Will Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Smith.

Will Smith

Description de cette image, également commentée ci-après

Will Smith en juin 2011.

Nom de naissance Willard Christopher Smith Jr
Surnom Fresh Prince, Will
Naissance 25 septembre 1968 (45 ans)
Philadelphie, Pennsylvanie
(États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américaine
Profession Acteur
Chanteur
Producteur
Scénariste
Films notables Independence Day
Men in Black (trilogie)
Ali
I, Robot
À la recherche du bonheur
Hancock
Sept vies
Je suis une légende
Séries notables Le Prince de Bel-Air

Will Smith, de son nom complet Willard Christopher Smith Jr, est un acteur, producteur de cinéma et chanteur de hip-hop américain, né le 25 septembre 1968 à Philadelphie (Pennsylvanie, États-Unis[1]).

Will Smith est l'un des rares artistes à avoir connu le succès dans trois différents médias de divertissement aux États-Unis et dans le monde : cinéma, télévision et musique. Il est devenu rapidement célèbre en tenant le rôle-titre de la série télévisée Le Prince de Bel-Air et a joué dans plusieurs grosses productions hollywoodiennes comme Bad Boys, Independence Day et Men in Black.

Il est l'un des acteurs les mieux payés d'Hollywood avec 80 millions de dollars gagnés entre le 1er juin 2007 et le 1er juin 2008[2],[3] et le seul acteur à avoir tourné dans huit films classés premiers au box-office américain dès leur premier week-end de diffusion[4].

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Will Smith est né à Philadelphie. Sa mère Caroline (née Bright) travaillait dans une école, et son père Willard Christopher Smith était technicien. Il a reçu une éducation baptiste[5]. Ses parents se séparèrent quand il avait 13 ans[5],[6]. Dès son enfance, Will Smith se révèle être un enfant intelligent et charismatique. Il était capable de charmer par ses discours et ainsi d'éviter les ennuis, si bien que ses professeurs du lycée le surnommaient « Prince Charming »[6],[7].

À l’âge de 14 ans, Will Smith est grandement influencé par Eddie Murphy et les nouveaux héros du hip-hop.

À 16 ans, il rencontre Jeffrey Townes à une fête. Ils deviennent amis proches et commencent à chanter ensemble, Jeff en tant que DJ Jazzy Jeff et Smith en tant que The Fresh Prince[6].

Élève brillant, Smith fait ses études secondaires à la Julia Reynolds Masterman Laboratory and Demonstration School, école réputée de Philadelphie[8]. Il refuse plus tard une bourse d'études du Massachusetts Institute of Technology (MIT) pour se consacrer à sa carrière musicale[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

Débuts dans la musique[modifier | modifier le code]

Sous le nom de scène The Fresh Prince, Will Smith et son ami Jeffrey Townes (DJ Jazzy Jeff) forment le duo DJ Jazzy Jeff and The Fresh Prince. Il est maître de cérémonie (MC), DJ Jazzy Jeff est disc jockey et producteur. Ils sont accompagnés par Clarence Holmes (Ready Rock C) pour le beatbox[7].

En 1987, le groupe sort son premier album Rock the House contenant le hit Girls Ain't Nothing But Trouble[7]. Ils continuent sur leur lancée en sortant He's the DJ, I'm the Rapper en 1988. C'est un double album, format couramment utilisé en rock and roll, mais innovant dans le monde du rap de l'époque[7]. C'est leur premier gros succès commercial, le single Parents Just Don't Understand, tiré de cet album, leur vaudra un Grammy award dans la catégorie « Best Rap Performance » (Meilleure Performance Rap). L'album est un des premiers Long Plays rap de l'histoire à devenir double disque de platine.

Leur style comique et frimeur faisait contraste avec le rap de l'époque, beaucoup plus sérieux et violent. L'absence de vulgarité dans les textes rendit leurs chansons idéales pour les stations de radio, et reçut l'approbation des parents américains, tout en touchant tous les publics[7].

Will Smith commence à attirer l'attention d'Hollywood et des grands réseaux américains.[réf. à confirmer]

Le Prince de Bel-Air[modifier | modifier le code]

Will Smith sur le tapis rouge des Emmy Awards en 1993.

