Gary Oldman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png Vous lisez un « article de qualité ».
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Oldman.

Gary Oldman

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Oldman au WonderCon en avril 2014.

Nom de naissance Gary Leonard Oldman
Naissance 21 mars 1958 (56 ans)
New Cross, Londres
Angleterre, Royaume-Uni
Nationalité Drapeau du Royaume-Uni Britannique
Profession Acteur
Producteur
Réalisateur
Scénariste
Films notables Sid et Nancy
JFK
Dracula
Léon
Le Cinquième Élément
Ne pas avaler (réalisateur)
Air Force One
Harry Potter
Batman
La Taupe

Gary Oldman, né le 21 mars 1958 à Londres, est un acteur, réalisateur, scénariste et producteur britannique.

Il est particulièrement célèbre pour ses rôles de « méchants » au cinéma, tels que le Comte Dracula dans Dracula, l'adaptation de Francis Ford Coppola, Lee Harvey Oswald dans JFK d'Oliver Stone, le flic sadique et corrompu de Léon, réalisé par Luc Besson, ainsi que les rôles de Jean-Baptiste Emanuel Zorg dans Le Cinquième Élément du même réalisateur et du terroriste nationaliste russe dans Air Force One. Ces dernières années, il s'est tourné vers des rôles plus grand public, en participant entre autres aux franchises de Harry Potter (2004-2011) et de Batman (2005-2012).

Gary Oldman est réputé pour son interprétation pleine de justesse de ses personnages, pour sa capacité à changer de voix ou d'accent pour chaque rôle et pour son retrait de la scène hollywoodienne, étant souvent considéré comme un « actor's actor » comme le sont entre autres Meryl Streep et Robert De Niro.

Ses interprétations ont souvent été remarquées par la critique, notamment pour son premier grand rôle au cinéma, celui de Sid Vicious, le second bassiste des Sex Pistols, qu'il a endossé dans Sid et Nancy en 1986, prestation toujours acclamée depuis. Oldman a été récemment cité par The Guardian comme étant l'un des meilleurs acteurs à n'avoir jamais été nommé pour un Oscar, bien qu'il ait remporté nombre de récompenses du cinéma ou de la télévision au cours de sa carrière[1]. En 2012, il est finalement nommé à l'Oscar du meilleur acteur pour son rôle dans La Taupe.

En 1997, il est passé derrière la caméra pour réaliser Ne pas avaler, un film britannique indépendant largement inspiré de sa propre enfance dans une banlieue de Londres, et présenté en compétition au Festival de Cannes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Localisation de New Cross à Londres
Le quartier de New Cross, dans le district de Lewisham à Londres.

Gary Leonard Oldman[2] est né en 1958 dans le quartier de New Cross, au sud-est de Londres, en Angleterre, de Kathleen, une mère au foyer irlandaise, et de Len Oldman, un ancien marin ayant travaillé comme soudeur[3]. D'après l'acteur, son père était un alcoolique violent qui a quitté sa mère lorsqu' Oldman n'avait que sept ans[4]. Ce départ est pour lui un choc, et, élevé par sa mère et ses deux grandes sœurs, il lui manque une présence masculine, en particulier quand ces dernières se marient et quittent la maison. Il passe alors de longues heures seul, s'évadant dans son imagination en se déguisant et en jouant la comédie, afin de s'éloigner par la pensée de New Cross et de sa misère[5].

Malcolm McDowell
Malcolm McDowell, l'acteur qui lui a donné envie de faire de la comédie

Peu concerné par l'école, il est sans cesse rabroué par ses professeurs dont il se rappelle les paroles : « Oldman, tu es stupide, tu es bête, tu n'arriveras jamais à rien[N 1],[5] ». Scolarisé à l'école de garçons du sud-est de Londres (la South East London Boys' School) à Deptford[6], il la quitte finalement à 16 ans[7]. Il n'est pas bête, mais est inspiré par ce qui l'intéresse, c'est-à-dire la boxe[5], le football[8], et la musique : chanteur et pianiste accompli, il est fan autant des Beatles que de Liberace ou de Chopin[9]. Et il est bien sûr déjà passionné par la comédie.

« Je me suis soudain passionné pour la boxe et pour Mohamed Ali à l'époque où il combattait Joe Frazier. Alors, je me suis lancé dans la boxe[N 2]. »

— Gary Oldman, Salon[10]

Il renonce à la musique pour poursuivre une carrière d'acteur. Cette décision est inspirée par la prestation de Malcolm McDowell en 1970 dans le film The Raging Moon[11]. McDowell y interprète un paralysé dont l'accident n'a pas entamé la volonté de vivre, en dépit de la colère qui l'habite. Le jeu de l'acteur exprime les sentiments d'Oldman : l'abandon, la colère, l'aliénation et l'emprisonnement[12].

« Je me souviens comme si c'était hier de l'heure qu'il était lorsque [The Raging Moon] est passé… J'ai été tout simplement touché par ce que [McDowell] faisait en tant qu'acteur - sans vraiment comprendre, mais en pensant : « C'est ça que je veux faire[N 3]. »

— Gary Oldman, Rolling Stone

Formation et début de carrière au théâtre[modifier | modifier le code]

Son objectif clairement défini, Gary Oldman travaille comme vendeur dans un magasin de sport[7] avant d'intégrer le Greenwich & Lewisham Young People's Theatre à Londres[13], un théâtre-école spécialisé dans l'enseignement du théâtre auprès des jeunes du quartier. Mais cette expérience, trop proche géographiquement et sociologiquement de son quartier natal, est un échec car situé dans le même district de Lewisham que New Cross, quartier de la pauvreté, de l'alcool, des drogues et des gangs[5]. Il tente alors de rejoindre la Royal Academy of Dramatic Art (RADA), l'une des plus vieilles écoles d'art dramatique du Royaume-Uni, qui délivre notamment le prestigieux Professional Shakespeare Certificate. Celle-ci refuse sa candidature, lui conseillant de « chercher autre chose à faire pour vivre[14]. »

Sur les conseils de son professeur Roger Williams, il s'inscrit finalement au Rose Brudford College dans le Kent[15], une école d'art dramatique. Grâce à la bourse que l'école lui accorde, il peut suivre les cours sans l'aide financière de sa mère jusqu'à l'obtention de son diplôme d'art dramatique (BA in Theatre Arts) en 1979, à l'âge de 21 ans[14],[5] et rejoint rapidement le Royal Theatre de York[16].

En 1980, il entre au Citizens Theatre de Glasgow, où il étudie le mime et la commedia dell'arte et joue dans les pièces Le Massacre de Paris, Desperado Corner, ainsi que Chinchilla et Une perte de temps, écrites par le directeur du Glasgow Citizens', Robert David MacDonald[17], participant à la tournée européenne et sud-américaine du théâtre[18].

« Mon passage au Glasgow Citizens' au début des années 1980 m'a permis d'entrer dans le monde adulte. Le travail était agréable, fort et grisant. Pendant les années qui ont suivi, pas une seule expérience théâtrale n'a été si forte[N 4]. »

— Gary Oldman, site du Citizens Theatre[19]

Après une représentation de Conférence au sommet (Summit Conference, en 1982), également écrite par Robert David MacDonald, au Lyric Theatre à Londres, Gary Oldman entre en 1983 dans la troupe du Royal Court Theatre, grâce à laquelle il gagne une certaine réputation. Il intègre ainsi la prestigieuse Royal Shakespeare Company en 1984. Parmi les pièces dans lesquelles il joue, on peut noter Le Locataire (Entertaining Mr Sloane, en 1983), écrite par Joe Orton[20], trois pièces du célèbre dramaturge britannique Edward Bond[21], Les Noces du pape (The Pope's Wedding, en 1984), Sauvés (Saved, en 1984) et Pièces de guerre (The War Plays, en 1985), ainsi que la controversée pièce de Caryl Churchill, en 1987, Serious Money[22], sur le monde financier de Londres au début des années 1980[18].

Excellent dans un répertoire classique, le jeune espoir du théâtre anglais acquiert une totale reconnaissance auprès de la profession et du public, doublée de plusieurs récompenses, dont le Time Out's Fringe Award du jeune espoir le plus prometteur en 1985, décerné par la magazine Time Out, et le British Theatre Association's Drama Award du meilleur acteur (partagé avec Anthony Hopkins) pour son interprétation de Scopey, dans Les Noces du pape[5].

Années 1980 : du théâtre au cinéma[modifier | modifier le code]

Ses débuts à l'écran[modifier | modifier le code]

Le cinéma devient son principal objectif, et il bénéficie déjà de plusieurs expériences devant la caméra au début des années 1980. En 1982, il obtient un petit rôle dans le film Remembrance de Colin Gregg, son premier rôle au cinéma.

Il joue ensuite dans trois téléfilms : Meantime (1984), de Mike Leigh, aux côtés de Tim Roth et Alfred Molina, Morgan's Boy (1984) de John Gorrie et Honest, Decent & True (1986) de Les Blair. On peut également l'apercevoir dans la seconde saison de la série pour enfants Dramarama (1984).

Mais jusqu'à sa rencontre avec Alex Cox, réalisateur de Sid et Nancy (1986), il continue surtout à apparaître sur scène, notamment au Royal Court Theatre.

Sid et Nancy : un premier film, un premier succès[modifier | modifier le code]

Voir la fiche du film : Sid et Nancy

Remarqué sur les planches pour Pièces de guerre (The War Plays) en 1985 par Alex Cox[23], alors au sommet pour La Mort en prime (Repo Man), film culte réalisé en 1984, Gary Oldman obtient une audition pour le rôle principal de Sid et Nancy (Sid and Nancy), qu'il obtient finalement à la place de Daniel Day-Lewis[23].

Le film raconte l'histoire de Sid Vicious dans son groupe des Sex Pistols, rencontrant un certain succès en dépit de la vindicte mondiale envers le mouvement punk rock, ainsi que sa relation avec sa petite-amie américaine Nancy Spungen (Chloe Webb), une histoire d'amour qui va finir par une surdose et une mort sanglante. Ce personnage singulier et extrême, deux qualificatifs qui lui correspondent, qu'il joue avec justesse, permettra à Gary Oldman de gravir les marches du succès.

Pour son interprétation du chanteur et bassiste, Gary Oldman interroge la mère du défunt Sid Vicious, qui, en plus de nombreuses informations utiles sur ses habitudes, lui offre le collier et le bracelet en cuir de son fils, qu'il porte tout au long du tournage[24]. Pour imiter la silhouette efflanquée et l'addiction de Sid Vicious, Oldman rencontre des toxicomanes et va même jusqu'à perdre plus de 13 kg (30 livres)[25] grâce à un régime si draconien qu'il dut être hospitalisé[5].

Le film rencontre un bon accueil du public et des critiques. Roger Ebert, le célèbre critique américain, écrit dans sa rubrique pour le Chicago Sun-Times, que Alex Cox et son équipe « ont réussi l'habile défi de créer un film plein de bruit et de fureur, en racontant une histoire délicate au milieu[N 5],[26] ». Dans un article sur Gary Oldman, il qualifie le couple du film (Sid Vicious et Nancy Spungen) de « Roméo et Juliette punk rock[N 6]. »

En revanche, certains proches de Sid Vicious, en particulier le chanteur principal des Sex Pistols, Johnny Rotten (de son vrai nom John Lydon), considèrent que le film est une atteinte à la mémoire du jeune homme :

« Pour moi, ce film est d'une grande médiocrité. Je crois sincèrement qu'il célèbre l'addiction à l'héroïne. Il la glorifie clairement à la fin, lorsque ce stupide taxi roule droit vers le ciel. C'est d'une telle absurdité. Les scènes sordides dans l'hôtel à New York sont bien, sauf qu'elles auraient dû être encore plus sordides. Toutes les scènes à Londres avec les Pistols sont absurdes. Aucune d'entre elles n'est réaliste. Le type qui a joué Sid, Gary Oldman, je l'ai trouvé plutôt bon. Mais même lui n'a joué que l'homme de scène, et non celui qu'était vraiment Sid Vicious. Je ne pense pas que ce soit la faute de Gary Oldman, car c'est un sacré bon acteur. Si seulement il avait eu l'occasion de parler à quelqu'un qui connaissait ce type. Je ne pense pas qu'ils aient jamais eu l'intention de faire des recherches sérieuses afin de faire un film précis. Il a été fait tout simplement pour l'argent. Que l'on humilie la vie de quelqu'un comme ça - et avec grand succès - m'a beaucoup agacé. L'ironie, finalement, c'est qu'on me pose encore des questions à ce sujet. Je dois expliquer que tout est faux[N 7]. »

— John Lydon, Rotten - No Irish, No Blacks, No Dogs[27]

Le magazine Uncut de février 2007 classe Gary Oldman 8e de sa liste des 10 Best actors in rockin' roles, décrivant son interprétation de « très sympathique lecture de la figure de proue du mouvement punk comme un homme-enfant perdu et désorienté[N 8] ». Il est aussi classé 62e des 100 meilleurs rôles de tous les temps par le magazine Première dans sa version américaine[28]. Il obtient enfin pour ce rôle l'Evening Standard British Film Awards du nouveau venu le plus prometteur[29].

Des films britanniques pour la fin des années 1980[modifier | modifier le code]

En 1987, il interprète le dramaturge britannique controversé Joe Orton dans le film de Stephen Frears, Prick Up Your Ears. Il avait d'ailleurs joué en 1983 dans la pièce Le Locataire (Entertaining Mr Sloane) écrite par Orton en 1963. Roger Ebert écrit à propos d'Oldman qu'il est « l'un des rares acteurs capable de se réinventer pour chaque rôle[N 9],[30] ». Il est d'ailleurs nommé pour le BAFTA du meilleur acteur, finalement remporté par Sean Connery dans Le Nom de la rose[31]. Le film est également présenté au Festival de Cannes en 1997 en sélection officielle[32].

« Gary avait à faire des choses vraiment crades dans le rôle de Joe [Orton], tout en conservant toujours la sympathie du public. Traiter l'homme qu'il aimait aussi mal que cela et nous tenir intéressé, Gary l'a fait sans effort[N 10]. »

— Stephen Frears, GQ[33]

En 1988 à la télévision, il se fait remarquer dans The Firm, le film du réalisateur britannique Alan Clarke, célèbre pour son style plein de tendresse en dépit des sujets graves (la misère sociale au Royaume-Uni en particulier) qu'il filme. Aux côtés de sa future femme Lesley Manville, Gary Oldman interprète un hooligan radical, pour qui la violence qu'il rencontre dans les stades de football est une échappatoire à sa vie monotone.

La même année, Gary Oldman est à l'affiche de plusieurs films sans succès, pour la plupart des thrillers (Track 29, de Nicolas Roeg, ou La Loi criminelle (Criminal Law) de Martin Campbell avec Kevin Bacon en 1988), et, lors d'une seconde collaboration avec Colin Gregg, rencontré pour Remembrance, il joue dans We Think the World of You. Il reste marginal.

Il joue malgré tout un vétéran de la guerre dans Chattahoochee en 1989, torturé en prison avec Dennis Hopper et le fameux Rosencrantz dans Rosencrantz et Guildenstern sont morts en 1990, aux côtés de Tim Roth et Richard Dreyfuss. Fondé sur les personnages mineurs de la pièce de William Shakespeare Hamlet, le film est réalisé par Tom Stoppard et adapté de la pièce éponyme (Rosencrantz and Guildenstern are dead) qu'il a écrite. Il est nommé au Film Independant's Spirit Award de la meilleure prestation masculine, remporté par River Phoenix pour son rôle dans My Own Private Idaho[34].

