Christian-Jaque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Christian Jacq.

Christian-Jaque

Nom de naissance Christian-Albert-François Maudet
Naissance 4 septembre 1904
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Français
Décès 8 juillet 1994 (à 89 ans)
Boulogne-Billancourt, France
Profession Réalisateur
scénariste
Films notables Les Disparus de Saint-Agil
La Symphonie fantastique
Fanfan la Tulipe
Nana
Babette s'en va-t-en guerre
La Tulipe noire

Christian-Albert-François Maudet dit Christian-Jaque est un réalisateur, scénariste et adaptateur de cinéma français, né le 4 septembre 1904 à Paris XIXe et mort le 8 juillet 1994 à Boulogne-Billancourt.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d’Édouard Maudet, directeur de fonderie, et de Joséphine Beaumer, le jeune Christian poursuit sa scolarité au collège Rollin à Paris. Bachelier, il effectue ensuite des études d’architecture à l'École nationale supérieure des beaux-arts et à l'École nationale supérieure des arts décoratifs à Paris. En 1924, il dessine des affiches de cinéma pour une compagnie américaine, la First National, en collaboration avec Jacques Chabraison. Ils signent leurs travaux de leurs prénoms accolés : Christian-Jacque(s). Christian-Jaque conservera ce pseudonyme lorsqu'il deviendra deux ans plus tard journaliste pour la revue Cinégraph, puis décorateur de cinéma de 1927 à 1931.

Sa filmographie, d’une longévité exceptionnelle, est impressionnante : de 1932 (Le Bidon d'or) à 1977 (La Vie parisienne), il réalise pour le cinéma six courts-métrages, trois sketches et cinquante-neuf longs métrages (il en co-réalise trois autres et en laisse autant inachevés). De 1968 à 1985, il travaille sur une soixantaine de téléfilms.

Parmi les acteurs qu’il a dirigés (à plusieurs reprises pour la plupart) : Fernandel, Albert Préjean, Mistinguett, Erich von Stroheim, Michel Simon, Raymond Rouleau, François Périer, Harry Baur, Renée Faure, Bernard Blier, Jean-Louis Barrault, Renée Saint-Cyr, Jules Berry, Micheline Presle, Louis Jouvet, Viviane Romance, Edwige Feuillère, Jean Marais, Gérard Philipe, Daniel Gélin, Maria Casares, Charles Boyer, Pierre Brasseur, Gina Lollobrigida, Sophia Loren, Danielle Darrieux, Martine Carol, Claudia Cardinale, Jean-Louis Trintignant, Michel Piccoli, Brigitte Bardot, Jacques Charrier, Francis Blanche, Robert Hossein, Marina Vlady, Virna Lisi, Bourvil, Annie Girardot, Alain Delon, Jean Yanne, etc.

Sous l’Occupation, Christian-Jaque réalise deux films pour la compagnie française à capitaux allemands Continental-Films. L'Assassinat du père Noël et La Symphonie fantastique rencontreront un énorme succès public. Christian-Jaque finira la guerre dans les rangs des FFI.

Avec Martine Carol, sa quatrième épouse, il tourne six films mettant en valeur la beauté de sa femme, dont Lucrèce Borgia (1953), Madame du Barry (1954), Nana (1955) et Nathalie (1957). En 1959, il réalise Babette s'en va-t-en guerre avec la toute jeune Brigitte Bardot (et Jacques Charrier, qu'elle épouse peu de temps après).

Il a été fait chevalier de la Légion d’honneur, officier de l’ordre national du Mérite, Croix de guerre 1939-1945 et commandeur des Arts et des Lettres.

Christian-Jaque meurt d'une crise cardiaque le 8 juillet 1994. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (85e Division).

Il a été marié à :

  • Germaine Spy (3 février 1931-12 juillet 1938)[1]
  • Simone Renant (19 juin 1940-11 mai 1944) ;
  • Renée Faure (18 février 1947-15 juillet 1953)[2] ;
  • Martine Carol (15 juillet 1954-13 mai 1959) ;
  • Laurence Christol (24 novembre 1961-2 octobre 1983[3])[4] ;
  • Denise Morlot (1992-8 juillet 1994[5]), qui fut sa scripte et son premier assistant-réalisateur.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Décorateur[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Téléfilms[modifier | modifier le code]

Séries[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Citation[modifier | modifier le code]

« Je me souviens que Christian-Jaque divorça d'avec Renée Faure pour épouser Martine Carol. »

— Georges Perec, Je me souviens

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnaud Chapuy, Martine Carol filmée par Christian-Jaque : un phénomène du cinéma populaire, Paris, Harmattan, coll. « Champs visuels »,‎ 2001, 125 p. (ISBN 978-2-747-50167-5, OCLC 48851421)
  • Raymond Chirat et Olivier Barrot, Travelling : Christian-Jaque, automne 1976, no 47, 112 p.
  • Jean A. Gili et Jacques Lourcelles (dir.), 1895 : Christian-Jaque, octobre 1999, no 28, 352 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Figaro, 4 février 1931, p. 2.
  2. The Granger Collection 1 et 2
  3. Date du décès de Laurence Christol
  4. The Granger Collection
  5. Date du décès de Christian-Jaque