Malgré la popularité et la richesse, Will Smith cherche de nouveaux défis à relever. Les opportunités ne tardent pas en la personne de Benny Medina, qui avait l'idée de produire une sitcom basée sur sa vie[9]. Cette idée se transforme en 1990 par la création de la sitcom Le Prince de Bel-Air (The Fresh Prince of Bel-Air) pour NBC dans laquelle Smith tient le rôle principal en y incarnant le Prince de Bel-Air. La série est l'histoire d'un adolescent des rues de Philadelphie qui débarque chez son oncle à Bel-Air (Los Angeles) dans une famille aisée. Le succès est immédiat, et la série se poursuit jusqu'en 1996.

Sur le plan musical, le groupe DJ Jazzy Jeff and The Fresh Prince réalise Summertime, extrait de l'album Homebase, qui remporte un important succès. En 1993, DJ Jazzy Jeff & The Fresh Prince sortent leur dernier disque ensemble, Code Red[10] qui fut un échec commercial[7]. Il décida de mettre sa carrière de rappeur de côté pour se consacrer au cinéma et à son premier enfant[7].

Par la suite, Smith essaie d'explorer ses capacités d'acteur en jouant dans le film Break Out (Where the day takes you), jusqu'à être reconnu par la critique en 1993 pour son rôle dans Six degrés de séparation (Six Degrees of Separation), film dans lequel il joue le rôle d'un bisexuel où l'acteur refuse d'embrasser un autre acteur comme l'exige le scénario. Il suit alors les conseils de son ami Denzel Washington et s'oppose au réalisateur Fred Schepisi. Celui-ci modifie donc le script à contrecœur, ce qui n'empêche pas le film de remporter un bon succès dans les salles[11].

Save the Fresh Prince

La même année, NBC décide de terminer la série Le Prince de Bel-Air à la fin de la troisième saison, mais la vive réaction des fans et la masse de courrier reçue incite la chaîne à revoir sa position. Finalement la série sera reconduite pour trois saisons supplémentaires.

Succès international[modifier | modifier le code]

En 1995, Will Smith a été payé 5 millions de dollars pour Bad Boys avec Martin Lawrence, un relatif succès commercial qui lui ouvre les portes de plus grosses productions. Après la fin de la série le Prince de Bel-Air en 1996, il se consacre à sa carrière au cinéma avec Independence Day de Roland Emmerich, où il joue le capitaine Steven Hiller, un pilote de l'air chasseur d'aliens, avec un énorme succès cette fois (le film se plaçant à l'époque comme le second plus gros succès commercial mondial de l'histoire du cinéma derrière Jurassic Park). Avec 800 millions de recettes au box-office, c'est à ce jour le plus grand succès de Will Smith.

L'année suivante, il joue dans Men in Black, où il donne la réplique à Tommy Lee Jones[12], puis dans Ennemi d'État en 1998[13] et Wild Wild West en 1999[14]. Il refuse d'ailleurs de jouer dans Matrix car il trouvait le scénario trop compliqué à son goût[15] et préféra tourner Wild Wild West aux côtés de Kevin Kline, le film qui a fait un succès au box-office. Tous ces films font de lui une star internationale.

En marge de sa carrière d'acteur, Will Smith se lance dans la musique en solo à la fin des années 1990, le plus souvent avec des singles associés à ses films. Ses plus célèbres singles sont Men in Black, Gettin' Jiggy wit It (ce qui a fait du terme Jiggy une expression à la mode pendant quelque temps aux États-Unis en 1998), et Just the Two of Us, un message d'affection à son premier fils, Willard « Trey » Smith III.

Overbrook Entertainment[modifier | modifier le code]

C'est entre 1997 et 1999 que Will Smith et le producteur américain James Lassiter fondent Overbrook Entertainment une société de production de films, de séries télévisées et de musique[16],[17]. En mars 2007, Will Smith et son associé figurent en couverture du magazine « Black Enterprise ». Ils sont classés en effet troisième de la liste des 50 noirs les plus influents d’Hollywood (derrière Oprah Winfrey et Richard Parsons, président-directeur général de Time Warner)[16].

