de la plupart des grands fleuves d'Asie, est marginal en comparaison de celui de la mousson annuelle[62].

Le 5 juin 2012, lors d'une conférence sur l'environnement organisée par le 17e karmapa et le porte-parole du parlement tibétain en exil Pempa Tsering, ce dernier expliqua l’importance de l’écologie du Tibet pour les pays voisins, dont l’Inde, le Bangladesh, la Birmanie et le Laos. En cas de désastre écologique, affirme-t-il, la vague de réfugiés environnementaux éclipserait celle de tous les autres réfugiés[63].

Le poète Jean Dif, qui voyagea dans la région autonome du Tibet en septembre - octobre 2004, déclare dans ses carnets de route que, « malgré les dégâts causés par l'exploitation minière intensive et la déforestation, souvent dénoncées, le Tibet reste l'un des endroits les moins pollués de la planète, au moins dans les lieux qu'[il a] traversés. La pureté de l'air et la limpidité des eaux l'attestent. »[64].

Déboisement, avant et après 1951[modifier | modifier le code]

Les dégâts du déboisement dans la région de Chamdo, capitale du Kham, dans les années 1940, sont notés par l’opérateur radio Robert W. Ford : les collines étaient nues et érodées, il ne restait que quelques bosquets de sapins[65].

Selon Jean-Paul Ribes, fondateur du Comité de soutien au peuple tibétain, des zones forestières autrefois verdoyantes comme le Kongpo au sud-est du Tibet, ont été transformées en un paysage lunaire[66]. En 1949, les forêts recouvraient 222 000 km2, soit près de la moitié de la superficie de la France. En 1989, la moitié de la surface de la forêt était rasée[67]. Selon une étude du World Watch Institute datant de 1998, la déforestation atteindrait 85 %[68]. En l’an 2000, on a estimé, que 80 à 90 % des forêts qui protégeaient le sol sur les montagnes en amont du bassin du Yangzé Kiang avaient été détruites[69].

Le déboisement cause de graves problèmes d'érosion et de glissements de terrain, et représente l'une des causes de l'augmentation du niveau de la vase et du relargage de sédiment des fleuves tels que le Yangzi Jiang ou le fleuve jaune, qui représente 10 % du relargage de sédiments dans le monde[70] Selon certains experts, cités notamment par Tibet Information Network, les effets dépassent maintenant le Tibet et se traduisent par des inondations dévastatrices en Chine continentale, en Inde et au Bangladesh[71],[72]. D'après un rapport publié en 2000 par le ministère de l’information et des relations internationales du gouvernement tibétain en exil, et un rapport du National Center for Atmospheric Research, un institut de recherche américain, et des scientifiques chinois, le gouvernement chinois a reconnu le rôle de cette déforestation massive dans les inondations catastrophiques de 1998, on a recensé entre 3 600 et 10 000 morts, 223 millions de sinistrés et des millions de sans-abris à la suite des crues du Yangzi jiang[73],[74],[69]

Selon Jack D. Ives et Bruno Messerli[75], cités par Dorothy Klein, le déboisement est une affaire à long terme, il remonte non pas à 1950 mais peut-être à des centaines d'années en arrière, voire un millier d'années. Ils font valoir que les tourbières qui existent et les arbres qui subsistent à haute altitude témoignent du fait qu'il y avait autrefois davantage de forêts au Tibet ; de plus, la société n'aurait pas pu financer la construction d'institutions religieuses aussi nombreuses et aussi grandes si tout le bois avait dû être importé[76].

Lutte contre la désertification[modifier | modifier le code]

Pour combattre la désertification dans le xian de Nêdong (préfecture de Lhoka, dans le sud de la région autonome), en particulier le long du fleuve Yarlung Zangbo, les habitants, depuis 2005, ont construit une muraille de verdure de 20 000 hectares, clôturé et mis en défens 10 000 hectares et installé des réseaux d'irrigation[77].

Au sud de la ville de Shiquanhe (en), dans le xian de Gar (préfecture de Ngari, dans l'est de la région autonome), 2 532 acres de terres ces dix dernières années ont été plantées d'arbres et d'herbes pour lutter contre la désertification causée par la coupe de presque toute la végétation arbustive comme bois de chauffage[78].

Protection des zones humides[modifier | modifier le code]

En mars 2011, un règlement (de 38 articles) sur la protection des zones humides est entré en vigueur dans la région autonome du Tibet. Il porte notamment sur la protection écologique des zones humides, la mise en place d'archives sur ces ressources et l'interdiction de leur destruction. Le Tibet, qui dispose de la plus grande surface de zones humides en Chine, se trouve ainsi au nombre des premières provinces faisant l'objet de protection en matière de zones humides[79].

Mise en place de réserves naturelles protégées[modifier | modifier le code]

Le gouvernement chinois a mis en place des réserves naturelles protégées, comme le Parc national de Pota tso afin de préserver faune et flore. Seuls les éleveurs de yaks peuvent y exercer librement leur travail. Des circuits touristiques y sont autorisés, mais placés sous la vigilance de services de propreté, des panneaux solaires sont utilisés pour produire l’énergie nécessaire à certaines installations, les poubelles à tri sélectif y sont systématiques, des cabines fumeurs (le milieu est hautement inflammable) et des toilettes vertes y sont aménagées.

Poubelle à tri sélectif dans le parc naturel protégé de Pota Tso.

Des équipes de lutte contre le braconnage ont été mises en place, comme la patrouille sauvage de Kekexili qui lutte contre le braconnage de l'antilope du Tibet en voie de disparition, et dont le travail a donné lieu à un film destiné à sensibiliser la population locale.

Lutte contre la pollution[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de la région autonome du Tibet interdit les projets industriels très polluants et gourmands en énergie tels que les usines de fabrication de pâte à papier, ainsi que les fonderies, les aciéries et les usines chimiques[80].


Depuis 2011, Lhassa possède une usine de traitement des eaux usées, conçue pour traiter 50 000 tonnes d'eaux usées par jour. Avant 2011, ces eaux étaient rejetées sans traitement dans les rivières. Pour sa construction, il a fallu tenir compte de l'altitude élevée, de la pression atmosphérique et des températures basses, de la rareté de l'oxygène à Lhassa[81].

Extraction de l'uranium au Gansu (1980-2002)[modifier | modifier le code]

Selon Raymond Meyers, de l’association Les Amis du Tibet, Luxembourg, en 2002, le ministère d'État de l'industrie nucléaire a fermé la mine d'uranium de Têwo, située dans la préfecture autonome tibétaine de Gannan, dans la province de Gansu, qui avait été ouverte en 1980. Meyers affirme que le matériel radioactif a été incorrectement manipulé, induisant un nombre élevé de cancers et de malformations congénitales chez les populations avoisinantes et que le corps médical tibétain a attribué près de la moitié des décès dans la région à une variété de cancers liés à la radioactivité et à des maladies du système immunitaire. Le bétail a souffert également d’un taux de mortalité exceptionnellement élevé. L’environnement est devenu une terre stérile[82].

Centre de recherches sur les armes nucléaires au Qinghai (1962-1987)[modifier | modifier le code]

Selon Raymond Meyers, près des rives du lac Kokonor (district de Haiyan, préfecture autonome tibétaine de Haibei), dans la province du Qinghai, Deng Xiaoping supervisa la construction d'un centre de recherche d'armes nucléaires au début des années 1960 appelé la Neuvième Académie[83]. C'est là, entre 1958 et 1964, que furent mises au point la première bombe atomique chinoise et, deux ans plus tard, la première bombe à hydrogène chinoise, lesquelles furent testées sur le site de Lop Nor au Xinjiang[84].

Aujourd'hui, cette base est déclassifiée et ouverte au public. Fermée en 1987, elle avait été cédée au gouvernement local en 1993. On peut en visiter certaines parties : laboratoire de recherche, salle des commandes, salle de production d'électricité et salle de transmission télégraphique. Un musée a été établi à la base de Xihai. Des hôtels et des restaurants ont été construits dans le bourg[85],[86].

Gestion des polluants radioactifs et déchets nucléaires (Qinghai et Gansu)[modifier | modifier le code]

Le 19 juillet 1995, l'agence de presse chinoise Xinhua rapportait l'existence d'un « dépôt de 20 m2 pour les polluants radioactifs » dans la préfecture autonome tibétaine de Haibei, près des rives du lac Kokonor[87].

En 1993, la Chine entreprit la construction d'un centre de retraitement des déchets nucléaires dans une région aride de la province de Gansu. Ce centre était censé avoir une première capacité de traitement 60 000 m2 de déchets radioactifs, devant être portée ensuite à 200 000 m2. À l’époque, aucune précision n’avait été apportée sur le mode de traitement et d'entreposage des déchets radioactifs[88].

Selon le gouvernement tibétain en exil, il existe plusieurs sites fortement contaminés par la radioactivité sur le plateau du Tibet. Il affirme que les effets des polluants radioactifs déversés dans l’eau du plateau tibétain se feront sentir bien au-delà car dix des plus grands fleuves d’Asie y prennent source. De plus, les vents de haute altitude qui soufflent au Tibet peuvent transporter la radioactivité à de grandes distances[89].,[90].

Histoire[modifier | modifier le code]

Drapeau du Tibet, créé en 1916 par le 13e dalaï-lama et ayant servi à des fins militaires et officielles jusqu'en 1951, il continue à être employé par le Gouvernement tibétain en exil, mais est interdit depuis 1959 en République populaire de Chine.
« Les Cinq peuples rassemblés », le Drapeau de la République de Chine de 1912 à 1928, représentant les Hans, les Mandchous, les Mongols, les Ouïgours et les Tibétains - les cinq peuples principaux de la République de Chine[91].

Le drapeau du Tibet, créé par le 13e dalaï-lama en 1916, a été proscrit par la République populaire de Chine en 1959, neuf ans après l'intervention militaire chinoise. Il est aujourd'hui l'emblème du gouvernement tibétain en exil. Ce drapeau s'inspire des motifs de drapeaux antérieurs utilisés par les régiments tibétains, en particulier la figure du lion des neiges, laquelle remonterait au règne du roi du Tibet Songtsen Gampo au VIIe siècle[92].

L'histoire, notamment les événements du XXe siècle, ont donné lieu à une double interprétation relevant du domaine de l'historiographie.

Avant 1950[modifier | modifier le code]

Empire tibétain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire tibétain.
L’empire tibétain et son voisin chinois au VIIe siècle
  •       Empire tibétain (Royaume de Tubo)
  •       Chine des Tang
  •       Territoires turcs orientaux disputés entre plusieurs peuples, sous contrôle chinois de 630 à 682
  •       Territoires turcs occidentaux disputés entre plusieurs peuples, sous contrôle chinois de 642 à 665

Première diffusion du bouddhisme[modifier | modifier le code]

Au VIIe siècle, le Tibet unifié est fondé par Songtsen Gampo, qui crée un vaste et puissant empire.

Pour consolider ses alliances politiques, il prend pour épouses la princesse népalaise Bhrikuti, fille du roi Amsuvarma, et la princesse chinoise Wencheng Gongzhu, nièce de l'empereur Tang Taizong. Les Tibétains attribuent l’introduction du bouddhisme et la fondation du temple de Jokhang à ces deux reines, considérées comme deux incarnations du bodhisattva Tara.

Entre 742 et 797 (?), Trisong Detsen, deuxième « roi selon la doctrine bouddhique », fait du bouddhisme la religion d'État, invite des maîtres indiens, dont Padmasambhava, Shantarakshita et Vimalamitra, à qui est attribuée l'introduction du bouddhisme tantrique au Tibet. Il y a traduction de textes bouddhiques du sanskrit en tibétain. L'expansion de l'empire se poursuit. Les Tibétains occupent la capitale chinoise Xi'an (Xi'an) en 763.

Le Doring ou stèle devant la porte principale du Temple de Jokhang à Lhassa, 1950

De 815 à 838, Tri Ralpachen est le troisième « roi selon la doctrine bouddhique ». On assiste à de nombreuses traductions en tibétain de textes bouddhiques sanskrits et chinois. La Chine et le Tibet signent plusieurs traités de paix. Le traité de paix sino-tibétain de 822, gravé sur trois piliers dont l'un est encore visible à Lhassa, place Chinois et Tibétains sur un rang d'égalité et établit les frontières entre les deux pays.

De 838 à 842, sous le règne de Langdarma, qui fut assassiné par un moine, on assiste à la fin de la « première diffusion du bouddhisme » et le pays est à nouveau morcelé en petits fiefs.

Deuxième diffusion du bouddhisme[modifier | modifier le code]

Chine, Dynastie Yuan mongole, 1294.
Carte de la Chine, de la Tartarie-chinoise et du « Thibet » en 1734 par Jean-Baptiste Bourguignon d'Anville.
Carte de la Chine et du Tibet en 1864 par le géographe Samuel Augustus Mitchell.
Carte de 1892 de l’« Empire chinois ». Le Tibet y est représenté inclus, comme le Turkestan oriental et la Mongolie.

De la deuxième moitié du Xe siècle au XIIe siècle, on assiste à la deuxième diffusion du bouddhisme au Tibet. Des Tibétains se rendent en Inde auprès de grands maîtres. L'activité de traduction de textes bouddhiques reprend. Plusieurs grands maîtres fondent des écoles, ainsi Marpa le traducteur (1012-1097), dont un disciple, le célèbre Milarépa (1040-1123), est à l'origine de l'ordre des kagyus, et Khön Köntchok Gyalpo (1034-1102), qui fonde en 1073 l'ordre des Sakya. Enfin, Atisha, moine indien, arrive au Tibet en 1042 et fonde l'ordre des kadampas. Ce dernier ordre influera tant les ordres existants qu'il se répandra dans les autres ordres et disparaitra en tant que tel dans les siècles suivants. L'école se référant à la première diffusion du bouddhisme prend le nom de Nyingma (« les Anciens »).

Après l'invasion et le contrôle par le pouvoir mongol de la Chine au XIIe siècle et la fondation de la dynastie Yuan par Kubilai Khan, les relations politiques entre les chefs des écoles du Bouddhisme tibétain et l'Empereur de Chine, Mongol à l'époque, débutèrent. Kubilai Khan interagit avec les Sakya qui conserveront leur rôle politique.

1357 voit la naissance de Tsongkhapa, fondateur de l'ordre des Gelugpa (les « Vertueux »), école dont seront issus les dalaï-lamas.

En 1368 débute la dynastie chinoise des Ming qui durera jusqu'en 1644. La dynastie Ming patronnait l'activité religieuse du Tibet selon les historiens de la République populaire de Chine.

Instauration d'une théocratie[modifier | modifier le code]

De 1643 à 1959, le gouvernement du Tibet, à la tête de laquelle alternent le dalaï-lama et le régent du Tibet, n'est pas représentatif à cause de sa nature théocratique[93].

Au XVIe siècle, les gelugpas font appel à Güshi Khan, chef de la tribu mongole des Qoshot. Celui-ci envahit le Tibet en 1640, détrône le roi Tsang et, en 1642, donne le pouvoir à l'abbé du monastère de Drépung, Lobsang Gyatso, le 5e dalaï-lama[94], qui instaure, selon Samten G. Karmay, une théocratie marquée par la suprématie absolue du clergé et la subordination des laïcs (ou civils) à ce dernier[95].

Nombre d'orientalistes, de voyageurs et d'auteurs signalent la nature théocratique du régime tibétain. Léon Feer évoque l'« étrange théocratie » du Tibet[96] ; Jacques Bacot emploie l'expression « théocratie tibétaine »[97] ; Amaury de Riencourt parle de « la théocratie du Tibet »[98] ; Abdul Wahid Radhu et Marco Pallis parlent de « la théocratie bouddhiste que le Tibet constituait »[99] ; Stéphane Guillaume voit dans la dalaï-lama « le chef théocratique du gouvernement tibétain »[100] ; Claude B. Levenson voit dans le Potala « un des symboles les plus imposants de la théocratie tibétaine »[101].

D'autres auteurs (les tibétologues Ishihama Yumiko et Alex McKay), utilisent le terme de gouvernement bouddhiste, union des fonctions spirituelle et temporelle, pour décrire le gouvernement développé par le 5e dalaï-lama (1617-1682), qui influencera les Mongols et les Mandchous[102],[103].

En 1950, le Tibet est encore une théocratie bouddhiste, qualifiée par Dawa Norbu d'« isolée, fonctionnelle, peut-être unique en son genre parmi les divers régimes politiques du monde moderne »[104].

Structuration du gouvernement[modifier | modifier le code]

Selon Roland Barraux, le gouvernement tibétain créé par le 5e dalaï-lama s'est laïcisé et structuré en passant de Drépung au Potala[105].

Selon Fosco Maraini, si le dalaï-lama est le chef de l'État et du gouvernement, les laïcs occupent également de hautes fonctions dans l'administration des affaires publiques. Dans son ouvrage Tibet secret, il décrit ainsi le gouvernement du Tibet : le dalaï-lama dirigeait tant les affaires religieuses que laïques, à l'aide de deux organes principaux du gouvernement :

  • le conseil religieux, Yik-tsang, composé de quatre membres de la communauté monastique,
  • le conseil des ministres, Kashag, composé de quatre membres, Shapé, dont trois laïcs et un religieux.

Le premier ministre religieux, Chikyap Chempo, et le premier ministre laïc, Lönchen, faisaient la liaison entre les conseils et le dalaï-lama. L’ensemble des ministres du conseil laïc contrôlait les affaires politiques, judiciaires et fiscales du Tibet[106].

Sous la dynastie Qing[modifier | modifier le code]

Le 5e dalaï-lama, qui rendit visite à l'empereur Qing à Pékin, rétablit la relation de Chö-yon (de chapelain à donateur). Cette relation fut interprétée de façon différente par les empereurs Qing et les Tibétains[107].

La dynastie Qing place l'Amdo sous son autorité en 1724 et incorpore le Kham oriental dans les provinces chinoises limitrophes en 1728. Un commissaire ou amban est envoyé à Lhassa en 1727. En 1750, l'amban et les Han et Mandchous habitant Lhassa sont tués lors d'une émeute. L'année suivante, les troupes envoyées par le gouvernement répriment la rébellion. Les meneurs et certains de leurs partisans sont exécutés et des changements sont apportés à la structure politique. Le dalaï-lama devient le chef du gouvernement ou kashag et l'amban voit son rôle accru dans la gestion des affaires tibétaines. Parallèlement, les Qing font en sorte de contrebalancer le pouvoir de l'aristocratie en mettant à des postes clés des responsables issus du clergé bouddhiste[108]. Selon l'historien italien Luciano Petech, à partir de 1751, le protectorat exercé par la dynastie Qing au Tibet prend sa forme définitive et demeure inchangé jusqu'en 1912, à l'exception de quelques aménagements en 1792 où, aux droits de contrôle et de regard donnés aux ambans, s'ajoute une participation directe au gouvernement tibétain[109].

Selon le ministre conseiller de la République populaire de Chine Hong XiaYong, de 1727 à 1911, ce sont en tout 57 ambans qui sont en poste au Tibet où ils ont la haute main sur l'administration locale pour le compte de l'autorité centrale[110].

Selon le sociologue chinois Rong Ma[111], la principale mission échue aux deux ambans et à leurs troupes était de s'assurer de la subordination du Tibet au pouvoir impérial, de maintenir le Tibet en paix et de le défendre contre toute invasion étrangère. Il y avait 3 000 soldats (han, mongols et mandchous) à Lhassa au début du XVIIIe siècle, leur nombre croissant jusqu'à 10 000-15 000 pendant la guerre contre les Gurkhas en 1791. « Il ne saurait y avoir aucun doute quant à la subordination du Tibet à la Chine gouvernée par les Mandchous dans les premières décennies du XVIIIe siècle (Melvyn C. Goldstein) »[112].

Selon l'explorateur et anthropologue russe Tsybikoff (1904), l'amban mandchou, nommé par la cour impériale de Pékin, supervise l'échelon gouvernemental supérieur, ce qui montre à l'évidence la dépendance vis-à-vis de la Chine du gouvernement du Tibet central dont le chef spirituel et séculier est le dalaï-lama[113]. Le gouvernement du Tibet est entre les mains d'un conseil du nom de deva-dzung présidé par le dalaï-lama. Les membres principaux de ce conseil sont quatre kalon ou dignitaires, nommés par l'empereur de Chine, et leurs rencontres se tiennent dans un bureau spécial – le kashag[114].

Selon Michael Harris Goodman, qui cite Perceval Landon, l’amban, sans pouvoir réel, se contentait d’une observation des formalités[115],[116]. Le 14e dalaï-lama, pour sa part, écrit que les deux dignitaires, appelés ambans, désignés en 1728 par l'empereur pour le représenter à Lhassa, exerçaient une certaine autorité, mais toujours sous le gouvernement du dalaï-lama[117].

Photo page n°806, livre Neuvième, du livre : « Géographie générale » de L. Grégoire, édition Garnier Frères, France, en 1876

L'historien et géographe Louis Grégoire explique en 1876 dans son livre, « Géographie générale, physique, politique et économique », dans « Chapitre IX, Pays qui dépendent de l'Empire chinois, section 5. Tibet ou Thibet », que sous la dynastie Qing :

« Le souverain spirituel du Thibet est le Dalaï ou Talé-Lama ; c'est toujours un enfant, incarnation de Bouddha, choisi entre trois candidats, que présentent les grandes lamaseries, par les ambassadeurs de l'empereur de la Chine. Il délègue son autorité temporelle à un radjah, appelé Nomekhan ou Gyalbô, qui gouverne avec quatre ministres et seize mandarins, tous nommés par un diplôme impérial et révocables au gré de l'empereur. Quatre mille soldats chinois sont distribués dans les stations importantes, et des postillons chinois, espèces de gendarmes, font le service des postes. Quatre grandes principautés et plusieurs petites sont administrées directement par des agents chinois. Dans ces derniers temps, de vastes territoires, entièrement thibétains par la langue, les mœurs, la religion, ont été réunis au Ssé-tchouan et au Yun-nan. »

— Louis Grégoire, Page N°806, livre Neuvième, du livre : Géographie générale, édition Garnier Frères, France, 1876[118],[119]

Le Père Huc, dans son ouvrage Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet pendant les années 1844, 1845 et 1846, raconte que le Nomekhan ou Lama-Roi avait interdit par édit au femmes de se montrer en public à moins de se barbouiller la figure de noir, en raison de problèmes de libertinage dans les monastères[120]. Il y raconte également qu'en 1844, trois jeunes dalaï-lamas y étaient morts, le premier étranglé, le second, mort sous un effondrement de toiture et le troisième empoisonné avec toute sa famille et le Grand Lama de Kaldan qui lui était dévoué. La population désignait le Nomekhan comme responsable de ces morts. Ce Nomekhan était Si-Fan, orignaire de Yang-Tou-SSe dans la Gansu[121].

En 1791 les Gurkhas népalais envahissent le Tibet méridional, saisissant Shigatse, détruisant, pillant, et défigurant le grand monastère de Tashilhunpo. Le jeune panchen-lama est forcé de fuir à Lhassa à nouveau. L'Empereur Qianlong envoie alors une armée de 17 000 hommes au Tibet. En 1793, avec l'assistance de troupes tibétaines, ils expulsent les troupes népalaises jusqu'à peu près 30 km de Katmandou avant que les Gurkhas n'admettent la défaite et restituent les trésors qu'ils avaient pillés[122]. Le paiement d'un tribut est imposé à ces derniers et ce tribut continua à être payé par le Népal à la Chine jusqu'au renversement de l'empire chinois[123].

En 1841, les Népalais envahissent la région ouest du Tibet. Avec l'aide des Chinois, les Tibétains les repoussent. En 1844, nouvelle tentive d'invasion des Népalais, abandonnée toutefois lorsque les Tibétains consentent à payer aux envahisseurs un tribut annuel équivalent à celui que les Népalais doivent verser à la Chine. Ils reçoivent en outre le droit d'extraterritorialité et celui de maintenir à Lhassa un consul-agent général, protégé par une petite troupe de soldats népalais[124].

Dans la deuxième moitié du XIXe siècle et au début du XXe siècle, une situation de concurrence se développe entre la Russie et la Grande-Bretagne, cette dernière cherchant à contrôler le Tibet depuis l'Inde, et la Russie cherchant à l'en empêcher pour maintenir son influence en Asie centrale[125].

En 1886-1888, il y a un premier contact entre le Tibet et l'armée britannique qui a conquis le Népal et le Bhoutan et détaché le Sikkim de l'allégeance tibétaine. À partir de cette époque, les trois États himalayens, jusque là soumis plus ou moins nominalement au Tibet et donc à la Chine, passent dans l'orbite de l'empire des Indes[126].

Règnes du 13e et du 14e dalaï-lama[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tibet (1912-1951).
Le 13e dalaï-lama avec le roi du Sikkim en 1911 à Darjeeling.
Carte du Tibet en 1900.

En 1904 le Gouverneur général des Indes britannique, lors de ce qui mena à une expédition militaire britannique au Tibet, jugea que la Chine ne disposait d'aucun pouvoir ou autorité sur le gouvernement tibétain. L'expédition militaire, conduite par le colonel Francis Younghusband, écrase dans le sang en 1904 la défense tibétaine et les Britanniques s'imposent au Tibet et s'y attribuent des privilèges commerciaux et diplomatiques.

À la suite des réactions internationales et du mécontentement de l'opinion publique en Angleterre, le traité est rapidement remis en cause et réaménagé, notamment avec le traité sino-anglais de 1906 ou traité de Pékin (en anglais Convention between Great Britain and China respecting Tibet) par lequel il n’y aura pas d’occupation anglaise du territoire tibétain, l’indemnité de guerre se règlera en trois fois et les Britanniques réaffirment la suzeraineté de la Chine sur le Tibet. Pékin règle les sommes dues aux Anglais par les Tibétains[127].

En 1908, profitant du départ des troupes britanniques, la Chine reprend provisoirement le contrôle du Tibet[94] en tant que puissance suzeraine, jusqu'à la révolution de 1911 qui marque l'effondrement de l'Empire Qing et l'installation de la République de Chine. Après avoir obtenu le départ des troupes britanniques moyennant le paiement d'une indemnité, la dynastie Qing, quoique affaiblie, décide de jouer un rôle plus actif dans la conduite des affaires tibétaines. Pour préserver ses intérêts, elle lance un programme d'intégration du Tibet au reste de la Chine aux plans politique, économique et culturel[128]. On prévoit de former une armée de six mille hommes et de séculariser le gouvernement tibétain en créant des commissions gouvernementales non ecclésiastiques. On projette un hôtel des monnaies, des routes et des lignes téléphoniques et la mise en exploitation des ressources locales. À Lhassa, une école s'ouvre en 1907 et un collège militaire en 1908[129],[130]. Un service postal chinois est établi et les premiers timbres sont émis (avec des inscriptions en chinois et en tibétain)[131]. En 1909, un journal bilingue, le Journal indigène du Tibet, est imprimé à Lhassa sur des presses importées de Chine[132].

Après sa fuite en Inde, le 13e dalaï-lama est déposé par la Chine[94].

Les troupes et les autorités officielles chinoises sont expulsées du Tibet en 1912 par les Tibétains. En 1912, à la suite d'une lettre de Yuan Shikai souhaitant restaurer le rôle du dalaï-lama, celui-ci répond qu'il ne demande aucun titre du gouvernement chinois car il entend exercer son pouvoir spirituel et temporel au Tibet[133]. Cette lettre est considérée comme une déclaration d'indépendance par le gouvernement tibétain en exil[94]. Selon le gouvernement tibétain en exil, le 13e dalaï-lama, à son retour à Lhassa, émit une proclamation réaffirmant l'indépendance du Tibet le 14 février 1913[134].

Alfred P. Rubin, un expert américain en droit international qui a étudié les déclarations d'indépendance du Tibet, estime qu'elles n'étaient aucunement des déclarations politico-juridiques mais simplement l'affirmation par le 13e dalaï-lama que la relation prêtre-protecteur ou chapelain-patron (mchod-yon) entre les dalaï-lamas et les empereurs chinois s'était éteinte du fait de la fin de l'empire[135].

En 1912, le Tibet et la Mongolie (qui avait adopté le bouddhisme tibétain, était devenue vassale de l'Empire chinois puis indépendante depuis 1911) signent un traité de reconnaissance mutuelle de leur indépendance de la Chine en présence d'Agvan Dorzhiev. Selon Charles Bell, le Kashag et le 13e dalaï-lama n'ont pas reconnu cet accord[136],[137]. Toujours selon Bell, la communauté internationale n'a pas reconnu l'indépendance de la Mongolie, ni celle du Tibet[137]. Selon le juriste Barry Sautman, le Tibet et la Mongolie en 1913 n'étant pas reconnus comme États par les autres États, le fait pour l'un et l'autre de se reconnaître mutuellement n'a pas plus d'importance que la reconnaissance mutuelle de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie aujourd'hui[138]. Selon Elliot Sperling, le fait que Tibétains et Mongols aient affirmé dans leur traité de 1913 être sortis de la domination par l'État mandchou, et n'être ainsi plus liés à la Chine, est significatif sur le plan de la terminologie[139].

L’ethnologue Fosco Maraini, qui visita le Tibet à la fin des années 1940, écrit que les Tibétains considèrent le Tibet comme un État indépendant et souverain[140]. Pour Georges-André Morin[Qui ?], historiquement la notion de Tibet indépendant n'a aucun sens : le Tibet fait partie du monde chinois depuis le XIIIe siècle, voire plus[141].

Selon Barry Sautman, aucun État ne reconnaît le gouvernement tibétain en exil, ni l'assertion que le Tibet était indépendant[142] et la Chine n'a jamais renoncé à sa souveraineté sur ce territoire[143].

Selon Anne-Marie Blondeau, les gouvernements, ne souhaitant pas affronter la République populaire de Chine en raison de la compétition internationale dont ses marchés font l’objet, évitent de prendre parti en évoquant le « statut peu clair » du Tibet et n’abordent pas l’autodétermination des Tibétains, même s’ils évoquent les violations des droits de l’homme au Tibet[144].

Carte du Tibet, de la Chine et de la Mongolie en 1932.
Proposition par Sun Yat-sen d'un réseau de chemin de fer couvrant toute la Chine, Tibet et Mongolie compris (1917–1920).

Selon Melvyn Goldstein et Cynthia M. Beall, entre 1911 et 1951, le Tibet était une entité politique indépendante de facto, mais, sans bénéficier de la reconnaissance internationale d'un statut juridique indépendant distinct de la Chine[145].

Pour Elisabeth Martens, l'indépendance du Tibet ne s'appuie sur aucun document officiel et ne fut jamais reconnue par aucun pays au monde, ni par les Nations unies[146]. L'auteur ajoute que l'« indépendance de fait » du Tibet au début du XXe siècle est en réalité une dépendance économique et politique vis-à-vis de l’Angleterre[147].

Dans sa lettre au Secrétaire général de l'ONU datée du 9 septembre 1959, le 14e dalaï-lama donne une série d'arguments démontrant la reconnaissance internationale de la souveraineté du Tibet, notamment le fait que la Mongolie et la Grande-Bretagne ont signé des traités avec le Tibet (le Traité d'amitié et d'alliance entre le Gouvernement de Mongolie et le Tibet et la Convention de Simla), et que des représentants tibétains munis de passeports tibétains sont reçus par l'Inde, la France, l'Italie, le Royaume-Uni et les États-Unis[148].