À la fin des années 1980, et avant son départ pour Hollywood, il est considéré comme étant l'une des figures de proue de la nouvelle génération d'acteurs britanniques, comme l'étaient alors également Tim Roth, Bruce Payne, Colin Firth, Paul McGann, Rupert Everett, Miranda Richardson ou Daniel Day-Lewis[35], collectivement qualifiés de « Brit Pack » par certains médias anglo-saxons[36],[37].

Années 1990 : la porte ouverte vers l'Amérique[modifier | modifier le code]

En 1990, il fait ses premiers pas aux États-Unis dans Les Anges de la nuit (State of Grace), réalisé par Phil Joanou, aux côtés de Sean Penn, de sa future femme Robin Wright, et de Ed Harris. Sean Penn y joue un officier de police qui retourne après des années dans son quartier natal de Hell's Kitchen, à New York, et retrouve son ami d'enfance, Jackie Flannery (Oldman), dont le frère (Ed Harris) est le chef de la mafia irlandaise, qu'il a pour mission d'infiltrer.

La même année, il fait une apparition mineure dans le film de Philip Kaufman, Henry et June. Dans ce film, sa femme de l'époque, Uma Thurman, interprète June Miller, femme de Henry Miller, séduit par l'écrivaine Anaïs Nin.

Les rôles de méchant : une marque de fabrique ?[modifier | modifier le code]

Voir la fiche du film : JFK (film)
Oswald en 1963
Lee Harvey Oswald lors de son arrestation le 22 novembre 1963.

C'est en 1991 qu'Oliver Stone lui propose de jouer le rôle de Lee Harvey Oswald, l'assassin présumé de John Fitzgerald Kennedy, aux côtés de Kevin Costner, Tommy Lee Jones, Michael Rooker, Kevin Bacon et Donald Sutherland dans JFK. Ce rôle difficile qui fouille dans l'histoire douloureuse de l'Amérique lui vaut enfin une totale crédibilité et les faveurs des plus grands. En interprétant la « bête noire » de la société américaine, Gary Oldman trouve le moyen de se faire connaître, et son jeu fut tellement crédible, si inspiré du personnage réel, que certains spectateurs ont pensé que certaines des scènes dans lesquelles il jouait étaient en fait des images d'archive :

« [Oliver Stone] a fait venir un vrai policier pour m'interroger. Il me questionna pendant des heures, et je devais connaître les réponses qu'aurait donné Oswald - quel est le nom de jeune fille de ta femme, et tous ces trucs - juste pour figurer quelques secondes dans le film. Et les gens qui ont regardé la scène où Ruby me tue ont dit : « Ce sont bien les vraies archives[N 11] ? »

— Gary Oldman, interview avec Richard Rayner.

Il rencontre la veuve d'Oswald et questionne de nombreux théoriciens du complot pour se préparer au rôle. Le tournage est éprouvant, Oliver Stone le maintenant à l'écart de l'équipe du film afin qu'il reste le personnage sur et hors scène[5]. Deux années plus tard, il participe sur la chaîne PBS à un documentaire de la série Frontline sur la théorie de la conspiration développée par Stone dans son film[38]. Intitulé Who Was Lee Harvey Oswald?, Oldman y prête sa voix au meurtrier présumé en lisant ses propres journaux[39].

Voir la fiche du film : Dracula (film, 1992)

L'année suivante, Francis Ford Coppola assoit la réputation d'Oldman en lui confiant le rôle titre dans le baroque Dracula (Bram Stoker's Dracula) aux côtés d'Anthony Hopkins et de Winona Ryder, l'adaptation la plus rentable de l'œuvre de Bram Stoker, écrite en 1897[40]. Interprétant le personnage cruel et tourmenté du Comte Dracula, il traverse tout au long du film différents états : de l'angoisse à la colère, de la colère à l'espoir et de l'espoir à l'abattement lorsqu'il découvre que pour l'aimer, il doit faire subir à sa bien-aimée les mêmes tourments qu'il a endurés. En dépit des tumultes de sa vie personnelle, de son divorce d'avec Uma Thurman aux nombreuses altercations avec Coppola sur leur approche différente du personnage[5], sa prestation est considérée par beaucoup comme un classique du genre, et reconnue par l'Académie des films de science-fiction, fantastique et horreur, qui lui remet le Saturn Award du meilleur acteur en 1993. Il est également nommé avec Winona Ryder pour le MTV Movie Award du meilleur baiser[41].

Ces deux blockbusters sont les premiers films à succès de Gary Oldman, rapportant chacun plus de deux cent millions de dollars au box-office mondial, et ayant fait respectivement 2 588 800 entrées pour JFK[42] et 3 167 000 entrées pour Dracula[43] en France.

Voir la fiche du film : True Romance

On le retrouve en 1993 dans True Romance de Tony Scott, aux côtés de Christian Slater et Patricia Arquette dans le rôle du proxénète Drexl Spivey. Correspondant à l'idée que Tarantino, scénariste du film, se faisait du personnage psychotique de Spivey, Oldman apporte même des idées de son récent tournage de Dracula. Ayant dû endurer cinq heures de maquillage chaque jour pour le rôle du Comte Drakul, il ajoute à son costume de Drexl Spivey un œil laiteux, des dents en or et des dreadlocks. Enfin, le jargon particulier par lequel il s'exprime, celui d'un jamaïcain blanc voulant être noir, trouve son origine dans les quartiers de Londres d'où il est originaire[5].

On remarque également en 1993 sa participation à la série télévisée Fallen Angels diffusée sur Showtime. Recueil d'histoires noires se passant à Los Angeles dans les années 1940 à 1950, il se retrouve aux côtés de nombreuses figures du cinéma, telles que Peter Berg, Benicio del Toro, Danny Glover, Tom Hanks, Christopher Lloyd, Isabella Rossellini, Kiefer Sutherland, Tom Cruise, Alfonso Cuarón, Phil Joanou ou Steven Soderbergh. Dans le premier épisode, Dead End for Delia, l'inspecteur endurci Pat Kelley (Oldman) est appelé pour enquêter sur un meurtre et découvre que c'est son épouse Delia (Gabrielle Anwar) qui a en fait été assassinée[44].

La même année, il est à l'affiche de Romeo Is Bleeding, interprétant un flic perdu et ayant fait de mauvais choix, qui trompe sa femme Annabella Sciorra pour Juliette Lewis, pour finalement tomber entre les griffes d'une dangereuse mafieuse russe, jouée par Lena Olin.

Oldman est également membre du jury du Festival de Cannes du 13 au 24 mai 1993, sous la présidence du réalisateur français Louis Malle, aux côtés, entre autres, de Claudia Cardinale et d'Emir Kusturica.

Collaboration avec Luc Besson[modifier | modifier le code]

Voir la fiche des films : Léon et Le Cinquième Élément
Luc Besson
Luc Besson réalisateur de Léon et du Cinquième Élément.

En 1994, sous la direction de Luc Besson dans Léon il incarne Norman Stansfield, un flic sadique, cocaïnomane et corrompu. Traqué par la jeune Mathilda (Natalie Portman) et son mentor Léon, incarné par Jean Reno (aux prémices de sa carrière américaine), pour venger sa famille assassinée par Stansfield et ses hommes, c'est un rôle violent qui confirme Gary Oldman dans le registre des « bad guys. »

En 1997, Luc Besson lui offre le rôle d'un autre méchant original dans Le Cinquième Élément (The Fifth Element), celui du chef d'entreprise inter-galactique Zorg prêt à tout pour retrouver les cinq éléments, seul remède au Mal qui menace d'annihiler la Terre. Oldman, dans des costumes dessinés par Jean-Paul Gaultier, crée un personnage diabolique et amoral qui ne s'intéresse qu'à sa fortune personnelle, et qui n'hésite pas à se salir les mains lorsque ses mercenaires échouent dans leur mission. Bruce Willis, interprète de Korben Dallas, héros du film avec Milla Jovovich, affirme dans une interview que « Gary sauve le film[45] », bien que les deux acteurs n'aient que quatre secondes à l'écran en commun. Le film fait l'ouverture du Festival de Cannes 1997 (hors compétition), au cours duquel est également présenté en compétition Ne pas avaler[46], le film réalisé la même année par Gary Oldman.

Succès public, Le Cinquième Élément est numéro un au box-office français de l'année 1997, avec 7 696 700 entrées en France[47] et fait un total de 263 920 180 $ au niveau mondial[48] pour un budget initial de 90 000 000 $[49].

Entre temps, Gary Oldman participe à cinq films plus ou moins remarqués. La même année que Léon, il interpréta le fameux Beethoven dans Ludwig van B. (Immortal Beloved) de Bernard Rose, aux côtés d'Isabella Rossellini.

En 1995, un nouveau rôle de méchant lui est proposé dans Meurtre à Alcatraz (Murder in the First). Il joue le sadique directeur de la célèbre prison, Milton Glenn, bourreau de Henri Young (Kevin Bacon, déjà rencontré dans La Loi criminelle et JFK), et accusé par le jeune avocat James Stamphill (Christian Slater). La même année, il joue aux côtés de Demi Moore et Robert Duvall dans le film Les Amants du nouveau monde (The Scarlett Letter), de Roland Joffé. Le film est un échec critique[50] et commercial[51]. Il est nommé pour de nombreux prix récompensant les plus mauvais films (Razzie Award du pire film, de la pire actrice pour Demi Moore, du pire acteur dans un second rôle pour Robert Duvall, du pire couple à l'écran pour Demi Moore avec Gary Oldman et Robert Duvall, du pire réalisateur et du pire scénario). Il remporte finalement le Razzie Awards de la pire adaptation (adaptée du roman La Lettre écarlate écrit par Nathaniel Hawthorne en 1850)[52].

En 1996, le réalisateur et peintre Julian Schnabel lui offre le rôle de l'artiste Albert Milo (qui n'est autre que l'autoportrait de l'artiste-cinéaste) dans son biopic Basquiat consacré à son ami Jean-Michel Basquiat (interprété par Jeffrey Wright), pionnier de la mouvance underground. Gary Oldman y retrouve David Bowie, avec qui il avait chanté pour son album Black Tie White Noise en 1993[14].

Enfin, l'année suivante, il affronte le Président des États-Unis Harrison Ford dans Air Force One de Wolfgang Petersen, sous les traits du terroriste russe Ivan Korshunov. Le film reçoit des critiques plutôt positives[53], et la prestation de Gary Oldman est saluée[54]. Il est également un succès commercial, puisqu'il rapporte 315 156 409 $[55] pour un investissement de 85 000 000 $[56]. Pour son rôle, Gary Oldman est nommé pour le Blockbuster Entertainment Award du meilleur acteur dans un rôle secondaire[57], ainsi que pour les MTV Movie Awards du meilleur méchant et du meilleur combat (partagé avec Harrison Ford)[58].

Ne pas avaler : première réalisation[modifier | modifier le code]

Ray Winstone
Ray Winstone, interprète de Raymond dans Ne pas avaler.
Voir la fiche du film : Ne pas avaler

Sans avoir atteint les limites de ses prestations devant la caméra, le désir de passer derrière s'est formulé en 1997 puisqu'il écrit et réalise Ne pas avaler (Nil by Mouth), qu'il présente à Cannes la même année[59]. Ray Winstone joue le rôle de Raymond, chef de famille violent et alcoolique et Kathy Burke joue celui de Valérie, enceinte, son souffre-douleur, protégeant leur petite fille. Enfin, la sœur d'Oldman, Laila Morse, connue pour interpréter le rôle de Mo Harris dans le soap britannique EastEnders interprète Janet, la sœur de Valérie.

C'est un film réaliste et sans concessions, qui évoque ses souvenirs d'enfance en nous plongeant dans le quartier pauvre de Londres où il a grandi. Coproduit par Luc Besson et Douglas Urbanski, Ne pas avaler dépeint la vie quotidienne d'une famille déchirée par la violence, l'alcool et la drogue, sans jamais tomber dans le misérabilisme. Inspiré par le travail de Ken Loach, Mike Leigh ou Stephen Frears, Gary Oldman signe là un premier film touchant et intense, dédié à son père[60].

« Je voulais que ce film ne fasse pas cinéma, explique Gary Oldman, que ça ne fasse pas scénarisé ; je souhaitais que ce soit bordélique, imparfait, que ça coule comme la vie. Le film n'a pas de résolution, le personnage mauvais n'est pas puni à la fin, parce que la vie est comme ça, elle n'a pas toujours de fin bouclée. »

— Gary Oldman, Les Inrockuptibles[61]

Oldman affirme dans une interview pour le magazine Time Out qu'il ne souhaitait pas aborder le monde de l'alcool et de la drogue comme il l'est présenté dans des films tels que Pulp Fiction (Quentin Tarantino, 1994) ou Trainspotting (Danny Boyle, 1996) : « Je vois ça différemment : j'ai connu beaucoup de gens qui ont ruiné leurs vies ou qui sont morts à cause de la drogue et de l'alcool, et je trouve très difficile de montrer leur aspect romantique ou glamour[N 12],[6]. »

Tourné caméra à l'épaule dans un style quasi documentaire dans une abondance de plans très resserrés rythmés par la musique d'Eric Clapton, ce cauchemar où le soleil n'apparaît jamais, baigne dans la brume et la pluie des bas-fonds de Londres. Clapton explique dans L'Express que « Ne pas Avaler a réveillé mon passé. Le regard qu'il porte sur la drogue et l'alcool est authentique ; on devrait projeter le film dans les centres de désintoxication[62]. »

Le film est déclaré par le British Film Institute (BFI) comme étant le 97e des 100 meilleurs films de tous les temps[63] et par Time Out comme le 21e des 100 meilleurs films britanniques[64]. Gary Oldman remporte également deux BAFTA Awards du meilleur film britannique (partagé avec Luc Besson et Douglas Urbanski) et du meilleur scénario original[65], ainsi que le Channel 4 Director's Award remis au cours du Festival international du film d'Édimbourg[66] et l'Empire Award du meilleur espoir[67]. Enfin, l'actrice Kathy Burke remporte le Prix d'interprétation féminine au cours de la 50e édition du Festival de Cannes[68].

D'autres activités : doublage, musique et publicité[modifier | modifier le code]

En 1998, un rôle de méchant lui est encore proposé dans Perdus dans l'espace (Lost in Space), adaptation de la série de science fiction éponyme des années 1960, réalisé par Stephen Hopkins. Il y interprète le Dr Zachary Smith, chargé par une sombre organisation de faire échouer le projet de colonisation d'une nouvelle planète. Aux côtés de William Hurt et Heather Graham, il rencontre Matt LeBlanc, déjà célèbre pour son rôle de Joey Tribbiani dans la sitcom culte Friends. Il est nommé au Saturn Award du meilleur acteur dans un rôle secondaire[69].

La même année, et pour la première fois, il prête sa voix au personnage du baron Ruber dans le film d'animation Excalibur, l'épée magique (Quest for Camelot), dans lequel il a aussi interprété la chanson Ruber. Il a de plus doublé son personnage de Jean-Baptiste Emannuel Zorg dans le jeu vidéo Le Cinquième Élément adapté du film éponyme, édité par Activision en 1998[70].