Les années 2000[modifier | modifier le code]

En 2001, Smith interprète le boxeur Mohamed Ali dans le film Ali de Michael Mann. Ce rôle lui a demandé un an de travail. Il a non seulement appris à parler et à se mouvoir comme Ali, mais il a aussi subi un entraînement intense et une transformation physique importante. Lors des scènes de combat, l'acteur s'est aidé de professionnels et a combattu réellement[18]. Smith dira que pour ce rôle : « Je ne voulais pas me contenter d'avoir l'air d'un boxeur. Je voulais penser comme un boxeur. Cela signifie manger en boxeur, dormir en boxeur, réagir en boxeur. Devenir boxeur. »[18]. Son interprétation lui vaut une nomination aux Oscars dans la catégorie Meilleur acteur en 2002 mais c'est finalement l'acteur Denzel Washington qui remporte le trophée[19].

Will Smith en 2007

Concernant sa carrière musicale, ses deux premiers albums solo ont été disques de platine, mais son troisième album fut une déception du point de vue des ventes. Si bien que Smith a été licencié du label Sony en 2003 en raison de son âge, estimé trop vieux pour assurer de grands succès commerciaux. Il signe un nouveau contrat avec Interscope Records et lance l'album Lost & found en 2005.

Après son rôle dans Ali, Smith commence à s'impliquer dans la production des films dans lesquels il tourne, comme I, Robot en 2004 ou Hitch en 2005. Il multiplie également les projets en tant que producteur avec des films en projet tels que ATL, My wife hates your wife, White boy shuffle et The Mark.

En 2004, dans le film d'animation Gang de requins (Shark Tale), il prête sa voix à Oscar, poisson qui a une personnalité similaire à Fresh Prince de la série Le Prince de Bel-Air[20],[21]. Pour cette interprétation, il remporte un Kids' Choice Awards en 2005, dans la catégorie « Favorite Voice from an Animated Movie » (Voix Favorite dans un film d'animation)[22].

En 2005, Will Smith entre au Livre Guinness des records car il a atteint un record de 3 premières en 24 heures[23].

Fin 2006, il joue le rôle de Chris Gardner dans le mélodrame À la recherche du bonheur (The Pursuit of Happyness). C'est un de ses grands succès avec son fils, Jaden Smith qui joue son premier rôle en tant qu'acteur de cinéma.

En 2007, il prend le rôle principal du film Je suis une légende (I am Legend), un film post-apocalyptique qui a connu un très grand succès au box-office en rapportant 585 millions de dollars[24]. Cette même année, Will Smith laisse ses empreintes sur le ciment d'Hollywood, au Grauman's Chinese Theatre le 10 décembre 2007[25].

En 2008, Smith joue dans Hancock, où il interprète un super-héros alcoolique et moralement douteux. Sorti aux États-Unis le 2 juillet 2008, le film obtient plus de 600 millions de dollar au box-office mondial (second meilleure performance mondiale de Will Smith derrière Independance Day), en dépit des critiques mitigés. La même année, Smith joua dans le drame Sept Vies (Seven Pounds), un film sur la quête de la rédemption, qui sera un succès au box-office, mais mal accueilli par la presse.

Will Smith a dépassé Johnny Depp au classement des acteurs qui rapportent le plus d'argent en 2008 et peut se vanter d'être le premier acteur noir depuis 1968 (alors Sidney Poitier) à parvenir en tête du sondage Quigley, qui chaque année détermine les dix acteurs qui ont généré, selon les exploitants, le maximum d'argent au box-office. Avec Hancock et Sept vies, il devient le numéro un du box-office 2008, place détenue l'année précédente par Johnny Depp[26].

En 2009, Forbes classe la star 11e dans le top 100 des célébrités[27].

Les années 2010[modifier | modifier le code]

En 2010, Will Smith et Jada Pinkett produirent le remake Karaté Kid de Harald Zwart, avec Jaden Smith dans le rôle titre. Un film qui sera un tremplin pour sa carrière d'acteur, Karaté Kid fut un grand succès public au regard de son budget faible.

Pour 2012, Will Smith reprend son rôle de l'agent J dans le film Men in Black 3 de Barry Sonnenfeld aux côtés de Tommy Lee Jones, l'agent K[28] et sortit le 12 mai 2012. Il a aussi présenté les Kids' Choice Awards sur Nickelodeon. C'est durant le tournage (chaotique) de Men in Black 3 que Will Smith refusa à Quentin Tarantino le rôle-titre de son western, Django Unchained, rôle qui revient finalement à Jamie Foxx. Une grande méprise pour Smith, le film sera un triomphe dans les salles, et les interprètations seront salués par la presse.

