Dharamsala

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lhassa (homonymie).
Dharamsala
Vue de Dharamsala
Vue de Dharamsala
Administration
Pays Drapeau de l'Inde Inde
État ou territoire Himachal Pradesh
District Kangra
Index postal 176xxx
Démographie
Population 19 034 hab. (2001)
Densité 656 hab./km2
Géographie
Coordonnées 32° 13′ 00″ N 76° 19′ 00″ E / 32.2166667, 76.3166667 ()32° 13′ 00″ Nord 76° 19′ 00″ Est / 32.2166667, 76.3166667 ()  
Superficie 2 900 ha = 29 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte administrative d'Inde
City locator 14.svg
Dharamsala

Géolocalisation sur la carte : Inde

Voir la carte topographique d'Inde
City locator 14.svg
Dharamsala

Dharamsala (hindi : धर्मशाला, (bo)དྷ་རམ་ས་ལ་) est une ville du nord de l'Inde, située dans l'État de l'Himachal Pradesh. Elle est parfois appelée la petite Lhassa car elle est la terre d'accueil du 14e Dalaï-lama, Tenzin Gyatso, actuellement en exil du Tibet.


Géographie[modifier | modifier le code]

Dharamsala, Inde

Dharamsala est située dans la vallée de Kangra, sur les bords des montagnes Dhauladar.

De fait, la ville s'étend sur 29 km² divisés en deux parties :

  • La partie la plus urbanisée de la ville Basse Dharamsala, plus connue sous le nom de Dharamsala, culmine à 1 240 mètres. On y trouve le plus de commerces et le centre administratif de la ville.
  • À 9 km de distance par la route (mais à 4 km à pied) depuis la basse Dharamsala, on trouve la ville haute, plus connue sous le nom de McLeod Ganj, située à 1 700 m, il s'agit d'une ville de moins grande importance mais où logent la plupart des réfugiés Tibétains.

Il y a aussi autour de la ville de nombreuses forêts dont l'espèce prédominante est le pin, le cèdre de l'Himalaya.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est relativement froid en hiver (0°C à 14,5 °C[réf. nécessaire]) et ainsi il ne tombe généralement que de la neige de décembre à février. L'été, les températures oscillent entre 22 °C et 38 °C.

Le riz, le blé et le thé poussent sur différentes terrasses sur les bords de la montagne autour de la ville.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon le recensement indien de 2001, Dharamsala dénombre 19 034 habitants, dont 9 % ont moins de six ans. La majeure partie des habitants sont des hommes (55 %). Le taux d'alphabétisation est de 77 % (hommes : 80 %, femmes : 73 %).

Les langues pratiquées sont le hindî, le himachali et le tibétain.

Économie[modifier | modifier le code]

Dharamsala est devenue une attraction touristique fréquentée chaque année par 400 000 touristes étrangers et un nombre égal de touristes indiens. Cafés, bars à bière, chambres d'hôte, salles de yoga, salons de tatouage et de perçage côtoient des réclames pour des stages de médecine naturelle, de bouddhisme, de spiritualité. La ville est mal équipée face à l'afflux des visiteurs et l'expansion économique qui en découle : emballages plastiques dans les rues et les ruisseaux, pollution de l'air par les gaz d'échappement des véhicules, adduction d'eau et réseau d'égout n'arrivant plus à suivre[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis de nombreuses années, le bouddhisme est la religion principale de la région : depuis le VIIe siècle, on recense déjà 50 monastères dans la vallée qui logent près de 2 000 moines. Mais le brahmanisme (branche de l'hindouisme) ainsi que l'islam progressant en Inde portèrent un coup à l'impact et à la présence du bouddhisme dans la région.

À partir de 1848, les Anglais occupèrent le lieu et y installèrent une garnison militaire qui aujourd'hui est occupée par l'armée indienne. McLeod Ganj a été inauguré durant les années 1850 après que la garnison britannique s'y fut installée. Celle-ci était commandée par le lieutenant gouverneur du Penjab David McLeod. En 1852, Dharmasala devint le chef de district de la vallée de Kangra. C'est à cette époque que les Anglais travaillant ou logeant à Delhi firent de Dharamsala un lieu de villégiature en raison de sa simplicité et de son climat plus frais. De ce fait, la ville devint plus active et connue jusqu'au tremblement de terre de 1905 qui détruisit la plupart des constructions.