Il fait également une courte apparition dans le clip vidéo du groupe de hard rock Guns N'Roses pour leur tube Since I Don't Have You, dans lequel il joue le rôle du diable[71], et figure dans une annonce publicitaire pour la chaîne de magasins de vêtement suédoise H&M[72].

Il interprète finalement Ponce Pilate dans le téléfilm de Roger Young, Jésus, diffusé sur CBS en 1999, et fait une apparition dans la série à sketchs produite par HBO, Tracey Takes On.... Créée et animée par l'humoriste américano-britannique Tracey Ullman, celle-ci interprète une large palette de personnages, qui sont confrontés aux situations les plus insolites, aidés par d'autres personnages joués par les nombreuses guest stars. Dans la quatrième saison, Gary Oldman interprète le coiffeur pour l'épisode Hair, qui traite de la coupe de cheveux d'Elton John.

Années 2000 : des blockbusters aux films indépendants[modifier | modifier le code]

Pour commencer le millénaire, Gary Oldman participe au thriller politique de Rod Lurie, Manipulations (The Contender), dans lequel il joue le rôle du sénateur républicain Sheldon Runyon aux côtés de Joan Allen, candidate démocrate au poste de vice-présidente dans l'administration de Jackson Evans (Jeff Bridges). Également producteur du film, il reçoit l'Alan J. Pakula Award de l'excellence artistique pour un sujet de grande importance sociale et politique, remis par la Broadcast Film Critics Association, association de critiques de cinéma qui décerne les Critics Choice Awards[73]. Il est nommé personnellement au Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans un second rôle[74] et au Film Independant's Spirit Award de la meilleure prestation masculine[75].

En 2000, il pose dans une série de photos publicitaires pour la marque de vêtements DKNY en compagnie de Milla Jovovich, rencontrée sur le tournage du Cinquième Élément[76].

L'année suivante, dans Great Books: Poe's Tales of Terror, il narre les contes d'Edgar Allan Poe dans le documentaire sur l'écrivain et son œuvre, diffusé sur la chaîne éducative The Learning Channel[77].

Cinéma, télévision et jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Voir la fiche du film : Hannibal

En 2001, Gary Oldman, méconnaissable, interprète le milliardaire défiguré et tétraplégique Mason Verger dans la suite du célèbre thriller Le Silence des Agneaux : Hannibal, réalisé par Ridley Scott. Anthony Hopkins, autre symbole du méchant au cinéma y reprend son rôle d'Hannibal Lecter, alors en liberté, toujours traqué par l'enquêtrice du FBI Clarice Starling, joué dans cet opus par Julianne Moore. Le film reçoit un accueil mitigé, globalement considéré comme inférieur en qualité au Silence des agneaux[78], mais est économiquement rentable, puisqu'il rapporte plus de 350 millions de dollars pour un budget initial de 85 000 000 $[79].

Il est aussi à l'affiche d'un film indépendant, Nobody's Baby, dans lequel il interprète aux côtés de Skeet Ulrich un évadé de prison contraint de s'occuper d'un bébé, seul survivant d'un accident de voiture auquel les deux compères ont assisté.

La même année à la télévision, trois ans après sa rencontre avec Matt LeBlanc, le Joey Tribbiani de Friends, il accepte d'y faire une apparition, en tant qu'un célèbre acteur, Richard Crosby, partenaire de Joey dans un film sur la Première Guerre mondiale (Saison 7x23-7x24 - Celui qui a épousé Monica). Crosby, qui a par ailleurs la fâcheuse habitude de postillonner sur son interlocuteur en récitant ses répliques, est aussi un alcoolique, et il manque de faire rater à Joey le mariage de Monica et Chandler[80].

L'année suivante, il obtient le rôle du Diable dans le dernier épisode de The Hire, série de courts métrages de huit minutes, sponsorisés par le constructeur automobile allemand BMW et dirigés par de célèbres réalisateurs : Ridley et Tony Scott, John Frankenheimer, Ang Lee, Wong Kar-wai, Guy Ritchie, Alejandro González Iñárritu ou John Woo. La série met en vedette un chauffeur (The Driver), interprété par Clive Owen dans chacun des épisodes, au volant de l'une ou l'autre des voitures produites par BMW. Dans l'épisode Beat the Devil, réalisé par Tony Scott, The Driver fait une course automobile contre le Diable dans le but de sauver l'âme de James Brown. Celui-ci y interprète son propre rôle, et on peut également apercevoir Danny Trejo et Marilyn Manson aux côtés de Gary Oldman et, bien sûr, de Clive Owen[81].

La même année, il fait un caméo dans la sitcom américaine Greg the Bunny, émission de télévision diffusée de 2002 à 2004 sur la chaîne de télévision FOX, interprétant le metteur en scène Gary Oldman lors d'un casting pour une pièce de William Shakespeare qu'il souhaite adapter au théâtre (Saison 1x09 - Piddler on the Roof). Greg, une marionnette représentant un lapin (« Greg the Bunny »), postule pour le rôle et bluffe Oldman qui va l'engager, en dépit de son inaptitude à jouer la comédie[82].

Il enchaîne ensuite les films à petit budget, tels que Interstate 60, avec Michael J. Fox ; Tiny Tiptoes (Tiptoes) avec Matthew McConaughey et Kate Beckinsale ; Dead Fish avec Robert Carlyle ; le court métrage Who's Kyle? ou encore Péché immortel (Sin), dans lequel il joue un criminel sadique qui a enlevé la sœur de l'un des flics qui le pourchasse, interprété par Ving Rhames.

En 2003, il participe au doublage original de deux jeux vidéo : True Crime: Streets of LA, développé par Luxoflux[83] et Medal of Honor : Débarquement allié, développé par Electronic Arts[84]. Par la suite, il double aussi la voix d'Ignitus dans la série de jeux vidéo The Legend of Spyro. Depuis 2008, il prête également sa voix à l'un des personnage de la franchise Call of Duty, Viktor Reznov, pour les épisodes World at War (2008) et Black Ops (2010).

L'année suivante, il apparaît dans le court programme Memories of: Elephant, un documentaire sur le film Elephant, réalisé en 1989 par Alan Clarke[85].

Harry Potter : Le parrain[modifier | modifier le code]

Oldman à la première de Harry Potter en 2007
Gary Oldman à la première de Harry Potter et l'Ordre du phénix (2007).
Voir la fiche des films : Harry Potter (films)

En 2004, il se fait définitivement connaître du grand public en participant à l'adaptation cinématographique des romans de J. K. Rowling, Harry Potter. Il interprète le parrain de Harry, Sirius Black dans les quatre films Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban, Harry Potter et la Coupe de feu, Harry Potter et l'Ordre du phénix et Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2e partie (en caméo).

En plus de Gary Oldman, les trois jeunes acteurs Daniel Radcliffe (Harry Potter), Emma Watson (Hermione Granger) et Rupert Grint (Ron Weasley) sont entourés par nombre des plus grands acteurs britanniques contemporains, tels que Michael Gambon, Maggie Smith, Alan Rickman, Helena Bonham Carter, David Thewlis, etc. Gary Oldman est quant à lui nommé au People's Choice Award du méchant préféré[86] et au Saturn Award du meilleur acteur dans un rôle secondaire[87].

« J'ai fait tellement de films pour public averti, c'est agréable d'en faire un que je peux montrer à mes enfants[N 13]. »

— Gary Oldman, interview pour Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban

Énormes succès commerciaux, les films d'Harry Potter rapportent chacun plus de 800 millions de dollars, pour des budgets allant de 100 000 000 $[88] (Harry Potter et la Chambre des secrets) à 250 000 000 $ (Harry Potter et le Prince de sang-mêlé)[89]. En France, le nombre d'entrées avoisine les huit millions d'entrées pour chacun des films, Harry Potter et la Chambre des secrets et Harry Potter et la Coupe de feu ayant été respectivement Numéro 1 du box-office annuel en France en 2001 et 2005, tous les autres films ayant figuré dans les trois plus rentables en France chaque année.

En 2005, il refuse le rôle du gardien de prison dans le film de Adam Sandler, Mi-temps au mitard (The Longest Yard)[90]. Il refuse également de doubler la voix du Général Grievous dans le dernier épisode de la prélogie Star Wars : La Revanche des Sith (Revenge of the Sith), lorsqu'il apprend que les acteurs ne sont pas membres de la Guilde des Acteurs (Screen Actors Guild), dont lui-même fait partie[91].

Il participe cependant comme caméo au court métrage documentaire, Chutzpah, This Is?, sur le groupe de hip-hop Chutzpah[92].

Batman : Gordon, l'incorruptible[modifier | modifier le code]

Voir la fiche des films : Batman (films)

En 2005, Gary Oldman commence sa collaboration avec Christopher Nolan pour les films de la seconde série des films de Batman : Batman Begins, The Dark Knight : Le Chevalier noir et The Dark Knight Rises. Il y interprète l'incorruptible officier de police James Gordon, allié de Batman. Les deux films de Nolan ont remporté un certain succès critique et public, en particulier le second volet, The Dark Knight, qui rapporte plus d'un milliard de dollars[93] de bénéfices pour un budget de 180 000 000 $[94], lorsque le premier film avait rapporté plus de 370 millions de dollars[95] pour un budget initial de 150 000 000 $[96]. Gary Oldman reçoit pour sa prestation le Scream Awards du meilleur acteur dans un rôle secondaire dans The Dark Knight : Le Chevalier noir[97].

Il se lie d'amitié avec l'acteur australien Heath Ledger, décédé en janvier 2008, acclamé par la critique et vainqueur de nombreux prix, dont certains à titre posthume, comme l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, ou le Screen Actors Guild Award du meilleur acteur dans un second rôle, qu'Oldman a reçu en son nom[98] le 25 janvier 2009 lors de la 15e cérémonie des Screen Actors Guild Awards[99],[100].

En 2006, il revient aux films indépendants pour la production britannico-franco-espagnole, The Backwoods (Bosque de sombras) aux côtés de Virginie Ledoyen.

À partir de la même année, il travaille avec la société du groupe Vivendi Universal Games, Sierra Entertainment pour le projet de jeux vidéo Spyro the Dragon, en particulier pour la série Legend. Il double la voix originale du dragon Ignitus aux côtés d'Elijah Wood (Spyro) dans les trois opus de la série : A New Beginning[101], The Eternal Night (2007)[102] et Naissance d'un dragon (2008)[103].

Entre-temps, il collabore avec la banque britannique Barclays le temps d'une publicité aux côtés de Donald Sutherland[104], ainsi qu'avec la chaîne de télévision britannique ITV pour l'occasion de la Ligue des champions en 2008[105]. Il devient par la suite porte-parole de la marque de télécommunications finlandaise Nokia[13], et tourne une publicité[106], ainsi qu'un court-métrage pour la promotion du modèle de téléphones mobiles Série N, intitulé Donut[107]. En 2008, il réalise, à l'aide d'un téléphone Nokia, Red Rover, le clip du groupe Chutzpah[108], dont le making-of est réalisé par Juliet Landau, fille de l'acteur Martin Landau[109].

Début 2009, il est sollicité par la production du film américain The Perfect Sleep : aux côtés du chanteur irlandais du groupe de rock U2, Bono, et du combattant néerlandais de combat libre Bas Rutten, il tourne une parodie de campagne de promotion, intitulée Do Not Go To See The Perfect Sleep (littéralement « N'allez pas voir The Perfect Sleep »)[110].

Côté cinéma, il participe en 2009 au film fantastique Unborn (The Unborn), du réalisateur américain David S. Goyer, puis au thriller japonais, Rain Fall (Rein fôru: Ame no kiba). Il prête aussi sa voix et son visage au film d'animation en captation de mouvements, Le Drôle de Noël de Scrooge (A Christmas Carol), aux côtés de Jim Carrey, Colin Firth et Robin Wright Penn, dans lequel il interprète trois personnages : Bob Cratchit, Marley et Tiny Tim.

Années 2010 : La reconnaissance[modifier | modifier le code]

En 2010, Gary Oldman reprend un rôle de méchant sur grand-écran, puisqu'il joue aux côtés de Denzel Washington dans le film des frères Hughes, réalisateurs notamment du film From Hell en 2001, avec Johnny Depp. Le film, intitulé Le Livre d'Eli (The Book of Eli), se passe dans un monde post-apocalyptique, où un héros solitaire veille sur The Book of Eli, un livre renfermant les connaissances pouvant racheter la société, alors que celui qui se considère comme le chef de la ville, Carnegie, tente de s'en emparer par tous les moyens.

En 2011, il reprend son rôle de Sirius Black dans la deuxième partie du septième et dernier opus de la franchise Harry Potter, Harry Potter et les Reliques de la Mort (Harry Potter and the Deathly Hallows). De plus, Oldman double un nouveau personnage, Lord Shen, dans Kung Fu Panda 2, et apparaît également en 2011 aux côtés de Julie Christie et Virginia Madsen dans une nouvelle adaptation du Petit Chaperon rouge (1697) des frères Grimm, Le Chaperon rouge (Red Riding Hood) réalisé par Catherine Hardwicke.

Il reçoit fin 2011, pour l'ensemble de sa carrière, l'Empire Icon Award décerné par le magazine de cinéma britannique Empire[111], ainsi que le Tribute Award, remis au cours des Gotham Independent Film Awards[112].

Voir la fiche du film : La Taupe
GO à la première de La Taupe
Oldman à la première londonienne de La Taupe (2011).

En 2011, Oldman interprète également le rôle de George Smiley, dans La Taupe (Tinker, Tailor, Soldier, Spy), seconde adaptation du roman éponyme (1974) de John le Carré, avec Benedict Cumberbatch, John Hurt, Ciarán Hinds, Toby Jones, Colin Firth, Mark Strong et Tom Hardy. Le film, réalisé par le cinéaste suédois Tomas Alfredson (Morse), reçoit des critiques globalement positives, avec un score de 84 % sur Rotten Tomatoes avec la mention « Tinker Tailor Soldier Spy est un puzzle dense de suspense, de paranoïa et d'espionnage que le réalisateur réunit ensemble avec le plus grand talent[113] »[114]. En France, Télérama propose deux critiques, l'une positive (« Regarder La Taupe sans avoir lu une ligne du best-seller de John Le Carré qui l'a inspiré ? C'est possible. Quitter la salle sans être sûr d'avoir entièrement saisi l'écheveau de trahisons simples, doubles, croisées de ce récit d'espionnage ? C'est presque un signe de santé mentale. Savourer l'entre-deux, s'en régaler même, combler ainsi notre « espionnophilie », le goût des intrigues ouatées et du suspense, c'est une certitude... »), et l'autre négative, regrettant la complexité de l'intrigue (« Ça fonctionne si l'on est déjà initié. Si l'on est déjà fan de Le Carré. Mais, pour qui le découvre, l'univers de La Taupe est insaisissable. »)[115].

La prestation d'Oldman est largement plébiscitée, et son interprétation de Smiley à la suite d'Alec Guinness (dans Modèle:LAng à la télévision pour la BBC en 1979) est qualifiée de « au-delà du flegme[115] » et de « prouesse de minimalisme[116] ».