En 2013, second film avec le duo Will et Jaden Smith dans After Earth, un film de science-fiction de M.Night Shyamalan. Le film fera des recettes correctes sans plus, mais les critiques sont très médiocres. Les reproches portent sur le fait que la promotion du film était pratiquement assurée par Will Smith (faut dire que les derniers films de Shyamalan sont des catastrophes niveau critique[29]), et on décria aussi la performance médiocre de Jaden Smith, soupçonant le pistonnage.

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Will Smith et Jada Pinkett Smith avec leurs enfants Jaden et Willow au Concert du prix Nobel de la paix en 2009.

Famille Smith[modifier | modifier le code]

Le 9 mai 1992, Will Smith se marie avec Sheree Zampino. Leur fils Willard Christopher « Trey » Smith est né le 11 novembre 1992. Ils divorcèrent en 1995 après trois ans de mariage[8].

Le 31 décembre 1997, Will Smith épouse Jada Pinkett, actrice et chanteuse américaine. Ils ont ensemble un fils, Jaden Christopher Syre Smith né le 8 juillet 1998 et une fille, Willow Camille Reign Smith née le 31 octobre 2000[30].

New Village Leadership Academy[modifier | modifier le code]

Will Smith et sa femme Jada Pinkett Smith ont investi 890 000 dollars dans la New Village Leadership Academy, à Calabasas en Californie[31],[32],[33]. Cette école, dont les cours débutent dès la maternelle, base ses enseignements sur certains concepts pédagogiques développés par l'église de Scientologie (en particulier « Study technology », une méthodologie développée par Ron Hubbard). Certains enseignants, ainsi que des membres de l'administration sont scientologues.

Il est à noter que les Smith ont déclaré ne pas être scientologues, et que l'école, qui réfute toute affiliation religieuse, n'est pas soupçonnée d'avoir pour but d'enseigner la scientologie. Toutefois, des critiques se sont élevées (comme David S. Touretzky, enseignant chercheur à la « Computer Science Department » et le « Center for the Neural Basis of Cognition » de la Carnegie Mellon University), qui accusent l'école d'inculquer au moins le jargon scientologue et de présenter Ron Hubbard comme une autorité intellectuelle, préparant de fait les enfants à rejoindre l'église de Scientologie.

L’année scolaire coûte entre 7 500 et 12 000 dollars (des bourses sont offertes).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Prochainement
Sources : IMDb[34] et AlloCiné.fr[35]

Comme compositeur et interprète[modifier | modifier le code]

Comme producteur / producteur exécutif[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Will Smith commence sa carrière en tant qu'acteur à la télévision en jouant le rôle de William « Will » Smith dans Le Prince de Bel-Air où il a connu un grand succès. Grâce auquel, Will Smith est nommé deux fois aux Golden Globes.

Sources : IMDb[34] et AlloCiné[35]

Discographie[modifier | modifier le code]

Will Smith en septembre 2009

Sources [37],[38]:

DJ Jazzy Jeff and the Fresh Prince[modifier | modifier le code]

Albums studio 
Albums compilations 

Albums solo[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Album compilation 

Singles[modifier | modifier le code]

Année Single Album
1988 Girls Ain't Nothing But Trouble He's the DJ, I'm the Rapper
Parents Just Don't Understand
1990 The Fresh Prince of Bel-Air The Fresh Prince of Bel-Air
1991 Summertime Homebase
1993 Boom! Shake the Room Code Red
1997 Men in Black Big Willie Style
Just Cruisin'
1998 Gettin' Jiggy Wit It
Just The Two of Us Big
Miami
1999 Wild Wild West Willennium
Will2K
2000 Freakin' it
2002 Black Suits Comin' (Nod Ya Head) Born To Reign
2005 Switch Lost and Found
Party Starter

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses et nominations[modifier | modifier le code]

Sources : IMDb[39], Willsmithuk.tripod.com[40], Members.tripod.com[41]

Box-office[modifier | modifier le code]