Dès 1913 le 13e dalaï-lama engage d'importantes réformes administratives et économiques[149]. Il décide en particulier de créer en complément des pièces de monnaie tibétaines, des billets de banque tibétains et des timbres spécifiques au Tibet. On lui doit aussi la création du drapeau du Tibet à partir des différents drapeaux des armées des frontières. Pour autant, drapeau, passeports, timbres et monnaie sont, selon Barry Sautman, des signes superficiels de l'existence d'un État. Ces « prétendus indices de souveraineté », ainsi qu'il les appelle, sont également l'apanage de territoires qui ne sont pas des États[150].

En 1914, à la Conférence de Simla, où la Grande-Bretagne, le Tibet et la Chine sont représentés, les Britanniques proposent que les régions de population tibétaine soient divisées en deux parties :

  • un « Tibet extérieur » (composé de la partie occidentale de la région autonome, à l'ouest de Lhassa, celle-ci incluse), administré directement par le dalaï-lama,
  • un « Tibet intérieur » (composé des régions de Koukou-Nor – l'actuel Qinghai) – et de Tchouan-Pieng – ou Kham, c'est-à-dire l'est de la région autonome et l'ouest du Sichuan), administré par la Chine et sous l'autorité uniquement spirituelle du dalaï-lama.

Les deux secteurs seraient considérés comme étant sous la « suzeraineté » de la Chine et non plus sa « souveraineté »[151]. L’accord initial fut invalidé par le rejet, de la part du gouvernement chinois, du paraphe de son délégué sur le texte de l’accord[152].

Selon Frédéric Lenoir et Laurent Deshayes, la population tibétaine conserve un souvenir dramatique des Chinois hans, qu'ils soient nationalistes ou communistes, qui ont jalonné leurs périples de scènes d'horreur, tortures et pillages[153].

En 1946, après la guerre sino-japonaise, les représentants du gouvernement tibétain rencontrent le gouvernement du Guomindang qui dirige aujourd'hui Taïwan et considère toujours le Tibet comme faisant partie de la Chine à Nankin[154].

En 1949, les dirigeants tibétains essaient de faire reconnaître par l'ONU l'indépendance de leur pays : ils ne reçoivent aucun appui, ni de la Grande-Bretagne, ni des États-Unis, ni de l'URSS, ni même de l'Inde, qui elle-même a accédé récemment à l'indépendance[155]. Le 3 novembre 1949, le gouvernement tibétain envoya une lettre au secrétaire d'État américain Dean Acheson et aux gouvernements indien et britannique, leur demandant de soutenir l'adhésion du Tibet à l'ONU. Le gouvernement indien donna comme argument contre cette candidature que l'URSS utiliserait son droit de veto au Conseil de sécurité, et que cette démarche agacerait la Chine inutilement. L'antenne du Foreign Office britannique à New Delhi était du même avis. Acheson souhaitait faire d'avantage pression sur l'Inde et adressa un câble à Loy W. Henderson (en), ambassadeur américain en Inde. Quand K. P. S. Menon et Henderson abordèrent la question de l'admission du Tibet à l'ONU, Menon déclara, catégorique, que la requête du Tibet était sans espoir, et qu'un débat à l'ONU agiterait indûment la question tibétaine risquant de provoquer une réaction immédiate des communistes chinois[156].

Après 1950[modifier | modifier le code]

Intervention militaire chinoise (1950-1951)[modifier | modifier le code]

En 1950, l'Armée populaire de libération pénètre dans la région tibétaine orientale de Chamdo[157] et rencontre peu de résistance de la part d'une armée tibétaine faible et mal équipée[158].

Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet[modifier | modifier le code]

Le 23 mai 1951, des représentants du Dalaï-lama signent à Pékin l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet, sous la menace d'une poursuite de l'avancée de l'APL[159]. En plus de reconnaître la souveraineté chinoise, les Tibétains sont tenus d'aider l'APL à occuper pacifiquement le Tibet. Ils renoncent à s'occuper des affaires étrangères, de la défense des frontières et du commerce du Tibet et acceptent que l'armée tibétaine soit progressivement incorporée dans l'APL. Ils acceptent également le retour du panchen-lama au Tibet et la création d'une nouvelle entité administrative, le Comité administratif militaire, distinct du gouvernement local tibétain et soumis au gouvernement populaire central[160]. Le texte contient également une déclaration mettant fin officiellement à la monnaie tibétaine[161]. Il reconnaît le droit à l'autonomie régionale et le maintien du système politique et du statut du dalaï-lama, la liberté religieuse et le maintien des revenus du clergé bouddhiste[162],[163].

En 1954, le 14e dalaï-lama, le 10e panchen-lama et le 16e karmapa se rendent à Pékin pour discuter de la question du Tibet avec Mao Zedong[164]. Lors d'une entrevue avec le dalaï-lama, Mao lui donne l'assurance que l'identité tibétaine sera respectée et qu'aucune grande réforme ne sera entreprise au Tibet pendant six ans[165].

Premières révoltes (1956-1959)[modifier | modifier le code]

Thamzing d'une femme tibétaine vers 1958.

En 1956 a débuté à Litang dans le Kham une révolte des Tibétains, appuyée par la CIA[166] ,[167], contre l'occupant chinois, qui s'est étendue aux autres secteurs du Kham, puis en 1957 et 1958 dans les secteurs de l'Amdo, puis en 1958 et 1959, dans le Ü-Tsang, avant de s'étendre à l'ensemble du territoire. En 1959, l'insurrection éclate à Lhassa, le dalaï-lama fuit le Tibet pour se réfugier en Inde. Il sera suivi d'environ 100 000 Tibétains. Cette révolte armée fut sévèrement réprimée par le gouvernement chinois.

Le nombre de victimes tibétaines de ces différents conflits, un important sujet de désaccord entre la Chine et le gouvernement tibétain en exil, est généralement estimé à plusieurs dizaines de milliers de personnes.

À partir de 1959, après avoir réprimé ce qu'il qualifie de révolte de l'ancienne classe privilégiée de l'ancien Tibet, le gouvernement communiste met en place au Tibet une série de réformes, notamment l'abolition du servage[168], dont l'usage politique est l'objet d'une controverse universitaire[169].

Famine (1960-1962)[modifier | modifier le code]

Selon des témoignages de Tibétains, dont certains sont maintenant en exil, et divers auteurs occidentaux, le Tibet, sous son acception d'aire géographique et culturelle tibétaine[170], a connu une famine entre 1960 et 1962. Selon le gouvernement tibétain en exil, la mortalité correspondante toucha l'ensemble des régions tibétaines (Ü-Tsang, Kham et Amdo). En 1962, dans un rapport connu sous le nom de Pétition en 70 000 caractères et dénommé initialement « Rapport sur les souffrances du Tibet et des régions tibétaines et propositions pour le travail futur du Comité central sous la direction du président ministre Zhou Enlai », le 10e panchen-lama, de retour d'une mission d'enquête dans le Qinghai[171] dénonce la famine qui y sévit à la suite du Grand bond en avant[172].

Selon Ngabo Ngawang Jigme, un des signataires de l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet, s'il y a eu des morts de la famine dans la province du Qinghai, aucune personne n'est morte de faim dans la région autonome proprement dite. Mais l’historien Tsering Shakya et le propre fils de Ngagpo Ngawang Jigmé affirment que c'est un mensonge[173].

Révolution culturelle (1966-1975)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Révolution culturelle au Tibet.
Statue bouddhiste détruite durant la révolution culturelle au monastère de Tholing, royaume de Gugé.

En 1966, éclata la révolution culturelle en Chine[174]. En juin 1966, la session extraordinaire du comité du Parti communiste de la Région autonome du Tibet décide d'étendre la Révolution culturelle au Tibet. En novembre 1966, les gardes rouges, principalement tibétains, issus de certaines universités de Pékin, arrivent au Tibet[175],[176],[177]. Selon Kunsang Paljor (cité par Dawa Norbu), qui travaillait au Tibet Daily News lors de la Révolution Culturelle, au moins 8 130 gardes rouges chinois de 12 institutions scolaires en Chine continentale vinrent à Lhassa, et au début seules 3 écoles tibétaines de Lhassa furent impliquées[178].

Selon Pierre-Antoine Donnet, dès 1966, les gardes rouges détruisirent de façon systématique, méthodique, calculée, planifiée et complète la civilisation tibétaine[179]. Selon l'écrivain chinois Wang Lixiong, les autorités au Tibet ont souvent essayé de refréner les actions radicales, ainsi l'Armée populaire de libération a systématiquement soutenu les factions les plus conservatrices contre les rebelles. Temples et monastères ont moins été endommagés dans les zones et villes non périphériques où les autorités étaient encore en mesure de faire plus ou moins régner l'ordre[180]. Dans sa réponse à Wang Lixiong, l'historien tibétain Tsering Shakya fait remarquer qu'il rejette la faute sur la victime, alors que ce mouvement de masse n'épargna personne au Tibet comme en Chine[181].

Missions d'enquête (1979-1985)[modifier | modifier le code]

En 1979, Deng Xiaoping invita Gyalo Thondup, frère du dalaï-lama, à Pékin et lui indiqua qu'indépendamment de l'indépendance du Tibet, toutes les autres questions pourraient être discutées et tous les problèmes résolus. Il proposa que le dalaï-lama envoie des délégations d'enquête au Tibet afin d'observer les conditions de vie des Tibétains. Les autorités chinoises pensaient que les délégations seraient impressionnées par les progrès réalisés au Tibet et par la solidarité des Tibétains avec la nation chinoise[182].

Tournée d'inspection de Hu Yaobang (1980)[modifier | modifier le code]

En 1980, après une visite d'inspection au Tibet, le secrétaire général du parti communiste chinois Hu Yaobang, « demande une plus grande autonomie et proclame le respect de la liberté de croyance »[183]. Pendant les années 1980, les modérés du parti communiste chinois frayent la voie à une utilisation accrue de la langue tibétaine, à la reconstruction des bâtiments religieux (débouchant dans certaines régions sur un plus grand nombre de temples aujourd'hui qu'avant 1951) et à l'encouragement de la culture tibétaine[184]. Selon Laurent Deshayes et Frédéric Lenoir, l'éviction politique en 1987 puis le décès de Hu Yaobang en 1989 « brisent ce timide élan réformateur »[185].

Troubles de 1987 à 1993[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troubles au Tibet de 1987 à 1993.

En 1987, 1988 et 1989, Lhassa fut secouée par des manifestations et des émeutes, la loi martiale fut imposée en 1989 et resta en vigueur jusqu'en mai 1990.

Selon l'encyclopédie Larousse, « Le 1er octobre 1987, quelques jours après un discours du dalaï-lama au Congrès américain, au cours duquel il propose de faire du Tibet une « zone de paix démilitarisée », Lhassa s'embrase. Des moines, descendus des monastères voisins, viennent crier leur désir d'un Tibet libre. La manifestation est durement réprimée, de nombreux Tibétains, religieux et laïcs, sont emprisonnés. Malgré les dispositions prises par les Chinois pour prévenir de nouvelles manifestations, nationalistes, le même scénario se répète en mars, puis en décembre 1988. En mars 1989, une nouvelle rébellion de plusieurs jours, la plus sanglante depuis la fin de la Révolution culturelle, conduit à l'instauration de la loi martiale, qui reste en vigueur jusqu'en mai 1990. La propagande chinoise accuse le dalaï-lama et les Tibétains en exil de fomenter ces troubles. »[183],[186].

Selon le gouvernement tibétain en exil, ces manifestations furent réprimées violemment[187]. Robert Barnett déclare que « la plupart des observateurs indépendants ont témoigné que ces évènements ont commencé pacifiquement ». La violence a fait suite au tabassage des manifestants et aux tirs par armes à feu de la part de la police[188]. Selon Amnesty International, depuis 1987, plus de 214 tentatives de manifestations pour l'indépendance ont été réprimées et les manifestants arrêtés expédiés dans des camps de travail. Tous ont été condamnés à des peines allant de 3 à 20 ans de prison. Selon Barry Sautman et Shiu-hing Lo, les moines et les nonnes bouddhistes ont joué un rôle de premier plan dans les manifestations pro-indépendantistes[189]. D'après He Baogang et Barry Sautman, lors des manifestations de la fin des années 1980 et du début des années 1990, si la police a tué des douzaines de personnes et en a arrêté un millier, les manifestants ont tué plusieurs agents de police, se sont livrés à des lynchages et ont allumé des incendies visant des civils Han[190].

En mars 1989, il y eut des troubles sociaux au Tibet, réprimés par les autorités chinoises et menant à l'imposition de la loi martiale. En 1990, une estimation de plus de 450 personnes tuées par les forces de sécurité avait été donnée par Tang Daxian, un journaliste chinois dissident réfugié en Occident, qui affirma aussi que la police de Lhassa avait reçu l'ordre de Pékin de provoquer un incident[191]. Le gouvernement chinois pour sa part avait fait état d'une douzaine de morts les 5 et 6 mars 1989[192].

Moines tibétains arrêtés et exhibés avec des pancartes au cou, avril 2008
Moines et laïcs tibétains arrêtés à Ngaba en avril 2008

Les autorités chinoises ont installé des caméras de surveillance à Lhassa pour contrôler les manifestations éventuelles[193]. De nombreuses associations internationales dénoncent une répression de la religion au Tibet, comme l'illustrent par exemple la mise en résidence surveillée de Gedhun Choekyi Nyima, en 1995, juste après sa reconnaissance comme 11e panchen-lama par le 14e dalaï-lama, ou la destruction en 2001 de l'institut bouddhiste de Serthar fondé par Khenpo Jigme Phuntsok, également mis en résidence surveillée et disparu dans des circonstances douteuses, ou encore la condamnation à une peine de prison à vie de Tenzin Delek Rimpoché en 2005.[réf. nécessaire] Selon Francesca Yvonne Caroutch, la plupart des grands maîtres du bouddhisme tibétain ont été contraints à l'exil, comme l'a illustré la fuite à la veille de l'an 2000 du 17e Karmapa, Orgyen Trinley Dorje[194].

Troubles de mars 2008[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Troubles au Tibet en mars 2008.

En mars 2008, des manifestations de moines contre le pouvoir chinois à Lhassa dégénèrent en violentes émeutes dirigées contre les habitants non tibétains et leurs biens. Elles surviennent quelques mois avant les Jeux olympiques d'été de 2008. D'autres manifestations ont également lieu en dehors de la capitale, en particulier dans la région tibétaine de l'Amdo, autour du monastère de Labrang dans la province du Gansu. Selon les autorités de la Région autonome du Tibet, le bilan est de 19 morts, victimes des émeutiers, et d'un millier de commerces et bâtiments publics détruits. Selon le Gouvernement tibétain en exil, au moins 209 Tibétains seraient morts, victimes de la répression. Des manifestations de soutien aux partisans d'un Tibet indépendant ont eu lieu lors des étapes de Londres et de Paris du relais de la flamme olympique 2008.

Immolations depuis 2011[modifier | modifier le code]

Un moine tibétain, Tapey, s'immole à Ngaba le 27 février 2009.

Faisant suite à des tensions dans la région de Ngaba, le moine tibétain Tapey s’immole par le feu en 2009, et depuis mars 2011, plusieurs moines, nonnes et laïcs tibétains se sont immolés demandant, selon le gouvernement tibétain en exil et diverses associations militantes occidentales, la liberté au Tibet et le retour du dalaï-lama. La plupart de ces immolations se sont produites dans la province du Sichuan qui comprend environ 1,5 million de Tibétains.

Deux préfectures autonomes tibétaines sont principalement concernées : d'une part à Ngaba dans la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngawa, où se trouve le monastère de Kirti, d'autre part dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê, deux préfectures situées dans les anciennes provinces tibétaines de l'Amdo et du Kham. Un cas s'est produit à Chamdo, dans la région autonome du Tibet[176],[195], et un autre cas dans la préfecture autonome tibétaine de Golog dans la province du Qinghai.

Selon Tsering Woeser, le monastère de Kirti est menacé de disparition. Le 16 mars, après l'immolation du moine Rigzen Phuntsog, 1 000 policiers ont encerclé les lieux. Les 2 500 moines du monastère devaient être soumis à une éducation patriotique. Les moines qui refusent de s'y soumettre disparaissent[196].

Émeutes de Luhuo et de Serta (Sichuan) en 2012[modifier | modifier le code]

Arrestation de Tibétains.

Alors que plusieurs Tibétains se sont immolés au Tibet depuis mars 2011, la police chinoise a ouvert le feu en janvier 2012 lors de manifestations en faveur de l'indépendance dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê faisant au moins trois morts[197].

Selon le ministère chinois des Affaires étrangères, le 23 janvier 2012, des dizaines de casseurs, dont quelques moines, prirent d'assaut et détruisirent des magasins et un commissariat de police dans le district de Luhuo de la préfecture autonome tibétaine de Garzê du Sichuan. Le groupe, dont certains étaient armés de couteaux, jeta des pierres sur des policiers et détruisit deux véhicules de police et deux ambulances. Un membre du groupe fut tué et quatre autres blessés dans l'affrontement, cinq policiers furent blessés[198]. Le 24 janvier, des émeutes encore plus violentes secouèrent Serta, un autre comté de la région. Des émeutiers jetèrent des pierres et des cocktails molotov et firent feu, blessant 14 agents de la force publique avant d'être dispersés. Un émeutier fut tué et 13 autres arrêtés. À Serta, comme à Luhuo, dans le but d'intimider les habitants qui observent les traditions Han, des émeutiers s'en prirent aux maisons qui arboraient décorations et lanternes de la fête du Printemps[199].

Démographie[modifier | modifier le code]

Groupes ethnolinguistiques de langue tibétaine (1967) (Voir la carte complète, qui comporte une légende).

L'ethnie tibétaine est historiquement la principale composante de la population du Tibet. Les groupes ethniques monba, lhoba, mongol et hui (Chinois musulmans) y sont également présents. Selon la tradition, les premiers ancêtres du peuple tibétain, représentés par les six bandes rouges du drapeau tibétain, sont les Se, les Mu, les Dong, les Tong, les Dru et les Ra.

Chiffre de la population avant 1948[modifier | modifier le code]

L'explorateur et anthropologue russe Tsybikoff, dans un article publié en 1904, soutient que le chiffre de la population dans le Tibet central n'excède pas le million. Il fait valoir le fait que les vallées étroites entre des montagnes ne sont pas favorables à l'agriculture et ne sauraient faire vivre beaucoup d'habitants. En outre, le grand nombre d’ecclésiastiques ascétiques, célibataires, des deux sexes, les épidémies de variole (en 1900, dix pour cent de la population de Lhassa et des monastères environnants périt de la variole) et diverses maladies mortelles contre lesquelles les Tibétains sont pour ainsi dire démunis, viennent grever la croissance démographique[200].

Un recensement effectué par les Mandchous en 1910 estime à 6,5 millions la population du Tibet[201]. Le tibétologue italien Giuseppe Tucci, s’appuyant sur les éléments qu’il a pu rassembler lors de ses voyages au Tibet de 1927 à 1948, estime que la population de l'ensemble du Tibet (comprenant les provinces du Kham et de l’Amdo) se situait entre 2 et 3 millions. Il ajoute qu’« il y avait certainement davantage d’habitants dans le passé d’après les traces qui subsistaient de cultures intensives et d’ouvrages d’irrigation en des lieux désormais presque entièrement abandonnés »[202].

Évolution démographique depuis le milieu du XXe siècle[modifier | modifier le code]

La question de la proportion des Hans dans la population du Tibet est politiquement délicate. Le gouvernement tibétain en exil affirme que la République populaire de Chine pratique une politique favorisant l'immigration han dans le but de rendre les Tibétains minoritaires dans leur propre pays, ce que conteste vigoureusement le gouvernement chinois.

Chiffres officiels[modifier | modifier le code]

L'évolution démographique tibétaine entre 1953 et 2000 (selon la Chine)[203],[2].

La République populaire de Chine ne se considère pas comme une puissance occupante et dément avec force les allégations de submersion démographique. Elle ne reconnaît pas non plus l'existence de ce qu'elle appelle le « Grand Tibet »[204] revendiqué par le gouvernement tibétain en exil. Selon elle, cette idée a été forgée par des impérialistes étrangers dans le cadre d'un complot destiné à diviser la Chine. Elle rapproche cette idée du fait que l'Empire japonais avait créé un Manzhouguo en Mandchourie pendant la Seconde Guerre mondiale et que la Mongolie aurait gagné son indépendance - décrétée cependant en 1913 - grâce au soutien de l'Union soviétique sur laquelle elle s'est alignée par la suite, ce qui constituerait pour la Chine un précédent qui a marqué les esprits. Elle s'appuie sur le fait que les territoires de population tibétaine qui n'appartiennent pas à la région autonome n'étaient pas contrôlés par le gouvernement tibétain en 1959, mais auraient été administrés depuis des siècles par les provinces avoisinantes[205].

Selon la République populaire de Chine, le nombre de Tibétains dans la région autonome était de 2,4 millions lors du recensement mené en 2000, pour 190 000 non-Tibétains, et le nombre de Tibétains dans l'ensemble des entités autonomes tibétaines (légèrement plus petit que le Tibet historique revendiqué par les Tibétains en exil) était de 5 millions, pour 2,3 millions de non-Tibétains. Dans la région autonome elle-même, la plus grande partie des Hans se trouvent à Lhassa. Les autorités chinoises affirment qu'elles respectent la différence culturelle tibétaine (par exemple en assouplissant pour les minorités le contrôle démographique sévère imposé aux Hans). Les politiques de contrôle démographique telles que la politique de l'enfant unique s'appliquent uniquement aux Hans, et non aux minorités comme les Tibétains[206].

Jampa Phuntsok, un Tibétain originaire de Chamdo (Kham) et actuel président de la Région autonome du Tibet, a déclaré que le gouvernement central n'avait aucune politique de migration vers le Tibet en raison des conditions difficiles liées à l'altitude, que les 6 % de Hans dans la RAT constituent un groupe très fluide venu principalement pour les affaires ou le travail, et qu'il n'y a pas de problème d'immigration[207].

En ce qui concerne la population d'ethnie tibétaine proprement dite, le gouvernement chinois affirme que, selon le premier recensement national mené en 1954, il y avait 2 770 000 Tibétains en Chine, dont 1 270 000 dans la région autonome, alors que, selon le quatrième recensement mené en 1990, il y avait 4 590 000 Tibétains en Chine, dont 2 090 000 dans la région autonome. Selon lui, ces chiffres constituent la preuve que la population tibétaine a doublé depuis 1951, et que les allégations des Tibétains en exil sont mensongères[208],[209]. 160 000 Tibétains vivraient en exil (dont 120 000 en Inde).

« Sinisation par peuplement »[modifier | modifier le code]

Selon une lettre présentée comme venant du Tibet et datant de 1996 par le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, une ONG basée à Dharamsala, de nombreux Hans, l'ethnie majoritaire de la Chine, viennent s'installer au Tibet, alors qu'en même temps, les Tibétains trouvent difficilement du travail[210].

Le sinologue Jean-Luc Domenach estime que la question tibétaine sera « résolue par la colonisation, puisque les Chinois, d'une façon ou d'une autre, vont inonder le Tibet »[211].

Selon le Livre blanc publié par le gouvernement de la République populaire de Chine, la modernisation et le développement du Tibet expliquent l'arrivée d'ouvriers Han[212] et des spécialistes occidentaux[213]. Depuis l'instauration de l'économie de marché en 1992, selon Xinhua, tout habitant de la République populaire de Chine a le droit de se déplacer librement dans le pays et de travailler à l'endroit de son choix[214]. Selon Robert Marquand, le Tibet étant considéré par les Chinois comme faisant partie de leur pays depuis des milliers d'années, ces derniers estiment avoir le droit de s'y établir[215].

Recensement de 2000[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous[2] donne les chiffres de population, selon le recensement mené dans toute la Chine en 2000, pour toutes les entités autonomes tibétaines ainsi que pour les juridictions de Xining et de Haidong. La présence de ces deux dernières juridictions dans le tableau permet de présenter l'ensemble des chiffres de la province du Qinghai, et correspond également à la vision du gouvernement tibétain en exil qui revendique ces juridictions comme partie intégrante du Tibet historique. Les chiffres présentés ne tiennent pas compte des membres de l'Armée populaire de libération en service actif.

Les principaux groupes ethniques par région dans le Tibet historique ou « Grand Tibet » (recensement 2000)
Total Tibétains Hans Autres
Région autonome du Tibet : 2 616 329 2 427 168 92,8 % 158 570 6,1 % 30 591 1,2 %
- Juridiction de Lhassa 474 499 387 124 81,6 % 80 584 17,0 % 6 791 1,4 %
- Préfecture de Qamdo 586 152 563 831 96,2 % 19 673 3,4 % 2 648 0,5 %
- Préfecture de Shannan 318 106 305 709 96,1 % 10 968 3,4 % 1 429 0,4 %
- Préfecture de Xigazê 634 962 618 270 97,4 % 12 500 2,0 % 4 192 0,7 %
- Préfecture de Nagchu 366 710 357 673 97,5 % 7 510 2,0 % 1 527 0,4 %
- Préfecture de Ngari 77 253 73 111 94,6 % 3 543 4,6 % 599 0,8 %
- Préfecture de Nyingchi 158 647 121 450 76,6 % 23 792 15,0 % 13 405 8,4 %
Province du Qinghai : 4 822 963 1 086 592 22,5 % 2 606 050 54,0 % 1 130 321 23,4 %
- Juridiction de Xining 1 849 713 96 091 5,2 % 1 375 013 74,3 % 378 609 20,5 %
- Préfecture de Haidong 1 391 565 128 025 9,2 % 783 893 56,3 % 479 647 34,5 %
- Préfecture autonome tibétaine de Haibei 258 922 62 520 24,1 % 94 841 36,6 % 101 561 39,2 %
- Préfecture autonome tibétaine de Huangnan 214 642 142 360 66,3 % 16 194 7,5 % 56 088 26,1 %
- Préfecture autonome tibétaine de Hainan 375 426 235 663 62,8 % 105 337 28,1 % 34 426 9,2 %
- Préfecture autonome tibétaine de Golog 137 940 126 395 91,6 % 9 096 6,6 % 2 449 1,8 %
- Préfecture autonome tibétaine de Yushu 262 661 255 167 97,1 % 5 970 2,3 % 1 524 0,6 %
- Préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi 332 094 40 371 12,2 % 215 706 65,0 % 76 017 22,9 %
Territoires tibétains de la province du Sichuan :
- Préfecture autonome tibétaine et qiang d'Aba 847 468 455 238 53,7 % 209 270 24,7 % 182 960 21,6 %
- Préfecture autonome tibétaine de Garzê 897 239 703 168 78,4 % 163 648 18,2 % 30 423 3,4 %
- Xian autonome tibétain de Muli 124 462 60 679 48,8 % 27 199 21,9 % 36 584 29,4 %
Territoires tibétains de la province du Yunnan :
- Préfecture autonome tibétaine de Dêqên 353 518 117 099 33,1 % 57 928 16,4 % 178 491 50,5 %
Territoires tibétains de la province du Gansu :
- Préfecture autonome tibétaine de Gannan 640 106 329 278 51,4 % 267 260 41,8 % 43 568 6,8 %
- Xian autonome tibétain de Tianzhu 221 347 66 125 29,9 % 139 190 62,9 % 16 032 7,2 %
Total pour le Tibet historique ou « Grand Tibet » :
Avec Xining et Haidong 10 523 432 5 245 347 49,8 % 3 629 115 34,5 % 1 648 970 15,7 %
Sans Xining et Haidong 7 282 154 5 021 231 69,0 % 1 470 209 20,2 % 790 714 10,9 %

D'après les résultats du sixième recensement national (2010), 3 002 166 personnes résident dans la région autonome du Tibet, soit une hausse de 14,75 % par rapport au recensement de 2000. 90 % d'entre elles sont des Tibétains de naissance. La population tibétaine a connu une croissance démographique annuelle de 1,4 %, soit plus que la moyenne nationale de 0,57 %. Le nombre de résidents par famille a légèrement diminué depuis 2000 : dans les 670 835 foyers du Tibet, on compte 4,23 membres en moyenne, contre 4,75 personnes en 2000[4].

Migration de Tibétains dans d'autres régions[modifier | modifier le code]

Selon une enquête réalisée par l'institut des études tibétaines contemporaines sous l'égide du centre de recherche tibétologique de Chine, nombre de Tibétains ont quitté le Tibet pour d'autres régions à la recherche de nouveaux débouchés. Beaucoup d'entre eux se sont installés dans les grandes villes comme Beijing, Shanghaï, Guangzhou et Chengdu. Ce phénomène est largement passé sous silence par les critiques qui accusent le gouvernement chinois de ne rien faire pour empêcher l'ethnie Han de submerger le Tibet. L'enquête s'est focalisée sur le nombre, la répartition, les métiers et les conditions de vie des Tibétains qui sont installés à Chengdu et dans la ville voisine de Dujiangyan, ainsi que dans les comtés de Shuangliu et de Pixian, qui tous deux sont majoritairement Han. Il ressort de l'enquête que Chengdu vient désormais en 3e position pour le nombre de Tibétains après les préfectures tibétaines de Garzê et de Ngaba[216].

Point de vue du gouvernement tibétain en exil[modifier | modifier le code]

Entre les années 1960 et 1980, de nombreux prisonniers (plus d'un million, selon Harry Wu, le directeur de la Laogai Research Foundation, une fondation américaine financée par la National Endowment for Democracy)[217] ont été envoyés dans des camps de travail (laogai) de la province tibétaine de l'Amdo (Qinghai). Depuis les années 1980, la mise en œuvre de la libéralisation économique et une plus grande mobilité à l'intérieur de la Chine ont entraîné un afflux de Hans au Tibet. Leur nombre réel reste cependant contesté. Le gouvernement tibétain en exil donne le chiffre de 7,5 millions de non-Tibétains dans le Tibet historique, pour 6 millions de Tibétains. Selon lui, c'est la conséquence d'une politique active de submersion démographique du peuple tibétain qui réduit les chances d'indépendance politique du Tibet, en violation de la Convention de Genève de 1946 qui interdit aux puissances occupantes l'installation de colons dans les territoires qu'elles contrôlent[218].

Le gouvernement tibétain en exil conteste les statistiques fournies par le gouvernement chinois au motif qu'elles ne tiennent compte ni des membres de l'Armée populaire de libération en garnison au Tibet, ni de l'importante population flottante de migrants non enregistrés[219],[220]. La ligne ferroviaire Qing-Zang reliant Xining à Lhasa est également un sujet majeur de préoccupation, dans la mesure où elle facilite l'afflux de nouveaux immigrants.

Le gouvernement tibétain en exil cite un article du Quotidien du Peuple publié en 1959 pour affirmer que la population tibétaine a diminué de façon significative depuis 1959. Selon cet article, les chiffres du Bureau national de statistiques de la République populaire de Chine montrent que la population de la région autonome du Tibet était alors de 1 273 969 personnes. Dans les secteurs tibétains du Kham, on comptait 3 381 064 Tibétains. Au Qinghai et dans les autres secteurs tibétains incorporés au Gansu, on comptait 1 675 534 Tibétains. La somme de tous ces chiffres conduisait à une population tibétaine de 6 330 567 en 1959[221]. En 2000, le nombre total de Tibétains dans l'ensemble de ces régions était d'environ 5 400 000 selon le Bureau national de statistiques[222]. Ces chiffres impliqueraient qu'entre 1959 et 2000 la population tibétaine a décru d'environ un million de personnes, soit un déclin de 15 %. Au cours de la même période, la population chinoise a doublé, et la population mondiale a triplé[223]. Cette analyse fournit un argument supplémentaire concernant l'estimation du nombre de morts tibétains durant la période allant de 1959 à 1979. Elle suggère l'existence d'un déficit démographique de la population tibétaine dont les causes et l'évolution temporelle restent à préciser.