« Pour quiconque se souvient de la série de 1979, Smiley est et restera Alec Guinness, qui a assimilé l'un des espions de fiction le plus célèbre avec la rectitude impénétrable d'un rat d'église jouant au poker. Les fans de Guinness doivent cependant avoir envie de se boucher les oreilles lorsqu'ils entendent que Gary Oldman – à 53 ans, toujours l'un des plus grands acteurs de sa génération – trempe un Smiley nouvellement composé de couches successives de tension psychologique, et pas seulement parce qu'il a une décennie de moins que Guinness lorsqu'il jouait son rôle[N 14]. »

— Ann Hornaday, The Washington Post[117]

Il est nommé à plusieurs récompenses cinématographiques, dont les BAFTA Awards, le British Academy Film Award du meilleur acteur étant remporté par Jean Dujardin pour son rôle dans The Artist, et remporte le San Francisco Film Critics Circle Award du meilleur acteur et le Central Ohio Film Critics Association Award de la meilleure distribution en 2011. En janvier 2012, il est finalement nommé à l'Oscar du meilleur acteur pendant la 84e cérémonie des Oscars.

En 2012, il reprend le rôle de James Gordon dans le troisième et dernier film de la nouvelle série des Batman, réalisée par Christopher Nolan, The Dark Knight Rises.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Malgré ses nombreux rôles principaux et secondaires dans les grandes productions hollywoodiennes, Gary Oldman a tout fait pour taire sa vie personnelle, ce qui n'a pas toujours été facile, compte tenu du succès de la presse people auprès du public. Il explique : « Être célèbre, c'est une carrière à part entière. Et je n'ai pas l'énergie pour cela[N 15],[35]. »

Oldman est né et a grandi à Londres, en Angleterre, mais a déménagé aux États-Unis au début des années 1990. Il réside actuellement à Los Angeles, en Californie, avec ses enfants[13].

L'une de ses deux sœurs est Laila Morse, actrice interprétant Mo Harris (Big Mo) dans le soap britannique EastEnders diffusée sur la BBC[7],[13]. De son vrai nom Maureen Oldman, Laila Morse est une anagramme de Mia Sorella, qui signifie « ma sœur » en italien, nom qu'elle a choisi après sa rencontre avec la compagne de Gary Oldman d'alors, Isabella Rossellini[118].

Gary Oldman a été marié quatre fois[13] :

C'est sur les planches du Royal Court Theatre, en 1987, qu'il rencontre Lesley Manville, sa partenaire dans la pièce de Caryl Churchill, Serious Money. Ils se marient en 1988, et leur fils Alfie naît la même année. Mais leur relation devient difficile et ils se séparent en 1990. Lesley Manville obtient la garde d'Alfie et est aujourd'hui mariée avec l'acteur Bernard Hill[5].

Uma Thurman
Uma Thurman, seconde épouse de Gary Oldman.

C'est au cours du tournage des Anges de la nuit qu'il rencontre celle qui deviendra sa seconde épouse, Uma Thurman. Présentés par le réalisateur du film Phil Joanou en 1989, ils se marient l'année suivante. Alors que Gary tourne Dracula en 1992, le couple divorce[5].

Il entretient une relation avec l'actrice Isabella Rossellini, rencontrée lors du film sur Beethoven, Ludwig van B., et ils se fiancent en juillet 1994, pour se séparer deux ans plus tard, en raison des problèmes d'alcool d'Oldman[5].

Isabella Rossellini
Isabella Rossellini, partenaire de Gary Oldman dans Ludwig van B. (1994).

En effet, il avoue avoir été alcoolique pendant de nombreuses années. Il dit en 1997, à l'occasion d'un article sur son film Ne pas avaler : « Je suis moi-même un ancien alcoolique, et je crois que j'ai bu plus que [mon père] pendant environ 25 ans[N 16],[119] ». Des problèmes apparaissent notamment au cours du tournage de Dracula, et il est arrêté peu après pour conduite en état d'ivresse en compagnie de son ami Kiefer Sutherland. Il écope de 89 heures de garde à vue et de six mois de prison, et doit porter un bracelet électronique. Après le tournage du film de Roland Joffé, Les Amants du nouveau monde, il débute une cure de désintoxication en 1995, et dit n'avoir pas bu une goutte d'alcool depuis[35].

« Il y a une chose étrange qui vous arrive physiologiquement lorsque vous êtes dans la phase chronique de l'alcoolisme. J'ai pu, en certaines occasions, avoir bu deux bouteilles de vodka et être toujours capable de parler à des gens. Ça m'a fait très peur. Par nature, je suis un solitaire, donc je me saoulais à la maison, Dieu merci. Je n'étais pas un noceur. Je veux dire que je ne buvais pas pour le goût et je ne voulais pas sociabiliser non plus. Quelqu'un a décrit les alcooliques comme des égocentriques ayant une faible estime d'eux-mêmes. C'est une définition parfaite[N 17]. »

— Gary Oldman, interview avec Charlie Rose[120]

C'est au cours d'une réunion des Alcooliques anonymes en octobre 1996 à Beverly Hills qu'il rencontre le mannequin Donya Fiorentino, ex-femme du réalisateur David Fincher. Ils se marient en février 1997 et ont deux fils : Gulliver Flynn, né le 20 août 1997 et Charlie John, né le 11 février 1999[5]. Leur mariage se termine devant les tribunaux en 2001 : Donya Fiorentino réclame la garde des enfants, affirmant qu'il se droguait et qu'il la frappait devant eux. L'enquête démontre qu'elle a menti et Gary Oldman obtient la garde complète des enfants, leur mère ayant un droit de visite restreint[5].

Il a fréquenté la top-model et actrice britannique Ailsa Marshall de 2002 à 2005[5], et il est marié depuis le 31 décembre 2008 avec la chanteuse de jazz britannique Alexandra Edenborough, d'après leur témoin Douglas Urbanski[121].

Popularité[modifier | modifier le code]

Depuis longtemps, un certain culte envers Gary Oldman s'est développé parmi les cinéphiles, probablement en raison de son indifférence vis-à-vis de la célébrité et de la fortune[122], de la polyvalence de ses prestations (il est qualifié d'« acteur caméléon »)[13] et de son amabilité et sa gentillesse dans la vie[35].

Paradoxalement, il reste l'un des plus populaires interprètes de méchants au cinéma, à l'instar de Jack Nicholson, Anthony Hopkins, Max von Sydow, Christopher Lee, Christopher Walken, Malcolm McDowell, John Malkovich ou Kevin Spacey. Dans les années 1990, le magazine Empire le surnomme « le psychopathe deluxe[N 18],[123]. »

Sa gamme de rôles de méchants, le Comte Dracula dans Dracula, Jean-Baptiste Emmanuel Zorg dans Le Cinquième Élément, Norman Stansfield dans Léon, Lee Harvey Oswald dans JFK, Drexl Spivey dans True Romance, Milton Glenn dans Meurtre à Alcatraz, le Dr Zachary Smith dans Perdus dans l'espace et Ivan Korshunov dans Air Force One s'est vue consacrer une page entière sur le site The Movie Villains (« Les Méchants du Cinéma »)[124]. Concernant son jeu d'acteur, il a parfois été considéré comme un « actor's actor »[125] (un « acteur de tous les acteurs », considéré comme la crème-de-la-crème du métier : un acteur réceptif, professionnel, fiable et crédible, admiré par les autres acteurs) comme le sont entre autres Meryl Streep et Robert De Niro[5].

Oldman partage quelques scènes avec Matt LeBlanc, qu'il a rencontré dans le film Perdus dans l'espace, pendant son apparition dans la série culte Friends, où le personnage d'Oldman, Richard Crosby insiste sur le fait que les « vrais » acteurs postillonnent afin d'améliorer leur prononciation. Il s'ensuit une confrontation au cours de laquelle Crosby et Joey se postillonnent l'un sur l'autre en récitant leurs répliques, ce qui lui vaut une nomination à l'Emmy du meilleur acteur invité dans une série télévisée comique[65]. Le personnage de Gary Oldman n'a de plus, contrairement à ce que pense Joey, jamais remporté d'Oscar, malgré ses nombreuses nominations. C'est un clin d'œil au fait qu'Oldman n'a lui-même jamais été nommé à une telle récompense, en dépit de ses nombreux rôles acclamés par la critique[13].

De plus, de nombreux jeunes acteurs le citent comme référence, dont Brad Pitt[126], Shia LaBeouf[127], Christian Bale[128],[129], et en particulier Ryan Gosling, jeune acteur canadien, qui a cité Oldman comme étant son acteur préféré[130],[131]. Daniel Radcliffe, le jeune interprète de Harry Potter, est également un grand fan de Gary Oldman[132]. Il a pu travailler aux côtés de nombre des plus grands acteurs ou actrices britanniques au cours des films de Harry Potter, mais il affirme que « Gary Oldman était probablement l'acteur que j'étais le plus impressionné de rencontrer. Nous sommes maintenant très proches[N 19],[35]. »

D'autres acteurs de sa génération respectent aussi son jeu d'acteur : Johnny Depp (« J'ai toujours admiré des acteurs qui peuvent jouer n'importe quoi, et plus souvent qu'on peut le penser, réussissent, des gens comme Daniel Day Lewis ou Gary Oldman sont simplement inspirants à regarder[N 20],[133] ») ; Anthony Hopkins (« [un acteur] aux talents multiples et possédant du génie et du flair pour exprimer sa créativité[N 21],[134] ») ; Jason Isaacs (« Gary Oldman est un héros pour moi. J'ai toujours pensé qu'il était l'un des meilleurs acteur que j'ai jamais vu[N 22],[135] ») ; Colin Firth (« un candidat pour le titre du « meilleur acteur encore vivant[N 23],[123] ») ; Ralph Fiennes (« J'adore Gary Oldman. Je trouve qu'il est un acteur de génie[N 24],[136] »), etc.

« Gary, je pense, est l'un des cinq meilleurs acteurs du monde. Il est incroyable. J'étais sur le plateau [du Cinquième Élément] et il était habillé en Zorg [le méchant du film], et on parlait de Hamlet, de Shakespeare. Il m'a dit : « j'ai joué Hamlet il y a dix ans à Londres ». Et je lui ai dit « mais comment tu peux mémoriser trois heures de Hamlet ? ». Il m'a répondu que ce n'était pas si difficile. Je lui ai demandé si il s'en souvenait, et il a dit « je me rappelle de tout ». Je lui ai dit « tu veux dire que si je te dis « Acte 2, scène 3... » Et là, il s'est mis à réciter du Shakespeare... habillé en Zorg au milieu d'un vaisseau spatial[N 25] ! »

— Luc Besson[137]

Gary Oldman a également reçu de nombreuses acclamations de la part des critiques de cinéma au cours des années, pour la diversité de ses rôles et l'utilisation d'une voix ou d'un accent différent pour chacun de ceux-ci[7],[13]. Le critique Roger Ebert est depuis longtemps un fan de son travail, et le qualifie de « l'un des plus grands acteurs, capable de jouer la grandeur, la bassesse, la grossièreté, la noblesse[N 26],[138] », quand Janet Maslin, journaliste et critique pour le New York Times, dit de lui qu'il est « un acteur phénoménal, qui, depuis Sid et Nancy, a pris un nombre de nouveaux accents et d'identités considérable avec une facilité étourdissante[N 27],[139]. »

Par ailleurs, le style de Gary Oldman a quelquefois été jugé exagéré par certains critiques[140], Chris Hicks écrivit à propos de son interprétation de Norman Stansfield dans Léon : « Le personnage de Oldman est tellement exagéré, si manifestement ridicule, que le public peut se croire invité à en rire involontairement[N 28],[141]. »

Oldman a cependant annoncé récemment qu'il désirait jouer moins de personnages excentriques et méchants à ce stade de sa carrière[35],[142].

« Les gens veulent le méchant Gary Oldman. J'en suis fatigué, comme doit l'être le public. »

— Gary Oldman[N 29], Interview pour Ne pas avaler, Sarah Gristwood.

Remarqué depuis le début de sa carrière, il est catégorisé dans une nouvelle génération d'acteurs britanniques prometteurs à la fin des années 1980, aux côtés de Daniel Day-Lewis ou de Tim Roth[N 30],[143], collectivement appelés « Brit Pack[144] », en référence au Brat Pack américain, avec « Brit » pour British (britannique). Tous issus du même milieu ouvrier du Sud de Londres (New Cross pour Oldman, Tulse Hill pour Roth et Greenwich pour Day-Lewis), les trois acteurs ont formé un « remarquable triumvirat » du cinéma britannique dans les années 1980[145].

Oldman avouera lui-même avec amusement, lors d'une interview après avoir reçu son Empire Icon Award en 2011, que la recrudescence de sa popularité chez le jeune public était en partie dû à sa participation à la série Call of Duty.

« Vous savez pour quel rôle je suis le plus célèbre chez les enfants ? Vous vous dites que ce serait, vous voyez, ce seraient les films Batman.. ce serait.. Non. Je suis un héros dans les écoles parce que je suis la voix de Reznov dans Call of Duty[N 31] ! »

— Gary Oldman[146]

Malgré ses rôles plutôt sombres, Gary Oldman a souvent été qualifié de réaliste dans ses choix[35]. Il a été récemment désigné 72e des 100 stars les plus sexy dans l'histoire du cinéma par le magazine britannique Empire[147].

Théâtre[modifier | modifier le code]

Année Titre[148] Titre original Auteur Date d'écriture Théâtre[18]
1980 Le Massacre de Paris The Massacre at Paris Christopher Marlowe[149] 1593 Citizens Theatre (Glasgow)
Desperado Corner Shaun Lawton[150] 1976
Chinchilla Robert David MacDonald[17] 1977
Une perte de temps A Waste of time 1980
1982 Conférence au sommet Summit Conference 1978 Lyric Theatre (Londres)
1983 Le Locataire Entertaining M. Sloane Joe Orton[20] 1964 Royal Court Theatre (Londres)
1984 Rat in the Skull Ron Hutchinson[151] 1984
Les Noces du pape The Pope's Wedding Edward Bond[21] 1962
Sauvés Saved 1965
1985 Pièces de guerre The War Plays 1985 Royal Shakespeare Company
The Pit, Barbican Centre (Londres)
L'Air du désert The Desert Air Nicholas Wright[152] 1984
1986 Real Dreams Trevor Griffiths[153] 1984
Women Beware Women Thomas Middleton[154] 1621 Royal Court Theatre (Londres)
1987 La Provinciale The Country Wife William Wycherley[155] 1675
Serious Money Caryl Churchill[22] 1987

Filmographie[modifier | modifier le code]

Année Titre Salaire[156]
1998 Perdus dans l'espace 5 000 000 $
1999 Jésus 1 000 000 $
2008 The Dark Knight : Le Chevalier noir 3 000 000 $

Gary Oldman a débuté sa carrière d'acteur au théâtre en 1980. Remarqué par les producteurs, il a rapidement franchi le pas pour tourner dans Remembrance, de Colin Gregg, et trouve la consécration dans son interprétation de Sid Vicious dans Sid et Nancy en 1986. Le début des années 1990 marque son arrivée aux États-Unis et la participation à des films à gros budget, tels que JFK ou Dracula. Il alterne depuis les films indépendants et les blockbusters, de Basquiat à Harry Potter, de Dead Fish à Batman, et réalise son premier film, écrit par lui et tiré de sa propre adolescence, Ne pas avaler, en 1997.