Titre Année Budget Drapeau des États-Unis États-Unis[42] Drapeau de la France France Monde Mondial[42]
Independence Day 1996 75 000 000 $ 306 169 255 $ 5 613 189 entrées 817 400 891 $
Hancock 2008 150 000 000 $ 227 946 274 $ 3 078 077 entrées 624 386 746 $
Men in Black 3 2012 225 000 000 $ 179 020 854 $ 2 127 999 entrées 624 026 776 $
Men in Black 1997 90 000 000 $ 250 690 539 $ 5 754 951 entrées 587 790 539 $
Je suis une légende 2007 150 000 000 $ 256 393 010 $ 2 970 084 entrées 584 155 425 $
Men in Black 2 2002 140 000 000 $ 190 418 803 $ 4 707 082 entrées 441 818 803 $
Hitch, expert en séduction 2005 70 000 000 $ 177 784 257 $ 2 024 888 entrées 368 100 420 $
Gang de requins 2004 75 000 000 $ 160 861 908 $ 2 948 588 entrées 367 192 000 $
I, Robot 2004 120 000 000 $ 144 801 023 $ 2 096 836 entrées 347 234 916 $
À la recherche du bonheur 2006 55 000 000 $ 162 586 036 $ 824 225 entrées 307 069 059 $
Bad Boys 2 2003 130 000 000 $ 138 540 870 $ 1 942 671 entrées 273 339 556 $
Ennemi d'État 1999 90 000 000 $ 111 549 836 $ 2 058 424 entrées 250 649 836 $
After Earth 2013 130 000 000 $ 60 522 097 $ 1 250 296 entrées 243 611 982 $
Wild Wild West 1999 170 000 000 $ 113 805 681 $ 3 101 252 entrées 222 104 681 $
Sept vies 2008 55 000 000 $ 69 951 824 $ 1 058 725 entrées 168 482 448 $
Bad Boys 1995 23 000 000 $ 65 647 413 $ 1 624 670 entrées 141 407 024 $
Made In America 1993 11 800 000 $ 44 942 695 $ 1 205 482 entrées 104 942 695 $
Ali 2001 104 000 000 $ 58 183 966 $ 924 244 entrées 87 713 825 $
La Légende de Bagger Vance 2000 60 000 000 $ 30 695 227 $ 211 571 entrées 39 235 486 $
Six degrés de séparation 1995 N.C. 6 284 090 $ 12 117 entrées 6 284 090 $
Break Out 1992 N.C. 390 152 $ N.C. 390 152 $

Salaires[modifier | modifier le code]

Année Film Salaire[43],[44]
2008 Hancock 20 000 000 $, +20 % des revenus
2007 Je suis une légende 25 000 000 $
2007 À la recherche du bonheur 10 000 000 $, +30 % des revenus
2004 Gang de requins 15 000 000 $
2004 I, Robot 28 000 000 $
2003 Bad Boys 2 20 000 000 $, +20 % des revenus
2002 Men in Black 2 20 000 000 $, +10 % des revenus
2001 Ali 20 000 000 $
2001 La Légende de Bagger Vance 10 000 000 $
1999 Wild Wild West 7 000 000 $
1999 Ennemi d'État 14 000 000 $
1997 Men in Black 5 000 000 $
1996 Independence Day 5 000 000 $
1995 Bad Boys 2 000 000 $
1995 Six degrés de séparation 500 000 $
1993 Made in America 100 000 $
1992 Break Out 50 000 $

Particularités[modifier | modifier le code]