Ces chiffres étant plus de deux fois supérieurs à ceux de 1953 et 1964 (d'origine chinoise), respectivement 2,77 et 2,50 millions de tibétains[203], il est possible qu'ils incluent des habitants non tibétains. De son côté, le Kashag évaluait en 1950 la population tibétaine à un peu moins de 3 millions, mais rien n'indique que ce chiffre corresponde à la population totale, et pas uniquement à celle du Tibet central alors menacé par l'avancée chinoise[224]. Il n'en demeure pas moins que les chiffres de source chinoise font apparaître une diminution de la population entre 1953 et 1964, clairement visible sur le graphique présenté au chapitre suivant ; ses causes restent toutefois à déterminer précisément[225],[226].

La question du « Génocide tibétain »[modifier | modifier le code]

Exposé[modifier | modifier le code]

Selon l'Administration centrale tibétaine, plus d'un million deux cent mille Tibétains seraient morts directement ou indirectement du fait de l'occupation du Tibet par la République populaire de Chine entre 1949 et 1979[227],[228],[229]

Dans le cadre du chapitre intitulé « The 'Genocide' Myth Re-examined » de son étude Tibetan Population in China: Myths and Facts Re-examined[229], le démographe Yan Hao (de la Commission du département de planification d'État à l'Institut de recherche économique à Pékin) décortique un tableau dont la source indiquée est le Bureau du Tibet, Droits de l'homme, 1984 (dépendant du gouvernement tibétain en exil) et qui avance le chiffre de 1 278 387 morts tibétains, page 19 « (Table 4 : Distribution of Tibetan deaths directly resulting from China’s invasion, by causes of death and regions (1949–79)) »[230],[231],[232].

Cité par Patrick French, l’historien du droit Warren W. Smith Jr qui a étudié les déficits de croissance de la population, affirme que les statistiques chinoises « confirment les thèses tibétaines d'un nombre massif de morts et réfutent les dénégations chinoises ». Selon ses estimations plus de 200 000 Tibétains « manqueraient » à la population de la Région autonome du Tibet. Le nombre de morts tibétains semble aussi élevé dans les régions du Gansu, du Sichuan et du Qinghai, trois régions où les taux de mortalité au début des années 1960 sont élevés et vérifiables. Si cela est exact, on peut estimer qu'environ un demi-million de Tibétains sont directement morts en raison de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine[233] Concernant la famine en Chine et dans les régions du Tibet, Patrick French indique qu'il n'existe pas de statistique pour le centre Tibet mais il affirme que « la sauvagerie qui présida à la répression de la révolte contre le pouvoir chinois ne permet pas de savoir si les morts ont été provoquées par la faim, par la maladie, par la guerre ou par les persécutions ».

Par contre des statistiques existent pour les 3 autres provinces chinoises partiellement tibétaines. Ainsi, si pendant la période 1959-1962 (comparé aux données des années 1956-1958) le taux global de mortalité augmenta de 115 %, celui des 3 provinces augmenta en moyenne de 233 %[234]. Ce chiffre est estimé d'après un calcul de Warren W. Smith Jr[235], basé sur les recensements du Tibet montrant 200 000 Tibétains « manquants » au Tibet, nombre que les Chinois attribuent à la famine qui causa plus de 20 millions de morts en Chine après le Grand Bond en avant[236].

Critiques et réfutations[modifier | modifier le code]

En 2003 dans son livre Tibet, Tibet, une histoire personnelle d'un pays perdu, l'écrivain et journaliste anglais Patrick French remet en cause le nombre de 1 200 000 morts tibétains. Ayant été autorisé à consulter les données brutes et à vérifier leur traitement, il constata que celles-ci, obtenues à partir du témoignage de réfugiés, ne permettaient pas d'obtenir le chiffre total annoncé. En lieu et place de noms, French ne trouva que « des chiffres insérés de façon apparemment aléatoire dans chaque rubrique et dupliqués de façon systématique, incontrôlée », par exemple un même affrontement armé, relaté par cinq réfugiés différents, se retrouvait comptabilisé cinq fois. De plus, il s'aperçut que sur les 1,1 million de morts comptabilisés, il n'y avait que 23 364 femmes, ce qui impliquait la disparition de 1,07 million des 1,25 million de Tibétains du sexe masculin, une impossibilité. Le livre de French a été critiqué par Jamyang Norbu[237], un écrivain tibétain en exil considéré comme la voix persistante de l'indépendance du Tibet[238].

Le chiffre de 1,2 million de morts est récusé par le démographe chinois Yan Hao qui affirme que les chiffres sont exagérés et que les évaluations données par le gouvernement tibétain en exil reposent en partie sur des sources fabriquées[239]. Toutefois l'analyse présente un oubli. Lorsqu'il tente de dénombrer le nombre de morts lors des combats, Yan Hao indique qu'au « Tibet politique » (la future région autonome) : « la résistance atteignit son apogée en 1959, mais le soulèvement fut surtout confiné à Lhassa et il fut maté par l'armée populaire de Chine en deux jours. La résistance organisée ne s'est poursuivie ailleurs que pendant un autre mois ». Or la guérilla Kampa a perduré pendant de nombreux mois, Yan Hao n'évoque pas celle-ci[240].

La thèse du génocide physique est rejetée également par l'universitaire Barry Sautman, qui met en avant l'absence de données vérifiables : « Les chiffres employés régulièrement par les milieux exilés ne reposent sur aucune base. Ils avancent le chiffre de 1,2 million de Tibétains morts à partir des années 1950 jusqu'aux années 1970, mais sans donner aucune source. En tant que juriste, je n'accorde aucun crédit à des statistiques non étayées par des données, par des sources visibles »[241].

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie du Tibet est peu développée. Les principales activités sont l'élevage du mouton, de la chèvre et du yack, la culture des céréales (dans les vallées du Sud et du Sud-Est) et l'exploitation du bois (dans le Sud). Le tourisme, bien qu'encore encadré, représente une part importante de l'économie.

Développement[modifier | modifier le code]

Dans le Tibet d'avant 1950, selon le philosophe et écrivain slovène Slavoj Žižek, l'élite dirigeante empêchait tout développement de l'industrie par crainte d'une disruption de la société, à telle enseigne que tout métal devait être importé d'Inde[242].

Selon le journal Libération, ce qu'il appelle « la présence chinoise au Tibet » n'est pas désintéressée d'un point de vue économique en ce qui concerne :

  • les matières premières minières : le Tibet « est surtout riche par son sous-sol, truffé d'or, de cuivre, et de plomb. », rappelle le quotidien[243].
  • les ressources hydrauliques : « S'y ajoutent les fleuves himalayens, prometteurs en barrages hydroélectriques et en eau. La Chine, avec ses 7 % des ressources de la planète pour un quart de la population est obsédée par l'eau », poursuit Libération[243].

L'industrie a commencé à apparaître à la fin des années 1950 avec l'ouverture de plusieurs usines à Lhassa. Vers 1980, l'économie tournait autour du tourisme et de la transformation des produits agricoles. À la fin du XXe siècle, la croissance industrielle s'est poursuivie de façon graduelle mais le Tibet reste la province la moins prospère de Chine[244].

L’industrie minière en est encore à ses débuts. L’effort a d’abord porté sur la localisation des ressources minérales, notamment le chrome, le cuivre, l’or, le plomb, le zinc, le sel, le charbon, le pétrole. L’exploitation de ces ressources a commencé et se fait dans le cadre de l’économie de marché et au moyen de fonds disponibles sur place ou provenant de l’extérieur de la région. En 2006, la R.A.T. a extrait 1 500 tonnes de borax, 16 000 tonnes de boromagnésites et des centaines de milliers de tonnes de chromites. L’extraction minière ne représente toutefois que 4 % du produit annuel brut du Tibet[245].

Selon Les Échos, la croissance a largement profité aux Hans venus s'installer au Tibet et « À l'écart d'une petite classe moyenne tibétaine, travaillant avec les décideurs hans, la majorité des Tibétains n'aurait que peu profité de cette croissance chinoise et vivrait encore dans une grande misère[246]. »

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme au Tibet.

Après s'être ouverte aux touristes étrangers en 1979, la Région autonome du Tibet en reçut 300 en 1980, 2 000 en 1984 et 28 000 en 1994[247]. En 2004, le chiffre grimpa à 1,1 million de visiteurs[248], en 2005 à 1,6 million et en 2007 à 4 millions[249], dont 90 % étaient chinois. En raison des événements de mars 2008 et de leurs séquelles, le chiffre est descendu à quelque 2,2 millions[250]. Entre janvier et juillet 2009, plus de 2,7 millions de touristes ont visité la région, soit trois fois plus que durant la même période de 2008, a indiqué le Quotidien du Tibet[251], pour un revenu de 2,29 milliards de yuans[252]. En 2010, la région a accueilli 6,85 millions de touristes chinois et étrangers, dégageant des revenus de 7,14 milliards de yuan (11 milliards de dollars), soit 14 % de son produit domestique brut[253]. Alors que plusieurs Tibétains se sont immolés la Chine a décidé de fermer la région autonome aux touristes étrangers en mai 2012[254]. Cependant, les touristes en région autonome étant principalement chinois, la mesure n'aura pas de grandes répercussions sur l'industrie touristique[255]. Pour l'année 2012, à la date du 30 novembre, la région autonome du Tibet avait reçu 10,34 millions de visiteurs venant d'autres régions de Chine ou de l'étranger, contre 8,69 millions en 2011. Près de 300 000 personnes sont employées dans le secteur touristique régional[256].

Selon Jim Underwood, qui a travaillé dans le secteur de la construction rurale au Tibet, le tourisme dans la région peut être perçu comme une influence positive pour la pérennité de l'architecture traditionnelle dans la mesure où les touristes viennent pour découvrir cette architecture. Les divers corps de métier ne peuvent que profiter de la réhabilitation des bâtiments anciens[257].

Désenclavement[modifier | modifier le code]

Liaison ferroviaire directe Pékin-Lhassa[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne ferroviaire Qing-Zang.
Ligne ferroviaire Qing-Zang (2007).

Le 1er juillet 2006, Hu Jintao inaugure le premier train pour Lhassa à la gare de Golmud, dans la préfecture autonome mongole et tibétaine de Haixi de la province du Qinghai. Cette nouvelle ligne ferroviaire relie désormais le Tibet au reste de la Chine, mettant Pékin à deux jours de train[258]. Grâce à elle, 4 561 km sont franchis pour environ 80 Euros. Elle devrait, à ce que dit le gouvernement chinois, favoriser l'intégration économique, le développement économique et touristique de la région autonome du Tibet, mais, d'après les anciens prisonniers tibétains du Gu-Chu-Sum cités par le journaliste Bruno Philip, accélérer la sinisation du Tibet[259].

Pour le gouvernement régional, le chemin de fer va réduire de plus de la moitié le coût d'acheminement des marchandises dans la région. Deux trains de marchandises quotidiens doivent apporter à Lhassa pour 7,5 millions de tonnes de fret chaque année. Le président de la région autonome, Champa Phuntsok, a déclaré que de nouveaux tronçons étaient à l'étude entre Lhassa et les autres villes de la région, y compris aux frontières[260]. La chanteuse tibétaine Han Hong a composé une chanson intitulée « La Voie du ciel » (天路, tian lu en chinois mandarin), qui décrit cette ligne de chemin de fer, qu'elle nomme le « Dragon de fer ». Elle rappelle l'ouverture qu'elle va donner au plateau du Tibet, cette région enclavée, sur le reste du monde, et ses bienfaits pour la population (apports de ressources vitales), comme pour le reste du monde (découverte de la culture et de l'accueil tibétains)[261]. Cette chanson est également interprétée en tibétain par la chanteuse tibétaine Basang (巴桑, bāsāng)[262] sur un album portant le nom de la chanson.

Façade de la gare ferroviaire de Lhassa.

Pour Gregory Clark, ancien responsable au Ministère australien des affaires étrangères et vice-président de l'université internationale Akita, si l'établissement de cette ligne ferroviaire de 1 142 km de long à 5 000 m d'altitude est un péché, faut-il pour autant laisser les Tibétains à jamais confinés dans un isolement rétrograde[263] ?

Les exilés tibétains craignent que cette ligne ne favorise une migration en provenance du reste de la Chine (notamment de l'ethnie han majoritaire) et qu'elle n'amène les Tibétains à devenir minoritaires dans leur région. Ils craignent également que le gouvernement chinois n'utilise la ligne pour renforcer sa présence militaire au Tibet, et qu'il n'augmente l'exploitation des ressources naturelles avec tous les risques que cela représente pour l'environnement fragile du Tibet[264].

L’Inde, pays voisin de la Chine, considère cette ligne de chemin de fer avec inquiétude en raison des implications militaires et du renforcement potentiel de l'armée chinoise, déjà importante au Tibet, y compris dans sa capacité à déployer des armes nucléaires tactiques[265].

Lors de l’ouverture de la voie de chemin de fer, le dalaï-lama demandait aux Tibétains d’attendre pour évaluer le bénéfice ou les nuisances qu'elle pourrait apporter. Il accueillait favorablement la voie ferrée « à la condition qu’elle bénéficie à la majorité des Tibétains ». Mais, fin janvier 2007, il affirma que Pékin utilisait la nouvelle liaison ferroviaire pour inonder le Tibet de mendiants, de prostituées et de sans-emploi, mettant en danger la survie de la culture et des traditions tibétaines[266],[267].

Extension Lhassa-Shigatse[modifier | modifier le code]

Depuis septembre 2010, une extension de la ligne ferroviaire Qing-Zang jusqu'à Shigatse est en cours de construction et devrait être achevée d'ici 2015 selon la commission de développement et de réforme régionale. Longue de 253 kilomètres, cette extension traversera cinq comtés. Elle est conçue pour transporter 8,8 millions de tonnes de fret annuellement et permettre aux trains de rouler à la vitesse minimale de 120 km/h[268].

Aéroports[modifier | modifier le code]

Salle d'embarquement de l'aéroport de Gonggar (2011).

Le premier aéroport à être construit au Tibet fut celui de Damxung en 1956. En 2011, la région autonome compte cinq aéroports civils : Lhassa Gonggar (aéroport domestique et international desservant la ville de Lhassa) ; Chamdo Bamda (dans la préfecture de Chamdo) ; Nyingchi (dans le sud-est de la région autonome) ; Shigatse (dans le comté de Jangdan, dans la préfecture de Shigatse), et Ngari Gunsa (dans la préfecture de Ngari)[269].

Le transporteur Tibet Airlines, sis à Lhassa, est en train de créer un réseau régional couvrant l'ensemble des aéroports civils de la région autonome[270].

Infrastructure routière[modifier | modifier le code]

À la date de 2003, 41 302 km de routes avaient été construits. La région possédait cinq nationales, quatorze régionales et six qui s'entrecroisent. En plus des 3 200 km de routes asphaltées, il y avait désormais 32 195 km de voies rurales reliant quelque 683 communes et 5 966 villages[271].

Le 15 janvier 2009, la Chine avait annoncé la construction de la première autoroute du Tibet, un tronçon de 37,9 kilomètres de route dans le sud-ouest de Lhassa. Le projet devait coûter 1,55 milliard de yuans (227 millions de dollars)[272]. Ouverte en juillet 2011, cette autoroute relie Lhassa à l'aéroport de Gonggar dans la préfecture de Shannan. Elle a 4 voies et un éclairage d'origine solaire[273]. Il y a 216 478 automobiles au Tibet en 2011[274].

Statut du Tibet : état de la question[modifier | modifier le code]

Selon le droit international[modifier | modifier le code]

Le monde en 1945, Carte des Nations unies[275]. Cependant, cette présentation ne reflète nullement l’expression d’une opinion du secrétariat de l’ONU sur le statut légal d’un pays ou territoire[276].
Territoires dans la liste des pays et territoires à décoloniser publiée en 2008 par l'ONU:
  •      actuellement
  •      qui y ont figuré

Selon le linguiste et philosophe américain Noam Chomsky (1967), le Tibet a été reconnu internationalement comme étant une région de la Chine. Ce statut a été accepté par l'Inde ainsi que par la Chine communiste et la Chine nationaliste et n'a jamais été remis en question officiellement par les États-Unis[277].

Ainsi que le signale Martine Bulard, journaliste au Monde diplomatique, responsable de l’Asie, le Tibet n'a jamais été répertorié par les Nations unies comme « pays à décoloniser », que ce soit avant ou après 1971, date de l'entrée de la République populaire de Chine au sein de cette organisation internationale, et aucun pays n'a reconnu à ce jour le gouvernement tibétain en exil[278]. Dans la liste des pays et territoires à décoloniser publiée en 2008 par l'ONU, le Tibet n'est pas mentionné, et la Chine n'est pas citée au nombre des « puissances administrantes »[279].

Selon le Ministère des affaires étrangères du Gouvernement Jean-Pierre Raffarin, en accueillant la République populaire de Chine en son sein en 1971, l'ONU n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet, souveraineté qui est admise par tous les États ayant noué des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine depuis 1949[280],[281].

Cependant, à ce jour, le peuple tibétain n’a jamais été consulté sur le statut du Tibet. Selon le droit international, à ce qu'affirme la Commission internationale de juristes, il bénéficie d’un droit à l’autodétermination qu’il n’a pas encore exercé. Selon elle, un référendum sur le futur statut de la région contribuera à résoudre le conflit politique au Tibet[282].

Pour Barry Sautman, qui fait état de « la non reconnaissance, par les États et les organisations internationales, aussi bien de l'ancien Tibet que du gouvernement tibétain en exil », il n'existe pas, en droit international, de « droit à l'indépendance », à la sécession, pour une quelconque partie d'un pays[283].

L'ONU a défini en 1960 les limites et les conditions de l'application du droit à l'autodétermination nationale et mais ne les jugea pas pertinentes lors de ses appels au respect du droit du peuple tibétain à l'autodétermination.

Selon la Chine[modifier | modifier le code]

Argument historique[modifier | modifier le code]

Les cinq langues de la dynastie Mandchoue des Qing (palais d'été à Chengde) : de gauche à droite, caractères mandchous, ouïghours, chinois, tibétains et mongols.

La République populaire de Chine souligne que les relations entre la Chine et le Tibet sont anciennes et remontent au XIIe siècle : c'est ainsi, par exemple, que la majorité des bâtiments impériaux chinois comportent depuis plusieurs centaines d'années les cinq principales écritures que sont les sinogrammes, le mandchou, le mongol, l'ouïghour et le tibétain, une habitude qui semble dater de la dynastie mandchoue des Qing. En 1260, le Mongol Kubilai Khan s’installe à Pékin, fonde la dynastie Yuan à la façon chinoise et lui-même devient empereur de Chine[284]. À cette époque là, le Tibet est incorporé dans l’Empire du Grand Khan, qui s'étend au-delà de la Chine jusqu'à la Mandchourie et au lac Baïkal. La dynastie Ming (1368-1644) hérite de la dynastie Yuan le pouvoir d'administration du Tibet[285].

Carte de la République de Chine, 1914.

En 1722, l'empereur Kangxi de la dernière dynastie Qing institue le Yonghegong de Pékin comme temple tibétain. L'empereur Qianlong fait construire un palais tibétain au Palais d'été de Pékin et des monastères tibétains à Chengde, dont en 1771 le Putuo Zongcheng qui est une réduction du Palais du Potala de Lhassa. La dynastie Qing (1644-1911) affirme également sa souveraineté sur le pays, en laissant à Lhassa deux ministres (Amban) et une petite garnison[286]. En 1846, les missionnaires français Évariste Huc et Joseph Gabet sont expulsés du Tibet sur ordre de l'Amban[287].

La chute de la dynastie Qing en 1911 va cependant bouleverser la donne : ainsi, le lien personnel unissant l'empereur mandchou au dalaï-lama étant de facto supprimé, les liens entre les deux pays seraient, selon certains, rompus. En 1913, la République de Chine ne manifeste aucune considération pour la proclamation de l'indépendance du Tibet par le 13e dalaï-lama et ne réagit pas. Elle récuse la Convention de Simla de 1914 qui divise la région peuplée par les Tibétains en un Tibet externe autonome administré par le gouvernement du Tibet et un Tibet interne où seule l'autorité spirituelle du dalaï-lama serait reconnue, les deux étant sous suzeraineté chinoise et l'appartenance du Tibet à la Chine est également reconnue[288]. Dans la relation internationale, le Tibet reste une province chinoise[289],[290].

Argument politique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Servage et esclavage au Tibet.

Le gouvernement chinois affirme être retourné au Tibet en 1949 afin de libérer le pays des « impérialistes étrangers »[291],[292] et son peuple vivant sous la domination d'une oligarchie et d'une théocratie féodales. Par exemple, avant la prise de pouvoir des communistes, le servage était légal et pratiqué au Tibet[293], et les aristocrates et religieux tibétains possédaient 95 % du territoire[294].

Les autorités chinoises affirment que la liberté religieuse est de nouveau assurée depuis 1983[295].

Les Tibétains, comme les autres ethnies (appelées « nationalités » en Chine) minoritaires, bénéficient d'une discrimination positive[296] Par exemple, les étudiants appartenant à l’ethnie tibétaine ont des bonus pour rentrer à l'université[297],[298], les travailleurs appartenant à l’ethnie tibétaine sont prioritairement recrutés par les établissements publics par rapport à ceux de l'ethnie Han[299]. Pourtant, Robert Barnett fait remarquer que selon les statistiques officielles, 97 % de la population est tibétaine dans la région autonome, alors que seul un écolier sur trois est tibétain dans l'éducation secondaire et supérieur, ce qui suggère une inégalité dans l'accès à l'éducation des enfants tibétains[300].

Le Tibet est la seule région de la Chine qui bénéficie des soins gratuits[301] et d'une éducation primaire gratuite avec le logement et la nourriture gratuits, cette éducation est bilingue[302],[303]. Pour Robert Barnett, les affirmations selon lesquelles l'éducation est gratuite se sont avérées inexactes. En effet, des droits d'inscription et des frais scolaires de plus en plus élevés ont été instaurés par les gouvernements locaux dans l'ensemble du Tibet, comme en Chine[300].

Arguments économiques et sociaux[modifier | modifier le code]

Le développement économique du Tibet mené depuis des dizaines d'années par la Chine a permis de désenclaver le pays, notamment grâce à la construction de routes, de voies ferrées et d'aéroports[304], qui favorisent le développement du tourisme[305], de l'industrie et du commerce dans la région autonome du Tibet.

Le Tibet a bénéficié de la création d'infrastructures modernes et d'une amélioration des services de santé. Selon les chiffres officiels chinois, la population a presque triplé entre 1953 et 2000[306].

Le correspondant du quotidien économique français Les Échos note en mars 2008 que « Depuis sa « libération » par la Chine, la région a enregistré un recul de la mortalité infantile et de l'analphabétisme ainsi qu'une hausse de l'espérance de vie. » De même, « Les experts indépendants admettent que le PIB du Tibet a doublé entre 2002 et 2007 et que sa croissance annuelle dépasserait régulièrement les 12 %. »[307].

Argument géopolitique[modifier | modifier le code]

La Chine considère le Tibet comme une région stratégique pour sa sécurité[308]. Certains considèrent cette présence comme défensive, le Tibet étant « Un immense désert qui fait office de bouclier contre l'Inde, puissance aujourd'hui menaçante » selon le quotidien français Libération[243]. D'autres, y voient une position potentiellement plus offensive. Pour le géopolitologue Aymeric Chauprade, « celui qui tient le Tibet peut déferler sur la Chine, l'Inde, le Xinjiang et la Mongolie intérieure »[309].

Selon le gouvernement tibétain en exil et des tibétologues[modifier | modifier le code]

Le gouvernement tibétain en exil considère la présence chinoise comme une occupation étrangère ayant débuté lors de ce qu'il appelle l'invasion de 1950-1951 par l'armée populaire de libération. Il accuse la politique de la Chine d'avoir été responsable de la mort de 1 200 000 Tibétains, de pratiquer un transfert massif de population Han et de détruire la culture tibétaine, induisant une sinisation culturelle et démographique du Tibet. Depuis 1979, le 14e dalaï-lama ne demande plus l'indépendance, mais une autonomie réelle pour l'ensemble des régions de population tibétaine[310].

Résolutions de l'Assemblée générale des Nations unies[modifier | modifier le code]

Teneur des résolutions[modifier | modifier le code]

L'assemblée générale de l'ONU a adopté 3 résolutions[311],[312] condamnant les violations des droits fondamentaux et des libertés du peuple tibétain, les coups portés à sa culture et sa religion, ceci en 1959 (résolution 1353 (XIV)[313]) et en 1960 (résolution 1723 (XVI)[314]). Dans cette 2e résolution, le droit à l'autodétermination du peuple tibétain est mentionné explicitement. Enfin, la dernière résolution en date, celle de 1965 (résolution 2079 (XX)[315]), fait référence aux précédentes dont elle reprend les thèmes mais sans mention explicite à l'autodétermination. La Chine n'est pas désignée explicitement dans ces Résolutions. Selon Jean-Claude Buhrer, écrivain et journaliste, les 3 résolutions de l’Assemblée générale demandaient la reconnaissance du droit à l’autodétermination des Tibétains et le respect de leurs droits fondamentaux[316].

Contexte historique et portée des résolutions[modifier | modifier le code]

Ces résolutions votées par l'Assemblée générale sont de simples recommandations, elles ne sont pas juridiquement contraignantes. De plus, comme elles ont été adoptées alors que la République populaire de Chine ne faisait pas partie de l'ONU, ce pays n'a pas pu participer aux débats et de ce fait ne reconnaît pas ces résolutions[317]. Depuis 1965, celles-ci n'ont jamais été reconduites, et lors de l'admission de la Chine à l'ONU, en 1971, il n'en a pas été tenu compte. Selon le Ministère des affaires étrangères de la France, en accueillant la République populaire de Chine en son sein en 1971, l'ONU n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet, souveraineté qui est admise par tous les États ayant noué des relations diplomatiques avec la République populaire de Chine depuis 1949[318].

Selon Bhaskar Vyas et Rajni Vyas, « après la résolution de l'ONU de 1965 et la confirmation internationale du génocide », on espérait que la Chine, sous l'effet de la honte se conformerait au moins à l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet, dans un esprit réaliste et appliquerait une autonomie authentique. Même si les résolutions de l'ONU ne changèrent rien dans les faits, la Chine prit conscience qu'elle devait s'occuper de cette question[319].

Société[modifier | modifier le code]

Droits de la personne au Tibet[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Droits de l'homme au Tibet.

Prostitution[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prostitution au Tibet.

Selon le gouvernement tibétain en exil, la prostitution en tant qu'industrie était pratiquement inexistante avant l'occupation chinoise du Tibet[320]. Selon l'Association des femmes tibétaines en exil, « Dans le passé, au Tibet, il n'y avait pas de bordels »[321] Le juriste tibétain Lobsang Sangay reconnaît l'existence de la prostitution avant l'arrivée des Chinois, mais il affirme que le phénomène était minime par rapport à son extension actuelle[322].

Selon l'écrivain britannique Christopher Hale, du fait de la pratique de la polyandrie, beaucoup de femmes ne trouvaient pas de mari et gagnaient villages et villes, où elles tombaient dans la prostitution. Leur clientèle : les caravaniers qui traversaient le plateau du Tibet, mais aussi les monastères[323]. Selon Teresa M. Bentor, depuis les années 1980, la prostitution en République populaire de Chine, bien qu'officiellement illégale, se développe à nouveau[324]. Selon le sociologue et historien des religions Frédéric Lenoir, les quartiers commerçants traditionnels de Lhassa, le chef-lieu de la région autonome du Tibet, laissent place aux bars, karaokés, salles de jeux et maisons closes. Ainsi Lhassa compterait plus de 300 maisons closes en 2008[325]. Ces établissements sont situés dans l'île de Jamalinka ou dans le quartier du Shol, à proximité du Palais du Potala.

Pour le juriste Barry Sautman, « les émigrés essaient d'attribuer les "vices" rencontrés dans les villes du Tibet aux effets culturels nocifs de la présence Han. Lhassa, comme bien d'autres villes de par le monde, abonde de lieux où sévissent prostitution, jeu et drogue. Le directeur de Campagne internationale pour le Tibet se déclare « inquiet du fait que de plus en plus de jeunes Tibétains sont exposés à la tentation des pires aspects de la culture chinoise ». Pourtant, ajoute Sautman, « aucun de ces vices n'est particulièrement "chinois". Le billard est une invention occidentale, le karaoké est originaire du Japon, et la prostitution et la drogue sont universelles. Interrogé à propos des discothèques et boîtes de nuit de Lhassa, le vice-président de la région autonome du Tibet les qualifie de partie intégrante du "mode de vie occidental", ajoutant qu'elles contribuent à la diversité des cultures tibétaine et han telles qu'elles s'expriment localement, mais que les autorités ne manquent pas de dénoncer jeu et prostitution et de lancer des raids pour débarrasser la R.A. du Tibet de ces vices ». Sautman affirme que « les "vices" au Tibet dénoncés par les émigrés sont pour la plupart d'entre eux également présents dans des centres religieux comme Dharamsala et Kathmandou et même ne sont pas rares chez les moines bouddhistes de certains pays »[326].

En 2003, le Centre tibétain pour les droits de l'homme et la démocratie, une ONG dont le dalaï-lama est le mentor[327], avance une estimation de 7 000 filles tibétaines dans 1 000 bordels à Lhassa en l'an 2000, et dénonce le manque d'hygiène et de mesures de protection, l'arrivée de prostituées de Chine continentale où le SIDA serait plus répandu, l'absence de programme d'éducation préventive et l'absence de dépistage[328].

Santé[modifier | modifier le code]

Moines à Shigatse.
Jeune moine à Labrang.
Maisons traditionnelles du Kham.

Hygiène[modifier | modifier le code]

Selon Michael Taylor, Évariste Huc, qui se rendit à Lhassa en janvier 1846, les rues de la ville étaient propres, tout du moins quand il ne pleuvait pas[329].

Selon Victor et Victoria Trimondi, jusqu'au milieu du XXe siècle, Lhassa fut une des villes les plus sales au monde, ainsi que le rapportent nombre de voyageurs européens dans leurs mémoires. On jetait les détritus dans la rue, on laissait pourrir les charognes dans les lieux publics mais surtout, comme il n'y avait pas de toilettes dans les maisons, les habitants se soulageaient à l'extérieur. La puanteur était telle que les nobles portaient un mouchoir à leurs narines lorsqu'ils sortaient de chez eux[330]. Pourtant Robert Barnett indique qu'il existait des toilettes traditionnelles â double évacuation. L'une fonctionnait pendant 6 mois pendant que l'autre était bouchée, ainsi les excréments pouvaient se décomposer. Puis la fosse était vidée et son contenu servait d'engrais dans les champs. Ce dispositif a été utilisé au Tibet pendant des générations. En 1992 un projet de construction d'égout à échoué, alors que l'ancien dispositif avait été démoli[331].