Il fait également des apparitions dans plusieurs téléfilms ou séries télévisées, dont la plus célèbre fut Friends en 2001. Le doublage n'est pas en reste puisqu'il est la voix de quelques personnages de jeux vidéo (la voix de Ignitus dans la franchise The Legend of Spyro et du sergent Reznov dans la franchise Call of Duty) et de films d'animation (Excalibur, l'épée magique et Le Drôle de Noël de Scrooge).

Note : sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la filmographie de Gary Oldman sur l'Internet Movie Database[157].

Acteur[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Année Titre Titre original Réalisateur Rôle Observations
1982 Remembrance Colin Gregg Daniel
1984 Meantime Mike Leigh Coxy
1986 Sid et Nancy Sid and Nancy Alex Cox Sid Vicious A interprété les chansons My Way[158] et I Wanna Be Your Dog[159]
1987 Prick Up Your Ears Stephen Frears Joe Orton
1988 Track 29 Nicolas Roeg Martin
La Loi criminelle Criminal Law Martin Campbell Ben Chase
We Think the World of You Colin Gregg Johnny
1989 Chattahoochee Mick Jackson Emmett Foley
1990 Rosencrantz et Guildenstern sont morts Rosencrantz and Guildenstern are dead Tom Stoppard Rosencrantz
Henry et June Henry and June Philip Kaufman Pop Crédité sous le nom de « Maurice Escargot[160] »
Les Anges de la nuit State of Grace Phil Joanou Jackie Flannery
1991 JFK
(JFK - Affaire non classée)
Oliver Stone Lee Harvey Oswald
1992 Dracula
(Dracula d'après l'œuvre de Bram Stoker)
Bram Stoker's Dracula Francis Ford Coppola Le comte Dracula
1993 True Romance
(À Cœur perdu)
Tony Scott Drexl Spivey
Romeo Is Bleeding
(Roméo pris au piège)
Peter Medak Jack
1994 Léon
(Le Professionnel)
Luc Besson Norman Stansfield
Ludwig van B.
(Sonate au clair de lune)
Immortal Beloved Bernard Rose Ludwig van Beethoven
1995 Meurtre à Alcatraz
(Meurtre avec préméditation)
Murder in the First Marc Rocco Milton Glenn
Les Amants du nouveau monde
(La Lettre écarlate)
The Scarlet Letter Roland Joffé Le Révérend Arthur Dimmesdale
1996 Basquiat Julian Schnabel Albert Milo
1997 Air Force One
(Air Force One: Avion présidentiel)
Wolfgang Petersen Ivan Korshunov
Le Cinquième Élément The Fifth Element Luc Besson Jean-Baptiste Emanuel Zorg
1998 Excalibur, l'épée magique Quest for Camelot Frederik Du Chau Le Baron Ruber (voix) Dessin animé – A interprété la chanson Ruber[161]
Perdus dans l'espace Lost in Space Stephen Hopkins Spider Smith
2000 Manipulations
(La Candidate)
The Contender Rod Lurie Le sénateur Shelly Runyon
2001 Hannibal Ridley Scott Mason Verger
Un bébé sur les bras Nobody's Baby David Seltzer Buford Hill
2002 Interstate 60 Interstate 60: Episodes of the Road Bob Gale O.W. Grant
2003 Tiny Tiptoes Tiptoes Matthew Bright Rolfe
Péché immortel Sin Michael Stevens Charlie Strom
2004 Dead Fish
(Tuer Fish)
Charley Stadler Lynch
Who's Kyle? Gerald Emerick Scouse A participé au tournage (cadreur) sous le nom de « Gary von Oldman[162] »
Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban Harry Potter and the Prisoner of Azkaban Alfonso Cuarón Sirius Black
2005 Batman Begins
(Batman : Le commencement)
Christopher Nolan Le sergent James Gordon
Harry Potter et la Coupe de feu Harry Potter and the Gobelet of Fire Mike Newell Sirius Black
2006 The Backwoods Bosque de sombras Koldo Serra Paul
2007 Harry Potter et l'Ordre du phénix Harry Potter and the Order of the Phoenix David Yates Sirius Black
2008 The Dark Knight : Le Chevalier noir
(Le Chevalier noir)
The Dark Knight Christopher Nolan Le lieutenant / commissaire James Gordon
2009 Unborn
(L'Entité)
The Unborn David S. Goyer Rabbi Sendak
Le Drôle de Noël de Scrooge
(Un Conte de Noël)
A Christmas Carol Robert Zemeckis Bob Cratchit / Marley / Tiny Tim Film d'animation en 3D
Rain Fall レインフォール/雨の牙 (Rein fôru: Ame no kiba) Max Mannix Holtzer
2010 Planète 51 Planet 51 Jorge Blanco General Grawl (voix) Film d'animation en 3D
Le Livre d'Eli
(Le Livre d'Élie)
The Book of Eli Albert et Allen Hughes Carnegie
2011 Le Chaperon rouge Red Riding Hood Catherine Hardwicke Père Soloman
Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2e partie Harry Potter and the Deathly Hallows: Part II David Yates Sirius Black
Kung Fu Panda 2 Kung Fu Panda: The Kaboom of Doom Jennifer Yuh Nelson Lord Shen, le paon (voix)
La Taupe Tinker, Tailor, Soldier, Spy Tomas Alfredson George Smiley
2012 Guns, Girls and Gambling (en) Michael Winnick Elvis
The Dark Knight Rises
(L'Ascension du chevalier noir)
Christopher Nolan Le commissaire James Gordon
Des hommes sans loi Lawless John Hillcoat Floyd Banner
2013 Paranoia Robert Luketic Nicholas Wyatt
2014 RoboCop José Padilha Dr Dennett Norton
La Planète des Singes : L'Affrontement Dawn of the Planet of the Apes Matt Reeves Dreyfus
2015 Child 44 Daniel Espinosa Le général Timur Nestorov

Télévision[modifier | modifier le code]

Année Titre Réalisateur Rôle Observations
1984 Meantime Mike Leigh Coxy the Skinhead Téléfilm
Morgan's Boy John Gorrie Colin Téléfilm
Dramarama David Andrews Ben Série télévisée (épisode 2.10 : On Your Tod)
1985 Honest, Decent & True Les Blair Derek Bates Téléfilm
1988 The Firm Alan Clarke Bex Bissell Téléfilm
1989 Côte Ouest (Knots Landing) David Jacobs Don Ross Série télévisée (épisode 11.04 : Close Call)
1991 Heading Home David Hare Ian Tyson Téléfilm
1993 Fallen Angels Phil Joanou Pat Keiley Série télévisée (épisode 1.01 : Dead End for Delia[44])
1999 Tracey Takes On... Tracey Ullman Le coiffeur Série télévisée (épisode 4.04 : Hair)
Jesus Roger Young Ponce Pilate Téléfilm
2001 Friends David Crane, Marta Kauffman et Kevin Bright Richard Crosby Série télévisée (épisodes 7.23-24 : Celui qui a épousé Monica (1 et 2/2)[80],[163])
2002 The Hire Tony Scott Le Diable Série de courts métrages avec Clive Owen produits par BMW Films[81] (épisode 2.03 : Beat the Devil)

Réalisateur et scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur[modifier | modifier le code]

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Gabriel Le Doze, Vincent Violette et Dominique Collignon-Maurin sont les voix françaises les plus régulières de Gary Oldman[164],[165].

Au Québec, Manuel Tadros, Mario Desmarais et Marc Bellier sont les voix les plus régulières de l'acteur[166]

Autres activités[modifier | modifier le code]

SE8 Group[modifier | modifier le code]

Article détaillé : SE8 Group.

Gary Oldman et son ami Douglas Urbanski s'associent pour la première fois à l'occasion du film d'Oldman, Ne pas avaler (Nil by Mouth), sorti en 1997 au cinéma, production à laquelle s'est ajoutée le soutien de Luc Besson, en tant que coproducteur[168]. Ils fondent leur société de production de films indépendants, SE8 Group[169], et le film leur coute 9 millions de dollars[170].

En 1999, SE8 Group produit le film de Jake Scott, Guns 1748[171], et, l'année suivante, sa participation dans la production du film Manipulations de Rod Lurie[172], est récompensée aux Critics Choice Awards par l'obtention de l’Alan J. Pakula Award for artistic excellence by illuminating issues of great social and political importance (« Alan J. Pakula Award de l'excellence artistique pour un sujet de grande importance sociale et politique »)[73].

En 2001, SE8 Group produit le film Nobody's Baby, réalisé par David Seltzer[173].

Douglas Urbanski participe individuellement (en tant que producteur exécutif) à trois autres films dans lesquels Gary Oldman apparaît : Tiny Tiptoes (2003), Dead Fish (2004) et The Backwoods (2006)[174].

Musique[modifier | modifier le code]

Gary Oldman a conservé son amour pour la musique : on peut ainsi le voir chanter la chanson des Sex Pistols My Way dans Sid et Nancy (1986) et jouer du piano dans Track 29 (1989), et plus particulièrement dans le film biographique sur Beethoven, Ludwig van B. en 1994. Il interprète également la chanson Ruber dans le film d'animation Excalibur, l'épée magique.

Après sa rencontre avec David Bowie, celui-ci l'invite à l'accompagner au chant pour You've Been Around dans l'album Black Tie White Noise en 1993[14]. Ils se retrouvent en 1996 au cinéma pour le film de Julian Schnabel Basquiat, chacun interprétant un artiste ayant croisé Jean-Michel Basquiat, respectivement Andy Warhol (Bowie) et Albert Milo (Oldman). En 2013, Gary Oldman apparaît dans le clip censuré de Bowie, intitulé "The Next Day", aux côtés de Marion Cotillard, cette dernière incarnant une prostituée, lui-même incarnant un prêtre chrétien obscène.

Apparitions diverses[modifier | modifier le code]

Année Objet[148] Réalisation Rôle Observations
1993 Who Was Lee Harvey Oswald? William Cran Lee Harvey Oswald (voix) Documentaire sur Lee Harvey Oswald, faisant suite au film JFK, d'Oliver Stone[38]
1998 Since I Don't Have You Interprété par Guns N'Roses Le Diable Clip de l'album The Spaghetti Incident?[71]
Le Cinquième élément Développé par Activision Jean-Baptiste Emanuel Zorg (voix) Jeu vidéo[70]
H&M Lui-même Publicité pour la chaîne de magasins de vêtements suédoise[72]
2000 DKNY Lui-même Publicité photo pour la marque de vêtements de mode avec Milla Jovovich[76]
2001 Great Books: Poe's Tales of Terror Écrit par Trish Mitchell Narrateur Documentaire sur Edgar Allan Poe et son œuvre[77]
2002 Greg the Bunny Réalisé par Mike Mitchell Lui-même Saison 1x09 - Piddler on the Roof
Caméo dans une sitcom américaine de marionnettes à main (comme dans Le Muppet Show)[82]
2003 True Crime: Streets of LA Développé par Luxoflux Rocky, Agent Masterson (voix) Jeu vidéo[83]
Medal of Honor : Débarquement allié Développé par Electronic Arts Le Sergent Jack Barnes (voix) Jeu vidéo[84]
2004 Memories of: Elephant Réalisé par Andy Kimpton-Nye Lui-même Court programme sur le film Elephant, réalisé en 1989 par Alan Clarke[85]
2005 Chutzpah, This Is? Réalisé par Rick Kent Lui-même Caméo dans le court métrage documentaire sur le groupe de hip-hop Chutzpah[92]
2006 The Legend of Spyro: A New Beginning Développé par Sierra Entertainment Ignitus (voix) Jeu vidéo[101]
Nokia Lui-même Publicité pour la marque de télécommunications finlandaise pour la « Série N »[106]
Barclays Lui-même Publicité pour la banque britannique avec Donald Sutherland[104]
Donut Réalisé par Gary Oldman Court métrage publicitaire (2 minutes) pour la promotion du modèle de téléphones mobiles Série N de la marque Nokia[107]
Filmé avec le modèle N93
2007 The Legend of Spyro: The Eternal Night Développé par Sierra Entertainment Ignitus (voix) Jeu vidéo[102]
2008 Call of Duty: World at War Développé par Treyarch Le Sergent Viktor Reznov (voix) Jeu vidéo[175]
La Légende de Spyro : Naissance d'un dragon Développé par Sierra Entertainment Ignitus (voix) Jeu vidéo[103]
ITV Lui-même Publicité de la chaîne de télévision britannique pour la promotion de la Ligue des champions diffusée sur ITV[105]
Red Rover Réalisé par Gary Oldman Clip du groupe de hip-hop Chutzpah[108]
Filmé avec un mobile Nokia
Take Flight Réalisé par Juliet Landau Lui-même Making of du clip du groupe de hip-hop Chutzpah réalisé par Gary Oldman[109]
2009 Do Not Go To See The Perfect Sleep
Bande-annonce du film The Perfect Sleep
Réalisé par Jeremy Alter Lui-même Parodie d'une campagne de promotion, où la production demande à des stars d'encourager le film (Gary Oldman, Bono et Bas Rutten), qui vont finalement le dénigrer[110]
2010 Call of Duty: Black Ops Développé par Treyarch Le Capitaine Viktor Reznov (voix)

Le Dr. Daniel Clarke (voix)

Jeu vidéo[176]
2012 Call of Duty: Black Ops II Développé par Treyarch Viktor Reznov (voix) Jeu vidéo[177]

Box-office[modifier | modifier le code]

Le total des recettes des films dans lesquels Gary Oldman a tenu un rôle majeur dépasse les 2,7 milliards de dollars[178].

