Cate Blanchett

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cate Blanchett

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Cate Blanchett au Festival du Film de Sydney en 2011.

Nom de naissance Catherine Élise Blanchett
Naissance 14 mai 1969 (45 ans)
Melbourne, Victoria, Australie
Nationalité Drapeau de l'Australie Australienne
Profession Actrice
Films notables Le Seigneur des anneaux
Aviator
Babel
Chronique d'un scandale
Elizabeth : L'Âge d'or
Indiana Jones et le Royaume du crâne de cristal
L'Étrange Histoire de Benjamin Button
Le Hobbit
Blue Jasmine

Cate Blanchett, née Catherine Élise Blanchett le 14 mai 1969 à Melbourne dans l'État de Victoria en Australie, est une actrice australienne.

Elle compte à son actif de nombreuses récompenses et nominations prestigieuses (six nominations aux Oscars, cinq aux BAFTA, huit aux Golden Globe, la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la Mostra de Venise) pour des rôles très différents les uns des autres, ce qui a conduit de nombreux critiques à la considérer comme l'une des meilleures actrices de sa génération. Pour le rôle de Katharine Hepburn dans le film de Martin Scorsese, Aviator, elle obtient l'Oscar du meilleur second rôle féminin en 2005. Après deux précédentes nominations pour son interprétation d'Elisabeth I dans Elizabeth et Elizabeth : L'Âge d'or de Shekhar Kapur, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice en 2014 grâce à sa prestation de femme riche sombrant dans la pauvreté et la folie dans Blue Jasmine de Woody Allen.

Elle codirige également le Sydney Theatre Company.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et formation[modifier | modifier le code]

Cate Blanchett au festival de Berlin 2011.

Née le 14 mai 1969 dans la banlieue d'Ivanhoe, à Melbourne[1], Cate Blanchett est la fille de June, promoteur immobilier et professeur australienne et de Robert DeWitt Blanchett, maître américain au sein de l'US Navy, qui, par la suite, a travaillé comme cadre dans une agence de publicité[2],[3]. Ses parents se sont rencontrés pendant que le navire de son père, l'USS Arneb, se trouvait à Melbourne. À l'âge de dix ans, son père décède d'une crise cardiaque[4]. Elle a un frère aîné, Bob, devenu ingénieur de systèmes informatiques, et une sœur cadette, Genevieve, qui travaille comme décoratrice de théâtre[5]. Blanchett a des ascendances anglaises, ainsi que de lointaines origines françaises et écossaises[6].

Elle s'est décrite comme ayant une « partie extravertie, une partie giroflée » pendant son enfance[5]. Elle fréquente l'école primaire Ivanhoe East Primary School à Melbourne, puis pour ses études secondaires, est scolarisée à la Ivanhoe Girls' Grammar School (en) et au Methodist Ladies' College, où elle explore sa passion pour la comédie[7]. Elle étudie l'économie et les beaux-arts à l'Université de Melbourne avant de quitter l'Australie pour partir voyager à l'étranger. Après un voyage en Europe, elle se rend en Égypte, où elle est invitée à faire de la figuration sur un film de boxe égyptienne, Kaboria. À son retour en Australie, elle laisse tomber l'université de Melbourne et est transférée à l'institut national d'art dramatique à Sydney afin d'exercer la profession d'actrice. Elle en ressort diplômée en 1992[8].

Carrière[modifier | modifier le code]

1992-2000[modifier | modifier le code]

Cate Blanchett obtient son premier grand rôle sur scène avec la pièce Oleanna de David Mamet, dans lequel elle est opposé à Geoffrey Rush. Pour cette pièce, elle remporte le prix du meilleur nouveau venu au Sydney Theatre Critics'[9]. Elle est également apparue dans le rôle d'Ophélie dans la pièce Hamlet, produite par la compagnie de théâtre Company B entre 1994 et 1995 et mise en scène par Neil Armfield, dans lequel elle partage la vedette avec Rush et Richard Roxburgh. Par la suite, elle apparaît dans les mini-séries télévisées Heartland, face à Ernie Dingo, et Bordertown, aux côtés d'Hugo Weaving[10], suivi d'un épisode de la série télévisée Sidney Police. Elle tourne dans le téléfilm Police Rescue dans lequel elle incarne un professeur pris en otage par des bandits armés, puis dans le moyen-métrage Parklands, qui a obtenu une sortie limitée dans les cinémas australiens [11].

Cate Blanchett à Berlin (2005).