Lors des fêtes du Nouvel An, début mars, « toute la ville est toilettée » et acquiert une réputation de propreté, « ce qui n'est pas son état normal », rapporte l'Autrichien Heinrich Harrer, à la fin des années 1940[332]. Comme il n'y avait pas de toilettes, déclare-t-il, on peut « imaginer l'état de Lhassa lors des fêtes du Nouvel An où il y avait 25 000 habitants, 20 000 nomades ainsi que 25 000 moines »[333].

Le moine et intellectuel tibétain Gendün Chöphel avait émis l'idée que l'on construise des toilettes publiques partout et que l'on oblige les familles riches à dépenser la même somme pour construire des toilettes publiques sur leurs domaines que ce qu'ils dépensaient pour leur propre maison[334]. Le gouvernement tibétain chargea Heinrich Harrer et Peter Aufschnaiter de créer un réseau d'égouts[335].

Selon William Montgomery McGovern qui voyagea au Tibet en 1922, les habitants de la vallée de Chumbi, qui sont d'origine tibétaine, et par ailleurs réputés pour leur beauté, étaient connus pour se laver de temps à autre « à la différence des vrais Tibétains, chez qui la saleté [était] une vertu prisée des dieux »[336]. Robert W. Ford (1957), pour sa part, dit des Khampas qu'ils ne prenaient jamais de bain et qu'ils se lavaient rarement le corps. Il note que, pour eux, se soulager en public était aussi naturel que de se moucher le nez, ajoutant que la robe tibétaine avait toutefois l'avantage de tout cacher[337].

Selon le zoologue Ernst Schäfer, qui séjourna au Tibet en 1939 et que cite Christopher Hale : « les femmes tibétaines sont très fertiles et donnent souvent naissance à une douzaine d'enfants. Toutefois, en raison du manque d'hygiène, le taux de mortalité des enfants est énorme. »[338]. Selon l'association AMCHI (en), au Tibet, l’hygiène n’était pas une préoccupation majeure en raison de la qualité de l’atmosphère et des basses températures, mais aussi des difficultés à trouver de l’eau. Si le manque d’hygiène n’était pas systématiquement un problème au Tibet, il devint plus préoccupant pour les réfugiés tibétains exilés dans le sud de l’Inde confrontés au climat tropical, car ils avaient conservé cette habitude[339].

Assainissement[modifier | modifier le code]

La première usine de traitement des eaux usées a été construite à Lhassa en 2011. Elle est conçue pour traiter 50 000 tonnes d'eaux usées par jour. Avant 2011, les eaux usées de la ville étaient rejetées sans traitement dans les rivières[81].

Situation sanitaire[modifier | modifier le code]

Des documents historiques font état de plusieurs épidémies ayant frappé la ville de Lhassa dans les années 1920-1930 : la variole en 1925, qui fit 7 000 victimes, la fièvre typhoïde en 1934 puis en 1937, qui tua plus de 5 000 personnes[340].

Séjournant au Tibet central dans les années 1940, l'Autrichien Heinrich Harrer se prend à rêver de l'amélioration de la situation médicale et sanitaire du pays[341]. Il place la durée moyenne de vie à trente ans seulement chez les Tibétains en raison d'une mortalité infantile élevée[342]. Les maladies vénériennes sont très courantes, nous apprend-il, et soignées trop tard[343]. Selon Harrer, les Tibétains ne prêtent d’ordinaire aucune attention à la maladie chez les adultes[344].

L'opérateur radio britannique, Robert W. Ford, qui séjourna également au Tibet à la même époque, rapporte que les maladies vénériennes (syphilis et gonorrhée) étaient monnaie courante dans tout le Tibet, en particulier dans le Kham. Des adultes, voire des bébés, venaient le consulter dans l'espoir d'un traitement mais il était contraint de les éconduire. Les Khampas ignoraient comment ces maladies se transmettaient, ayant été amenés à croire que toute maladie était causée par des esprits malins. Leur parler de transmission par des microbes était impossible[345]. Les marchands tibétains, pour leur part, allaient se faire soigner en Inde chaque trimestre, lorsqu'ils allaient y acheter des denrées alimentaires[346]. À la fin des années 1940, alors qu'il est à Chamdo, non loin de la frontière chinoise, le même Robert Ford écrit qu'il était devenu un cavalier très prudent car il se trouvait si éloigné de toute assistance médicale qu’une jambe cassée eût signifié la mort ou au moins une infirmité à vie[347].

Dans son étude historique Lhasa, the Open City: A Journey to Tibet (1976), l'écrivain Han Suyin, en tant que médecin, rappelle plusieurs préjugés ayant cours dans l'ancien Tibet, comme l'autodafé des mères qui accouchaient de jumeaux, triplés, quadruplés, etc., naissances qui étaient considérées comme étant la punition de graves péchés ainsi qu'un signe de très mauvais augure qu'il fallait éradiquer sur le champ. Également l'obligation faite aux Tibétaines d'accoucher dans l'étable et d'y rester pendant la prétendue période de purification, pratique qui se soldait souvent par l'infection et la mort de la parturiente[348].

À la fin des années 1990, Wangdu, un ancien moine tibétain devenu un militant du VIH/SIDA s’est engagé dans la lutte contre le VIH/SIDA, travaillant avec des institutions australiennes, le AusAID, puis le Burnet Institute, impliquées dans la prévention à Lhassa, notamment auprès des prostituées, et des écoles. Il était chef de projet du Burnet Institute, qui mène depuis 1999 un programme d’éducation sur le VIH/SIDA au Tibet pour les groupes à risque : les prostituées dans les bars et les bordels[349]. Wangdu a été arrêté le 14 mars 2008 à son domicile à Lhassa, par le Bureau de sécurité publique au moment des manifestations à Lhassa, auxquelles il n’a pas pris part. Le 27 octobre 2008, il a été condamné à la prison à vie par la cour populaire intermédiaire de Lhassa[350]. Wangdu ainsi que 6 autres Tibétains, a été accusé d’espionnage et de transfert d’information à l’étranger[351],[352]. Selon le TCHRD, fin février 2012, Wangdu a été hospitalisé à l'hôpital militaire de Lhassa et gardé par trois policiers. Une de ses mains est cassée et son crâne rasé. Ses blessures proviennent vraisemblablement de coups reçus en prison[353].

Médecine traditionnelle[modifier | modifier le code]

La médecine tibétaine traditionnelle est une des plus anciennes médecines au monde. Elle utilise jusqu'à deux mille types de plantes et cinquante minéraux. Une des personnalités clé dans son développement fut le médecin Yutok Yonten Gonpo (VIIIe siècle), qui a écrit les Quatre tantras médicaux, l'ouvrage fondateur de la médecine traditionnelle tibétaine, intégrant différents éléments des médecines de Perse, d'Inde et de Chine. Cet ouvrage fut ensuite modifié et complété par les générations suivantes, et notamment par le 13e descendant de Yutok Yonten Gonpo, Yuthok Sarma Yonten Gonpo, qui y ajouta 18 ouvrages médicaux. Un de ses livres comporte des tableaux dépeignant la remise à l'état initial d'un os cassé ou des images anatomiques d'organes internes.

Au XVIIe siècle, le 5e dalaï-lama et son régent Sangyé Gyatso fondèrent L'ancienne école médicale tibétaine de Chakpori[354] situé sur la colline de Chakpori près de Lhassa[355],[356].

En 1916 le 13e dalaï-lama, fonda l'Institut de médecine et d'astrologie tibétaine (Men-Tsee-Khang)[357] et en nomma directeur Khyenrab Norbu directeur du Collège médical de Chakpori, et du Men-Tsee-Khang[358]. Créé en 1977, l'Institut de médecine tibétaine de Lhassa a un service de consultation externe et un service d'hospitalisation, un centre d'enseignement d'astrologie médicale, un atelier de préparations médicales, un musée abritant des tankas médicales[359].

En 2007, un Institut de recherche sur la médecine tibétaine a été établi dans la région autonome du Tibet. Il est chargé de mener à bien 17 projets de recherche. Fin 2007, il y avait 14 instituts de médecine tibétaine ainsi que plus de 60 départements de médecine tibétaine dans les hôpitaux des comtés. L'administration d'État de la médecine tibétaine a publié un « Nouvel Abrégé de médecine tibétaine » et un « Dictionnaire de la médecine tibétaine »[360].

Médecine magico-religieuse[modifier | modifier le code]

Selon l'anthropologue et ethnologue russe G. Ts. Tsybikoff (1904), quand les Tibétains sont malades ils préfèrent prendre des grains d'orge bénis par des lamas ou des devins ou faire dire des prières de guérison plutôt que de recourir à la médecine. Les médicaments sont importés d'Inde[361].

Cette médecine savante qu'est la médecine tibétaine traditionnelle a, selon l'anthropologue et tibétologue Fernand Meyer, « toujours coexisté au Tibet avec d'autres pratiques thérapeutiques, populaires ou spécialisées, empiriques ou magico-religieuses, susceptibles d'offrir un recours contre la maladie non isolée des catégories plus générales du mal, de l'infortune et du malheur. Rester en bonne santé ou guérir continue de relever autant, sinon davantage, de la religion organisée ou populaire : pacification des passions, accumulation de mérites, prières et rituels individuels ou collectifs, rapports harmonieux avec les divinités de l'environnement naturel, etc., que de la science médicale [...]. »[362].

La médecine tibétaine bouddhique, sa philosophie, son histoire, sa cosmologie, ses traitements, son éthique et sa tradition psychiatrique a fait l'objet d'une étude menée par Terry Clifford, et dont les résultats sont publiés sous la forme d'un livre. La médecine tibétaine, incorporant des méthodes thérapeutiques "magiques" et rationnelles, était renommé dans toute l'Asie centrale si bien que le Tibet était dénommé le "pays de la médecine". Cependant, ce système thérapeutique ancien risque de disparaitre, et lutte pour sa survie en exil. Le communisme chinois a supplanté le bouddhisme tibétain, et si les Chinois ont conservé au Tibet contemporain une partie importante de la tradition médicale tibétaine, ils en ont retiré les aspects religieux et spirituels qui font cependant partie intégrante du système médical tibétain, voire en sont la source et le fondement[363].

Médecine occidentale[modifier | modifier le code]

Le Dr Bo Tsering, qui travailla de nombreuses années comme chirurgien auxiliaire au Tibet. Gyantsé, 1927.

Alex McKay est l'auteur d'un ouvrage sur l'arrivée et la réception de la biomédecine dans la région indo-tibétaine à la fin du XIXe et au début du XXe siècle[364]. Un hôpital britannique a été fondé dans la ville de Gyantsé en 1904. Durant les décades suivantes, les officiers du service médical indien offrirent des traitements aux Tibétains de Gyantsé. Le docteur Robert Steen forma trois Tibétains à la vaccination antivariolique, et le 31 décembre 1905, 1 320 enfants étaient vaccinés à Gyantsé et la région environnante[365]. Plus de 20 membres du service médical indien travaillèrent au Tibet entre 1904 et 1950, à l'époque où s'y trouvaient des diplomates de l'Inde britannique, dont l'Écossais James Guthrie qui gagna la bonne volonté des Tibétains et permit l'avancée de la médecine au Tibet. Il fut en poste à Gyantsé entre 1934 et 1936. Après la Seconde Guerre mondiale, il fut medecin à la mission britannique à Lhassa où il resta jusqu'en 1949 avec sa femme, infirmière[366].

Pour Heinrich Harrer, la politique du gouvernement tibétain à l’égard de la médecine est un chapitre sombre de l’histoire du Tibet moderne. Les seuls médecins qualifiés pour une population de trois millions et demi sont les docteurs de la Légation britannique. Il y aurait de vastes débouchés pour des médecins étrangers mais le gouvernement ne leur permettrait jamais d’exercer, soumis qu’il est à la pression des moines, lesquels détiennent la totalité du pouvoir. Ils critiquent même les dignitaires du gouvernement lorsque ceux-ci font venir le médecin anglais[367]. Durant son séjour, il arrivait à Harrer d'être pris de peur panique à l'idée d'avoir une appendicite dans un pays où la chirurgie était inexistante en dehors du percement des bubons et où la stérilisation des instruments de chirurgie était inconnue[368]. Il attribue cette situation à l'opposition des écoles de médecine au changement. Les doctrines enseignées par Bouddha et ses disciples sont la loi suprême et il n’est pas question d’y toucher[369]. Les dentistes et leurs fraise électrique sont également inconnus à Lhassa[370].

En 1958, selon Dorothy Stein, qui cite des sources chinoises, le Tibet n'avait que 174 lits d'hôpital (soit 0,15 lit par millier d'habitants) ; en 1991, ce chiffre avait été porté à 5 000 (soit 2,3 lits par millier d'habitants)[371]. En 1990, le taux de mortalité était ramené à 7 % tandis que l'espérance de vie passait de 35 ans (au début des années 1950) à 65 ans. Une enquête de 1982 portant sur des enfants de 7 à 17 ans montrait qu'en moyenne les garçons avaient gagné plus de 10 cm de taille et 5 kg et les filles 8 cm et 3 kg par rapport à 1965[372].

Selon une étude effectuée en 1994 et 1995 dans onze comtés de la région autonome du Tibet, la malnutrition y affectait plus de la moitié des enfants âgés de 7 ans ou moins[373]. La cause majeure désignée était la pauvreté[374],[375].

L'étude du Dr Nancy S. Harris publiée en 2001 montre que les enfants souffrant d'un retard de croissance dans la région autonome du Tibet présentent des signes cliniques de malnutrition, ainsi qu'une mortalité et une morbidité élevées[376]. En 1999, le Dr Tsetan Dorji Sadutshang, directeur de l’hôpital Delek à Dharamsala, affirme que les vaccinations sont rares, voire inexistantes, dans les régions rurales du Tibet, une situation qui ne s'améliore que lentement[377].

Médecine chinoise[modifier | modifier le code]

De nos jours, la bile d'ours de la médecine chinoise et d'autres médicaments issus d'animaux sont produits au Tibet[378].

Prison[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Prison au Tibet.

Religion[modifier | modifier le code]

Bön[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bön.

Le terme bön (prononcer beun) désigne trois traditions religieuses tibétaines distinctes, selon le tibétologue norvégien Per Kværne :

  • tout d'abord une religion tibétaine préexistant au bouddhisme et qui est supplantée par celui-ci aux VIIIe siècle et IXe siècle ;
  • ensuite une religion syncrétique qui apparaît au Tibet aux Xe siècle - XIe siècle, époque où le bouddhisme, après une période de décadence, se propagea à partir de l'Inde pour devenir, la foi dominante ;
  • enfin, le vaste corpus de croyances populaires, souvent mal définies, dont la divination, qui ne sont pas d'origine bouddhique et sont communes aux adeptes du bön ou bönpos et aux bouddhistes[379].

Jusqu'à aujourd'hui[Quand ?] le bön a continué à exister comme religion minoritaire.

Bouddhisme tibétain[modifier | modifier le code]

Article détaillé : bouddhisme tibétain.

Le Tibet est l'écrin traditionnel du bouddhisme tibétain, une forme distincte de Vajrayana, qui est aussi relié au Shingon, la tradition bouddhiste au Japon. Le bouddhisme tibétain est non seulement pratiqué au Tibet, mais aussi en Mongolie, en République de Bouriatie, en République de Touva, en République de Kalmoukie et chez les mandchous[380],[381],[382],[383].

L'un des rites funéraires les plus pratiqués par les Tibétains est celui de la sépulture de l'Air, par lequel le corps du défunt est offert aux vautours[384].

Monastères bouddhistes[modifier | modifier le code]

Monastère de Ganden.
Grands monastères et monastères-forteresses[modifier | modifier le code]
Article détaillé : Dzong du Tibet.

Alors qu'au Bhoutan, les monastères-forteresses ou dzongs réunissaient pouvoir religieux et pouvoir politique, leurs homologues tibétains en revanche avaient surtout un rôle administratif, la fonction religieuse étant dévolue aux grands monastères, forts de plusieurs milliers de moines, tels Séra, Drépung et Ganden autour de Lhassa, et Tashilhunpo à Shigatsé[385]. Le Palais du Potala, ancienne résidence d'hiver des dalaï-lamas, est un exemple de tout premier plan des monastères-forteresses du Tibet[386]. Il figure au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Dob-dob, Lhassa, 1938.

Les monastères tibétains, selon la tibétologue Lydia Aran, entretenaient des armées privées qui étaient déployées en cas de conflit avec le gouvernement ou avec d'autres monastères ou parfois même au sein d'écoles concurrentes à l'intérieur d'un même monastère. Les moines de combat dits dob-dob représentaient 15 % des moines des grands monastères gélougpa à l'intérieur et aux alentours de Lhassa[387]. Selon Stéphanie Roemer, les troupes des grands complexes monastiques de Sera, Ganden et Drepung disposaient de fusils et de munitions et faisaient figure de force armée concurrençant et éclipsant l'armée tibétaine[388].

Vicissitudes au cours des siècles[modifier | modifier le code]

Selon Elisabeth Martens, en 1617, lors de la guerre civile entre bouddhistes karmapa et bouddhistes gelukpa, les moines-soldats karmapa, secondés par l'armée du roi de Ü, mirent Lhassa à feu et à sang et rasèrent le monastère de Drepung[389]. Selon Sanderson Beck, lors de l'incursion d'un corps expéditionnaire britannique en 1903-1904, il fut ordonné aux Britanniques de ne pas piller mais ils se servirent en représentations et peintures dans les monastères qui leur résistèrent[390]. Selon Roland Barraux, des rumeurs de pillages ont mené à des discussions jusqu’au Parlement britannique, mais l’armée britannique n’est pas allée jusqu’à de pareilles extrémités[94]. Aux dires du 14e dalaï-lama, les Britanniques sont restés célèbres dans la mémoire des Tibétains, pour n’avoir pas détruit ou pillé les monastères tibétains, au contraire de l’invasion menée par Zhao Erfeng quelques années plus tard[391],[392].

En 1914, sous le 13e dalaï-lama, le monastère de Tengyeling aurait été privé de financement et transformé une école de médecine et d'astrologie tibétaine (selon Sanderson Beck), ou démoli (selon Heinrich Harrer) pour collusion avec les Chinois et le général Zhao Erfeng[393]. Les traîtres furent bannis et les moines restants furent répartis entre différents monastères[394].

En 1947, lors de la répression gouvernementale contre les partisans de l'ancien régent Reting Rinpoché, le monastère de Séra fut bombardé par les mortiers de l'armée tibétaine et pris d'assaut, ce qui coûta la vie à environ 200 moines. Les bâtiments furent entièrement pillés par les soldats, si bien que pendant des semaines des objets précieux réapparurent dans les boutiques de Lhassa[395],[396]. Le monastère de Réting fut saccagé et pillé par les soldats envoyés par le gouvernement tibétain : statues fracassées, thangkas arrachées de leur support, livres précieux arrachés de leur reliure et éparpillés au sol. À l'instar du temple de Tengyeling trente ans auparavant, tous les bâtiments furent détruits[397].

Controverse sur le chiffre des destructions (années 1950-1960)[modifier | modifier le code]

Dans leur livre On the margins of Tibet[398], Åshild Kolås, Monika P. Thowsen indiquent qu'il y avait, d'après des archives tibétaines, 5 542 monastères sur le plateau tibétain avant 1958, dont 3 897 situés en dehors des frontières de la région autonome (soit 1645 pour celle-ci). Ils ajoutent, sur la foi d'archives chinoises, que dans les zones tibétaines faisant partie des provinces du Sichuan, Gansu, Yunnan, et Qinghai, de nombreux bâtiments monastiques furent démolis, d'autres furent simplement abandonnés et laissés sans entretien, d'autres encore furent reconvertis en écoles, entrepôts, voire en habitations.

Il n'existe pas de recensement des monastères et lieux saints du Tibet ayant subi des destructions, à ce que fait remarquer l'auteur d'un projet de cartographie du Tibet : « Si on dit que plus de 2 000 monastères et lieux-saints ont été détruits par les Gardes Rouges [...], personne ne peut en fournir la liste, ni les localiser sur une carte »[399]. Après l'intervention chinoise de 1950-1951, selon le gouvernement tibétain en exil, plus de 6 000 monastères furent détruits[400], dont certains à l'occasion des bombardements de l'armée chinoise contre la résistance tibétaine[citation nécessaire][401] et d'autres durant la révolution culturelle par les gardes rouges tibétains. Selon Laurent Deshayes, à partir du Grand Bond en avant (1958), le gouvernement central renforce sa politique dans l'Est tibétain : les communistes transforment les monastères en bâtiments administratifs ou en casernes et plus rarement en hôpitaux[402].

En juin 1959, la Commission internationale de juristes (CIJ), une association dont la formation avait été financée par la CIA en tant qu'instrument de la guerre froide, à l'insu de la plupart de ses membres[403], mentionne notamment la destruction des monastères comme un des éléments permettant de conclure à une volonté d'éliminer les croyances religieuses, en violation de l'Accord en 17 points sur la libération pacifique du Tibet[citation nécessaire][404].

Au début des années 1980, le journaliste américain Fox Butterfield rapporte que des fonctionnaires chinois l’informèrent qu’avant 1959, il y avait 2464 monastères au Tibet, et qu’après la révolution culturelle, il n’en subsistait plus que 10. Ils mentionnèrent notamment que l’un d’entre eux, Ganden, le troisième en importance et qui contenait 10 000 moines, avait tout simplement disparu[405],[406].

Institut bouddhiste de Serthar et monastère de Yachen Gar (2001)[modifier | modifier le code]

Selon la Campagne internationale pour le Tibet, un organisme œuvrant pour l'indépendance du Tibet, l’Institut bouddhiste de Serthar (également appelé Institut bouddhiste de Larung Gar ou Larong Gar), fondé en 1980 par Khenpo Jigme Phuntsok dans la région de préfecture autonome tibétaine de Garzê, près de la ville de xian de Sêrtar (en chinois Seda), dans la province du Sichuan, fut rasé durant l’été 2001. Les quelque 8 000 étudiants furent expulsés et environ 2 000 maisons détruites sous la supervision d'équipes militaires et policières armées. En raison du traumatisme infligé aux nonnes, certaines d'entre elles se suicidèrent[407]. Selon Pierre-Yves Ginet, en quelques mois, Larung Gar a été détruit à 70 % et les religieux « en excès » expulsés[408].

Restauration du patrimoine architectural religieux[modifier | modifier le code]

En vingt ans (jusqu'en 2011), le gouvernement central et la région autonome du Tibet ont dépensé 700 millions de yuans, soit plus de 100 millions de dollars, pour la conservation et la restauration de plus de 1 400 temples, monastères et palais[409].

Wang Lixiong affirme que les Tibétains ne sont pas reconnaissants de cet investissement. Ils interprètent ce « geste comme l'aveu que les monastères avaient bien été détruits par les Chinois »[citation nécessaire][410]. Pour la journaliste Dorothy Stein, alors qu'il y a des preuves montrant qu'une bonne partie des destructions subies par les institutions religieuses pendant la révolution culturelle est en réalité l'œuvre de gardes rouges d'ethnie tibétaine, on en fait depuis porter le chapeau aux Chinois tandis que se renforce la tendance des Tibétains et de leurs sympathisants pro-nationalistes à voir les choses uniquement en termes d'opposition ethnique[411].

Selon le tibétologue Robert Barnett dès 2008, l’année où ont éclaté des protestations dans la région autonome du Tibet, « l’étau s’est encore resserré ». Les autorités chinoises ont envoyé 21 000 cadres du Parti communiste dans 5 400 villages « à des fins de propagande ». Les photos du dalaï-lama ont été interdites. Les membres du Parti se sont installés dans les monastères pour imposer aux moines des séances de rééducation patriotique. Il existe un lien direct entre les interventions des autorités chinoises et les immolations de Tibétains[412]. Katia Buffetrille précise que « Pékin a déjà mis les monastères au pas en y postant des laïcs et en forçant des moines à se défroquer »[413].

Islam[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Islam au Tibet.

Dans les villes tibétaines, il existe de petites communautés musulmanes, comme les Kachee (Kache), dont les origines remontent aux immigrants de trois régions principales : le Cachemire (Kachee Yul en tibétain ancien), le Ladakh et les pays turcs d’Asie Centrale. L'influence islamique au Tibet est aussi venue de Perse[414].

Après 1959, un groupe de Musulmans tibétains a demandé la nationalité indienne du fait de leurs racines historiques au Cachemire et le gouvernement indien a déclaré citoyens indiens tous les Musulmans tibétains cette année-là[415]. Il existe aussi une communauté musulmane chinoise bien établie (gya kachee), dont les origines remontent au peuple Hui, un groupe ethnique de Chine.

Christianisme[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

Langues[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tibétain.

Les langues incluent le Tibétain (de la famille des langues tibéto-birmanes) et le mandarin (langue officielle de la RP de Chine). Selon le linguiste Nicolas Tournadre, « En moins de cinquante ans, la langue tibétaine est devenue une langue menacée, condamnée à un déclin irréversible, voire à la disparition en deux générations si la politique linguistique actuelle est maintenue. La responsabilité du gouvernement régional et du gouvernement central est, dans ce domaine, évidente ». Pour Tournadre, le tibétain est considéré comme un patois négligeable. Les responsables tibétains n'ont pas même le droit de signer leur nom en tibétain, et doivent le transcrire en idéogrammes chinois[416].

Art tibétain[modifier | modifier le code]

Une thangka peinte au Sikkim.

L'art tibétain est intrinsèquement lié au bouddhisme tibétain : cela explique que les œuvres représentent généralement des divinités bouddhiques sous diverses formes allant de statues en bronze doré et de sanctuaires à des thangkas et des mandalas de sables colorés.

Les arts Regong, nés dans ce qui est aujourd'hui la préfecture autonome tibétaine de Huangnan, ont été inscrits en 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[417].

La sculpture des statuettes en bronze doré constitue ce qu'on appelle l'art sino-tibétain.

Architecture[modifier | modifier le code]

L'architecture religieuse tibétaine a subi des influences orientales et indiennes, et reflète profondément l'approche bouddhiste. La roue bouddhiste, aux deux dragons, peut être vue sur presque chaque monastère du Tibet. La conception des chörtens tibétains peut varier, depuis des murs arrondis dans le Kham à des formes carrées et des murs à quatre côtés au Ladakh.

Tour d'une dizaine de mètres de haut, tournée par les moines et les visiteurs bouddhistes, à Zhongdian, Xianggelila.

L'architecture tibétaine est caractérisée par la construction fréquente des maisons et des monastères sur des sites élevés et ensoleillés face au sud, et par la combinaison de divers matériaux : pierre, bois, ciment et terre. Les techniques de construction permettent de pallier la rareté des combustibles utilisés pour le chauffage : toits plats pour préserver la chaleur et fenêtres multiples pour laisser entrer la lumière du soleil. Les murs sont habituellement inclinés de dix degrés vers l'intérieur et soutenus par des gros piliers faits de troncs d'arbres massifs, à titre de précaution contre les tremblements de terre, fréquents dans ce secteur montagneux.

Avec ses 117 mètres de hauteur et 360 mètres de largeur, le Palais du Potala est considéré comme l'exemple le plus important d'architecture palatiale tibétaine. Anciennement résidence du dalaï-lama, il comprend plus d’un millier de pièces réparties sur treize étages et abrite les sépultures des dalaï-lamas passés et des statues du Bouddha. Il est divisé en un Palais Blanc extérieur, qui abritait les quartiers administratifs, et des Quartiers Rouges intérieurs, qui abritaient la salle de réunion des Lamas, les chapelles, 10 000 sanctuaires et une importante bibliothèque contenant les écritures bouddhistes. Il existe un petit potala, à Zhongdian, au sud-est du plateau du Tibet, dans la province du Yunnan, dans la région autonome de Xianggelila.

Musique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Musique tibétaine.
Musiciens dans les rues du Ladakh en Inde du nord.

La musique tibétaine reflète l'héritage culturel de la région himalayenne, centrée sur le Tibet mais aussi sur les régions où l’on trouve des groupes ethniques Tibétains : en Inde, au Bhoutan, au Népal ainsi qu’à l'étranger. Elle est avant tout religieuse, reflétant l'influence profonde du bouddhisme tibétain sur la culture, quoique de nombreux éléments chamaniques subsistent. La musique tibétaine, sous la forme de chants en tibétain ou en sanscrit, fait partie intégrante de la religion. Ces chants complexes, souvent des récitations de textes sacrés, sont également pratiqués lors de la célébration de divers festivals. Le chant yang, exécuté sans moment de mesure, est accompagné de tambours et à un niveau bas, de syllabes soutenues. Il existe également des styles spécifiques à diverses écoles de bouddhisme tibétain, comme la musique classique populaire des Gelugpa, et la musique romantique des Nyingmapa, Sakyapa et Kagyupa.

Une autre forme de musique populaire est le style classique Gar, qui est exécuté pour les rites et les cérémonies. La musique Lu fait appel à un type de chansons qui présentent des vibrations glottales et aigües. Il y a aussi les chants épiques de héros du Tibet, comme l’épopée de Gesar de Ling.

Festivals[modifier | modifier le code]

Le Mönlam, festival de la Grande Prière.

Le Tibet a divers festivals organisés en général en l'honneur de Bouddha. Losar est le Festival de Nouvel An tibétain ; il est suivi par le Festival de prière de Monlam qui se déroule durant le premier mois du calendrier tibétain ; ce second festival implique beaucoup de Tibétains réunis pour danser, participer à des événements sportifs et partager des pique-niques.

Accusation de « génocide culturel »[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Génocide culturel au Tibet.

Exposé de la question[modifier | modifier le code]

Selon l'architecte André Alexander, la majorité des monuments tibétains furent détruits entre 1959 et les années 1970[418]. Pour les tibétologues Amy Heller et Anne-Marie Blondeau, il faut distinguer entre la politique culturelle officielle, son application et la façon dont elle est perçue au quotidien sur le terrain. Lors de la Révolution culturelle, partout en Chine les valeurs culturelles ont été détruites, mais au Tibet ces destructions ont été particulièrement importantes. Or la culture au Tibet était essentiellement liée à la religion, principalement bouddhique, et aux structures sociales. Ainsi de nombreuses manifestations culturelles ont disparu ou ont été dénaturées. Par ailleurs le gouvernement chinois a comme objectif la « laïcisation des Tibétains, ce qui est complètement antinomique avec la culture tibétaine traditionnelle ». C'est pourquoi si les fêtes populaires sont autorisées, c'est « pour en faire de simples manifestations folkloriques[419] ».

Elle serait également due à une désacralisation de certains aspects de cette culture qui leur ferait perdre leur signification originelle. Selon le TCHRD, les monastères au Tibet servent souvent davantage un intérêt touristique que spirituel[420]. Selon le linguiste Nicolas Tournadre « En moins de cinquante ans, la langue tibétaine est devenue une langue menacée, condamnée à un déclin irréversible, voire à la disparition en deux générations si la politique linguistique actuelle est maintenue. La responsabilité du gouvernement régional et du gouvernement central est, dans ce domaine, évidente[421] ».

En novembre 2011, le 14e dalaï-lama a dénoncé le génocide culturel au Tibet mené par la Chine[422] comme étant à l'origine de la vague d'immolations de Tibétains. En effet, onze moines et nonnes se sont immolés en 2011 dans la région du monastère de Kirti dans la préfecture autonome tibétaine et qiang de Ngawa et dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê[423] au Sichuan et au moins sept d'entre eux sont décédés. À ces immolations s'est ajouté un autre geste désespéré en Inde devant l'ambassade de Chine à New Delhi.

