Box-office

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Box office (homonymie).

Box-office est un terme emprunté à l'anglais[1] désignant le chiffre d'affaires d'une production artistique ou d'une personnalité (et par extension leur classement sous forme de palmarès). Il se mesure en nombre de spectateurs, en nombre de billets écoulés (« entrées ») ou en valeur monétaire basée sur l'un des deux items précédents[2].

Intérêt[modifier | modifier le code]

Ticket (unseparated) Kurkino-Berchtesgaden.JPG

Il s'agit d'une donnée initialement destinée aux professionnels, notamment pour permettre la répartition des recettes et aider à la programmation. C'est devenu un argument de promotion avec une communication axée sur les records et l'idée sous-jacente que l'œuvre mérite d'être consommée car elle a rencontré un important succès public.

L'activité financière de l'industrie du cinéma est fortement influencée par le box-office, car elle lui permet d'anticiper un succès avec une probabilité plus forte que la moyenne. Un succès peut relancer un genre (Gladiator a ainsi remis en avant le péplum devenu désuet, tout comme Star Wars a popularisé le space opera au cinéma) ou générer une franchise avec des sequels ou des préquelles.

Le système américain du box-office se base sur des recettes en dollars américains et favorise ainsi les scores des films récents grâce à l'effet de l'inflation, permettant ainsi de communiquer sur des records régulièrement battus.

En toute logique, l'événement créé par le box-office a l'avantage de s'auto-entretenir grâce à un cercle vertueux et l'amplification des médias.

Les champions du box-office du cinéma[modifier | modifier le code]

Les comparaisons dans le temps sont difficiles car le contexte est évolutif. Ainsi, même les analyses qui comparent les recettes mondiales en les ajustant de l'inflation ne peuvent retranscrire que de façon imparfaite l'impact des films tant sociologique que financière, car elles négligent les retombées du merchandising ou les recettes des autres supports de diffusion, et elles ne relativisent pas les performances par rapport à la concurrence des autres loisirs.

Mondial[modifier | modifier le code]

Le box-office mondial est composé à environ 40 % par les recettes aux États-Unis. Certains cinémas sont puissants en nombre de productions à l'année, comme le cinéma indien qui figure à ce niveau devant le cinéma américain, mais ils restent cantonnés à leur territoire national surtout et s'exportent mal. Seuls les films anglophones, et surtout les blockbusters américains, parviennent à obtenir des carrières mondiales et d'envergure. Ainsi les films américains obtiennent régulièrement des parts de marché supérieures à 50 % dans les pays occidentaux hors États-Unis.

États-Unis et Canada[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis et au Canada, le succès d'un film est mesuré aux recettes accumulées. Cette façon de suivre le box-office permet de mesurer un succès proportionnellement à son budget (encore qu'il faille enlever la part distributeur et les dépenses marketing), mais a surtout pour conséquence de favoriser les films les plus récents, compte tenu de l'inflation sur le prix des billets.

Créé en 1905, le journal Variety diffuse chaque semaine le box-office américain.

France[modifier | modifier le code]

En France, le suivi est réalisé sur la base du nombre d'entrées. Autrefois, le suivi reposait sur les chiffres Paris-Périphérie car le système des exclusivités et des sorties décalées entre Paris et la province permettait ainsi d'avoir une vision plus rapide des succès. Avec le système manuel de l'époque, cela permettait également d'avoir un suivi plus fiable et plus rapide du box-office du moment. Désormais, la technique autorise un suivi des chiffres pour la France sans difficulté.

Néanmoins, les comparaisons sur les entrées ne sont pas toujours aisées car il est difficile de comparer un résultat obtenu dans les années 1950, alors que la fréquentation annuelle dépassait 370 millions de spectateurs sans concurrence véritable de la télévision, avec les scores obtenus au début des années 1990, alors que la fréquentation représentait quelque 120 millions de spectateurs. De même, la concurrence des loisirs numériques et du piratage est à prendre en compte pour analyser la fréquentation des dernières années. Enfin, le phénomène des reprises qui permettait de prolonger un succès sur plusieurs générations a quasiment disparu.

Pendant longtemps, seules les données postérieures à 1956 étaient disponibles, avec une bonne fiabilité à partir de 1963. Cinéchiffres, qui fournit les informations quotidiennes sur le box-office français, est né seulement en 1970. Cependant, des travaux récents, réalisés à partir des archives du CNC, ont permis de compléter le box-office jusqu'en 1945[3].