En 1997, Blanchett fait ses débuts cinématographiques à l'international avec un rôle secondaire, celui d'une infirmière capturée par l'armée japonaise pendant la Seconde Guerre mondiale dans Paradise Road, de Bruce Beresford, dans lequel elle partage la vedette avec Glenn Close et Frances McDormand[4]. Toutefois, la réception critique à sa sortie est mitigée[12],[13] et ne remporte pas un franc succès au box-office[14]. Elle enchaîne le drame Thank God He Met Lizzie (1997), face à Richard Roxburgh avant de tourner sous la direction de Gillian Armstrong dans le drame Oscar et Lucinda (1997) dans lequel elle tient son premier rôle principal et donne la réplique à Ralph Fiennes[4]. Le film est un succès critique [12],[13] et lui vaut d'être nommé à l'AFI Award de la meilleure actrice en 1998. Elle remporte la même année l'AFI Award de la meilleure actrice dans un second rôle pour sa prestation dans la comédie romantique Thank God He Met Lizzie[15], dans lequel elle partage l'affiche avec Richard Roxburgh et Frances O'Connor.

Son premier rôle principal de grande envergure internationale survient en 1998 lorsqu'elle tient le rôle d'Élisabeth Ire d'Angleterre dans le drame biographique Elizabeth de Shekhar Kapur. Sa prestation est saluée par les critiques [13] et lui vaut d'obtenir le Golden Globe de la meilleure actrice dans un film dramatique et une nomination à l'Oscar de la meilleure actrice. Elle est la seule actrice à avoir été nommée aux Oscars dans cette catégorie pour le rôle d'Elisabeth Tudor, jadis incarnée à l'écran par Sarah Bernhardt, Bette Davis, Jean Simmons et Glenda Jackson[4]. Bien que n'ayant pas reçu l'Oscar, remportée par Gwyneth Paltrow, Blanchett obtient le BAFTA de la meilleure actrice en plus du Golden Globe. Ironie de l'histoire, c'est la même année que Judi Dench, sa future partenaire de Chronique d'un scandale, se voit décerner l'Oscar du meilleur second rôle féminin pour son interprétation de la reine vierge dans Shakespeare in Love, le film qui a permis à Paltrow d'être sacrée « Meilleure actrice ».

En 1999, Blanchett est à l'affiche de la comédie Les Aiguilleurs, dans lequel elle donne alors la réplique à John Cusack, Billy Bob Thornton et Angelina Jolie, suivi de la comédie romantique Un mari idéal, où elle est face à Julianne Moore. La même année, elle tient le rôle de Meredith Logue dans le thriller Le Talentueux Mr Ripley d'Anthony Minghella, côtoyant Jude Law, Matt Damon et Gwyneth Paltrow. Lors de sa sortie, Le Talentueux Mr Ripley rencontre un succès critique et commercial [13],[12],[14] et vaut à Blanchett sa seconde nomination au BAFTA[4].

En 2000, elle joue le rôle d'une danseuse au grand cœur dans le drame indépendant The Man who cried, face à Christina Ricci et Johnny Depp.

2000-2013[modifier | modifier le code]

Cate Blanchett au Tropfest Opens 2012 à Syddney en 2013.

Désormais célèbre, Blanchett reçoit une foule de nouveaux fans lorsqu'elle interprète la reine des Elfes Galadriel dans la trilogie du Seigneur des anneaux de Peter Jackson (2001, 2002 et 2003)[4]. La série de films détient le record de la plus grosse recette de tous les temps pour une trilogie[16]. La saga de fantasy, adaptée du best-seller de J. R. R. Tolkien, vaut aussi à l'actrice son plus gros succès au box-office [14]. En plus du Seigneur des Anneaux, Blanchett se diversifie, tournant aussi bien dans des drames tels Charlotte Gray et Terre Neuve, que dans des comédies comme Bandits où sa prestation de femme au foyer excentrique et délaissée par son époux initiée au banditisme lui vaut une seconde nomination aux Golden Globes[17]. En 2005, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice dans un second rôle pour son interprétation de Katharine Hepburn dans Aviator de Martin Scorsese, devenant ainsi la première personne à obtenir un Oscar pour avoir incarné un acteur ou actrice précédemment oscarisé[18]. Elle remporte l'AFI Award de la meilleure actrice pour sa prestation d’héroïnomane dans le film australien Little Fish qui, bien que moins connu à l'échelle mondiale que d'autres films de l'actrice, lui vaut des critiques très élogieuses en Australie.

En 2006, elle tourne sous la direction d'Alejandro González Iñárritu dans le drame Babel où elle partage la vedette avec Brad Pitt. Puis elle figure au générique de The Good German de Steven Soderbergh, avec également George Clooney, et de Chronique d'un scandale où elle donne la réplique à Judi Dench. Sa prestation dans ce dernier film lui rapporte une troisième nomination aux Oscars[19].

