Chuck Yeager

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
US-O7 insignia.svg Chuck Yeager
Charles Yeager dans les années 1940
Charles Yeager dans les années 1940

Surnom Chuck
Naissance 13 février 1923 (91ans)
Myra, Virginie-Occidentale, Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance US Army Air Corps Hap Arnold Wings.svg United States Army Air Forces
Seal of the US Air Force.svg United States Air Force
Grade US-O7 insignia.svg Général de brigade
Années de service 19411975
Conflits Seconde Guerre mondiale
Guerre du Viêt Nam
Distinctions Distinguished Service Medal (2)

Silver Star (2)
Distinguished Flying Cross (3)
Legion of Merit (2)
Bronze Star
Purple Heart
Presidential Medal of Freedom
Congressional Silver Medal

Autres fonctions Instructeur
Pilote d'essai

Charles Elwood « Chuck » Yeager (né le 13 février 1923 à Myra, en Virginie-Occidentale) est un aviateur américain. Il est célèbre pour avoir été le premier à franchir le mur du son, à bord du Bell X-1, le 14 octobre 1947.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chuck Yeager entre dans l'US Army Air Corps quelques mois avant l'engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, le 12 septembre 1941. Affecté en Grande-Bretagne à partir de novembre 1943, il acquiert le statut d'as de l'aviation et termine le conflit avec le grade de capitaine et treize appareils allemands abattus à son palmarès. Il est un des premiers pilotes à avoir abattu un Me 262.

Dans son autobiographie, il a évoqué les atrocités qu'il avait ordre de commettre contre les civils allemands : « Des atrocités furent commises par les deux camps. (…) Une zone de cinquante miles sur cinquante à l'intérieur de l'Allemagne fut assignée à nos soixante-quinze Mustangs et ils reçurent l'ordre de mitrailler tout ce qui bougeait. Le but était de démoraliser la population allemande. (…) Si quelqu'un avait refusé de participer (et, autant que je me souvienne, personne ne refusa), il aurait probablement été traîné en cour martiale. » Yeager ajoute que, lors d'un briefing, il murmura à son voisin : « Si nous faisons des choses pareilles, nous devrons vraiment nous efforcer d'être dans le camp des vainqueurs. » Il conjecture que, pour faire commettre ces atrocités, le haut commandement se donnait pour excuse l'imbrication entre armée et population civile dans l'Allemagne du temps de guerre : « Le fermier qui labourait son champ de pommes de terre nourrissait peut-être des troupes allemandes. Et parce que l'industrie allemande était détruite par les bombardements incessants, la fabrication de munitions était devenue une industrie artisanale, dispersée à travers le pays dans des centaines de maisons et de fabriques locales, ce qui était l'excuse des Britanniques pour les tapis de bombes et les bombes incendiaires sur cibles civiles. En guerre, les militaires hésiteront rarement à frapper des civils qui sont dans le chemin ou à prendre des civils pour cible pour diverses raisons stratégiques[1]. »

Chuck Yeager dans le cockpit du Bell X-1 supersonic research aircraft baptisé "Glamorous Glennis" ; photo du Department of the Air Force prise en mai 1948.

Après la guerre, il reste dans l'US Air Force nouvellement créée et devint pilote-instructeur, puis pilote d'essai à partir de juillet 1945. Transféré sur la base de Muroc Field en Californie (aujourd'hui la base Edwards), il est le premier homme à franchir le mur du son le 14 octobre 1947 à 10 h 18, à bord du prototype Bell X-1, avion fusée dessiné d'après la balle de calibre 12,7 mm qui sort du canon d'un fusil à vitesse supersonique. La veille de ce vol historique, Chuck fait une chevauchée dans le désert et chute, se brisant deux côtes.

En septembre 1953, Chuck Yeager est l'un des premiers américains à piloter un MiG-15 qu'un pilote déserteur Nord-Coréen, No Kum-Sok, a remis à l'armée américaine.

En mai 1955, il retourne en Europe avec le grade de lieutenant-colonel pour prendre le commandement du 417th Fighter-Bomber Squadron sur la base de Hahn en RFA, puis sur la base de Toul-Rosières en France, de juillet 1956 à juillet 1957.

Le 10 décembre 1963, Yeager échappe de justesse à la mort, alors qu'il perd le contrôle du prototype Lockheed NF-104A à l'altitude de 108 700 pieds (33 131 mètres). Parvenant à s'éjecter après une chute vertigineuse de 100 200 pieds (30 540 mètres), il s'en sortira gravement brûlé.

Les deux vols sont racontés dans le livre de Tom Wolfe et le film du même nom de Philip Kaufman, L'Étoffe des héros (The Right Stuff).

En juillet 1966, il prend le commandement du 405th Fighter Wing sur la base aérienne américaine de Clarke, aux Philippines, et effectue 127 missions au-dessus du Viêt Nam.

Après avoir été promu brigadier-général en août 1969, Yeager occupe divers postes avant de prendre sa retraite de l'US Air Force le 1er mars 1975.

En 1986, il fit partie de la Commission Rogers chargée d'enquêter sur l'accident de la navette spatiale Challenger, détruite au lancement le 28 janvier 1986.

Le 14 octobre 1997, pour fêter l'anniversaire des 50 ans du passage du mur du son, il vole à bord d'un F15 Eagle et le repasse symboliquement.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Pour son vol à bord du Bell X-1, Chuck Yeager porte une Rolex Oyster ; la marque ne manque pas de le rappeler dans des campagnes publicitaires.
  • En 2003, alors âgé de 80 ans, il vole à Oshkosh sur un P-51 Mustang, en duo avec son camarade d'escadrille de l'époque, le colonel Bud Anderson.
  • Le 14 octobre 2012, jour anniversaire de son exploit, Felix Baumgartner devient le premier homme à passer le mur du son en chute libre.
  • il est membre honoraire de Wings of hope

Décorations[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Chuck Yeager apporte son expertise technique et prête son nom, son image et sa voix à deux jeux vidéo d'Electronic Arts :

Au cinéma[modifier | modifier le code]

  • Dans le film L'Étoffe des héros, dont il est un des personnages principaux (son personnage est interprété par l'acteur Sam Shepard), il joue lui-même un tout petit rôle : celui d'un vieil homme qui sert des boissons dans le bar de Pancho Barnes, près de la base Edwards, et qui s'offusque qu'un des aviateurs soit refusé comme astronaute pour le motif qu'il n'a pas fait d'études supérieures (reproche souvent utilisé à son égard).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Chuck Yeager et Leo Janos: Yeager. An Autobiography, Bantam Books, Paperback edition, 1986, p. 79-80. ISBN 0-553-25674-2.
  2. Yeager and Janos 1985, p. 73.
  3. Yeager and Janos 1985, p. 76.

Sur les autres projets Wikimedia :