Critiques et réfutations[modifier | modifier le code]

Ce discours sur la mort annoncée de la langue tibétaine tranche avec le fait que le Tibet culturel ou ethnographique dispose de trois chaînes télévisées, une pour chacun des trois dialectes tibétains parlés. Lhassa et la Région autonome du Tibet possèdent une chaîne de télévision en langue tibétaine qui émet 24 heures sur 24 depuis le 1er octobre 2007. À sa création en 1999, elle n'émettait que 11 h par jour[424]. Il existe une deuxième chaîne en langue tibétaine au Qinghai, en dehors de la Région autonome[425]. Enfin, une troisième chaîne de télévision par satellite, destinée aux 2,4 millions de Tibétains parlant le dialecte khampa, a été inaugurée le 28 octobre 2009, à Chengdu, capitale de la province du Sichuan. Elle émet 6 h et demi par jour[426].

En 2008, le professeur Robert Barnett, de l'université Columbia aux États-Unis, déclare qu'il faut en finir avec l'idée que les Chinois sont mal intentionnés ou qu'ils essaient de faire disparaître le Tibet[427]. Dans un compte rendu d'ouvrage qu'il écrit pour la revue New York Review of Books, il évoque la question suivante : « si la culture tibétaine à l'intérieur du Tibet est en train d'être prestement annihilée, comment se fait-il que tant de Tibétains de l'intérieur paraissent malgré tout avoir une vie culturelle plus dynamique – à preuve la centaine de revues littéraires en tibétain – que celle de leurs homologues exilés ? »[428].

Éducation[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Éducation au Tibet.

Éducation tibétaine traditionnelle[modifier | modifier le code]

École à Lhassa en 1922, un garçon montre ses écrits à un professeur.

Avant que l'organisation de l'enseignement soit totalement transformée par les Chinois dans les années 1950[429], mais aussi par les Tibétains en exil en Inde dont l'enseignement attire chaque année un nombre important de jeunes Tibétains vers l'exil[430], trois modes d'enseignement collectif coexistaient au Tibet : l'enseignement bouddhiste assuré dans les monastères, l'enseignement officiel organisé par le gouvernement tibétain et enfin l'enseignement privé[431],[432].

L'enseignement des métiers manuels s'effectuait le plus souvent par transmission de père en fils, mais également par formation interne au sein des ateliers[433]. Bien que l'on ne dispose pas de statistiques précises sur le nombre d'écoles et le nombre d'élèves au sein des monastères bouddhistes, il est cependant certain que cette forme d'enseignement était largement prépondérante, mais qu'elle ne prenait en charge qu'une partie des enfants tibétains, ceux qui y étaient envoyés par leurs parents pour devenir moines[434],[435],[436] ; le chiffre de moins de 2 % d'enfants scolarisés est avancé par des sources chinoises[437]. Selon le gouvernement tibétain en exil, avant 1959, on comptait 592 000 moines[438], tandis que le nombre de nonnes étaient de 27 000[439], soit au total près de 10 % de l'ensemble des Tibétains. Ces écoles donnaient aux élèves, aux jeunes moines et nonnes bouddhistes, une formation religieuse, philosophique et artistique, et leur enseignaient également la lecture et l'écriture de la langue tibétaine, ainsi que les bases de la médecine tibétaine traditionnelle et du calendrier tibétain[440].

L'enseignement officiel, organisé par le gouvernement tibétain autour de 3 centres principaux, était destiné essentiellement à la formation des futurs cadres du pays, à celle des médecins et des spécialistes du calendrier astronomique. L'école de Tse, située au sommet du Palais du Potala et fondée par le 7e dalaï-lama, formait les cadres du gouvernement du Tibet. Les diplômés de cette école qui désiraient travailler dans la fonction publique devaient suivre un enseignement plus poussé dans une école religieuse. Les fonctionnaires laïcs étaient principalement formés à l'école de Tse[441]. Selon le gouvernement chinois, les futurs cadres étaient pratiquement tous issus de familles nobles[442], alors que les études médicales étaient ouvertes à tous[443].

Selon des sources chinoises, il existait une seule école de formation des cadres destinée aux laïcs, sise à Lhassa, qui comptait une vingtaine d'élèves, et deux écoles destinées aux religieux, l'une à Lhassa, et l'autre à Xigaze. L'enseignement des futurs cadres laïcs comprenait l'éthique, la grammaire et l'écriture de la langue tibétaine, la composition des documents officiels et les techniques de calcul et de recouvrement des taxes. L'enseignement des futurs cadres religieux comprenait les cérémonies religieuses, les écritures et objets bouddhistes, la grammaire tibétaine, la composition des documents officiels et les mathématiques[444],[445].

L'enseignement destiné aux futurs spécialistes de la médecine et du calendrier astronomique tibétains était délivré par plusieurs écoles, notamment l'Institut Chakpori de médecine tibétaine fondé au XVIIe siècle par le 5e dalaï-lama et son régent Sangyé Gyatso, qui fut détruit en 1959 par l'armée chinoise[446], ainsi qu'au Men-Tsee-Khang de Lhassa, fondé en 1916 par le 13e dalaï-lama, Thubten Gyatso[447],[444],[448]. Cet établissement sera fermé par les communistes, et les médecins tibétains comme Tenzin Choedrak emprisonnés.

Les familles nobles ou aisées avaient fréquemment recours à des précepteurs qui étaient chargés de l'éducation de leurs enfants à domicile. Dans les villes les plus importantes (notamment Lhassa, Shigatse, Zedang et Gyangzê), des écoles privées ont été créées. Celles-ci, au nombre d'une dizaine dans les années 1840, se sont multipliées pour atteindre la centaine sous la République de Chine. La ville de Lhassa comptait au moins une vingtaine d'écoles privées renommées, comme Dakang ou Gyiri[445],[448],[449]. Les Britanniques ont ouvert un dispensaire dans la ville de Gyantsé après la signature des traités consécutifs à leur intervention militaire de 1904. C'est dans cette même ville qu'en 1923, le 13e dalaï-lama a établi la première école anglaise, qui a dû fermer en 1926, selon Jérôme Edou et René Vernadet en raison de l'opposition des monastères[450],[451]. La tentative de généraliser l'enseignement primaire voulue par le 13e dalaï-lama, Thubten Gyatso date de son retour d'exil en Inde, après la chute de la dynastie chinoise Qing en 1911. Il décida d'instituer un enseignement obligatoire de la langue tibétaine pour tous les enfants âgés de 7 à 15 ans, mais se heurta à l'opposition des monastères[444]. Une école anglaise s'ouvrit à Lhassa en 1944, mais cette tentative fut aussi sans lendemain, cependant que quelques Tibétains envoyaient leurs enfants dans les écoles occidentales en Inde[452],[453],[454].

Éducation tibétaine contemporaine[modifier | modifier le code]

Auditorium de l'Université du Tibet (2007).

Selon Michael Harris Goodman, les habitants de Lhassa constatèrent que les écoles primaires chinoises nouvellement ouvertes (dans les années 1950) étaient des instruments de propagande communiste anti-tibétaine[455].

Selon Rong Ma, un système éducatif moderne commence à être mis en place, principalement à partir de 1959. Toutefois, il est interrompu à partir de 1966, à cause de la révolution culturelle. Ce n'est qu'en 1976 qu'il est rétabli. Dans le quart de siècle qui suit, la région autonome du Tibet se dote d'un système éducatif complet, allant de l'école primaire à l'université[456]. Depuis 1985, les frais de scolarité ainsi que la nourriture et le logement sont gratuits dans le primaire et le secondaire pour les élèves issus de familles d'éleveurs tibétains[457].

Pour Catriona Bass, en 1999 les progrès des autorités chinoises pour améliorer l'éducation au Tibet depuis 1950 étaient très inférieurs à ceux réalisés dans le reste de la Chine[458]. De même, pour Vegard Iversen en 2002 les rapports sur l'éducation au Tibet contredisent les déclarations des autorités chinoises qui affirment poursuivre des efforts sérieux pour le développement du Tibet[459].

Manifestation de lycéens pour la défense du tibétain (2010).

