Jean-Pierre Aumont

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Aumont.

Jean-Pierre Aumont

Description de cette image, également commentée ci-après

Au générique de Lili en 1953

Nom de naissance Jean-Pierre Philippe Salomons
Naissance
Paris, France
Nationalité France Française
Décès (à 90 ans)
Gassin, France
Profession Acteur

Jean-Pierre Aumont, de son vrai nom Jean-Pierre Philippe Salomons, né le dans le 9e arrondissement de Paris[1] et décédé le à Gassin, est un acteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une famille de comédiens (il était le neveu de Georges Berr, un acteur membre de la Comédie-Française[2], et son frère fit une carrière de cinéaste sous le nom de François Villiers), Jean-Pierre Aumont s'inscrit au Conservatoire de Paris à 16 ans et joue son premier rôle dans Jean de la Lune. Doté d'une beauté physique particulièrement avantageuse, il n'a aucun mal à accéder à des rôles de jeunes premiers au cinéma. Jean Cocteau lui confie en 1934 le rôle d'Œdipe dans sa Machine infernale.

Il triomphe en 1934 dans Lac aux dames de Marc Allégret avec Simone Simon et Michel Simon, puis obtient un rôle en 1937 dans Drôle de drame de Marcel Carné avec Françoise Rosay et Michel Simon et dans Hôtel du Nord 1938 de Marcel Carné avec Annabella, Louis Jouvet et Arletty.

En 1936, il est dans Tarass Boulba le fils de Tarass Boulba interprété par Harry Baur et réalisé par Alexis Granowsky aux côtés de Danielle Darrieux. Il tourne pour Robert Siodmak Le Chemin de Rio en 1937 avec Jules Berry et Suzy Prim.

La Guerre[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (janvier 2013). Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.

À la suite de l'invasion allemande, il s'exile aux États-Unis en 1940.

En 1943, il est la vedette de deux films de guerre ayant pour cadre le conflit en France : Un commando en Bretagne (Assignment in Brittany) de Jack Conway et La Croix de Lorraine (The Cross of Lorraine) de Tay Garnett avec Gene Kelly.

Il s'engage dans les Forces françaises libres en juin 1943 et fait partie des troupes qui libèrent la France, notamment en tant qu'aide de camp du général Diego Brosset, commandant la 1re division française libre. Il survit à la chute de la jeep qui provoque la mort du général Brosset le au pont du Rahin, à Champagney en Haute-Saône.

Blessé deux fois, il reçoit la Croix de guerre 1939-1945 et la Légion d'honneur.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Il est le compagnon de l'actrice française Blanche Montel de 1934 à son départ pour les États-Unis en 1940. Blanche Montel avait été l'épouse du cinéaste Henri Decoin de 1927 à 1934.

Aux États-Unis, il se marie avec l'actrice dominicaine María Montez, avec laquelle il aura une fille Tina Aumont (1946-2006). Son épouse Maria Montez est retrouvée morte noyée dans sa baignoire en 1951.

Il a une liaison avec l'actrice Grace Kelly, future princesse de Monaco.

Il épouse en troisièmes noces Marisa Pavan, sœur jumelle de Pier Angeli, avec qui il a deux fils, Jean-Claude Aumont (1957) et Patrick Aumont (1959).

On lui connait des liaisons avec les actrices Joan Crawford, Hedy Lamarr, Vivien Leigh et Barbara Stanwyck.

Carrière internationale[modifier | modifier le code]

En 1947, il interprète le compositeur russe Nicolaï Rimski-Korsakov dans une fantaisie hollywoodienne Schéhérazade (Song of Scheherazade) aux côtés d'Yvonne De Carlo.

Il partage l'affiche avec Maria Montez, en 1949, du beau Hans le marin. Il tourne dans de nouvelles versions de L'Atlandide avec Maria Montez en 1948, et de Koenigsmark en 1953. Il travaille deux fois en 1951 pour Gilles Grangier.

On le retrouve en 1953 dans Moineaux de Paris de Maurice Cloche aux côtés des Petits chanteurs à la croix de bois et dans Lili de Charles Walters avec Leslie Caron et Mel Ferrer.

Il joue sur scène à Broadway Tovarich aux côtés de Vivien Leigh.

Jean-Pierre Aumont joue en 1973 dans La Nuit américaine de François Truffaut, puis dans diverses productions étrangères. Il demeure un acteur de premier plan dans les remakes de Nana en 1982 et de Senso en 1993.

Il est membre du jury de Miss Univers en 1973 à Athènes en Grèce.

Il meurt à 90 ans d'une crise cardiaque à Gassin, dans les environs de Saint-Tropez.

Une plaque en hommage à Jean-Pierre Aumont a été dévoilée le 28 septembre 2008 au 4, allée des Brouillards dans le 18e arrondissement de Paris.

Le 2 mai 2011, La Cinémathèque Française a célébré le centenaire de Jean-Pierre Aumont.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Adaptation[modifier | modifier le code]

Auteur[modifier | modifier le code]

Comédien[modifier | modifier le code]

Honneurs et Récompenses[modifier | modifier le code]

Cinéastes ayant tourné avec Jean-Pierre Aumont[modifier | modifier le code]

Box-office France[modifier | modifier le code]

Œuvres écrites[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Aumont : Le Soleil et les ombres, Robert Laffont, 1976
  • Yvan Foucart, Dictionnaire des comédiens français disparus 694 portraits, 2147 noms, Mormoiron, Y. Foucart,‎ 2007, 1185 p. (ISBN 978-2-953-11390-7, OCLC 494530531)
  • Olivier Barrot et Raymond Chirat : Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Filiation sur Wikifrat de Fraternelle
  2. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir & Blanc, 250 acteurs du cinéma français 1930-1960, Flammarion, 2000

Liens externes[modifier | modifier le code]