Film[N 32] Budget Drapeau des États-Unis États-Unis[178] Drapeau de la France France[179] Monde Monde
Sid et Nancy (1986) 4 000 000 $[180] 2 826 523 $ 85 673 entrées[181] N/A
Prick Up Your Ears (1987) N/A 1 654 743 $ 86 044 entrées[182] N/A
Track 29 (1988) 5 000 000 $[183] 429 028 $ N/A N/A
La Loi criminelle (1988) N/A 9 974 446 $ 10 754 entrées[184] N/A
We Think the World of You (1988) N/A 20 998 $ N/A N/A
Chattahoochee (1989) N/A 259 486 $ N/A N/A
Rosencrantz et Guildenstern sont morts (1990) N/A 739 104 $ 8 260 entrées[185] N/A
Les Anges de la nuit (1990) N/A 1 911 542 $ 43 040 entrées[186] N/A
JFK (1991) 40 000 000 $[187] 70 405 498 $ 2 588 800 entrées[42] 205 405 498 $[188]
Dracula (1992) 40 000 000 $[189] 82 522 790 $ 3 167 000 entrées[43] 215 862 692 $[190]
True Romance (1993) 12 500 000 $[191] 12 281 551 $ 302 719 entrées[192] N/A
Romeo Is Bleeding (1993) 12 000 000 $[193] 3 275 585 $ 25 575 entrées[194] N/A
Léon (1994) 16 000 000 $[195] 19 501 238 $ 3 546 077 entrées[196] N/A
Ludwig van B. (1994) N/A 9 914 409 $ 307 937 entrées[197] N/A
Meurtre à Alcatraz (1995) N/A 17 381 942 $ 74 067 entrées[198] N/A
Les Amants du nouveau monde (1995) 46 000 000 $[199] 10 382 407 $ 97 936 entrées[200] N/A
Basquiat (1996) 3 300 000 $[201] 3 011 195 $ 94 709 entrées[202] N/A
Ne pas avaler (1997) 9 000 000 $[203] 266 130 $ 34 486 entrées[204] N/A
Le Cinquième Élément (1997) 75 000 000 $[205] 63 820 180 $[206] 7 727 697 entrées[206] 263 920 180 $[206]
Air Force One (1997) 85 000 000 $[207] 172 620 724 $[208] 941 216 entrées[208] 313 472 156 $[208]
Perdus dans l'espace (1998) 80 000 000 $[209] 69 117 629 $[210] 757 717 entrées[210] 135 117 629 $[210]
Excalibur, l'épée magique (1998) 40 000 000 $[211] 22 931 682 $[212] 382 127 entrées[212] 38 331 682 $[212]
Manipulations (2000) 20 000 000 $[213] 17 804 273 $[214] 95 217 entrées[214] 22 294 084 $[214]
Hannibal (2001) 87 000 000 $[215] 164 977 884 $[216] 2 579 878 entrées[216] 351 577 884 $[216]
Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban (2004) 130 000 000 $[217] 249 358 727 $[218] 7 138 548 entrées[218] 789 622 212 $[218]
Batman Begins (2005) 150 000 000 $[219] 205 343 774 $[220] 1 506 332 entrées[220] 371 853 783 $[220]
Harry Potter et la Coupe de feu (2005) 150 000 000 $[221] 289 994 397 $[222] 7 731 601 entrées[222] 892 209 766 $[222]
Harry Potter et l'Ordre du phénix (2007) 150 000 000 $[223] 292 000 866 $[224] 6 224 517 entrées[224] 938 449 111 $[224]
The Dark Knight : Le Chevalier noir (2008) 185 000 000 $[225] 533 316 061 $[226] 3 036 568 entrées[226] 1 001 892 528 $[226]
Unborn (2009) 16 000 000 $[227] 42 638 165 $[228] 131 427 entrées[228] 76 481 805 $[228]
Le Drôle de Noël de Scrooge (2009) 200 000 000 $[229] 137 850 096 $[230] 1 410 673 entrées[230] 325 228 096 $[230]
Planète 51 (2010) 70 000 000 $[231] 42 194 060 $[232] 988 487 entrées[232] 105 406 839 $[232]
Le Livre d'Eli (2010) 80 000 000 $[233] 94 835 059 $[234] 520 359 entrées[234] 157 107 755 $[234]
Le Chaperon rouge (2011) 42 000 000 $[235] 37 616 447 $[236] 334 615 entrées[236] 89 116 447 $[236]
Kung Fu Panda 2 (2011) 150 000 000 $[237] 165 249 063 $[238] 2 646 097 entrées[238] 663 024 542 $[238]
La Taupe (2011) 30 000 000 $[239] 24 149 393 $[240] 632 780 entrées[240] 80 630 608 $[240]
The Dark Knight Rises (2012) 250 000 000 $[241] 448 139 099 $[242] 4 385 032 entrées[242] 1 081 041 287 $[242]
Des hommes sans loi (2012) 26 000 000 $[243] 37 400 127 $[244] 440 384 entrées[244] 48 475 935 $[244]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Sauf mention contraire, les informations ci-dessous sont issues de la page Distinctions sur l'Internet Movie Database[245]. En gras sont indiquées les récompenses majeures.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie Catégorie Film
1987 Evening Standard British Film Awards Nouveau venu le plus prometteur[29] Sid et Nancy
1988 London Film Critics Circle Awards Acteur de l'année[N 33],[246]
1993 Saturn Awards Meilleur acteur[247] Dracula
1997 Festival international du film d'Édimbourg Meilleur réalisateur[66] Ne pas avaler
1998 British Academy Film Awards Meilleur film britannique[N 34],[65]
Meilleur scénario original[65]
Empire Awards Empire Award du meilleur début[67]
2001 Critics' Choice Movie Awards Alan J. Pakula Award de l'excellence artistique pour un sujet de grande importance sociale et politique[N 35],[73] Manipulations
USA Film Festival Master Screen Artist Tribute[111]
2009 People's Choice Awards Distribution préférée[N 36],[248] The Dark Knight : Le Chevalier noir
Scream Awards Meilleur acteur dans un rôle secondaire[97]
2011 Empire Awards Empire Icon Award[111]
Central Ohio Film Critics Association Awards Meilleure distribution[N 37] La Taupe
Gotham Awards Tribute Award[249]
San Francisco Film Critics Circle Awards Meilleur acteur[250]
Palm Springs International Film Festival Palm Springs International Star Award
2012 Empire Awards Meilleur acteur
YouMovie Awards Meilleur acteur[251]
Meilleure distribution[N 37],[251]
International Online Film Critics' Poll Meilleur acteur
2014 London Film Critics Circle Awards Dilys Powell Award

Nominations[modifier | modifier le code]

Année Cérémonie Catégorie Film
1988 British Academy Film Award Meilleur acteur[246] Prick Up Your Ears
1992 Film Independent's Spirit Awards Meilleure prestation masculine[34] Rosencrantz et Guildenstern sont morts
1993 MTV Movie Awards Meilleur baiser[N 38],[41] Dracula
1996 Razzie Awards Pire couple à l'écran[N 39],[52] Les Amants du nouveau monde
1998 British Independent Film Awards Meilleur réalisateur de film indépendant[252] Ne pas avaler
Meilleur scénario original écrit par un auteur britannique[252]
Blockbuster Entertainment Awards Meilleur acteur dans un rôle secondaire dans un film d'action/aventure[57] Air Force One
MTV Movie Awards Meilleur combat (partagé avec Harrison Ford)[58]
Meilleur méchant[58]
1999 Saturn Awards Meilleur acteur dans un second rôle[69] Perdus dans l'espace
2001 Independant Spirit Awards Meilleur acteur dans un second rôle[75] Manipulations
Screen Actors Guild Awards Meilleur acteur dans un second rôle[74]
Primetime Emmy Awards Meilleur acteur invité[253] Friends (épisodes 7x23-24)
2005 People's Choice Awards Méchant préféré[86] Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban
Saturn Awards Meilleur acteur dans un second rôle[87]
2009 Critics' Choice Movie Award Meilleure distribution[N 36],[254] The Dark Knight : Le Chevalier noir
2011 Scream Awards Meilleure distribution[N 40],[255] Harry Potter et les Reliques de la Mort - 2e partie
British Independent Film Awards Meilleur acteur[256] La Taupe
Central Ohio Film Critics Association Awards Meilleur acteur
Phoenix Film Critics Society Awards Meilleur acteur
Satellite Awards Meilleur acteur
2012 British Academy Film Awards Meilleur acteur
Chicago Film Critics Association Awards Meilleur acteur
Evening Standard British Film Awards Meilleur acteur dans un rôle principal
London Film Critics Circle Awards Acteur de l'année
Acteur britannique de l'année
Irish Film and Television Awards Meilleur acteur international
National Society of Film Critics Awards Meilleur acteur (2e place)
Oscars du cinéma Meilleur acteur
Online Film Critics Society Awards Meilleur acteur
Annie Awards Meilleure prestation vocale pour le cinéma Kung Fu Panda 2