  • Les films dans lesquels Will Smith figure ont rapporté plus de 2,2 milliards de dollars au box-office américain et plus de 5,7 milliards de dollars en box-office mondial.
  • Il figure en 49e position dans la liste des célébrités les mieux payées du magazine Forbes avec des gains estimés à 25 millions de dollars pour 2006[45].
  • Il est l'acteur qui a tourné dans le plus de films à avoir dépassé les 100 millions de dollars de recettes sur le territoire américain[46].
  • Il participa à la chanson Voices that Care en 1991, en rapport avec la guerre du Golfe.
  • Il refuse initialement le rôle titre dans Men in Black en 1997, mais sa femme le convainc d'accepter.
  • Le rappeur Bow Wow qualifia Smith de « rappeur guimauve » (bubble-gum rapper) à cause de son approche plus coulée, plus « soft » du hip-hop. Smith répondit « Je n'ai pas à répondre à un enfant gâté et immature ». Ils ont depuis résolu leurs disputes.
  • Il se rend tous les ans dans une station thermale de l'Arizona avec sa mère pour une semaine, appelant ces séjours « moments d'affection mère-fils ».
  • Son équipe NBA favorite sont les Lakers de Los Angeles, ce qui provoqua la colère des fans de l'équipe de basketball de Philadelphie (d’où il est originaire), qui le huèrent à plusieurs reprises lors de ses apparitions publiques avec le maillot des Lakers.
  • Il cite Harrison Ford comme une inspiration pour son implication dans le métier d'acteur. Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir est son film préféré.
  • Il a été envisagé pour jouer le rôle de Willy Wonka dans Charlie et la Chocolaterie (Johnny Depp obtient finalement le rôle).
  • Smith et sa famille résident à Star Island, Miami, Floride.
  • Tout comme Smith, Kevin James, son partenaire dans Hitch, est le héros d'une sitcom appelée Un gars du Queens (The King of Queens). Smith est un grand fan de cette série, et choisit James pour jouer le rôle d'Albert dans Hitch.
  • Il admire le héros fictionnel John Shaft, auquel il fait quelques références dans Le Prince de Bel-Air.
  • Il refuse d'embrasser un homme dans le film Six degrés de séparation.
  • Son épouse actuelle, Jada Pinkett Smith, auditionna pour le rôle de Lisa dans Le Prince de Bel-Air mais ne fut pas retenue à cause de sa taille, jugée trop petite.
  • Il a été grandement critiqué par le gouvernement de Georges W. Bush pour avoir aidé financièrement Gaza lors de l'assaut d'Israël qui a débuté le 27 décembre 2008.
  • Il était envisagé pour le rôle de John Smith dans le film M.. et Mrs. Smith, mais c'est Brad Pitt qui obtient finalement le rôle.
  • Il est caricaturé dans Les riches débarquent (Here Comes the Neighborhood), épisode 12 de la saison 5 de South Park[47].
  • Il est un grand fan de cinéma indien et avait proposé le rôle de Sara dans Hitch à Aishwarya Rai Bachchan.
  • Il est l'acteur le mieux payé à Hollywood avec 80 millions de dollars en 2008.
  • Il est la star préférée des Américains entre le 1er juin 2007 et le 1er juin 2008.
  • Il est l'acteur qui rapporte le plus d'argent au box-office américain pour l'année 2008.
  • Il a activement soutenu Barack Obama lors des élections présidentielles de 2008 et 2012.
  • Will Smith a été récompensé pour son engagement humanitaire ; il a reçu en mai 2009 le prix de l'engagement humanitaire de l'année[48],[49].
  • Will Smith est passionné par le jeu d'échecs. Il raconte sa passion dans la préface de l'ouvrage de Maurice Ashley, La diagonale du succès, Olibris,‎ 2008 (ISBN 978-2-916340-23-4)[50].
  • Il a été sélectionné pour incarner Néo dans le film Matrix mais accaparé par son rôle dans Wild Wild West, c'est Keanu Reeves qui a interprété le personnage[51],[52].
  • Will Smith est capable de résoudre le fameux puzzle mathématique « Rubik's Cube » en moins d'une minute, comme il a pu le démontrer sur le plateau du petit journal people et dans le film À la recherche du bonheur (Pursuit of Happyness).

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France, Greg Germain et Lucien Jean-Baptiste sont les voix françaises régulières de Will Smith jusqu'à présent. Néanmoins, Greg Germain est le premier comédien à avoir doublé l'acteur, à partir de 1992, avec le personnage de William « Will » Smith dans la série télévisée Le Prince de Bel-Air. À ce jour, Greg Germain a doublé Will Smith sur une série télévisée et 12 films et Lucien Jean-Baptiste sur 5 films.

Au Québec, Pierre Auger est la voix française régulière de Will Smith, dans la plupart de ses films[53].

En France[modifier | modifier le code]

et aussi :

Au Québec[modifier | modifier le code]