En 2010 et 2012, des lycéens ont manifesté pour la défense de la langue tibétaine dans les préfectures autonomes tibétaines du Golok, du Hainan et du Huangnan[460],[461].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Quelle solution politique pour le Tibet ? - Rapport présenté par Louis de Broissia, sénateur, série Relations interparlementaires France-Tibet, 2006, p. 17 : « Le territoire revendiqué par le gouvernement tibétain en exil depuis 1959 correspond au Pö Chölka Sum, c’est-à-dire au « Tibet des trois provinces » : Ü-Tsang, Kham et Amdo. Ce Grand Tibet a une superficie d’environ 3,8 millions de km2, soit sept fois la France. Il représente donc près de 40 % de la superficie de la Chine dans ses frontières actuelles (9,6 millions de km2) ». [PDF]
  2. a, b et c Department of Population, Social, Science and Technology Statistics of the National Bureau of Statistics of China (国家统计局人口和社会科技统计司) and Department of Economic Development of the State Ethnic Affairs Commission of China (国家民族事务委员会经济发展司), eds. Tabulation on Nationalities of 2000 Population Census of China (《2000年人口普查中国民族人口资料》). 2 vols. Beijing: Nationalities Publishing House (民族出版社), 2003 (ISBN 978-7-105-05425-1).
  3. Quelle solution politique pour le Tibet ?, op. cit., III - Le développement du Tibet : lumières et ombres.
  4. a et b Chine: trois millions d'habitants au Tibet, dont 90 % sont des Tibétains, Le Quotidien du peuple en ligne, 5 mai 2011
  5. Il comprenait en effet la haute vallée du Yangzi Jiang (sud de l'Amdo), actuellement située dans la province du Qinghai : voir Histoire du Tibet de Laurent Deshayes, carte p. 218.
  6. « Tibet 1999 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14, Le Dessous des cartes, Jean-Christophe Victor.
  7. (en) Stephanie Roemer, The Tibetan Government-in-Exile. Politics at large, Routledge, 2008, p. 8-10 (Definition of the area of Tibet) : « The questions: 'What is Tibet?' and 'Who are the Tibetans?' can be answered in many ways. The area of Tibet can be defined from a geographical, ethnic or political point of view [...] ».
  8. Stephanie Roemer, op. cit., p. 8-10 (Definition of the area of Tibet) : « Geographical Tibet is known as the world’s largest plateau – the ‘roof of the world’ – which is enclosed by giant mountain ranges : the Kunlun, the Himalayas and the Karakoram. The definition of ethnic Tibet goes beyond these natural frontiers ».
  9. Sur les définitions du Tibet, cf. (en) Melvyn C. Goldstein, What is Tibet? – Fact and Fancy, extrait de Change, Conflict and Continuity Among a Community of Nomadic Pastoralists — A Case Study from western Tibet, 1950-1990, in Resistance and Reform in Tibet (sous la direction de Barnett et Akiner), Londres, Hurst & Co., 1994 : « [...] the two major sub-ethnic regions known in Tibetan and Kham and Amdo. The ‘modern’ Sino-Tibetan border in these two regions was generally established during the mid-18th century when the Tibetan Government lost political control over most of these areas to Manchu (Qing) China. While the Tibetan Government has never accepted the loss of these regions as permanent or de jure – for example it claimed all of Kham and Amdo in the Simla Convention of 1913-14 – most of these areas in fact were not a part of its polity for the two centuries preceding the rise to power of the Communists in China in 1949. Consequently, the convention used in Tibetan historiography in the West has been to differentiate analytically between the political entity Tibet and other areas outside it where ethnic Tibetans lived. For example, Hugh Richardson, the well-known British diplomat and historian, for practical purposes differentiated the Tibetan world into two categories. Following the work of Sir Charles Bell, he used the term ‘political’ Tibet for the polity ruled by the Dalai Lamas, and the term ‘ethnographic’ Tibet for other areas such as Amdo and Kham which were outside that state ».
  10. Le Tibet est-il chinois ? de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002
  11. Jean-Paul Mari, Tibet:Dans Lhassa interdite Grand Reporter, août 1999
  12. a et b (en) VAJRAYANA FORMS IN UPSTATE NEW YORK, A Thesis Presented to the Faculty of the Graduate School of Cornell University in Partial Fulfillment of the Requirements for the Degree of Master of Arts by Annika Antoinetta Lundkvist, May 2008, p. 19 : « When one looks for Tibet on the map today, one finds Xizang, Chinese for “Western Treasury House.” The Tibetan Autonomous Region (TAR) is an administrative unit, established in 1965, covering a region of approximately 1.2 million square kilometers. » [PDF]
  13. (en) Andrew Martin Fischer, "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China, in Population and Development Review, 34(4), p. 631-662 (December 2008), note 1, p. 656 : « the TAR is the administrative area that the PRC government and most of the Western media usually mean when they refer to Tibet. » [PDF]
  14. C'est le cas de l'encyclopédie Britannica Concise Encyclopedia et du guide Lonely Planet Chine.
  15. Tibet - Questions-Réponses, Site de l'Ambassade de Chine en France « Le Tibet a été officiellement proclamé Région autonome en septembre 1965. »
  16. (en) John Powers, History as propaganda: Tibetan exiles versus the People's Republic of China, Oxford University Press, 2004, (ISBN 978-0-19-517426-7).
  17. (en) Alex McKay, « Tibet (Xizang) Autonomous Region Xizang Zizhiqu » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14, in Berkshire Encyclopedia of China, 2009, Berkshire Publishing Group LLC : « Tibet – since 1965 officially known as the Tibet (Xizang) Autonomous Region (TAR) » [PDF]
  18. (en) Sichuan, sur Britannica.
  19. (en) Tibet at a Glance : « The term TIBET here means the whole of Tibet known as Cholka-Sum (U-Tsang, Kham and Amdo). It includes the present-day Chinese administrative areas of the so-called Tibet Autonomous Region, Qinghai Province, two Tibetan Autonomous Prefectures and one Tibetan Autonomous County in Sichuan Province, one Tibetan Autonomous Prefecture and one Tibetan Autonomous County in Gansu Province and one Tibetan Autonomous Prefecture in Yunnan Province. »
  20. La répression est féroce, sur le site du quotidien suisse 24 heures (entretien avec Katia Buffetrille), 26 mars 2008
  21. Françoise Robin, « Tibet : des vérités qui dérangent », Perspectives chinoises, no 1 « Sport et Politique »,‎ 2008, p. 102-107 (ISSN 1996-4609, lire en ligne).
  22. Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille (sous la direction de), Le Tibet est-il chinois ?, ouvrage collectif, Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002, p. 254-255. (ISBN 978-2-226-13426-4).
  23. (en) "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China - Andrew Martin Fischer, in Population and Development Review, 34(4), p. 631-662 (December 2008), note 1 p. 656 : « In this article, “China” refers to the People’s Republic of China (PRC), and “Tibet” refers to all of the Tibetan areas in China, including the Tibet Autonomous Region (TAR) and the Tibetan areas incorporated into the provinces of Qinghai, Gansu, Sichuan, and Yunnan. Often known as “Greater Tibet” or “cultural Tibet”, this region is about the size of Western Europe or about 25 percent of China. » [PDF]
  24. Annika Antoinetta Lundkvist, Vajrayana forms in upstate New York, op. cit. : « cultural Tibet is nearly as extensive as its historic territory had been, with Tibetan population in Western China, Bhutan, India, Pakistan, Nepal, and Sikkim ».
  25. Stephanie Roemer, op. cit., p. 8-10 (Definition of the area of Tibet) : « The definition of ethnic Tibet goes beyond these natural frontiers. It represents all those regions that were once entirely, or at least by a majority, of people of Tibetan origin, i.e. geographical Tibet, Bhutan, the eastern and western territories of Nepal and the present northern Indian regions of Ladakh, Lahul, Spitti and Kinnaur, parts of Arunachal Pradesh and Sikkim (Clarke 1997:7-9; Dhondup 1977; Shakya 1982; Samuel 1993:100-12) ».
  26. (en) Margaret Evelyn Miller, Educational Practices of Tibetan Lama Training, B - Definitions of Terms, p. 189 : « Such areas as Sikkim, Ladak, and Tibetan populated areas of adjoining Chinese provinces provide religious training similar or almost identical with Tibet proper. Including this wider area, which is sometimes called ethnological Tibet, makes possible a more complete discussion of the lama training. » [PDF]
  27. Voir page 1548 in Encyclopedia of the developing world, Volume 3, sous la direction de Thomas M. Leonard, Routledge, 2006.
  28. Texte du traité sino-tibétain de 822 sur Wikisource
  29. Une histoire du Tibet : Conversations avec le dalaï-lama, de Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Plon, 2007, (ISBN 978-2-259-19891-2).
  30. Melvyn C. Goldstein, op. cit. : « Although all of these regions were once united under the rule of the early kings of Tibet, during the eleven centuries following the breakup of that kingdom in the 9th century many of the regions on the periphery became independent or fell under the authority of neighbouring states ».
  31. Administrative Division of Tibetan Areas : « History proves that the Qinghai-Tibet Plateau is a place many Chinese nationalities once lived. They include the Tibetan nationality formed during the 7th century when the Tubo Kingdom unified many tribes in the Qinghai-Tibet Plateau. As the Tibetan have since been living and multiplying in the Qinghai-Tibetan Plateau, the lion's share of the plateau is referred to as the Tibetan areas. But the plateau is not a place solely inhabited by Tibetans. It has been home to many nationalities, including the Han, Mongolian, Tu, Hui and Qiang, who have played an important role in the development of the plateau ».
  32. Howard Giles, Tenzin Dorjee, Cultural Identity in Tibetan Diasporas, in Journal of Multilingual and Multicultural Development, vol. 26, Issue 2, March 2005, p. 138-157 : « Historical Tibet once stretched across much of Asia, including some parts of China, during its golden era in the 7th and 8th centuries (Shakabpa, 1967; van Walt van Praag, 1987). Administrative Tibet oversees the Tibetan Autonomous Region only ».
  33. Pierre-Antoine Donnet, Guy Privat, Jean-Paul Ribes, Tibet: des journalistes témoignent
  34. Stéphane Guillaume, La question du Tibet en droit international
  35. Claude B. Levenson, La Chine envahit le Tibet: 1949-1959
  36. Les marges culturelles du territoire chinois
  37. Archives de sciences sociales des religions, Numéros 121-124, Institut de sciences sociales des religions.
  38. Claude Chancel, Éric-Charles Pielberg Le monde chinois.
  39. Max Derruau, La Terre et les hommes : mélanges offerts à Max Derruau, Université de Clermont-Ferrand II. Faculté des lettres et sciences humaines « Dès 1951 on a détaché certaines parties du Tibet historique : l'Amdo au nord (province duprovince du Qinghai), ... vallées du Kham (provinces du Sichuan et du Yunnan. »
  40. (en) Ten Facts about Tibet, sur le site FreeTibet : « The Chinese government has divided historical Tibet into one region and several prefectures and counties, with the TAR encompassing only the central area and some eastern regions of Tibet. [...] Historical Tibet was a vast country, with an area roughly equal to Western Europe ».
  41. (en) History of Negotiations between Tibet and China 1949-2004 : « 2003: The Dalai Lama’s envoys returned to Beijing for follow-up meetings with Chinese officials and a visit to the eastern Tibetan province of Kham (ch. Sichuan). Permission to travel to a Tibetan area outside the TAR is considered significant because it implies that 'all of historical Tibet, not just the TAR, could potentially be under discussion in an eventual negotiation process ».
  42. (en) A. Tom Grunfeld, compte rendu de Lee Feigon, Demystifying Tibet: Unlocking the Secrets of the Land of the Snows (Ivan R. Dee, Chicago, 1996), H-Asia, June 1997 : « Feigon also accepts the notion that the country of “Tibet” is the entire area of Tibetan inhabitation (p. 6). This is somewhat like drawing a map of Mexico to include the entire southwest of the United States ».
  43. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon. China, Tibet, and the dalai Lama, University of California Press, 1997, p. 71 : « The exile government was deeply committed to the re-creation of a “Greater” Tibet, which would include in one administrative unit both political and ethnographic Tibet. Such has been the goal of previous Tibetan governments [...] it was especially important in exile because of the large numbers of Tibetan refugees from those ethnic areas. [...] if it became known that the Dalai Lama was willing to consider it (= not pursuing a demand for Greater Tibet), the unity of the exile community could be permanently split. »
  44. His Holiness the Dalai Lama discusses the recent unrest inside Tibet with the editors of the Financial Times (FT). « "Greater Tibet", now, this very word comes from the Chinese government side. We never state the greater Tibet ».
  45. Le Tibet survivra-t-il ?, Interview du Dalaï Lama par Chen Yan, traduction par Yang Mei et Marie Holzman, Tibet-info.net « C’est le gouvernement chinois qui parle de Grand Tibet. Jamais nos représentants n’ont utilisé cette expression. La vérité, c’est qu’il existe, en dehors de la région autonome, des départements et des districts autonomes tibétains dans plusieurs provinces limitrophes du Tibet, qui possèdent leurs propres radios et journaux en langue tibétaine. Ce que nous demandons, c’est une réelle autonomie du Tibet qui permette de protéger la religion et la culture tibétaines. Pendant plus de mille ans, les régions de U-Tsang, d’Amdo et de Kham, qui se trouvent aujourd’hui en dehors de la région autonome tibétaine proprement dite, ont largement contribué au rayonnement de notre culture. Parmi les Tibétains qui ont quitté la Chine en 1959 nombreux sont ceux qui sont originaires de ces contrées ».
  46. (en) Elliot Sperling, Tubote, Tibet, and the Power of Naming, sur le blog Rangzen Alliance, April 16, 2011 : « The official term, the term for Tibet that most people use in Chinese, is Xizang 西藏. Its etymology is well known and transparently obvious from references in the standard dynastic histories and other commonly-used sources. One notion common among Western Tibet supporters, that Xizang means “Treasure House of the West” and is so named because China sees the area as a massive storehouse of mineral wealth to be exploited, is patently erroneous. The “Zang” in Xizang, while it can mean a storehouse, is used in the name simply because it transcribes Gtsang, one part of the region generally referred to as Central Tibet, or Dbus-Gtsang in Tibetan. In the Ming period we find Dbus-Gtsang rendered as Wusi-Zang 烏斯藏.[3] During the Qing this changes to Wei-Zang (again, an easily understood transcription of Dbus-Gtsang)[4] and finally to Xizang. The last denotes the Western location (i.e., “Xi” 西) of the land and the sound of its two syllables finds an echo in the name of the province Republican China created for Khams, the southeastern part of Tibet: Xikang 西康 (a good portion of which actually lay beyond China’s reach). As a result of all this, however, “Xizang” remains identified only with Central Tibet and a part of Khams. »
  47. Jack Lu, Les Deux visages du Tibet, ÉEditions Publibook, 2013, 566 p., p. 247.
  48. Vers 4 000 mètres, il vaut mieux avoir un gros blouson d'hiver au petit matin, avant le lever du soleil, et être en vêtements d'été à midi. Ces variations brusque expliquent la forme du vêtement traditionnel tibétain, une grosse fourrure recouverte de tissu et souvent portée avec un bras couvert, l'autre découvert, la manche étant tout simplement enlevée de l’épaule pour ne pas souffrir de la chaleur.
  49. a et b Frédéric Bobin, Crise du Tibet : des enjeux cruciaux pour Pékin, Le Monde, 26 mars 2008, reproduit : [1]  : « En 2004, un article du Quotidien du peuple allait jusqu'à évaluer à 78,4 milliards de dollars le potentiel du Tibet en ressources minérales. ... Une troisième ressource offre davantage de disponibilité : l’eau. Le Tibet historique est le « château d’eau de l’Asie ». Dix des plus grands fleuves de la région y prennent leur source : Yangzi (fleuve Bleu), Huang He (fleuve Jaune), Mékong, Indus, Brahmapoutre, Salouen, Irrawaddy, Sutlej et deux affluents du Gange. Le Tibet recèle, selon la presse chinoise, 30 % des ressources hydrauliques de la Chine. Une aubaine alors que la crise de l’eau menace le nord du pays. »
  50. Qui sommes-nous ?
  51. Caroline Dubois, Chine/Inde : qui héritera du « château d'eau » de l'Asie ?, 30 mars 2012.
  52. (en) China finds oil in Tibet, article sur le site de BBC News du 21 août 2001
  53. Jean-François Doulet, Marie-Anne Gervais-Lambony, La Chine et les chinois de la diaspora, Atlande, 2000, (ISBN 2912232163), p. 164 : « Pétrole et gaz ont été découverts en 1955 dans le Caidam dont le bassin de Lenghu livre aujourd'hui quatre millions de tonnes (avec raffinerie in situ); »
  54. Claude B. Levenson, Tibet : la question qui dérange, éditions Albin Michel,30 janvier 2008, 298 pages.
  55. (en) Mining Tibet: Mineral Exploitation in Tibetan Areas of the PRC, Tibet Information Network, London 2002.
  56. (en) A Briefing Paper Submitted for the 75th session (3 – 28 August 2009) of the United Nations Committee On The Elimination Of Racial Discrimination, TCHRD [PDF] : « For both surface mining and underground mining large quantities of soil and rock are excavated, altering the chemical balance of earth and rock and destroying the fragile topsoil. The erosion of the grasslands on the Tibetan plateau, and consequent situation of water courses, is already a serious problem. Gold mining, for example, appears to have had a wider impact on the Tibetan environment than other mineral resource exploitation due to the fact that gold is relatively cheap and easy to extract and process, potentially providing a quick profit. The environmental risks associated with mining have been exacerbated by poor protection in small scale gold mining, where the short term interests of stakeholders overrule the long term environmental concerns. [...] In sum, the main issues that have been identified to further substantiate racial discrimination in infrastructure projects are as follows : (1) Minerals obtained from mining in Tibet are shipped to the east coast of China to feed the growing Chinese economy, offering few, if any, financial benefits to local Tibetans. (2) Virtually all jobs in Tibetan mines go to Chinese migrants, even unskilled manual labour positions, excluding the high number of unemployed local Tibetans. (3) There are serious concerns about the environmental impacts of mining in Tibet, such as the contamination of soil and water by arsenic or cyanide, which could seriously affect local farmers and communities further downstream in Asia. (4) Under the Chinese occupation, Tibetans are denied the right to decide how their resources are used and may be forcibly removed from their land, without compensation, to make way for mines. »
  57. (en) Barry Sautman, Colonialism, Genocide and Tibet, in Asian Ethnicity, 2006, 7:3, p. 243-265, p. 254 : « a Tibet Information Network study indicates that many of Tibet's minerals are unsuitable for commercial exploitation. It notes that most mines in Tibet are 'artisanal' small operations (TIN, 2002, Ch. 2). Few, if any, Tibetan area state-owned mines produce sales and taxes that exceed the cost of mining. The Tibet Information Network cites studies that find most factories and mines in Tibet incur losses, which the central government compensates at a ratio of Y2.14 for each yuan lost (Jin, 2000; Hu & Wen, 2001). The main benefits from mining in Tibetan areas are income for officials, many of them Tibetans, and revenues that pay the taxes of local peasants and herders. The TIN study recognizes PRC mining has traditionally been about production, not profit. Industry in China is more likely to be cheaply supplied with minerals from abroad than from Tibet, so that mining, like logging, will likely diminish (TIN, 2002, p. 184). Foreign interest regard only one mineral deposit in Tibet as potentially interesting (ICT, 2005). »
  58. (en) Environment and Development Desk, Tibet: Environment and Development Issues, 26 avril 2000.
  59. (en) Tibet Devastated While the World Looks On: New report provides world with first in-depth study of environmental devastation in Tibet, World Tibet News, 25 avril 2000 : « "Tibet's biodiversity has been compared to the Amazon Rainforest", says environment specialist Catherine Moore, "but it is being lost at a phenomenal rate. »
  60. Michel Peissel, Le Dernier Horizon, éditions Robert Laffont, 2001, (ISBN 978-2-221-09272-9).
  61. Agence Xinhua, relayée par le magazine Enerpress, no 9976, 23 décembre 2009.
  62. (en) Nathan Hill, compte rendu de Sam van Schaik, Tibet: A History (Yale University Press, 2011, 324 p., 324 p.), in Bulletin of the School of Oriental and African Studies, University of London, 75 (1), pp. 190-192 : Modèle:Citation étrangère-langue=en
  63. Célébration de le Journée de l’Environnement, 5 juin 2012.
  64. Jean Dif, Carnet de route d'un voyage au Tibet septembre - octobre 2004.
  65. (en) Robert Ford, Captured in Tibet, Oxford University Press, 1990 (ISBN 019581570X), p. 7 : « Nearer Chamdo the hills were bare and eroded, and only a few clumps of firs had escaped deforestation ».
  66. Jean-Paul Ribes, GEO, Tibet, No 186, août 1994, p. 69 : « Dans la région du Kongpo, au sud-est de l'U-Tsang, des prisonniers tibétain, encadrés par des soldats chinois doivent abattre des arbres et transporter les grumes comme des bêtes de somme. Avant l'occupation, les paysans pratiquaient de simples coupes de subsistance, maintenant ce sont des saignées à blanc. »
  67. Jean-Paul Ribes, Préserver l'écosystème le plus vaste d'Asie, GEO, Tibet, no 186, août 1994 (p. 98-99) : « En 1949, les forêts séculaires couvraient 222 000 km2. En 1989, ce chiffre serait tombé à 134 000 km2, un peu plus de la moitiè [...] Ces forêts ont été massivement dévastées par des coupes "à nu" particulièrement redoutables lorsqu'elles touchent les vallées pentues [...] Ce sont essentiellement les troupes d'occupation chinoises, qui, en utilisant la main-d'œuvre fournie par les camps de travail, sont à l'origine de la coupe de près de 2,5 millions de mètres cubes de bois pour une valeur de plus de 54 milliards de dollars. Conséquences : une disparition irréversible des couches d'humus dans les régions pentues, l'extinction de certaines espèces de la flore et de la faune, l'embourbement des fleuves dont les crues ne sont plus régulées, une exposition sans écran aux fortes variations de température. »
  68. (en) The Yangtze flood: the human hand, local and global, World Watch Institute, Lester R. Brown et Brian Halweil, 13 août 1998.
  69. a et b (en) Qian Ye et Michael H. Glantz, The 1998 Yangtze Floods: The Use Of Short-Term Forecasts In The Context Of Seasonal To Interannual Water Resource Management [PDF]
  70. (en) The Huanghe (Yellow River)and Changjiang (Yangtze River) deltas: a review on their characteristics, evolution and sediment discharge during the Holocene « The increase has occurred during the last 2000 years due to human activities in Asia, especially from cultivation and deforestation ».
  71. (en) Logging Ban, TIN News Update, 26 août 1998 (ISSN 1355-3313), « Policy decisions regarding deforestation on the Tibetan plateau also have implications for countries in South Asia, such as Bangladesh, where flooding is frequent and often devastating, and attributed by some experts to the soil erosion brought on by deforestation in Tibet »
  72. (en) « Flooding in Bangladesh, 1998 » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05 : « The Ganges and Brahmaputra rivers have their headwaters in Nepal and in Tibet where recent years the rapidly increasing populations have caused the removal of vast areas of forest [...] The removal of the forest cover has reduced interception and increased landslides, soil erosion and overland flow. » [PDF]
  73. (en) Tibet 2000: The State of Environment
  74. (en) The 1998 Flood on the Yangtze, China, Yongqiang Zong et Xiqing Chen : « 223 million people were affected by the floods in 1998 [...] The State Council of China issued an announcement in the People’s Daily, 11 August 1998, i.e., during the height of the 1998 flood, urging local governments to take drastic action to protect and restore natural forests. » [PDF]
  75. (en) Jack D. Ives et Bruno Messerli, The Himalayan Dilemma, Routledge, 1989, pp. 53-60 et 227.
  76. (en) Dorothy Stein, People who counts, Earthscan, 1995, 238 pages, pp. 187-188 : « These authors argue that, contrary to general belief, the Himalayan ecology is not going into supercrisis, even in Tibet. Deforestation has been a long-term affair, not just since 1950, but may stretch back hundreds or even over a thousand years. They point out that peat deposits, and still surviving trees at high altitudes indicate there were formerly more forests in Tibet, and besides, the society could not have supported the building of so many large religious institutions if all the wood had to be imported. »
  77. (en) Keeping the desert at bay, english.chinatibetnews.com, 1er janvier 2013.
  78. (en) A decade's desert control and prevention in Ngari, english.chinatibetnews.com, 16 novembre 2012.
  79. Tibet : la protection de l'environnement sur le même plan que le développement, Le Quotidien du Peuple en ligne, 17 mars 2011.
  80. (en) High noon for Tibet's development, English.new.cn, 19 juillet 2011 : « The regional government bans highly-polluting, energy-consuming projects such as paper-making factories, as well as iron, steel and chemical plants. »
  81. a et b Chine : fin de la construction de la première entreprise de traitement des eaux usées à Lhassa, Le Quotidien du peuple en ligne, 15 juillet 2011.
  82. Raymond Meyers (Green Tibet), Le Chinois Sun Xiaodi a reçu le prix international de militantisme anti-nucléaire, mis en ligne sur le site Action des citoyens pour le désarmement nucléaire, 12 décembre 2006.
  83. Raymond Meyers, « La politique militaire nucléaire de la Chine au Tibet et son impact » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05, sources : Green Tibet, Dharamsala, et Free Tibet, Londres, 2000, reproduit sur le site de l’association « Les amis du Tibet ».
  84. La première base de recherche sur les armes nucléaires de la Chine ouverte au public, sur www.french.xinhuanet.com, 3 mai 2007 : « La base, berceau des premières bombes atomiques et à hydrogène de la Chine. ».
  85. La première base de recherche sur les armes nucléaires de la Chine ouverte au public, op. cit.
  86. (en) « A nuclear attraction », The Standard, China Business Newspaper,‎ 30 juin 2007 (consulté le 9 septembre 2007)
  87. (en) China Admits to Nuclear Waste on Tibetan Plateau, sur tibet.com (ancien site du gouvernement tibétain en exil), 1996.
  88. (en) China to Start Building Centres for Nuclear Waste; First to Be in Gansu.
  89. GEO, Tibet, no 186, août 1994 (p. 69).
  90. (en) Tibet 2000, Environment and Development Issues Nuclear Threats, DIIR, site officiel du gouvernement tibétain en exil [PDF].
  91. Melvyn Goldstein, The Snow Lion and the Dragon, University of California Press, 1997, p. 31 : « on April 12, 1912, the new Chinese republic headed by Yuan Shikai issued an edict that declared Tibet, Mongolia, and Xinjiang on equal footing with the provinces of China proper and as integral parts of the republic. Seats were set aside for Tibetans in the National Assembly and a five-colored flag was created, the black band representing Tibet. »
  92. (en) Pierre Charles Lux-Wurm, The Story of the Flag of Tibet, in Flag Bulletin, Vol. XII, 1973, No. 1.
  93. Fabienne Jagou, Les marges culturelles du territoire chinois, in Géographie et cultures, No 34, été 2000, p. 6 : « il est difficile d'affirmer que le Tibet était un Etat, car bien que la nation tibétaine possédât un gouvernement, son pouvoir n'était pas représentatif à cause de sa nature théocratique. »
  94. a, b, c, d et e Roland Barraux, Histoire des Dalaï Lamas - Quatorze reflets sur le Lac des Visions, Éditions Albin Michel, 1993. Réédité en 2002, Albin Michel, (ISBN 2-226-13317-8).
  95. (en) Samten G. Karmay, Religion and Politics: commentary, Special to World Tibet News, 8 septembre 2008 : « However, in 1642 the Tsang Desi’s government was toppled by the combined forces of Tibetans and Mongols at the instigation of the Gelug sect which effectively empowered the Fifth Dalai Lama (1617-1685), as the head of state. He had been, until 1642, merely the abbot of Drepung Monastery. A new era of theocracy was ushered in with the total supremacy of the clergy and the subordination of laymen to it. »
  96. Léon Feer, Le pontificat tibétain, 1865, p. 285 : « [...] les renseignements venus de divers côtés, dans le cours du XVIIIe siècle sur le Tibet, sur sa religion, sa discipline ecclésiastique, son étrange théocratie [...]. »
  97. Jacques Bacot, Introduction à l'histoire du Tibet, 1962.
  98. Amaury de Riencourt, Le toit du monde : Tibet et l'Asie", Éditions France-Empire, 1955, 316 p., p. 294 : « [...] demander si la vieille prédiction concernant le XIIIe dalai lama ne s'appliquait pas à quelque bouleversement politique de première grandeur qui détruirait toute la théocratie du Tibet. »
  99. Abdul Wahid Radhu, Marco Pallis, Caravane tibétaine, Peuples du Monde, 1991, 299 p., p. 121 : « [...] les plus hautes autorités de la théocratie bouddhiste que le Tibet constituait. »
  100. Stéphane Guillaume, La question du Tibet en droit international, coll. « Recherches asiatiques », Éditions L'Harmattan, 2009, 308 p., p. 10.
  101. (en) Claude B. Levenson, The Dalai Lama: A Biography, Unwin Hyman, 1988, 291 p. : « So the Potala, or seat of the gods, was reborn out of its ruins, eventually to become one of the most imposing symbols of the Tibetan theocracy. »
  102. (en) Ishihama Yumiko, "The Conceptual Framework of the dGa'-ldan's War Based on the beye dailame wargi amargi babe necihiyeme toktobuha bodogon i bithe, 'Buddhist Government' in the Tibet-Mongol and Manchu Relationship", in Tibet and Her Neighbours: A History. Edited by Alex McKay, 157–165. London: Edition Hansjorg Mayer. p. 157 : « the term Buddhist Governement, that refers to the symbiotic relationship between religion and state, was a common idea between the Tibetans, Mongolians and Manchus from the latter half of the 16th to the middle of the 17th century. ... Its interpretation later changed into the "Government following the Dalai Lama's teaching" ... owing to the successful propagation of the fifth Dalai Lama. »
  103. Alex McKay, Introduction, Tibet and Her Neighbours: A History, p. 15. : « the system of Buddhist government underpined the fondamental central Asian understandings of statehood up until 1911. »
  104. (en) Dawa Norbu, The 1959 Tibetan Rebellion: An Interpretation, in The China Quarterly, No. 77, Mar., 1979 : « Tibet in 1950 was an isolated, working theocracy, possibly unique among the various political systems of the modern world. (1) I use "theocracy" as the nearest western equivalent of the Buddhist society that existed in Tibet. Although tibetologists and Tibetans are likely to object to the term, I use it in a political and social concept within the western political science. »
  105. Roland Barraux, op. cit., p. 142-143 « Celui-ci, en passant du Drepung au Potala, s'est laïcisé et structuré. »
  106. Fosco Maraini, Tibet secret (Segreto Tibet), préface de Bernard Berenson, traduction de Juliette Bertrand (ouvrage orné de 68 héliogravures d’après les photographies de l’auteur), Arthaud, Grenoble, 1954. (ouvrage paru en 1951).
  107. (en) Matthew Kapstein, Buddhism Between Tibet and China, p. 351.
  108. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow lion and the Dragon, University of california Press, 1997, p. 18.
  109. (en) Luciano Petech, China and Tibet in the Early XVIIIth Century: History of the Establishment of Chinese Protectorate in Tibet, 1972, p. 260 : « In 1751 the organization of the protectorate took its final shape, which it maintained, except for some modifications in 1792, till its end in 1912. The ambans were given rights of control and supervision and since 1792 also a direct participation in the Tibetan government. »
  110. (en) Hong Xiayong, China Did Well by Tibet', The Straits Times, 23 avril 2008, reproduit sur le site AsiaoneNews : « From 1727 to 1911, altogther 57 Ambans (ministers in charge of Tibet affairs in the Qing Dynasty) were stationed in Tibet to supervise local administration on behalf of the central authority. »
  111. (en) « Rong Ma », sur National School of Development.
  112. (en) Ma Rong, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 pages, p. 155 : « The main goal of the Qing Dynasty with respect to Tibet was to maintain the subordination of Tibet, keep Tibet peaceful and defend Tibet from foreign invasions. That was the mission of its two commissioners (Ambans) and troops in Lhassa in the early 18th century, although at times they reached 10,000 to 15,000 during the war against the Gurkhas (Grunfeld, 1996:45-46) in 1791. "There can be no question regarding the subordination of Tibet to Manchu-ruled China in the first decades of the 18th century (Goldstein, 1989a:44)." »
  113. (en) G. Ts. Tsybikoff, Lhasa in Central Tibet, Smithsonian (Washington D.C. National Museum) Report for 1903, Government Printing Office, Washington, 1904, pp. 727-746, p. 740 : « Passing now to the government of Central Tibet, the dependence upon China is made evident by the Peking Court appointment of a Manchu resident to manage the higher government. At the head of the local self-government stands the Dalai Lama as the spiritual and secular head of Central Tibet. »
  114. G. Ts. Tsybikoff, op. cit., p. 743 : « The central government of the land is in the hands of a council presided over by the Dalai Lama, called "deva-dzung". Ther principals in this council are four "kalons", or "dignitaries, appointed by the Chinese emperor, and their meetings are held in a special office - "kashag", or executive house. »
  115. Michael Harris Goodman, Le dernier Dalaï-Lama ? Biographie et témoignages, Éditeur Claire Lumière, 1993, (ISBN 2-905998-26-1)
  116. Michael Harris Goodman, op. cit., p. 179 : « les amban mandchous affectés à Lhassa avaient été des observateurs et des conseillers, mais ne jouaient aucun rôle dans le gouvernement du pays. (« Nous pouvions enfin évaluer l'autorité des suzerains chinois et l'influence de l'amban lui-même. Ni l'une ni l'autre n'existaient ») »
  117. DIIR, Tibet, environnement, développement, Éditions Prajna, 1992.
  118. Gallica.bnf.fr : Page N°806, livre Neuvième, du livre : Géographie générale, édition Garnier Frères, France, 1876
  119. Louis Grégoire, « Géographie générale, physique, politique et économique (éd 1876), Chapitre IX Pays qui dépendent de l'Empire chinois - 5. Tibet ou Thibet - Géographie physique. - Divisions principales ; villes - Livre Neuvième - p 806 »
  120. « Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet pendant les années 1844, 1845 et 1846 » (consulté le 21 mai 2014) sur gallica.fr
  121. « Souvenirs d'un voyage dans la Tartarie et le Thibet pendant les années 1844, 1845 et 1846 » (consulté le 21 mai 2014) sur Gallica.fr
  122. Teltscher, Kate (2006), The High Road to China: George Bogle, the Panchen Lama, and the First British Expedition to Tibet, Farrar, Straus and Giroux, New York, p. 244-246, (ISBN 978-0-374-21700-6).
  123. Alexandra David-Néel, Le vieux Tibet face à la Chine nouvelle, Plon, 1953, chap. I, Coup d'œil d'ensemble sur la situation (réédition de 1999, in Grand Tibet et Vaste Chine, pp. 961-1110, (ISBN 2-259-19169-X)), p. 965.
  124. Alexandra David-Néel, Le vieux Tibet face à la Chine nouvelle, op. cit., p. 965.
  125. (en) The Thirteenth Dalai Lama, Thupten Gyatso, sur dalailama.com, le site officiel du 14e dalaï-lama.
  126. H.-J. de Dianous, Le Tibet et ses relations avec la Chine, Politique étrangère, vol. 27, année 1962, No 1, pp. 38-72, en part. p. 45.
  127. Jean Dif, Chronologie de l'histoire du Tibet et de ses relations avec le reste du monde (suite 2), op. cit., en part. texte de l'accord, article I: « The Government of Great Britain engages not to annex Tibetan territory or to interfere in the administration of Tibet. The Government of China also undertakes not to permit any other foreign State to interfere with the territory or internal administration of Tibet ».
  128. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon: China, Tibet, and the Dalai Lama, Berkeley, University of California Press, 1997, p. 26.
  129. (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, University of California Press, 1989, 898 p., p. 47 : « The ambans also set out to transform the government in Tibet and to sinicize the elite. Plans were laid to train a large army and secularize the Tibetan government by creating lay governmental boards. Roads and telegraph lines were planned, and resource exploitation was considered; a Chinese school was opened in Lhasa in 1907, and a military college in 1908. »
  130. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997, p. 251.
  131. Melvyn Goldstein, The Snow Lion and the Dragon, op. cit., p. 28 : « A Chinese postal service was established and Tibet's first stamps were produced (in Chinese and Tibetan script). »
  132. Laurent Deshayes, op. cit., p. 252.
  133. Brief History of Tibet.
  134. (en) The Status of Tibet, sur le site tibet.com : « After returning to Lhasa, the Thirteenth Dalai Lama issued a proclamation reaffirming the independence of Tibet on 14 February 1913 ».
  135. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009 : « A US international law scholar who studied Tibet’s “declarations of independence” found they were not political-legal declarations at all, but merely the 13th Dalai Lama’s affirmations that the mchod-yon (priest-patron) relationship between Dalai Lamas and Chinese emperors had been extinguished due to the end of the empire (note : Alfred P. Rubin, “Tibet’s Declarations of Independence”, AJIL 60 (1966):812-814 and Rubin, “A Matter of Fact”, AJIL 60 (1966):586. » [PDF]
  136. (en) Tom A. Grunfeld, The Making of Modern Tibet, 2e édition, M.E. Sharpe, 1996, 352 p., p. 65.
  137. a et b (en) Charles Bell, Tibet Past and Present, 1924, pp. 150-151 « But the Dali Lama denied that the letter - which enjoined Dorjieff to work for the Buddhist religion, a common request - justified anything in the nature of a treaty. Nor does it appear that the Lama or his government ever ratified the document. » et p. 229 : « the Government of Lhasa, which replied to the following effect: 'The Dalai Lama never authorized Dorjieff to conclude any treaty with Mongolia.' »
  138. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, 2009 : « Tibet was not recognized by any established state in the modern era, the era that matters to the modern concept of statehood. Mongolia was not a recognized state in 1913. [...] Mongolia was not recognized until decades later by Russia and China, [...] or by Japan, [...]. The Soviet Union and ROC recognized Mongolia only in 1946 and the latter withdrew its recognition in 1953. It did not recognize Mongolia again until 2002. Japan recognized Mongolia in 1972; the US did so only in 1987. [...] The treaty [with Mongolia] was apparently inspired and executed with Russian interests at the fore; yet, whether that is so is not the main point, because Tibet and Mongolia were not recognized as states. Thus, for them to recognize each other had no more significance than the present-day mutual recognition by South Ossetia and Abhazia [...] » [PDF]
  139. (en) Elliot Sperling, The History Boy, Rangzen Alliance, 24 juin 2010 : « That the Tibetans and Mongols asserted in their 1913 treaty that they had emerged from under rule by the Manchu State and were thus no longer linked with China (Rgya-nag) is significant in terms of terminology. »
  140. Fosco Maraini, Tibet secret, Paris, 1952, p. 187
  141. Le Dalaï Lama et le Waffen SS, Georges André Morin interrogé par Patrice Sifflet, France Culture, 10 septembre 2006, reproduit sur le site michelcollon.info, 2 mai 2008.