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale : « Oldman, you're stupid, you're thick, you'll never amount to anything. »
  2. Citation originale : « I suddenly got obsessive about boxing and Muhammed Ali around the time he was fighting Joe Frazier. I went off and did boxing. I looked incredibly good in gym. »
  3. Citation originale : « I remember as clear as yesterday what time of the evening it was when [The Raging Moon] came on... I was just touched by what he was doing as an actor - having no understanding of it but thinking, 'I'd like to do that'. »
  4. Citation originale : « My time at the Glasgow Citizens' in the early ‘80s was a coming of age. The work was joyful, bold and exhilarating. In the years that followed, no other theatre experience could match it. »
  5. Citation originale : « pull off the neat trick of creating a movie full of noise and fury, and telling a meticulous story right in the middle of it »
  6. Citation originale : « Punk Rock's Romeo and Juliet »
  7. Citation originale : « To me this movie is the lowest form of life. I honestly believe that it celebrates heroin addiction. It definitely glorifies it at the end when that stupid taxi drives off into the sky. That's such nonsense. The squalid New York hotel scenes were fine, except they needed to be even more squalid. All of the scenes in London with the Pistols were nonsense. None bore any sense of reality. The chap who played Sid, Gary Oldman, I thought was quite good. But even he only played the stage persona as opposed to the real person. I don’t consider that Gary Oldman's fault because he’s a bloody good actor. If only he had the opportunity to speak to someone who knew the man. I don’t think they ever had the intent to research properly in order to make a seriously accurate movie. It was all just for money, wasn't it? To humiliate somebody’s life like that - and very successfully - was very annoying to me. The final irony is that I still get asked questions about it. I have to explain that it's all wrong. It was all someone else’s fucking fantasy, some Oxford graduate who missed the punk rock era. The bastard. »
  8. Citation originale : « Hugely sympathetic reading of the punk figurehead as a lost and bewildered manchild »
  9. Citation originale : « Oldman you may remember as Sid Vicious, the punk rock star in Sid and Nancy. There is no point of simularity between the two performances; like a few gifted actors, he is able to re-invent himself for every role »
  10. Citation originale : « Gary had to do some very mucky things as Joe, yet retain the audience's sympathy. To treat the man he loved as badly as all that and kepp us interested - Gary did it effortlessly. »
  11. Citation originale : « He brought in a real policeman to interview me. This bloke interrogated me for hours and I had to know the answers as if I was Oswald - what is your wife's maiden name, all that stuff - just fo a few seconds in the film. Everything was in flux, as it should be. But people have looked at the scene where Ruby kills me and said 'But that's the real footage, isn't it? »
  12. Citation originale : « I see it differently; I've known a lot of people who've ruined their lives or died because of the drugs and drink thing, and I find it very hard to show it as all romantic or glamorous. »
  13. Citation originale : « I've done so much R-rated work, it's nice to have a job you can show your kids. »
  14. Citation originale : « For anyone elderly enough to remember the 1979 series, Smiley was and always will be Alec Guinness, who embodied one of spy fiction's great protagonists with the inscrutable rectitude of a poker-faced church mouse. Guinness's fans may want to cover their ears when they hear that Gary Oldman - at 53 still one of the great actors of his generation - infuses Smiley with newly excavated layers of psychological tension, not least because he's more than a decade younger than Guinness was when he played the part. »
  15. Citation originale : « Being famous, that's a whole other career. And I haven't got any energy for it »
  16. Citation originale : « I'm a recovering alcoholic myself, and I think I drank more than him for the best part of 25 years »
  17. Citation originale : « There's an uncanny thing that chemically happens to you when you're in the chronic stages of alcoholic drinking. I have been able, on occasions, to have two bottles of vodka and still be up talking to people. That got very frightening. By nature I'm an isolationalist, so my boozing was at home, thank you. I was not a goer-outer. I mean, I didn't drink for the taste and I didn't want to be social. Someone once described alcoholics as egomaniacs with low self-esteem. Perfect definition. »
  18. Citation originale : « psycho deluxe »
  19. Citation originale : « Gary oldman was the person I was probably most starstruck about meeting. We're now really, really close. »
  20. Citation originale : « I've always admired actors who can try their hand at anything and, more often than not, succeed at it... people like Daniel [Day-Lewis] and Gary Oldman are just inspiring to watch »
  21. Citation originale : « multi-talented", and as possessing "a great genius and flair for creativity »
  22. Citation originale : « Gary Oldman is a total hero of mine. I've always thought he was one of the best screen actors I've ever seen. »
  23. Citation originale : « a candidate for the title of 'greatest living actor' »
  24. Citation originale : « I love Gary Oldman's work. I just think he's a genius actor »
  25. Citation originale : « Gary, I think, is one of the top five actors in the world. You can't believe this actor. I was on the set and he was dressed as Zorg [the Fifth Element villain] and we were just talking about the Shakespeare classic Hamlet. And he said, "Yeah, I played Hamlet ten years ago in London." I said, "But how can you memorize three hours of Hamlet?" He said it wasn't so difficult. I said, "But ten years afterwards do you remember a few lines?" He said, "I remember everything." I said, "What do you mean?! So if I say, 'Act 2, Scene 3... ?'" And he'd just start [reciting Shakespeare]. Dressed like Zorg in the middle of this spaceship. [Giggles.] »
  26. Citation originale : « one of the great actors, able to play high, low, crass, noble »
  27. Citation originale : « a phenomenal actor who since Sid and Nancy has taken on a string of new accents and dramatic identities with stunning ease »
  28. Citation originale : « But Oldman's character is so over the top, so utterly ridiculous that the audience may feel prompted to laugh unintentionally »
  29. Citation originale : « People want Gary Oldman the villain - I got tired of it and so must be the audience. »
  30. Citation originale : « After spending a few years in theatre, in the late 1980s Oldman became a member of a new generation of blazing big-screen acting talents alongside Tim Roth and Daniel Day Lewis »
  31. Citation originale : « You know what I more famous for at schools, at the kids' schools? You would think it would be, you know, it be Batman.. it would be.. No. I am a hero at school because I am the voice of Reznov on Call of Duty! »
  32. Films où Gary Oldman a tenu un rôle notable.
  33. Partagé avec Sean Connery dans Les Incorruptibles.
  34. Partagé avec Luc Besson et Douglas Urbanski.
  35. Partagé avec Rod Lurie, Joan Allen, Jeff Bridges, Christian Slater, Sam Elliott, William L. Petersen, Saul Rubinek, Philip Baker Hall, Mike Binder, Mariel Hemingway.
  36. a et b Partagé avec Heath Ledger, Morgan Freeman, Maggie Gyllenhaal, Aaron Eckhart, Christian Bale, Michael Caine.
  37. a et b Partagé avec Colin Firth, Tom Hardy, Mark Strong, Kathy Burke, Ciarán Hinds, John Hurt, Benedict Cumberbatch et Toby Jones.
  38. Partagé avec Winona Ryder.
  39. Nomination de Demi Moore avec à la fois Robert Duvall et Gary Oldman.
  40. Partagé avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint, Emma Watson, Ralph Fiennes, Helena Bonham Carter, Jason Isaacs, David Thewlis, Brendan Gleeson, Bill Nighy, John Hurt, etc.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Leigh Singer Thursday, « Oscars: the best actors never to have been nominated », sur The Guardian,‎ 19 février 2009 (consulté le 27 février 2011)
  2. Births, Marriages & Deaths Index of England & Wales, 1916–2005.
  3. (en) « Biographie de Gary Oldman », sur Film Reference.com (consulté le 1er juin 2009)
  4. (en) Stephen Schaefer, « Interview sur le scénario de Ne pas Avaler », sur Euroscreenwriters.dk,‎ 1997 (consulté le 1er juin 2009)
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q (en) Dominc Wills, « Biographie de Gary Oldman », sur Talk Talk (consulté le 8 décembre 2)
  6. a et b (en) Geoff Andrew, « Gary Oldman on Nil By Mouth : Interview pour Ne pas Avaler », Time Out,‎ septembre 1997 (lire en ligne)
  7. a, b, c et d (en) « Biographie de Gary Oldman », sur Hollywood.com (consulté le 1er juin 2009)
  8. (fr) Jack English, « Confidences trop intimes : Interview pour Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », Studio, no 200,‎ juin 2004 (lire en ligne)
  9. (en) « Biographie de Gary Oldman » (consulté le 1er juin 2009)
  10. (en) Richard Covington, « The wild one : Interview pour Perdus dans l'espace », Salon,‎ 9 juillet 1997 (lire en ligne)
  11. (en) « Biographie de Gary Oldman », sur Scifipédia.com,‎ 12 mars 2008 (consulté le 1er juin 2009)
  12. (en) Ethan Aames, « Interview avec Morgan Freeman pour Batman Begins », sur Cinécon.com,‎ 14 juin 2005 (consulté le 1er juin 2009)
  13. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Biographie de Gary Oldman », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  14. a, b, c et d (en) « Biographie de Gary Oldman », sur Première (consulté le 6 mars 2009)
  15. (en) « Anciens élèves du Rose Brudford College », sur Bruford.ac.uk (consulté le 1er juin 2009)
  16. (en) « Over 250 years of producing theatre in York », sur York Theatre Royal.co.uk (consulté le 1er juin 2009)
  17. a et b (en) « Pièces de Robert David MacDonald », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  18. a, b et c (en) « Filmographie de Gary Oldman », sur Film Refecence.com (consulté le 1er juin 2009)
  19. (en) Gary Oldman, « Messages personnels des comédiens ayant travaillé avec le Citizens Theatre », sur Citizens Theatre (consulté le 1er juin 2009)
  20. a et b (en) « Pièces de Joe Orton », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  21. a et b (en) « Pièces de Edward Bond », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  22. a et b (en) « Pièces de Caryl Churchill », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  23. a et b (en) « Interview d'Alex Cox pour Sid et Nancy », sur Alex Cox.com (consulté le 1er juin 2009)
  24. (en) « Gary Oldman : Biographie », Current Biography,‎ janvier 1996 (lire en ligne)
  25. (en) « Les acteurs ayant perdu le plus de poids pour un rôle dans un film », sur Listology.com (consulté le 1er juin 2009)
  26. (en) Roger Ebert, Roger Ebert's Four Star Movie Guide, Andrews & McMeel,‎ 1988 (ISBN 0-312-11883-X)
  27. (en) John Lydon, Rotten - No Irish, No Blacks, No Dogs, Hodder & Staughton Ltd,‎ 1995 (ISBN 0-312-11883-X), p. 150-151
  28. (en) « Première - Les 100 meilleures performances de tous les temps », sur Listology.com (consulté le 1er juin 2009)
  29. a et b (en) « Evening Standard British Film Awards 1987 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  30. (en) Roger Ebert, « Critique du film Prick Up Your Ears », sur Roger Ebert.com (consulté le 1er juin 2009)
  31. (en) « Récompenses et propositions pour Prick Up Your Ears », sur BAFTA.org (consulté le 1er juin 2009)
  32. (en) « Récompenses et nominations pour Prick Up Your Ears », sur Festival Cannes.com (consulté le 1er juin 2009)
  33. (en) Lucy Kaylin, « Interview de Stephen Frears pour Prick Up Your Ears », GQ,‎ octobre 1990
  34. a et b (en) « Independent Spirit Award 1992 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  35. a, b, c, d, e, f et g (en) Craig McLean, « More Mr Nice Guy : Interview pour Harry Potter et l'Ordre du Phénix », Telegraph Mag,‎ 28 juin 2007 (lire en ligne)
  36. (en) Harlan Kennedy, « THE BRIT PACK - A Clutch of Actors », sur American Cinema Papers,‎ 1988 (consulté le 27 février 2011)
  37. (en) Elissa Van Poznak, « The Brit Pack », The Face,‎ janvier 1987 (lire en ligne)
  38. a et b (en) « Page consacrée au documentaire Who Was Lee Harvey Oswald? », sur Frontline (consulté le 1er juin 2009)
  39. (en) John McCarty, « Biographie de Gary Oldman », sur Encyclopedia.com (consulté le 1er juin 2009)
  40. (en) « Box-office du film Dracula », sur The Numbers.com (consulté le 1er juin 2009)
  41. a et b (en) « MTV Movie Awards 1993 », sur MTV.com (consulté le 1er juin 2009)
  42. a et b « Box-office de JFK », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  43. a et b « Box-office de Dracula », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  44. a et b (en) « Fallen Angels - Dead End for Delia », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  45. [vidéo] (fr) Interview de Gary Oldman et Bruce Willis sur Canal+, avant la première diffusion du film à la télévision française.
  46. (en) « Fiche du film Ne pas avaler », sur Festival de Cannes.com (consulté le 1er juin 2009)
  47. (fr) « Box-office France de Le Cinquième Élément », sur Tout le Ciné.com (consulté le 1er juin 2009)
  48. (en) « Box-office de The Fifth Element », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  49. (fr) « Fiche technique de Le Cinquième Élément », sur Allociné (consulté le 1er juin 2009)
  50. (en) « Fiche du film Les Amants du nouveau monde », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 1er juin 2009)
  51. (en) « Fiche du film Les Amants du nouveau monde », sur The Numbers.com (consulté le 1er juin 2009)
  52. a et b (en) « Razzie Awards 1996 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  53. (en) « Fiche du film Air Force One », sur Metacritic.com (consulté le 1er juin 2009)
  54. (en) « Fiche du film Air Force One », sur Rotten Tomatoes.com (consulté le 1er juin 2009)
  55. (en) « Box-office de Air Force One », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  56. (fr) « Fiche technique de Air Force One », sur Allociné (consulté le 1er juin 2009)
  57. a et b (en) « Blockbuster Entertainment Awards 1998 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  58. a, b et c (en) « MTV Movie Awards 1998 », sur MTV.com (consulté le 1er juin 2009)
  59. (en) « Ne pas Avaler », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  60. (fr) François Forestier, L'envers de l'alcool - Nouvelobs.com, le 30 octobre 1997, consulté le 6 mars 2009.
  61. (fr) Serge Kaganski, Dead End Street - Lesinrocks.com, le 30 novembre 1996, consulté le 1 juin 2009.
  62. (fr) Florence Castelnau-Mendel & Gilles Médioni, Tous les blues d'Eric Clapton - L'Express.fr, le 5 mars 1998, consulté le 1 juin 2009.
  63. (en) « The BFI 100 », sur bfi.org.uk (consulté le 1er juin 2009)
  64. (en) « The 100 best British films: 30-21 », sur Time Out London (consulté le 14 février 2012)
  65. a, b, c et d (en) « Récompenses et nominations pour Ne pas Avaler », sur BAFTA.org (consulté le 1er juin 2009)
  66. a et b (en) « Edinburgh International Film Festival 1997 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  67. a et b (en) « Empire Awards 1998 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  68. (en) « Palmarès du Festival de Cannes 1997 », sur Festival Cannes.com (consulté le 1er juin 2009)
  69. a et b (en) « Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films 1999 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  70. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo Le Cinquième élément », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  71. a et b [vidéo] (en) « Clip du tube Since I Don't Have You, par Guns N'Roses », sur YouTube (consulté le 1er juin 2009)
  72. a et b [vidéo] (en) « Publicité pour H&M », sur Culturepub.fr (consulté le 1er juin 2009)
  73. a, b et c (en) « Critics Choice Awards 2001 », sur IMDb (consulté le 1er juin 2009)
  74. a et b (en) « Screen Actors Guild Awards 2001 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  75. a et b (en) « Independent Spirit Award 2001 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  76. a et b [image] (en) « Photos de la série pour DKNY », sur Millafan.com (consulté le 1er juin 2009)
  77. a et b (en) « Fiche du programme Great Books », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  78. (en) « Fiche du film Hannibal », sur Metacritic.com (consulté le 1er juin 2009)
  79. (en) « Box-office de Hannibal », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  80. a et b (en) « Friends - The One with Monica and Chandler's Wedding: Part 1 » & « Part 2 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  81. a et b (en) « The Hire - Beat the Devil », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  82. a et b (en) « Saison 1 de Greg the Bunny », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  83. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo True Crime: Streets of LA », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  84. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo Medal of Honor : Débarquement allié », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  85. a et b (en) « Fiche du programme Memories of », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  86. a et b (en) « People's Choice Award 2005 », sur PCAvote.com (consulté le 1er juin 2009)
  87. a et b (en) « Academy of Science Fiction, Fantasy & Horror Films 2005 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  88. (en) « Box-office de Harry Potter et la Chambre des secrets », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  89. (en) « Box-office de Harry Potter et le Prince de sang-mêlé », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  90. (en) « Anecdotes du film The Longest Yard », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  91. (en) « Anecdotes du film Revenge of the Sith », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  92. a et b (en) « Fiche du film Chutzpah, This Is? », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  93. (en) « Box-office de The Dark Knight », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  94. (fr) « Fiche technique de The Dark Knight : Le Chevalier noir », sur Allociné (consulté le 1er juin 2009)
  95. (en) « Box-office de Batman Begins », sur Box-office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  96. (fr) « Fiche technique de Batman Begins », sur Allociné (consulté le 1er juin 2009)
  97. a et b (en) « Scream Award du meilleur acteur dans un rôle secondaire », sur Spike.com (consulté le 1er juin 2009)
  98. (fr) Isabelle Hontebeyrie, « Les SAG Awards: Slumdog Millionaire et Heath Ledger récompensés », sur LeBuzz.com,‎ 26 janvier 2009 (consulté le 1er juin 2009)
  99. (en) Gina Carbone, « Gary Oldman accepts for 'extraordinary' Heath Ledger at SAG Awards », sur SeaCoastOnline.com,‎ 25 janvier 2009 (consulté le 1er juin 2009)
  100. [vidéo] (en) « Gary Oldman reçoit le SAG Award au nom d'Heath Ledger », sur YouTube,‎ 25 janvier 2009 (consulté le 1er juin 2009)
  101. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo The Legend of Spyro: A New Beginning », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  102. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo The Legend of Spyro: The Eternal Night », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  103. a et b (en) « Fiche du jeu vidéo The Legend of Spyro : Naissance d'un Dragon », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  104. a et b [vidéo] (en) « Publicité pour Barclays », sur GaryOldman.info (consulté le 1er juin 2009)
  105. a et b (en) « Article sur la promotion de la Ligue des Champions sur ITV », sur The Guardian.co.uk (consulté le 1er juin 2009)
  106. a et b [vidéo] (en) « Publicité pour Nokia », sur Culturepub.fr (consulté le 1er juin 2009)
  107. a et b [vidéo] (en) « Donut, réalisé par Gary Oldman avec le Nokia N93 », sur YouTube (consulté le 1er juin 2009)
  108. a et b (en) « Site officiel du groupe Chutzpah », sur Chutzpah The Group.com (consulté le 1er juin 2009)
  109. a et b (en) « Site officiel de Juliet Landau sur son court-métrage Take Flight », sur Juliet Landau's Take Flight (consulté le 1er juin 2009)
  110. a et b [vidéo] (en) Drew McWeeny, « Do Not Go To See The Perfect Sleep », sur HitFix.com (consulté le 1er juin 2009)
  111. a, b et c (en) « Tributes », sur USA Film Festival (consulté le 8 mars 2012)
  112. (en) « Tribute Awards », sur Gotham Awards (consulté le 13 février 2012)
  113. Citation originale : « Tinker Tailor Soldier Spy is a dense puzzle of anxiety, paranoia, and espionage that director Tomas Alfredson pieces together with utmost skill »
  114. (en) « Tinker Tailor Soldier Spy (2011) », sur Rotten Tomatoes (consulté le 13 février 2012)
  115. a et b (fr) Aurélien Ferenczi et Frédéric Strauss, « La Taupe », sur Télérama,‎ 8 février 2012 (consulté le 13 février 2012)
  116. (en) Ty Burr, « Tinker Tailor Soldier Spy », sur The Boston Globe,‎ 16 décembre 2011 (consulté le 13 février 2012)
  117. (en) Ann Hornaday, « Tinker Tailor Soldier Spy (2011) », sur The Washington Post,‎ 16 décembre 2011 (consulté le 13 février 2012)
  118. (en) « Biographie de Laila Morse », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  119. (en) Geoff Andrew, « Gary Oldman on Nil By Mouth  : Interview de Gary Oldman pour Ne pas Avaler », Time Out London, no 1411,‎ 21 septembre 1997 (lire en ligne)
  120. [vidéo] (en) Charlie Rose, « Interview de Gary Oldman par Charlie Rose », sur Charlie Rose.com,‎ 1 février 2001 (consulté le 1er juin 2009)
  121. (en) « "A nice girl for a lucky Oldman" », sur Daily Mail.co.uk,‎ 5 janvier 2009 (consulté le 1er juin 2009)
  122. (en) Bernard D. McDonald, « Actor's actor : Interview pour Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », Pavement,‎ 2004 (lire en ligne)
  123. a et b (en) Kieran Grant, « Smiley Face: Gary Oldman », sur Culture de luxe,‎ 12 juillet 2011 (consulté le 13 février 2012)
  124. (en) « The Best and Worst Villains of All Time », sur The Movie Villains.com,‎ 2004 (consulté le 1er juin 2009)
  125. (en) « Gary Oldman », sur Thespian Net,‎ 2004 (consulté le 27 février 2011)
  126. (en) « Pitt honoured to join "Gods" », sur ITN.co.uk,‎ 23 janvier 2009 (consulté le 1er juin 2009)
  127. (en) Tasha Robinson, « Interview de Shia LaBeouf », sur The AV Club.com,‎ 17 mars 2007 (consulté le 1er juin 2009)
  128. (en) Sean Jordan, « Christian Bale: Belatedly Blabbing Batman », sur Femme Fatale.com,‎ 19 février 2006 (consulté le 1er juin 2009)
  129. (en) Rebecca Murray, « Interview de Christian Bale pour Batman Begins », sur About.com (consulté le 1er juin 2009)
  130. (en) « Biographie de Ryan Gosling », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  131. (en) Neil Norman, « Ryan Gosling: The children's champion », sur The Independant.co.uk,‎ 22 avril 2007 (consulté le 1er juin 2009)
  132. (en) Rob Carnevale, « Interview de Daniel Radcliffe pour Harry Potter et l'Ordre du Phénix », sur Indie London.co.uk,‎ 2005 (consulté le 1er juin 2009)
  133. (en) (en) « Interview de Johnny Depp », Total Film, no 16,‎ mai 1998, p. 38
  134. (en) The South Bank Show: Gary Oldman (saison 21, épisode 15). Diffusé sur ITV le 15 mars 1998.
  135. (en) Eric Goldman, « IGN Interview: Jason Isaacs », sur IGN,‎ 16 février 2007 (consulté le 13 février 2012)
  136. (en) Oliver Gettell, « Ralph Fiennes on which movie he can't wait to see next », sur The Los Angeles Times,‎ 22 novembre 2011 (consulté le 13 février 2012)
  137. (en) Stephen Schaefer, « Luc Besson », sur Euro Screenwriters (consulté le 19 avril 2013)
  138. (en) Roger Ebert, « Critique de Manipulations », sur Roger Ebert.com (consulté le 1er juin 2009)
  139. (en) Janet Maslin, « Critique de Les Anges de la nuit », sur The New York Times.com,‎ 14 septembre 1990 (consulté le 1er juin 2009)
  140. (en) Devin D. O'Leary, « Critique de Ne pas Avaler », sur Film Vault.com,‎ 30 mars 1998 (consulté le 1er juin 2009)
  141. (en) Chris Hicks, « Critique de Léon », sur Deseret News.com,‎ 22 novembre 1994 (consulté le 1er juin 2009)
  142. (en) Jack Foley, « Interview de Gary Oldman pour Batman Begins », sur Indie London.co.uk,‎ 2005 (consulté le 1er juin 2009)
  143. (en) Craig McLean, « More Mr Nice Guy - Article sur Gary Oldman », sur The Telegraph,‎ 23 juin 2007 (consulté le 9 novembre 2011)
  144. (en) Harlan Kennedy, « BRIT PACK - A CLUTCH OF ACTORS », sur The American Cinema Papers,‎ 1988 (consulté le 9 novembre 2011)
  145. (en) « Daniel Day-Lewis », sur Yahoo (consulté le 10 novembre 2011)
  146. (en) « Gary Oldman - Backstage interview on receiving Empire Icon Award »,‎ 31 Mars 2011
  147. (en) « Empire Magazine's 100 Sexiest Stars », sur Empire Online.com (consulté le 1er juin 2009)
  148. a et b (en) « Autres apparitions de Gary Oldman », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  149. (en) « “Marlowe: its an Elizabethan thing …™” », sur Blog : Eating the lotus,‎ 24 septembre 2008 (consulté le 1er juin 2009)
  150. (en) « Article sur la pièce Desperado Corner », sur en.wikipedia.org (consulté le 1er juin 2009)
  151. (en) « Pièces de Ron Hutchinson », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  152. (en) « Pièces de Nicholas Wright », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  153. (en) « Pièces de Trevor Griffiths », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  154. (en) « Pièces de Thomas Middleton », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  155. (en) « Pièces de William Wycherley », sur Doollee.com (consulté le 1er juin 2009)
  156. (en) « Filmographie de Gary Oldman », sur The Movie Time.com (consulté le 1er juin 2009)
  157. (en) « Filmographie de Gary Oldman », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  158. [vidéo] (en) « Gary Oldman chantant My Way dans Sid and Nancy », sur YouTube (consulté le 1er juin 2009)
  159. (en) « Musique de Sid and Nancy », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  160. (en) « Distribution de Henry & June », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  161. (en) « Musique de Excalibur, l'épée magique », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  162. (en) « Distribution de Who's Kyle? », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  163. [vidéo] (en) « Gary Oldman dans la série Friends », sur YouTube (consulté le 1er juin 2009)
  164. « Comédiens ayant doublé Gary Oldman en France », sur AlloDoublage (consulté le 19 septembre 2012)
  165. a, b, c, d, e, f et g « Comédiens ayant doublé Gary Oldman en France », sur RS Doublage (consulté le 16 décembre 2012)
  166. a, b, c, d, e, f, g et h « Comédiens ayant doublé Gary Oldman au Québec », sur Doublage.qc.ca (consulté le 19 septembre 2012)
  167. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées allodoublage.
  168. (en) « Distribution du film Ne pas Avaler », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  169. (en) « Société de production SE8 GROUP », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  170. (en) « Box Office de Ne pas Avaler », sur Box Office Mojo.com (consulté le 1er juin 2009)
  171. (en) « Distribution du film Guns 1748 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  172. (en) « Distribution du film Manipulations », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  173. (en) « Distribution du film Nobody's Baby », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  174. (en) « Filmographie de Douglas Urbanski », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  175. (en) « Fiche du jeu vidéo Call of Duty: World at War », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  176. (en) Fiche du jeu vidéo Call of Duty: Black Ops sur l'IMDB. Consulté le 18 juillet 2011.
  177. (en) Fiche du jeu vidéo Call of Duty: Black Ops II sur l'IMDB. Consulté le 12 juillet 2013.
  178. a et b (en) « Box-office des films de Gary Oldman », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  179. « Box-office », sur Box-office Story (consulté le 8 mars 2012)
  180. (en) « Box-office de Sid and Nancy », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  181. « Box-office de Sid et Nancy », sur JP Box-office.com (consulté le 8 mars 2012)
  182. « Box-office de Prick Up Your Ears », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  183. (en) « Box-office de Track 29 », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  184. « Box-office de La Loi criminelle (Paris) », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  185. « Box-office de Rosencrantz et Guildenstern sont morts », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  186. « Box-office de Les Anges de la nuit », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  187. « Fiche technique de JFK », sur Allociné (consulté le 8 mars 2012)
  188. (en) « Box-office de JFK », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  189. « Fiche technique de Bram Stoker's Dracula », sur Allociné (consulté le 8 mars 2012)
  190. (en) « Box-office de Dracula », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  191. « Fiche technique de True Romance », sur Allociné (consulté le 8 mars 2012)
  192. « Box-office de True Romance », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  193. « Article sur le film Romeo Is Bleeding », sur Wikipédia Fr (consulté le 8 mars 2012)
  194. « Box-office de Romeo Is Bleeding », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  195. « Fiche technique de Léon », sur Allociné (consulté le 8 mars 2012)
  196. « Box-office de Léon », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  197. « Box-office de Ludwig van B. », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  198. « Box-office de Meurtre à Alcatraz », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  199. (en) « Box-office de The Scarlet Letter », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  200. « Box-office de Les Amants du nouveau monde », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  201. « Fiche technique de Basquiat », sur Allociné (consulté le 8 mars 2012)
  202. « Box-office de Basquiat », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  203. (en) « Box-office de Nil by Mouth », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  204. « Box-office de Ne pas Avaler », sur Tout le Ciné.com (consulté le 8 mars 2012)
  205. (en) « Box-office de Le Cinquième Élément », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  206. a, b et c « Box-office de Le Cinquième Élément », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  207. (en) « Box-office de Air Force One », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  208. a, b et c « Box-office de Air Force One », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  209. (en) « Box-office de Lost In Space », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  210. a, b et c « Box-office de Perdus dans l'espace », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  211. (en) « Box-office de Quest for Camelot », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  212. a, b et c « Box-office de Excalibur, l'épée magique », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  213. (en) « Box-office de The Contender », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  214. a, b et c « Box-office de Manipulations », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  215. (en) « Box-office de Hannibal », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  216. a, b et c « Box-office de Hannibal », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  217. (en) « Box-office de Harry Potter and the Prisoner of Azkaban », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  218. a, b et c « Box-office de Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  219. (en) « Box-office de Batman Begins », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  220. a, b et c « Box-office de Batman Begins », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  221. (en) « Box-office de Harry Potter and the Goblet of Fire », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  222. a, b et c « Box-office de Harry Potter et la Coupe de feu », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  223. (en) « Box-office de Harry Potter and the Order of the Phoenix », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  224. a, b et c « Box-office de Harry Potter et l'Ordre du phénix », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  225. (en) « Box-office de The Dark Knight », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  226. a, b et c « Box-office de The Dark Knight », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  227. (en) « Box-office de The Unborn », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  228. a, b et c « Box-office de Unborn », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  229. (en) « Box-office de A Christmas Carol », sur Box-office Mojo (consulté le 13 janvier 2010)
  230. a, b et c « Box-office de Le Drôle de Noël de Scrooge », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  231. (en) « Box-office de Planet 51 », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  232. a, b et c « Box-office de Planète 51 », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  233. (en) « Box-office de The Book of Eli », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  234. a, b et c « Box-office de Le Livre d'Eli », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  235. (en) « Box-office de Red Riding Hood », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  236. a, b et c « Box-office de Le Chaperon rouge », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  237. (en) « Box-office de Kung Fu Panda 2 », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  238. a, b et c « Box-office de Kung Fu Panda 2 », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  239. (en) « Box-office de Tinker, Tailor, Soldier, Spy », sur Box-office Mojo (consulté le 8 mars 2012)
  240. a, b et c « Box-office de La Taupe », sur JP Box Office (consulté le 8 mars 2012)
  241. (en) « Box-office de The Dark Knight Rises », sur Box-office Mojo (consulté le 28 novembre 2012)
  242. a, b et c « Box-office de The Dark Knight Rises », sur JP Box Office (consulté le 28 novembre 2012)
  243. (en) « Box-office de Lawless », sur Box-office Mojo (consulté le 28 novembre 2012)
  244. a, b et c « Box-office de Des hommes sans loi », sur JP Box Office (consulté le 28 novembre 2012)
  245. (en) « Distinctions de Gary Oldman », sur l'IMDB (consulté le 8 mars 2012)
  246. a et b (en) « Acteur de l'année », sur Critics Circle (consulté le 1er juin 2009)
  247. (en) « Saturn Award du meilleur acteur », sur Saturn Awards.org (consulté le 1er juin 2009)
  248. (en) « People's Choice Awards 2009 », sur PCA Vote.com (consulté le 1er juin 2009)
  249. (en) « Award Tributes », sur Gotham Awards (consulté le 8 mars 2012)
  250. (en) « 2011 San Francisco Film Critics Circle Awards », sur SFFCC (consulté le 8 mars 2012)
  251. a et b http://www.awardsdaily.com/blog/2012/07/03/tinker-tailor-soldier-spy-tops-italian-youmovie-awards/
  252. a et b (en) « British Independent Film Awards 1998 », sur BIFA.org (consulté le 1er juin 2009)
  253. (en) « Emmy Awards 2001 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  254. (en) « Critics Choice Awards 2009 », sur l'IMDB (consulté le 1er juin 2009)
  255. (en) « 2011 Scream Awards Winners », sur Spike (consulté le 3 février 2012)
  256. (en) « British Independent Film Awards 2011: Fassbender, Ramsey & Sophie from Peep Show win », sur Holy Moly (consulté le 3 février 2012)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publication de Gary Oldman