Note : La liste indique les titres québécois.
et aussi :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Carton du doublage français sur le DVD zone 2.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Biographie de Will Smith », sur Movies.yahoo.com (consulté le 30 septembre 2010)
  2. Ethan Dupuis, « Will Smith l'acteur le mieux payé d'Hollywood », sur Mobifun.fr,‎ 24 juillet 2008 (consulté le 30 septembre 2010)
  3. Marie-Aurélie Graff, « Article sur les acteurs le mieux payé d'Hollywood », sur Ecranlarge.com,‎ 24 juillet 2008 (consulté le 30 septembre 2010)
  4. (en) Steve Mason, « Advice and analysis: Reviews July 3, 2008 », sur Fantasymoguls.com,‎ 3 juillet 2008
  5. a et b (en) Bob Strauss, « Will Smith on power, dogs and Cruise », sur Chron.com,‎ 14 décembre 2007 (consulté le 30 septembre 2010)
  6. a, b et c (en) Rebecca Winters Keegan, « The Legend of Will Smith », sur Time.com,‎ 29 novembre 2007 (consulté le 28 septembre 2010)
  7. a, b, c, d, e, f et g (en) Matt Doeden, Will Smith: Box office superstar, Twenty-First Century Books,‎ septembre 2009, 112 p. (ISBN 978-0761342656)
  8. a, b et c (en) Lisa Iannucci, Will Smith: A Biography, Greenwood Press,‎ 1er décembre 2009, 133 p. (ISBN 978-0313376108)
  9. (en) Larry Rohter, « 'Fresh Prince of Bel Air' Puts Rap in Mainstream », The New York Times,‎ 17 septembre 1990 (lire en ligne)
  10. (en) Stephen Thomas Erlewine, « Code Red Review », allmusic.com (consulté le 11 octobre 2010)
  11. « Will Smith - Biographie »
  12. (en) Mick LaSalle, « Men in Black Alienating Comedy », San Francisco Chronicle,‎ 28 novembre 1997 (consulté le 4 octobre 2010)
  13. « Ennemi d'État » : Will Smith survitaminé, leParisien.fr,‎ 20 mai 2000 (consulté le 4 octobre 2010)
  14. (en) James Berardinelli, « Review: Wild Wild West »,‎ 1999 (consulté le 5 octobre 2010)
  15. « Ces acteurs qui ont refusé des rôles de légende » sur Justcinema.net, consulté et mis en ligne le 18 janvier 2013
  16. a et b Paul Yange, « Will Smith et James Lassiter, fondateurs de Overbrook Entertainment », Grioo.com,‎ 12 mars 2007 (consulté le 1er octobre 2010)
  17. (en) « Overbrook Entertainment - Official site » (consulté le 1er octobre 2010)
  18. a et b « De Muhammad Ali à Will Smith », Comme au Cinema.com (consulté le 1er octobre 2010)
  19. (en) Paul Clinton, « Denzel Washington: Working hard for the public », CNN.com,‎ 8 mars 2002 (consulté le 1er octobre 2010)
  20. (en) Joshua Tyler, « Shark Tale - Movie Review », cinemablend.com (consulté le 11 octobre 2010).
  21. (fr) « Gang de requins », dvdcritiques.com (consulté le 11 octobre 2010)
  22. (en) John Rodgers, « Young fans name entertainment favorites », The Victoria Advocate, no 332,‎ 4 avril 2005, p. 6A (lire en ligne)
  23. (en) Daniel Saney, « Will Smith in Guinness Book of Records », Digital Spy,‎ 2005-02-23
  24. (en) « I Am Legend (2007) », Box Office Mojo (consulté le 2 octobre 2010)
  25. (en) « Will Smith - Grauman's Chinese Theatre », Mann Theatres (consulté le 1er octobre 2010)
  26. (fr) Stéphanie Billeter, « L'acteur le plus lucratif de 2008, c'est lui ! », lematin.ch,‎ 4 janvier 2009 (consulté le 8 janvier 2009)
  27. (en) « #11 Will Smith - The 2009 Celebrity 100 », Forbes.com,‎ 6 mars 2009 (consulté le 1er octobre 2010).
  28. (en) Brendon Connelly, « Barry Sonnenfeld Confirms Will Smith and Tommy Lee Jones For Men in Black 3D », slashfilm.com,‎ 21 april 2010 (consulté le 4 octobre 2010)
  29. « Rotten Tomatoes - M.Night Shyamalan »
  30. (fr) « Les enfants de Will Smith sur les traces de papa », Comme Au Cinema.com,‎ 17 mars 2008 (consulté le 1er octobre 2010)
  31. (en) « New Village Leadership Academy Official Site (ILLUMINATI) » (consulté le 5 octobre 2010)