  142. (en) Barry Sautman, China's strategic vulnerability to minority separatism in Tibet, in Asian Affairs: An American Review, 32, 2 (Summer 2005), 87 (32) : « no state recognizes the TGIE or the claim that Tibet was independent ».
  143. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, in Maryland Series in Contemporary Asian Studies, No 3-2009, p. 21 : « Only if the Chinese government abandoned its sovereignty over Tibet would the Tibet Plateau have become the Lhasa government’s territory. It never did so. » ; p. 5 et 7 : « [...] the non-recognition by states and international organizations of both “old Tibet” and the TGIE ».
  144. Anne-Marie Blondeau in Le Tibet est-il chinois ?, Albin Michel, 2002, (ISBN 2-226-13426-3), p. 89
  145. (en) Melvyn Goldstein et Cynthia M. Beall, Nomads of western Tibet: the survival of a way of life, University of California Press, 1990, 191 p., p. 50 : « while Tibet was loosely subordinate to China for several hundred years prior to 1911, between then and 1951, it functioned as a de facto independent political entity, although it never received de jure international recognition of an independent legal status separate from China. »
  146. Elisabeth Martens, Lettre au Monde diplomatique en réponse à l'article de Mathieu Vernerey, Bourgeonnement précoce du printemps de Lhassa, avril 2008, sur le site du Monde diplomatique, Archives, mai 2008 : « L’indépendance du Tibet ne s’appuie sur aucun document officiel et ne fut jamais reconnue par aucun pays au monde, ni par les Nations unies. »
  147. Elisabeth Martens, op. cit. : « On parle toutefois d’une « indépendance de fait » du Tibet au début du XXe siècle : qu’en est-il ? Elle est en réalité une dépendance économique et politique du Tibet vis-à-vis de l’Angleterre, dépendance qui profitait largement à l’élite tibétaine composée de marchands aisés, de familles de la noblesse et, surtout, des responsables des monastères bouddhistes puisque ceux-ci possédaient plus de 70 % des terres tibétaines sous le millénaire de régime théocratique (Xe au XXe siècle. »
  148. (en) The Political Philosophy of His Holiness the XIV Dalai Lama, Selected Speeches and Writings - 1998, Edité par A.A. Shiromany, Tibetan Parliamentary and Policy Research Centre, dalaï-lama, lettre au Secrétaire général de l'ONU datée du 9 septembre 1959, « Sixth, the sovereign status has also been recognised by other powers. In 1948 when the Trade Delegation from the government of Tibet visited India, France, Italy, the United Kingdom, and the United States of America, the passport issued by the Tibetan government was accepted by the governments of these countries. » [PDF]
  149. Clémence de la Robertie, Il était une fois, les Dalaï-Lamas, www.buddhachannel.tv
  150. (en) Barry Sautman, "All that Glitters is Not Gold": Tibet as a Pseudo-State, op. cit. : « Exile leaders argue that Tibet’s statehood is based on [...] superficial indicators of a state, such as flags, passports, stamps and currency (note 31: The ICT, for example, in arguing that Tibet is under “Chinese occupiers”, states that Tibet had its own flag and currency. Most people do not know that such supposed indicia of sovereignty are also found among non-state territories. » [PDF]
  151. Cette convention indique que le Tibet demeure entre les mains du gouvernement tibétain à Lhassa : (en) (The changing face of recognition in international law: A case study of Tibet, Boston University School of Law, note 147 p. 148 [PDF]
  152. (en) Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, 1913-1951: The Demise of the Lamaist State, Berkeley, University of California Press, 1989, p. 75 : « The British and Tibetan plenipotentiaries were willing to sign the draft accord, but I-fan Chan, the Chinese plenipotentiary, refused. After considerable pressure from the British, he initialed the draft and then referred it to his government, which immediately repudiated his initialing. »
  153. Frédéric Lenoir et Laurent Deshayes, L'épopée des Tibétains : entre mythe et réalité, Fayard, 2002 (ISBN 978-2-213-61028-3).[réf. insuffisante]
  154. (zh) rencontre en 1946 entre le gouvernement tibétain et chinois du guomindang, sur CCTV.
  155. Pierre Chapoutot, Géopolitique du Tibet: Tibet imaginaire, Tibet réel, en part. chapitre « L'illusion de l'indépendance », site Cafés géographiques, 27 février 2002.
  156. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, p. 209, pp. 213-215.
  157. Invasion du Tibet sur l'encyclopédie Universalis.
  158. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, p. 322, « En septembre 1950, le général Liu Bocheng et Deng Xiaoping, alors représentant de la RPC dans son Sichuan natal, ont annoncé que le Tibet serait « libéré ». C'est le 7 octobre que 40 000 hommes aux ordres du général Zhang Guohua franchissent le Yangtsé en une demi-douzaine de points. [...] Le 17, Ngabo Ngawang Djigmé accepte la capitulation de Chamdo. »
  159. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, p. 325 : « Les représentants de la RPC, de leur côté, ont déjà préparé le texte de l'acccord qu'ils finissent par imposer en jouant sur un ultimatum simple : sans accord, l'APL continuera sa progression. »
  160. (en) Melvyn C. Goldstein, A history of modern Tibet, vol. 2 : the Calm Before the Storm, 1951-1955, Berkeley, University of California Press,‎ 2007 (ISBN 978-0-5209-3332-3), p. 104-105 : « In addition to acknowledging Chinese sovereignty for the first time in Tibetan history (point 1), the Tibetans would now assist the troops and cadres of the PLA to occupy Tibet peacefully (point 2). The Tibetans also agreed to give up control over Tibet's foreign affairs, border defense, and commerce (point 14) and agreed that the Tibetan army would be gradually incorporated into the PLA, albeit with no set deadline (point 8). They also accepted the return of the Panchen Lama to Tibet (points 5 and 6) and, in point 15, the creation of a new administrative entity, the Military Administrative Committee, separate from the Tibetan local government and under the Central People's Government ».
  161. (en) Melvyn C. Goldstein, A history of modern Tibet, vol. 2 : the Calm Before the Storm, 1951-1955, Berkeley, University of California Press,‎ 2007 (ISBN 978-0-5209-3332-3), p. 104.
  162. Richard Poulin, La politique des nationalités de la RPC de Mao Zedong à Hua Guofeng, chap. V, La révolte tibétaine de 1959.
  163. (en) Melvyn C. Goldstein, A history of modern Tibet, vol. 2 : the Calm Before the Storm, 1951-1955, Berkeley, University of California Press,‎ 2007 (ISBN 978-0-5209-3332-3), p. 105 : « points 3 and 4 state that Tibetans would have the right of exercising regional autonomy and that the central government in Beijing would not alter either the existing political system in Tibet or the "established status, functions and powers of the Dalai Lama" or his officials. Point 7 said religious freedom would be protected, and the income of the monasteries would not be changed by the central government. »
  164. (zh) Vidéo documentaire de la rencontre de Mao Zedong du 14e dalaï-lama et du 10e panchen-lama - CCTV [vidéo]
  165. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, p. 329.
  166. The Dalai Lama has CIA connections
  167. Tibet : le soutien ambigu des États-Unis au dalaï lama.
  168. Cent questions sur le Tibet, publication du gouvernement chinois, 2001. Extrait de la réponse à la question 13 : « Des gens de l'échelon supérieur du Tibet considéraient comme une faiblesse l'attitude du gouvernement central d'attendre patiemment la réforme du système social du Tibet, et ils déclenchèrent sans vergogne une rébellion armée en 1959. Dans ces circonstances, se conformant au désir de la majorité de la population du Tibet, le gouvernement central réprima rapidement la rébellion et lança une réforme démocratique. Celle-ci abolit le régime féodal du servage, extrêmement corrompu et ténébreux, et la théocratie, et elle permit à un million de serfs et d'esclaves de s'émanciper. Ces derniers n'étaient plus considérés comme les biens individuels des propriétaires de serfs, c'est-à-dire pouvant être vendus, achetés, transférés, échangés et utilisés pour payer une dette, et ils n'étaient plus forcés à travailler pour leurs propriétaires. Ces serfs et ces esclaves, traités depuis longtemps comme des « bœufs et des chevaux doués de la parole », devinrent dès lors des « êtres humains » à part entière. Ils obtinrent la jouissance de la liberté individuelle et devinrent les maîtres de leur propre destin et de la société. C'est une transformation qui fait époque dans l'histoire du Tibet et aussi un grand progrès dans l'histoire de son développement des droits de l'homme. »
  169. Robert Barnett, Le Tibet est-il chinois ?.
  170. Correspondant approximativement à l'ensemble des entités administratives autonomes tibétaines de la République populaire de Chine.
  171. (en) Jen Lin-Liu et al., Frommer's China, p. 747 : « The Panchen Lama (...) was sent to Qinghai on a fact-finding mission in 1962. Upon his return, he penned a 70,000-word tract (...) ».
  172. (en) China's top Tibetan official criticises Panchen Lama report (TIN), site World Tibet News, 9 avril 1998, Kathmandu (Népal), 91 p. ; citation : « In the petition, he gave a graphic description of the starvation that was widespread in eastern Tibet during the early 1960s as a result of the Chinese policy known as the Great Leap Forward ».
  173. (en) Interview with Ngapoi Ngawang Jigme, SCMP, Jasper Becker, 4 avril 1998
  174. Marie-Claire Bergère, La Chine de 1949 à nos jours, 2000, p. 119.
  175. Wang Lixiong, « Réflexions sur le Tibet », in New Left Review (des extraits ont été traduits dans le Courrier International du 21 au 27 novembre 2002).
  176. a et b Woeser, Mémoire interdite. Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet, p. 552, traduit par Li Zhang & Bernard Bourrit, éd. Gallimard.
  177. (en) Dorothy Stein, People who count: population and politics, women and children, Earthscan Publications, London, 1995, XI + 239 p., p. 186 : « Although there is evidence that much of the destruction of religious institutions during the Cultural Revolution was in fact actually carried out by Red Guards of Tibetan ethnicity, it has since been laid entirely at the Chinese door. »
  178. (en) Dawa Norbu, Tibet : the road ahead, 1998, Rider & Co, (ISBN 978-0712671965), p. 273-274. « Kunsang Paljor, who was then working for The Tibet Daily News, says that as many as 8130 Chinese Red Guards from twelve educational institutions in China proper came to Lhasa and only three Tibetan schools in Lhasa were involved in the beginning of the Cultural Revolution. »
  179. Pierre-Antoine Donnet, Tibet mort ou vif, Gallimard, 1990, (ISBN 978-2-07-071918-1), p. 133 « Les sbires du dictateur entreprirent à partir de 1966 la destruction systématique, méthodique, calculée, planifiée et totale de la civilisation tibétaine. »
  180. (en) Mobo C. F. Gao, Battle for China's Past: Mao and the Cultural Revolution, London and Ann Arbor, Pluto Press, 2008, XI + 270 p., p. 24 : « The authorities in Tibet often tried to restrain radical actions, with the PLA for example consistently supporting the more conservative factions against the rebels. Temples and monasteries survived best in the central areas and cities where the authorities could still exercise some control. »
  181. Tsering Shakya, Le Tibet sous la botte, Courrier International 28 novembre 2002
  182. (en) Melvyn C. Goldstein, The Snow Lion and the Dragon. China, Tibet, and the dalai Lama, University of California Press, 1997, page 61.
  183. a et b Encyclopédie Larousse
  184. (en) A. Tom Grunfeld, Reassessing Tibet Policy, sur le site Foreign Policy in Focus, 12 octobre 2005 : « During the 1980s, CCP moderates paved the way for increased usage of the Tibetan language, the reconstruction of religious buildings (with more temples in some regions now than before 1951), and the encouragement of Tibetan culture. »
  185. 2002 : L'épopée des Tibétains : entre mythe et réalité, de Laurent Deshayes et Frédéric Lenoir, Fayard (ISBN 978-2213610283).
  186. Le Tibet est-il chinois ? Ouvrage collectif dirigé par Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, 2002, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions, Intervention de Robert Barnett PageS 377 et suivantes.
  187. Gouvernement tibétain en exil, Réponse de l’Administration Centrale Tibétaine aux allégations du gouvernement chinois, 15 mai 2008 : « En 1987, 1988 et 1989 Lhassa a été secouée par une série de manifestations. Ces manifestations ont été brutalement réprimées et la loi martiale a été imposée à Lhassa en 1989. »
  188. Robert Barnett, in Le Tibet est-il chinois ? (ss la dir. de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille), 2002, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions (ISBN 2226134263), p. 378.
  189. Barry Sautman and Shiu-hing Lo, The Tibet Question and the Hong Kong Experience, Occasional Paper/Reprint Series in Contemporary Asian Studies Series, Number 2-1995 (127) : « Monks and nuns have played a prominent role in pro-independence protests. »
  190. (en) He Baogang and Barry Sautman, The politics of the Dalai Lama's new initiative for autonomy, op. cit. : « There were two dozen sizeable demonstrations in the late 1980s and early 1990s. Several during 1987-89 and one in 1993 involved at least a thousand participants. Police killed dozens and arrested hundreds; protestors killed several policemen and carried out beatings and arson directed at Han civilians ».
  191. (en) Chinese Said to Kill 450 Tibetans in 1989.
  192. (en) Chinese Said to Kill 450 Tibetans in 1989 : « A former Chinese journalist says security forces killed more than 450 Tibetans in the capital of Lhasa in 1989, the Observer newspaper has reported. The Chinese Government has reported that about a dozen people were killed on March 5 and March 6 of last year, the newspaper said in its Sunday issue ».
  193. Ann Riquier, Tibet : résistance au féminin
  194. La fulgurante épopée des Karmapas : entretien avec Francesca Yvonne Caroutch.
  195. Immolations au Tibet : un ancien moine bouddhiste succombe à ses blessures, Le Monde avec l'AFP, 9 décembre 2011
  196. Tsering Woeser, Le Monastère Kirti menacé de destruction, 16 janvier 2012.
  197. Tibet:des manifestants tués par les forces de l’ordre, Courrier International.
  198. Les tentatives des forces sécessionnistes à l'étranger de discréditer le gouvernement chinois sont vouées à l'échec, agence de presse Xinhua, 2012/01/25.
  199. (en) Xu Aqing (Global Times), Authorities condemn rioters in Tibetan-populated counties, Ecns.cn, 1er février 2012 : « The next day, on January 24, more violent riots struck Seda, another county in Ganzi. Rioters threw Molotov cocktails and stones, and opened fire, injuring 14 police officers, before they were dispersed. The official document does not mention deaths from the riots or the number of rioters. Hu Weidong, an office director with the CPC Sichuan committee's publicity department, told the Global Times that one rioter was killed in each of the counties, and 13 others were detained in Seda. Some injured rioters were suspected to be hiding in local monasteries. [...] Rioters involved in both attacks also smashed residential houses that had Spring Festival decorations and lanterns, in an apparent attempt to intimidate people observing Han culture. »
  200. (en) G. Ts. Tsybikoff, Lhasa and Central Tibet, Smithsonian (Washington D.C. National Museum) Report for 1903, Government Printing Office, Washington, 1904, pp. 727-746, p. 730 : « The most reliable evidence indicates that Central Tibet has not more than about 1,000,000 inhabitants. Reliable statistics of the whole population are not obtainable, but it is certainly not very great, for the many narrow river valleys between high, rocky mountains are unfit for agriculture and could not sustain many inhabitants. Besides, the numerous unmarried ascetic ecclesiastics of both sexes and epidemics of small-pox and other fatal diseases against which the Tibetans are almost defenseless, not only retards an increase but would appear to gradually decrease the country's growth. More than 10 per cent of the population of Lhasa and neighboring monasteries died of small-pox in 1900. »
  201. (en) Frank Moore Colby, Talcott Williams, The New International Encyclopaedia: Volume 22, Édition 2, Éditeur Dodd, Mead and company, 1930, p. 257 : « Officially, the population of Tibet is given as 6,430,000, and by the Chinese Michengpu census of 1910 as 6,500,000 »
  202. Giuseppe Tucci, Tibet : Land of Snows, Elek Books, London, 1967, p. 19. « Northeast of Kham is Amdo, through which the Yellow River pursues its leisurely course along the Bayankara chain; and then the great lake Koko Nor. In the north is Changthang — the Northern Plateau — inhabited by nomadic races. The indigenous name for Tibet is P'd (spelt Bod), or P'qytil, and more poetically, the ' Land of Snows' : a succession of uplands and valleys with an area of over one and a half million square miles, thirty times that of England. On all this territory lives a population of two or three million, according to what I could gather on my travels ». Cité par le professeur Colin P. Mackerras dans (en) People’s Republic of China: Background paper on the situation of the Tibetan population, A Writenet Report, pp. 19-20 [PDF]
  203. a et b Source (le document n'est plus disponible sur le site tibetology.ac.cn) : (zh) 1950-1990年藏族人口规模变动及其地区差异研究 (les chiffres de la RAT en 1953 et 1964 présentés dans cette étude correspondent à des évaluations, tous les autres chiffres proviennent de recensements)
  204. Lors d'une interview le 31 mai 2008, le dalaï-lama a déclaré : « "Greater Tibet", now, this very word comes from the Chinese government side. We never state the greater Tibet », (en) His Holiness the Dalai Lama discusses the recent unrest inside Tibet with the editors of the Financial Times (FT).
  205. (zh) Xinhua News report
  206. (en) The law of birth control, The People's Republic of China.
  207. (zh) SINA News report.
  208. (zh) Population of Tibet 1950-1990
  209. Développement des services médicaux et poussée démographique au Tibet ; selon le recensement national de 1953, le nombre des Tibétains, y compris ceux du Tibet, était de 2,77 millions ; celui de 1990 en dénombra 4,59 millions.
  210. See An Appeal from Tibet in Human rights Update (January 31, 1997 Volume II : No. 2), Tibetan Centre for Human Rights and Democracy
  211. Le Figaro : Domenach-Jullien:l'Occident peut-il comprendre la Chine ?
  212. Livre blanc : La modernisation du Tibet (1), Beijing, Office d'information du conseil des affaires d'État de la République populaire de Chine,‎ 31 juillet 2003 (lire en ligne) : « Depuis 1984, avec le concours de l'État, 9 provinces (municipalités) ont envoyé des travailleurs et fourni des matériaux pour entreprendre au Tibet 43 projets de construction. »
    Livre blanc : La modernisation du Tibet (2), Beijing, Office d'information du conseil des affaires d'État de la République populaire de Chine,‎ 31 juillet 2003 (lire en ligne) : « Elles (Le DL et les forces hostiles internationales) ont prétendu que le développement rapide de l'économie du Tibet était le "sabotage de l'environnement du Tibet" et que la sollicitude et les contributions du gouvernement central et du peuple chinois au processus de modernisation du Tibet étaient un "pillage des ressources du Tibet" et un "renforcement du contrôle sur le Tibet par les Hans" ».
  213. Pour Pierre Picquart, beaucoup de médias occidentaux ne connaissent pas bien la Chine et le Tibet Interview de Pierre Picquart par Xinhua 25/03/2008. Cela résulte d'une ignorance de l'histoire du Tibet [...], a expliqué Pierre Picquart, qui préfère personnellement « les termes du progrès, de la tolérance et de la construction économique, sociale et culturelle ».
  214. (en) Netizens condemn biased reporting on riots, China View, 9 juillet 2009.
  215. (en) Robert Marquand, 'Seeking truth from facts' in Tibet, The Christian Science Monitor, August 30, 2004 : « Since Tibet is viewed as part of the Chinese motherland dating back thousands of years, Chinese assume the right to establish themselves here ».
  216. (en) Catherine Liu, Xinghua Insight: Tibetans leave home to seek new opportunities], I et II, english.chinatibetnews.com, 15 mars 2012.
  217. (en) CIA Operations in China Part III, Ralph McGehee's Archive on JFK Place, 5/2/96 : « the Laogai Research Foundation, (funded by the National Endowment for Democracy, a surrrogate CIA) of which Wu is the executive director ».
  218. (en) Population transfer and control, Bureau du Tibet, 1996.
  219. « Although Chinese officials asserted that 92 percent of the officially registered population in the TAR was Tibetan, they acknowledged that these figures did not include the large number of "temporary" Han residents, including military and paramilitary troops and their dependents, many of whom had lived in the TAR for years. Furthermore, freer movement of persons throughout China, government-sponsored development, and the prospect of economic opportunity in the TAR have led to a substantial increase in the non-Tibetan population, including both China's Muslim Hui minority and Han Chinese, in Lhasa and other urban areas, as migrant workers from China's large transient population sought to take advantage of the new economic opportunities. Most of these migrants professed to be temporary residents, but small businesses run by Han and Hui citizens, mostly restaurants and retail shops, predominated in almost all TAR cities. Many observers estimated that more than half of Lhasa's population was Han Chinese, and even official estimates put the number of temporary Han Chinese residents in Lhasa at over 100,000 out of a total population of 409,500. Elsewhere in the TAR, the Han percentage of the population was significantly lower. In rural areas, the Han presence was often negligible. », (en) China (includes Tibet, Hong Kong, and Macau) - Country Reports on Human Rights Practices, 25 février 2004. Consulté le 16 novembre 2007.
  220. Susette Cooke, « La culture tibétaine menacée par la croissance économique », Perspectives chinoises, no 79, 2003, §23, En ligne, mis en ligne le 2 août 2006. Consulté le 11 novembre 2007.
  221. (en) People's Daily, Beijing, November 10, 1959, in Population transfer and control
  222. 5 416 021 lors du recensement de 2000 : (en) (zh) China Statistical Yearbook 2003, p. 48 [PDF]
  223. L'évolution démographique dans le monde : I - La Chine.
  224. À la veille de l'arrivée des communistes chinois, le Kashag a écrit, dans une lettre adressée à l'ONU : « a weak and peace loving people, hardly exceeding 3 million. ». (en) Goldtein, Melvyn C., A History of Modern Tibet, 1913-1951 (Berkeley and Los Angeles: University of California Press, 1989-1991), pp. 746-747; FO 371/84455, Copy of UN file A/1658. original English version of Tibetan appeal, dated 11 December 1950.
  225. « In the official doctrinaire explanation the sharp decline in population, which ran contrary to the national trend, is attributed to the prevalence of feudal serfdom. 'Cruel persecution and oppression of the labouring people by the ruling classes was the root cause for the decline in population. The serfs and slaves had to do corvée labour like beasts of burden. Many of them were prohibited from getting married or having children. The heavy work for women after birth, and epidemic deseases were among the reasons for the shrinking population.' No mention is made, however, of the state of intermittent civil war which has existed since the Chinese entered Tibet in 1951, and the flight of refugees which occurred especially after the 1959 uprising. », Changing Population Characteristics in Tibet, 1959 to 1965, Michael Freeberne, Population Studies, Vol. 19, No. 3 (Mar., 1966), p. 317. Extrait en ligne.
  226. « The decline in population between 1953 and 1964 can be explained by several factors, including the deaths following the various revolts of the 1950s and that of 1959; the famines of the late 1950s and early 1960s (mainly in the Tibetan areas outside Tibet itself); and continuing decline due to factors similar to those already attributed to the period before 1950 [(the high proportion of males in the monastic order, together with the custom of polyandry; widespread venereal diseases; high infant mortality rates as well as frequent smallpox epidemics and in some places endemic goitre; a declining ecological base; and a violent lifestyle in Kham, then part of the Chinese province of Xikang, at least in the 1930s and 1940s)]. Another major factor is emigration, which accounted for many thousands of people through the 1950s and after and formed the basis of the Dharamsala community [...] », People’s Republic of China: Background paper on the situation of the Tibetan population, A Writenet Report by Professor Colin P. Mackerras, p. 19-20. Consulté le 16 novembre 2007 [PDF]
  227. (en) Chinese population - Threat to Tibetan identity. « The exiled Tibetan government, however, revealed in 1984 that since the invasion over 1.2 million Tibetans died as a direct result of China's invasion of their nation. This figure was compiled after years of analysis of documents, refugee statements and interviews, and by official delegations sent to Tibet by the Tibetan Government between 1979 and 1983. The fact-finding delegations travelled to most parts of Tibet ». "Over 1.2 Million Tibetans Died Under Chinese Rule, " Tibetan Review, March 1984, p 7.
  228. 'Tibet: Proving Truth from Facts', The Department of Information and International Relations: Central Tibetan Administration, 1996. p. 53. « Over 1.2 million Tibetans have died as a direct result of the Chinese invasion and occupation of Tibet. Today, it is hard to come across a Tibetan family that has not had at least one member imprisoned or killed by the Chinese regime. » [PDF]
  229. a et b (en) Tibetan Population in China: Myths and Facts Re-examined - Yan Hao [PDF]
  230. La page Human rights sur http://www.tibet.com/] le site basé à Londres du gouvernement tibétain en exil, au chapitre "1949-1979: Killings and destructions", on peut lire : « Over 1.2 million Tibetans have died as a direct result of the Chinese invasion and occupation of Tibet. Today, it is hard to come across a Tibetan family that has not had at least one member imprisoned or killed by the Chinese regime. According to Jigme Ngabo, "after the suppressions of 1959 and 1969, almost every family in Tibet has been affected in some way". » et « According to information compiled by the Tibetan Administration in exile, over 1.2 million Tibetans died between 1949 and 1979. » avec un tableau détaillé donnant le chiffre total de 1 207 387 morts tibétains.
  231. Tendzin Choegyal, le conseiller du dalaï-lama, dans un discours fait en 1999 au Hillsdale’s Center pour un seminaire sur les alternatives constructives, intitulé "Faith and Freedom Around the World" : (en) Tendzin Choegyal, « The Truth about Tibet », sur Guaracabuya, Revista Electronica, Imprimis (publication of Hillsdale College, Michigan),‎ avril 1999 : « More than 1,2 million Tibetans are dead as a result of the Chinese occupation ».
  232. Un dossier du groupe interparlementaire d'amitié liant le Sénat français au Tibet, intitulé "Un Tibet pour le XXIe siècle", chapitre "2.3. Bilan de l'occupation du Tibet par la Chine" avance : « Massacres et déni des droits individuels : si l'on doit donner une comptabilité des pertes en vies humaines depuis 1949, on estime à plus de 1,3 million le nombre de Tibétains (un cinquième de la population) morts directement ou indirectement du fait de l'occupation ».
  233. Patrick French, op. cit., « L'historien Warren Smith, travaillant sur les déficits dans la croissance des populations, a écrit que les statistiques du gouvernement chinois « confirment les thèses tibétaine d'un nombre massif de morts et réfutent les dénégations chinoises ». D'après ses estimations, ce sont plus de 200 000 Tibétains qui « manqueraient » à la population de la Région autonome du Tibet. Avec les taux élevés et vérifiables de mortalité dans le Ganzou, le Sichuan et le Qinghai, au début des années 1960, il semble que le nombre de morts tibétains ait été aussi élevé dans ces régions que dans le Tibet central. Si cela est vrai, on peut avancer avec un certain degré de probabilité qu'environ un demi-million de Tibétains sont directement morts à cause de la politique appliquée au Tibet par la République populaire de Chine. Chiffre de toute façon terrifiant, en conséquence, et qui ne diminue en rien l'horreur de ce qui a été fait au Tibet. »
  234. Patrick French, Tibet, Tibet Une histoire personnelle d'un pays perdu, traduit de l'anglais par William Oliver Desmond, Albin Michel, 2005, pp. 83, 84, 326 et 327.
  235. Warren W. Smith, a broadcaster with the Tibetan Service of Radio Free Asia.
  236. Tibet, Tibet, (ISBN 978-1-4000-4100-8), pp. 278-282, citation de la page 600 de Warren W. Smith Jr, Tibetan Nation: A History of Tibetan Nationalism and Sino-Tibetan Relations, Westview Press, 1996, (ISBN 978-0-8133-3155-3).
  237. (en) The Incredible Weariness of Hope (Jamyang Norbu).
  238. (en) Topden Tsering, 'Hands off' isn't enough for Tibet. Dalai Lama stops short of autonomy, site SFgate.com, July 24, 2005 : « [...] Jamyang Norbu, a 51-year-old Tibetan novelist, playwright and activist who is widely seen as the enduring voice of Tibetan independence ».
  239. « [...] the death figures provided by the TGIE are exaggerations not sustained by the evidence. », Tibetan Population in China: Myths and Facts Re-examined, Yan Hao (Institute of Economic Research, State Department of Planning Commission, Beijing) [PDF]
  240. Le Tibet est-il chinois ?, ouvrage collectif publié sous la direction de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Albin Michel, coll. Sciences des religions, 2002, p. 144.
  241. Leslie Evans, How repressive is the Chinese government in Tibet?, sur le site UCLA International Institute, 4 décembre 2002, compte rendu d'une conférence du professeur Barry Sautman à l'université de Californie à Los Angeles : « There are no bases at all for the figures used regularly by the exile groups. They use the figure of 1.2 million Tibetans dying from the 1950s to the 1970s, but no source for this is given. As a lawyer, I give no credence to statistics for which there is no data, no visible basis. »
  242. (en) Slavoj Žižek, Tibet: dream and reality, Le Monde diplomatique (édition anglaise), mai 2008 : « Facing social unrest and disintegration, the ruling elite prohibited any development of industry, so all metal had to be imported from India » ; voir aussi Le Tibet pris dans le rêve de l’autre (édition française du Monde diplomatique), mai 2008.
  243. a, b et c Le Tibet, perle de Pékin - Libération, 19 mars 2008.
  244. (en) Understanding Tibet in Time and Space, UROP China Project Group, 14 août 2001 : « Modern industries in Tibet were close to non-existent prior to 1950. Industrial development finally surfaced in the late 1950s with the opening of several factories in Lhasa and the establishment of a hydroelectric power facility. By 1980, the economy was centered around tourism and agricultural industries. Tibet has seen gradual industrial growth during the late 20th Century, but still is one of the least prosperous provinces in China. » [PDF]
  245. Xiaoming Zhang, China’s Tibet, Éditeur 五洲传播出版社, 2004, p. 66 (ISBN 7-5085-0608-1 et 978-7-5085-0608-1), 148 pages.
  246. Les Échos, 27 mars 2008.
  247. Pierre Chapoutot, Géopolitique de l'Everest, Cimes, 2002.
  248. (en) Tourism drive is destroying Tibet - Paul Miles, Telegraph.co.uk, 8 avril 2005
  249. (en) Andrew Martin Fischer, « "Population Invasion" versus Urban Exclusion in the Tibetan Areas of Western China » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05 [PDF]
  250. Le Tibet réduit le prix de ses transports et hôtels pour attirer les touristes, Les nouvelles à travers la Chine et le monde, 23 décembre 2008
  251. Le Tibet a accueilli 2,7 millions de touristes entre janvier et juillet 2009
  252. Tourisme au Tibet : record du nombre de touristes en juillet 2009.
  253. (en) Direct flight boosts Tibet's tourism, 16 décembre 2011 : « Last year [2010], the region received 6.85 million tourists from home and abroad, generating revenues of 7.14 billion yuan ($11 million), 14 percet of its total GDP ».
  254. Le Monde avec AFP, La Chine ferme le Tibet aux touristes étrangers, 6 juin 2012
  255. (en) Mark Johanson, Tibet Closed to Foreign Tourists, Travelers Today, 7 juin 2012 : « "But one thing to keep in mind in Tibet is the tourism is now driven by the Chinese, so the few westerners that turn up in Tibet are not exactly driving the economy". »
  256. (en) Tibet receives record number of tourists, sur le site chinatibetnew.com, 10 décembre 2012 : « Southwest China's Tibet Autonomous Region has received a record 10 million domestic and foreign tourists so far this year, tourism authorities said Friday (7 décembre 2012). [...] Nearly 300,000 people are employed in the region's tourism sector, according to government figures. [...] Last year, more than 8.69 million people visited Tibet. »
  257. (en) Jim Underwood, Tibetan Stone Journey, Stonexus Magazine, issue #1, 2002, pp. 12-15.
  258. Julien Chatelin, Lhassa aujourd'hui, National Geographic, France, janvier 2008, no 100, p. 33.
  259. « Pékin inaugure le train du Toit du monde, voué à désenclaver et à siniser le Tibet » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05.
  260. (en) Pallavi Aiyar, Train to Lhasa, in Frontline, India's National Magazine, vol. 23, livraison 14, 15-28 juillet 2006 ; « The railway is espected to reduce the cost of transporting goods into the region by more than half. [...] two trains [...] have begun to arrive in Lhasa every day and are expected to carry in a cargo of 7.5 million tonnes every year. Champa (Phuntsok) [...] stressed that [...] plans for expanding the track to other cities, including border areas, are being discussed. »
  261. « Han Hong interprétant Tianlu à Canton sur la chaîne de télévision CCTV » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  262. (zh) « Interprétation en tibétain de Tianlu par Ba Sang sur une vidéo de présentation de la ligne » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05 sur CCTV.
  263. (en) Gregory Clark, The Fusillade Against China, site Journey East.
  264. (en) Rail link brings AIDS, beggars to Tibet - Dalai Lama, Reuters, 1er février 2007 ; « Tibetan exiles - about 80,000 of them live in India - have dubbed the rail link to the “second invasion of Tibet”. They say it will only increase Chinese migration, dilute Tibetan culture and militarise the region. »
  265. (en) Shibayan Raha (Coordinator of the Calcutta chapter of Friends of Tibet (India), China's Tibet Railway is permanent threat to India, site Phayul.com, 1er juillet 2006.
  266. Marie Louville, Tibet : Tanggula Express, un train sur le toit du monde, reportage d'Envoyé spécial diffusé sur France 2, 12 avril 2007.
  267. (en) Rail link brings AIDS, beggars to Tibet - Dalai Lama.
  268. (en) Catherine Liu, Full speed ahead for Tibet railway extension, chinatibetnews, 18 janvier 2012.
  269. (en) Heping Airport in Shigatse ready for flight, Chinatibetnews.com, 31 octobre 2010.
  270. Tibet Airlines réceptionne son premier A319 d'Airbus, french.news.cn, 2 juillet 2011.
  271. (en) Zhao Zongzhi and Jia Lijun, op. cit. : « By the end of 2003, some 41,302 kilometres of roads had been completed. [...] To date, the region has five national-level, 14 regional-level and six criss-cross highways, which basically satisfy the social and economic development needs of Tibet. [...] In addition to the 3,200 kilometres of asphalted roads, 32,195 kilometres of rural roads have also been built, linking some 683 townships and 5,956 villages across the region. »
  272. (en) Peng, James, « China Says ‘Sabotage’ by Dalai Lama Supporters Set Back Tibet »,‎ 16 janvier 2009.
  273. (en) Travel made easy on "roof of the world", English.news.cn, 17 juillet 2011, p. 1.
  274. (en) Travel made easy on "roof of the world", English.news.cn, 17 juillet 2011, p. 2.
  275. « The world in 1945 », sur United Nations [PDF]
  276. The World in 1945, no. 4135 « The designations employed and the presentation of material on this map do not imply the expression of any opinion whatsoever on the part of the Secretariat of the United Nations concerning the legal status of any country, territory, city or any area or of its authorities, or concerning the delimitation of its frontiers boundaries. » [PDF]
  277. (en) Noam Chomski, An exchange on "The Responsibility of Intellectuals", Noam Chomsky debates with Fryer Calhoun, E.B. Murray, and Arthur Dorfman, The New York Review of Books, April 20, 1967 : « Tibet has been recognized internationally as a region of China. This status has been accepted by India as well as Communist and Nationalist China, and to my knowledge, has never been officially questioned by the United States. »
  278. Martine Bulard, Chine-Tibet, des identités communes, article du blog Planète Asie du Monde Diplomatique à la date du 30 avril 2008, reproduit sur le site de l'UPMF de Grenoble : « Rappelons que les Nations unies n’ont jamais inclus le Tibet dans les pays à décoloniser (avant comme après 1971 – date du remplacement de Taïwan par la République populaire de Chine) et qu’aucun pays n’a reconnu le « gouvernement » tibétain en exil et donc la possibilité d’une indépendance. » [PDF]
  279. Les Nations unies et la décolonisation.
  280. Réponse du Ministère des affaires étrangères à une question écrite No 11393 de Gilbert Chabroux (Rhône - SOC), publiée dans le JO Sénat du 13 mai 2004, page 1028 ; reproduite sur le site Bienvenue au Sénat, Situation du Tibet, 12e législature : « L'assemblée générale des Nations unies, en accueillant en 1971 la Chine en son sein, n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet. Cette souveraineté a d'ailleurs été admise par la totalité des États ayant engagé depuis 1949 des relations diplomatiques avec la Chine ».
  281. Alain Peyrefitte, La Tragédie chinoise (Livre numérique Google), Fayard, 1990, 370 pages : « L'argument diplomatique renforce l'argument historique : tous les États qui ont reconnu Pékin ont admis qu'il n'y a qu'une Chine, et dans ses frontières actuelles. Aucune ne contredit l'appartenance du Tibet à la Chine. »
  282. Commission internationale de juristes, Tibet: Human Rights and the Rule of Law, 1997.
  283. (en) Barry Sautman, “All that Glitters is Not Gold”: Tibet as a Pseudo-State, pp. 5 et 7 : « Exile leaders argue that Tibet’s statehood is based on a lack of Chinese central government influence in Tibet from 1913 (when the Lhasa government “declared independence”) to 1951 [...]. Most people do not know that [...] legal standards for statehood exist or that hiatuses in national government control over a territory do not automatically convert the territory into a state. They are often unaware that parts of countries have no “right to independence”. [...] the non-recognition by states and international organizations of both “old Tibet” and the TGIE. » [PDF]
  284. Françoise Pommaret, « Tibet: une civilisation blessée », p. 62 : Khubilaï Khan devient empereur de Chine en 1260.
  285. Qui détient la souveraineté sur le Tibet.
  286. « Encyclopédie Microsoft Encarta », l’article « Tibet » : Les empereurs Qing affirment leur souveraineté sur le pays, en laissant dans la capitale des représentants et une petite garnison
  287. Souvenirs d'un voyage en Tartarie, Evariste Huc, 1854
  288. Cf. l'annexe de la Convention de Simla.
  289. Dans les cartes de la Chine, publiées par les Occidentaux et les Japonais, de l'entre deux guerres présentent le Tibet, soit comme province, soit comme région autonome de la Chine : Titre : China – political, Auteur : Bartholomew, J. G. (John George), 1860-1920; John Bartholomew and Son. Date: 1922 (carte britannique datée de 1922, où le Tibet apparaît comme une province de la Chine), Carte de la République de Chine issue de l'Université Harvard, édition 1935 (l'Ü-Tsang, équivalant aux deux tiers de la Région autonome du Tibet, a un statut de la Région autonome de la Chine), 中印国境はマクマホン・ライン(ヒマラヤ稜線近く)ではなく、ヒマラヤ山脈の麓に引かれています。(1933年発行) La Carte de frontière sino-indienne, publiée par les Japonais en 1933
