Fleuve Hudson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hudson (fleuve))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hudson.
Fleuve Hudson
(Muh-he-kun-ne-tuk, Muhheakantuck)
New York, depuis le fleuve Hudson
New York, depuis le fleuve Hudson
Le cours du fleuve Hudson, et celui de son principal affluent, la rivière Mohawk.
Le cours du fleuve Hudson, et celui de son principal affluent, la rivière Mohawk.
Caractéristiques
Longueur 507 km
Bassin 36 200 km2
Débit moyen 606 m3/s (Lower New York Bay)
mais 425 m3∙s-1 à Troy (New York)
Régime pluvio-nival
Cours
Source Lake Tear of the Clouds
· Localisation Mont Marcy (Adirondacks, New York)
· Altitude 1 309 m
· Coordonnées 44° 06′ 24″ N 73° 56′ 09″ O / 44.106667, -73.935833 (Source - Fleuve Hudson)  
Embouchure Lower New York Bay
· Localisation New York
· Altitude 0 m
· Coordonnées 40° 42′ 11″ N 74° 01′ 36″ O / 40.703056, -74.026667 (Embouchure - Fleuve Hudson)  
Géographie
Principaux affluents
· Rive gauche Hoosic
· Rive droite Mohawk, Rondout Creek, Wallkill
Pays traversés Drapeau des États-Unis États-Unis
Régions traversées New York, New Jersey

Le fleuve Hudson (ou Hudson River en anglais) est un fleuve de 507 km de long, coulant principalement dans l'État de New York et formant en partie la frontière entre les États de New York et du New Jersey[1]. Le nom du fleuve provient de Henry Hudson, un Anglais naviguant pour le compte des Provinces-Unies et notamment de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (Vereenigde Oost-Indische Compagnie ou VOC), qui explora le fleuve en 1609. Cependant le premier Européen en mesure de l'observer fut l'Italien Giovanni da Verrazano en 1524, dont l'expédition fut financée par les marchands florentins de Lyon et par François Ier.

Géographie et toponymie[modifier | modifier le code]

La source officielle du fleuve Hudson est le lac Tear of the Clouds (littéralement : « larme des nuages »), dans les monts Adirondacks. Cependant, le cours d'eau qui découle du lac est plutôt connu sous les noms de Feldspar Brook (« fleuve du feldspath ») puis de Opalescent River (« fleuve d'opale »), cours d'eau qui se jettent ensuite dans l'Hudson au niveau de la ville de Tahawus.

Le véritable fleuve ne prend vraiment sa source que quelques kilomètres au nord de Tahawus, au niveau du lac Henderson. Le confluent de l'Hudson et de la rivière Mohawk, son principal affluent est situé à Troy (au nord d'Albany, capitale de l'État de New York), au sud du Federal Dam (littéralement barrage fédéral) qui fait la jonction entre Upper Hudson River Valley et la Lower Hudson River Valley (parties supérieures et inférieures de la vallée de l'Hudson). À partir de Troy, l'Hudson s'élargit peu à peu, jusqu'à former la Baie de New York (constitué successivement de la Upper Bay et la Lower Bay), entre Manhattan, Staten Island, Long Island et les côtes du New Jersey, avant de se jeter dans l'Océan Atlantique.

Les Néerlandais avaient dans un premier temps nommé l'Hudson Noort Rivier (« fleuve nord ») par opposition au Delaware, baptisé Zuide Rivier (« fleuve sud »), et le nom peut encore parfois s'entendre dans des émissions de radio. Le nom d'Hudson River fut donné par les Anglais en l'honneur de l'un d'entre eux, Henry Hudson qui avait remonté et exploré le fleuve pour le compte de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales. Les Néerlandais appelaient aussi parfois l'Hudson comme étant la Manhattes rieviere, Rio de Montaigne, Groote Rivier et de grootte Mouritse reviere mais le nominatif Noortrivier demeurait le plus utilisé à l'époque[2].

L'Hudson River est considéré comme un fleuve, cependant, la Lower Hudson River Valley (partie sud de la vallée de l'Hudson) est en réalité un estuaire marin, étant donné que l'influence de la marée se ressent jusqu'au Federal Dam de Troy. On a ainsi tendance à considérer à tort l'Hudson comme l'un des plus longs fleuves des États-Unis, alors qu'il n'est en fait géographiquement qu'un estuaire sur la plus grande partie de son parcours. Ce phénomène d'être bifurqué au nord en deux estuaires explique le nom mohican du fleuve, Muh-he-kun-ne-tuk, ce qui signifie « le fleuve que remonte des deux côtés ». Les fortes marées rendent ainsi parfois la navigation dans le port de New York ou sur le fleuve délicate; pendant l'hiver, il arrive que des blocs de glace naviguent sur le cours du fleuve, du nord au sud ou du sud au nord, au gré des marées. Le débit approximatif du fleuve est de l'ordre de 425 m³/s au niveau de Troy, alors qu'il atteint 606 m³/s au niveau de New York.

L'Hudson River est parfois appelée le « fleuve noyé ». En effet, la montée du niveau des eaux consécutive à la glaciation du Wisconsin, la plus récente glaciation, a entraîné une incursion marine qui a noyé certaines plaines côtières, et amené de l'eau salée au niveau de l'embouchure du fleuve. La vallée de l'Hudson est donc un ancien fjord glacaire[3]. L'actuel lit de la rivière, l'Hudson Canyon, très touché par l'érosion au niveau du littoral est une zone de pêche très importante. L'ancien lit de la rivière est très clairement délimité sous l'océan Atlantique, en s'étendant jusqu'au bord du plateau continental. Au nord, l'Hudson est relié au Lac Érié par le Canal Érié, qui permet d'obtenir une liaison directe entre l'Océan Atlantique et les Grands Lacs.

Les Narrows[modifier | modifier le code]

Embouchure de l'Hudson river, New York, vue depuis la navette spatiale
Embouchure de l'Hudson river, New York, vue depuis la navette spatiale

Les Narrows sont le détroit maritime qui sépare les boroughs de Brooklyn et de Staten Island, au niveau de l'embouchure de l'Hudson. Il assure la connexion entre la partie nord et la partie sud de la baie de New York (la New York Bay), et a longtemps été considéré comme le portail maritime de la ville, tout en ayant constitué tout au long de l'Histoire le principal accès au port de la ville.

La formation du détroit remonte à environ six mille ans, à l'époque de la dernière glaciation. Auparavant, les îles de Staten Island et de Long Island étaient connectées, et empêchaient l'Hudson de se jeter dans l'Océan Atlantique via le détroit. Le fleuve se jetait alors dans l'océan au niveau de Raritan Bay, située plus au sud que le détroit, en suivant un trajet situé plus à l'ouest, dans l'actuel État du New Jersey, le long des volcans Watchung.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de cet article :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'anglais Hudson River est traduit parfois à tort par « rivière Hudson », un fleuve étant un cours d'eau se jetant dans la mer ou l'océan, dans l'espace francophone. La langue anglaise ne disposant que d'un seul mot alors que le français en a deux, on arrive parfois à un faux-ami. Par exemple, le Mississippi, appelé Mississippi River en anglais, se nommait à l'origine « fleuve de l'Immaculée Conception », ensuite « fleuve Colbert » en français.
  2. Jaap Jacobs, New Netherland: A Dutch Colony in Seventeenth-Century America, Éditions Brill, Boston/Leyde, 2005, p.11
  3. Jean Demangeot, Les milieux « naturels » du globe, Paris, Armand Colin, 10e édition, 2002, p.256