Ce séisme fut très grave, entraînant la mort de 20 000 personnes. Toute la région fut ruinée et les Anglais déménagèrent à Shimla, également située dans l'Himachal Pradesh. Encore aujourd'hui, Dharamsala, se trouve sur une zone sismique et ressent des vibrations de la terre.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Degree College Dharamshala
  • Govt College of Teacher Education Dharamsala HP INDIA
  • Sacred Heart High School (Sidhpur)
  • Central University Himachal Pradesh
  • Regional center Himachal Pradesh University
  • School of Leagal Studies
  • Dr. Rajendra Prasad Government Medical College
  • Aadhunik Public School

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Réfugiés tibétains à McLeod Ganj[modifier | modifier le code]

Habitations de McLeod Ganj

Quand le 14e dalaï-lama, Tenzin Gyatso, quitta le Tibet, le Premier ministre indien Jawaharlal Nehru l'autorisa avec ses proches à établir un gouvernement tibétain en exil à Dharamsala en 1960. Depuis, plusieurs milliers de réfugiés tibétains se sont établis dans la ville. La plupart d'entre eux résident dans le haut de Dharamsala (McLeod Ganj), où ils ont établi des monastères, des temples et des écoles. La ville est parfois appelée le « petit Lhassa », en référence à la capitale tibétaine. Elle est devenue une destination touristique importante, avec de nombreux hôtels et restaurants.

Le gouvernement tibétain en exil a son siège à Gangchen Kyishong (situé entre Dharamsala et McLeod Ganj). En 1959, environ 90 000 Tibétains se sont exilés du Tibet pour échapper aux persécutions religieuses et politiques liées à l'occupation chinoise du Tibet[3]. Tous les ans, environ 3 000 Tibétains fuient durant environ un mois, en hiver, à travers les montagnes de l'Himalaya pour arriver soit au Népal soit au Sikkim. Environ 10 000 d'entre eux vivent à McLeod Ganj.

En 1961, le Dalaï Lama refonda à Dharamsala l'Institut de médecine et d'astrologie tibétaine. On y enseigne et on y développe aujourd'hui la médecine tibétaine. L'Institut Chakpori de médecine tibétaine, refondé par la suite à Darjeeling en Inde, forme également des médecins tibétains.

Dharamsala est aussi le siège d'associations des Tibétains en exil luttant pour ce qu'ils appellent la « liberté du Tibet » et le respect des Droits de l'Homme pour les Tibétains qui sont citoyens de la République populaire de Chine.

En 2009, le journaliste américain Mark Magnier décrivait Dharamsala sous les traits d'« une ville d'illusions fanées, de mal du pays, d'intrigues, et de sentiments plus nuancés à l'égard de la Chine que ne pourraient le laisser croire les affiches contre la Chine, les professions de foi anti-Pékin et les boutiques prétendant boycotter tous les produits chinois »[4].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) More on Dharamasala and Tibet, sur le site internet Memie write, 10 février 2011 : « Thanks to Dalai Lama Dharamsala has become a tourist magnet, boasting 400 000 foreign and an equal number of domestic tourists every year. Everywhere one looks, on lamp posts and on walls of small Tibetan run cafes, are advertisements offering Natural Healing, Foot Reflexology, crash courses on Buddhism, Miracles and Instant Spirituality Guest houses, beer bars, Internet cafes and yoga studios mushroomed, unfortunately also tatto and piercing parlors that sell under-the-counter drug paraphernalia. [...] Dharamsala is ill-equipped to deal with the multifold problems of rapid commercial growth : imperishable garbage, a direct product of Western consumer goods, litters the streets and clogs up streams ; diesel fumes from hordes of tourist vehicles poison the local populace and the sanitation system's at breaking point under the weight of expansion. »
  2. Nauzer Nowrojee
  3. Nathalie Gyatso, Gonkar Gyatso: la peinture tibétaine en quête de sa propre modernité, Editions L'Harmattan, 2005, (ISBN 2747589803) p 11 : « Après l'entrée de la Chine au Tibet, revendiqué comme une partie intégrante de la 'mère Patrie', et son occupation provoquant l'exil de quelque 90 000 Tibétains à la suite de la fuite du Dalai-lama [...] »
  4. (en) Mark Magnier, Tibetan exiles in Dharamsala, India, settle in with disillusionment, part 1, Los Angeles Times, 2010-09-22 : « But it's also become a town of tarnished illusions, homesickness, intrigue and a more nuanced view of China than one might expect from the anti-China posters, anti-Beijing testimonials and shops claiming to shun all Chinese products ».