En 2007, elle est nommée comme l'une des 100 personnalités les plus influentes du monde par le magazine Time. Elle est également désignée comme l'une des actrices ayant le plus de succès par Forbes[20].

La même année, elle joue l'un des 6 Bob Dylan du film de Todd Haynes I'm Not There. Son interprétation de l'icône mondiale de la musique populaire lui permet de recevoir la Coupe Volpi de la meilleure actrice à la 64e Mostra de Venise ainsi que le Golden Globe du meilleur second rôle féminin et une nouvelle nomination à l'Oscar dans la catégorie équivalente. Elle reçoit simultanément une seconde citation à l'Oscar de la meilleure actrice pour le rôle d'Élisabeth Ire, repris dans Elizabeth : L'Âge d'or, la suite d'Elizabeth toujours réalisée par Shekhar Kapur. Néanmoins, Cate Blanchett s'incline devant la Britannique Tilda Swinton, distinguée comme « Meilleur second rôle » pour Michael Clayton et la Française Marion Cotillard, sacrée « Meilleure actrice » pour son interprétation d'Édith Piaf dans La Môme.

En février 2008, Cate Blanchett est choisie par le gouvernement australien pour présider le comité d'orientation sur l'avenir du cinéma et du théâtre en Australie. Ce sommet baptisé « Créative Australie » se tient les 19 et 20 avril 2008 à Canberra. Peu après, elle tient le rôle de la scientifique russe Irina Spalko dans Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal de Steven Spielberg (2008).

Le premier rôle de Blue Jasmine de Woody Allen, sorti en 2013, lui vaut les louanges de la critique et de nombreuses récompenses parmi lesquelles l'Oscar, le Golden Globe, le SAG Award et le BAFTA de la meilleure actrice. Depuis septembre 2013, elle est la star de Giorgio Armani et l'ambassadrice de son nouveau parfum. Elle est ainsi présentée comme une figure marquante de la beauté féminine actuelle.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Cate Blanchett est mariée depuis 1997 avec l'écrivain Andrew Upton avec qui elle a eu trois enfants, Dashiell (2001), Roman (2004) et Ignatius (2008). Elle vit à Hunters Hill près de Sydney. Elle dirige avec son mari la Sydney Theatre Company[21].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Couronnée d'un Oscar en 2005 pour son interprétation de Katharine Hepburn, dans Aviator, elle avait déjà été sélectionnée en 1999 pour son rôle de la reine Élisabeth Ire dans Elizabeth.

Elle a, en outre, reçu la Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine à la 64e Mostra de Venise pour son rôle dans I'm Not There de Todd Haynes, dans lequel elle interprète le rôle d'un Bob Dylan androgyne, et le prix de Australian Film Institute pour Elizabeth : L'Âge d'or en 2007.

Elle est nommée aux Oscars 2008 dans la catégorie « meilleure actrice » pour le film Elizabeth : L'Âge d'or de Shekhar Kapur et dans la catégorie « meilleure actrice dans un second rôle » pour I'm Not There de Todd Haynes.

En 2014, elle remporte l'Oscar de la meilleure actrice aux Oscars pour le film Blue Jasmine de Woody Allen.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Honneurs[modifier | modifier le code]

Le 30 mars 2012, elle est décorée à Paris de la médaille de Chevalier des Arts et des Lettres[22].

Voix françaises[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Au Québec[modifier | modifier le code]