  290. Mikel Dunham, Les guerriers de Bouddha, 2004, l'édition française, p. 18, (l'époque de la Seconde Guerre mondiale). En ce cas, la Chine dirigeait donc les affaires internationales du Tibet, p. 20 : (l'époque de la Seconde Guerre mondiale). Le Tibet n'est pas une zone vide sur les cartes des espions. Le pays est universellement identifié comme une partie de la Chine, sous le nom de « région autonome du Tibet ».
  291. (en) Chronology, in Resistance and Reform in Tibet (sous la direction de Robert Barnett et Shirin Akiner), Londres, Hurst, 1994, p. xviii : « The PLA announced its intention to "liberate Tibet from foreign imperialists" ».
  292. (en) Thomas Laird, The Story of Tibet, 2007, p. 296 : « And who was Tibet to be peacefully liberated from? Imperialist Americans and British spies ».
  293. Livre blanc : La modernisation du Tibet, Office d'information du conseil des affaires d'État de la République populaire de Chine, 2003 (voir version française en ligne)
  294. Dominique Bari, Qui est vraiment « Sa Sainteté le dalaï-lama » ?, L'Humanité, 12 août 2008
  295. Liberté religieuse.
  296. 人民日報評論:“西藏問題”不是民族問題
  297. (en) Barry Sautman, Preferential Policies for Ethnic Minorities in China: The Case of Xinjiang, ln Working Papers in the Social Sciences, No 32, The Hong Kong University of Science and Technology, 30 septembre 1997, p. 14 : « Universities are adjured to "give ethnic minorities priority over others with equal qualifications." In fact, minorities are eligible for admissions with lower entrance examination scores as a matter of course. »[PDF]
  298. Benito Perez, Les coulisses de la révolte tibétaine, Le Courrier, 28 mars 2008 : « A contrario, Elisabeth Martens vante la politique de discrimination positive menée, selon elle, par Pékin, qui « facilite l'enseignement aux minorités ethniques par des taxes universitaires moins élevées et des examens d'entrée moins sévères ». »
  299. 西藏民族区域自治政策概况.
  300. a et b Robert Barnett, Le Tibet est-il chinois ? de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, 2002, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions (ISBN 2226134263), p. 155
  301. 《天葬:西藏的命运Funérailles célestes : le Destin du Tibet》de 王力雄Wang Lixiong Dans cette édition, p. 267 [PDF]
  302. 透视历史看西藏:记者在拉萨学校采访
  303. célestes : le Destin du Tibet》de 王力雄Wang Lixiong Dans cette édition, p. 312 [PDF]
  304. Un aéroport à 4 436 mètres au Tibet ?, LE FIGARO.fr, 12/01/2010.
  305. Le tourisme au Tibet amplifié par le chemin de fer Qinghai-Tibet.
  306. Quelle solution politique pour le Tibet ?, Senat.fr, 10 septembre 2014
  307. Yann Rousseau, Pékin face à son énigme tibétaine, in Les Échos, 27 mars 2008.
  308. Yves Lacoste, Dictionnaire de géopolitique, Flammarion, 1993, article Tibet, pp 1497-1501
  309. Aymeric Chauprade, Géopolitique, constantes et changements dans l'Histoire, 3e édition, ellipses, 2007, p 189 (citation : « occuper le Tibet situé sur son flanc ouest, de manière à empêcher toute tentative étrangère de s'établir sur le toit du monde avec l'aide des Tibétains. Car celui qui tient le Tibet peut déferler sur la Chine, l'Inde, le Xinjiang et la Mongolie-intérieure. Au-delà donc des problèmes médiatisés liés aux entorses aux droits de l'homme dans la région, il faut comprendre les raisons géopolitiques de la présence chinoise au Tibet. »)
  310. The Middle-Way Approach: A Framework for Resolving the Issue of Tibet.
  311. Chronologie du Tibet sur le site Clio.fr
  312. (en) Legal Materials on Tibet, Third Edition
  313. Résolution numéro 1353 de l'ONU
  314. Résolution numéro 1723 de l'ONU
  315. Résolution numéro 2079 de l'ONU
  316. L'ONU captive de la Chine à propos du Tibet (J.Buhrer).
  317. Réponse du Ministère des affaires étrangères à une question écrite No 11393 de M. Gilbert Chabroux (Rhône - SOC), publiée dans le JO Sénat du 13/05/2004, page 1028; reproduite sur le site Bienvenue au Sénat, Situation du Tibet, 12e législature : « S'agissant du droit à l'autodétermination des Tibétains, il convient de replacer dans son contexte historique la résolution 1723 (XVI) du 20 décembre 1961 de l'Assemblée générale des Nations unies. À cette époque, la République populaire de Chine ne siégeait pas à l'ONU. [...] En tout état de cause, les résolutions de l'Assemblée générale ne sont pas juridiquement contraignantes et n'ont qu'une portée recommandatoire ».
  318. Réponse du Ministère des affaires étrangères à une question écrite No 11393 de M. Gilbert Chabroux (Rhône - SOC), publiée dans le JO Sénat du 13/05/2004, page 1028; reproduite sur le site Bienvenue au Sénat, Situation du Tibet, 12e législature : « L'assemblée générale des Nations unies, en accueillant en 1971 la Chine en son sein, n'a pas contesté la souveraineté de Pékin sur le Tibet. Cette souveraineté a d'ailleurs été admise par la totalité des États ayant engagé depuis 1949 des relations diplomatiques avec la Chine ».
  319. (en) Bhaskar Vyas, Rajni Vyas, Experiments with truth and non-violence: the Dalai Lama in exile from Tibet, Concept Publishing Company, 2007 (ISBN 978-81-8069-359-5), (ISBN 978-81-8069-359-5), p. 88 : « There was a hope that, following 1965 resolution by the UN and confirmation of genocide internationally, China would be put to shame. At least they will abide by the Seventeen Point Agreement in true spirit and effectively implement genuine autonomy. Though the UN resolutions did not materially change anything, China became aware that they have to deal with the issue. »
  320. (en) Environment and Development Desk of the DIIR, Growing sex workers in Tibet: Is It a Part of the Current Development Boom in Tibet? [archive], Tibetan Bulletin, Official journal of the Central Tibetan Administration, mai-juin 2005, vol. 9, issue 3 : « Prostitution as an industry was virtually non-existent before Chinese occupation of Tibet. Today, prostitution has become a widespread phenomenon "along with alcoholism, crime, unemployment and increasing levels of divorce and domestic violence" in the wake of the economic reform policy introduced by the Chinese government since 1980s, and it now forms an integral part of the informal economy in urban Tibet. […] Large-scale introduction of prostitution, particularly in Lhasa and Tsethang, took place in 1990. One cursory estimate in 1998 counted 658 brothels in the 18 main streets of Lhasa and 60 brothels in Tsethang. The primary reason for this sudden growth of sex industry in Tibet has been the large influx of predominantly male population. The rapid urbanization characterized by massive construction works in urban areas has attracted a large number of predominantly male Chinese migrant labourers, further adding to the already large population of Chinese soldiers deployed in Tibet. »
  321. (en) « Historically in Tibet there were no brothels, no drugs and little alcohol abuse ». Source : Report by the Tibetan Women's Association to the United Nations' Human Rights Council, 20 mars 2007.
  322. (en) Lobsang Sangay, China in Tibet. Forty Years of Liberation or Occupation?, in Harvard Asia Quarterly, Vol. III, No 3 Summer 1999 : « This is not a claim that prostitution never existed in Tibet before the arrival of the Chinese. It did exist, but was very minor in comparison with the more widespread practice today ».
  323. (en) Christopher Hale, Himmler's crusade: the Nazi expedition to find the origins of the Aryan race, John Wiley & Sons, 2003, 422 pages : « In Lhasa's crowded streets, women outnumbered men. Many were prostitutes [...]. As a result [of polyandry], many women failed to find a husband and drifted into the villages and towns, where they often turned to prostitution. Their clients came from the trading caravans that always filled the roads crossing the Tibetan plateau – and, it has to be said, from the monasteries. »
  324. Teresa M. Bentor, Chine : la prostitution à tous les coins de rues, Chine informations, 28/12/2008.
  325. Frédéric Lenoir, Tibet Le moment de vérité, Édition Plon, 2008, page 105.
  326. (en) Barry Sautman, "Cultural genocide" and Tibet, in Texas International Law Journal, April 1, 2003 : « The emigres try to attribute "vices" found in Tibet's cities to cultural corrosion due to the Han presence. Lhasa, like many cities around the world, has abundant outlets for prostitution, gambling, and drugs.502 The ICT director has stated, "We are concerned that more and more young Tibetans are being tempted by the very worst aspects of Chinese culture." However, none of the "vices" complained of are particularly "Chinese." Billiards is a Western invention, karaoke was born in Japan, and prostitution and drugs are universals. When questioned about Lhasa's discos and nightclubs, the Tibetan vice-chairman of the TAR referred to them as part of "the Western lifestyle" and said that they added diversity to the Tibetan and Han cultures found among local people, although TAR authorities do denounce gambling and prostitution and stage raids in an effort to rid the TAR of those vices. "Vices" in Tibet decried by the emigres are for the most part also present in such religious centers as Dharamsala and Kathmandu and are not uncommon among Buddhist monks in some countries. »
  327. (en) « His Holiness the Dalai Lama is the patron of TCHRD », sur le site About TCHRD.
  328. (en) Briefing paper for travellers to Tibet.
  329. Michael Taylor, Le Tibet - De Marco Polo À Alexandra David-Néel, Payot, Office du Livre, Fribourg (Suisse), 1985 (ISBN 978-2-8264-0026-4).
  330. (en) Victor et Victoria Trimondi, The Shadow of the Dalaï Lama, part II - 16, Tactics, Strategies, Forgeries and Illusions : « The Lhasa of tradition, (...), as a number of world travelers have reported, was until the mid-twentieth century one of the dirtiest cities on the planet. As a rule, refuse was tipped unto the street. The houses had no toilets. Everywhere, wherever they were, the inhabitants unburdened themselves. Dead animals were left to rot in public places. For such reasons the stench was so penetrating and nauseating that the XIII Dalai Lama felt sick every time he had to traverse the city. Nobles who stepped out usually held a handkerchief over their nose ».
  331. Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl; Ed Autrement, coll. Monde
  332. (en) Heinrich Harrer, Seven years in Tibet, E. P. Dutton, 1954 : « the whole place is tidied up, and during the season Lhasa is renowned for its cleanliness – which is not a normal condition ».
  333. John Gittings, Obituary: Heinrich Harrer, The Guardian, Monday 9, January 2006 : « He [Heinrich Harrer] also acknowledged the filth of everyday life. "The Tibetans didn't wash," he told me," and they had no toilet. Imagine Lhasa in the New Year celebrations when there were 25,000 Lhasans and 20,000 nomads as well as 25,000 monks." »
  334. Melvyn C. Goldstein, A History of Modern Tibet, Vol. 1: The Demise of the Lamaist State: 1913-1951, University of California Press, 1989, 898 p., p. 192 : « Gendün Chöphel also suggested public toilets should be built everywhere and we should impose taxes on the rich households, making them spend the same amount for building public toilets on,their land as they spent for their own houses. »
  335. Heinrich Harrer, Sept ans au Tibet, p. 196 « le gouvernement nous charge de créer un réseau d'égouts et d'installer l'éclairage électrique dans la capitale. Ces problèmes nous effraient mais, une fois de plus, Aufschnaiter nous tire d'embarras. »
  336. (en) William Montgomery McGovern, To Lhasa in Disguise: A Secret Expedition Through Mysterious Tibet, Asian Educational Services, 1924-462 p., p. 34 : « the Chumbi people [...] are of Tibetan origin [...]. Unlike the true Tibetans, with whom filthiness is a virtue esteemed by the gods, the Chumbi people are occasionally known to wash themseles. »
  337. (en) Robert Ford, Wind Between the Worlds, D. McKay Co., 1957, 338 pages, p. 82 : « One was that the Khambas did not bathe and rarely washed their bodies. One might have got used to that, but I could never stomach their sanitary habits. They squatted down whenever they felt the need. In Lhasa they used the open drains {...}. To Tibetans such matters are no more offensive than blowing one’s nose. Esthetically I suppose they are right, for the Tibetan robe conceals everything. »
  338. (en) Christopher Hale, Himmler's Crusade. The Nazi Expedition to Find the Origins of the Aryan Race, John Wiley & Sons, Hoboken (NJ), 2003, 422 p., p. 50 (ISBN 0471262927) : « he writes, 'The Tibetan women are very fertile and often give birth to about a dozen children. But due to a lack of hygiene the mortality rate of children is immense' ».
  339. Fond de santé, AMCHI].
  340. (en) Lhasa Today, China Internet Information Center, August 1998 : « historical documents showing that some 7,000 people died in 1925 when a smallpox epidemic spread through the city. Typhoid fever swept Lhasa in 1934 and once again in 1937 killing over 5,000 people. »
  341. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 (ISBN 978-0-87477-888-5) : « What a lot could be done for the future of Tibet if medical and sanitary conditions were improved! »
  342. Heinrich Harrer, op. cit. : « the average expectation of life among the Tibetans is only about thirty years. A great number of small children die. »
  343. Heinrich Harrer, op. cit. : « Venereal disease is very common in Tibet [...] They are generally neglected, and the doctor is called in when it is too late to do much good [...] »
  344. Heinrich Harrer, op. cit. : « Tibetans usually pay no attention to sickness in grown-up persons. »
  345. (en) Robert Ford, Captured in Tibet, Oxford University Press, 1990 (ISBN 019581570X) : « venereal disease [...] was rife all over Tibet, and especially bad in Kham. Medical ignorance and lack of hygiene were such that only the climate saved the country from epidemic disease, and it did not prevent the spread of syphilis and gonorrhea. Men and women in various stages came to see me for treatment, and there was nothing I could do. It was utterly depressing to have to turn awway afflicted babies. I tried to disseminate some knowledge, and discovered that most of the Khampas did not know how the disease was spread. They had been brought up to believe that all sickness was caused by evil spirits, and it was impossible to teach them the germ theory of disease. »
  346. (en) Kenneth Conboy and James Morrison, THE CIA'S SECRET WAR IN TIBET, the University Press of Kansas, 2002, p. 14 : « She [Princess Kukula] also mentioned that waves of Tibetan traders came to India almost quarterly to get treatment for venereal disease (a scourge in Tibet) and to pick up food shipments for import. »
  347. Robert W. Ford, op. cit., p. 4 : « I had become a careful rider since I put myself so far beyond the reach of medical aid and that a broken leg would mean death or at least deformity for life. »
  348. (en) Teresa Kowalska, Han Suyin, sur le site Voices from the Gap de l'Université du Minnessota : « As a medical doctor, she recalls multiple abhorring prejudices from Tibet's not very distant religious past, like a compulsory auto da fa of these mothers (obviously, along with their new-born babies), who had just delivered twins, or any higher multiplets. Such deliveries in the traditional Tibetan culture had been recognized as a severe punishment for human sins and a particularly bad omen, which needed to be eradicated from the earth's surface immediately. Another prejudice of a similar sort consisted in forcing Tibetan women to delivering their babies in the yak-sheds and then to remaining in those filthy and repulsive hiding-places for the so-called purification period, the practise which often ended with the confined woman's infection and death. »
  349. Australian aid group says Tibet worker has been missing since March; Associated Press, 22 December 2008
  350. Chinese court sentences seven Tibetans between 8 years to life Imprisonment
  351. Étudiants pour un Tibet libre, « Profiles in courage: Day 7 - March 4th » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05, 5 mars 2009
  352. « NGO worker sentenced to life imprisonment: harsh sentences signal harder line on blocking news from Tibet » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-09-14
  353. Severe beatings and arrests continue in Tibet, 14 mars 2012,
  354. Histoire de la médecine tibétaine
  355. (en) Keith Dowman, The Power-Places of Central Tibet: The Pilgrim's Guide, Routledge & Kegan Paul Ltd., London, 1988, p. 49 (ISBN 0-7102-1370-0).
  356. (en) Lhasa - God’s own Land.
  357. (en) « History of Tibetan Medicine » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05.
  358. (en) « Rev. Khyenrab Norbu (1883-1962 A.D.) » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05.
  359. (en) Michael Buckley, Tibet, édition No 2, Bradt Travel Guides, 2006, 310 p., p. 132 (ISBN 1-84162-164-1).
  360. Section Tibetan Medicine dans la page (en) Healthcare, sur le site Tibet's Past and Present, 11-03-2009.
  361. (en) G. Ts. Tsybikoff, « Lhasa and Central Tibet » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05, Smithsonian (Washington D.C. National Museum) Report for 1903, Government Printing Office, Washington, 1904, pp. 727-746, p. 732 : « when sick they prefer to take barley grains blessed by Lamas and prophets, or to have curing prayers read to them, rather than resort to medicine, which, by the way, is less developed in Central Tibet than in Amdo [...] ». p. 745 : « Tibet imports from India, [...] medicine »
  362. Fernand Meyer, Théorie et pratique de la médecine tibétaine in Médecines orientales : guide illustré des médecines d'Asie (ss la dir. de Jan Van Alphen, Anthony Aris, Florène Cramant), Éditions Olizane, 1998, 271 pages, p. 114.
  363. Terry Clifford, Lokesh Chandra, La Médecine tibétaine bouddhique et sa psychiatrie : La Thérapie de diamant, Dervy, 1998, (ISBN 2850769290), p. 24-25
  364. Vincanne Adams, Book Reviews: Their footprints remain: biomedical beginnings across the Indo-Tibetan frontier, Med Hist. 2010 October; 54(4): 553–555.
  365. (en) Alex McKay, “The Birth of a Clinic”? The IMS Dispensary in Gyantse (Tibet), 1904–1910, Med Hist. 2005, 49(2): 135–154. : « The establishment in 1904 of a British hospital at Gyantse, in southwestern Tibet, marked the formal introduction of biomedicine into that Himalayan state. In the ensuing decades, officers of the Indian Medical Service (IMS) offered treatment to Tibetans from their Gyantse base as a part of the British imperial relationship with the Tibetan state. » [...] « Steen trained three Tibetans in vaccination and by 31 December 1905, 1,320 children had been vaccinated in Gyantse and the surrounding neighbourhood. »
  366. (en) Alex McKay, 'It seems he is an enthusiast about Tibet': Lieutenant-Colonel James Guthrie, OBE (1906-71). J Med Biogr. 2005; 13(3): 128-35.
  367. Heinrich Harrer, op. cit. : « The policy of the government toward medicine is a dark chapter in the history of modern Tibet. The doctors of the British legations were the only qualified medical men in a population of three and a half million. Doctors would find a rich field of activity in Tibet, but the government would never consent to allow foreigners to practice. The whole power was in the hands of the monks, who criticized even government officials when they called in the English doctor. »
  368. Heinrich Harrer, op. cit. : « Aufschnaiter and I used to have a panic at the thought of an attack of appendicitis. Every suspicious pain used to alarm us. The Tibetans know nothing of operations on the human body except the lancing of boils [...] Surgery is completely unknown in the country [...] The use of instruments in confinements is likewise unknown »
  369. Heinrich Harrer, op. cit. : « The schools of medecine are unfortunately opposed to all progress. The doctrines taught by Buddha and his apostles are an overruling law, which may not be tampered with. »
  370. Heinrich Harrer, op. cit. : « One had to remind onseself in Lhasa that there were no dentists with their electric drills. »
  371. (en) Dorothy Stein, People Who Count: Population and Politics, Women and Children, Earthscan, 1995, 238 pages, p. 188 : « In 1958, according to Chinese sources, Tibet had only 174 hospital beds (or 0.15 per thousand people); in 1991, this had increased to 5 000 (or 2.3 per thousand). »
  372. Dorothy Stein, op. cit., p. 188 : « As of 1990, the death rate was down to 7 per cent, and life expectancy had risen from 35 in the early 1950s to 65. A survey in 1982 of Tibetan children betwween 7 and 17 showed that boys averaged over 10 centimetres taller and 5 kilograms heavier, while girls were 8 centimetres taller and 3 kilograms heavier than in 1965.14. »
  373. (en) Alarming Facts about the Health and Nutrition of Children in Tibet
  374. (en) Stunted Growth of Tibet’s children.
  375. (en) Malnutrition plagues Tibet's children.
  376. (en) Erik Eckholm, Study Links Malnutrition to Stunted Growth of Tibet's Children, The New York Times, 1er février 2001 : « Our data show that Tibetan children are not 'small but healthy,' (...) They have clinical signs of malnutrition as well as high morbidity and mortality. »
  377. (en) Centre pour la justice au Tibet, Une génération en péril mars 2001, (ISBN 0-9709950-0-8) p. 62
  378. Guide touristique du Tibet, 2003, China Intercontinental Press, (ISBN 7508503910 et 9787508503912), p. 146 « Qamdo ... La région produit 1200 médicaments à base de plantes ou d'animaux. [...] et vésicule biliaire de l'ours. »
  379. Tibétains, 1959-1999, quarante ans de colonisation, Ouvrage collectif dirigé par Katia Buffetrille et Charles Ramble avec Robbie Barnett, Georges Dreyfus, Samten G. Karmay, Per Kværne et Jigmé Namgyèl; pages 58 à 63, Le bön, l'autre religion par Per Kværne. Ed Autrement, coll. Monde 1998 (ISBN 286260822X).
  380. Mandchous 在清朝建立之前,滿族與蒙古族形成了政治聯盟,蒙古族信仰的喇嘛教(藏傳佛教)也很快傳入滿族,因此,佛教在滿族人中有著。 Avant la fondation de la dynastie Qing, les Mandchous et les Mongols créent une alliance politique, grâce à laquelle, la croyance des mongols - le lamaïsme (le bouddhisme tibétain) se répand vite chez les mandchous.
  381. «中国的亚洲内陆边疆 » 喇嘛教与满族势力在蒙古的兴起(17与18世纪)
  382. [« Histoire du Tibet » de Laurent Deshayes], p. 151, Le bouddhisme (tibétain) est bien implanté parmi les populations mandchoues. Depuis le milieu des années 1620, leurs chefs clament haut et fort qu'ils souhaitent exercer un patronage sur les territoires mongols dont la plupart ont été convertis par les religieux tibétains.
  383. [« Le Lama et L'Empereur »]P43-44, ...Abahai fait construire un temple bouddhiste en 1636 à Moudken, la capitale de son jeune empire. Il fait savoir qu'il souhaite rassembler les peuples nomades mongols et ceux de l'Asie centrale et devenir le nouveau patron du bouddhisme. La même année, il change le nom de la dynastie fondée par Nurhaci (Jin) en Daqing (grands Qing). Il se met en relation avec les Gélougpa. ...Le successeur de Shunzhi, Kangxi, est autant séduit par le bouddhisme que son prédécesseur, sinon plus....
  384. « Le rituel funéraire tibétain pratiqué depuis 1 000 ans survivra grâce à la protection du gouvernement chinois », Xinhuanet,‎ 13 janvier 2006 (consulté le 25 juillet 2008)
  385. (en) Ingun B. Amundsen, On Bhutanese and Tibetan Dzongs, in Journal of Bhutan Studies, vol. 5, hiver 2001, pp. 8-41, en part. p. 24 [PDF]
  386. (en) Michael Buckley, Tibet, édition No 2, Bradt Travel Guides, 2006, 310 p. (ISBN 978-1-84162-164-7) : « the Potala in Lhasa is a prime example of fortress architecture ».
  387. (en) Lyndia Aran, Inventing Tibet, Commentarymagazine.com, January 2009 : « Tibetan monasteries maintained private armies that were deployed in conflicts with the local government, with other monasteries, and sometimes even among schools within the same monastery. Fighting “dobdos” were known to constitute 15 percent of the monks of the great Gelugpa monasteries in and around Lhasa ».
  388. (en) Stephanie Roemer, The Tibetan Government-in-Exile. Politics at large, Routledge, 2008, p. 12 : « These monastic complexes maintained their own monastic forces, which had access to guns and munitions and appeared as competing armed power by dwarfing the Tibetan army ».
  389. Elisabeth Martens, Histoire du Bouddhisme tibétain : La Compassion des Puissants, L'Harmattan, 2007, p. 132 (ISBN 978-2-296-04033-5).
  390. (en) Sanderson Beck, Tibet, Nepal, and Ceylon 1800-1950 : « The British were ordered not to loot [...]; but they did take some images and paintings from monasteries that resisted ».
  391. Claude Arpi, Tibet, le pays sacrifié, 2000, Calmann-Lévy.
  392. Le 14e dalaï-lama affirme à ce propos : « Personne ne savait ce qu’allait faire l’armée britannique. Mais plus tard, elle parut disciplinée. Quand ils rencontraient des obstacles, ils tuaient, c’est vrai. Mais sinon, ils n’incendièrent pas les monastères, ne volèrent pas, ne pillèrent pas. Quand ils sont arrivés à Lhassa, ils ont campé dans leurs propres camps, et ont négocié avec le gouvernement tibétain. Ils étaient très disciplinés et plus tard, les Tibétains comparèrent leur façon d’agir avec celle des Chinois et des Mandchous lors de leur invasion (en 1910). Eux brûlaient les monastères et pillaient les villages », cf. Une histoire du Tibet : Conversations avec le Dalaï Lama, de Thomas Laird, Dalaï-Lama, Christophe Mercier, Plon, 2007 (ISBN 978-2-259-19891-2).
  393. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, with a new epilogue by the author. Translated from the German by Richard Graves. With an introduction by Peter Fleming, First Tarcher/Putnam Hardcover Edition, 1997 (ISBN 978-0-87477-888-5) : « The penalties for political offenses are very strict. People still speak of the monks of Tengyeling, who forty years ago sought to come to terms with the Chinese. Their monastery was demolished and their names blotted out ».
  394. Sanderson Beck, Tibet, Nepal, and Ceylon 1800-1950 : « The Tengyeling monastery was disendowed; traitors were banished, and the rest of the monks were distributed to other monasteries ».
  395. (en) Heinrich Harrer, Seven Years in Tibet, translated from the German by Richard Graves; with an introduction by Peter Fleming; foreword by the Dalai Lama, E. P. Dutton, 1954, (ISBN 978-0-87477-888-5) ; « It was not until the government bombarded the town and monastery of Sera with howitzers and knocked down a few houses that the resistance ceased.[...] The monastery was thoroughly ransacked by the soldiers, and for many weeks afterward gold cups, brocades, and other valuable objects kept turning up in the bazaars ».
  396. (en) Sanderson Beck, Tibet, Nepal, and Ceylon 1800-1950 : « The Tibetan army attacked the Che College again on April 27 and took it over, killing about two hundred monks while 15 soldiers died ».
  397. (en) Gyeten Namgyal, A Tailor's Tale. As Recounted by Gyeten Namgyal to Kim Yeshi, extrait dans The Fifth Reting Hutuktu Thubden Jampal Yeshe Tenpai Gyaltsen (1912-1947), sur le site HH RETING HUTUKTU : « Soldiers were sent in, Reting was looted and all the buildings destroyed, just the way Tengyeling had been thirty years before. I was appalled when I heard what had happened. Statues were smashed, thankas torn from their brocades and precious volumes pulled out of their cloth bindings and strewn everywhere. »
  398. (en) Åshild Kolås, Monika P. Thowsen, On the margins of Tibet: cultural survival on the Sino-Tibetan frontier, University of Washington Press, 2005, 276 pages, pages 48 et 50 (ISBN 978-0-295-98481-0), (ISBN 978-0-295-98481-0)
  399. Projet de cartographie du Tibet.
  400. (en) Monastic Education in the Gönpa, sur le site de The Conservancy for Tibetan Art & Culture : « More than 6,000 monasteries in Tibet were destroyed in the 1960s and 1970s following the Chinese invasion of Tibet. »
  401. Michel Peissel, Les Cavaliers du Kham. Guerre secrète au Tibet, Robert Laffont, Paris, 1972.
  402. Laurent Deshayes, Histoire du Tibet, Fayard, 1997, p. 334 (ISBN 978-2-213-59502-3).
  403. (en) Richard Pierre Claude, compte rendu de Howard B. Tolley Jr., The International Commission of Jurists: Global Advocates for Humam Rights, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1994, in Human Rights Quarterly, August 1994 : « Based on documentation and named respondents, the author presents the tale of the United States Central Intelligence Agency (CIA) in secretly bankrolling the formation of the ICJ as an instrument of the Cold War. [...] Tolley shows that the tainted source of funding was unknown to most ICJ officers and members, [...] ».
  404. Commission internationale de juristes, La question du Tibet et la primauté du droit, Genève, 1959, pp. 39-49.
  405. Fox Butterfield, La Chine - Survivant dans la mer d'amertume - Paris, Presses de la Cité, 1983, page 309.
  406. « Since the Chinese assumed full control over Tibet after an abortive Tibetan uprising in 1959, the number of Buddhist monasteries has been cut from 2464 to 10, Chinese officials told me during a week's tour of of "the roof of the world." Some, like the Gadan monastery, once the third largest in Tibet with nearly 10000 monks, simply disappeared »
  407. (en) When the Sky Fell to Earth: The New Crackdown on Buddhism in Tibet (Chapter 6: Destruction of Monasteries & Persecution of Leaders p. 63-80), International Campaign for Tibet, 2004 [PDF]
  408. Pierre-Yves Ginet, Destruction du plus grand monastère du monde.
  409. La Chine restaure des sites tibétains soigneusement choisis, artclair.com, 3 mars 2011.
  410. Woser: Mémoire interdite - Témoignages sur la Révolution culturelle au Tibet. Article de Wang: Réflexion sur la question tibétaine. Gallimard 2010, p. 536.
  411. (en) Dorothy Stein, People who count: population and politics, women and children, Earthscan Publications, London, 1995, XI + 239 p., p. 186 : « Although there is evidence that much of the destruction of religious institutions during the Cultural Revolution was in fact actually carried out by Red Guards of Tibetan ethnicity, it has since been laid entirely at the Chinese door, and the tendency of Tibetans and their pro-nationalist supporters to think only in ethnic terms has hardened. »
  412. Robert Barnett, Les immolations, « une forme de protestation politique », Courrier International, 10 juillet 2012
  413. Libération, Rafles à Lhassa pour casser la contestation, 31 mai 2012.
  414. (en) Masood Butt, 'Muslims of Tibet', Bureau du Tibet, janvier-février 1994 : « Tibetan Muslims trace their origin from immigrants from four main regions: China, Kashmir, Ladakh and Nepal. Islamic influence in Tibet also came from Persia and Turkestan. Muslims are known as Khache among Tibetans. This appear to be because the earliest Muslim settlers to Tibet were from Kashmir which was known as Khache Yul to Tibetans ».
  415. Masood Butt, op. cit.
  416. Nicolas Tournadre, Le bilinguisme tibétain-chinois : situation et enjeux.
  417. UNESCO : Les arts Regong : Inscrit en 2009 sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité
  418. (en) André Alexander, Different Approaches to Conservation in Tibet IATS Standing Committee for the Study of the Tibetan Architectural Heritage and Mural Art, International Association for Tibetan Studies, 2006 : « From 1959 to the late 1970s, a terrible wave of destruction swept across Tibet, leading to the complete destruction of the majority of monuments.". »
  419. Le Tibet est-il chinois ?, de Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, 2002, coll. Sciences des religions
  420. (en) Briefing paper for travellers to Tibet (cf Religion)
  421. Le bilinguisme tibétain-chinois : situation et enjeux, op. cit.
  422. (en) The Guardian Dalai Lama blames Tibetan burning protests on cultural genocide, 7 novembre 2011.
  423. Woeser Le Tibet Brûle.
  424. (en) China launches Tibetan channel for India, Nepal, PTI, 1er octobre 2007 (en ligne sur le site rediff NEWS) : « China launched the first-ever 24-hour Tibetan language television channel on Monday to mark its 58th National Day [...]. The channel only broadcast 11 hours a day when it was opened in 1999 ».
  425. (en) The wishes of a Tibetan, China Digital Times, 27 mars 2009 : « At present, the two most popular television channels in the Tibetan areas are the Qinghai Tibetan language channel and the Tibet Tibetan language channel » (« Actuellement, les deux chaînes télé les plus regardées dans les régions tibétaines sont la chaîne en langue tibétaine du Qinghai et la chaîne en langue tibétaine du Tibet »).
  426. (en) Zhang Mingyu, Cheer up for opening khampa Tibetan TV Channel, tibet.new.cn, 17 janvier 2010.
  427. (en) Seven Questions: What Tibetans Want, site Foreign Policy, mars 2008 : « I think we have to get over any suggestion that the Chinese are ill-intentioned or trying to wipe out Tibet ».
  428. (en) Robert Barnett, Thunder for Tibet, compte rendu du livre de Pico Iyer, The Open Road: The Global Journey of the Fourteenth Dalai Lama, Knopf, 275 p., in The New York Review of Books, vol. 55, number 9, May 29, 2008 : « Why, if Tibetan culture within Tibet is being "fast erased from existence", (do) so many Tibetans within Tibet still appear to have a more vigorous cultural life, with over a hundred literary magazines in Tibetan, than their exile counterparts? »
  429. (en) General background to the state of education in Tibet, Tibetan Centre for Human Rights and Democracy, 1997.
  430. « Education in Tibet, TCHRD » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  431. Le Tibet Journal, Éditions Dharma pour la traduction française, 1985, (ISBN 978-2-86487-010-4).
  432. (en) Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom.
  433. (en) Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Other Forms of Education
  434. (en) China's impact on Tibetan cultural and linguistic identity, Tibetan Bulletin online, January-April 2007 : « For centuries, monasteries and nunneries in Tibet were the principal centers of learning and education. Tibetan tradition required all families with more than two sons (to) send one of them to a monastery to become a monk. »
  435. « In independent Tibet, monasteries and nunneries, numbering over 6,000, served as schools and universities, fulfilling Tibet's educational needs. » Tibet: Proving Truth from Facts - Socio-economic conditions and colonialism
  436. « Before the peaceful liberation in 1951, school enrolment in Tibet was no more than 3,000 at its highest » China's Tibet Facts & figures 2002 - Education
  437. « Less than 2 percent of school-age children attended school and the illiteracy rate amounted to 95 percent on the eve of Tibet's peaceful liberation in 1951. » Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom. Ce chiffre est à mettre en relation avec la proportion indiquée dans ce même document de 10 % de moines et nonnes dans la population tibétaine : « Before 1959, there were some 2,000 monasteries in Tibet with 110,000 monks and nuns, who made up 10 percent of total population. » Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Monastic Education.
  438. Le Tibet est-il chinois ?, Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, Albin Michel, 2002, (ISBN 978-2-226-13426-4).
  439. Combats des nonnes tibétaines, Havnevik Hanna, 1995, Éd. Dharma, (ISBN 978-2-86487-025-8).
  440. « Students of the monastery schools, mainly monks, majored in Buddhist scriptures, but also gained some knowledge of Tibetan language, handwriting, literature and art, philosophy logic, astronomical Calendar and medicine. » Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Monastic Education.
  441. Tibet, mon histoire, Jetsun Pema, Éd. Ramsay.
  442. « Schools run by local governments were divided into schools for the training of lay and monk officials. Instead of providing students with systematic study, these schools were actually training centers for nurturing local government officials. Most of the students were from noble families. » Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Official Education
  443. « Unlike schools set up to train lay and monk officials, its students came from ordinary families. » Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Official Education.
  444. a, b et c (en) Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Official Education.
  445. a et b (en) Tibetan education as I see it, Qangngoiba Doje Ngoizhub
  446. Histoire de la médecine tibétaine.
  447. (en) « History of Tibetan Medicine » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?). Consulté le 2013-05-05
  448. a et b (en) China's Tibet Facts & figures 2002 - Education
  449. Education in Old Tibet Under Feudal Serfdom - Private Education
  450. (en) “The Birth of a Clinic”? The IMS Dispensary in Gyantse (Tibet), 1904–1910 : « An English school existed in Gyantse in the period 1923–26; it was closed as part of a general Tibetan movement against modernization at that time ».
  451. « Durant les quelques années qui suivirent la Convention de Simla, le dalaï-lama tenta de développer un rapprochement avec les Anglais [...]. Une école anglaise fut créée à Gyantsé mais, devant la réaction des grands monastères [...], l'école dut rapidement fermer ses portes. », Jérôme Edou et René Vernadet, Tibet, les chevaux du vent, Paris, L'Asiathèque,‎ 2007 (ISBN 978-2-915255-48-5), p. 76-77
  452. (en) “The Birth of a Clinic”? The IMS Dispensary in Gyantse (Tibet), 1904–1910 : « An English school opened in Lhasa in the 1940s but was also short-lived, although by this time some Tibetans were sending their children to Western schools in India. »
  453. « En 1944, à l'inspiration du Régent Takra, une deuxième tentative pour installer une école anglaise s'acheva, elle aussi, par un échec, quelques mois après son inauguration. », Tibet, les chevaux du vent, Ibid.
  454. « Cependant l'aristocratie de Lhassa prit l'habitude d'envoyer ses enfants dans les écoles anglaises de Kalimpong et Darjeeling. », Tibet, les chevaux du vent, Ibid.
  455. Michael Harris Goodman, Le Dernier Dalaï-Lama ?, traduction de l'anglais Sylvie Carteron et Catherine Béranger, postface Jean-Paul Ribes, Éditeur Claire Lumière, 1993, (ISBN 2905998261), p. 174.
  456. (en) Rong Ma, Population and Society in Tibet, Hong Kong University Press, 2010, 350 pages, p. 325 : « Education in Tibet has experienced great changes since 1952. A Middle Ages-style monastic education system has been transformed into a modern school system. The monastic education system was essentially destroyed after 1959. The new school system was established from 1959 to 1966 but it was interrupted during the Cultural Revolution. The schools were rebuilt when the political riots ended in 1976. After concerted efforts in the last quarter-century a complete educational system from primary schools to universities has been established in the TAR. »
  457. Tsewang Chodron, More bilingual kindergartens in Tibet, chinatibetnews.com, 28-12-2011 : « Tuition fees, as well as food and lodging expenses on campus, have been free for all primary and secondary school students from Tibetan herders' families since 1985. »
  458. (en) Chinese claims of improved education standards in Tibet challenged, AFP, 1er février 1999, « The progress made by Chinese authorities in raising educational standards in Tibet since the 1950s was vastly inferior to that achieved in the rest of the country, Bass told AFP by telephone. »
  459. Vegard Iversen, Le Tibet est-il chinois ?, Ouvrage collectif dirigé par Anne-Marie Blondeau et Katia Buffetrille, ed. Albin Michel, coll. Sciences des religions 2002 (ISBN 2226134263), p. 326 : « Les rapports sur l'éducation au Tibet sont catastrophiques et sapent les déclarations des autorités chinoises, qui affirment poursuivre de sérieux efforts pour le développement au Tibet. »
  460. Le Monde, Des collégiens tibétains manifestent dans le Qinghai pour la défense de leur langue, Brice Pedroletti, 25 octobre 2010.
  461. Brice Pedroletti, Pour l'anniversaire du soulèvement de Lhassa, la crise atteint un nouveau paroxysme au Tibet, 14 mars 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Tibet.

Sur les autres projets Wikimedia :

Thématiques majeures :

Sujets secondaires :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Catégorie Tibet de l’annuaire DMOZ