Le top 10 des films ayant réalisé le plus grand nombre d'entrées en France :

Rang Titre Réalisateur Année[4] Entrées[5] Pays[6]
1 Titanic James Cameron 1997 21 771 380 Flag of the United States.svg
2 Bienvenue chez les Ch'tis Dany Boon 2008 20 489 303 Flag of France.svg
3 Intouchables E. Toledano / O. Nakache 2011 19 440 920 Flag of France.svg
4 Blanche-Neige et les Sept Nains Walt Disney 1938 18 319 651 Flag of the United States.svg
5 La Grande Vadrouille Gérard Oury 1966 17 272 987 Flag of France.svg Flag of the United Kingdom.svg
6 Autant en emporte le vent Victor Fleming 1950 16 723 812 Flag of the United States.svg
7 Il était une fois dans l'Ouest Sergio Leone 1969 14 862 831 Flag of Italy.svg Flag of the United States.svg
8 Avatar James Cameron 2009 14 775 990 Flag of the United States.svg
9 Le Livre de la Jungle Wolfgang Reitherman 1967 14 695 741 Flag of the United States.svg
10 Les 101 Dalmatiens Clyde Geronimi 1961 14 677 042 Flag of the United States.svg

Autres pays[modifier | modifier le code]

Box-office français des films primés à Cannes depuis 1994[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palme d'or.
Année Film Réalisateur Entrées Pays
1994 Pulp Fiction Quentin Tarantino 2 865 000 Drapeau des États-Unis États-Unis
1995 Underground Emir Kusturica 444 000 Flag of Serbia and Montenegro.svg Yougoslavie
1996 Secrets et mensonges Mike Leigh 1 472 000 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
1997 Le Goût de la cerise (ex aequo) Abbas Kiarostami 140 000 Drapeau de l’Iran Iran
1997 L'Anguille (ex aequo) Imamura Shohei 237 000 Drapeau du Japon Japon
1998 L'Éternité et Un Jour Theo Angelopoulos 168 000 Drapeau de la Grèce Grèce
1999 Rosetta Luc et Jean-Pierre Dardenne 705 000 Drapeau de la Belgique Belgique
2000 Dancer in the Dark Lars von Trier 1 166 000 Drapeau du Danemark Danemark
2001 La Chambre du fils Nanni Moretti 792 000 Drapeau de l'Italie Italie
2002 Le Pianiste Roman Polanski 1 775 000 Drapeau de la France France
2003 Elephant Gus Van Sant 711 000 Drapeau des États-Unis États-Unis
2004 Fahrenheit 9/11 Michael Moore 2 378 000 Drapeau des États-Unis États-Unis
2005 L'Enfant Luc et Jean-Pierre Dardenne 377 000 Drapeau de la Belgique Belgique
2006 Le vent se lève Ken Loach 915 000 Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
2007 4 mois, 3 semaines, 2 jours Cristian Mungiu 327 000 Roumanie Roumanie
2008 Entre les murs Laurent Cantet 1 550 000 Drapeau de la France France
2009 Le Ruban blanc Michael Haneke 642 296 Drapeau de l'Allemagne Allemagne
2010 Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures Apichatpong Weerasethakul 72 522 Drapeau de Thaïlande Thaïlande
2011 The Tree of Life Terrence Malick 828 791 Drapeau des États-Unis États-Unis
2012 Amour Michael Haneke 767 418 Drapeau de l'Autriche Autriche
2013 La Vie d'Adèle Abdellatif Kechiche 1 003 313 Drapeau de la France France

Les records de rapidité au box-office du cinéma[modifier | modifier le code]

États-Unis et Canada[modifier | modifier le code]

Meilleurs démarrages (premier week-end vendredi/samedi/dimanche)[7] :

France[modifier | modifier le code]

Plus d'entrées en un jour France[8] :

Plus d'entrées en une semaine Paris-périphérie[8] :

Plus d'entrées en une semaine en France[8] :

Acteurs populaires[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous classe les acteurs du cinéma français en fonction du nombre de films ayant fait l'objet de plus d'un million d'entrées. Il peut donc donner une idée de la popularité relative des acteurs français, mais toute interprétation doit être relativisée : ces données peuvent donner plus de poids à un acteur ayant eu de nombreux rôles mineurs.