Note : la liste indique les titres québécois[24]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Partagé avec Sean Astin, Sean Bean, Orlando Bloom, Billy Boyd, Ian Holm, Ian McKellen, Dominic Monaghan, Viggo Mortensen, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Liv Tyler, Hugo Weaving, Christopher Lee et Elijah Wood
  2. a, b et c Partagé avec Sean Astin, Orlando Bloom, Billy Boyd, Bernard Hill, Ian McKellen, Dominic Monaghan, Viggo Mortensen, Miranda Otto, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Liv Tyler, Hugo Weaving, David Wenham, Elijah Wood, Brad Dourif et Christopher Lee
  3. a, b, c et d Partagé avec Sean Astin, Sean Bean, Orlando Bloom, Billy Boyd, Bernard Hill, Ian Holm, Ian McKellen, Dominic Monaghan, Viggo Mortensen, John Noble, Miranda Otto, John Rhys-Davies, Andy Serkis, Liv Tyler, Karl Urban, Hugo Weaving, David Wenham et Elijah Wood
  4. a, b, c et d Partagé avec Brad Pitt, Adriana Barraza, Rinko Kikuchi, Gael García Bernal, Kôji Yakusho, Said Tarchani et Boubker Ait El Caid
  5. a et b Partagé avec Todd Haynes (Réalisateur), Laura Rosenthal (Directrice de casting, Charlotte Gainsbourg, Bruce Greenwood, Christian Bale, Richard Gere, Heath Ledger, Ben Whishaw et Marcus Carl Franklin
  6. a et b Partagé avec Bud Cort, Willem Dafoe, Michael Gambon, Jeff Goldblum, Anjelica Huston, Bill Murray, Noah Taylor et Owen Wilson
  7. Partagé avec Steven Wright, Joie Lee, Cinqué Lee, Steve Buscemi, Iggy Pop, Tom Waits, Joseph Rigano, Vinny Vella, Vinny Vella Jr, Renee French, EJ Rodriguez, Alex Descas, Isaach De Bankolé, Meg White, Jack White, Alfred Molina, Steve Coogan, The GZA, Bill Murray, Roberto Benigni, William Rice et Taylor Mead
  8. Partagé avec Alan Alda, Alec Baldwin, Kate Beckinsale, Leonardo DiCaprio, Ian Holm, Danny Huston, Jude Law, John C. Reilly et Gwen Stefani
  9. Partagé avec Judi Dench, Bill Nighy, Andrew Simpson, Juno Temple, Philip Scott et Joanna Scanlan
  10. a et b Partagé avec Brad Pitt, Tilda Swinton, Taraji P. Henson, Elias Koteas, Julia Ormond et Jason Flemyng

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Peter Wilmoth, « Can-do Cate », sur The Age,‎ 2 mars 2008 (consulté le 13 août 2012).
  2. (en) « Cate Blanchett's biography », sur Elle,‎ décembre 2003 (consulté le 17 octobre 2007)
  3. (en) « Cate Blanchett, Theatre Boss », sur moreintelligentlife.com (consulté le 15 septembre 2013)
  4. a, b, c, d, e et f Stated on Inside the Actors Studio, 2003
  5. a et b (en) « Cate Blanchett's biography » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur The biography channel. Consulté le 17 octobre 2007
  6. (en) « Daybreak: Cate Blanchett discusses 'The Monument Men' », sur Yahoo TV,‎ 4 février 2014 (consulté le 27 février 2014)
  7. "Famous alumni on Latham's hit list" at Crikey; (accessed: 15 January 2010)
  8. « Cate Blanchett : biographie », sur AlloCiné (consulté le 26 juillet 2014)
  9. (en) « Cate Blanchett », sur biogs.com (consulté le 23 février 2008)
  10. (en) « Bordertown », sur IMDb (consulté le 26 juillet 2014).
  11. (en) « Parklands (1996) », sur IMDb (consulté le 26 juillet 2014).
  12. a, b et c (en) « Cate Blanchett », sur Metacritic (consulté le 26 juillet 2014)
  13. a, b, c et d « Cate Blanchett », sur Rotten Tomatoes (consulté le 26 juillet 2014)
  14. a, b et c « Cate Blanchett », sur Box Office Mojo (consulté le 26 juillet 2014)
  15. http://www.imdb.com/title/tt0120316/awards
  16. (en) « Top Trilogies worldwide », sur Box Office Mojo,‎ 21 septembre 2004 (consulté le 17 octobre 2007)
  17. « The Goods: Cate Blanchett's 10 Best Performances », Reel Georgia,‎ 18 août 2013 (consulté le 9 décembre 2013)
  18. (en) « Cate Blanchett- Biography », sur Yahoo! Movies (consulté le 17 juin 2013)
  19. (en) « Oscars 2007: full list of winners and nominees », sur The Guardian, London,‎ 26 février 2007 (consulté le 1er avril 2012)
  20. (en) Richard Corliss, « Cate Blanchett – The TIME 100 », sur Time,‎ 3 mai 2007 (consulté le 1er avril 2012)
  21. « Cate Blanchett : le théâtre est au coeur de ma vie », Le Figaro (consulté le 13 mars 2012)
  22. « Cate Blanchett was confered the insigna of Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres » (consulté le 27 février 2014)
  23. a, b, c, d, e, f et g (fr) « Comédiennes ayant doublé Cate Blanchett en France », sur RS Doublage (consulté le 22 janvier 2013)
  24. a, b et c « Comédiennes ayant doublé Cate Blanchett au Québec », sur Doublage Québec (consulté le 10 avril 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]