  32. (fr) Jovie Baclayon, « Will et Jada financent une école élémentaire », eonline.com,‎ 1er juillet 2010 (consulté le 5 octobre 2010)
  33. (en) Joan Trossman Bien, « Indian Hills seniors have hot time at graduation », Ventura County Star, Scripps Newspaper Group,‎ 19 juin 2008 (lire en ligne)
  34. a, b, c et d « Filmographie à venir de Will Smith » sur IMDb.fr, consulté et mis en ligne le 9 juin 2009, m-à-j le 10 mai 2014
  35. a et b « Filmographie de Will Smith », sur AlloCiné.fr (consulté le 9 juin 2009 et m-à-j le 14 mars 2014)
  36. (en) « Episode Guide - Season 2 - American Chopper », sur Yourdiscovery.com (consulté le 11 octobre 2010)
  37. (en) « Discography: DJ Jazzy Jeff & the Fresh Prince »
  38. http://www.starpulse.com/Actors/Smith,_Will/Discography/
  39. Awards sur IMDb
  40. (en) Récompenses et nominations de Will Smith sur Willsmithuk.tripod.com
  41. (en) Récompenses et nominations de Will Smith sur Members.tripod.com
  42. a et b (en) « Will Smith-Box Office Data movie star »
  43. Salaire de Will Smith sur imdb
  44. (en) « Will Smith - Box Office Data Movie Star », sur The-numbers.com (consulté le 6 octobre 2010)
  45. « The top 100 celebrities », Forbes.com, 2006
  46. will smith sur news-de-stars.com
  47. (en) « Here Comes the Neighborhood », southparkstudios.com (consulté le 30 septembre 2010)
  48. Divertissements/ViewArticle.aspx?Cat=People&Id=2009-May-07_02_48_18 « Will Smith, récompensé », msn.com
  49. « Will Smith, récompensé pour son engagement humanitaire » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), ELLE, 13 mai 2009. Consulté le 4 octobre 2010
  50. « Echecs & Littérature: La diagonale du succès de Maurice Ashley », Échecs & Stratégie,‎ 1er juin 2009 (consulté le 7 octobre 2010).
  51. (en) « Will Smith has no Matrix regrets », sur Contactmusic.com
  52. « Ces acteurs ont réfusé des rôles en or ! », sur AlloCiné.fr
  53. a, b, c, d et e « Comédiens ayant doublé Will Smith au Québec » sur Doublage.qc.ca, consulté le 3 décembre 2011
  54. a, b, c et d « Comédiens ayant doublé Will Smith en France » sur Doublagissimo, consulté le 31 mars 2011
  55. « Fiche du doublage français du film À la recherche du bonheur » sur Voxofilm, consulté le 31 mars 2011
  56. « Fiche du doublage français du film Men in Black 3 » sur AlloDoublage, consulté le 14 mai 2012
  57. « Fiche du doublage français du film » sur AlloDoublage, consulté le 13 février 2013
  58. « Fiche du doublage français du film Un amour d'hiver » sur AlloDoublage, consulté le 22 mars 2014
  59. a et b « Fiche du doublage français du film Independence Day » sur Voxofilm, consulté le 31 mars 2011
  60. « Fiche du doublage français du film Père et Fille » sur Voxofilm, consulté le 31 mars 2011
  61. « Fiche du doublage français du film Made in America » sur Voxofilm, consulté le 31 mars 2011
  62. a et b « Comédiens ayant doublé Will Smith en France » sur RS Doublage, consulté le 31 mars 2011
  63. « Fiche du doublage français du film Gang de requins » sur AlloDoublage

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Kristin McCracken, Will Smith, Children's Press,‎ septembre 2000, relié, 48 p. (ISBN 978-0-5162-3327-7)
  • (en) Susan Mitchell, Will Smith, Gareth Stevens Publishing,‎ janvier 2007, relié, 32 p. (ISBN 978-0-8368-7653-6)
  • (en) Matt Doeden, Will Smith, Lerner Publications,‎ février 2007, relié, 112 p. (ISBN 978-0-8225-6608-3)
  • (en) Eric Embacher, Will Smith: The Funny, Funky, and Confident Fresh Prince, Red Bricklearning,‎ 13 décembre 2007, broché, 48 p. (ISBN 978-0-7368-2829-1)
  • (en) Lisa Iannucci, Will Smith: A Biography, Greenwood Press,‎ 1er décembre 2009, 133 p. (ISBN 978-0313376108)
  • (en) Matt Doeden, Will Smith: Box Office Superstar, Twenty-First Century Books,‎ septembre 2009, 112 p. (ISBN 978-0761342656)

Liens externes[modifier | modifier le code]