Est pris en compte ici le box-office français après 1945[9],[10]. Tableau mis à jour en novembre 2012.

Rang Nom Nb de films
« millionnaires »[11]
Plus gros succès
(titre du film, année et entrées)
1 Louis de Funès 94 La Grande Vadrouille (1966) - 17 267 607
2 Bernard Blier 67[12] Les Misérables (1958) - 9 940 533
3 Fernandel 62[12] Le Petit Monde de don Camillo (1952) - 12 791 168
4 Gérard Depardieu 59 Astérix et Obélix : Mission Cléopâtre (2002) - 14 559 509
5 Jean Gabin 58[12] Les Misérables (1958) - 9 940 533
Jean-Paul Belmondo 58 Le Cerveau (1969) - 5 547 305
7 Michel Galabru 52 Bienvenue chez les Ch'tis (2008) - 20 488 977
8 Lino Ventura 51 Un taxi pour Tobrouk (1961) - 4 945 868
9 Bourvil 50[12] La Grande Vadrouille (1966) - 17 272 987
10 Michel Serrault 49 La Cage aux folles (1978) - 5 406 614

États-Unis et Canada[modifier | modifier le code]

Depuis 1937, plus de 500 films ont généré plus de 100 millions de dollars de recettes au box-office nord-américain. Le tableau ci-dessous comprend les dix acteurs qui ont joué dans le plus grand nombre de ces films. Données mises à jour en septembre 2012.

Rang Nom Nb de blockbusters Plus gros succès
(titre du film, année et recettes)
1 Samuel L. Jackson 18 Avengers (2012) - 623 357 910 $
2 Tom Hanks 17 Toy Story 3 (2010) - 415 004 880 $
3 Tom Cruise 17 La Guerre des mondes (2005) - 234 277 056 $
4 Eddie Murphy 14 Shrek 2 (2004) - 441 226 247 $
5 Harrison Ford 13 Star Wars, épisode IV : Un nouvel espoir (1977) - 460 998 007 $
Morgan Freeman 13 The Dark Knight (2008) - 533 316 061 $
Will Smith 13 Independence Day (1996) - 306 169 268 $
8 Robin Williams 12 La Nuit au musée (2006) - 250 863 268 $
Ben Stiller 12 Mon beau-père, mes parents et moi (2004) - 279 167 575 $
10 Cameron Diaz 11 Shrek 2 (2004) - 441 226 247 $

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Plusieurs sites web publient des statistiques relatives au box office :

  • (fr) LUMIERE, base de données sur les entrées des films distribués en Europe (27 territoires, depuis 1996)
  • (en) Box Office Mojo (box-office des films américains sur le territoire national et à l'international, pays par pays, en recettes)
  • (en) World Wide Box Office (box-office des films américains sur le territoire national et à l'international)
  • (fr) Cine-directors (box-office gratuit)
  • (fr) CineFeed (Analyse du box-office français)
  • (fr) Procinema (box-office suisse)
  • (it) Cinecitta.com (box-office italien)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En anglais, au sens premier, le box office désigne l'emplacement où sont vendus les billets (la caisse ou le guichet), la billetterie d'une salle de cinéma, de théâtre, etc.
  2. On parle en français d'« échelle de succès », de « classement » calculé d'après le montant des recettes.
  3. Repris dans un ouvrage Ciné-passions de Simon Simsi - ed. Dixit
  4. Films avec plusieurs exploitations = Le Livre de la Jungle, Avatar, Les 101 Dalmatiens, Blanche-Neige et les Sept Nains, Cendrillon, Les Aristochats, La Belle et le Clochard, Bambi, La Guerre des boutons, E.T. l'extra-terrestre, La Merveilleuse Aventure de Pinocchio, La Belle au bois dormant, L'Exorciste, Rox et Rouky
  5. Selon le site JP's Box-Office
  6. Sur la gauche le pays majoritaire et sur la droite son principal partenaire.
  7. Source [www.boxofficemojo.com]
  8. a, b et c Sources [www.cbo-boxoffice.com]
  9. Source: Box-office par acteur sur http://www.cbo-boxoffice.com
  10. Source: Filmographie par acteur sur http://www.imdb.com/
  11. Source : Box-office par acteur sur http://www.cbo-boxoffice.com
  12. a, b, c et d Films sortis après 1945 uniquement.