  • (en) Gary Oldman, Nil by Mouth, Londres, ScreenPress Books,‎ 23 octobre 1997, 192 p. (ISBN 1901680037)
    Scénario du film Ne pas avaler

Publications sur Gary Oldman

  • (en) Fred Schruers, « Interview de Gary Oldman », Rolling Stone, Royaume-Uni,‎ 18 octobre 1990
  • (en) Glenn Collins, « Oldman Onscreen: The Psychopath In Perfect Accent - Article Oldman pour Les Anges de la nuit », The New York Times, États-Unis,‎ 1er octobre 1990 (lire en ligne)
  • (en) Louise Chunn, « At lunch with Gary Oldman - Article Oldman pour Rosencrantz et Guildenstern sont morts », Arena, Royaume-Uni,‎ mars 1991 (lire en ligne)
  • (en) Edward Murphy, « Gary's State of Grace - Article Oldman pour Les Anges de la nuit », Film Review, Royaume-Uni,‎ juin 1991 (lire en ligne)
  • (en) Jim McClellan, « Hot Shot - Article Oldman pour JFK », The Face, Royaume-Uni,‎ février 1992 (lire en ligne)
  • (en) Susan Dworkin, « Interview de Gary Oldman », The New York Times, États-Unis,‎ 8 novembre 1992
  • (en) Gerri Hirshey, « Stand by your Bat - Article Oldman pour Dracula », GQ, États-Unis,‎ décembre 1992 (lire en ligne)
  • (en) Rachel Abramowitz, « Neck Romance - Article Oldman pour Dracula », Première, États-Unis,‎ décembre 1992 (lire en ligne)
  • (en) Trish Deitch Roher, « Chameleon Man - Article Oldman pour Dracula », Who Weekly, Australie,‎ 11 janvier 1993 (lire en ligne)
  • (en) Steve Pond, « This Oldman, he wears hats », US Mag, États-Unis,‎ octobre 1993 (lire en ligne)
  • (en) Chris Heath, « The Misfit », Elle, Royaume-Uni,‎ 1994 (lire en ligne)
  • (en) « Madman or genius? », Première, Royaume-Uni,‎ mai 1994 (lire en ligne)
  • (en) « Biographie de Gary Oldman », Current Biography, États-Unis,‎ janvier 1996 (lire en ligne)
  • Serge Kaganski, « Dead End Street - Interview de Gary Oldman pour Ne pas avaler », Les Inrockuptibles, France, no 125,‎ 30 novembre 1996 (lire en ligne)
  • (en) Richard Covington, « The Wild One - Interview de Gary Oldman pour Perdus dans l'espace », Salon, Royaume-Uni,‎ 9 juillet 1997 (lire en ligne)
  • (en) Geoff Andrew, « Gary Oldman on "Nil By Mouth" - Interview de Gary Oldman pour Ne pas avaler », Time Out London, Royaume-Uni, no 1411,‎ 21 septembre 1997 (lire en ligne)
  • (en) Andrew Davies, « Crime and Punishment - Article Oldman pour Ne pas avaler », The Big Issue, Royaume-Uni,‎ octobre 1997 (lire en ligne)
  • (en) « Article Oldman pour Ne pas avaler », Empire, Royaume-Uni,‎ octobre 1997 (lire en ligne)
  • Patrick Fabre, « Gary Oldman : l'enfer est ici - Interview de Gary Oldman pour Ne pas avaler », Studio, France, no 121,‎ novembre 1997 (lire en ligne)
  • (en) William Georgiades, « Article Oldman pour Ne pas avaler », Black Book, États-Unis,‎ hiver 1997-1998 (lire en ligne)
  • (en) Paul Fischer, « Art imitating life? - Article Oldman pour Ne pas avaler », Sunday Telegraph, Royaume-Uni,‎ 17 mai 1998 (lire en ligne)
  • (en) Martin Aston, « Article Oldman pour Perdus dans l'espace », Neon, Royaume-Uni,‎ août 1998 (lire en ligne)
  • (en) Bernard D. McDonald, « Actor's actor - Interview de Gary Oldman pour Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », Pavement, Nouvelle-Zélande,‎ 2004 (lire en ligne)
  • Jack English, « Confidences trop intimes - Interview de Gary Oldman pour Harry Potter et le Prisonnier d'Azkaban », Studio, France, no 200,‎ juin 2004 (lire en ligne)
  • (en) Bob Thompson, « Oldman's in it for the marquee - Article Oldman pour Batman Begins », National Post, Canada,‎ 16 juin 2005
  • (en) Craig McLean, « More Mr Nice Guy - Interview de Gary Oldman pour Harry Potter et l'Ordre du phénix », Telegraph Mag, Royaume-Uni,‎ 28 juin 2007 (lire en ligne)
  • (en) Nigel Goodall, Ray Winstone - The story of the ultimate screen hardman, Londres, John Blake,‎ novembre 2007 (ISBN 9781844543830)
    Biographie de Ray Winstone, acteur dans le film Ne pas avaler, de Gary Oldman
  • (en) Anthony Bunko, Gary Oldman: The King of Darkness, Londres, Cogito Editions,‎ avril 2011, 250 p. (ISBN 978-2923865249)
    Biographie de Gary Oldman

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 26 novembre 2009 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.